Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Contre-Révolution en Europe

 | 
Jean-Clément Martin

Les réseaux de la Contre-Révolution

La Basse-Auvergne, une seconde Vendée ?

Philippe Bourdin

Texte intégral

1Il existe une mémoire de la Contre-Révolution auvergnate, et cette mémoire à plus d’un titre est double, qu’elle appartienne au camp républicain ou aux descendants des chefs royalistes, qu’elle provienne des émigrés ou des combattants de l’intérieur. Elle émerge au cœur des débats fondateurs de la troisième République. Le commandant de Champflour, héritier de l’un des chefs de l’Agence royale auvergnate, publie à Riom en 1899 les carnets du comte d’Espinchal sur La coalition d’Auvergne (avril 1791), vaste coalition scellée dans les faubourgs de Coblence par la noblesse auvergnate en exil ; l’ouvrage fait figure de plaquette commémorative, longue liste des noms des combattants offerte au recueillement de leurs successeurs. Les Souvenirs d’un émigré (1791-1798), Mémoires du comte de Montlosier publiés à Paris par son arrière-petit-fils en 1951, après plusieurs extraits parus dans les années 1830, seront d’un autre enseignement, insistant sur les débats et les oppositions stratégiques et politiques au sein de l’Armée des princes.

2Contemporaines de l’ouvrage de Champflour paraissent deux synthèses sur la Contre-Révolution vécue par les Auvergnats. La première, de 1895, est due à A. Bellaigue de Bughas et nous offre de découvrir Les sociétés contre-révolutionnaires en Auvergne à la fin du xviiie siècle. Participant d’une historiographie militante, l’œuvre prétend défendre le souvenir des « bons citoyens », opposé au « mouvement anarchiste » mais promoteurs de la Contre-Révolution, dont il distingue les premières actions au lendemain du 9 thermidor : il ne parle donc que de l’Institut philanthropique et de l’Agence royale, associations dont il se contente de nous livrer les organigrammes et quelques papiers. Dans le même état d’esprit mais issue d’une enquête beaucoup plus systématique sont publiés de 1895 à 1899 les dix volumes de l’abbé Jean-Baptiste Serres sur l’Histoire de la Révolution en Auvergne. « J’écris parce que tout chrétien est soldat et que la plume est une épée. Je ne fais que me défendre, je suis catholique et le révolutionnaire est mon ennemi mortel », prévient le prêtre, avant de se lancer dans un long martyrologue des victimes nobles ou ecclésiastiques de la Révolution qui ponctue une analyse plus globale et très documentée des événements. Ses idées comme ses fréquentations lui permettent cependant de nous livrer quelques archives familiales inédites, prouvant la précocité de l’action contre-révolutionnaire auvergnate, bien antérieure à la chute de Robespierre et de Couthon, pour partie indépendante de la Coalition d’Auvergne, pour partie liée au réseau de l’évêque réfractaire François de Bonal. Il excuse les dérives sanglantes auxquelles telle ou telle opération anti-républicaine a pu conduire, distinguant entre les promoteurs de l’Agence royale et les compagnies de Jéhu ou de la Ganse blanche : « à ce parti si bien organisé et marchant honnêtement à un but honnête, venaient malheureusement se joindre des bandes d’aventuriers, composées de déserteurs, de conscrits réfractaires, de gens ruinés par la Révolution, de mécontents de toutes sortes ».

  • 1 Ainsi cette lettre des Montagnards Bouscarat et Desessement, du 12 floréal an II (1er mai 1794) (A (...)
  • 2 AN, F7 7090, lettre du 11 nivôse an IV (1er janvier 1796).
  • 3 J.-C. Martin, La Vendée et la France, Paris, 1987, p. 27.

3Sans souci comparatiste, Serres excepté, aucun de ces auteurs n’avance l’hypothèse qu’une seconde Vendée pût s’installer en Auvergne. L’idée vient en fait des administrateurs républicains à l’époque du premier Directoire. Leur connaissance des départements de l’Ouest est très partielle et partiale, tenant dans les journaux et bulletins officiels qu’ils ont lus depuis 1793, dans les correspondances que leur ont fait parvenir en l’an II les jacobins clermontois dépêchés auprès des volontaires du Puy-de-Dôme1. Mais le développement des activités clandestines sur toutes les marges du Puy-de-Dôme, dans le Livradois particulièrement, et jusqu’au Lyonnais, sur lesquelles leurs agents les renseignent de plus en plus précisément, incite en janvier 1796 les députés Artaud-Blanval et Pacros à ouvrir les yeux du gouvernement sur le « théâtre d’une nouvelle Vendée2 ». Plus récemment, Jean-Clément Martin, analysant les soulèvements de mars 1793, a écrit de celui de Vollore qu’il procédait d’un schéma général identique à celui qui avait fonctionné en Vendée, concluant même à une Vendée avortée3. L’heure est donc venue de tenter un bilan sur la chronologie, le contenu et les formes de la Contre-Révolution en Auvergne, d’autant que les travaux de maîtrise et de thèse ne manquent pas pour aider à une réévaluation de la question.

Les premiers réseaux royalistes et l’émigration (1789-1791)

  • 4 Cf. Ph. Bourdin, « L’échange épistolaire Paris-Province, un moyen persistant de structuration des (...)
  • 5 AD Puy-de-Dôme, L 469. Sentence de dégradation du 5 juin 1790.

4À bien y regarder, les premiers signes de rejet de la Révolution, en 1789 et 1790, ne présentent rien d’original ni d’organisé. C’est au printemps 1789 la résistance de grands notables clermontois à la constitution d’un Comité de correspondance patriote en liaison avec le député Gaultier de Biauzat, la censure des courriers de ce dernier, direction de l’opinion oblige4. C’est, répétition du modèle parisien, le mouvement d’humeur des gardes nationaux d’Effiat, foulant au pied en juin 1790 la cocarde nationale5. C’est enfin, pour limiter les exemples, cette chanson riche d’élisions patoisantes qui la même année circule à la gloire de Bouillé, vainqueur le 31 août des troupes nancéiennes mutinées :

  • 6 AD Puy-de-Dôme, L 6104. Chanson adressée à Mme Bosredon, épouse d’émigré.

« Y za dans la tete De fameux recoins
Ou la ruze est prete
Selon les besoins […]
Mais il n’est diable
Que pour l’ennemi
Et du miserable
Y devient l’ami […]
Qu’en douleur zamere
Il eut à Nancy
En la souvenance de ces contre-temps
Aussi de z-tengence
Qui fit ses tourments
J’voyons sa prudence
L’intrépidité
Z’aller en cadance
Zavec la bonté »6.

  • 7 Cf. F. Le Floch, Les auteurs et les acteurs de la contre-révolution dans le Puy-de-Dôme (1791-1801 (...)

5Cependant, plusieurs nobles auvergnats ont dès 1789 cherché à rallier des réseaux contre-révolutionnaires nés dans l’émigration. Ainsi le marquis Begon de la Rouzière, dont la famille s’est réfugiée en Suisse tandis qu’il complotait à Turin, entretenant des liens directs avec le comte d’Artois et une correspondance codée avec Condé. Il inspire le déplacement de 200 gentilshommes auvergnats vers Lyon en décembre 1790 et multiplie des liens en Dauphiné et dans plusieurs régiments pour fomenter le soulèvement des provinces du Midi7. L’affaire mobilise les Amis de la Constitution de Clermont-Ferrand, d’Issoire et de Lyon, où cette « armée de sacrificateurs » est finalement démantelée. Nombreux étaient les nobles du Puy-de-Dôme à avoir fait le voyage, parfois avec leurs familles, sous des noms d’emprunt. Leur réseau d’indicateurs, qui protégeait les trois chefs du rassemblement (Descars, Guillen de Pougelon, Terrasse-Tessonnet), avait été infiltré, permettant l’arrestation des leaders le 9 décembre, suivie de la fuite éperdue de leurs complices.

  • 8 BMIU, A 10556 (33), Extrait du procès-verbal de la Société des Amis de la Constitution établie à L (...)

« Le même jour à midi, et devant l’hôtel de ville, une foule de femmes gagnées à prix d’argent devoient demander à grands cris que le prix du pain fut réduit à six liards la livre, et qu’on hâtat le retour des princes, de leurs chers Princes fugitifs. On devoit ajouter à ce tumulte abominable le battement général et effrayant du beffroi. On devoit mettre à profit ces moments d’horreur et de confusion ; et pendant que la Garde Nationale tâcheroit de rétablir l’ordre, plusieurs bandes de brigands soudoyés devoient encore fondre sans ménagement sur elle […]. Un nombre considérable de ces traîtres se portoit ensuite au Pont de Beauvoisin pour y attendre le ci-devant Comte d’Artois, et c’est ainsi que l’on se proposoit de le faire rentrer en France. En signe de reconnoissance pendant le combat, on étoit convenu d’arborer la cocarde blanche, et le signe secretement convenu, pour se reconnoître et se communiquer avant l’entreprise, étoit une cravate noire, bordée de dentelle rouge […]. Tous ces brigands réunis avec leur chef, sous le commandement, dit-on, d’un sieur La Chapelle, Maréchal de camp, préposé actuel par le pouvoir exécutif, au commandement des troupes de ligne qui sont à Lyon, avoient décidé de se rendre à la Municipalité et au Directoire du Département, pour leur demander, ou plutôt leur imposer des conditions inadmissibles. Le premier refus, ou de simples représentations de la part de ces corps administratifs, eussent été inhumainement punis par le fer ou le feu […]. La ville de Lyon devenoit dès ce moment le point central où se seroient réunis tous les mécontents, qui, portant de-là leur fureur dans toutes les parties du royaume, devoient sur leur passage y semer et l’épouvante et l’effroi8 ».

  • 9 Cf. O. Paradis, L’école royale militaire d’Effiat et ses élèves, thèse de doctorat, Université Cle (...)

