Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Contre-Révolution en Europe

 | 
Jean-Clément Martin

Les réseaux de la Contre-Révolution

Les écrits contre-révolutionnaires et leur diffusion

Annie Duprat

Texte intégral

  • 1 Nous ne faisons pas de distinction ici entre la notion d’écrits « contre-révolutionnaires » et d’é (...)

1L’objet de cet article est de présenter quelques écrits contre-révolutionnaires1 considérés en fonction de leur support (manuscrits, feuilles volantes, journaux, pamphlets, images) leur contenu et la façon dont ils étaient diffusés et circulaient pendant la période révolutionnaire. Le sujet est délibérément circonscrit tout d’abord à l’étude des papiers saisis à Paris, en 1790 puis entre février et avril 1794, lors de perquisitions policières chez quelques libraires, ensuite à la présentation du périodique les Actes des Apôtres, publié par le libraire François-Charles Gattey, tous les deux jours, entre novembre 1789 et décembre 1791 et rédigé sous la direction de Jean-Gabriel Peltier, enfin, à la postérité du titre, repris en octobre 1796 par le comte de Barruel-Beauvert chez le libraire Dumolin à Paris.

Les pamphlets contre-révolutionnaires de 1790

  • 2 Annie DUPRAT, « Louis XVI morigéné par ses ancêtres en 1790 : Les entretiens des Bourbons », dans (...)
  • 3 Catherine de Médicis dans le cabinet de Marie-Antoinette à Saint-Cloud, quatorze dialogues de huit (...)

2L’opposition aux idées nouvelles et aux travaux de l’Assemblée constituante, s’est rapidement exprimée, dès l’automne 1789, et ces critiques s’institutionnalisent en activisme militant, plus contre-révolutionnaire que royaliste à en croire du moins le contenu de deux séries de pamphlets publiés au cours du printemps 1790, au moment même où s’organise le camp de Jalès en Vivarais. La première série, sous le titre général Les entretiens des Bourbons, compte onze pamphlets et deux gravures ; ces textes, tous très brefs, sont adaptés du genre très prisé des « dialogues des morts », et mettent en confrontation le faible « roi de carte », Louis XVI, au roi saint, Louis IX ou au grand roi, le roi-soleil dit XIV2. L’argumentation de ces Entretiens des Bourbons est simple : Louis XVI est un roi médiocre et mal entouré, trahi tout particulièrement par son cousin, le duc d’Orléans. Un pendant à ces pamphlets prend le relais à la fin de l’année 1790 et au début de 1791 : ce sont quatorze textes brefs et de petit format, de huit pages chacun, beaucoup moins soignés que les précédents car ils ne portent pas toujours de titre et n’incluent aucune illustration. La périodicité des brochures est annoncée sur le premier dialogue, Catherine de Médicis dans le cabinet de Marie-Antoinette à Saint Cloud3 : la parution aura lieu « les mardis, jeudis et samedis », c’est-à-dire tous les deux jours, comme, et ce n’est sans doute pas une simple coïncidence, celle des Actes des Apôtres. Les protagonistes en sont essentiellement Catherine de Médicis et Marie-Antoinette, avec parfois la présence de Louis XVI (sur 4 dialogues, les numéros 1, 9, 13 et 14) et de Bailly (dialogue 14). Le ton est à la fois plus militant sur les objectifs à atteindre et beaucoup plus clair que celui des Entretiens des Bourbons. Ainsi peut-on lire sur le second dialogue :

« Origine des malheurs de la France sous Médicis et Antoinette. Dénonciation des complots et des dangers qui menacent la monarchie […] On préviendra politiquement des complots les gens en place ».

  • 4 Philippe d’Orléans.
  • 5 Chantal Thomas, La reine scélérate, Marie-Antoinette dans les pamphlets, Paris, Seuil, 1989.
  • 6 Jacques-Marie Boyer de Nîmes, Histoire des caricatures de la révolte des Français, Paris, Imprimer (...)
  • 7 Ibidem, volume I, p. 295. Voir la variante de Boyer, BNF Est., coll. De Vinck 4005.
  • 8 Louis-Marie Prudhomme, Les crimes des reines de France depuis le commencement de la monarchie jusq (...)

