Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Contre-Révolution en Europe

 | 
Jean-Clément Martin

Les réseaux de la Contre-Révolution

La Contre-Révolution et l’abolition de l’esclavage

Le Marquis de la Rochejaquelein, membre du club Massiac et acteur dans l’occupation anglaise de Saint-Domingue, 1789-1802

Florence Gauthier

Texte intégral

  • 2 Né en 1749, il épousa en 1769 Constance de Caumont-Dade qui possédait l’habitation du Baconnois à (...)
  • 3 Ce fut à l’occasion du Serment du Jeu de Paume, le 20 juin 1789, que les colons de Saint-Domingue (...)

1Henri du Vergier, marquis de La Rochejaquelein, maréchal de camp, se trouva par son mariage, propriétaire d’une habitation située à l’Anse à Veau, dans le sud de Saint-Domingue2. Il fut un des fondateurs du Club Massiac qui se fit connaître publiquement le 20 août 1789. Le Club Massiac était issu d’un comité de colons de Saint-Domingue qui se réunirent à Paris et tentèrent, depuis juillet 1788, de se faire représenter aux États généraux, ce que le roi leur refusa. À la faveur de la révolution qui transforma les États généraux en Assemblée nationale, ces colons obtinrent une députation à l’Assemblée. Le débat du 3 juillet 1789 ne les reconnut pas, contrairement à leur demande, comme représentants de l’ensemble de la colonie de Saint-Domingue, mais comme députés de la seule population blanche de l’île : leur représentation fut limitée à 6 députés3.

  • 4 Archives Nationales, AD XVIIIc 118, chap. 30, Correspondance secrète des colons, publiée en 1790 p (...)

2Mais, à peine la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen était-elle votée le 26 août que les membres du Club Massiac se divisèrent sur le rôle de la députation. En effet, les principes de la Déclaration des droits leur apparurent comme une menace du système colonial esclavagiste et ségrégationniste. Jusqu’où irait l’Assemblée ? En viendrait-elle à supprimer la traite, puis l’esclavage ? Entendrait-elle la demande de représentation formulée par les citoyens libres de couleur qui se trouvaient eux aussi à Paris ? Ce fut alors qu’une partie de ces colons décida de tout mettre en œuvre pour échapper à la nouvelle constitution et désignèrent la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, dans une formule étonnante pour un lecteur du xxe siècle, comme la « terreur des colonies4 ».

3Leur stratégie fut alors la suivante :

  • organiser à Saint-Domingue la prise de pouvoir dans le cadre d’assemblées coloniales dans le but de maintenir le statu quo esclavagiste et ségrégationniste et empêcher les libres de couleur de s’organiser.
  • en France, rassembler toutes leurs forces pour empêcher les débats publics sur la réalité de la société coloniale, ce qui supposait d’enrayer la campagne des citoyens de couleur, et faire taire les velléités déjà exprimées de supprimer la traite et l’esclavage. Mais aussi, obtenir de l’Assemblée une constitution spécifique à l’usage des colonies esclavagistes, ce qui leur éviterait l’application des principes de la Déclaration et les dispenserait d’avoir, dans l’avenir une représentation dans l’Assemblée en France, représentation qui leur apparaissait maintenant, dangereuse et à laquelle ils préféraient les pratiques secrètes de lobby. Il est vrai que les colons avaient déjà, sous l’Ancien Régime, expérimenté ces pratiques de lobby qui leur avaient particulièrement réussi5.
  • 6 Jean-Baptiste Gabriel Larchevesque-Thibaud, né à Saint-Domingue en 1745, planteur, il fut avocat a (...)

4Ainsi, dès la fin du mois d’août 1789, un des députés de Saint-Domingue, Larchevesque-Thibaud, abandonnait sa fonction à Paris pour aller organiser d’urgence les assemblées coloniales à Saint-Domingue6.

