Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Contre-Révolution en Europe

 | 
Jean-Clément Martin

Les réseaux de la Contre-Révolution

Familles, réseaux et Contre-Révolution dans les Mauges

Anne Rolland-Boulestreau

Texte intégral

  • 1 Située entre Angers et Cholet, à 8 kilomètres de Beaupréau.

1Au début du mois de mars 1793, les Mauges entrent en révolte ouverte contre l’administration du département. Un lieu et une date symbolisent le début de cette guerre de Vendée : il s’agit de Saint-Florent-le-Vieil, petite ville ligérienne prise d’assaut le 12 mars 1793 par des hommes venus de toutes les paroisses voisines. C’est pourtant le lendemain de cet événement, le 13 mars 1793, qui fonde traditionnellement les débuts de la Contre-Révolution dans les Mauges. À cette date en effet, dans une petite communauté voisine, au Pin-en-Mauges1, des hommes, groupés autour de Jacques Cathelineau placé à leur tête, marchent en direction de la Poitevinière. Forts du soutien des autres villages traversés, ils s’attaquent victorieusement à des villes plus ou moins modestes, défendues par l’armée républicaine : Jallais, Chemillé, Cholet…

  • 2 J. Revel, Jeux d’échelle, Seuil, 1996, p. 12.

2Face à ce soulèvement collectif et spontané, comment les troupes se mettent-elles en mouvement ? La question est d’importance : il ne s’agira pas d’expliquer les raisons du départ, mais plutôt qui part, avec quelles ambitions et quelles facultés. C’est en quelque sorte une manière d’entrevoir les chances de réussite des hommes qui s’engagent contre la République. Pour connaître la composition de la première troupe des soldats du Pin-en-Mauges, on dispose de sources différentes, classiques et connues, d’une part la lecture des mémoires de personnages ayant côtoyé le généralissime de Vendée, et d’autre part le dépouillement des registres paroissiaux et d’état-civil. Les registres du Pin-en-Mauges ont été jusqu’alors étudiés pour préciser l’entourage proche de Jacques Cathelineau, généralissime de l’armée vendéenne. Dans une optique micro-historique, la reconstitution précise des réseaux familiaux, notamment par le biais des mariages, replace les hommes au cœur de l’histoire vendéenne et dévoile « ces vies minuscules (qui) participent elles aussi, à leur place, de la grande histoire dont elles livrent une version différente, discrète, complexe2 ». Ces sources rendent possible la compréhension d’une dynamique du départ et d’une logique du refus qui habitent la société des combattants vendéens. Elles permettent aussi d’étudier la reconstruction de la société vendéenne d’après guerre, de mesurer la force du souvenir de la guerre au xixe siècle, à l’œuvre dans les relations familiales, amicales et la vie politique locale.

Deux listes précises des premiers soldats vendéens du Pin

  • 3 J. Cantiteau in L. de la Sicotière, Le curé Cantiteau, Angers, 1877.

3Le curé du Pin, Jacques Cantiteau, consigne ses souvenirs de guerre en 1807, s’attachant surtout aux « affaires » militaires qui impliquent Jacques Cathelineau3. Il est le premier à énumérer ceux qu’il considère comme le « noyau dur » de la future armée catholique et royale. Pour ce faire, il cite les différents compagnons qui suivent Jacques Cathelineau, le 13 mars 1793 : ils sont 27 au départ du Pin-en-Mauges. Même si des jeunes gens sont partis depuis la veille à Saint-Florent refuser le tirage au sort, on aurait pu penser à une mobilisation plus massive autour de celui qui deviendra dans quelques mois généralissime de l’armée catholique et royale. En fait, il n’en est rien.

  • 4 Son père est cousin germain de Jacques Cathelineau.