3Le ton, contre la cour, contre le duc d’Orléans, contre La Fayette, ou encore contre Talleyrand, « cet Iscariote d’Autun » (dans le douzième dialogue) est encore plus violent que dans la série précédente ; Catherine de Médicis rappelant son propre rôle pendant les guerres civiles du xvie siècle donne à Marie-Antoinette des conseils de conspiration et même de meurtre, contre « Philippe-Capet4 » et contre le roi lui-même ; et, lorsque la reine du xviiie siècle se plaint de l’inconfort des Tuileries, la reine du xvie siècle lui montre tous les avantages que présente la résidence royale de Saint-Cloud pour ourdir des complots dont elle détaille les modalités. La multiplication de ces textes tout au long de l’année 1790 explique, en réaction, l’outrance des caricatures contre la famille royale après l’affaire de Varennes. Les deux camps, patriotes et contre-révolutionnaires, se rejoignent alors dans une commune dénonciation de la « reine scélérate5 » ; la confusion est d’ailleurs entretenue par Boyer de Nîmes dans son Histoire des caricatures de la révolte des Français6 lorsqu’il s’attache à commenter une nouvelle estampe publiée sous le titre La Reine se précipitant dans un puits7 ; oublieux des pamphlets royalistes, il donne de très longs extraits des Crimes des reines de France de l’auteur radical Louis-Marie Prudhomme8, assortis de son avis personnel :

  • 9 Boyer, op. cit., p. 295.

« S’il fallait faire connaître seulement par extrait tous les libelles qu’on ne cesse de publier contre l’héroïque Marie-Antoinette d’Autriche, il faudrait pour cet horrible travail bien des volumes in-folio9 ».

4Assertion des plus exactes, mais Boyer se garde bien de rappeler la part prise par les monarchistes dans ce travail de dénigrement !

Michel Wébert et le réseau domingois

  • 10 Actes des Apôtres, op. cit., vol. 10, p. 54. BNF Estampes, coll. De Vinck 4351.
  • 11 AN, Bb3 73.
  • 12 AN, W 369, folio 34.
  • 13 AN, W 369, folio 35
  • 14 AN, W 369, folio 37.

5Pour éditer et diffuser pamphlets et estampes, il faut des imprimeurs, des libraires et des colporteurs. Le cas de l’un d’entre eux, le libraire Michel Wébert, dont la boutique est située galeries de bois au Palais-Royal n° 203, nous est bien connu grâce aux archives de la police, puisqu’il a été plusieurs fois interrogé, pour finir par être guillotiné le 1er prairial an II (20 mai 1794). Dans son dossier d’accusation, le Tribunal révolutionnaire a retenu une estampe éditée chez lui, Louis XVI et ses ministres jacoquins déclarant la guerre, copie à peine modifiée de la gravure anonyme Ah ! Si Louis XVI avait ma tête et mon fouet, qui ne porte ni le nom ni l’adresse du libraire, mais se trouve insérée dans le dialogue Louis XIV au manège qui fait partie de la série des Entretiens des Bourbons. Libraire bien connu sur la place pour vendre, outre des ouvrages « philosophiques », de nombreuses brochures royalistes et des caricatures du même type, Wébert édite une illustration Ainsi va le monde, Dédié à tout ce qui reste de Princes et de Potentats en Europe10, publiée en frontispice du n° 10 des Actes des Apôtres. Après une traque qui conduit les enquêteurs jusque dans les armées du Nord (car Wébert s’était engagé pour se mettre à l’abri), le libraire est interrogé le 26 pluviôse an II (14 février 1794) ; une perquisition est diligentée, dans son magasin comme à son domicile, rue des Bons-Enfants. De nombreuses pièces sont saisies qui révèlent l’existence d’un réseau contre-révolutionnaire outre-mer. En effet, plusieurs liasses d’archives concernant l’affaire Wébert11 sont constituées de chemises, elles-mêmes étant des bribes d’archives considérées sans doute comme de moindre importance, ou suffisamment incomplètes pour avoir été négligées par les conservateurs. Cependant, leur lecture révèle par exemple un étonnant interrogatoire de deux sœurs originaires de Saint-Domingue, Marie-Claudine Lucas de Blaire, 27 ans, et Marie-Julie Lucas de Blaire. Le 7 germinal an II (27 mars 1794), lors d’une perquisition à leur domicile rue Avoye, on trouve outre de nombreux textes royalistes imprimés (dix brochures de L’ami du roi, les célèbres couplets « ô Louis, ô mon roi, notre amour t’environne », « Réponse du peuple français à Louis XVI », « Louis XVI aux français » ainsi que plusieurs exemplaires du « Testament de Louis XVI »), des gravures et des manuscrits, dont une parodie de La Marseillaise en huit couplets12 », une « romance de Francine » ayant pour mention explicite « on doit se rappeler que ce nom de Francine semble désigner la France13 », enfin un long poème en quinze strophes, à chanter sur l’air « d’un troubadour béarnais en apprenant le départ du Roi14 ». Tous sont saisis et une procédure d’enquête est lancée afin de mettre au jour la filière de diffusion des documents contre-révolutionnaires à destination de Saint-Domingue. Leur frère, Pierre-Paul Sylvain Lucas de Blaire, ancien conseiller à la Cour des Aides, semble être la cheville ouvrière de ce réseau. On rencontre ici le réseau domingois, comme dans l’affaire Bénard, libraire parisien installé à Saint-Domingue, qui a vraisemblablement été à l’origine de la procédure contre le célèbre libraire royaliste François-Charles Gattey : l’affaire Wébert s’inscrit donc dans le cadre élargi de la répression de la Contre-Révolution qui était bien implantée en province et surtout outre-mer, avec la complicité efficace des Anglais.