5Il est nécessaire de préciser ici un problème qui divisait les colons blancs : celui des libres de couleur. En effet, depuis la fin du xviie siècle, des colons blancs avaient épousé, ou vécu avec des femmes de couleur, esclaves ou métissées et eu des enfants qu’ils avaient voulu reconnaître et en faire leurs héritiers. Or, depuis environ cinquante ans, une partie des blancs avait progressivement imposé ce qui devint le préjugé de couleur au sein de la partie libre de la population de la colonie. Les enfants métissés des colons blancs subirent une forme nouvelle de ségrégationnisme qui tendit à les exclure des places avantageuses pour cause de couleur. Les gens de couleur, ou sang-mêlés subirent l’insulte de la recherche, à usage public, des origines pour déterminer leur statut. Exclus du droit, ils perdirent même celui de défendre leur héritage et dans certaines régions de l’île, les libres de couleur ne pouvaient même plus espérer d’y demeurer. Ils commencèrent alors à se regrouper pour se défendre dans des zones non encore défrichées. Notons que la législation coloniale en vint à imposer aux blancs qui avaient épousé des femmes de couleur, le statut de sang-mêlés. De grands planteurs nobles se trouvaient dans ce cas : ils furent rayés des listes de l’ordre de la noblesse en France. Dans les années soixante, de nombreux grands planteurs qui se trouvaient dans cette situation, se réfugièrent en France avec leur famille.

  • 7 Voir le remarquable travail de Yvan Debbasch, Couleur et Liberté. Tome I L’affranchi dans les poss (...)

6Les colons de Massiac étaient divisés sur ce problème. Deux partis s’opposaient : celui qui croyait protéger la colonie esclavagiste par un ségrégationnisme sans faille dont Larchevesque-Thibaud fut un actif représentant, l’autre qui cherchait à ouvrir le statut de colon de plein droit aux individus les plus « blanchis » et les mieux nés de la classe des gens de couleur. Moreau de Saint-Méry, Malouet, Maury par exemple, furent des théoriciens de ce parti. Mais ne l’oublions pas, les deux partis s’accordaient sur un objectif commun : le maintien de la société coloniale esclavagiste et ségrégationniste qui leur avait assuré jusque-là leur fortune7.

  • 8 AN, DXXV 56, dossier 549, n° 13, Julien Raimond, Correspondance avec ses frères de Saint-Domingue, (...)

7Dans les faits, à Saint-Domingue, les assemblées coloniales des trois provinces furent formées dès la fin de l’année 1789, déclenchant une guerre civile au sein de la classe des maîtres, pour empêcher les libres de couleur d’y participer mais aussi les blancs qui les soutenaient. Rappelons l’assassinat pour l’exemple du colon blanc Ferrand de Beaudières, qui avait pris la défense des libres de couleur, en novembre 17898.

  • 9 A. P. op. cit., t. 26, 13 mai 1791, p. 62. Soulignons que l’historiographie de la Révolution n’a p (...)
  • 10 Les travaux de B. Maurel l’ont amplement démontré, voir Saint-Domingue et la Révolution française. (...)

8En France, le Club Massiac réussit à organiser un solide réseau en faisant appel aux propriétaires de plantations nombreux dans la noblesse française, au grand négoce et aux Chambres de commerce, au manufacturiers liés au commerce colonial. Le Club réussit des campagnes de désinformation efficaces pour faire taire les citoyens de couleur et leurs alliés et remporta une série de victoires sur le plan législatif. Résumons-les : le 13 mai 1791, les colons obtinrent de l’Assemblée constituante la constitutionnalisation de l’esclavage dans les colonies9. Puis, le décret du 15 mai 1791 qui reconnaissait l’égalité des droits à une catégorie des libres de couleur, fut, du point de vue des colons, un « couac » vite corrigé par le décret du 24 septembre suivant qui le supprima et introduisit le préjugé de couleur dans le droit constitutionnel français. Enfin, les colons obtinrent le principe d’une constitution spécifique pour les colonies et la suppression des députés des colonies dans les assemblées françaises par le décret du 28 septembre 179110.

  • 11 Voir Cyril L.R. James, Les Jacobins Noirs, Paris, 1947 pour la traduction de l’anglais, réed. comp (...)

9Cependant, ces victoires apparentes masquèrent, mais pour peu de temps, les conséquences désastreuses de cette politique à Saint-Domingue. En effet, la guerre des épidermes que ces colons avaient provoquée et qui fut une guerre terrible, ouvrit un processus de désagrégation de la société coloniale par le haut et offrit une occasion extrêmement favorable à une insurrection des esclaves qui commença en août 1791, dans le nord de l’île. L’échec de la politique de Larchevesque-Thibaud et de l’Assemblée de Saint-Marc était patent11.

  • 12 Voir l’ouvrage très novateur, de David Geggus, Slavery, War and Revolution. The British Occupation (...)
  • 13 Pierre François Venault de Charmilly envoyé à Saint-Domingue dans l’armée en 1776, y devint plante (...)