4Entre la liste Cantiteau et les événements de 1793, quatorze années se sont écoulées. Le souvenir de ces premiers soldats du Pin s’est peut-être estompé. Le curé a pu oublier certains autres compagnons de Jacques Cathelineau. Sans doute propose-t-il une liste non exhaustive. Or cette liste est reprise par une autre personnalité du Pin, Pierre Blon. En 1840, il transcrit les souvenirs familiaux liés à la guerre de Vendée, et en particulier ceux de son père, revenu vivant des combats4. Dans la recension des premiers compagnons de Jacques Cathelineau, Pierre Blon confirme l’existence d’un noyau d’hommes du Pin-en-Mauges prêts à suivre Jacques Cathelineau dès le 13 mars 1793. À suivre l’énumération de Jacques Cantiteau et celle de Pierre Blon, on relève deux différences dans l’ordre des noms des Vendéens et l’absence de Pierre Rochard pour l’un et d’André Bouteiller pour l’autre, comme le montre le tableau suivant.

  • 5 Cf. par exemple, Crétineau-Joly, Muret, Deniau.

5Cette légère différence peut être imputée au fait que les listes ont été établies à partir des souvenirs personnels ou familiaux. Pour autant, l’enchaînement nominal ne varie guère. Les deux mémorialistes accordent les premières places aux Blon et aux Gaudin. Ces énumérations vont être reprises par des historiens de la guerre de Vendée qui les considèrent comme des références5.

Des soldats vendéens, au Pin depuis plusieurs générations

  • 6 La communauté du Pin compte 768 habitants en 1790 et environ 120 hommes adultes, ni trop jeunes, n (...)

6Au total, Jacques Cathelineau bénéficie d’emblée du soutien du quart ou du cinquième des hommes de sa communauté d’après les estimations de la population du Pin, à l’extrême fin du xviiie siècle6. Les trois quarts d’entre eux sont installés sur la commune du Pin depuis quelques générations, au moins depuis le début du xviiie siècle. C’est le cas par exemple de Joseph et Mathurin Piton, issus d’une famille implantée sur une métairie, la Sablère, à 200 mètres du bourg, et qui exploite cette terre depuis plus de quatre générations. La généalogie de Pierre Véron, autre compagnon de Cathelineau, remonte au moins à la fin du xviie siècle, où la présence du grand-père et des grands-oncles est attestée dans les registres paroissiaux. Les fils de Pierre Véron resteront également dans leur paroisse natale au début du xixe siècle. Quant à ceux originaires d’autres communautés, il s’avère qu’ils sont tous nés dans les Mauges, tel René Leclerc de Saint-Laurent-de-la-Plaine, ou encore Pierre et Étienne Manceau de Chaudron, dans des paroisses voisines de 10 kilomètres. À la veille du conflit vendéen, les futurs compagnons de Jacques Cathelineau sont tous des hommes enracinés dans les Mauges. Cette ancienneté dans le terroir est un atout de la troupe, mesurable grâce aux registres paroissiaux du xviiie siècle.

Familles et parentés : la sociabilité vendéenne à la veille du conflit

  • 7 A. Bendjebbar, « Les problèmes des alliances politiques, sociales et économiques dans la Contre-Ré (...)

7L’homogénéité de la troupe de Jacques Cathelineau réside aussi dans les relations familiales et amicales, attestées encore pour une bonne part dans les registres paroissiaux du Pin. André Bendjebbar avait pressenti dans le colloque de Rennes sur les Résistances à la Révolution en 1985, que la parenté pouvait fournir une des clés pour comprendre l’organisation des troupes vendéennes : « Il faut penser la Contre-Révolution en termes d’alliances. Dans les marches au combat, les soldats suivent leur paroisse et les groupes de combat réunissent des frères, des amis, des voisins7 ».