6Si cet échec démobilise pour un temps dans ses départements d’origine la noblesse auvergnate et pousse ses membres les plus vindicatifs à émigrer, ces derniers demeurent néanmoins à la recherche des moyens et des buts d’une mobilisation. Cette volonté est concrétisée le 10 avril 1791 par la signature qu’apposent 308 membres du second ordre (dont 105 du Puy-de-Dôme, 89 du Cantal, 15 de l’Allier) réunis à Fribourg à l’acte fondateur de la Coalition d’Auvergne. Par ce dernier, ils prétendent rétablir la religion catholique, apostolique et romaine, l’ensemble des prérogatives de Louis XVI au détriment de l’Assemblée nationale, acceptant de renoncer à leurs droits pécuniaires, non au principe d’hérédité. Ils se réclament de Condé et d’Artois, et disent décider de leurs opérations et de leur encadrement à la pluralité des voix. Parmi eux, les émigrés des deux premières vagues de départ, bientôt rejoints par ceux que portera la déferlante de 1792 (569 personnes au total pour le Puy-de-Dôme, soit 0,1 % de la population), des hommes jeunes (les 20-40 ans représentent 58,7 % des effectifs), beaucoup d’officiers en début de carrière. Les anciens élèves de l’école royale militaire d’Effiat sont particulièrement mobilisés, répondant à l’appel de camarades déjà partis et quittant en général par groupes leurs bataillons (cinq du Royal-Guyenne-Cavalerie, six de Chartres-Infanterie, etc.). Esprit de corps et camaraderie se mêlent pour hâter leurs retrouvailles dans un faubourg de Coblence, le Thal, où un tiers d’entre eux (sur un total de 112, augmenté de 31 de leurs pères et 17 de leurs frères) intègrent les compagnies à cheval de la Coalition9. Ils ont parfois soin de justifier leur fuite, en répétant leur allégeance au souverain français, qu’ils estiment être mieux à même d’aider au-delà des frontières. D’où par exemple cette adresse à Louis XVI, que lui envoient entre autres quatre anciens Effiatois, quatre sous-lieutenants du 23e régiment de Guyenne, en janvier 1792 :

  • 10 Cité par O. Paradis, op. cit., p. 582, d’après Mon journal de l’émigration, de François-Xavier de (...)

« Tant que nous avons eu l’espoir de contribuer à inspirer un bon esprit et l’amour de votre personne sacrée aux cavaliers du régiment de Royal-Guyenne de votre Majesté, nous avons cru la servir utilement en restant à nos places. Cette idée a été le seul guide de notre conduite, nous avons vaincu notre répugnance pour le serment à l’époque de sa prestation. En cela, Sire, nous avons fait à votre Majesté un des plus grands sacrifices possibles, en compromettant dans l’opinion publique l’apparence de nos sentiments et de notre délicatesse […]. Nous espérons, Sire, que votre cœur approuve les motifs de notre démarche. L’honneur et la délicatesse nous ordonnent impérativement de quitter, et d’adresser à votre Majesté la démission de nos emplois qui, si nous les gardons plus longtemps, nous forceraient d’agir contre son vœu sincère et contre vos véritables intérêts. En priant votre Majesté de vouloir bien l’accepter, nous osons la supplier instamment d’être persuadée de notre dévouement pour sa personne sacrée et son auguste famille […]. Nous désirons instamment, Sire, de trouver l’occasion de le prouver à votre Majesté, fusse au dépens de notre vie10 ».

Le renfort des prêtres réfractaires (1791-1723)

  • 11 ADPuy-de-Dôme, L 6391, numéros 4 (3 février 1791) et 7 (24 février 1791).
  • 12 « Cet iscariote de Vichel […] est plus endiablé et plus aveuglé que jamais », regrette ainsi de Ma (...)

7À l’intérieur des frontières nationales, le schisme consécutif à la Constitution civile du clergé va permettre une mobilisation autre autour des réfractaires au serment. Exilé en Suisse, l’ancien évêque de Clermont et Constituant, François de Bonal organise un réseau clandestin, dont les agents principaux sont recrutés parmi les membres les plus éminents du ci-devant chapitre cathédral : Antoine Delarbre, curé de la cathédrale ; Solignat, premier vicaire ; de Mascon ; plus rarement parmi le clergé paroissial : Antoine Mathias, curé d’Egliseneuve et lui aussi ancien Constituant, lié depuis la réunion des États généraux au réseau d’Antraigues et correspondant du comte de Provence. Vite repéré par les patriotes, Mathias est l’une des cibles du Citoyen surveillant. Journal du département du Puy-de-Dôme qui, dès le 3 février 1791, dénonce « les protestations contre les décrets de l’Assemblée dont il nourrit “le parti noir” ». La feuille s’inquiète pareillement de la véhémence des jeunes ecclésiastiques frais émoulus du séminaire : « ils semblent être les enfans perdus que le ci-devant haut clergé expose les premiers à la brèche ». Elle relève les connivences immédiatement établies entre les insermentés et l’aristocratie restée sur ses terres, au nom de liens immémoriaux entre les deux premiers ordres. Un partage local de la notabilité qui signe l’Ancien Régime permet à M. de Saint-Hérem, beau-frère du marquis de Laqueuille (député aux États généraux), d’apostropher avec une morgue certaine un vicaire de Courpière : « On vous accuse de vouloir prêter le serment. Je vous ai estimé jusqu’à présent ; mais je vous assure mon mépris si vous le faites ». Courpière, dans le district de Thiers, où l’activisme anti-constitutionnel s’exerce pleinement : « On a imaginé de lier les volontés par une signature qu’un des enrôleurs à la ligue pieuse a fait souscrire par tous les prêtres de la conférence […] au bas d’une promesse de refus11 ». Les premières interventions des membres du réseau modèlent en effet les attitudes face à l’Église constitutionnelle, et plusieurs lettres interceptées du printemps 1791 prouvent le strict décompte des défections au serment auquel ils se livrent12. Elles comportent des directives non ambiguës sur l’accueil de l’assermenté, la mobilisation des populations, l’organisation d’un culte parallèle :

  • 13 AD Puy-de-Dôme, L 637, lettre du 25 mai 1791 au curé de Saulzet-le-Froid.

« Vous ferez bien de ne pas quitter votre maison qu’on ne vous ait signifié d’en sortir ou que vous ne soyez exposé à quelque violence. Si j’étois a votre place j’écrirois une lettre que je remettrois a l’usurpateur, dans laquelle je lui déclarerois que je me regarde toujours comme seul légitime curé, que je m’oppose autant qu’il est en moi a ce qu’il fasse aucune fonction dans ma paroisse, qu’il vient sans mission, sans pouvoirs etc. Je suivrois a peu prés la marche de M. l’evêque a l’égard de M. Perrier [l’évêque constitutionnel, N.A.]. Je ferois ensuite circuler ma lettre dans la paroisse.
Vous ferés bien de seconder la ferveur de vos paroissiens, mais il faudra leur recommander d’eviter tout trouble et tout desordre. Rien n’empeche que vous ne disiez la messe chez vous dimanche prochain a l’ordinaire. Prevenez le moment de l’arrivée de l’intrus […]. Il vous sera permis de celebrer au même autel, mais a votre place je celebrerois a un autel différent afin de marquer davantage la separation. Il est bon que vos paroissiens sachent a quelle heure vous celebrez afin qu’ils puissent assister a votre messe. Evitez de vous trouver a votre église en même tems que l’intrus. Le colier, les ornements ne sont pas interdits pour avoir servis a un intrus. Aussi vous pourrez vous en servir. Quant au commerce temporel vous vous bornerez a ce que la bienséance ou la charité pourroit exiger […].
Il ne me reste que quatre exemplaires du catéchisme, je vous les envoie. Si j’avois des exemplaires des brefs du pape je vous les enverrois aussi mais j’ai distribué toute ma provision […].
Vous ne donnerez vos titres et registres que lorsque vous y serez forcé.
Quant aux villages qu’on réunit a votre paroisse vous les regarderez comme étrangers13 ».

8De cette défiance vis-à-vis de l’intrus naît un courant anticlérical mû contradictoirement par les tenants de la tradition, qui retournent pour leur propre compte les images de l’ecclésiastique repu et simoniaque qui d’ordinaire fait la joie de la caricature révolutionnaire. On chante par exemple dans les environs de Riom, et qui plus est « sur l’air du juif errant » :

  • 14 AD Puy-de-Dôme, L 6275, chanson interceptée en l’an II par le comité de surveillance de Riom.

« Netes vous pas cet homme
De qui lon parle tant
Que lévangile nomme
Un gros loup ravissant
Oui cest moi mes enfants
Qui suit l’intrus jurant
On rejette ma messe
Aucun ne se confesse
Je suis un prédicant
Je m’en fous mes enfants
J’aurai dix huit cents francs
[…] La France est chismatique
Et j’en suis l’auteur
Je suis un hérétique
Un insigne voleur
Je m’en fous mes enfants
J’aurai dix huit cents francs
Je dis toujours deux messes
Quoique excommunié
Je n’ai plus de tristesse
Quand j’ai bien déjeuné
Je m’en fous mes enfants
J’aurai dix huit cents francs
Je me moque de Rome
Et de Bonal aussi
Permettes que je boive
Et dormé sans souci
Je m’en fous etc.
[…] L’enfer est dans mon ame
Tout le monde me fuit
Je vais prendre une femme
Pour calmer mon ennuy
Je men fout mes enfants
J’aurais femme et enfants […]14 ».

  • 15 AD Puy-de-Dôme, L 637, lettre de 1791 au curé de Saulzet-le-Froid.
  • 16 BMIU, 180620, n° 117 du 5 décembre 1791.