10Le Club Massiac avait commencé dès 1789 à chercher des soutiens auprès d’autres puissances coloniales et l’insurrection des esclaves accéléra cette recherche. En novembre 1791, des colons des assemblées coloniales vinrent en France demander de l’aide au réseau de Massiac. Ce fut à cette époque que le marquis de La Rochejaquelein se lia avec Cougnacq-Myon qui venait d’arriver de Saint-Domingue comme commissaire auprès du roi, et l’introduisit dans les milieux de la Contre-Révolution des Princes (Provence et Artois)12. D’autres contacts furent pris par des colons de Saint-Domingue avec le gouvernement anglais. Ainsi, Venault de Charmilly rencontra Pitt lui-même deux fois en novembre 179113.

  • 14 Voir Mémoires de la marquise de La Rochejaquelein, op. cit., p. 447 ; Geggus, op. cit, p. 82.

11Depuis la fin de l’année 1791, fuyant l’insurrection des esclaves, de nombreux colons émigrèrent en Angleterre. La Rochejaquelein émigra lui aussi en Angleterre en janvier 1792 avec sa femme et ses plus jeunes enfants, laissant son fils aîné, Henri, à Paris. À Londres, La Rochejaquelein, introduit par des planteurs de la Jamaïque, rencontra Hawkesbury, ministre des Colonies, à qui il présenta le baron de Montalembert, un des dirigeants de la Contre-Révolution royaliste, qui était comme lui militaire, planteur à Saint-Domingue et lié à Massiac14.

  • 15 Voir Geggus, op. cit., p. 82.

12En 1791-1792, La Rochejaquelein et Montalembert réussirent à relier la Contre-Révolution des Princes à celle des colons esclavagistes, ce qui n’était pas une mince affaire vu l’état de division qui régnait parmi eux. Cougnacq-Myon les retrouva à Londres. En septembre 1792, Montalembert le présenta au comte de Provence qui le nomma représentant des Princes dans les Antilles, s’engagea à défendre les colons, à maintenir l’esclavage dans les colonies et à financer leur Contre-Révolution sur la dette contractée par les États-Unis depuis la Guerre d’Amérique. Restait à Cougnacq-Myon, à La Rochejaquelein et à Montalembert à se faire reconnaître par les colons émigrés et par le gouvernement anglais. La Rochejaquelein quitta Londres pour Saint-Domingue à la fin de l’année 1792, mais dut se réfugier à la Jamaïque où il retrouva en janvier 1793 Montalembert et Cougnacq-Myon. Ils décidèrent de préparer et devancer l’éventuelle intervention britannique en formant une armée de colons parmi les réfugiés à la Jamaïque ainsi qu’à Saint-Domingue15.

  • 16 David Geggus a mis en lumière le rôle de Malouet, émigré à Londres en 1792, comme agent de liaison (...)

13Pendant ce temps-là, Malouet qui avait émigré en Angleterre en septembre 1792 avec l’accord des Princes, avait réussi à devenir le représentant des émigrés à Londres et obtint, le 25 février 1793, le soutien d’une soixantaine de colons émigrés pour négocier avec le gouvernement anglais. Il représentait, au sein de la Contre-Révolution royaliste un courant favorable aux royalistes réformateurs de l’ancien régime et était lui aussi lié à Massiac. Le 1er février 1793, la Convention girondine après hésitation, choisit le jeu dangereux de déclarer la guerre à l’Angleterre et à la Hollande, puis le 7 mars à l’Espagne. Ce fut alors que le gouvernement anglais négocia avec Malouet un projet d’occupation des colonies françaises. Le projet du gouvernement anglais était de prendre les colonies françaises comme moyen de négociation. Celui de Malouet était de faire de l’intervention anglaise un moyen de protection des colonies esclavagistes avec restitution à la France une fois la paix revenue. Malouet craignait une intervention espagnole liée à une restauration de l’ancien régime des plus conservatrices. Il craignait également le pouvoir des colons des assemblées coloniales de Saint-Domingue. Bref, il cherchait à ménager dans l’intervention anglaise une éventuelle restauration d’une monarchie réformatrice correspondant à ses vœux16.

  • 17 On trouvera le texte de l’accord passé le 25 février 1793 dans Geggus, op. cit., Appendix C, p. 39 (...)