6L’étude minutieuse des manuscrits saisis chez les sœurs Lucas de Blaire donne une image à la fois violente par les exhortations au crime et larmoyante par les regrets sur le destin de ce pauvre roi. Une « Marseillaise royaliste », composée de huit couplets et donnée comme « sur l’air de allons enfant de la patrie », se compose et se termine par une « invocation à St Louis ». Le ton en est d’une violence et d’une sauvagerie inégalées. Les deux premiers vers, « Le jour de deuil pour la patrie, le jour de honte est arrivé » sont directement décalqués du « Chant de guerre pour l’armée du Rhin » de Rouget de l’Isle ; la suite promet meurtres, pillages et assassinats lorsque « un noble sang vengera les Bourbons » des « factieux citoyens » et des crimes qui leur sont imputés. Ce texte vengeur, au ton extrêmement archaïque (à quatre reprises, il en appelle « aux armes, chevaliers ») est également une déploration qui se termine par une « Invocation à Saint-Louis » en ces termes :

Ô toi que la France révère
LOUIS sur les Jours précieux
Du Roi, de sa famille entière (bis)
Daigne veiller du haut des cieux
Que sur les degrés de son trône
Tous les traîtres soient abattus
Sur l’héritier de tes vertus
Comme celui de ta couronne
Factieux citoyens.

  • 15 Louis IX à Saint-Cloud, BNF Lb39 4266.

7La figure tutélaire de la monarchie française, Saint Louis, est à nouveau invoquée pour la protection du royaume, comme dans ce dialogue des Entretiens des Bourbons intitulé Louis lX à Saint-Cloud, ou apparition de Saint-Louis à Louis XVI15. Ce qui pourrait apparaître comme des « petits détails » (l’appel aux chevaliers, l’invocation à Saint Louis) est en réalité extrêmement important dans la mesure où ces formules montrent les références archaïques de ces contre-révolutionnaires qui, dès 1789, n’avaient rien compris et qui, entre 1790 et 1794 n’ont rien appris et restent arrimés à leurs références anciennes. Le ton de la romance de Francine, à l’inverse, se situe sur un registre poético-larmoyant, appelant les « trop immobiles provinces » à sortir de l’aveuglement pour venger « l’odieux traitement qu’éprouvent le roi, vos princes. C’est dans les murs de Paris que sont vos vrais ennemis ». Le texte, mystérieusement signé « par un chevalier français, fidèle à son Dieu, à son Roi et à sa Patrie », est antérieur à la condamnation de Louis XVI puisqu’il appelle à sa défense et menace, « pour en tirer vengeance, sur les cendres de P… [aris] il faut replanter les lys ». Enfin, le dernier des textes manuscrits saisis chez les sœurs Lucas de Blaire, en forme de ballade « d’un troubadour béarnais », est un long récit (en quinze strophes) des souffrances de la famille royale, entre les journées d’octobre 1789 et celles de Varennes en 1791, émaillé d’appels à la bonne noblesse française. Au verso de plusieurs de ces textes figurent des chansons d’amour, des odes à la nature, des mots griffonnés qui ôtent à ces documents toute solennité et donnent le sentiment que les textes ont été recopiés à la hâte, peut-être pour être ensuite multipliés comme des « nouvelles à la main » familières.

  • 16 Arch. de la Préfecture de Police, carton Aa 8, dossier 89.
  • 17 Ibidem, carton Aa 25, dossier 151.

8Les deux sœurs Lucas de Blaire sont emprisonnées à la Conciergerie16 le 8 germinal an II (28 mars 1794) puis finalement mises en liberté17 le 7 vendémiaire an III (28 septembre 1794) ; en revanche, le 1er prairial an II (20 mai 1794) voit Michel Wébert, 27 ans, de Saverne, gravir les marches de l’échafaud, en même temps que la veuve Lesclapart, condamnée à mort pour avoir vendu une Liste comparative des appels nominaux, texte relatant le jugement de Louis XVI, et Jacques-Marie Boyer de Nîmes, six semaines après Charles-François Gattey (le 14 avril) et deux mois et demi après Jacques-François Froullé et Thomas Levigneur, éditeurs et diffuseurs de la fameuse Liste comparative.

François-Charles Gattey, Palais-Royal, galerie de pierre n° 14

  • 18 Pour une étude plus détaillée, voir Annie Duprat, « Un réseau de libraires royalistes à Paris sous (...)

