Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'affaire Dreyfus et l'opinion publique

 | 
Michel Denis
, 
Michel Lagrée
, 
Jean-Yves Veillard

Quatrième partie. La planète libérale et l'Affaire

L’opinion publique juive aux États-Unis face à l’affaire Dreyfus

Willa Z. Silverman

Texte intégral

And we, thy Jewish brethren, we
Who keenest feel the martyr’s state
O brother, we are proud of thee,
O holy scapegoat ! Jewish fate !
We trust that truth at last will reign,
Disperse the blackest clouds of night
And break thy rusty dungeoas chain,
And bathe thee in etemal light.
Abraham Rhine, “Captain Dreyfus ”
Jewish Daily News, le 26 juin 1898, p. 1

  • 1 Selon A. Karp, la population juive aux Etats-Unis en 1900 était de 1 050 000. Haven and Home, New- (...)
  • 2 Il va sans dire que l’affaire eut un retentissement également important dans tous les secteurs de (...)

1Pour le million de juifs vivant aux Etats-Unis au tournant du siècle dernier1, l’affaire Dreyfus fut ressentie comme un outrage. Rapportée presque quotidiennement dans la presse juive américaine lors des années culminantes 1898-1899, dénoncée dans des gros titres de choc, cette cause célèbre ne cessait de secouer, et souvent de mobiliser, l’opinion publique juive2. Jusqu’à un certain point, la communauté juive américaine partageait, face à l’Affaire, les réactions de la société américaine dans son ensemble. Mais en même temps, cette communauté insistait sur une spécificité juive de l’Affaire. Pour de nombreux juifs américains, le seul motif de la condamnation de Dreyfus fut sa religion. Selon ces derniers, Dreyfus n’était que le dernier dans une longue ligne de martyrs juifs, et son « affaire » une allégorie des tribulations du peuple juif au cours de son histoire.

  • 3 Selon diverses sources, environ 631 760 juifs d’Europe de l’est ont immigré aux Etats-Unis entre 1 (...)

2Les juifs américains, donc, éprouvaient un certain sentiment de solidarité avec leur coreligionnaire Alfred Dreyfus et reconnaissaient une dimension juive, allégorique et morale, à l’Affaire. Néanmoins, malgré cette sympathie commune pour un innocent, les juifs des Etats-Unis restaient très divisés quant à la question d’un engagement éventuel dans la campagne pour réhabiliter Dreyfus. Pour les juifs d’origine allemande, dont beaucoup s’étaient établis aux Etats- Unis depuis la première moitié du dix-neuvième siècle, il s’agissait de rester réticents. Témoignant d’un grand optimisme, manifesté dans leur nouvelle religion réformée et dans leur adhésion aux valeurs politiques du mouvement progressiste, ces juifs acculturés croyaient — superficiellement au moins — en la réhabilitation inévitable et naturelle de Dreyfus, comme en tout autre « progrès ». Ils pensaient que ce progrès allait s’accomplir tout seul, sans aucun engagement de leur part. Mais si la réserve de ces juifs face à l’Affaire signifiait leur foi en le progrès et en la justice, elle traduisait également une crainte de faire flamber un antisémitisme dont l’arrivée massive aux Etats-Unis des immigrés de l’Europe de l’est3 les rendait parfois les victimes. Ainsi, à la fois confiants and inquiets, les juifs d’origine allemande restaient circonspects.

3En revanche, aucune circonspection ne marquait la réaction, face à l’Affaire, des immigrés récents de l’Europe de l’est. Installés aux Etats-Unis depuis peu de temps, ils n’avaient pas oublié les atrocités des ghettos qu’ils avaient fuis. Ils se montraient, plus impatiemment que leurs coreligionnaires allemands, en faveur d’une action directe, même limitée, afin de montrer leur indignation au sujet de l’Affaire — indignation que communiquaient les manchettes passionnées de l’importante presse yiddish qui naît à la fin du siècle. L’Affaire Dreyfus a donc révélé et peut-être approfondi les failles à l’intérieur de cette communauté en pleine transition. Mais en même temps, comme le démontre la presse ainsi que diverses autres expressions de l’opinion publique, l’Affaire a soulevé un sentiment de choc et de colère parmi tous les juifs des Etats-Unis.

L’opinion publique (juive) américaine face à l’Affaire

  • 4 Feldman, p. 6. Toutes les traductions sont de l’auteur.
  • 5 Sur le rapport entre juifs américains et progressisme au tournant du siècle, voir Sorin, The Jewis (...)

4Comme le révèle la presse de l’époque, l’opinion publique juive se faisait souvent l’écho de l’opinion publique américaine tout court, et ceci pour deux raisons. D’abord, la presse juive tirait beaucoup de ses renseignements, et même certains de ses articles, de cette très puissante presse non-juive, souvent à sensations (« la presse jaune »), qu’une révolution technologique fit naître à la fin du siècle et qui informait ses lecteurs de façon rapide et peu coûteuse. Mais l’opinion publique juive et non-juive se recoupaient souvent face à l’Affaire pour une deuxième raison : beaucoup de juifs d’origine allemande acceptaient les valeurs protestantes et progressistes exprimées dans le discours politique et social dominant de l’époque, valeurs qui imprégnaient les reportages sur l’Affaire dans la presse américaine. Souvent influencés par leur propre tradition de justice sociale, ces juifs approuvaient la doctrine de réforme domestique humanitaire (« l’évangile social ») se répandant dans cette Amérique prospère et paisible, convaincue de la supériorité de ses institutions. Et ils croyaient aussi que leur pays, puissant et confiant, se devait d’apporter cette « mission civilisatrice » également à l’étranger. Ainsi, ces juifs ont soutenu avec enthousiasme, en 1898, la tentative américaine de libérer Cuba du joug d’un pouvoir que la majorité des Américains jugeait tyrannique et arriéré, l’Espagne. De même façon, un patriotisme né de la conscience « des bienfaits de la liberté nouvellement trouvée aux Etats-Unis4 » amena ces juifs, durant l’Affaire, à seconder et souvent à répéter la critique très dure et condescendante qu’exprimaient leurs concitoyens non-juifs à l’égard d’un autre pays « rétrograde », la France5.

  • 6 « Made in France », Jewish Comment, 18 février 1898, p. 6.

5Trois thèmes principaux, sous forme de dénonciations, relient la presse juive et non-juive face à l’Affaire : le militarisme excessif, la corruption du système légal, et la « dépravation » des Français. Sous-jacente à toutes ces critiques, dans la presse juive et non-juive, est une assertion de la supériorité du système américain. Comme l’affirme explicitement le Jewish Comment, hebdomadaire juif allemand de Baltimore, peu après le premier procès Zola, même si les républiques américaines et françaises ont débuté au même moment, seule « l’histoire des Etats-Unis est celle du progrès constant6 ».

  • 7 « A Great Group », Jewish Comment, 4 mars 1898, p. 6.