14Le 25 février 1793, Malouet et Venault de Charmilly signaient l’accord avec le gouvernement anglais qui interviendrait pour mettre la colonie de Saint-Domingue en séquestre jusqu’à la paix, ensuite la question de la souveraineté sur l’île serait arrêtée entre les gouvernements français et britannique. Le 5 avril, ces accords étaient modifiés : l’occupation n’aurait lieu que si les colons l’acceptaient sans résistance et sous forme de capitulation. Le gouvernement anglais s’engageait à protéger les propriétés des colons et l’esclavage et offrait aux libres de couleur le statut qu’ils avaient dans les colonies anglaises, à savoir un régime ségrégationniste ouvrant le statut de blanc aux libres de couleur riches et « blanchis17 ».

15Quelle était la situation de Saint-Domingue à la veille de l’occupation anglaise ? Depuis août 1791, l’insurrection des esclaves s’était étendue. Les colons blancs avaient été obligés de composer avec les libres de couleur et de leur reconnaître leurs droits, tandis que les libres de couleur composaient avec les esclaves insurgés. Par ailleurs, l’Assemblée législative avait reconnu leurs droits aux libres de couleur le 4 avril 1792 et envoyé une commission civile composée de Polverel, Sonthonax et Ailhaud. Les commissaires civils avaient entamé la mise en application de la loi du 4 avril et formé des gardes nationales de libres de couleur. Le gouvernement espagnol, quant à lui, joua la carte du soutien à des armées d’esclaves insurgés dans le but d’enrayer la progression des libres de couleur et des commissaires civils.

  • 18 Sur l’affaire Galbaud voir Thomas Madiou, Histoire d’Haïti, 8 vol., Port-au-Prince, depuis 1847, r (...)

16Après la Révolution du 10 août 1792, les commissaires civils cherchèrent à préparer l’abolition de l’esclavage à Saint-Domingue en négociant avec les insurgés, en cherchant à accélérer le vote de l’abolition par la Convention. Mais la Convention girondine envoya un nouveau gouverneur à Saint-Domingue, le général Galbaud et des troupes. Galbaud débarqua au Cap en juin 1793 et retourna ses troupes contre les commissaires civils à la demande des colons. Les commissaires civils allaient se faire battre lorsque des esclaves insurgés dans les environs du Cap intervinrent dans cette bataille et écrasèrent les troupes de Galbaud. Ce fut une victoire décisive, les colons battus émigrèrent en masse : près de 10 000 prirent la fuite, ce fut la fin de la domination blanche à Saint-Domingue18.

  • 19 Voir F. Gauthier, Triomphe et mort du droit naturel en révolution…, 3e Partie et « Le rôle de la d (...)

17Dans les semaines qui suivirent, les vainqueurs se réunirent en assemblées et discutèrent des modalités d’abolition de l’esclavage. Le 24 août, ils votaient la liberté générale dans la province du Nord. Sonthonax qui avait été sauvé par eux, rallia leur décision le 29 août et l’étendit à toute l’île. Le 23 septembre, la commune du Cap procédait à l’élection de la députation de Saint-Domingue par les nouveaux citoyens ci-devant esclaves et leurs alliés libres de couleur et blancs. Le drapeau de l’égalité de l’épiderme fut élu sous la forme de six députés, deux noirs, deux blancs et deux métis que le nouveau peuple de Saint-Domingue envoyait à la Convention pour lui demander de soutenir la révolution de l’abolition de l’esclavage et de la société ségrégationniste19.

18Revenons un peu en arrière. À la suite de la défaite de Galbaud, le gouvernement espagnol commença d’occuper Saint-Domingue dans la partie frontalière de l’ouest en juillet. La Rochejaquelein et Montalembert débarqués avec quelques soldats, se joignirent aux Espagnols, cherchant à jouer leur propre carte avant le débarquement anglais prévu. Mais, ils abandonnèrent les Espagnols quand ils comprirent que ces derniers voulaient conquérir Saint-Domingue.

  • 20 Geggus, Slavery, War and Revolution…, op. cit., p. 58, 73, 107, 126.

