Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'affaire Dreyfus et l'opinion publique

 | 
Michel Denis
, 
Michel Lagrée
, 
Jean-Yves Veillard

Troisième partie. L'Europe centrale et orientale et l'Affaire

L’affaire Dreyfus vue par les Polonais

Janina Kulczycka-Saloni

Texte intégral

1Pour décrire et analyser l’affaire Dreyfus, il convient d’abord de rappeler la situation des Juifs sur le territoire de l’ancien Etat polonais au XIXe siècle. Les Polonais ont perdu la souveraineté de leur nation à la fin du XVIIIe siècle et leur territoire a été partagé entre les trois pays envahisseurs (la Prusse, l’Autriche et la Russie). Ce que l’on peut dire, en comparaison d’autres pays européens où le dialogue s’est établi entre une majorité nationale et une minorité culturelle et religieuse, c’est que dans l’environnement polonais, ce dialogue s’est enrichi d’une troisième voie, conditionnée par la politique générale du pays occupant, ainsi que sa politique du moment concernant les minorités. Naturellement, il est inutile de préciser que cette troisième voie n’était pas toujours convenablement articulée et, par conséquent, le fait que la voie décidant de la politique du pays vis à vis des minorités n’était pas toujours bien perçue.

  • 2 Rédigé à partir de : Dr Ignacy Schipper, « Histoire des Juifs dans le Duché de Varsovie et le roya (...)

2Puisque j’ai prévu d’appuyer mes réflexions sur les documents du Royaume de Pologne dit Royaume du Congrès, je présenterai rapidement la situation des Juifs dans cette structure politique2. Ce territoire ne s’est pas trouvé tout de suite dans l’empire des tsars. Dans les années 1795-1807, la partie centrale de la Pologne et Varsovie se trouvait aux mains des Allemands. Ce pouvoir allemand a entamé des actions que l’on pourrait résumer sous l’appellation de « réglementation des questions juives ». L’une d’elles consistait à ordonner aux Juifs de prendre un nom sous lequel ils étaient enregistrés, de façon à tenir un état-civil de leur population. Les fonctionnaires allemands, dès qu’ils le pouvaient, leur imposaient des patronymes germaniques.

3Quand le Grand Duché de Varsovie fut créé en 1807, le nouveau pouvoir et toute la population se sont retrouvés face à un groupe important de citoyens portant un nom étranger. Ces noms étaient portés par nombre de célébrités dans les domaines culturel et économique, qui se sont inscrits durablement dans notre histoire. Leurs noms seront cités plus loin. Le pouvoir polonais, dans le Grand Duché de Varsovie et plus tard dans le Royaume du Congrès, n’avait pas une politique claire et conséquente concernant la population juive : par exemple, il accordait la nationalité polonaise uniquement aux Juifs parlant polonais, oubliant ainsi que pendant plusieurs années le régime allemand leur avait imposé sa langue. Plusieurs projets furent élaborés pour régler les problèmes de la minorité juive mais leur réalisation fut remise à plus tard. Dans certains cas, on parvenait à la naturalisation mais cela relevait de la récompense pour cause d’assimilation. Les Juifs étaient chassés des artères principales des villes et seuls les plus instruits d’entre eux, c’est-à-dire les commerçants riches, les médecins et les artistes avaient le droit d’y séjourner. Il faut rappeler que, même si les Juifs étaient exemptés de service militaire, l’histoire a retenu plusieurs noms de défenseurs de la cause polonaise parmi eux.

4La politique du pouvoir russe à leur égard était également inconséquente. Ils renforçaient de plus en plus les rangs des ploutocrates polonais mais aussi de l’intelligentsia professionnelle et surtout des médecins et des juristes (une école de rabbins est ouverte à Varsovie en 1826). Le juif Abraham Stem, mathématicien, était membre de l’association « les Amis de la Science » mais en même temps, la misère des masses juives s’accroissait. Ni les militants polonais, ni le pouvoir russe ne s’intéressaient à elles. De plus, en 1826, Nicolas 1er édicta ses oukases anti-juifs. Rien d’étonnant à ce que les Juifs se soient montrés favorables au soulèvement de novembre 1830 même s’il se produisit à l’époque des excès anti-juifs. Dans la période qui sépare les deux soulèvements (1830-1863), les Juifs gagnent des fortunes considérables et commencent à jouer un rôle de plus en plus important dans la vie économique du pays. De plus, ils deviennent protecteurs et mécènes des activités culturelles et scientifiques. Ainsi font-ils concurrence à l’aristocratie polonaise et aux propriétaires terriens, réunis autour d’Andrzej Zamoyski, qui travaillent au développement économique du pays.