9L’Église auvergnate clandestine s’interroge au-delà des seuls problèmes du culte sur ce que pourrait être la restauration de l’Ancien Régime. Plus proche des réalités nationales et de terrain que les émigrés de la Coalition, elle compte sur le veto royal, sur les conséquences de l’inflation (« il est impossible qu’après la dernière ressource qu’est l’émission des petits assignats, la France puisse subsister plus de 4 mois dans la pénurie d’argent »), accepte que soient « élagués » les privilèges et abus qui ont motivé pour partie la Révolution. Si elle craint la guerre « désastreuse qui viendra un jour à bout de remettre l’ordre sur toutes les chauses », elle attend un signe fort des puissances européennes, croyant à la force d’un manifeste qui sera finalement celui de Brunswick. Elle vitupère en attendant, se fondant sur des gazettes parisiennes avidement lues – et l’on sait dans ce domaine l’habileté polémiste d’un Royou ou d’un Maury – « une démagogie affreuse, des affiches, des motions de clubs enragés », tant il lui semble que « la tête achève de tourner à tous les suppots de l’anarchie15 ». Des contacts discrets, permis par des affinités sociales et familiales anciennes, sont noués entre la province et Paris. Jacques-Antoine Dulaure, pour l’heure journaliste dans la capitale mais disposant de plusieurs informateurs dans le Puy-de-Dôme, en rend compte dans le Thermomètre du Jour : Matussière, aristocrate clermontois qui a rejoint les émigrés après un séjour à Paris, a passé le flambeau de la lutte contre-révolutionnaire à son oncle, prêtre réfractaire qu’il a fait venir sur les bords de Seine16.

  • 17 AN F7 3685 (5). Lettres de Michel Monestier, procureur-général syndic du département, au ministre (...)

10Ces essais d’organisation se heurtent en 1792 à une chronologie des événements impitoyable pour les royalistes et en premier lieu pour le roi lui-même. Bien sûr, la crise des subsistances, le refus de payer l’impôt, joints à la défense encadrée du clergé insoumis provoque sporadiquement en mars des émeutes populaires sans victime et quelques pillages vite contrôlés à Pontaumur, Lempdes, Billom, Cournon, Les Martres-de-Veyre, Pont-du-Château, Ardes, Beauregard-l’Evêque, dans le district d’Ambert, et des rumeurs de soulèvement à Maringues et Vic-le-Comte17. Mais l’accueil des émigrés à l’étranger ôte leurs illusions à quelques propagandistes actifs. L’un, resté anonyme, l’avoue au curé de Saulzet-le-Froid :

  • 18 AD Puy-de-Dôme, L 637, lettre anonyme du 1er mars 1792 à Duvergier.

« Les affaires de la contre-révolution prennent une tournure facheuse pour les émigrans. Je les crois sans espoir pour cet objet. Ils ont beau solliciter les puissances étrangères, l’empereur fin politique voit que la poire n’est pas encore asses mure, et qu’il faut attendre18 ».

  • 19 BMIU, 180620, Thermomètre du Jour, n° 29 du 29 janvier 1792.

11D’aucuns jettent pourtant leurs dernières forces dans la bataille, avec l’énergie du désespoir, qui précède leur arrestation, leur entrée dans la clandestinité ou leur émigration. Ainsi François Bergougnioux, curé de Mozat prés de Riom, qui après sa messe prêche contre la constitution, « provoque la désobéissance aux lois, parle avec une irrévérence scandaleuse des autorités constituées, […] appelle la vengeance du peuple sur les prêtres assermentés », insultant au passage les agents municipaux présents et vouant à la damnation « tous ceux qui ne pensent pas comme lui » – moyennant quoi il est condamné à une amende, à deux mois de prison et au paiement des frais de la procédure judiciaire, tandis qu’est décidée la démolition de son église afin « qu’on ne soit plus tenté d’en faire encore le foyer du fanatisme19 ».

Résistances à la conscription et guerre civile (1793-1794)

  • 20 AD Puy-de-Dôme, fonds non classé. Registre des délibérations de la section du Collège, p.v. du 8 j (...)
  • 21 BMIU, 180620, Thermomètre du jour, n° 442 du 17 mars 1793.
  • 22 Cf. B. Ciotti, Du volontaire au conscrit. Les levées militaires dans le département du Puy-de-Dôme (...)

12Les résistances réunies des deux premiers ordres de l’Ancien Régime se nourrissent à partir de 1793 de plusieurs événements connexes. La rébellion lyonnaise d’abord, qui sous la conduite de La Roche-Négly recrute des hommes dans la Loire, la Haute-Loire et le Livradois – leur coup de maître est la capture du général républicain Nicolas et de sa troupe, censé venir les combattre, le 31 août à Saint-Anthème. Ensuite, des formes désormais organisées de désertion. Alors que les sections du chef-lieu du Puy-de-Dôme continuent de se plaindre des allées et venues vers Paris des « chevaliers du poignard locaux20 », douze Clermontois coalisés pour faire échec à toute réquisition sont ainsi arrêtés en mars 1793, après avoir mobilisé pour une courte manifestation quelques dizaines de jeunes gens (vingt et un ans en moyenne)21. Bagarres et troubles sporadiques perturbent les opérations de tirage au sort le 10 du même mois à Billom, Aubière, Cébazat, les Martres-d’Artières, Veyre-Monton, le 13 à Ambert, Thiers, Aigueperse, et en ce dernier lieu le refus de la réquisition est nettement associé à des revendications politiques, les victimes du « tirement » s’époumonant : « Vive le Roy ! Vive le Dauphin ! Au foutre la Nation ». Des émeutes sanglantes se produisent à partir du 13 mars dans la région de La Tour et de Saint-Pardoux. Le curé constitutionnel, les hommes mariés sont sommés par les célibataires de tirer au sort ; les agents municipaux, menacés de voies de fait, reportent de trois jours le recrutement, le temps de faire venir les gardes nationaux de Besse. Les incidents se reproduisent cependant le 16, une centaine de révoltés lapidant les administrateurs avant d’être dispersés par les tirs de la garde nationale (aux trois blessés de celle-ci, il faut ajouter les bleus de trois élus et douze victimes, certaines décédées, parmi les assaillants)22.

  • 23 Ibidem, p. 540 et sqtes.

13Les deux mouvements les plus importants vont agiter une quinzaine de communes dans le nord du Livradois-Forez, sans gagner toutefois les deux villes principales de Thiers et Ambert. Le premier, qui va mobiliser de 500 à 600 personnes, débute le 16 mars 1793 à Cunlhat sur les mêmes revendications qu’à La Tour (officiers municipaux et receveur de l’enregistrement sont également invités à tirer), avec un acharnement très marqué contre le curé constitutionnel Quinsat. Les opérations d’enrôlement sont interrompues, et les insurgés obtiennent semblable résultat dans les villages voisins de Tours-sur-Meymont et de Ceilhoux, tandis que la force armée fait route vers Cunlhat. Son arrivée là encore provoque à partir du 18 mars la dispersion des rebelles, malgré les efforts de ces derniers pour s’organiser : l’un de leurs chefs, Guillaume Pradier, du village d’Auzelles, avait réquisitionné armes et vivres chez les particuliers ; une orientation politique était perceptible dans les chants entonnés (« Aux couleurs de la perfidie succède le panache blanc23 »).

14Le deuxième mouvement insurrectionnel a lieu à Vollore. Débutant lui aussi le 13 mars, il s’appuie sur six cents particuliers tout au plus et se fonde sur les mêmes récriminations que les précédents. Cependant, le 15, les affrontements ont cette fois bel et bien lieu avec la garde nationale du cru : armes à feu et gros bâtons sont utilisés par les réquisitionnaires, poussés par les habitants des paroisses voisines de la ville. Si Thiers, le chef-lieu de district, envoie des renforts, il ne peut compter sur ceux de Clermont, trop occupés à maintenir l’ordre dans les Dores. Or, le 17, les émeutiers, qui recrutent nuitamment jusqu’à Ambert et Billom, parfois par l’argent ou par la boisson, parfois par la force et l’incendie, réunissent leurs forces éparses à Aubusson, avec le projet de marcher sur Vollore puis sur Courpière. Dans la première ville, où ils tentent de s’emparer du beffroi, ils sont mis en déroute par la garde nationale.

  • 24 Ibidem, p. 560-575.

15Les administrateurs républicains pensent que la Contre-Révolution teste ces forces à travers ces troubles du recrutement dont ils nient la spontanéité, pariant sur un complot clérico-nobiliaire destiné à unir l’Auvergne à l’Ouest français. Il faut cependant rester prudent dans le constat. Les slogans premiers et les plus nombreux portent bien sur le refus d’un engagement qui rappelle les contraintes anciennes de la milice. Plus anecdotiquement surgissent des imprécations contre le gouvernement, qui au contraire renvoient aux servitudes acceptées de l’ancien régime. Antoine Lavest, cultivateur de Vollore-Montagne, aurait ainsi déclaré que « puisqu’il n’y avoit plus de roy […] il ne falloit plus tirer » ; Baptiste Burias, domestique, qu’« il ne vouloit pas se battre contre la religion […], il n’avoit plus de maître » ; Jean Chovy, propriétaire à Olmet qu’il se mobiliserat lorsque la France aurait un nouveau roi « mais qu’il ne falloit tirer ni partir pour la canaille ». Suivent des menaces de purges, de décapitations en direction des patriotes. Ce front du refus réunit des citoyens de tous sexes, de tous âges (la moyenne est de trente-six ans), de toutes professions. Sont-ils influencés par les deux premiers ordres de l’ancienne société ? Le district de Vollore couvre une zone depuis longtemps féconde en vocations religieuses, comptant un groupe non négligeable de communalistes, protégeant à l’Hermitage la maison de retraite des missionnaires du diocèse, un territoire désormais marqué par le poids des réfractaires (60 à 70 % des prêtres) et l’accueil souvent violent réservé aux assermentés ; deux séminaristes seront repérés parmi les meneurs de la révolte. Ils sont du pays et drainent derrière eux une abondante parentèle issue des communautés taisibles admirées par les Encyclopédistes, entreprises paysannes familiales desquelles émergent les principaux émeutiers (les Bourgade, les Dunaud, chez lesquels l’écurie est surmontée depuis 1791 d’un cœur gravé surmonté d’une croix). Quant aux nobles, il en est trois qui à l’évidence ont encouragé à la désobéissance, mettant leurs demeures, des bouteilles et des armes au service des meneurs : Jacques-Christophe Micolon de Guérines, dont la famille donne depuis des lustres des chanoines à l’évêché ; Alexis Bertrand de Provenchères du Chassaing, père d’émigrés, dont un des fils sert désormais aux côtés de Précy ; Guillaume Coiffier de Terraules, le seul qui sera arrêté et exécuté à Lyon. Ces trois-là resteront prudemment en retrait lors des affrontements : en jaugeaient-ils la réussite avant d’en prendre la tête ? La présence de nombreux domestiques issus de maisons nobles, et souvent honorés de hautes responsabilités au cours de l’insurrection (premiers condamnés ensuite) tendrait à le laisser penser24.