19Après l’échec de Galbaud, l’émigration massive des colons et l’abolition de l’esclavage, l’occupation anglaise se présentait dans un contexte peu favorable. Le 20 septembre 1793, 600 soldats britanniques débarquaient à Jérémie dans le sud de l’île, accueillis par les colons et le 22 septembre, un autre débarquement avait lieu dans l’excellent port du Môle Saint-Nicolas, dans le nord de l’île. La Rochejaquelein et Montalembert rallièrent les forces britanniques. La Rochejaquelein forma la Légion de la Couronne dans le sud, son fils Louis qui l’accompagnait, et qui avait alors 16 ans, devint capitaine de grenadiers dans la Légion de son père. Montalembert forma une Légion dans la région de l’ouest et enrôla, entre autres, les hommes de Jean Kina, un esclave affranchi qui avait été armé par les colons du sud en 1792 pour combattre les libres de couleur. Durant toute la période de l’occupation, Montalembert s’était solidement installé dans une région stratégique, au Cul-de-Sac, où il avait d’ailleurs sa plantation. Il réussit, en armant essentiellement des esclaves que les autorités britanniques levaient sur les plantations des colons de la zone occupée, à contrôler la route de Port-au-Prince et celle de la Province du Sud. De 1794 à 1797, il parvint à empêcher la jonction des forces de Toussaint Louverture qui unifiait le nord et celles de Rigaud qui avait constitué un bastion de libres de couleur dans le sud. La Rochejaquelein fut moins chanceux. Au bout d’un an, sa Légion de la Couronne avait été décimée. Coincé dans le sud par Rigaud, il ne parvint pas à faire la jonction avec Montalembert20.

  • 21 Ibid., p. 158- 163.

20L’occupation britannique de Saint-Domingue, de 1793 à 1798, fut difficile, coûteuse en destructions humaine et matérielle et finalement désastreuse. Sur place, les colons déjà divisés accentuèrent leurs divisions. Trois partis s’affrontaient. Le gouverneur Williamson s’appuya au début sur le parti des colons des assemblées coloniales qui peuplèrent son Conseil. Malouet, de Londres, conseillait de s’appuyer sur les membres de son parti mais était, de si loin, bien impuissant à se faire entendre et ce fut Montalembert qui s’imposa de fait. Sa position militaire très forte le lui permettait. Pour contrer le parti des colons des anciennes assemblées coloniales, Montalembert voulait un gouvernement militaire et parvint à contraindre Williamson à maintenir la loi martiale en n’hésitant pas à monter des provocations pour y parvenir. Montalembert se débarrassa même de Cadusch, un des dirigeants des assemblées coloniales de Saint-Marc, en le faisant provoquer en duel par un de ses officiers qui le tua en juillet 1795. La loi martiale permettait aussi de faire arrêter ses adversaires politiques. Bref, les rapports entre les colons étaient non seulement difficiles mais meurtriers21.

21Avec les libres de couleur, l’occupation britannique fut incapable de trouver une solution. En effet, la loi du 4 avril 1792 reconnaissait leurs droits, mais l’accord de capitulation ne leur concédait que le statut que cette classe avait dans les colonies britanniques. Sous les pressions contradictoires des colons, Williamson fut incapable de trancher et s’en tint aux termes de la capitulation. Le résultat fut rapide : au bout d’un an d’occupation, les libres de couleur qui étaient alors bien plus nombreux que les blancs à Saint-Domingue, abandonnèrent les Britanniques pour tenter leur chance avec Louverture ou avec Rigaud.

  • 22 Ibid., p. 125 et s. et chap. XI, p. 290-331.

22Les forces d’occupation britannique furent contraintes de recruter des soldats parmi les esclaves de la zone occupée et ne les obtinrent qu’en leur promettant la liberté ! Les colons étaient une fois de plus divisés sur ce problème, insoluble d’ailleurs dans le cadre de leur objectif de maintien du système colonial esclavagiste22 ! Un des résultats de l’occupation britannique fut d’étendre la destruction des plantations qui ne l’avaient pas été jusque-là, et d’accélérer la diffusion de l’annonce du décret d’abolition de l’esclavage par la Convention, le 16 pluviôse an II-4 février 1794. Deux ans après, en 1796, dans le moindre coin de l’île, la population en avait pris connaissance.

  • 23 Ibid., chap. VIII, p. 187 et s. ; Yves Bénot, « Chronologie sommaire des abolitions de la traite d (...)

23L’offensive britannique ne s’était pas limitée à Saint-Domingue. Depuis septembre 1793, la marine britannique avait conquis, par capitulation, la Martinique, Sainte Lucie et la Guadeloupe en mars-avril 1794, juste après que la députation de l’égalité de l’épiderme élue à Saint-Domingue ait réussi, non sans difficultés, à atteindre Paris et à éclairer la Convention sur les événements de la Caraïbe. Le décret du 4 février 1794 abolissant l’esclavage dans toutes les colonies françaises allait aider le développement des révolutions de l’abolition de l’esclavage. La guerre dans les Caraïbes prenait un caractère inédit : guerre des esclavagistes ségrégationnistes contre le droit des gens et des peuples à leur liberté. L’abolition de l’esclavage fut effective en Guadeloupe, libérée en juin 1794, et en Guyane. À Sainte-Lucie, l’abolition dura une année mais, en juin 1796, la reconquête anglaise rétablissait l’esclavage. De façon générale, un vent de révolte souffla dans l’Amérique soumise à l’esclavage, de Cuba au Vénézuela, de la Jamaïque à la Virginie, de la Martinique sous occupation britannique à la Dominique23.