6Pour beaucoup d’Américains, l’Affaire Dreyfus illustrait les risques auxquels un militarisme excessif peut exposer à une démocratie. La subordination de l’autorité civile à l’autorité militaire, la transformation de l’armée en une caste, et la corruption de cette armée, sonnaient le glas de la nation française, autrefois libre. « Que la France civilisée soit prostrée sous l’épée de ses soldats », proclame le Jewish Comment en mars 1898, « est une honte plus grande que sa défaite aux mains de l’Allemagne7 ». La taille relativement réduite de l’armée américaine, et sa dépendance vis-à-vis du pouvoir politique, suffisaient à convaincre l’opinion publique qu’une telle affaire militaire ne pourrait jamais se passer sur le sol américain.

  • 8 Néanmoins, le refus d’accorder certains droits civiques aux femmes et aux minorités est rarement m (...)

7Aussi néfaste que l’avilissement de l’armée, la déchéance du système judiciaire en France était en question aux yeux de beaucoup d’Américains. La critique américaine à ce sujet, particulièrement sévère, fut en partie la mesure d’une poussée d’admiration aux Etats-Unis, à l’époque progressiste, pour les institutions judiciaires américaines. Dans toute la presse des Etats-Unis, et notamment dans la presse judiciaire, la supériorité du droit commun anglo-saxon fut vantée, ainsi que l’impartialité de la loi et l’égalité devant la loi qui caractérisaient selon elle ce système8.

  • 9 Feldman, p. 12.
  • 10 Cité dans « The Dreyfus Case as Illustrative of French Justice », Jewish Daily News, 8 août 1899, (...)
  • 11 « Editorial Comment », Jewish Sentiment and Echo, 23 juin 1899, p. 1.
  • 12 C.H.L., « The Purging of France », Jewish Comment, 25 août 1899, p. 6.

8« Horreur et dégoût9 » marquèrent donc l’opinion publique américaine face au système judiciaire français lors de l’Affaire. L’Affaire fut vivement débattue dans des revues judiciaires, telles que American Lawyer, citée par le Jewish Daily News de New York en août 1899 : « ... le modus operandi adopté par les tribunaux français est, pour un étranger, si redoutablement et étonnamment complexe que nous ne pouvons que nous arrêter d’émerveillement et d’admiration, et nous exclamer avec Shylock : ‘La loi est-elle donc cela’ ?10 » La presse juive, témoignant souvent d’un traditionnel souci juif de la justice, n’hésitait pas non plus à injurier le système légal français. « Le pauvre Dreyfus ne peut espérer aucune mesure d’équité11 », déclara amèrement le Jewish Sentiment and Echo d’Atlanta, peu avant le procès de Rennes. Et le Jewish Comment de proclamer, durant le procès, que celui-ci fut « une farce12 ». Pour la plus grande partie de l’opinion publique américaine, donc, Dreyfus était sans doute innocent, victime d’un système judiciaire corrompu et pitoyable. Le consensus était — une fois encore — qu’un tel scandale judiciaire ne pourrait jamais arriver dans la « vraie » terre de la liberté, les Etats-Unis.

  • 13 Feldman, p. 68.
  • 14 « The Farce Finished », Jewish Comment, 25 février 1898, p. 6
  • 15 « The Beginning of the End », Jewish Criterion, 15 septembre 1899, p. 6.
  • 16 Jewish Sentiment and Echo, 23 juin 1899, p. 1.
  • 17 Jewish Sentiment and Echo, 18 août 1899, p. 1.

9Corruption militaire et judiciaire, dans l’opinion publique américaine, n’étaient que deux symptômes du « déclin moral et social13 » de la France. Selon la presse américaine, juive et non-juive, un atavisme faisait ressurgir chez les Français des traits et méthodes brutaux des Inquisiteurs médiévaux. Décrivant l’Ile du Diable, le Jewish Comment demanda à ses lecteurs en février 1898 : « Qui d’autre, si ce n’est ces sauvages du dix-neuvième siècle qui se disent français, pourrait inventer l’emprisonnement si horrible d’un être humain ? Le manque de moralité du peuple français est encore une fois à l’évidence14 ». Le même ton moralisateur caractérise le Jewish Criterion, hebdomadaire juif allemand de Pittsburgh, qui en septembre 1899 invectivait la France. Ce pays qui, « autrefois, cria quelque chose à propos de Liberté, d’Egalité, de Fraternité », note le journal, « a finalement rejoint son voisin, l’Espagne, en se désignant champion de l’injustice et de l’oppression [...] La civilisation se révolte contre ce spectacle répugnant15 ». Selon le Jewish Sentiment and Echo, la France est, en effet, « le pays qui fait tant pour tâcher les pages de l’histoire moderne16 ». Mais le même journal conseille à ses lecteurs de ne pas confondre la France avec la ville où se déroulait la majeure partie de l’Affaire, Paris. Car si le reste du pays avait pu garder une espèce de « vertu », Paris restait — stéréotypes aidant — « le cloaque de l’iniquité moderne : les Sodome et Gomorrhe du dix-neuvième siècle17 ».

  • 18 « Whither is France drifting ? » Jewish Criterion, 9 septembre 1898, pp. 4-5. Voir aussi « Waterlo (...)
  • 19 C.H.L., « The Purging of France », Jewish Comment, 25 août 1899, p. 6.
  • 20 « Made in France », Jewish Comment, 18 février 1898, p. 6.
  • 21 « A Crushing Climax, Jewish Comment, 18 août 1899, p. 6.

10Vu du Nouveau Monde — robuste, confiant, fier de ses fondements moraux — le Vieux Monde décadent et indigne était en train de crouler définitivement. La défaite de 1870, la diminution de la population et de la production industrielle françaises par rapport à celles de l’Allemagne, furent, pour le Jewish Criterion, parmi les signes d’ « une grande nation chancelant d’aveuglement jusqu’à sa ruine18 ». L’Affaire Dreyfus marqua le stade terminal d’ « une maladie qui ronge les organes vitaux de la République décadente19 ». Le Jewish Comment mettait la chute de la France dans une perspective darwinienne : « Dans ce monde où seuls survivent les plus forts », — lire nations anglo-saxonnes — « seuls les plus sanguins peuvent espérer la persistance de la nation française20 ». Et pour ce même journal, la survie des plus forts dictait l’annihilation non seulement de la France mais de toutes les « races latines21 » ; la défaite de l’Espagne par les Etats-Unis venait de le « prouver ». L’opinion publique américaine semblait donc se conforter dans l’idée que la République française allait bientôt tomber. Mais ce qui suivrait — coup d’Etat, anarchie, monarchie, empire, révolution, Terreur — n’était pas clair.

L’opinion publique juive américaine face à l’Affaire : La question de l’antisémitisme

11Pour de nombreux Américains, l’antisémitisme fut à la base de la condamnation de Dreyfus. La haine et la violence contre les juifs qui sévissaient en France furent perçues par certains Américains comme autant de signes du « barbarisme » français. Beaucoup de pasteurs protestants, insistant sur les origines juives du christianisme et de la démocratie, s’organisèrent pour protester contre les injustices de l’Affaire.

  • 22 « Gifts for the Martyrs », Jewish Daily News, 18 juin 1898.
  • 23 Ce journal se réclama une diffusion plus importante que « celles, tous ensemble, des quotidiens fr (...)
  • 24 « A Moral Hero », Jewish Comment, 18 février 1898, p. 2. Voir aussi « The Dreyfus-Zola Farce », Je (...)