5Même si les années précédant le soulèvement de Janvier (1863) sont assombries par cette rivalité et par les excès de ce que l’on appellera « la guerre polono-juive », les Juifs sont généralement bien disposés vis-à-vis du soulèvement. Ils participent avec les représentants de leur clergé aux manifestations religieuses et politiques. Les Polonais ne savent pas toujours exploiter cet état d’esprit pour mener à bien une politique juste : les initiatives de Wielopolski dans ce domaine sont neutralisées par Zamoyski. Cependant, le manifeste du Gouvernement National du 22 janvier 1863 reconnaît comme libres tous « les fils de la Pologne » sans différence de condition sociale ou religieuse. Le rabbin Mayzels, malgré les exigences du pouvoir russe, ne lancera pas d’anathème contre les Juifs insurgés. Les conseillers financiers du Gouvernement National s’appelaient Henryk Wohl et Léopold Kronenberg.

  • 3 Alexander Swietochowski Souvenirs, rédaction et introduction de Samul Sander, Wroclaw, Varsovie, C (...)
  • 4 Boleslaw Prus, Lalka, tome I, page 207, Œuvres en XI tomes, Varsovie, 1935.

6Ces années de sympathie et de coopération active ont trouvé un reflet dans la littérature. Aleksander Swietochowski, dans ses souvenirs, écrivant au sujet du philosémitisme et de ses ennemis, ajoute cette précision : « A cette époque n’existaient ni sionistes, ni bouddhistes, ni intrigants internationaux, ni destructeurs juifs, ni preuve de leur hostilité ou de leur trahison. Il y avait par contre beaucoup de patriotes sincères parmi eux. Et à côté existait une masse obscure, culturellement isolée. Il subsistait également des souvenirs des services bienveillants rendus lors du soulèvement »3. Le témoignage du héros du roman Lalka (de Boleslaw Prus) est un peu moins clair. Comme nous le savons, il s’agit d’un roman clandestin avec beaucoup de non-dit et d’allusions. Mais on peut se risquer à interpréter la phrase de Wokulski qui déclare à un employé de commerce polonais : « Henryk Szlangbaum était mon ami quand les choses allaient mal pour moi, vous ne voudriez pas qu’il reste mon ami lorsque ça se passe un peu mieux ? » comme une allusion à leur passé politique commun4.

7Après l’échec du soulèvement de janvier 1863, la politique du pouvoir tsariste vis-à-vis des Juifs devint résolument hostile. On soupçonnait même la revue antisémite La Terre, qui paraissait à cette époque, d’entretenir des relations avec le pouvoir. Sans aucun doute, il se forme à cette période un nouveau milieu juif qui joue un grand rôle en coopérant avec les Polonais dans les domaines industriel, financier et culturel. Une nouvelle complication se produit à la fin du siècle, provoquée par l’afflux de Juifs venus de Russie, lesquels fuient les persécutions et arrivent en Pologne, considérant souvent le pays comme un simple lieu de passage avant une émigration ultérieure. Ceux que l’on appelait Litwacy (Juifs venus de Lithuanie) et le mouvement sioniste nouvellement créé ont ébranlé une situation que l’on croyait stabilisée.

8C’est dans ce contexte général de coopération entre la haute société polonaise et les Juifs polonisés que se produit l’affaire Dreyfus, dans un pays avec lequel existent des liens très étroits dans tous les domaines. Arrivant après le scandale de Panama, c’était une nouvelle preuve de la décadence morale de la nation française et l’ébranlement de son autorité internationale. L’affaire Dreyfus représente dans l’histoire de France une période de quelques années qui ont suscité un intérêt et une activité fiévreuse et fanatique dans la société française, qui se sont répandus à travers l’Europe et bien au-delà de des frontières. Pour caractériser les parties en cause dans cette affaire et présenter son déroulement, il est nécessaire de procéder à un bref rappel des faits.