  • 24 Geggus, op. cit., chap. XV, p. 382 et s. Le bilan de l’occupation britannique de Saint-Domingue s’ (...)

24À Saint-Domingue, les progrès de Louverture et de Rigaud avaient conduit le gouvernement anglais à renoncer à l’occupation à la fin de l’année 1797. Le général Maitland, favorable à une évacuation complète et immédiate arriva à Saint-Domingue en mars 1798. Il dut affronter le refus d’une partie de l’état-major britannique qui écoutait des colons, dont Montalembert, favorables maintenant à une partition de la Province de l’Ouest. Mais Louverture et Rigaud parvinrent à déloger les derniers bastions et Maitland négocia directement avec Louverture la protection des réfugiés, une amnistie en faveur des soldats et l’évacuation des troupes d’occupation. Le 20 août 1798, les hostilités s’arrêtèrent, en octobre, les dernières troupes étaient évacuées. Louverture négocia la neutralité de l’Angleterre et des échanges commerciaux, préparant la politique d’indépendance de l’île qu’il réalisa en 1801. La seule occupation de Saint-Domingue avait coûté au gouvernement anglais la perte de 20 000 hommes pour tenter d’empêcher l’abolition de l’esclavage…24

  • 25 Mémoires de la marquise de La Rochejaquelein…, op. cit., p. 448-49.
  • 26 Ibid.

25La Rochejaquelein ne quitta Saint-Domingue que contraint par Rigaud qui le laissa fuir à la Jamaïque. Son fils Louis, maintenant âgé de 21 ans, resta dans un régiment britannique et retourna en Angleterre25. En 1802, Bonaparte qui venait de prendre le pouvoir par un coup d’État et qui avait choisi de s’appuyer sur le parti colonial, décida d’en finir avec le gouvernement des noirs et envoya une imposante expédition reconquérir les colonies des Antilles et y rétablir l’esclavage. S’il y parvint, non sans résistances en Guadeloupe, il connut à Saint-Domingue un échec militaire, politique et moral. L’expédition provoqua une nouvelle révolution qui conduisit à l’indépendance de la République haïtienne le 1er janvier 1804. La Rochejaquelein se présenta sur son ancienne plantation de l’Anse à Veau, dès l’arrivée des troupes françaises, mais mourut quelques mois plus tard, le 6 septembre 180226.

26Son fils Louis, rentré en France, épousa le 1er mars 1802 Victoire de Donissan, veuve de Lescure, à qui il confia le récit des actions de son père, à Saint-Domingue, qu’elle transmit dans ses Mémoires. Ce sont aussi les archives concernant les politiques coloniales à l’époque révolutionnaire qui permettent de saisir la spécificité des activités contre-révolutionnaires du marquis de La Rochejaquelein et son rôle de dirigeant dans la tentative, réussie à ses débuts, de relier la Contre-Révolution des Princes à celle du parti colonial esclavagiste, dont le Club Massiac fut, dès 1789, un des lieux de contact.

Notes

2 Né en 1749, il épousa en 1769 Constance de Caumont-Dade qui possédait l’habitation du Baconnois à Saint-Domingue. Victoire de Donissan, veuve de Louis de Salgues marquis de Lescure, épousa en secondes noces Louis du Vergier marquis de La Rochejaquelein, en 1802. Elle a consacré quelques pages au séjour de son second beau-père et de son second mari à Saint-Domingue dans ses Mémoires, publiés en 1814 et complétés dans les éditions successives ; voir l’édition, Mercure de France, 1984, p. 446-54. Sur la formation du club des colons de Saint-Domingue qui prit le nom de Massiac, voir Gabriel Debien, Les colons de Saint-Domingue. Essai sur le Club Massiac, Paris, 1953, p. 393.