8L’établissement des généalogies est un exercice relativement aisé ; préciser les degrés de parenté entre les compagnons de Cathelineau est parfois plus difficile. Or, ils sont primordiaux pour comprendre la dynamique interne du groupe. Deux types de relations peuvent être repérés avec le futur généralissime. Premier type : la parenté peut être directe ou indirecte avec Jacques Cathelineau. Prenant en compte les mariages consignés dans les registres du xviiie siècle, neuf hommes entrent dans la parentèle la plus proche de Jacques Cathelineau. Cinq d’entre eux sont cousins germains : il s’agit de Jean et René Blon ainsi qu’Étienne, Charles et Joseph Gaudin. Un autre, Mathurin Gaudin, est son beau-frère, et André Bouteiller, Pierre et Jacques Rochard, ses neveux. Six compagnons entretiennent des relations moins évidentes à établir. Il faut bien souvent remonter à trois ou quatre générations pour retrouver un lien de parenté avec René Leclerc, René Oger, René Jamin, Pierre Véron, René et Louis Rochard. Il n’empêche qu’on les avance dans les registres paroissiaux où le curé utilise le terme imprécis de « cousins », ou dans les listes de Jacques Cantiteau et Pierre Blon. On peut alors attester que 15 hommes, du beau-frère aux cousins éloignés et aux petits-neveux, se rattachent ainsi à la parentèle des Cathelineau. Ces parentés ajoutent une dimension supplémentaire à la constitution de la troupe du futur généralissime. La cohésion du groupe passe ainsi par les liens familiaux, tissés le plus souvent depuis plusieurs générations.

9Restent douze hommes, sans parentèle directe avec Jacques Cathelineau. Ceux-ci posent le problème des points communs entre ces combattants de la première heure. Si l’on peut comprendre qu’à l’heure du départ, les liens de parenté entre le groupe et son chef aient pu jouer, quel dénominateur commun peut être avancé pour le reste des engagés ? Le critère de parentèle joue là encore, mais indirectement. Ces 12 hommes sont parfois proches parents entre eux, gendres et beaux-frères, cousins germains, oncles et neveux. Par exemple Joseph Morinière est à la fois le neveu des Piton, le gendre de René Oger et le cousin germain des Manceau. Des solidarités se superposent sans aucun doute. Si aucun lien familial ne les réunit, les individus ne sont pas pour autant des isolés dans un groupe de parents. L’amitié est le lien supplémentaire à la cohésion de cette troupe. Mais l’imprécision des actes paroissiaux rend délicate la mesure de cette amitié. Le curé ne désigne pas toujours le témoin comme un ami de la famille. Habituellement au xviiie siècle, les témoins de mariage sont avant tout recrutés parmi le cercle de parenté proche, parmi les frères, père, beaux-frères, cousins germains. Quand des témoins n’entretiennent aucun lien familial plus ou moins direct avec les mariés, on suppose alors qu’ils ont été conviés à participer au mariage au nom d’une relation privilégiée avec les futurs mariés. En effet, ceux-ci limitent le plus souvent leur choix au cercle familial, ce qui confère d’autant plus d’importance aux témoins « inhabituels ». En 1787, par exemple, Étienne Manceau, un serger de 25 ans, choisit comme témoin de mariage Jean Cathelineau, frère du futur chef vendéen. Les Cathelineau et les Manceau n’ont assurément aucun lien de parenté. L’amitié vaut comme marque d’intégration. Veut-elle dire plus ?

  • 8 Mousnier R., 1976, p. 41.
  • 9 J.-M. Moriceau, Les fermiers de l’Ile-de-France. L’ascension d’un patronat agricole (xve-xviiie si (...)

10À ce stade, on se heurte ici à l’intimité des familles et à la difficulté d’interprétation de leurs relations, comme des stratégies qui gouvernent les choix des ententes ou des rapprochements. Roland Mousnier estimait que « les témoins […] peuvent être utilisés pour définir une sorte de groupe social de relations diverses, parentés, alliances, fidélités, collégialités, protections et services8 ». Pour Jean-Marc Moriceau, d’après son étude sur les fermiers d’Ile-de-France, le choix d’un ami peut être le signe d’un « placement d’avenir9 », c’est-à-dire que les futurs peuvent espérer en retour une aide ou une protection. En somme, l’amitié revêt un sens intéressé et calculateur. Il semble que dans le cadre précis des Mauges, et plus spécifiquement dans la paroisse du Pin, l’amitié prenne un tout autre sens. Elle apparaît, semble-t-il, après que toutes les relations de parenté ont été épuisées. Les Cathelineau comme les Manceau ne détiennent pas un patrimoine qui pourrait expliquer les motivations d’un tel choix. Faut-il plutôt comprendre l’amitié comme une passerelle entre deux lignages, jamais unis jusqu’alors par des liens familiaux ? Toujours est-il que la dynamique interne du groupe a été finalement mise en lumière par le dépouillement des registres paroissiaux. Parmi les 27 compagnons, aucun n’était isolé. Tous étaient des alliés, par le jeu de la parenté ou de l’amitié. Toutes ces relations ont forcément joué dans la formation rapide du groupe le 13 mars 1793.