9Le 15 octobre 1894, le capitaine de l’armée française Alfred Dreyfus a été arrêté sous l’inculpation d’espionnage en faveur de l’Allemagne. Après son procès, en décembre 1894 - janvier 1895, le tribunal l’a condamné à perpépuité et l’a banni sur l’île du Diable. L’année suivante, le lieutenant-colonel Picquart établit que les documents livrés à l’Allemagne l’ont été par le commandant Esterhazy. Profitant de cela, le frère d’Alfred, Mathieu Dreyfus, entame les démarches pour faire réviser le procès. Ce procès, qui se déroule dans une atmosphère d’antisémitisme et de chauvinisme exacerbée par la presse et des foules manifestant les 10 et 11 janvier 1898, s’achève par l’acquittement de Esterhazy. Deux jours plus tard, dans l’Aurore, le journal dirigé par Georges Clemenceau, Emile Zola publie sa célèbre lettre, « J’accuse » qui rend la hiérarchie militaire responsable de persécuter un innocent. Le gouvernement décide d’abord d’ignorer les invectives de Zola. Plus tard, cependant, il lui intente un procès qui dure deux semaines et au terme duquel il est condamné à un an de prison et 3 000 francs d’amende. Le jugement étant porté en appel, un second procès a lieu la même année, du 18 au 23 juillet. Zola et son avocat quittent la salle pendant la séance. L’accusé est condamné à la même peine. Une semaine plus tard, il est rayé de la liste des titulaires de la Légion d’honneur. Il part alors en Angleterre où, sous un nom d’emprunt, il séjourne jusqu’à la révision du procès. Avec l’initiative de Zola débute une nouvelle affaire où le délit individuel devient un problème politique global. Dans toute la France éclate un conflit qui couvait déjà depuis longtemps. La France est menacée de connaître une guerre civile. La lutte des défenseurs d’une république démocratique se révèle sous une forme extraordinairement violente contre les tenants des milieux militaires, cléricaux et monarchistes.

10L’affaire Dreyfus, surtout depuis l’article de Zola, « J’accuse », occupe en Pologne une place majeure aussi bien dans les informations de la presse relatant son déroulement que dans lés analyses des commentateurs, universitaires et écrivains. Classer ces discours montrant l’évolution de l’opinion n’est pas possible pour des raisons de diversité. Il ne me reste qu’à essayer de les présenter thématiquement. Je commencerai peut-être par une constatation : tous les journaux en vogue donnent des informations systématiques sur le déroulement de l’affaire. Elles conservent un ton d’information objective ou inspirée par l’analyse du journaliste. Voici quelques exemples datant de l’année où la tension et l’intérêt pour cette affaire ont été les plus vifs.

11Clemenceau a rendu visite au sénateur Scheurer-Kestner et lui a dit que Dreyfus est victime d’une terrible erreur.

  • « Une information circule selon laquelle une autre personne aurait trahi-on cite le nom d’Esterhazy comme le vrai coupable ».
  • « La presse française cite les noms de hauts-gradés et considère l’affaire comme un Panama militaire »5
  • « Dreyfus, qui se trouve dans l’île du Diable, est très bien gardé. Cette prudence du gouvernement français paraît exagérée »6.
  • 7 Bibliothèque de Varsovie, 1894, tome IV, page 591.
  • 8 Boleslaw Prus, chronique hebdomadaire, Courrier quotidien, n°336. Réimpression des chroniques, tom (...)

12Nous constatons que le lecteur de la presse varsovienne était informé en détail, aussi bien sur le déroulement de l’affaire que sur les appréciations faites par les journalistes ou les témoins. De cette masse d’informations surgissent certaines lignes directrices : Dreyfus et sa culpabilité, son avocat, la personnalité de celui-ci et sa façon de défendre l’inculpé ainsi que le fonds de l’affaire, dans laquelle il y a quelque chose de plus que la culpabilité de Dreyfus et de Zola. Regardons en particulier cette affaire à la lumière des commentateurs polonais. Nous apprenons que l’opinion publique française s’intéresse d’avantage au « problème de l’espionnage de guerre sous l’impression d’une trahison commise par un capitaine, Dreyfus étant accusé de vendre aux gouvernements étrangers des documents militaires secrets » qu’à l’expédition à Madagascar prévue pour l’année suivante, écrit un commentateur anonyme7. Quelques années plus tard, Prus exigera du pouvoir qu’à l’exception des secrets d’Etat, il se souvienne de son devoir d’explication de ce qui se passe dans le pays. « Parce que la force des Etats réside dans leur puissance matérielle et dans la grandeur d’âme, pas dans les tromperies clandestines. On ne peut, par quelque secret de chancellerie, déshonorer un homme innocent »8.