12Les juifs des Etats-Unis furent particulièrement sensibles à la question de l’antisémitisme soulevée par l’Affaire, comme le démontre la grande quantité d’articles consacrés à ce sujet. Mais ils n’y attachaient pas tous la même importance, et ceci fut une source de dissension au sein de la communauté. Pour certains juifs, notamment pour les immigrés de l’Europe de l’est, rescapés récents des- pogroms, l’antisémitisme fut indéniablement responsable de la condamnation et de la persécution de Dreyfus. Plusieurs journaux le disaient nettement : « Dreyfus [...] a souffert parce qu’il est juif22 déclara le Jewish Daily News, journal de langues yiddish et anglaise, se réclamant d’un important lectorat d’immigrés juifs new-yorkais23. Dans le Jewish Comment on peut lire : « Le simple fait que Dreyfus soit juif suffisait pour que le monde français dans son ensemble passe la question sous silence24 ».

13D’autres juifs américains, cependant, choisirent de minimiser l’importance de l’antisémitisme dans l’Affaire. En fait, cette position reflétait l’anxiété de beaucoup de juifs allemands face à la double « menace » de l’arrivée d’un nombre important de juifs de l’Europe de l’est et d’une poussée d’antisémitisme aux Etats-Unis. Certes, l’antisémitisme était peu virulent dans ce pays à la fin du siècle comparé à ce qu’il était en Europe, et cette idéologie ne fit jamais partie du programme politique national. Néanmoins, une coïncidence de facteurs socio-économiques — panique boursière, baisse des prix agricoles, chômage, grèves — encouragea, dans la dernière décennie du siècle, le développement d’un sentiment anti-juif. Au fur et à mesure que la situation économique empirait et que l’immigration s’intensifiait, des juifs allemands se trouvaient parfois victimes d’une discrimination sociale ouverte ; ils furent exclus, par exemple, de certains clubs et associations. Et ils réagissaient en adoptant une attitude condescendante — et même discriminatoire — envers ceux qu’ils blâmaient pour leurs difficultés : les juifs de l’Europe de l’est. Ainsi, ces nouveaux venus se trouvaient à leur tour interdits d’entrée dans certains clubs juifs allemands.

14Craignant pour leur statut, désireux de marquer leur différence de classe et de culture avec les nouveaux immigrés, les juifs allemands ne voulaient point admettre que Dreyfus, lui-même juif assimilé et prospère, fut condamné en tant que juif. Le mensuel American Jewess est révélateur de ce point de vue. Edité par Rosa Sonneschein, juive allemande éminente de Chicago qui fut très engagée dans des œuvres de bienfaisance, le journal critique une partie de la presse juive pour sa défense « frénétique » de Dreyfus, et témoigne de sa foi en la réhabilitation éventuelle du condamné. Le journal affirme :

  • 25 American Jewess, février 1898, p. 247.

Nous avons estimé plus prudent de supprimer les commentaires affirmant que l’antisémitisme dicta la condamnation du vaillant officier français. Il est dangereux que les juifs déclarent qu’une grande nation persécute un individu à cause de sa race ou de sa religion. Par hasard, Dreyfus, victime de la diplomatie nationale, est un juif ; mais la France n’en a pas fait un bouc-émissaire à cause du fait qu’il est juif25.

  • 26 American Hebrew, 1er septembre 1899, p. 1. Et ceci du Jewish Sentiment and Echo du 30 juin 1899, p (...)

15Un sentiment similaire est exprimé par le journal juif allemand de New York, American Hebrew. Ce journal critique un sermon prononcé par le pasteur Haynes de Binghamton, New York, qui aurait dit, en septembre 1899, que « le monde entier s’intéresse au deuxième procès du capitaine Dreyfus, parce que celui-ci est juif ». « Ce n’est point le cas » déclare le journal. « Le monde dans son ensemble se préoccupe du cas purement dans l’intérêt de la justice26 ». Ainsi, minimiser la spécificité juive de l’Affaire fut un moyen pour les juifs allemands de signaler leur propre assimilation et de se distancier des immigrés de l’Europe de l’est.

16Outre la question : « Dreyfus fut-il condamné à cause de sa religion ? », la presse juive américaine s’interrogeait sur d’autres aspects de l’Affaire et formulait des réponses également controversées : Quelles étaient les causes de l’antisémitisme français ? L’antisémitisme allait-il prévaloir en France ? Une telle explosion d’antisémitisme pourrait-elle se produire aux Etats-Unis ?

  • 27 Dr. M. Fleugel, « Antisemitism in France », Jewish Comment, 4 mars 1898, p. 8.
  • 28 « The Basis of French Anti-Semitism», London Spectator, cité dans Jewish Comment, 27 février 1899, (...)
  • 29 A. Gordon, « Anti-Semitism in France », Jewish Exportent, cité dans Jewish Daily News, 8 février 1 (...)
  • 30 « The Anti-Semitic Crusade », Atlanta Constitution, cité dans Jewish Sentiment and Echo, 12 févrie (...)

17Pour certains, le « virus » attaquant la France venait d’ailleurs ; le pays fut « envahi et infecté27 » par l’esprit de l’antisémitisme russe. Pour d’autres, cependant, l’antisémitisme français était encore un symptôme de l’abaissement moral du pays dans son ensemble, un produit « des cerveaux déséquilibrés d’un assez grand nombre de la populace parisienne28 ». Beaucoup de publications blâmaient les antisémites professionnels, Jules Guérin et surtout Drumont — « un homme bien connu dans le monde entier pour son travail déshonorant et honteux à Paris29 » — d’avoir monté l’opinion publique contre Dreyfus. Et d’autres journaux, finalement, reliaient l’antisémitisme français à la situation de la bourgeoisie juive. Selon l’Atlanta Constitution, cité dans le Jewish Sentiment and Echo de la même ville, les Français étaient « fatigués de voir tant d’offices publics occupés par des Hébreux30 ». Le Jewish Daily News, s’appuyant sur des clichés trouvés chez Drumont et révélant la perspective socialiste de ce journal, alla jusqu’à blâmer la richissime bourgeoisie juive française de son sort :

  • 31 « The Jews of Paris », Jewish Daily News, 12 octobre 1898. Un article reproduit dans ce même journ (...)

La Judenhetze féroce qui a éclaté en France est due au nombre restreint de juifs — environ 100 000 — et à l’immensité de leur richesse. Ils contrôlent tous les chemins de fer, la banque de France, la bourse et la Chambre des Députés, et ils sont capables de faire monter et baisser selon leur volonté les prix de toutes sortes de marchandises.... Ils possèdent la plupart des grands hôtels particuliers de la banlieue parisienne... Les journaux mondains gagnent leur vie en célébrant les dîners, bals, et soirées juifs. Des couturières romanesques en Angleterre s’amuseraient à lire comment les femmes des barons juifs rutilent de diamants dans leurs salons31.