Un souvenir de la guerre de Vendée réactivé à chaque mariage

  • 10 ADML, 81 L 6, 30 nivôse et 1er pluviôse an II.
  • 11 Pour plus de détails, cf. A. Rolland-Boulestreau, thèse de doctorat, Nantes, 1999.

11La moitié des compagnons de Jacques Cathelineau meurt, tuée sur les champs de bataille ou condamnée par la justice révolutionnaire d’Angers entre 1793 et début 1794. Jean et René Blon sont morts aux premières lignes des combats à Chemillé et à Nantes en avril et en juillet 1793. Charles Gaudin et René Oger sont interrogés par Morin et Vacheron, membres de la commission militaire d’Angers en janvier 1794. Ils sont sans doute fusillés avant la fin du mois10. De l’autre moitié qui revient vivante des combats, les liens qui existaient avant le départ sortent consolidés au point de s’afficher officiellement lors des actes d’état-civil, à l’occasion des mariages notamment. Ainsi la fille et la nièce de Mathurin Gaudin, présent au départ de mars 1793, épousent-elles deux anciens compagnons de Jacques Cathelineau, Pierre et Jacques Rochard en 1794 et 1808. Au total, six familles, sur les seize du départ, concluent des mariages entre elles, à partir de la fin des conflits vendéens et poursuivent ainsi les liens d’antan. L’amitié tient une place visible dans les registres d’état-civil et les anciens compagnons se choisissent pour amis-témoins quand ils se marient ou quand leurs enfants se marient. En novembre 1793 et novembre 1794, Étienne Manceau et son frère jouent le rôle de témoins-amis auprès de René Jamin et Jean Gabory, âgés de 25 et 26 ans, figurant tous sur les listes des premiers compagnons. René Leclerc, en 1795, choisit comme témoins de mariage trois amis : Jean Horeau, Joseph et Étienne Gaudin. Pierre Véron, le fils d’un des premiers soldats du Pin, choisit Étienne Manceau en 1813. Le souvenir de la guerre de Vendée est d’une certaine manière réactivé à chaque cérémonie de mariage. Il persiste au-delà de la génération des combattants et se transmet à celle de leurs enfants, de leurs neveux. Le schéma suivant présente, de façon rapide, les liens attestés au sein du groupe des premiers soldats du Pin11.

12Une telle schématisation replace les familles des premiers soldats vendéens du Pin au cœur de leur réseau de parentèle et d’amitié. Des « triangulaires » se mettent en place. Elles sont le signe d’alliances et de liens réciproques. C’est à partir de deux ou trois familles principales, comme les Gaudin, les Rochard et les Manceau, que s’organisent tous les lignages des compagnons du futur généralissime. Mieux, la sociabilité villageoise du Pin s’ordonne autour de ces personnalités vendéennes durant le premier tiers du xixe siècle.

Les compagnons de Jacques Cathelineau, des repères pour le village du Pin

13Les anciens soldats vendéens, figurant sur la liste de Cantiteau, cumulent à eux seuls 60 % des choix comme amis dans les registres d’état-civil. Tels sont les cas de René Rochard, René Jamin, Jean Gabory, Pierre et Étienne Manceau, à partir de 1798. L’exemple le plus frappant est celui d’Étienne Manceau, choisi 44 fois comme ami-témoin (soit 23 % des actes de mariages). Entre 1805 et 1818, il est convié à plus de trois mariages par an en moyenne.