  • 25 AD Puy-de-Dôme, L 593. P.v. de dénonciation du 29 mai 1793 devant le district de Riom. Les nobles (...)
  • 26 AD L 4698. P.v. de battue par les officiers municipaux du canton de Saint-Gervais, 10 thermidor an (...)
  • 27 AD Puy-de-Dôme, L 468, délibération du directoire du département du Puy-de-Dôme, 12 janvier 1793.

16Quels que soient les échecs de mars 1793, les marges boisées du Puy-de-Dôme, les Combrailles comme le Livradois, qui offrent des caches sûres et des passages rapides de frontières administratives rendant inopérantes les battues, deviennent alors davantage que jamais les espaces du refus et du refuge. L’influence des nobles sur les communautés rurales du district de Montaigut est suffisamment patente pour être dénoncée par les paysans patriotes : dans le canton de Giat, où l’emprise de la famille de la Salle de Rochemaure demeure intacte (Bernard, l’émigré, rentrera en l’an IV et agitera le canton), « l’influence qu’ont les chefs sur le peuple à raison de leur fortune et leur crédit qui les mettent a même de faire des largesses, et d’enchaîner la volonté de leurs débiteurs » inquiète25. À peu de distance et un an plus tard, dans le canton de Saint-Gervais, des villages s’affronteront, de vieilles rivalités entre vallée et mi-montagne étant à dessein réutilisées par la Contre-Révolution, qui finit par contrôler un semis de lieux-dits, de hameaux et de bourgs26. C’est dire aussi qu’en certains lieux les officiers municipaux abandonnent la défense de la République et rejoignent le camp adverse. Ceux de Cunlhat sont suspendus en janvier 1793 pour n’avoir pas détruit les signes de la féodalité couvrant les murs de l’église paroissiale, prétextant un manque d’argent, pour avoir entravé dans sa vie privée, comme dans ses fonctions, le prêtre constitutionnel, pour avoir dissuadé leurs concitoyens de rejoindre la garde nationale, leur faisant craindre un départ pour les frontières, pour avoir censuré l’affichage des écrits patriotiques du Conventionnel Bancal des Issarts, etc.27.

  • 28 Cf. S. Bousseroles, Une contre-révolution dans le Puy-de-Dôme (1790-1795), mémoire de maîtrise, un (...)
  • 29 AD Puy-de-Dôme, L 6125 (20).

17Le gouvernement révolutionnaire et la Terreur, s’ils compliquent l’action clandestine, ne l’interrompent donc en aucun cas. Des prêtres réfractaires comme Jean-Baptiste Quesne, un temps arrêté en 1792, multiplie les messes de Billom à Champeix, en au moins neuf bourgs différents, entre juillet 1793 et décembre 179428. Les délégués du représentant en mission Châteauneuf-Randon, appréhendent en pluviôse an II d’aborder les villages des Dores, où deux de leurs prédécesseurs ont été assassinés, où rien dans le paysage et les mentalités ne marque une libération de l’Ancien Régime (de « l’aristochicane », pour reprendre leur beau néologisme), la moindre approbation du nouveau. « Nous voilà dans le pays du démon », s’émeuvent-ils29. Démon qui pour leurs contempteurs prendra la figure des officiers municipaux dans l’été de l’an III :

  • 30 AD Puy-de-Dôme, L 542. Comptes décadaires des administrateurs du district de Besse pour la troisiè (...)

« Des malveillants sans doute font entendre aux habitans des campagnes et à plusieurs autres personnes credules que c’est aux officiers municipaux des communes à remettre les cloches ou elles etoient, et à faire reconstruire les cloches30 ».

Les formes de la réaction (1795)

  • 31 Cf. Le tournant de l’an III. Réaction et terreur blanche dans la France révolutionnaire, actes du (...)
  • 32 S. Bousseroles, op. cit. note 28, p. 141.
  • 33 AD Puy-de-Dôme, F 156 (55), lettre au Comité de salut public, 10 fructidor an III (27 août 1795).

18Comme en beaucoup de départements français, la vitalité, le poids de la Contre-Révolution dans la conscience collective et la vie publique augmentent en l’an III31. Peut-on le mesurer au nombre exponentiel des arbres de la liberté arrachés : trois en 1793, neuf en 1794, dix en 179532 ? En tout cas, les groupes d’opposition se renforcent. Plusieurs émigrés rentrent, officiellement ou secrètement, ceux-là mêmes que l’ancien Constituant Gaultier de Biauzat s’étonne « de voir rouler librement et insolemment33 ». Des « symptômes d’agitation » sont à plusieurs reprises relevés dans leurs comptes décadaires par les administrateurs du district de Thiers, apeurés par les expéditions punitives, les cris, les chants, les appels à la désobéissance civile, les dénonciations des complices du gouvernement révolutionnaire et de la Montagne qui perturbent leurs nuits. Dans la troisième décade de thermidor an III, on les retrouve apparemment résignés à une situation qu’ils jugent nationale :

  • 34 AD Puy-de-Dôme, L 542.

« On peut remarquer un peu d’inquiétude dans les esprits, et l’opinion publique n’a point de caractère fixe. Cet état n’a point ici de cause particulière et locale. Il semble n’être qu’une suite nécessaire des agitations qu’éprouvent les différentes portions de la France. Car l’esprit de parti a acquit partout plus d’aigreur et produit plus de dissensions depuis que l’achevement prochain de la constitution et le retour de la paix laissent sans esperances les factieux de toutes les couleurs34 ».

  • 35 Idem.

19Un fatalisme démenti dix jours plus tard : leur incapacité à recruter pour la garde nationale et les fonctions publiques favorise la désintégration du corps social et « les citoyens se divisent et se haïssent plus que jamais35 ». Là aussi le diable est convoqué, cette fois pour discréditer l’école républicaine :

  • 36 AD Puy-de-Dôme, L 2154. Réponse du district de Thiers à l’enquête Baraillon, 10 floréal an III (29 (...)

« Des êtres criminels ont répandu qu’envoyer des enfans à l’école primaire s’était les envoyer à l’école du diable : des peres, des meres surtout, aveuglés par leurs anciens prêtres, craignent que la fréquentation de nos écoles blessent la religion36 ».

  • 37 AD Puy-de-Dôme, F 156 (38). Notes personnelles de Gaultier de Biauzat, 25 floréal an III (14 mai 1 (...)
  • 38 AD Puy-de-Dôme, L 329. Arrêté du représentant en mission Chazal, envoyé dans les départements du P (...)

20Les rues de Clermont sont comme à Thiers à la merci des bandes de Muscadins qu’organisent une trentaine de ci-devants ou de parents d’émigrés, s’entraînant au maniement de lourds gourdins, défilant en mascarades anti-républicaines, effaçant partout les bonnets phrygiens dessinés. Poudrille, un ancien prêtre qui prétend « vomir la République démocratique », n’hésite pas à conduire ces équipées et, le reste du temps, à présider une société populaire épurée progressivement conquise par les hérauts du royalisme, l’avocat Boirot, directeur de la poste aux lettres rescapé du Tribunal révolutionnaire, en tête. Ce dernier fait sienne l’actualité des prisons lyonnaises où l’on massacre les patriotes : « Eh ! foutre, il seroit bien avantageux qu’on fit partout de même, justice seroit rendue tout de suite et nous n’aurions plus à craindre ces scélérats37 ». Moyennant quoi les liens se tissent, via une fois encore la Loire et la Haute-Loire, avec les Compagnons de Jésus lyonnais38.

  • 39 Cf. Ph. Bourdin, « Des ganses blanches,… », op. cit. note 21, p. 361-396.
  • 40 BMIU, A 33652.

21Le vote pour la constitution de l’an III prouve combien les énergies hostiles à la Révolution se trouvent désormais libérées, se tournant y compris vers la reconquête du pouvoir par le vote dans les régions traditionnellement en rupture avec le régime. À Olby, à Monton, où le décret des deux tiers est rejeté, le calendrier républicain refusé, le rétablissement des anciens pasteurs et du roi revendiqués au moins par une forte minorité. À Besse, où pour la première fois dans l’histoire électorale du département est tentée sur un programme identique une assemblée primaire scissionnaire ; à Clermont même, où la scission de la section République se fonde sur une plus subtile critique par Poudrille de différents articles de la constitution proposée. En bien des circonscriptions, le réseau royaliste réussit en outre à placer des électeurs, Boirot mais aussi des nobles inscrits sur la liste des émigrés (Joachim Enjobert de Martillat à Olby), ou frères d’émigrés (Jean-Joseph Tardif Saint-Pardoux à Saint-Amant-Roche-Savine), des aristocrates récemment libérés des prisons ou des poursuites de la Terreur39. Parmi ceux-ci, d’aucuns s’expriment en publiant des justifications, tel Bernard de Vincens dans son Opinion sur les révolutions en général, dénonciation du renversement de l’Ancien Régime et de l’illusion des mots dont le nouveau abuse, empreinte du même respect de la tradition que celui entretenu par Burke. L’auteur, qui avoue son amitié ancienne avec Montlosier et qui a accepté la marche de l’État jusqu’en 1791, demeure convaincu du possible aménagement de la monarchie par une constitution, « dont les fondemens immuables assurent à tous les citoyens individuellement la liberté et l’égalité légale, les droits de l’homme réuni pour vivre en société, sûreté pour sa personne et sa propriété40 ».