18La presse juive américaine diagnostiqua donc de nombreuses causes de l’antisémitisme français — influence russe, décadence nationale, propagande antisémite, ou la réussite sociale de certains juifs français. Mais toutes ces causes étaient limitées à la France ou à l’Europe ; en général, la presse américaine ne cherchait pas de causes universelles à l’antisémitisme. Ainsi, pour l’opinion publique juive américaine dans son ensemble — à croire ce qui était dit publiquement, tout au moins — l’antisémitisme restait une maladie en quarantaine de l’autre côté de l’Atlantique.

  • 32 « Zola is all right », American Jewess, mars 1898.
  • 33 « Down with Prejudice », American Jewess, mai 1898.
  • 34 « Nordau’s views on the Anti-Jewish Crusade, » American Jewess, avril 1898 : p. 15. Voir aussi Jew (...)
  • 35 « Max Nordau’s Déclaration », Jewish Progress, 4 février 1898, p. 4.
  • 36 Voir J. G. Heler, Isaac M. Wise : His Life, Work and Thought, New York, 1965, pp. 482-83.

19L’antisémitisme allait-il prévaloir en France ? Non, disait la presse juive allemande aux Etats-Unis. Au comble de l’agitation antisémite coïncidant avec le procès Zola, American Jewess rassura ses lecteurs au moyen d’un cliché : « Le sentiment antisémite actuellement prévalant en France n’est pas sincère, n’est pas profond ; il n’est qu’un produit artificel des Jésuites, qui, non contents d’avoir miné l’Espagne, essaient maintenant de détruire la France32 ». Ce même journal, de manière également douteuse, accusa la presse d’avoir « exagéré » les rapports d’antisémitisme, et déclara : « En réalité, les juifs parmi les nations restaient intouchés par les vagues menaçantes du préjugé33 ». De la même façon, ce journal et d’autres dénonçaient comme « alarmistes34 » les proclamations de Max Nordau, qui avait déclaré en mars 1898 que la France marchait vers une nouvelle Saint Barthélémy ; le Jewish Progress alla jusqu’à stigmatiser les remarques de Nordau comme « une insulte à la civilisation de l’époque. » Certes, affirme ce journal, des pogroms ont existé en Russie, « mais rien de cet ordre ne s’est manifesté depuis, car on a alors pris le pouls de la civilisation et l’on a pu affirmer qu’aucune horreur pareille ne serait de nouveau toléré35 ». Le même optimisme, enfin, caractérise les écrits du rabbin Isaac Meyer Wise, figure prééminente du judaïsme libéral à la fin du siècle. Selon Wise, l’Affaire n’était pas un événement de grande importance historique mais seulement une aberration temporaire, qui n’entravait nullement le progrès de tous les juifs du monde vers l’émancipation et l’égalité complète avec les non-juifs36.

  • 37 Jewish Progress, 4 février 1898, p. 4.
  • 38 « Max Nordau’s Declaration », Jewish Progress, 4 février 1898.

20Tous ces démentis au potentiel durable de l’antisémitisme en France étaient conformes à la mentalité progressiste de la population juive allemande aux Etats-Unis. Mais en même temps la position de cette communauté s’accordait avec son désir de minimiser la portée d’un antisémitisme dont elle craignait d’être la victime. Se déclarant — par conviction philosophique ou bien par sentiment d’insécurité — convaincus de l’éradication éventuelle de l’antisémitisme (et ainsi de l’acquittement inévitable de Dreyfus), ces juifs se montraient peu enclins à se rallier sous l’étendard dreyfusard. Ils voulaient la justice pour Dreyfus, certes. Comme l’affirme le Jewish Progress : « un monde civilisé crie encore : ‘Justice pour Dreyfus’, et ne sera pas satisfait jusqu’à ce qu’il reçoive un procès libre et juste37 ». Mais à la même page, le journal conseille au juif de laisser faire : « Tout ce que [le juif] peut faire est de se fier à la justice et à la pitié du monde civilisé ; à ceux qui ont été émancipés de l’ornière étroite ; à ceux qui croient absolument en la paternité de Dieu et en la fraternité de l’homme38 ».

21Un tel messianisme était étranger aux publications juives américaines représentant la perspective des immigrés récents. Loin d’encourager les juifs français à patienter jusqu’à ce que cet antisémitisme « passager » se dissipe, ces journaux proposaient des solutions plus extrêmes. Certains journaux, tels le Jewish Exportent, ordonnaient une résistance vigilante :

  • 39 Jewish Exportent, 8 février 1898, cité dans Jewish Daily News.

[L’antisémitisme] se renforce de jour en jour. Gardons les yeux ouverts sur ce grand mal social pour essayer de résister à l’invasion de la barbarie et lutter contre le danger grandissant qui est imminent. La croyance existe qu’un jour nous serons les témoins en France, et peut-être dans d’autres pays européens, d’une répétition des massacres de juifs par les Russes que nous ne pouvons oublier39.

  • 40 « Made in France », Jewish Comment, 18 février 1898, p. 6. Le journal conseilla aussi l’émigration (...)

22D’autres publications exhortaient les juifs français à suivre l’exemple des immigrés juifs américains et à partir sans tarder. « Chaque juif qui en a la possibilité » , avance le Jewish Comment en février 1898, « devrait secouer de ses pieds la poussière de cette terre et se rendre dans un pays où il peut au moins espérer la justice40 ». La position de ces journaux est claire : l’horrible exemple des pogroms russes l’a prouvé, l’antisémitisme est une force puissante qui ne s’est nullement éteinte, ni en Russie, ni en France.

  • 41 « In the Name of Religion », Jewish Criterion, 21 janvier 1898, p. 6.
  • 42 « The Status of the Jews », Chicago Inter-Ocean, cité dans Jewish Comment, 2 mars 1898, pp. 8-9.
  • 43 « A Scathing Rebuke », Atlanta Constitution, cité dans Jewish Daily News, 1er février 1898, p. 8.
  • 44 « Conditions », Jewish Criterion, 17 septembre 1897, p. 1.

23Mais aux Etats-Unis ? La plupart de journaux juifs s’accordaient pour dire que la violence haineuse qui éclata à Paris ou à Alger ne pourrait jamais éclater dans ce pays, que beaucoup de juifs nommaient leur « nouveau Sion ». Aux Etats-Unis, note le Jewish Criterion, les juifs bénéficiaient pleinement de la liberté religieuse41. Bien intégrés à la société américaine, ces citoyens jouissaient d’une position enviable, à la différence de leurs coreligionnaires français qui furent isolés par l’antisémitisme42. Le rabbin Emil G. Hirsch, l’un des fondateurs du mouvement réformé aux Etats-Unis, critiqua violemment les émeutes antisémites en France et offrit ce contraste : « De ce côté de l’Atlantique, les juifs n’ont jamais manqué de sympathie et de camaraderie cordiales... Aucun de nos citoyens n’est dû de plus grand honneur qu’au juif respectueux des lois, patriote, et laborieux43 ». En effet, note le Jewish Criterion, en comparaison avec la situation désastreuse de la France, les conditions aux Etats-Unis semblaient « très favorables au développement du juif... ils sont libres de travailler à leur salut tout en suivant les tendances modernes44 ».

  • 45 Jewish South, cité dans « The Dreyfus Affair : From our Exchanges », Jewish Progress, 4 février 18 (...)