9Michel Wébert a donc vendu des livres édités par les libraires Froullé, Lesclapart, Desenne mais aussi Gattey, libraire royaliste célèbre à l’époque révolutionnaire parce qu’il publie et diffuse le sulfureux périodique les Actes des Apôtres mais aussi parce qu’il ne craint pas de défier la police et l’opinion publique de l’époque. Né à Autun en 1756, François-Charles Gattey a vingt-huit ans lorsqu’il est reçu libraire à Paris. Familier du Palais-Royal, où il tient boutique au numéro 14, il n’hésite pas à enfreindre les règles du commerce de la librairie ; il est d’ailleurs emprisonné à Charenton pour cette raison en 1787. Son royalisme militant vaut quelques désagréments à sa boutique, victime à plusieurs reprises de descentes de police ou d’attroupements populaires pas toujours spontanés18 (le 21 mai 1790, le 3 avril 1791). À ses côtés, sa femme, ses fils et sa sœur tiennent également la librairie. Le 2 ventôse an II (20 février 1794) une malle de livres, qui avait été envoyée à destination de Saint-Domingue au printemps de l’année précédente par les citoyens Bénard et Grandmaison, est interceptée au Havre ; l’enquête démontre que nombre des livres envoyés ont été acquis chez Gattey. Cet aspect des activités commerciales de Gattey avec Saint-Domingue doit être mis en relation avec les interrogatoires de la famille Lucas de Blaire opérés au cours de l’affaire Wébert. De plus, lors de la perquisition diligentée au Palais-Royal le 22 ventôse an II (12 mars 1794), les enquêteurs saisissent des lettres échangées entre Gattey et ses clients en Angleterre (en avril et mai 1790) ainsi qu’un mémorandum et des factures correspondant aux échanges entre Gattey et l’un de ses gros clients, Couve de Murville, colon installé à l’île de France (aujourd’hui île Maurice) en décembre 1790. Gattey, libraire important parce qu’il édite et diffuse les Actes des Apôtres, apparaît également comme un élément essentiel de la propagande contre-révolutionnaire outre-mer. Après une enquête minutieuse, Gattey, traduit devant le Tribunal Révolutionnaire le 25 germinal an II, est présenté comme un :

  • 19 AN, W 345, dossier n° 678, pièce n° 23.

« Libraire [qui a] tout le temps de la Révolution été le propagateur le plus actif des principes aristocratiques, le plus ardent distributeur de toutes les productions contre-révolutionnaires destinées à empoisonner l’esprit public, a cherché à opérer la Contre-Révolution dans les colonies en y envoyant tout ce qui pouvait être calomnieux19 ».

10De façon lapidaire, la question posée au Tribunal est : y a-t-il un complot aux colonies ? La réponse est oui. Une deuxième question est alors posée :

« Gattey, libraire de Paris, est-il convaincu d’être le complice de cette conspiration en imprimant, vendant et expédiant pour les colonies des écrits contre-révolutionnaires tendant à l’avilissement et à la dissolution de la représentation nationale et au rétablissement de la royauté ? »

  • 20 Archives de la Préfecture de Police, Aa, carton 18, pièce 103 bis.

11La réponse est encore oui. La sentence tombe, immédiatement : la mort. Sa sœur Marie-Claude Gattey, religieuse âgée de 39 ans « a poussé des cris de Vive le roi dans l’enceinte du Tribunal révolutionnaire et proféré des propos tendant au rétablissement de la royauté20 ». Immédiatement arrêtée, elle est guillotinée le lendemain, le 26 germinal an II (15 avril 1794). La disparition du libraire Gattey ne met cependant pas un terme à la circulation du plus beau fleuron de la presse royaliste et contre-révolutionnaire, le périodique les Actes des Apôtres.

Les Actes des Apôtres

  • 21 Artaud, Aubonne, Bergasse, Beville, Champcenetz, Du Mesnil-Durand, La Bintinaie, Langeron, Lauragu (...)

12Cette feuille périodique est publiée en moyenne tous les deux jours entre novembre 1789 et décembre 1791 ; la rédaction du journal, dont le maître d’œuvre demeure Peltier, est composée de dix-sept personnalités très caustiques qui se réunissent chaque semaine dans un café pour affûter leur prose21. La page de titre ainsi que le frontispice en donnent le ton :

« Les Actes des Apôtres
Commencés le jour des Morts, et finis le jour de la Purification ()
À Paris L’An de la Liberté O ».

  • 22 Langlois, La caricature contre-révolutionnaire, Paris, 1988, notice 16, illustration p. 64, publié (...)
  • 23 Ibid., op. cit., notice 30, illustration p. 89.
  • 24 Langlois, notice 94, illustration p. 164.
  • 25 Ibid., notice 21, illustration p. 74.
  • 26 Ibid., notice 22, illustration p. 78.
  • 27 Ibid., notice 24, illustration p. 79.