L’Institut philanthropique (1796-1798)

  • 41 Cf. F. Le Floch, Les auteurs et les acteurs de la contre-révolution dans le Puy-de-Dôme (1791-1802 (...)

22De Vincens, qui par indépendance d’esprit n’en sera jamais membre, conseillera l’Institut philanthropique dont l’acte de baptême date au plus tard de l’an IV. Il naît dans un contexte très difficile pour les républicains, auxquels le contrôle du territoire échappe de plus en plus : pour preuve le pillage par les « compagnons de la ganse blanche » du dépôt de munitions de Craponne-sur-Arzon, en Haute-Loire, dans la nuit du 18 au 19 fructidor an III (4-5 septembre 1795), puis son transit par le Livradois, action qui rappelle l’opération de Cadoudal contre l’arsenal de Pont-de-Buis le 17 juin précédant41. Pour preuve encore l’influence des prêches des réfractaires autrefois émigrés et construisant désormais, au nom du réseau Bonal qui cohabite et collabore avec celui de l’Agence, un discours de résistance et de sécession – l’abbé Mathias se montre particulièrement efficace dans la région boisée d’Egliseneuve. Ainsi le résume parmi d’autres, le 4 ventôse an IV (23 février 1796) le commissaire du pouvoir exécutif du canton d’Herment, conscient du développement d’une action organisée :

  • 42 AD Puy-de-Dôme, L 542.

« Les prêtres réfractaires, soigneusement cachés dans les hameaux, secondés par quelques ci-devant sangsues du peuple, sont soupçonnés de diriger les déserteurs et de chercher à se faire des prosélytes dans les citoyens sujets à la seconde réquisition ; pour réussir efficacement, ils font courir le bruit que la requisition des hommes de 25 a 35 ans est décrétée, et qu’ils doivent partir de suite […].
Comme tous les faux bruits répandus partout, dans le même instant, sont parfaitement les mêmes, il y a gros à parier qu’ils prennent leur source dans un point central de chaque département où des agens de l’infame Pitt et du triste Roi de Véronne, en sous ordre de ceux de la grande commune, les font répandre, avec profusion, dans tous les cantons de la république.
Si le gouvernement ne prend pas au plutôt les mesures les plus sérieuses, les cantons des montagnes occidentales du département ne peuvent manquer de devenir le théâtre d’une insurrection : placés entre les rébels de la Vandée et les assassineurs du levant et du midi ; par leur position avantageuse aux desseins perfides des contre-révolutionnaires ; par leurs forts et retranchements naturels ; par leur proximité d’un pays (la Limagne) qu’ils soupçonnent riche et bien approvisionné de tout ce qui est nécessaire à la vie animale ; cette position, dis-je, devient naturélement l’objet de la solicitude des conspirateurs42 ».

23L’association royaliste donc recrute à Clermont-Ferrand, essentiellement parmi l’ancienne administration royale (Albarède, ancien chef de bureau à l’intendance d’Auvergne ; Pierre Ratoin, ingénieur des Ponts-et-Chaussées ; Servagnat, employé des domaines nationaux ; Heyraud, expert géomètre spécialisé dans l’évaluation des biens des émigrés), parmi la noblesse de robe siégeant à la ci-devant cour des Aides (en particulier son directeur, Le Brun des Chards), parmi les hommes de loi (ils sont cinq notaires à participer à la direction, aux côtés de l’avocat Boirot, gros acquéreur de biens nationaux de première origine), parmi les militaires (Nicolas Feuillade, capitaine d’infanterie ; Sauton, capitaine de gendarmerie ; le colonel Sauvat surtout, commandant du premier bataillon du Puy-de-Dôme, le bras armé de l’Agence). Les alliances matrimoniales renforcent la cohérence du recrutement, entre les Champflour d’Allagnat et les Chabrolet-Viry, entre les Chardon du Ranquet et la famille d’Aubière par exemple.

  • 43 Cf. O. Paradis, op. cit. note 9, p. 598-599.

24Encore une fois, il faut noter la forte implication du réseau des anciens élèves d’Effiat, avec lesquels six des promoteurs de l’organisation royaliste ont des liens familiaux directs. Au demeurant plusieurs des Effiatois ont quitté l’armée de Condé pour rentrer en Auvergne dans la plus grande discrétion : deux en 1795, seize en 1796, quatorze de 1797 à 1798. Ils se savent des correspondants privilégiés avec leurs condisciples déjà engagés en Vendée (par exemple Béjarry, Chabron de Solilhac ou encore Jean-Jacques de Beaucorps, ci-devant page du comte d’Artois et très lié au duc d’Angoulême, qui combat sur les terres de l’Ouest depuis le débarquement raté du futur Charles X à l’île d’Yeu, en novembre 1795). Ils ne manquent pas davantage d’appuis au sein de l’Agence royale parisienne, où ils peuvent compter sur Thomas Laurent Duverne de Praile, dit Dunan, dont les deux frères sont passés par le collège royal. Tous n’auront pas le temps de la postérité, Frédéric Amable du Ligondès et Alexis d’Espinchal se faisant tuer à Lyon, l’un en 1798, l’autre en 1799. D’aucuns sauront au contraire entretenir contre la République un danger permanent, tel Nicolas Bonnevie de Pognat, de retour de Saint-Domingue où il s’était allié aux Anglais et désigné par Dunan, qu’il a connu à la Grande Écurie du roi, comme chef de l’Agence pour le Bourbonnais, alter ego de Chardon des Roys, beau-père d’un Effiatois, qui contrôlera l’Auvergne et la Marche. Bonnevie, qui a servi aux Indes sous Suffren et y a perdu un bras, portant une prothèse se fait surnommer « Bras de Fer » et sous cette signature ou en ce nom multipliera en l’an VII dans une région comprise entre Riom et Gannat les lettres de menaces, les réquisitions et les demandes de rançon au nom de Louis XVIII43.

  • 44 P. Huchet, 1795. Quiberon ou le destin de la France, Rennes, 1995.
  • 45 Cdt. De Champflour, La coalition d’Auvergne, Riom, 1899.
  • 46 Cf. F. Le Floch, op. cit. note 5.
  • 47 Cf. Ph. Bourdin, « Des ganses blanches,… », op. cit. note 39.

25Cette recherche d’une figure incarnant l’héroïsme, d’un élan romanesque susceptibles de mobiliser des partisans, entraîne les familles nobles à valoriser la mémoire des victimes du Tribunal révolutionnaire (10 pour le Puy-de-Dôme), celle des morts dans le siège puis la répression de Ville-Affranchie (14 pour le même département), et par dessus tout celle du désastre de Quiberon, où la noblesse auvergnate a perdu plusieurs des siens, neuf pour l’espace considéré si l’on se fonde sur l’enquête de Patrick Huchet44, beaucoup plus si l’on en reste au martyrologue du commandant de Champflour45, héritier de la tradition familiale46. L’épopée se nourrit dès l’an IV des exploits de la famille Lamothe, aux frontières de la Haute-Loire. Le fils aîné, à l’identité mal connue et sans liens prouvés avec l’Institut, vêtu de rouge, encadre une armée hétéroclite en uniforme gris, où se retrouvent anciens du camp de Jalés fidèles de Dominique Allier, comtes et baillis du Livradois, prêtres réfractaires et cultivateurs déracinés par la crise économique et les réquisitions. Ils sont une grosse soixantaine de hors-la-loi, vivant dans des cabanes de fortune, mangeant ce qu’on leur offre ou ce qu’ils pillent, élevant troupeau et basse-cour. Ils recrutent au grand jour sur les places des bourgs et offrent à dessein une solde et des promotions. Ils narguent et agressent les troupes républicaines, les patriotes (le curé Brignon, ancien Constituant, est assassiné en brumaire an IV), dégradent les symboles nationaux, échouent pourtant en l’an VI, malgré leur réunion avec des bandes de la Creuse, de la Corrèze, de la Loire et de la Haute-Loire, lorsqu’il s’agit de délivrer Lamothe de sa prison du Puy-en-Velay (il trouve la mort dans l’opération). La guérilla, qui permet le contrôle ou la mise à sac de gros bourgs, comme Craponne-sur-Arzon dans l’été 1795, essuie la défaite en terrain découvert dans cette ville principale ; demeure le souvenir, entretenu par son cadet qui lui succède, du chef au costume incarnat, celui qui avec « aisance et netteté » promettait le rétablissement du catholicisme romain et le retour de l’abondance, celui qui parlait au nom de Louis XVIII et diffusait le Manifeste de Charette, tenant le grand livre des partisans de la royauté et provoquant des signatures en ce sens47. La mémoire royaliste s’enrichit pareillement en l’an VI de la rocambolesque évasion des prisons clermontoises de Joseph Bouillonnet de Lavillate, agent des princes qui assurait la liaison avec le comte de Précy à Lyon : profitant d’une visite autorisée le 12 pluviôse (31 janvier), son fils se substitue à lui. Son acquittement par un tribunal gagné aux monarchistes donnera des ailes aux royalistes clermontois et à leurs thuriféraires, tel Deval de Saunade, auteur d’une ode sur Le jeune prisonnier ou l’amour filial.

  • 48 BMIU, A 31197.

« Divine providence, espoir consolateur
Des revers qu’ici bas tout homme juste éprouve,
C’est toi qui vient charmer l’état où je me trouve
Et changer en palais ce séjour plein d’horreurs
[…]
Gai, content, radieux et jamais abattu,
On dira quelque jour : dans ce lieu redoutable
L’honneur vint embellir l’asile du coupable/
Là le crime pleuroit : là, chantoit la vertu48 ».