24Une partie de l’opinion publique juive, cependant, fut plus sceptique quant à l’impossibilité qu’un antisémitisme virulent atteigne les Etats-Unis. La violence déclenchée, en France et en Algérie, par le procès Zola, selon le Jewish South, a laissé les juifs du monde « abasourdis45 ». Par ailleurs, selon ce même journal, cette éruption d’antisémitisme devait communiquer une leçon particulière aux juifs de l’Amérique « libre » :

  • 46 Ibid.

La France elle aussi était « libre » la semaine dernière, et l’Espagne de même était une terre de liberté pendant les cinq derniers siècles. Si les juifs ont été chassés de l’Espagne après y avoir résidé cinq cents ans, par quelle espèce de logique pouvons nous nous déclarer en sécurité dans ce pays, où nous avons vécu moins de deux cent46 ?

  • 47 Ibid.
  • 48 « Algeria and its Lessons », Jewish Daily News, 13 février 1898, p. 8.

25Face à cette situation inquiétante pour les juifs américains, que faire ? Une fois encore, la presse juive allemande prôna l’adoption d’une attitude passive. « N’attirons pas l’attention sur nous quant à des questions triviales », conseilla le Jewish South. « Chaque homme devrait maintenir une certaine dignité et indépendance de caractère47 ». La position opposée, néanmoins, fut proclamée par des journaux destinés aux immigrés, tels le Jewish Daily News. Pour ce journal, qui n’hésitait pas à faire part de ses sympathies sionistes, la violence de février 1898 ne prouvait qu’une chose : la faillite totale de l’assimilation. A quoi bon l’assimilation, demande ce journal, si les juifs assimilés se trouvaient toujours être les boucs-émissaires de prédilection ? Au lieu de cacher leur religion, ce qui serait un signe, selon ce journal, de « lâcheté morale48 », les juifs devraient l’afficher, et agir contre l’antisémitisme aussi souvent que possible.

L’Affaire Dreyfus comme allégorie juive

26A la différence de la presse américaine non-juive, la presse juive américaine tendait à représenter l’Affaire comme une allégorie du peuple juif. Les articles étaient souvent entremêlés de versets de l’Ancien Testament ; les personnages principaux de l’Affaire comparés à ceux de la Bible, et la coïncidence notée entre des dates clés de l’Affaire et celles du calendrier juif. Cette incorporation des références juives fut sans doute pour ces journaux un moyen de rendre l’Affaire plus abordable et familière à leurs lecteurs juifs, ainsi qu’une façon de dramatiser l’épreuve de Dreyfus. Ou peut-être réflétait-elle en même temps une vraie croyance en une dimension prophétique de l’Affaire.

  • 49 Voir, par exemple, Jewish Sentiment and Echo, 23 avril 1899, p. 2.
  • 50 A.H. Fromenson, « Condemned Again », Jewish Daily News, 22 septembre 1899.
  • 51 Ibid.

27La presse juive calquait ses reportages de l’Affaire sur différents modèles allégoriques. Pour certains journaux, Dreyfus était le juif errant, traînant son fardeau à travers un monde hostile49. Pour d’autres, Dreyfus était le dernier dans une longue ligne de martyrs juifs ; la deuxième condamnation de Dreyfus lors du procès de Rennes en était la preuve. « Encore condamné ! Le martyr juif a été de nouveau marqué du signe de la traîtrise », clame le Jewish Daily News, qui ajoute, « Ceci a toujours été le sort du juif depuis le jour terrible où le Temple fut anéanti50 ! » Le verdict de Rennes faisait un martyr non seulement de Dreyfus mais d’Israël dans son ensemble, Israël auquel le journal adresse cette apostrophe : « A tes tentes, oh, Israël ! Rallie-toi autour de la bannière de Sion. Commande pour toi-même une place parmi les nations. Sois une fois encore une nation51 ».

  • 52 Jewish Comment, 16 mars 1900, p. 6.

28Mais l’histoire biblique à laquelle l’Affaire Dreyfus fut le plus souvent comparée est celle d’Esther, qui raconte le sauvetage des juifs par cette dernière et son cousin Mardochée des menaces du vizir Aman. En effet, note le Jewish Comment, l’histoire de Dreyfus pourrait se « lire » selon le modèle du livre d’Esther, texte qui est « vénéré religieusement et entonné triomphalement dans nos synagogues. Comme le lecteur hurlerait-il quand il dirait la condamnation imméritée de l’innocent, ou quand il raconterait les souffrances de la femme dévouée ! Et tous les juifs vêtus de bure, dans les cendres52 ! »

  • 53 Ibid.
  • 54 Jewish Criterion, 4 mars 1898, p. 1.
  • 55 Jewish Comment, 16 mars 1900, p. 6.

29Dans les deux histoires, continue le journal, « nous avons une femme aimante, un homme persécuté mais intègre, un souverain avec un sens de la justice, une attaque contre les juifs, et un traître pur et dur53 ». La nouvelle incarnation d’Aman le « traître » fut surtout Esterhazy, qui était selon le Jewish Criterion « au pouvoir afin d’accomplir la destruction des juifs français54 » ; le Jewish Comment note, cependant, que dans l’Affaire Dreyfus, « nous avons une variété remarquable d’Amans, et la pendaison de dix d’entre eux ne réduirait guère leur nombre de façon appréciable55 ».

  • 56 Jewish Criterion, 4 mars 1898, p. 1.
  • 57 « Victims these Two », Jewish Criterion, 18 juillet 1899.
  • 58 Jewish Comment, 13 octobre 1899, p. 5, et 23 février 1900, p. 7.

30La « femme aimante » était bien entendu Lucie Dreyfus, qui, tout comme Esther, « fait appel aux rois, empereurs, prêtres et prélats afin de repousser la main meurtrière qui menace de détruire... son peuple56 ». La presse juive américaine témoigna d’une grande admiration pour Madame Dreyfus, « une vraie fille d’Israël57 », selon le Jewish Criterion. De nombreux articles élogieux lui furent consacrés et des preuves de soutien publiées, tels une lettre envoyée à Lucie par le Council of Jewish Women et un compte-rendu d’un livre de Josephine Lazarus, intitulé Madame Dreyfus : An Appréciation58.

  • 59 Jewish Criterion, 25 janvier 1898, p. 6.
  • 60 « A Moral Hero », Jewish Comment, 18 février 1898, p. 2. Voir aussi « The Brave Zola », Jewish Pro (...)
  • 61 C.H.L., « The Triumph of Zola », Jewish Comment, 8 avril 1898, pp. 6-7.

31Si Lucie Dreyfus représentait Esther dans l’allégorie élaborée par la presse juive, le rôle de Mardochée, « qui sauve le gouvernement du déshonneur et peut-être du renversement59 », fut attribué à Zola. Plus que Lucie Dreyfus, Zola fut porté aux nues par toute la presse américaine. Pour la presse juive, Zola était un juste, un héros moral qui osa défendre un juif dans une période d’antisémitisme marqué60. Durant le procès Zola, de nombreux journaux juifs suggérèrent que l’écrivain devrait venir aux Etats-Unis pour y travailler en tant que journaliste ou simplement pour « respirer l’air de notre pays libre61 ».

  • 62 .American Jewess, novembre 1898.