13Un autre frontispice, celui du volume 1, Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable, précise, si besoin était, le ton général de la publication. On y oppose la Ville de Paris soumise à la violence (peut-être est-ce la mise en images du pillage de l’Hôtel de Castries) avec la lettre « les bonnes actions valent mieux que les belles actions » et un combat naval intitulé « M. D’Albert de Riom fait une belle action se battant sur le Pluton contre IV vaisseaux ». Sur quelques numéros, et particulièrement les frontispices des différents volumes, figurent des gravures, parfois commentées très longuement. La célébrité des Actes des Apôtres donne aux illustrations qui y sont insérées une très large diffusion. Dans ce périodique se dessine, sous nos yeux, l’image d’une autre Révolution, celle des aristocrates traîtres à leur caste comme Narbonne, le ministre à tête de linotte, des girondins qualifiés de voleurs comme Brissot, ou des couches difficiles de la Constitution enfantée par Target. Parmi ces estampes remarquables figurent un Club de la Révolution au volume 1 (n° 23) et une Ouverture du club de la Révolution reprise en frontispice du volume 2 (n° 30), Les couches de M. Target22, frontispice du volume 3, BRISSOT mettant des gants23, volume 10, Ainsi va le monde, édité par Wébert, frontispice du volume 10, La chute du ministre Linotte24 (volume 11, n° 303), une Harpie aveugle25 (volume 11, n° 305), l’Occupation constitutionnel [sic] du commerce de Bordeaux26 (volume 11, n° 306), enfin, Le ministre Linotte déclarant la guerre à la noblesse française27 (volume 11). Les estampes sont fréquemment accompagnées de commentaires, censés apporter au public tous les éclaircissements nécessaires à leur compréhension. La comparaison des textes et des images révèle les obsessions politiques des rédacteurs du journal, ainsi que la minutie des dessinateurs. Témoignages des rivalités personnelles et des invectives lancées contre les protagonistes de la Révolution, les illustrations des Actes des Apôtres racontent aussi les grands enjeux politiques et économiques du moment. Ainsi, l’estampe Occupation constitutionnel [sic] du commerce de Bordeaux stigmatise-t-elle de façon astucieuse les conséquences de l’abolition de l’esclavage demandée par la Société des Amis des Noirs : Mercure assiste, impuissant, à la ruine du commerce de ce port négrier. Les rédacteurs du journal, porte-parole des intérêts des planteurs, militent sans cesse contre les positions défendues par le Club des Amis des Noirs et par les abolitionnistes.

14Journal plaisant à lire pour son ton persifleur, les Actes des Apôtres usent et abusent du registre des plaisanteries codées renvoyant pour les comprendre à une solide culture religieuse, dont ils procèdent allégrement au détournement et à la transposition. La connaissance intime des micro-événements de l’époque, les anecdotes risibles et les surnoms piquants du moment sont également requis afin de goûter tout le sel d’un journal que les contre-révolutionnaires appréciaient fort, à en juger par la multiplicité des collections existant encore dans les fonds des bibliothèques et par le nombre des exemplaires saisis !

15Les royalistes, on le sait à présent grâce aux travaux de Claude Langlois, apprécient le langage par l’image et multiplient les illustrations dans leurs publications. Mais le moins que l’on puisse dire est qu’elles ne sont pas très claires : bien qu’accompagnées fréquemment de très longs commentaires (de quatre à cinq pages souvent) censées les expliquer, leurs estampes, amusantes et originales quant au graphisme, demeurent obscures à force de vouloir trop dire. Ainsi de l’Ouverture du club de la Révolution, gravure anonyme très chargée, dont « L’explication » est donnée au volume 1, numéro 23. Le début du texte commence par le persiflage habituel sur les pratiques des révolutionnaires :

« Des gens mal intentionnés répandaient le bruit que la révolution actuelle ne serait pas durable, parce qu’elle avait dénaturé le caractère français, que le plaisir qui en faisait l’essence paraissait banni pour jamais de la capitale. Nous pouvons répondre de manière victorieuse aux objections de ces frondeurs aristocrates. Si ce qu’on nous a assuré est vrai, nous osons dire que la révolution est consommée et que la France, après avoir donné à l’Europe l’exemple d’un courage et d’une persévérance rares, après lui avoir donné des modèles pour toutes les constitutions nées et à naître, la France, disons-nous, va continuer d’être le centre des arts, du goût des divertissements raisonnés ».

16L’image représente le « club de la révolution » à la manière du cirque de Nicolet très prisé à l’époque dans la capitale. La Révolution est ainsi ravalée au rang d’une parade de cirque dont les protagonistes sont placés en équilibre très instable, l’abbé Sieyès, en haut d’une échelle, présentant la future constitution, une pyramide renversée, à un Target chancelant mais chargé de la remettre droite. Théroigne de Méricourt préside aux débats mais :

« Ses fonctions étant plus pénibles que celles du président, on a renforcé la sonnette, et on y a joint un manche et un battant d’une grosseur convenable ».