3 Ce fut à l’occasion du Serment du Jeu de Paume, le 20 juin 1789, que les colons de Saint-Domingue obtinrent de l’Assemblée le principe de leur admission, Archives parlementaires, 1re série, Paris, depuis 1867, t. 8, p. 138. Puis, lors des débats des 27 juin et 3 juillet, l’Assemblée admit six députés représentants de la population blanche de la colonie : Cocherel, Gouy d’Arsy, Thébaudières, Larchevesque-Thibaud, Perrigny et Gérard, A.P., t. 8, p. 164 et 186 ; Armand Brette, Les Constituants, Paris, 1897, p. 187. Par la suite, d’autres colonies reçurent une représentation de la population blanche, Curt et Galbert pour la Guadeloupe, Dillon et Moreau de Saint-Méry pour la Martinique, Beylié et Louis Monneron pour Pondichéry, Pierre Monneron et Missy pour l’Île de France, voir Brette, op. cit., p. 190 et Jacques Binoche, « Les députés d’outre-mer pendant la Révolution française, 1789-1799 », in Annales Historiques de la Révolution française, 1978, n° 231, p. 45-80.

4 Archives Nationales, AD XVIIIc 118, chap. 30, Correspondance secrète des colons, publiée en 1790 par Julien Raimond, rééditée en 1795, « Lettre de la députation de Saint-Domingue à ses commettants », 11 janvier 1790, p. 22-41. Cette Correspondance a été rééditée dans La Révolution française et l’abolition de l’esclavage, Paris, EDHIS, 1968, 12 t., t. 8, n° 10. Voir aussi Florence Gauthier, « Qu’est-ce que la Terreur ? Terreur et abolition de l’esclavage en 1793-94 », in Germain Sicard, Justice et Politique : La Terreur dans la Révolution française, Presses de l’Université des Sciences Sociales de Toulouse, 1997, p. 47-57.

5 Voir Blanche Maurel, Saint-Domingue et la Révolution française. Les représentants des colons en France, 1789-1795, PUF, 1944, 76 p.

6 Jean-Baptiste Gabriel Larchevesque-Thibaud, né à Saint-Domingue en 1745, planteur, il fut avocat au Conseil supérieur du Cap. Abandonnant son siège de député, il organisa l’Assemblée coloniale du Cap, puis l’Assemblée générale des trois Provinces de la colonie qui siégea à Saint-Marc en mars 1790. Il fut une des têtes de la Contre-Révolution esclavagiste de Saint-Domingue, voir Correspondance secrète des colons…, op. cit., Lettre du 12 août 1789, p. 7-15.

7 Voir le remarquable travail de Yvan Debbasch, Couleur et Liberté. Tome I L’affranchi dans les possessions françaises de la Caraïbe, 1635-1833, Paris, Dalloz, 1967 (le tome II n’a malheureusement pas été publié), Livre 1, Naissance d’un ordre ségrégationniste, chap. 2, Du principe égalitaire à l’ordre ségrégationniste (1685-1789), p. 84-105 et chap. 3, Pour un aménagement du critère de couleur, p. 106-117 : « ce qui est mis en discussion, ce n’est pas la ségrégation dans son principe, mais son intensité et son objet – ceux sur qui elle pèsera », p. 107.

8 AN, DXXV 56, dossier 549, n° 13, Julien Raimond, Correspondance avec ses frères de Saint-Domingue, Paris, 1793, 136 p. 27.

9 A. P. op. cit., t. 26, 13 mai 1791, p. 62. Soulignons que l’historiographie de la Révolution n’a pas relevé ce vote avant… Aimé Césaire, le premier a en avoir pris la mesure dans Toussaint Louverture. La Révolution française et le problème colonial, Paris, Présence Africaine, 1961, chap. 4, p. 122 : « C’était chose grave : une assemblée élue pour constitutionnaliser la liberté, venait de constitutionnaliser l’esclavage le plus abominable… Une grande lueur à l’horizon de tous les hommes venait de s’éteindre. » Voir aussi Fl. Gauthier, Triomphe et mort du droit naturel en révolution, 1789, 1795, 1802, Paris, PUF, 1992, 3e Partie, chap. 8, p. 190.

10 Les travaux de B. Maurel l’ont amplement démontré, voir Saint-Domingue et la Révolution française. Les représentants des colons…, op. cit., p. 13. Voir aussi le texte de la Constitution de 1791, Titre VII : « Les colonies et possessions françaises dans l’Asie, l’Afrique et l’Amérique, quoiqu’elles fassent partie de l’Empire français, ne sont pas comprises dans la présente Constitution », in Jacques Godechot, Les Constitutions de la France depuis 1789, Paris, Garnier-Flammarion, 1970, p. 67.