Guerilla rurale et combats électoraux

  • 49 Cf.Ph. Bourdin, « Les “Jacobins” du Bois de Cros (Clermont-Ferrand, an V) : chronique d’un massacr (...)
  • 50 BMIU, A 33652, Réflexions politiques et historiques sur les causes et les malheurs de la Révolutio (...)

26Deval-Saunade est avec Vincens l’une des plumes de l’Institut philanthropique. Tous les deux se sont illustrés en l’an V par leurs pamphlets féroces contre l’ancien terroriste Mabru, qu’ils ont suffisamment désigné à la vindicte publique pour qu’il perde sa fortune et ses biens lors de la mise à sac de sa maison49. L’on sait pourtant Vincens capable de conceptions plus élevées. Pensant la Contre-Révolution sans illusion sur la qualité des souverains français depuis Louis XIV, il demeure attaché à un pouvoir suprême paternaliste, incarné par un homme au-dessus de tous les autres pouvoirs, mais un homme éclairé « par l’expérience de l’histoire et les lumières de son siècle » porteur d’un mandat éventuellement limité dans le temps. Sur le modèle anglais, il prône le bicamérisme dont les représentants devraient appartenir à l’oligarchie pour éviter toute corruption par l’argent (Vincens méprise cependant l’orgueil de la fortune et des places). Favorable à des libertés limitées, il plaide aussi pour l’égalité civile et l’entraide charitable, qui permet de s’allier – il ne le précise pas mais le sous-entend : sans l’intermédiaire des classes moyennes – « la saine partie de la nation ». L’influence des monarchiens sur sa pensée, qui porte également sur les réformes administratives de la Révolution, est patente50. Cet effort conceptuel demeure toutefois marginal. L’écrit, lorsqu’il est utilisé, vise d’abord la polémique, la propagande ou l’autojustification : ainsi en va-t-il d’Un Ami de la paix aux habitans des campagnes ou du Cri de l’humanité sur les événements du 21 messidor an V, défendant deux ans après les faits, lors du procès des coupables, l’assassinat de quatre républicains clermontois. Le tout prolonge efficacement les arguments de prosélytisme proposés par Le Brun des Chards à ses agents secondaires :

  • 51 Cité par J.-B. Serres, Histoire de la Révolution en Auvergne, tome X, Mauriac, 1899, p. 200-211.

« À ceux dont l’opinion vous est connue, représentez les avantages que notre organisation peut procurer à la cause de l’ordre et de la religion et enrôlez-les directement sous vos ordres. À ceux que vous connaissez moins, bornez-vous à dire que la rue peut être ensanglantée d’un jour à l’autre, qu’il est indispensable d’être prêt à tout événement et qu’en cas d’émeute le rendez-vous est chez vous51 ».

  • 52 Cf. Ph. Bourdin, « Les “Jacobins” du Bois de Cros […] », art. cit. note 49.
  • 53 AD Puy-de-Dôme, L 2444. Lettre du 21 brumaire an VII (11 novembre 1798) du commissaire du pouvoir (...)

27Des Chards désirait que ses acolytes inspirent un refus de l’impôt, des réquisitions, de l’occupation des domiciles des « jacobins » par la force armée. Boirot fait de ce dernier thème l’un de ses chevaux de bataille, dénonçant et poussant à humilier « ceux qui ont marché sur Lyon52 ». Bien plus important encore, le travail de sape dont les prêtres réfractaires, rentrés en nombre d’émigration, sont en charge depuis l’an IV dans les campagnes. Agents privilégiés de la contestation pour leur art oratoire et leur place éminente dans les communautés rurales, ils professent l’excommunication contre les défenseurs de la patrie, la diabolisation des prêtres constitutionnels, et, messianiques, annoncent la proche vengeance d’un Dieu et d’un roi exclusivement rédempteurs (« un sceptre de fer contre les républicains »), dans le prolongement et le renouveau des images de la Contre-Réforme. D’aucuns, fidèles aux directives, s’acharnent contre « les contributions, et surtout les personnelle et nobiliaire qu’on présente comme un impôt qui tourne au profit seul de ceux qui l’ont décrété et réparti53 », manière habile de retourner les arguments des cahiers de doléances hostiles aux lourds droits de l’Ancien Régime, dont on se garde bien de préciser les modalités et les conséquences au quotidien du rétablissement. Ces discours frappent l’inconscient collectif des humbles, et dans un cas au moins inspire à une tierce personne issue du monde des journaliers un culte de substitution, dans l’exaltation et la transe. Il s’agit d’Antoinette Perrin, du village de Durmignat, prophétesse prétendant réincarner Sainte Anne, qui en janvier 1798 galvanise des foules comptant plusieurs centaines d’auditeurs, avant d’être arrêtée.

  • 54 AD Puy-de-Dôme, L 572. Lettre de Boutarel, commissaire du pouvoir exécutif auprès de l’administrat (...)

« Après les prédications accoutumées, des prières et des exorcismes, Sainte Anne fit renoncer à Satan, à ses pompes, à ses œuvres, à la nation et à la loi, et donna l’exemple de cette abjuration. C’est ainsi disoit-elle que 19 millions d’hommes sont déjà revenus à la vraie religion en France54 ».

  • 55 AD Puy-de-Dôme, L 549. Enquête de Boutarel auprès de ses subordonnés.

28La Contre-Révolution évidemment tient tout autant dans les actes que dans les discours, et de ce point de vue existe à l’état endémique de l’an IV à l’an VIII, avec la pendémie de l’an V. Vols dans les magasins d’armes, arrachage des arbres de la liberté, affrontements avec les gardes nationales (à Billom en pluviôse an V), mascarades nocturnes (à Thiers, à Riom, à Sauxillanges en germinal an V), crimes contre particuliers (enlèvements ou tentatives de meurtre) ou leurs propriétés sont légion, et n’épargnent aucun canton de Limagne et du Livradois, avec une concentration forte d’exactions dans les bourgs les plus gros et les chefs-lieux des districts, a fortiori à Clermont – mais les délits y sont d’autant plus repérés que les forces de la répression y sont implantées. Au total, cent quarante-deux affaires sont portées devant la justice par les commissaires du pouvoir exécutif entre l’an IV et le début de l’an VI55. Au printemps 1797, alors même que l’Agence royale tente une reconquête du pouvoir par la voie électorale, les tensions s’exacerbent. Les campagnes électorales poussent à l’organisation de bals, où les déserteurs se montrent assidus aux côtés de Muscadins portant ganses blanches, cheveux en cadenettes et armes apparentes (gourdins, sabres, pistolets) dont ils usent dans les expéditions punitives qui suivent ces délassements ; à l’organisation de banquets, moyens à Clermont de prendre le contrôle de plusieurs sections ; à l’investissement du théâtre municipal, où les comédiens, gagnés à la cause, entonnent le Réveil du peuple, le Chant de germinal ou l’hymne des honnêtes gens dédié aux assemblées primaires, ou bien encore détournent les répliques de leur répertoire au détriment des officiers publics. Cet investissement de lieux et de formes de sociabilité appréciés du plus grand nombre permet un réel progrès des idées de l’Agence. La boisson, les billets de vote glissés dans la main contre argent, la toile d’araignée tissée par les agents recruteurs, leur surveillance armée et dissuasive des bureaux de vote, les mauvais traitements infligés aux plus francs des républicains, font le reste. Ils dominent, parfois au prix de scissions, 43 % des cantons du Puy-de-Dôme à l’issue des assemblées primaires, et après l’assemblée électorale placent quatre des leurs dans les Conseils du Directoire (Boirot, Lamy, Picot-Lacombe, Milanges).

  • 56 Cf. Ph. Bourdin, « Pouvoir civil, pouvoir militaire dans le Puy-de-Dôme de l’an V », Actes du coll (...)

29Enhardis par ces succès, qu’ils fêtent à Riom le 29 germinal (18 avril 1797) par un banquet de 600 convives qui dégénère en bagarre avec les patriotes du lieu, ils portent la lutte armée dans Clermont. Ils attaquent d’abord la caserne des volontaires le 4 floréal (23 avril 1797), à l’issue d’un banquet organisé à Montferrand par le trésorier de l’Agence, Onslow. L’incident survient après des essais infructueux pour s’associer les militaires – seul un escadron de hussards s’était laissé convaincre en l’an IV, et quelques gendarmes –, après de nombreuses brutalités commises contre des officiers isolés ou en mission, y compris le général Chapsal, commandant des troupes du département. Les royalistes obtiennent que les volontaires soient désarmés par les autorités civiles au nom de l’ordre public puis jugés par un tribunal à la tête duquel ils ont placés un des leurs, Tixier. Pouvant également compter sur une garde nationale à cheval dont ils ont pris les rênes, ils lancent le 21 messidor (9 juillet 1797) une charge, préparée depuis une semaine par Champflour d’Allagnat et par une multiplication de messes clandestines, contre les républicains réunis au Bois de Cros, bien d’émigré acheté en lots, faisant quatre morts et seize blessés graves. L’émoi provoqué, avec pour conséquence la fuite hors la ville de plusieurs familles de patriotes, n’empêche pas l’Institut de poursuivre ses activités terroristes56.

  • 57 Cf. Bellaigue de Bughas, Les sociétés contre-révolutionnaires en Auvergne à la fin du xviiie siècl (...)
  • 58 F. Le Floch, op. cit. note 5, p. 91 et 101.