  • 28 La presse contre-révolutionnaire a inventé le ter

17Remarque dont la connotation sexuelle évidente est habituelle, concernant Théroigne de Méricourt, de la part des royalistes ! Parmi les danseurs du quadrille nommés « quatre sauteurs en liberté », le texte identifie Olympe de Gouges en jeune indienne, Madame de Condorcet en infante de Zamora, Mirabeau (« habillé en tigre royal avec un masque boue de Paris ») et Brissot de Warville, « habillé en juif errant28 ». Le spectacle se donne au Palais-Royal car :

« Un prince aimable, ayant voulu rassembler tous les plaisirs de Paris près de sa sérénissime personne, a fait dresser un nouveau temple à la Vénus pudique, dans les souterrains de son palais ; et comme les mœurs s’épurent tous les jours grâce à nos vertueux représentants […] M. Le Marquis de Condorcet a conçu le noble projet d’en faire un temple à la liberté, sous la dénomination de club de la révolution ou de portique français. »

18Orléans, détesté de ses pairs, ne pouvait pas être oublié dans le commentaire, quoiqu’il fût absent de l’image. La suite de l’explication, longue et alambiquée, montre comment les clubistes se partagent le gâteau des rois dont la fève, signe funeste, se trouve « dans la part au diable » :

« Cet accident a paru de mauvais augure, la confusion a commencé et, dans ce désordre, le feu s’étant mis à la gloire de la décoration nationale, la corniche du couronnement a beaucoup souffert, chacun de ses membres s’est empressé de regagner son logis, crainte d’accident et est arrivé chez lui, sale, crotté et méconnaissable. »

19Ainsi, dès le mois de janvier 1790, date approximative de ce texte, les royalistes s’efforcent-ils d’anéantir l’œuvre des révolutionnaires en incendiant par la métaphore le lieu des débats et de la gestation de la France nouvelle. Pis encore, Target, le député dont les couches difficiles vont enchanter les dessinateurs royalistes lorsqu’ils mettront en images le douloureux enfantement de la Constitution de 1791, occupe ici encore une position des plus inconfortables, en équilibre sur la corde « appuyé sur l’orteil du pied droit, la jambe gauche en l’air » et :

« M. Target a effectivement essayé longtemps de mettre la pyramide [la Constitution] sur le bout des doigts. M. Thouret, habillé en Arlequin, chantait le joli air de Rose et Colas : ah ! Comme il y viendra ! M. Target ayant voulu répondre j’ai plus que vous le poignet ferme a fait un faux mouvement. La pyramide l’a entraîné. Il a roulé et disparu comme un éclair : on l’a cherché longtemps inutilement ; enfin, M. Roussillot l’a déterré dans une cave occupé à raccommoder ses pompons et sa fraise à dentelle, derrière un tonneau de Frontignan ».

20Ainsi doivent sombrer les initiatives constitutionnelles du « club de la Révolution »…

21Les Actes des Apôtres, journal décidément davantage contre-révolutionnaire que royaliste dans la mesure où il ne célèbre pas la famille royale, a connu une très large diffusion et continue à circuler longtemps encore après l’arrêt de la publication, vers décembre 1791, comme en témoignent les cas judiciaires des libraires évoqués plus haut. Le titre est repris, dès octobre 1796 par le comte de Barruel-Beauvert, avec un succès dont témoigne un jeune notable de Cholet, Louis Révelière (1775-1866) qui nous renseigne sur l’impact de ce journal sur les esprits, encore en 1797 :

  • 29 Mémoires d’un soldat de la République, manuscrit de Louis Révelière, musée des guerres de Vendée, (...)

« La lecture de Mallet du Pan et du piquant journal des Actes des Apôtres, que je n’aurais peut-être pas connus ailleurs, fortifièrent et déterminèrent irrévocablement mes convictions politiques29 ».

  • 30 Actes des Apôtres, volume I, BNF Lc 922, p. 4.

22Barruel suspend cependant la publication de la deuxième série des Actes des Apôtres le 27 août 1797, à la veille du coup d’État anti-royaliste du 18 Fructidor. Ces nouveaux Actes des Apôtres se vendent à bas prix, 10 sous par numéro (qui ne compte pas moins de 24 pages) ou pour 5 livres par abonnement de trois mois ou encore 18 livres pour un abonnement annuel, chez le libraire Dumoulin, qui maîtrise bien les techniques commerciales. Le ton général du périodique de Barruel, hebdomadaire paraissant tous les dimanches, est assez différent de celui du journal de Peltier dont il emprunte cependant, dans les premières livraisons, le ton caustique comme dans un dialogue fictif, imaginé le 9 octobre 1796, entre Louvel et Chénier30 ; il devient vite moins persifleur et se complaît volontiers dans la déploration sur le sort de Louis XVI. On peut lire par exemple, à la date du 13 germinal an II de la République Française (mais, est-il précisé, « 2 avril 1797, style de l’Europe et de l’Amérique ») ce quatrain :

  • 31 Actes des Apôtres, volume III, p. 381, BNF Lc2 922, p. 381.