32La presse juive attribua une valeur symbolique non seulement aux personnages principaux de l’Affaire mais aussi à ses événements clés. Elle signala la coïncidence entre le zénith de l’Affaire et les jours les plus saints de l’année juive. Comment ne pas remarquer, demandent plusieurs journaux en septembre 1898, que la révision du procès fut ordonnée juste avant Yom Kippour, le jour où, selon la tradition juive, Dieu choisit de répondre ou non aux prières des juifs concernant leur salut ? American Jewess caractérise ce concours de circonstances de « coïncidence bizarre » et note : « Il est peu surprenant que les fidèles y virent la main de Dieu62 ». American Hebrew souligne également la ressemblance entre ces deux jours de rédemption :

  • 63 American Hebrew, 30 septembre 1898, p. 1.

pour les juifs du monde entier, qui offraient des prières ardentes la veille du Kippour pour l’homme qui fut un martyr de la foi dans laquelle il naquît, l’autorisation de la révision le lendemain, le jour du Grand Pardon, même si elle ne fut qu’accidentelle, comme elle le fut sûrement, porte avec elle un monde de foi en la justice éternelle et fait d’elle le hérault du triomphe de la vérité sur l’erreur63.

33Le message communiqué par ces journaux juifs allemands est ambigu. Ils insistaient tous sur la nature complètement fortuite de ces coïncidences, comme pour faire appel au rationalisme et au refus de la superstition partagés par beaucoup de leurs lecteurs. Mais en même temps cette presse n’hésitait pas à présenter les événements de l’Affaire comme autant de réalisations heureuses des prophéties religieuses. Et cette façon de la représenter fut conforme à la vision optimiste qu’avait cette presse, et cette communauté, du dénouement de l’Affaire.

34L’année suivante, en 1899, les jours les plus saints de l’année juive coïncidèrent avec le procès de Rennes et ses séquelles. Lors du Rosh Hoshanah, le nouvel an juif, Dreyfus était emprisonné à Rennes ; American Hebrew lui offrit cette prière :

  • 64 .American Hebrew, 1er septembre 1899, p. 1.

Que le nouvel an... apporte au prisonnier de Rennes, la restauration de ses droits, le soulagement le plus complet à l’angoisse qui a été la sienne pendant toutes ces années, et qu’il amène de la joie en double mesure à la noble femme dont la confiance en l’homme dont elle porte le nom, et dont la lutte pour sa réhabilitation ont gagné l’admiration du monde entier64.

  • 65 A. Kohn, « Yom Kippur Thoughts », American Hebrew, 15 septembre 1899, p. 577.
  • 66 « The Dreyfus Pardon », American Hebrew, 22 septembre 1899, p. 622.

35Une semaine plus tard, au moment de Yom Kippour et donc du jour du jugement pour les juifs (selon la tradition), le procès de Rennes fut terminé et Dreyfus de nouveau condamné. Cette fois-ci, loin d’insister sur l’aspect prometteur de cette fête, la presse juive réfléchissait à sa dimension solennelle. Un article de l’American Hebrew compara le son de Dreyfus à celui de tout juif faussement condamné. L’Affaire Dreyfus a bien montré que « le jugement porté sur les pécheurs n’est pas toujours livré à partir des preuves de leurs actes, et des hommes et des femmes ne sont pas si rarement jugés par l’opinion et les calomnies verbales65 ». Mais une semaine plus tard, le ton de ce journal change encore. L’amnistie a été accordée à Dreyfus par le président Loubet lors de Souccoth, la Fête des Tabernacles. Selon la presse, plusieurs congrégations américaines en ont reçu la nouvelle durant l’office. Au temple Emanu-El à New York, par exemple, Richard Gottheil, rabbin réformé bien connu, a reçu un télégramme juste après avoir offert « une prière fervente pour la libération et la réhabilitation du prisonnier ». « Les larmes aux yeux », il fit l’annonce aux fidèles, qui, malgré la solennité du moment, « éclatèrent en applaudissements66 ».

Dimensions de l’opinion publique juive lors de l’Affaire Dreyfus

  • 67 G.J., « A Few Thoughts on the Dreyfus Case », Jewish Criterion, 8 septembre 1899, p. 4.
  • 68 « The Sentence of Zola », New York Times, cité dans Jewish Comment, 22 juillet 1898, p. 5.

36La mention fréquente de l’Affaire au cours des offices juifs n’est qu’un exemple de la place importante qu’elle occupait dans l’opinion publique juive aux Etats-Unis. Le désir des juifs américains de manifester leur soutien pour la cause dreyfusarde — ou bien leur manque de ce même désir — s’exprimait de diverses autres façons, aussi. Certaines communautés prenaient des initiatives particulières. Lors du procès de Rennes, par exemple, les juifs de Memphis envoyèrent un câble au Kaiser allemand, lui priant d’intervenir en faveur de Dreyfus67. La défense du capitaine prenait parfois une forme artistique ou littéraire : en juillet 1898, une pièce intitulée « Captain Dreyfus » était en train d’être montée, en yiddish, à Boston68. De même, des poèmes sentimentaux au sujet de l’Affaire paraissaient souvent à la une des publications juives.

  • 69 « The Latest », Jewish Sentiment and Echo, 8 septembre 1898, p. 1.
  • 70 Jewish Sentiment and Echo, 3 juin 1898, p. 1.
  • 71 « Avenge the Dreyfus Insuit », Jewish Sentiment and Echo, 4 mars 1898, p. 1.

37Une manifestation de l’opinion publique en faveur de Dreyfus était particulièrement controversée : une campagne pour organiser un boycott de l’Exposition Universelle de 1900. Une fois encore, les juifs étaient divisés sur une ligne ethnique : juifs allemands d’une part, immigrés juifs de l’Europe de l’est d’autre part. Il y avait beaucoup d’initiatives aux Etats-Unis, juives et non- juives, en faveur d’un boycott de l’Exposition. Le Jewish Sentiment and Echo d’Atlanta avait proposé l’idée dès mars 189769. Un an plus tard, en mars 1898, ce même journal répète son exhortation aux 7 000 juifs de cette ville, ainsi qu’à tout américain « qui se respecte70 » en faveur d’un boycott de l’Exposition et de toute entreprise française. Selon ce journal, il fallait venger « le crime commis par la nation française contre le capitaine Dreyfus à cause de son affiliation religieuse71 ».

  • 72 American Hebrew, 8 septembre 1899, p. 1
  • 73 The Tattler, « Random Thoughts », Jewish Criterion, 8 septembre 1899, p. 2.

38Mais le vrai débat au sujet du boycott n’éclata qu’au moment du procès de Rennes. Même avant la fin du procès, des juifs de Chicago se réunirent pour arranger un boycott qui aurait lieu dans le cas d’une condamnation. Plusieurs journaux juifs critiquèrent immédiatement cette initiative. Selon American Hebrew, il serait injuste pour les juifs de « tenir toute la France responsable des caprices d’une poignée de mécontents72 ». Le Jewish Criterion critique aussi l’idée d’une intervention collective des juifs. Si certains juifs voulaient boycotter l’Exposition ils le pouvaient, mais de façon discrète et en n’engageant qu’eux-mêmes. « Mais proclamer avec des trompettes que les juifs d’Amérique organisent des boycotts, apparaît aux gens raisonnables comme un procédé très sot... Moins on se laisse aller à un tel sensationalisme, mieux c’est pour Dreyfus et les juifs73 ».