  • 9 Boleslaw Prus, Hebdomadaire illustré, 1898, N°5, 1c, page 267.
  • 10 Boleslaw Prus, 1c.

13Les troubles et les manifestations de aie suscitent l’inquiétude générale, l’anxiété embrase tout le pays : « A Paris et dans plusieurs villes de province, des manifestations orageuses se déroulent durant lesquelles l’antisémitisme marque son empreinte. Des magasins juifs sont détruits. On crie « Mort aux Juifs ». La judenheca en France, où le nombre de Juifs est faible, est certainement un phénomène caractéristique de cette affaire »9. Il est intéressant de constater les différences d’appréciation de l’antisémitisme français. Un an plus tôt, Prus écrivait que la France n’était pas un pays antisémite puisque tant de postes de fonctionnaires étaient occupés par des Juifs. Par contre, il considérait comme un danger réel le fait qu’un traître ait vendu des secrets militaires et exposé l’Etat à un danger10.

  • 11 Anonyme se référant au périodique français Le Siècle, dans La Vérité, 1898, n°16.

14Mais Dreyfus resta peu de temps le seul coupable. Bientôt affluent d’autres noms. Un commentateur anonyme de La Vérité demande : « Dreyfus peut être coupable mais pourquoi Esterhazy doit-il passer pour un innocent ? Pourquoi la puissance militaire française a t-elle plus peur de la vérité que la diplomatie, plus sensible aux dangers de dévoilement de toutes sortes ? ». Esterhazy transmettait aux Allemands des matériels secrets : la liste des documents était en possession du gouvernement à la fin de 1894. « La condamnation de Dreyfus garantissait la liberté d’action des deux côtés au donneur et au preneur »11.

15Swietochowski se sentait indigné par le fait de la révision du procès Dreyfus. Un tel recours généralisé, dit-il, égratigne l’autorité du pouvoir judiciaire. Il fait remarquer que Dreyfus est un homme riche et que, grâce à sa richesse, il a pu bénéficier d’une défense. S’il avait été pauvre, personne n’aurait été là pour le défendre. Il remarque d’autres preuves de la décadence morale de la France : pendant un long laps de temps, la révision du procès n’a pas été autorisée et personne parmi les universitaires ou les écrivains n’a songé à défendre l’innocent. « Ils passent, indifférents, parmi les plus horribles tragédies de la vie contemporaine, fixant leur regard sur la tragédie de leurs rêves ».

  • 12 Aleksander Swietochowski, « Une vague d'épidémies », La Vérité, 1898, n°4. Réimpression : Liberum (...)
  • 13 Boleslaw Prus : « Cavaignac et Dreyfus », La Vérité, 1898, n°29.

16Swietochowski caractérise Zola comme un homme digne de respect et même de déférence. A t-il raison ou non ? Cela est une affaire secondaire. Il convient de reconnaître son initiative comme la plus belle expression du sentiment d’un écrivain connu. Il suffit du simple fait qu’il ait cm à l’innocence du condamné, imitant ainsi l’exemple de son grand prédécesseur, Voltaire ; il a lui aussi décidé de faire triompher la justice, ne disposant d’autres pouvoirs ou moyens que la force du talent contenu dans son stylo et ceux d’une large influence. Swietochowski écrit aussi avec indignation sur la jeunesse française et les appels qu’elle lançait à conspuer Zola : « Ce n’est pas le levain vital et beau de la nation, c’est un embryon pourri conçu à l’occasion de débauches, d’ivresses et d’abrutissements »12. Dans cette phase de l’affaire, le nom de Dreyfus n’était pas le seul à susciter l’intérêt de l’opinion publique. Celle-ci remarquait que la justice négligeait Esterhazy dont le nom avait été évoqué pendant le procès. Mais cela n’avait aucune conséquence même si « la culpabilité de Dreyfus n’innocentait pas Esterhazy »13.

