Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'affaire Dreyfus et l'opinion publique

 | 
Michel Denis
, 
Michel Lagrée
, 
Jean-Yves Veillard

Conclusion

Michel Lagrée

Texte intégral

1Il en va d’un colloque comme d’un procès, et un colloque évoquant un procès — démultiplié en ses procédures judiciaires successives, et surtout le procès ouvert devant l’opinion publique — ne fait pas exception : vient le moment des conclusions. Les contributions réunies à Rennes renforcent l’impression de retentissement quasi universel de l’affaire : que des historiens venus de tant d’horizons, parfois lointains, pour l’évoquer, aient répondu à l’appel des organisateurs, en constituait un premier témoignage. L’ouverture de leurs dossiers a évidemment enrichi la perspective, à la fois sur la fièvre hexagonale et sur l’onde planétaire qui l’accompagne. De leur confrontation émergent des questions, des voies à explorer.

  • 1 Chr. Charle, “ Le déclin de la République des avocats ”, La France dans l’affaire Dreyfus (sous la (...)
  • 2 E. Leroy-Ladurie, “ Evénement et longue durée dans l’histoire sociale : l’exemple chouan ", Commun (...)

2L’affaire Dreyfus constitue bien une crise au sens fort du terme, un « événement-structure1 », un peu comme l’on avait parlé, naguère, d’événement-matrice2. Cette crise traverse la société française à un tournant. Elle est alors en voie

3d’urbanisation, d’industrialisation, de démocratisation, tous processus, il est vrai, engagés plus ou moins antérieurement, mais qui s’accélèrent incontestablement en cette fin du xixe siècle qui conjugue à la fois l’affermissement de la démocratie libérale dans sa forme républicaine, le retournement de conjoncture économique, l’accélération de la transformation sociale. Cela fait beaucoup de choses en même temps, et explique le large et difficilement prévisible retentissement de l’affaire dans l’opinion publique. Le phénomène majeur est bien la manifestation de l’opinion publique, moteur essentiel des sociétés modernes. La presse est désormais presque totalement libre, y compris de proférer les pires insultes ou de travestir les faits : la législation démocratique compte sur une régulation par le marché, la vérité devant reconnaître les siens. La justice française, quant à elle, se trouve dans une situation inédite, bien vue par les observateurs étrangers de l’époque, éventuellement libéraux mais vivant sous des régimes autoritaires : la justice républicaine, si elle a échappé — dans une mesure qui reste au demeurant à préciser — aux pressions du pouvoir politique, se trouve désormais exposée à celles de l’opinion publique.

4Le citoyen moderne enfin a le devoir d’exprimer un choix, ce qui le différencie du sujet des sociétés traditionnelles. Cette nécessité du choix soulève plusieurs problèmes pour l’historien. Les uns tiennent à la nature du choix — son caractère plus ou moins ostensible, plus ou moins précoce, etc. — les autres tiennent à ses déterminations, où s’entremêlent, de façon dialectique, la logique sociale, collective, et la psychologie individuelle. L’affaire Dreyfus a valeur paradigmatique à cet égard. L’état des sources propres à l’époque nous prive en revanche de la possibilité de mesurer efficacement la catégorie, si prégnante dans toute enquête d’opinion moderne, celle des indécis, des » ne sait pas » ou « sans réponse ». Panant, peut-être sommes-nous poussés à durcir le caractère binaire de l’affrontement, à l’image de ce que nous en renvoient les médias du temps, mais aussi sa traduction politique, dans une logique de blocs antagonistes favorisée, au-delà des enjeux idéologiques, par le système électoral. Par ailleurs, le devoir de choix, qui épargnait le sujet traditionnel, peut constituer une source de peur, et en particulier de peur de l’Autre, se traduisant tant par les pulsions xénophobes et antisémites que par la nostalgie de l’ordre et de l’autorité. Il peut être aussi, et c’est tout le sens d’un combat dreyfusard qui est celui de la conscience contre la pulsion, l’engagement pour le droit, la vérité, le progrès humain : les droits de l’homme conduisent à une éthique de la responsabilité.