14Sans compter que la composition du conseil municipal du Pin tient compte de cette charge mémorielle de la Vendée. Jean Gabory, Étienne Gaudin, Joseph Piton, tous trois compagnons le 13 mars 1793, deviennent officiers municipaux au début du xixe siècle. Jean Gastine et Étienne Martineau, deux autres officiers municipaux, sont les enfants de soldats vendéens. François Verger, le maire, est-il élu pour ses compétences politiques (il a déjà exercé des charges avant la Révolution) ? Lui aussi est, en tout cas, un ancien soldat qui, s’il n’apparaît pas sur la liste des premiers compagnons, s’est pourtant engagé dans la Contre-Révolution. Restent trois autres officiers municipaux dont le rôle dans les guerres de Vendée n’a pas pu être établi (René Réthoré, Mathurin Viau et Louis Béduneau, qui apparaissent récemment dans les registres et les sources du Pin. Il y a de fortes chances pour qu’ils soient nouveaux venus dans cette communauté). Au total, les deux tiers, au moins, des notables municipaux du Pin sont à associer avec la Contre-Révolution. Ils ont partagé largement un destin collectif commun durant les guerres de Vendée.

  • 12 J. Peret, La Terreur et la guerre, Poitevins, Charentais et Vendéens de l’an II, Courlay, Geste éd (...)

15 retenait le terme de « culture communautaire et paroissiale » ou de « lien communautaire » pour les troupes en mouvement qu’il a pu étudier dans les Charentes et le Poitou12. Par l’intermédiaire des sources de l’abbé Cantiteau et de Pierre Blon, des liens familiaux et d’amitié ont été établis entre les hommes qui suivent Jacques Cathelineau en ce 13 mars 1793. À l’échelle d’un micro-territoire, celui du Pin, une logique interne conduit le groupe à s’organiser autour des parents et des amis. C’est autour de deux ou trois familles principales que s’est constituée cette première troupe, quittant le Pin le 13 mars 1793. Aucun compagnon n’est isolé, car aucun n’est ignoré. Ceux qui s’engagent dès les premières heures du conflit sont des amis ou des parents. Le refus de la République se trouve d’autant plus affirmé que le groupe renvoie à une solidarité forte et à une culture familiale et amicale évidente aux yeux de la communauté. Cette même solidarité face à l’épreuve est réactivée après la guerre, de sorte que les membres de la communauté rurale du Pin tentent et réussissent la reconstruction de leur territoire et de leur sociabilité dans un réflexe d’auto-reconnaissance et un esprit de cohésion. Croire en la passivité du groupe en proie à la fascination et à l’admiration sans borne pour son leader ne saurait rendre compte de la complexe réalité qui fonde les relations au sein des sociétés rurales des Mauges avant et après le déchaînement de la guerre civile.

Notes

1 Située entre Angers et Cholet, à 8 kilomètres de Beaupréau.

2 J. Revel, Jeux d’échelle, Seuil, 1996, p. 12.

3 J. Cantiteau in L. de la Sicotière, Le curé Cantiteau, Angers, 1877.

4 Son père est cousin germain de Jacques Cathelineau.

5 Cf. par exemple, Crétineau-Joly, Muret, Deniau.

6 La communauté du Pin compte 768 habitants en 1790 et environ 120 hommes adultes, ni trop jeunes, ni trop âgés, pouvant suivre Jacques Cathelineau.

7 A. Bendjebbar, « Les problèmes des alliances politiques, sociales et économiques dans la Contre-Révolution angevine (1797-1799) », in F. Lebrun et R. Dupuy, Les résistances à la Révolution, Paris, Imago, 1987.

8 Mousnier R., 1976, p. 41.

9 J.-M. Moriceau, Les fermiers de l’Ile-de-France. L’ascension d’un patronat agricole (xve-xviiie siècles), Paris, Fayard, 1994.

10 ADML, 81 L 6, 30 nivôse et 1er pluviôse an II.

11 Pour plus de détails, cf. A. Rolland-Boulestreau, thèse de doctorat, Nantes, 1999.

12 J. Peret, La Terreur et la guerre, Poitevins, Charentais et Vendéens de l’an II, Courlay, Geste éditions, 1992.

Auteur

Université Catholique de l’Ouest

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540