11 Voir Cyril L.R. James, Les Jacobins Noirs, Paris, 1947 pour la traduction de l’anglais, réed. complétée, 1983, chap. 4, p. 75-102 ; Césaire, Toussaint Louverture…, op. cit., Livre 3, p. 171-340.

12 Voir l’ouvrage très novateur, de David Geggus, Slavery, War and Revolution. The British Occupation of Saint-Domingue, 1793-1798, Oxford, Clarendon Press, 1982, qui met en lumière les essais, redoublés depuis l’insurrection des esclaves, de lier à la Contre-Révolution des Princes celle des colons esclavagistes, chap. 3, p. 54 et s. Cougnacq-Myon, médecin de l’île de Ré, devenu planteur à Saint-Domingue, membre des Assemblées coloniales, fut envoyé en France chercher des secours auprès du réseau du Club Massiac en novembre 1791, puis envoyé en mission à Londres en mars 1792. Sur ces contacts avec les Princes, voir Geggus, op. cit., p. 55 et Maurel, Les représentants des colons en France…, op. cit., p. 15 et s.

13 Pierre François Venault de Charmilly envoyé à Saint-Domingue dans l’armée en 1776, y devint planteur à Cavaillon, dans le Sud. Membre de l’Assemblée de Saint-Marc, vint en France avec les Léopardins et émigra en Angleterre en 1791, il participa à l’occupation britannique de Saint-Domingue en septembre 1793 et servit dans la Légion de Montalembert, voir Geggus, op. cit., p. 62-65, 81.

14 Voir Mémoires de la marquise de La Rochejaquelein, op. cit., p. 447 ; Geggus, op. cit, p. 82.

15 Voir Geggus, op. cit., p. 82.

16 David Geggus a mis en lumière le rôle de Malouet, émigré à Londres en 1792, comme agent de liaison entre les colons esclavagistes, la Contre-Révolution des Princes et le gouvernement britannique, et précisé les caractères de son projet de restauration d’une monarchie réformée, Slavery, War and Revolution…, op. cit., p. 57-60. L’auteur complète, en le critiquant, le travail de Robert Griffiths, Le Centre perdu. Malouet et les Monarchiens dans la Révolution française, Grenoble, 1988 (thèse de 1975), qui, en négligeant sa dimension coloniale, oblitère le projet politique de Malouet.

17 On trouvera le texte de l’accord passé le 25 février 1793 dans Geggus, op. cit., Appendix C, p. 395.

18 Sur l’affaire Galbaud voir Thomas Madiou, Histoire d’Haïti, 8 vol., Port-au-Prince, depuis 1847, réed. Deschamps, 1989, t. 1, Livre 8, p. 175-193 ; James, Les Jacobins noirs, op. cit., p. 110-112.

19 Voir F. Gauthier, Triomphe et mort du droit naturel en révolution…, 3e Partie et « Le rôle de la députation de Saint-Domingue dans l’abolition de l’esclavage », in Les Abolitions de l’esclavage, 1793-1794-1848, Presses Universitaires de Vincennes-UNESCO, 1995, p. 199-211.

20 Geggus, Slavery, War and Revolution…, op. cit., p. 58, 73, 107, 126.

21 Ibid., p. 158- 163.

22 Ibid., p. 125 et s. et chap. XI, p. 290-331.

23 Ibid., chap. VIII, p. 187 et s. ; Yves Bénot, « Chronologie sommaire des abolitions de la traite des Noirs et de l’esclavage », in Les Abolitions de l’esclavage…, op. cit., p. 403.

24 Geggus, op. cit., chap. XV, p. 382 et s. Le bilan de l’occupation britannique de Saint-Domingue s’avéra désastreux sur les plans humain et financier, l’auteur estime la perte en soldats et marins à 20 000 hommes et un coût de six millions de livres sterling, p. 382 et s. et Appendix F, p. 403.

25 Mémoires de la marquise de La Rochejaquelein…, op. cit., p. 448-49.

26 Ibid.

Auteur

Université Paris 7-Denis Diderot Je me suis aussi servi pour cette étude des travaux fondés en érudition de Blanche Maurel et particulièrement de ceux de David Geggus, qui dans son livre sur l’histoire de l’occupation anglaise de Saint-Domingue, dont une partie des archives se trouvent en Angleterre, a reconstitué le rôle de premier plan de La Rochejaquelein père, Montalembert, Cougnacq-Myon, Venault de Charmilly, Malouet et quelques autres, que l’historiographie française, il faut bien le reconnaître, ignorait jusque-là.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540