  • 3 Cette part est de 40 % selon Fr. Le Camus, (L’affaire Dreyfus et l’opinion publique mondiale, 1894 (...)

5La part importante des contributions à ce colloque, étrangères et/ou portant sur l’étranger, est un peu supérieure à celle observée dans le courrier reçu par la famille Dreyfus3. Plusieurs enseignements peuvent en être tirés, à commencer, s’il en était besoin, par l’importance des liens culturels que la France entretenait avec des pays — à tout le mois avec leurs élites — parfois bien éloignés. L’intérêt pour le débat franco-français naît de la contradiction entre d’un côté l’image convenue de la Nation-phare, porteuse des principes de 1789 et de l’autre, la forfaiture et la haine antisémite. L’écho planétaire de l’Affaire traduit à la fois le prestige, encore considérable, de la France et de la culture française à l’époque, et la déception, la frustration, souvent le scandale. On aura observé, chemin faisant, que les temporalités peuvent être différentes, et que l’onde planétaire ne s’est pas propagée au même rythme : le décalage entre l’Allemagne, qui réagit dès 1894, et l’Argentine, près d’une génération après, ne tient pas seulement à la proximité géographique ou au degré d’implication, mais aussi à la disponibilité différente à l’attention, elle-même liée à l’évolution sociale. Ce tour du monde nuance un peu l’opinion souvent admise d’un quasi monopole du dreyfusisme à l’étranger, comme si l’anti-dreyfusisme n’était pas un article d’exportation. Si la tonalité pro-Dreyfus semble effectivement dominante, y compris dans des pays d’Europe orientale où l’antisémitisme est pourtant virulent, il existe aussi, ça et là, de solides noyaux antidreyfusards, en général liés aux sphères les plus intransigeantes du catholicisme, en contraste avec les prudences du Vatican.

  • 4 Typique à cet égard est le réseau franco-helvétique des Naville, de Morsier et Monod, tel qu’il se (...)

6Le caractère assez universel du retentissement de l’affaire en dit long sur le développement des moyens de transmission et de communication : à l’ère du télégraphe et des câbles transocéaniques — en attendant la téléphotographie de Belin en 1906, l’année de la réhabilitation de Dreyfus — l’information circule en temps réel, comme l’on dit aujourd’hui, bousculant les lenteurs de la procédure et répondant aux attentes des passionnés. Elle passe par trois types de canaux. Le plus large, et comme tel le plus utilisé par les historiens, est celui de la presse. Le second est celui de la diplomatie, à l’usage des sphères gouvernementales. Le troisième, plus impalpable, est celui des réseaux, parfois appuyés sur des solidarités familiales ou confessionnelles4. La différence entre les parts respectives de ces canaux donne probablement des colorations particulières au retentissement de l’affaire dans les divers pays.

  • 5 M. Leroy, Le Mythe jésuite, de Béranger à Michelet, Paris, 1992 ; G. Cubitt, The Jesuit Myth. Cons (...)
  • 6 E. Poulat, J.-P. Laurant, L’antimaçonnisme catholique, Paris, 1994.

7C’est déjà, au-delà des acquis, mettre en valeur les questions suggérées par les diverses interventions, les pistes explorées et à élargir. On voudrait ici, pour des raisons de commodité pédagogique, et sans préjuger des autres, en relever trois principales. La première tient en l’existence, tout au long du xixe siècle et au-delà, de structures mentales collectives qui articulent avec force le mythe du « complot »des forces mystérieures, obscures, plus ou moins omnipotentes. Si le complexe obsidional vécu par les forces de progrès, très vif dans la première moitié du siècle, vis à vis de la menace réunie sous le terme générique de « jésuites »5, s’est affaibli par la suite au profit d’un combat plus rationnel et plus politique contre le « cléricalisme », il n’en a pas été de même pour l’extrême-droite : de la lecture de la Révolution française comme complot maçonnique par Baruel, à l’obsession antidreyfusarde du « syndicat », de » la secte », il y a un crescendo dans la mythologie, alimenté tant par l’antimaçonnisme catholique6 que par les dérives racistes de l’anthropologie fin de siècle.