« Bon père, bon époux, sensible et généreux,
Il aima les Français, voulut les rendre heureux,
Roi sans ambition, plein d’un noble courage,
S’il ne sût pas régner
Il mourut comme un sage31 ».

23Une fois encore, en insistant sur l’inaptitude politique de Louis XVI, Barruel se montre davantage contre-révolutionnaire, ou, à la rigueur monarchiste, que royaliste.

  • 32 Sabine Juratic, « Commerce et réseaux du livre clandestin à Paris au xviiie siècle », La lettre cl (...)

24Ainsi, parvenus au terme de cette enquête au cœur des réseaux royalistes militants, découverts et démantelés par les autorités policières du Paris de la Terreur, pouvons-nous percevoir avec davantage de précision la permanence du discours royaliste après l’exécution de Louis XVI. Certes, la mise à mort du roi n’a pas recueilli l’adhésion de tous, y compris parmi les membres du côté gauche de la Convention. Les longs et minutieux débats qui ont accompagné le procès, ainsi que les appels nominaux successifs sur la sentence sont là pour en témoigner. Girondins, modérés et peut-être même royalistes peuvent, en lisant quelques-unes des brochures diffusées par des Froullé, des Gattey ou des Desenne, ou en regardant les estampes vendues dans la librairie de Wébert, faire preuve de liberté d’opinion, d’esprit de persiflage ou de sens de la contradiction face au monde de la pureté révolutionnaire qui leur était proposé. Cependant, les nombreux livres et les publications périodiques de première importance comme les Actes des Apôtres ou les Amis du Roi qui circulent encore à Paris en 1793 et 1794, témoignent d’un grand courage et d’une grande liberté d’esprit de la part de ceux qui les diffusaient autant que de la part de ceux qui se les procuraient, ainsi que de la permanence d’une image royale positive, voire de l’aspiration à une restauration monarchique. « Contrepoint inévitable de la volonté absolutiste de contrôler les écrits32 », sous l’Ancien Régime, le commerce des écrits interdits devient, sous la Terreur, étant données les circonstances, un véritable acte d’engagement politique. Les citoyens, libraires surtout, mais également clients, qui ont délibérément choisi de se mettre en danger et de risquer un destin que personne ne pouvait ignorer surtout après les deux premières exécutions, celles de Levigneur et de Froullé, ont fait preuve de résistance à l’encontre du gouvernement révolutionnaire. Certes, ils ne sont pas tous des royalistes convaincus : on a vu que nombre de partisans d’un gouvernement républicain modéré, ou de Girondins, hostiles à l’exécution du roi, ont pu être amateurs de ces ouvrages interdits, de la Liste comparative aux Prédictions pour la fin du xviiie siècle ou aux Actes des Apôtres.

  • 33 Claude Langlois, Les sept morts du roi, Paris, Anthropos-Economica, 1993.

25Les contours de la propagande royaliste à venir au cours du xixe siècle dessinent alors l’histoire d’une autre Révolution. Pas la Révolution des foules parisiennes prenant la Bastille, ni celle des paysans cheminant, fourche à la main, dans des campagnes saisies par la Grande Peur, encore moins celle des Constituants mettant en œuvre la France nouvelle et pas davantage celle, audacieuse, de Danton ou, régénérée, de Robespierre. La Révolution qui nous est donnée à voir dans les brochures royalistes est celle des complots, des lâchetés et des trahisons. Complot d’octobre 1789 et trahison de Philippe d’Orléans, lâcheté des émigrés honteux qui ne prennent pas les armes pour sauver leur roi, lâcheté aussi de celui-ci qui préfère l’abandon et la mollesse à la répression violente. La France des royalistes en 1794 est une France malade, qui contemple ses ruines et ne sait pas panser ses blessures. Elle se complaît à ressasser le passé, passant du grand roi-soleil au bon roi Henri et à gémir sur les erreurs commises en 1789 et 1790. Discours plaintif, le discours des royalistes ne contribue pas à grandir l’image de la monarchie, et encore moins celle du roi Louis XVI. Roi-cochon des patriotes en 1791, le Louis Capet de la Première République sort encore amoindri de la presse et de la littérature des monarchistes des années 1792-1794. Après six morts symboliques successives 33, le roi meurt-il une septième fois après Thermidor lorsqu’il voit s’effacer les traces de la majesté royale dans le discours de propagande des royalistes qui choisissent en Madame Elisabeth une image de souveraineté plus proche, plus sereine et moins discutable que la sienne proche ? Les deux difficiles Restaurations, en 1814 et 1815 montrent combien la rupture avait été profonde entre le peuple français et son souverain. Le persiflage acide des gravures des Actes des Apôtres a pu séduire une clientèle ironique ; il n’a pas réussi à empêcher l’avilissement et donc la destruction du « roi de papier » Louis XVI.