  • 14 Aleksander Swietochowski, « La boue dreyfusarde », dans La Vérité, 1898, n°32 et 36.

17Swietochowski revient sur le procès l’année suivante. « Si j’avais été juge dans ce procès, écrit-il, j’aurais mis en prison avec Dreyfus tous les Mercier, Gonse, Paty de Clam, toute cette bande de traîtres, de tricheurs, de faussaires et de parjures. Ou j’aurais libéré tous ces malfaiteurs faute de pouvoir déterminer leur degré exact de culpabilité ». Il souligne ce que l’on trouvait déjà dans les journaux français, que Dreyfus, en tant qu’homme, ne suscitait pas la sympathie. Entre autres parce que, au cours de son procès, « il parlait comme s’il était son avocat et pas un martyr ». Par la même occasion, l’affaire Dreyfus a libéré, et révélé à la lumière du jour, les preuves que la France, comme nation, est dangereusement malade. Swietochowski qui, au cours de toute sa carrière de commentateur, s’était montré hostile à une sympathie durable de la Pologne pour la France et sa culture, prévint « qu’il ne fallait pas maintenant organiser un chœur qui, de loin, lui adresserait des applaudissements amicaux »14.

  • 15 Journal pour tous, 1898, n°32 et 36.
  • 16 Rubrique politique du Journal illustré, 1898, n°5.

18La personnalité de Zola et sa prise de position dans l’affaire Dreyfus était appréciée de différentes manières dans la presse polonaise. Par exemple, Le Journal de tous indique que les Juifs français et des étrangers lui envoient des télégrammes de félicitation. En France, le slogan « Conspuez Zola » était très répandu parce que le premier et le second jour du procès, il avait manqué de peu que la foule « ne le déchire en morceaux ». Quelques jours plus tard, la foule exigera que « l’on verrouille toute cette racaille de Mathieu Dreyfus, Joseph Reinach » et beaucoup d’autres. « Douze balles dans la peau ou Cayenne serait une punition bien méritée pour cause d’une agitation qui secoue le pays tout entier. C’est un crime éhonté contre l’Etat commis par une bande de Juifs qui affluent ou encore des Français de la seconde génération, comme Zola »15. Un journaliste de L’Hebdomadaire Illustré s’éleva contre l’intervention de Zola. 11 défendait le pouvoir juridique pour lequel l’affaire Dreyfus n’est pas l’affaire d’un condamné mais celle d’une défense de l’état- major, parce que l’honneur de l’armée se place au dessus de tout soupçon »16. Stanislaw Szczepanowski critique sévèrement Zola.

  • 17 Stanislaw Szczepanowski, « La désinfection des courants d'idées européens », La parole polonaise, (...)

Au fond de son cœur désséché, je vois de l’argent et de la publicité pour lui- même. Comme un affairiste habile, il fait battre le tambour de sa propre renommée et transforme en argent chaque corde sensible de l’esprit. Je me le représente comme un crapaud gonflé et venimeux qui bave et contamine tout ce qu’il touche [...]. Mais je voudrais penser que quelque chose de plus noble que la mode antisémite se réveille dans la jeunesse française si on applique à Zola la seule critique que lui et toute son œuvre ont bien mérité, « Conspuez Zola ». Ce en quoi je les soutiens de tout mon cœur17.

  • 18 Boleslaw Prus, 1c, page 270.

19Par contre l’article de Zola fut approuvé par Boleslaw Prus qui constate que l’écrivain « se place du côté qui revendique de la clarté dans les tribunaux et de la justice dans les verdicts. Faisons le vœu que son violent manifeste contribue seulement à éclaircir l’affaire et qu’il ne nuise pas aux intérêts de la France »18. Dans l’article qui suit, Prus pose une question. « Zola, qui n’est ni juge, ni savant, ni député, a t-il le droit de s’ingérer dans une affaire aussi délicate ? ». Il répond que, décidément, oui !

  • 19 Boleslaw Prus, 1c, page 298.
  • 20 Arthur Gorski, « Jeune Pologne », feuilleton écrit pour le concours La Parole polonaise mais non e (...)
  • 21 Oskar G. ( ?) La voix, 1898, n°7.