30Il est repris en main par l’Agence royale en décembre 1798, alors que les représentants élus en germinal viennent d’être « fructidorisés », et réorganisé en une structure à vocation militaire plus affirmée. Elle est censée fonctionner comme l’Institut grâce au financement que lui assurent ses membres les plus aisés, ceux-là qui depuis l’an V achètent des biens nationaux afin de sauver des domaines ou des églises – 450 livres par mois étant promises aux colonels, huit sous par jour aux simples fantassins – ; en réalité, les vols de fonds publics demeurent indispensables, comme le réseau de faux monnayage instauré depuis la Suisse par les bons soins de l’évêque Bonal. La direction des opérations dépend désormais de Chardon des Roys, coiffant Le Brun des Chards, qui garde le contrôle politique de l’organisation, le colonel Sauvat, chargé des opérations militaires pour la Basse-Auvergne, le comte Duprat dans la Marche, eux-mêmes dirigeant des responsables d’arrondissement57. Onslow conserve les cordons de la bourse jusqu’au 2 fructidor an VII (19 août 1799), date à laquelle le Département décide de son expulsion – il prendra le 11 du même mois un passeport pour Amsterdam – ; Bouveret le remplace58. Les trafics d’armes et de chevaux s’intensifient durant tout l’an VII aux frontières avec la Haute-Loire. Des appels aux conscrits sont imprimés, tel celui trouvé en thermidor an VII par la gendarmerie sur la route de Riom à Clermont, véritable manifeste de la Restauration :

  • 59 AD Puy-de-Dôme, L 553.

« Conscrits et réquisitionnaires n’allés pas aux frontières. Les deux Conseils et les Cinq sont aux abois. Ils se soucient fort peu de faire des victimes, ils ne comptent pour rien de faire perir toute la jeunesse française. Que d’hommes n’ont-ils pas deja sacrifiés pour detruire notre religion et se soutenir dans le sistême de la plus odieuse tyrannie. Plus de quatorze cents mille hommes ont deja peri sur les frontières.
Il y a trois ans que nous n’avions a combattre que contre l’Angleterre et l’Autriche. A present toutes les nations du monde sont en marche contre nous.
Parmi nos ennemis nous comptons les Anglais, Allemands, Prussiens, Russes, Bavarois, Portugais, Lapons, Saxons, Danois, Suédois, Norvégiens, des hommes de toutes les nations dont le plus grand nombre est aguéri. Comment pouvoir resister à toutes ces forces. Nos troupes sont depourvues de tout, désertent toutes et le peu restant n’a aucune teinture du maniement des armes […]. D’ailleurs c’est contre votre bon roy, votre legitime souverain que vous combattés, ce roy si magnanime qui a promis de tout amnistier. Il pardonne d’avance tous ses sujets mais la justice exige qu’il sevisse contre ceux qui ont signé la mort de son prédécesseur. Les acquéreurs de biens d’émigrés ne seront pas frustrés en entier de leurs acquisitions. Le roy veut rétablir la religion de vos pères que vous avés été forcé de meconnoitre. Vous la verrés refleurir avec tout l’eclat le plus brillant. Le tems n’en est plus eloigné et dans quatre mois, peut etre dans 15 jours Louis XVIII sur le throne proclamera le bonheur des français […]59 ».

31Un vaste plan d’insurrection est en réalité préparé au plan national par l’Agence et les hommes de Sauvat doivent parmi d’autres s’emparer des núuds routiers entre Paris et le Midi. Les papiers trouvés sur plusieurs agents royalistes arrêtés prouvent la préparation d’un camp de quelques milliers d’hommes et un questionnaire découvert en l’an VIII lors d’une visite domiciliaire ne laisse aucun doute sur ses buts, que le 18 Brumaire vient repousser :

  • 60 AD Puy-de-Dôme, L 558. Cf. Ph. Bourdin, Le Puy-de-Dôme sous le Directoire. Vie politique et esprit (...)

« Combien y a-t-il d’hommes en etat de porter les armes de tous les partis.
Combien du Bon Parti.
Quels sont ceux qui ont servi, dans quelle arme et quel grade, combien du parti patriote.
Quel est le nombre de fusils entre les mains du Bon Parti.
îdem pour les patriotes.
Quels sont les lieux oùau besoin on pourrait recevoir et tenir en sureté des deserteurs conscrits et autres.
Quelles sont les ressources pécuniaires dont le Bon Parti peut disposer.
Les ressources pécuniaires qu’on pourrait tirer des patriotes60 ».

Conclusion

32Au terme de ce parcours dans le temps et dans l’espace réduit de la Basse-Auvergne, il semble bien délicat de distinguer dans la Contre-Révolution du Puy-de-Dôme le double exact de la Vendée. Le décalque chronologiquement demeure imparfait. Les premiers foyers du refus apparaissent bien avant 1793 dans le Livradois et les Combrailles, en particulier nourries par les prêtres réfractaires et les hobereaux, quand bien même les tentatives de soulèvement datent comme les primes révoltes vendéennes de mars 1793, occasionnés par le tirage au sort.

33Les reprises d’activité après l’an I correspondent moins aux mouvements de l’Armée des princes qu’aux crises constitutionnelles et électorales du régime en place, l’an III et l’an V en l’occurrence. Le Puy-de-Dôme de ce point de vue ne se distingue pas de beaucoup d’autres départements, et Quiberon demeure davantage un moteur de la mémoire qu’un facteur d’une nouvelle insurrection.

  • 61 Cf. B. Ciotti, « Une tentative originale de lutte contre les réfractaires à la fin de la période d (...)
  • 62 R. Dupuy, Les Chouans, Paris, 1997.

34La forme même de cette dernière ne renvoie que bien faiblement à l’organisation de l’Armée catholique et royale. Bien sûr, elle s’étend à plusieurs départements, jouant sur des régions frontalières que les pouvoirs publics ne parviennent pas à contrôler61, mais elle ne débouche sur aucun soulèvement massif de toute la population d’une région naturelle, qui aurait pu être le Livradois-Forez, plutôt sur des chouanneries, des coups de force parfois victorieux (l’enlèvement du général Nicolas, des vols de caisses publiques et de dépôts d’armes), sur des assassinats – des manifestations au fond comparables à celles rencontrées par Roger Dupuy en Bretagne62. Elle ne peut se targuer de victoire militaire retentissante, de prise de possession d’une ville, de l’établissement a fortiori du gouvernement d’un « pays conquis ». Au mieux s’assure-t-elle la complicité de villages, de hameaux, d’officiers municipaux, mais elle suscite tout autant des résistances républicaines diffuses, dont la vigueur s’accroît avec la taille des bourgs et une stratification sociale par conséquent plus complexe. Au demeurant, bien rares seront les contacts directs avec les troupes régulières de la République, les gardes nationales suffisant en général à endiguer les assauts.

  • 63 B. Ciotti, op. cit. note 22, p. 591.
  • 64 F. Furet, M. Ozouf, Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, 1988, p. 191.

35Les groupes de révoltés (quelques centaines de personnes qui ne formeront jamais une armée, parmi lesquelles un grand nombre de femmes) recrutent avant tout parmi les paysans, les journaliers les domestiques, souvent liés au sein de puissantes communautés familiales. Parmi les rebelles du Livradois arrêtés en 1793, seuls 13 % ressortent du monde urbain63. L’on chercherait en vain un Stofflet, un Cathelineau ; on trouverait quelques maîtres de communautés, les Dunaud, les Bourgade, sans autonomie par rapport à la noblesse locale. Antérieurement investie dans le combat contre-révolutionnaire, celle-là a ses réseaux en France comme à l’étranger, constitués à des dates différentes par des membres souvent identiques, de la Coalition d’Auvergne jusqu’à la filière des anciens élèves de l’école royale militaire d’Effiat. Ces réseaux ne cessent de croiser ceux de l’évêque réfractaire Bonal et peuvent donc compter sur un clergé actif dans la lutte et le « quadrillage spirituel du territoire », selon l’expression de François Furet à propos des insermentés vendéens64. La fondation de l’Institut philanthropique permet également l’encadrement du mouvement par des notables urbains petits et grands, favorables, vraisemblablement davantage que la noblesse d’épée, à une stratégie tous azimuts, y compris la reconquête du pouvoir par la voie électorale. C’est par eux que le danger est porté dans les villes. La reprise en main de décembre 1798, avec la création de l’Agence royale, marque au contraire un retour du militaire, et les plans d’insurrection projetés prouvent bel et bien un syndrome et un modèle vendéens. Ces hésitations et ces mouvements désordonnés et brouillons ne laisseront que des braises après le 18 Brumaire.

36Au fond, Henri Pourrat, qui dans Gaspard des Montagnes se fait le porteur de la mémoire d’un pays, le Livradois, avait quelque raison de ne retenir de la Contre-Révolution que des hommes (et d’abord les prêtres réfractaires Gonnet, Gaschon et Boutarel), des chefs charismatiques (les Lamothe, puis d’Espinchal sous l’Empire), une masse de déserteurs non identifiés, un « brigandage » diffus. Comment les contemporains auraient-ils pu percevoir autre chose de l’organisation clandestine, auraient-ils pu croire, au-delà des discours et des peurs officielles fondés sur une connaissance de plus en plus précise des réseaux, à « une seconde Vendée » développée au-delà de leurs paroisses respectives ?

Notes

1 Ainsi cette lettre des Montagnards Bouscarat et Desessement, du 12 floréal an II (1er mai 1794) (AD Puy-de-Dôme, fonds non classé de la société populaire de Clermont), s’inquiétant de la politique d’extermination : « Cette guerre, que depuis six mois on annonçait toujours comme finie, dure encore et ne doit son existence qu’a la perfidie de ces hommes qui ont payés de leur tête leurs trahisons, mais dont la vie ne peut payer les maux qu’ils ont faits. Tout ce qu’on entend dire ici ne prouve que trop que la plupart des généraux qui ont servi dans cette guerre ont été d’intelligence avec ceux qui nous l’ont suscitée et que les révoltés ont trouvé des appuis jusque dans la représentation nationale […]. Tout nous prouve que ceux qui ont porté leur tête sur l’échaffaud n’avoient que trop mérité leur sort. On semble craindre ici que la menace d’incendier toute la Vendée et de passer ses habitans au fil de l’épée ne soit une mesure plus propre à armer les rebels qu’à les dissiper. L’expérience sembleroit confirmer cette crainte […] ».