Notes

1 Nous ne faisons pas de distinction ici entre la notion d’écrits « contre-révolutionnaires » et d’écrits « royalistes » ; les documents rencontrés sont tous assurément contre-révolutionnaires et prônent une défense de la monarchie, par-delà la personne de Louis XVI.

2 Annie DUPRAT, « Louis XVI morigéné par ses ancêtres en 1790 : Les entretiens des Bourbons », dans xviiie siècle, n° 26, 1994, p. 317-332.

3 Catherine de Médicis dans le cabinet de Marie-Antoinette à Saint-Cloud, quatorze dialogues de huit pages chacun, sd [1790], de l’imprimerie Royale, BNF Impr., 8° Lb39 4562 et BHVP 856806. Les deux derniers dialogues sont indiqués comme « de l’imprimerie de Chaudriet ».

4 Philippe d’Orléans.

5 Chantal Thomas, La reine scélérate, Marie-Antoinette dans les pamphlets, Paris, Seuil, 1989.

6 Jacques-Marie Boyer de Nîmes, Histoire des caricatures de la révolte des Français, Paris, Imprimerie du Journal du Peuple, 1792, 2 vol., BNF Impr., La32 29 (1-2), p. 295-309.

7 Ibidem, volume I, p. 295. Voir la variante de Boyer, BNF Est., coll. De Vinck 4005.

8 Louis-Marie Prudhomme, Les crimes des reines de France depuis le commencement de la monarchie jusqu’à Marie-Antoinette, Paris, Bureau des Révolutions de Paris, 1791, BNF Impr., L38 A. L’ouvrage a connu de nombreuses rééditions, preuve de son succès.

9 Boyer, op. cit., p. 295.

10 Actes des Apôtres, op. cit., vol. 10, p. 54. BNF Estampes, coll. De Vinck 4351.

11 AN, Bb3 73.

12 AN, W 369, folio 34.

13 AN, W 369, folio 35

14 AN, W 369, folio 37.

15 Louis IX à Saint-Cloud, BNF Lb39 4266.

16 Arch. de la Préfecture de Police, carton Aa 8, dossier 89.

17 Ibidem, carton Aa 25, dossier 151.

18 Pour une étude plus détaillée, voir Annie Duprat, « Un réseau de libraires royalistes à Paris sous la Terreur », Annales Historiques de la Révolution Française, n° 3/2000, p. 45-68.

19 AN, W 345, dossier n° 678, pièce n° 23.

20 Archives de la Préfecture de Police, Aa, carton 18, pièce 103 bis.

21 Artaud, Aubonne, Bergasse, Beville, Champcenetz, Du Mesnil-Durand, La Bintinaie, Langeron, Lauraguais, Mirabeau-Cadet (connu chez les patriotes sous le sobriquet de Mirabeau-Tonneau), Montlosier, Régnier, Rivarol, Suleau, Tilly, Turménie, la duchesse de Villeroy.

22 Langlois, La caricature contre-révolutionnaire, Paris, 1988, notice 16, illustration p. 64, publiée chez Wébert.

23 Ibid., op. cit., notice 30, illustration p. 89.

24 Langlois, notice 94, illustration p. 164.

25 Ibid., notice 21, illustration p. 74.

26 Ibid., notice 22, illustration p. 78.

27 Ibid., notice 24, illustration p. 79.

28 La presse contre-révolutionnaire a inventé le ter

29 Mémoires d’un soldat de la République, manuscrit de Louis Révelière, musée des guerres de Vendée, p. 7 dans la transcription de Magali Tresseras, Le théâtre révolutionnaire à travers les Mémoires d’un soldat de la République, mémoire de maîtrise, sous la direction d’Annie Duprat, Université du Maine, 1998.

30 Actes des Apôtres, volume I, BNF Lc 922, p. 4.

31 Actes des Apôtres, volume III, p. 381, BNF Lc2 922, p. 381.

32 Sabine Juratic, « Commerce et réseaux du livre clandestin à Paris au xviiie siècle », La lettre clandestine, n° 6, 1997, p. 230-242.

33 Claude Langlois, Les sept morts du roi, Paris, Anthropos-Economica, 1993.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16558/img-1.png
Fichier image/png, 4,0M

Auteur

IHRF-Paris 1

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540