20Parce que « pour défendre un innocent ayant subi un préjudice, chaque honnête homme a le droit de réagir. Parce que le préjudice d’un individu n’est pas seulement une injustice mais le malheur et le déshonneur de la société ». Prus est persuadé que Zola a des preuves irréfutables de l’innocence de Dreyfus, autrement les générations futures le jugeront très sévèrement. Dans le premier cas, sa voix serait celle de Jérémie, dans le second, « si Dreyfus est un espion, si l’état-major français se compose de gens intelligents et savants qui défendent un secret d’Etat important, dans ce cas-là, Zola sera sévèrement jugé »19. Arthur Gorski comptait aussi parmi les défenseurs de Zola. Il écrit qu’à certains moments se produisent de graves conflits idéologiques. « L’exemple d’un tel affrontement, c’était dernièrement le procès de Zola où tous les journalistes, l’armée, le gouvernement et l’ensemble des citoyens patriotes se sont tournés contre l’auteur de « J’accuse ». Ses défenseurs se sont situés dans l’intelligentsia artistique et universitaire française »20. Une réflexion intéressante est formulée par un commentateur de « La Voie ». Celui-ci rappelle que des preuves d’une absence de morale de la part des sphères gouvernementales n’étaient pas nouvelles. Pourquoi Zola n’a t-il pas réagi pendant l’affaire de Panama, ni quand le président Grévy a protégé d’une indulgence répréhensible les tromperies de son gendre Wilson, ni quand se sont déroulés les débats sur l’expulsion des étrangers des universités françaises, ni quand les processions catholiques étaient interdites ? Il a réagi lorsqu’une lueur a permis de penser que l’on pouvait sauver Dreyfus »21.

  • 22 Waclaw Nalkowski, « Les scandales comme élément d'évolution », dans La revue hebdomadaire, 1898, n (...)

21C’est Waclaw Nalkowski qui a donné une interprétation essentielle de l’affaire dans son article intitulé significativement « Les scandales comme élément d’évolution », Il y reconnaît que l’atmosphère enfiévrée qui entoure les disputes autour de Dreyfus ont été provoquées par deux éléments : les humanistes le protègent comme un innocent, victime d’une erreur. Les accusateurs agissent sans tenir compte de rien. L’origine juive de l’accusé « ne fait qu’ajouter de l’huile sur le feu et provoquer l’hostilité de la foule ». Mais dans toute cette affaire, il ne s’agit pas de lui. Le vrai héros, c’est « le sale mercanti », Zola, « comme le nomment dans leur acharnement les prêcheurs de l’amour chrétien ». Nalkowski considère l’affaire elle-même comme décisive parce qu’il s’agit là de renverser, ou de conserver, le système en vigueur en France, un système bourgeois dans sa phase réactionnaire, ou encore le démasquer, le discréditer, le secouer à l’aide de scandales. L’hypocrisie de la bourgeoisie se manifeste par le fait qu’elle profite de la littérature vénale, qu’elle nomme des juges capables de libérer une canaille s’apparentant à eux et de condamner une personne forte et sans tache parce que, pour eux, c’est du sel dans l’œil, un remord de leur conscience visible (jugement de Zola et Picquart d’un côté, jugement d’Esterhazy de l’autre)22.

22Dans mes remarques, je ne me suis pas attardée sur les discours décidément antisémites, comme par exemple dans la revue La Terre déjà citée ci-dessus, journal qui n’apporte rien d’autre à la discussion que d’injurier les Juifs et des appels à « la défense, ou plutôt la bataille, contre eux ». J’ai essayé, par contre de prendre en considération les voix de ceux qui, dans le cas qui nous préoccupe (l’événement a eu lieu en France mais il a ébranlé l’opinion publique du monde civilisé) se sont efforcés de découvrir les conflits politiques et sociaux importants, conflits parfois démasqués, parfois incités par un mot d’ordre malheureusement compris par tout le monde et facilement provoqué. Les mêmes mécanismes ont été remarqués et révélés par les défenseurs de notre grand penseur et écrivain, dans une affaire qui sera dénommée « procès de Stanislaw Brzozowski ». Déjà des contemporains l’avaient comparée à l’affaire Dreyfus.