  • 74 Ibid.
  • 75 Ibid.
  • 76 Jewish Comment, 22 septembre 1899, p. 6.
  • 77 « Shall Jews Retaliate ? » New York Journal, cité dans Jewish Criterion, 22 septembre 1899, p. 4.
  • 78 Ibid.

39Le débat au sujet du boycott s’intensifia après la deuxième condamnation de Dreyfus. De nombreux journaux juifs continuaient à critiquer les initiatives en faveur d’un boycott, telle celle du Sénateur Stewart et d’un certain M. Jefferson Levy, qui proposèrent de présenter au Congrès un projet de loi autorisant le retrait des Etats-Unis de l’Exposition. Les arguments contre le boycott offerts par une partie de la presse juive peuvent être résumés ainsi : 1) les Etats-Unis ne devraient pas intervenir dans les affaires domestiques d’une autre nation74 ; 2) le boycott est « un instrument de réputation désagréable » qui compromet la lutte pour la vérité et la justice75 ; 3) une action aussi extrême qu’un boycott tournerait les opinions publiques contre Dreyfus et donc lui serait nuisible76. Ce dernier argument est important, car il laisse soupçonner la peur des juifs allemands qu’un boycott organisé par des juifs américains tournerait l’opinion publique non seulement contre Dreyfus mais contre les juifs aux Etats-Unis même. En effet, le Jewish Criterion s’inquiète de la possibilité qu’un boycott renforce les stéréotypes relatifs au « complot juif77 ». Ce même journal et beaucoup d’autres encourageaient des protestations collectives, non pas au nom des juifs, mais au nom de la « fraternité humaine78 », une fois encore pour tenter de réduire la portée de l’Affaire sur les juifs.

  • 79 A.H. Fromenson, « Shall We Retaliate ? » Jewish Daily News, 5 octobre 1899. Pour Jewish Sentiment (...)

40La tiédeur de la presse juive allemande quant à l’idée d’un boycott offrait un contraste frappant avec l’ardeur de la presse immigrée juive. Le Jewish Daily News se lamente sur la division des juifs américains à ce sujet, division qui « a fait de nous une proie tellement facile pour les brutes du monde ». Le journal prône le boycott, afin d’enseigner une leçon « à la nation folle, cocardière, antisémite79 ». Punir la France de telle façon, continue le journal, pourraient sauver d’autres victimes potentielles ailleurs dans le monde d’une telle persécution.

41Finalement, aucun boycott officiel de la pan du gouvernement américain n’eut lieu. Après 1900, l’Affaire Dreyfus disparaît des colonnes de la presse juive américaine — pour y reparaître brièvement lors de la mon de Zola en octobre 1902 — aussi bien que de la conscience collective de cette communauté. Et ceci pour cause : quoique l’Affaire fût ressentie comme un choc horrible par cette communauté, elle restait en même temps quelque chose de gênant. Pour les juifs allemands, l’Affaire venait troubler leur sentiment de bien-être aux Etats-Unis, durement acquis. Ces juifs se montraient peu disposés à s’engager dans l’Affaire au nom des juifs. Ils ne voulaient pas arborer une identité qu’ils travaillaient en fait à minimiser au profit de leur identité américaine. Troublés par l’Affaire mais en même temps anxieux quant à leur statut aux Etats-Unis, ils prônaient un engagement mou au nom de l’humanité, et qui restait le plus souvent verbal.

42A la différence de ces derniers, les immigrés de l’Europe de l’est s’intéressaient passionnément à l’Affaire. Le ton intense de la presse immigrée reflète l’émotion de ses lecteurs, victimes récentes de la persécution, qui avaient souvent le sentiment de revivre leurs expériences à travers les tribulations de Dreyfus. Mais, arrivés aux Etats-Unis depuis peu de temps, pas encore bien adaptés à leur nouveau pays, ces juifs ne se trouvaient pas en situation assez stable pour vraiment aider la cause dreyfusarde, malgré leur volonté de le faire.

  • 80 Feldman, pp. 120-21.

43Ainsi peut-on conclure que « les juifs américains n’étaient ni politiquement ni psychologiquement prêts à mener une campagne énergique [en faveur de Dreyfus] à la fin du dix-neuvième siècle80 ». La situation particulière de cette communauté — ses divisions internes et les transformations qu’elle subissait — aide à comprendre sa réticence face à l’Affaire.

44L’auteur souhaiterait remercier Sylvie Bausseron, Elisabeth Fouquoire-Brillet, Bénédicte Monicat, et Esther Golany de leur aide.

Notes

1 Selon A. Karp, la population juive aux Etats-Unis en 1900 était de 1 050 000. Haven and Home, New-York, 1985, pp. 374-75.

2 Il va sans dire que l’affaire eut un retentissement également important dans tous les secteurs de la société américaine. Selon E. Feldman, en 1898, « le cas d’Alfred Dreyfus était connu dans chaque ville et hameau américains », The Dreyfus Affair and the American Conscience, 1895-1906, Détroit, 1981, p. 1.

3 Selon diverses sources, environ 631 760 juifs d’Europe de l’est ont immigré aux Etats-Unis entre 1881 et 1900. Voir G. Sorin, The Jewish People in America, vol. 3, A Time for Building . the Third Migration, 1880-1920, Baltimore, 1992, p. 58.

4 Feldman, p. 6. Toutes les traductions sont de l’auteur.

5 Sur le rapport entre juifs américains et progressisme au tournant du siècle, voir Sorin, The Jewish Peuple in America, pp. 109-35 et 191-218.

6 « Made in France », Jewish Comment, 18 février 1898, p. 6.

7 « A Great Group », Jewish Comment, 4 mars 1898, p. 6.

8 Néanmoins, le refus d’accorder certains droits civiques aux femmes et aux minorités est rarement mentionné.

9 Feldman, p. 12.

10 Cité dans « The Dreyfus Case as Illustrative of French Justice », Jewish Daily News, 8 août 1899, p. 1.

11 « Editorial Comment », Jewish Sentiment and Echo, 23 juin 1899, p. 1.

12 C.H.L., « The Purging of France », Jewish Comment, 25 août 1899, p. 6.

13 Feldman, p. 68.

14 « The Farce Finished », Jewish Comment, 25 février 1898, p. 6

15 « The Beginning of the End », Jewish Criterion, 15 septembre 1899, p. 6.

16 Jewish Sentiment and Echo, 23 juin 1899, p. 1.

17 Jewish Sentiment and Echo, 18 août 1899, p. 1.

18 « Whither is France drifting ? » Jewish Criterion, 9 septembre 1898, pp. 4-5. Voir aussi « Waterloo, Sedan, Dreyfus », Jewish Sentiment and Echo, 21 octobre 1898, 1er et 5 mars 1899, pp. 1-2.

19 C.H.L., « The Purging of France », Jewish Comment, 25 août 1899, p. 6.

20 « Made in France », Jewish Comment, 18 février 1898, p. 6.