  • 7 M. Palmer, Des petits journaux aux grandes agences : naissance du journalisme, 1863-1914, Paris, 1 (...)

8Une deuxième question est au cœur de bien des communications qu’on vient de lire : celle de la presse comme vecteur de l’opinion. Il faut d’abord s’interroger sur le rôle des journalistes, des correspondants, etc., groupe professionnel en voie de constitution et de formalisation. Peut-être faudrait-il, par delà la diversité des journaux, observer à l’arrière-plan, et spécialement pour la presse étrangère, le rôle des agences de presse, elles aussi en train de prendre une place déterminante dans le paysage de l’information7. La représentativité de la presse doit être correctement appréciée, en pesant les tirages et la diffusion, sans commune mesure entre les organes de la grande presse, dite d’information, et les feuilles d’opinion, où se rencontrent les positions les plus engagées et les formules percutantes, qui font les citations à relief. Mais ces dernières ont pu rester inconnues du lectorat moyen. Ajoutons enfin que la répartition des opinions des journaux et des journalistes ne s’ajuste pas forcément avec celle qu’on repère dans l’opinion en général. De l’élection présidentielle de 1848 au référendum de 1992 sur le traité de Maastricht, il ne manque pas d’exemples de décalages sensibles entre entre les inclinations ou préférences de la presse et celles de la population dans son ensemble. La tonalité anti-dreyfusarde qui semble prévaloir dans la presse, en particulier parisienne, est-elle à l’image de ce qu’expriment les choix électoraux des Français au même moment ?

9Le colloque de Rennes aura enfin permis, conformément à une évolution bien amorcée dans l’historiographie récente, un parcours de l’idée à l’image, des idées aux images. L’idée de la France renvoie sans doute à la culture écrite, celle des « intellectuels », celle du débat d’idées. L’image est une réalité davantage polysémique. Au pluriel, il s’agit des représentations figurées, en deux, voire en trois dimensions, produites — et plus encore reproduites — autour de l’affaire Dreyfus. Entre l’esthétique et le message se joue une mise en formes, souvent plus primaire et plus directe que pour les idées. Au singulier, l’image, positive ou négative, est en passe de devenir un élément clé pour un gouvernement de type démocratique. Le problème d’image vis à vis de l’étranger qui entoure l’Exposition universelle de 1900 atteste l’apparition du devoir d’ingérence, à tout le moins pour des individus privés, pas encore pour les gouvernements. Une preuve supplémentaire qu’avec l’affaire Dreyfus, c’est bien notre xxe siècle qui se profile.

Notes

1 Chr. Charle, “ Le déclin de la République des avocats ”, La France dans l’affaire Dreyfus (sous la dir. de P. Birnbaum), Paris, 1994, p. 57.

2 E. Leroy-Ladurie, “ Evénement et longue durée dans l’histoire sociale : l’exemple chouan ", Communication, n° 18, 1972, repris dans : Le Territoire de l’historien, Paris, 1973, pp. 169-195.

3 Cette part est de 40 % selon Fr. Le Camus, (L’affaire Dreyfus et l’opinion publique mondiale, 1894-1899, mémoire de maîtrise, Université Rennes 2, 1993), laquelle n’a étudié qu’un échantillon de 666 lettres et cartes sur les 250 pétitions, 250 télégrammes et 2800 lettes cartes et documents conservés au Musée de Bretagne à Rennes.

4 Typique à cet égard est le réseau franco-helvétique des Naville, de Morsier et Monod, tel qu’il se révèle dans la correspondance (Fr. Le Camus, op. cit., chap iv.)

5 M. Leroy, Le Mythe jésuite, de Béranger à Michelet, Paris, 1992 ; G. Cubitt, The Jesuit Myth. Conspiracy Theory and Politics in Nineteenth-Century France, Oxford, 1993.

6 E. Poulat, J.-P. Laurant, L’antimaçonnisme catholique, Paris, 1994.

7 M. Palmer, Des petits journaux aux grandes agences : naissance du journalisme, 1863-1914, Paris, 1983.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540