2 AN, F7 7090, lettre du 11 nivôse an IV (1er janvier 1796).

3 J.-C. Martin, La Vendée et la France, Paris, 1987, p. 27.

4 Cf. Ph. Bourdin, « L’échange épistolaire Paris-Province, un moyen persistant de structuration des réseaux républicains », in Du Directoire au Consulat. Le lien politique local dans la Grande Nation, Lille, 1998, p. 111-136.

5 AD Puy-de-Dôme, L 469. Sentence de dégradation du 5 juin 1790.

6 AD Puy-de-Dôme, L 6104. Chanson adressée à Mme Bosredon, épouse d’émigré.

7 Cf. F. Le Floch, Les auteurs et les acteurs de la contre-révolution dans le Puy-de-Dôme (1791-1801), mémoire de maîtrise, Université Blaise-Pascal, 1998.

8 BMIU, A 10556 (33), Extrait du procès-verbal de la Société des Amis de la Constitution établie à Lyon, 19 décembre 1790.

9 Cf. O. Paradis, L’école royale militaire d’Effiat et ses élèves, thèse de doctorat, Université Clermont-Fd II, 1998, p. 581 et sqtes.

10 Cité par O. Paradis, op. cit., p. 582, d’après Mon journal de l’émigration, de François-Xavier de Bodinat, archives de la famille Bodinat.

11 ADPuy-de-Dôme, L 6391, numéros 4 (3 février 1791) et 7 (24 février 1791).

12 « Cet iscariote de Vichel […] est plus endiablé et plus aveuglé que jamais », regrette ainsi de Mascon, qui se réjouit en revanche des rétractations d’Antoine Delarbre, des curés et vicaires de Champeix et de Montaigut (AD Puy-de-Dôme, L 637, lettre du 30 mai 1791 à Duvergier, curé de Saulzet-le-Froid).

13 AD Puy-de-Dôme, L 637, lettre du 25 mai 1791 au curé de Saulzet-le-Froid.

14 AD Puy-de-Dôme, L 6275, chanson interceptée en l’an II par le comité de surveillance de Riom.

15 AD Puy-de-Dôme, L 637, lettre de 1791 au curé de Saulzet-le-Froid.

16 BMIU, 180620, n° 117 du 5 décembre 1791.

17 AN F7 3685 (5). Lettres de Michel Monestier, procureur-général syndic du département, au ministre de l’Intérieur, les 20 et 27 mars 1792.

18 AD Puy-de-Dôme, L 637, lettre anonyme du 1er mars 1792 à Duvergier.

19 BMIU, 180620, Thermomètre du Jour, n° 29 du 29 janvier 1792.

20 AD Puy-de-Dôme, fonds non classé. Registre des délibérations de la section du Collège, p.v. du 8 janvier 1793.

21 BMIU, 180620, Thermomètre du jour, n° 442 du 17 mars 1793.

22 Cf. B. Ciotti, Du volontaire au conscrit. Les levées militaires dans le département du Puy-de-Dôme sous la Révolution (1791-an VII). Recrutement et population, thèse de doctorat, Lyon II, 1997, p. 522 et sqtes.

23 Ibidem, p. 540 et sqtes.

24 Ibidem, p. 560-575.

25 AD Puy-de-Dôme, L 593. P.v. de dénonciation du 29 mai 1793 devant le district de Riom. Les nobles dénoncés appartiennent aux familles Bosredon-Vatange, Dauphin-Laval, Vissaguet de Merinschal, Goneix-Dumontel, Dumas-Larfeuille, Saint-Avit, etc.

26 AD L 4698. P.v. de battue par les officiers municipaux du canton de Saint-Gervais, 10 thermidor an II (28 juillet 1794) : « Dans le bois du Bouchet, et dans le moment que nous etions occupés a continuer nos opérations etant dans le bas du bois nous avons apperçus au bas diceluy plusieurs hommes et femmes habitants du village du Bouchet que nous n’avons pas distingué a cause de l’eloignement qui nous criyés a toutes tetes [sic] les injures les plus atroces, en disant aux habitants du village du bas de Lacot de nous pousser et qu’on nous attendoit dans le haut pour nous egorger. Et pour éviter la fureurs de ses habitants nous avons continuée notre chemins par le bas apres nous etre assurée des personne qui vouloient nous maltraiter ».

27 AD Puy-de-Dôme, L 468, délibération du directoire du département du Puy-de-Dôme, 12 janvier 1793.

28 Cf. S. Bousseroles, Une contre-révolution dans le Puy-de-Dôme (1790-1795), mémoire de maîtrise, université Clermont-Ferrand II, 1993, p. 149.

29 AD Puy-de-Dôme, L 6125 (20).

30 AD Puy-de-Dôme, L 542. Comptes décadaires des administrateurs du district de Besse pour la troisième décade de messidor an III.

31 Cf. Le tournant de l’an III. Réaction et terreur blanche dans la France révolutionnaire, actes du congrès national des sociétés historiques et scientifiques d’Aix-en-Provence (1995), réunis par M. Vovelle, Paris, CTHS, 1997.

32 S. Bousseroles, op. cit. note 28, p. 141.

33 AD Puy-de-Dôme, F 156 (55), lettre au Comité de salut public, 10 fructidor an III (27 août 1795).

34 AD Puy-de-Dôme, L 542.

35 Idem.

36 AD Puy-de-Dôme, L 2154. Réponse du district de Thiers à l’enquête Baraillon, 10 floréal an III (29 avril 1795). Cf. Ph. Bourdin, « Révolution et superstition : l’exemple du Puy-de-Dôme », in La superstition à l’âge des Lumières, études réunies par B. Dompnier, Paris, H. Champion, 1998, p. 213-237.

37 AD Puy-de-Dôme, F 156 (38). Notes personnelles de Gaultier de Biauzat, 25 floréal an III (14 mai 1795).

38 AD Puy-de-Dôme, L 329. Arrêté du représentant en mission Chazal, envoyé dans les départements du Puy-de-Dôme, dela Haute-Loire, du Cantal, de l’Aveyron et de la Lozère, 12 messidor an III (1er juillet 1795), instaurant une rigoureuse politique des passeports et la surveillance des aubergistes, des cabaretiers, des volontaires sur la route de Lyon. Il importe à la tranquillité publique que les malveillans des départemens adjacens au département du Rhône, ne puissent aller à Lyon grossir la Compagnie d’assassins, dite Compagnie de Jésus […]. Il serait dangereux que ces assassins et les émigrés qui se sont réunis à eux dans cette commune débordassent dans les départements voisins, pour y mettre en pratique leurs principes sanguinaires ».

39 Cf. Ph. Bourdin, « Des ganses blanches,… », op. cit. note 21, p. 361-396.

40 BMIU, A 33652.

41 Cf. F. Le Floch, Les auteurs et les acteurs de la contre-révolution dans le Puy-de-Dôme (1791-1802), mémoire de maîtrise, université Blaise-Pascal, 1998, p. 99.

42 AD Puy-de-Dôme, L 542.

43 Cf. O. Paradis, op. cit. note 9, p. 598-599.

44 P. Huchet, 1795. Quiberon ou le destin de la France, Rennes, 1995.

45 Cdt. De Champflour, La coalition d’Auvergne, Riom, 1899.

46 Cf. F. Le Floch, op. cit. note 5.

47 Cf. Ph. Bourdin, « Des ganses blanches,… », op. cit. note 39.

48 BMIU, A 31197.

49 Cf.Ph. Bourdin, « Les “Jacobins” du Bois de Cros (Clermont-Ferrand, an V) : chronique d’un massacre annoncé », Annales historiques de la Révolution française, 1997, n° 2, p. 249-304

50 BMIU, A 33652, Réflexions politiques et historiques sur les causes et les malheurs de la Révolution et sur les principes qui doivent servir de base à tout gouvernement libre, Riom, thermidor an VII. Cf. Ph. Bourdin, « Des ganses blanches […] », art. cit. note 39.

51 Cité par J.-B. Serres, Histoire de la Révolution en Auvergne, tome X, Mauriac, 1899, p. 200-211.

52 Cf. Ph. Bourdin, « Les “Jacobins” du Bois de Cros […] », art. cit. note 49.

53 AD Puy-de-Dôme, L 2444. Lettre du 21 brumaire an VII (11 novembre 1798) du commissaire du pouvoir exécutif du canton de Vic-sur-Allier à son homologue auprès de l’administration départementale.

54 AD Puy-de-Dôme, L 572. Lettre de Boutarel, commissaire du pouvoir exécutif auprès de l’administration centrale du Puy-de-Dôme, au ministre de la Police générale, 3 pluviôse an VI (22 janvier 1798). Cf. Ph. Bourdin, « Révolution et superstition », art. cit. note 36.

55 AD Puy-de-Dôme, L 549. Enquête de Boutarel auprès de ses subordonnés.

56 Cf. Ph. Bourdin, « Pouvoir civil, pouvoir militaire dans le Puy-de-Dôme de l’an V », Actes du colloque La République directoriale (Clermont-Ferrand, mai 1997), Clermont-Fd-Paris, 1998, p. 827-848 ; « Les “Jacobins” (…) », art. cit. note 49.

57 Cf. Bellaigue de Bughas, Les sociétés contre-révolutionnaires en Auvergne à la fin du xviiie siècle, Riom, 1895.

58 F. Le Floch, op. cit. note 5, p. 91 et 101.

59 AD Puy-de-Dôme, L 553.

60 AD Puy-de-Dôme, L 558. Cf. Ph. Bourdin, Le Puy-de-Dôme sous le Directoire. Vie politique et esprit public, Clermont-Ferrand, 1990, p. 273.

61 Cf. B. Ciotti, « Une tentative originale de lutte contre les réfractaires à la fin de la période directoriale : l’investissement des Bois Noirs et des Monts de la Madeleine », in La République directoriale, op. cit. note 56, p. 849-860.

62 R. Dupuy, Les Chouans, Paris, 1997.

63 B. Ciotti, op. cit. note 22, p. 591.

64 F. Furet, M. Ozouf, Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, 1988, p. 191.

Auteur

Université de Clermont-Ferrand

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540