21 « A Crushing Climax, Jewish Comment, 18 août 1899, p. 6.

22 « Gifts for the Martyrs », Jewish Daily News, 18 juin 1898.

23 Ce journal se réclama une diffusion plus importante que « celles, tous ensemble, des quotidiens français, espagnols, italiens, et tchèques de New York » et presque aussi importante que celle du New York Times ou du New York Post.

24 « A Moral Hero », Jewish Comment, 18 février 1898, p. 2. Voir aussi « The Dreyfus-Zola Farce », Jewish Sentiment and Echo, 25 février 1898, p. 1.

25 American Jewess, février 1898, p. 247.

26 American Hebrew, 1er septembre 1899, p. 1. Et ceci du Jewish Sentiment and Echo du 30 juin 1899, p. 1 : « que ceci soit connu, que les juifs ne se réclament pas du capitaine Dreyfus ; ils souhaitent la justice à cause de leur amour de la justice... [ ils agissent] au nom de l’humanité et de la civilisation du dix-neuvième siècle ».

27 Dr. M. Fleugel, « Antisemitism in France », Jewish Comment, 4 mars 1898, p. 8.

28 « The Basis of French Anti-Semitism», London Spectator, cité dans Jewish Comment, 27 février 1899, p. 6.

29 A. Gordon, « Anti-Semitism in France », Jewish Exportent, cité dans Jewish Daily News, 8 février 1898, p. 8.

30 « The Anti-Semitic Crusade », Atlanta Constitution, cité dans Jewish Sentiment and Echo, 12 février 1899, pp. 1-2.

31 « The Jews of Paris », Jewish Daily News, 12 octobre 1898. Un article reproduit dans ce même journal critiqua les « riches juifs français » de ne pas avoir aidé « cette victime d’antisémitisme » Dreyfus. « Jewish Money and Dreyfus », Jewish World, cité dans Jewish Daily News, 1er avril 1898.

32 « Zola is all right », American Jewess, mars 1898.

33 « Down with Prejudice », American Jewess, mai 1898.

34 « Nordau’s views on the Anti-Jewish Crusade, » American Jewess, avril 1898 : p. 15. Voir aussi Jewish Progress, 4 février 1898, p. 4, et American Hebrew, 11 novembre 1898, p. 1. Ce journal s’attaqua aux « charges absurdes » de Nordau concernant la « couardise » des juifs français lors de l’Affaire. « Qu’on n’entende plus de ces accusations sans fondement, » le journal déclare : « les juifs de France travaillaient sans cesse, avec dévouement et énergie. Mais ils travaillaient avec une discrétion convenable. »

35 « Max Nordau’s Déclaration », Jewish Progress, 4 février 1898, p. 4.

36 Voir J. G. Heler, Isaac M. Wise : His Life, Work and Thought, New York, 1965, pp. 482-83.

37 Jewish Progress, 4 février 1898, p. 4.

38 « Max Nordau’s Declaration », Jewish Progress, 4 février 1898.

39 Jewish Exportent, 8 février 1898, cité dans Jewish Daily News.

40 « Made in France », Jewish Comment, 18 février 1898, p. 6. Le journal conseilla aussi l’émigration aux juifs algériens ; voir « French Methods in Algeria », Jewish Comment, 21 juillet 1899, p.6.

41 « In the Name of Religion », Jewish Criterion, 21 janvier 1898, p. 6.

42 « The Status of the Jews », Chicago Inter-Ocean, cité dans Jewish Comment, 2 mars 1898, pp. 8-9.

43 « A Scathing Rebuke », Atlanta Constitution, cité dans Jewish Daily News, 1er février 1898, p. 8.

44 « Conditions », Jewish Criterion, 17 septembre 1897, p. 1.

45 Jewish South, cité dans « The Dreyfus Affair : From our Exchanges », Jewish Progress, 4 février 1898, p. 4.

46 Ibid.

47 Ibid.

48 « Algeria and its Lessons », Jewish Daily News, 13 février 1898, p. 8.

49 Voir, par exemple, Jewish Sentiment and Echo, 23 avril 1899, p. 2.

50 A.H. Fromenson, « Condemned Again », Jewish Daily News, 22 septembre 1899.

51 Ibid.

52 Jewish Comment, 16 mars 1900, p. 6.

53 Ibid.

54 Jewish Criterion, 4 mars 1898, p. 1.

55 Jewish Comment, 16 mars 1900, p. 6.

56 Jewish Criterion, 4 mars 1898, p. 1.

57 « Victims these Two », Jewish Criterion, 18 juillet 1899.

58 Jewish Comment, 13 octobre 1899, p. 5, et 23 février 1900, p. 7.

59 Jewish Criterion, 25 janvier 1898, p. 6.

60 « A Moral Hero », Jewish Comment, 18 février 1898, p. 2. Voir aussi « The Brave Zola », Jewish Progress, 18 février 1898, p. 4 ;» Emile Zola and Johannes Reuchlin », Jewish Daily News, 17 avril 1898. Un article du Jewish Criterion, écrit au plus fort de la guerre contre l’Espagne, compara Zola aux Etats-Unis : « Une fois encore l’Amérique bénie devient le libérateur des enfants persécutés de l’Espagne « de même que Zola défend le juif persécuté. « Ce qu’est Zola pour Dreyfus, l’Amérique l’est pour Cuba » I. Koplowitz, «Zola and America», Jewish Criterion, 10 juin 1898, pp. 4-5.

61 C.H.L., « The Triumph of Zola », Jewish Comment, 8 avril 1898, pp. 6-7.

62 .American Jewess, novembre 1898.

63 American Hebrew, 30 septembre 1898, p. 1.

64 .American Hebrew, 1er septembre 1899, p. 1.

65 A. Kohn, « Yom Kippur Thoughts », American Hebrew, 15 septembre 1899, p. 577.

66 « The Dreyfus Pardon », American Hebrew, 22 septembre 1899, p. 622.

67 G.J., « A Few Thoughts on the Dreyfus Case », Jewish Criterion, 8 septembre 1899, p. 4.

68 « The Sentence of Zola », New York Times, cité dans Jewish Comment, 22 juillet 1898, p. 5.

69 « The Latest », Jewish Sentiment and Echo, 8 septembre 1898, p. 1.

70 Jewish Sentiment and Echo, 3 juin 1898, p. 1.

71 « Avenge the Dreyfus Insuit », Jewish Sentiment and Echo, 4 mars 1898, p. 1.

72 American Hebrew, 8 septembre 1899, p. 1

73 The Tattler, « Random Thoughts », Jewish Criterion, 8 septembre 1899, p. 2.

74 Ibid.

75 Ibid.

76 Jewish Comment, 22 septembre 1899, p. 6.

77 « Shall Jews Retaliate ? » New York Journal, cité dans Jewish Criterion, 22 septembre 1899, p. 4.

78 Ibid.

79 A.H. Fromenson, « Shall We Retaliate ? » Jewish Daily News, 5 octobre 1899. Pour Jewish Sentiment and Echo, il fallait que les juifs boycottent l’Exposition afin de prouver leur « force puissante ». Jewish Sentiment and Echo, 18 août 1899, p. 1.

80 Feldman, pp. 120-21.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540