  • 23 Tomasz Burek, Waclaw Nalkowski, dans : L'image de ta littérature polonaise el Littérature de la Je (...)

23La voix la plus sérieuse était celle de Waclaw Nalkowski, déjà cité, qui a immédiatement reconnu en elle « une affaire Dreyfus polonaise ». Il a démontré « l’épidémie de rage » tournée selon lui contre un innocent et qui plus est, un créateur remarquable. L’épidémie a réuni des forces virulentes, recrutées dans tous les camps, sur fond de crise post-révolutionnaire et de succès d’une « réaction parasite ». Elle a mêlé cléricaux et progressistes, nationalistes et socialistes23.

  • 24 Karol Irzykowski. « L'homme qui impatiente Boy, écrits sous la rédaction de A. Lama », La bataille (...)

24Quand, après la première guerre mondiale, le théâtre Athénéum de Varsovie a mis en scène Les Loups, le drame de Romain Rolland, Karol Irzykowski y reconnaît l’affaire Dreyfus, aussi bien dans les héros que dans le déroulement de l’action. Il formule la remarque suivante : « Le peuple peut se tromper. La voix du peuple n’est pas du tout la voix de Dieu et il arrive qu’elle soit celle de Satan »24.

Notes

2 Rédigé à partir de : Dr Ignacy Schipper, « Histoire des Juifs dans le Duché de Varsovie et le royaume de Pologne », Les Juifs dans la Pologne ressuscitée, activités économiques, éducatives et culturelles, Varsovie, 1933.

3 Alexander Swietochowski Souvenirs, rédaction et introduction de Samul Sander, Wroclaw, Varsovie, Cracovie, 1966, page 66.

4 Boleslaw Prus, Lalka, tome I, page 207, Œuvres en XI tomes, Varsovie, 1935.

5 Id, n° 327.

6 Id, n°331.

7 Bibliothèque de Varsovie, 1894, tome IV, page 591.

8 Boleslaw Prus, chronique hebdomadaire, Courrier quotidien, n°336. Réimpression des chroniques, tome XV, Varsovie 1965, pages 223-224.

9 Boleslaw Prus, Hebdomadaire illustré, 1898, N°5, 1c, page 267.

10 Boleslaw Prus, 1c.

11 Anonyme se référant au périodique français Le Siècle, dans La Vérité, 1898, n°16.

12 Aleksander Swietochowski, « Une vague d'épidémies », La Vérité, 1898, n°4. Réimpression : Liberum Veto, Varsovie, 1976, tome II, pages 282,286,287.

13 Boleslaw Prus : « Cavaignac et Dreyfus », La Vérité, 1898, n°29.

14 Aleksander Swietochowski, « La boue dreyfusarde », dans La Vérité, 1898, n°32 et 36.

15 Journal pour tous, 1898, n°32 et 36.

16 Rubrique politique du Journal illustré, 1898, n°5.

17 Stanislaw Szczepanowski, « La désinfection des courants d'idées européens », La parole polonaise, 16 février 1898. Réimpression dans « La critique littéraire polonaise », tome IV, Varsovie, 1959, pages 125 et 126.

18 Boleslaw Prus, 1c, page 270.

19 Boleslaw Prus, 1c, page 298.

20 Arthur Gorski, « Jeune Pologne », feuilleton écrit pour le concours La Parole polonaise mais non envoyé. Dans « L'image de la littérature polonaise », La littérature de la jeune Pologne, tome I, Varsovie 1968, page 163.

21 Oskar G. ( ?) La voix, 1898, n°7.

22 Waclaw Nalkowski, « Les scandales comme élément d'évolution », dans La revue hebdomadaire, 1898, n°40. Réimpression. Œuvres sociales sélectionnées par Stefan Zolkiewski, Varsovie 1951, pages 148 et 149

23 Tomasz Burek, Waclaw Nalkowski, dans : L'image de ta littérature polonaise el Littérature de la Jeune Pologne, Varsovie 1959. t. iv, page 101.

24 Karol Irzykowski. « L'homme qui impatiente Boy, écrits sous la rédaction de A. Lama », La bataille du contenu, Benjaminek, Cracovie, 1976, page 463.

Auteur

Université de Varsovie. Texte traduit du polonais par Christina Baumard.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540