Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'affaire Dreyfus et l'opinion publique

 | 
Michel Denis
, 
Michel Lagrée
, 
Jean-Yves Veillard

Troisième partie. L'Europe centrale et orientale et l'Affaire

L’Affaire Dreyfus dans la presse quotidienne allemande 1897-1899

Eric Cahm

Texte intégral

1Que l’Allemagne était un spectateur privilégié de l’Affaire, un spectateur engagé, n’a pas besoin d’être souligné. C’est dire tout l’intérêt d’une étude de l’impact de l’Affaire sur la presse quotidienne allemande, qui jouissait d’une relative liberté sous l’Empire wilhelminien. C’était une presse sérieuse et solide, diversifiée géographiquement et idéologiquement. Dès novembre 1894, elle a commencé à s’occuper de l’Affaire, initialement parce que l’Allemagne était tout de suite mise en cause dans la presse française, le Matin en particulier ayant accusé son ambassade d’être le centre de l’espionnage allemand en France. Et si ces réactions initiales étaient épidermiques, si elles procédaient essentiellement du souci de l’intérêt national, certains journaux libéraux, notamment la Frankfurter Zeitung et les Munchener Neueste Nachrichten commençaient déjà à flairer les menaces que l’arrestation et le procès Dreyfus pouvaient représenter pour les droits de l’homme et pour la communauté juive française.

  • 1 Sur la presse allemande (et française) en 1894-1895, voir E. Cahm, La première affaire Dreyfus. L’ (...)

2Et au moment du verdict de 1894, si aucun journal allemand n’allait jusqu’à douter de la culpabilité du capitaine juif, des doutes commençaient à s’exprimer dans la presse libérale d’outre-Rhin à propos de la fiabilité du verdict : même, selon le correspondant du Figaro à Berlin, on « affectait », dans la capitale allemande, de croire Dreyfus innocent1.

3Trois ans plus tard, au début de 1898, si tous les journaux allemands ne croyaient pas encore à l’innocence de Dreyfus, c’était déjà le cas des feuilles libérales et national-libérales comme du Vorwärts social-démocrate, et, même à droite et au centre, l’idée d’une illégalité faisait son chemin. Les tendances idéologiques, on le verra, auront une influence considérable sur la position de chaque journal, mais il y a des perceptions allemandes partagées par toute la presse : en premier lieu, naturellement, le substrat fondamental formé par l’image historique que la France avait créée d’elle-même depuis la Révolution française et l’invasion napoléonienne. La France était d’abord le pays de la Révolution, de la République et de la laïcité : elle était porteuse de valeurs qui n’avaient pas trop cours en Allemagne. Puis, après 1870, elle était devenue pour les Allemands le pays de la Revanche. Son image enfin était fortement marquée par le boulangisme et Panama.

4Il y avait d’autres perceptions communes : pour toute la presse allemande, la France était en proie à une espionnite forte exagérée. Les journaux allemands ironisaient constamment sur la propension des Français à découvrir des espions à tous les coins de rue.

5Pour tous les journaux allemands, ou presque, la France était aussi le pays des surprises, un pays totalement imprévisible, où la situation pouvait changer totalement d’un jour à l’autre, au gré des passions publiques. Et dans la « tragédie », la « comédie » ou la « tragi-comédie » de l’Affaire, les coups de théâtre abonderaient justement. Que le peuple français était trop excité, qu’en France les passions avaient même supplanté la raison, c’étaient également des lieux communs allemands préexistants, que l’Affaire n’encourageait que trop. Et cette montée des passions, l’air de scandale, le manque du sens de la justice, alimentaient l’idée de la décadence française, du déclin et même de la mort possible de la République.

6Une dernière réaction essentielle, partagée par tous les journaux allemands, consistait à faire totalement confiance aux déclarations du gouvernement allemand qui, à partir de 1894, ne cessait d’affirmer que Dreyfus n’avait jamais eu de relations quelconques avec lui.

  • 2 Cit. M. Baumont, Au cœur de l’Affaire (Paris, 1976), pp. 230 et 265-266.

7A l’approche du procès Zola, le 24 janvier 1898, le ministre des affaires étrangères, von Bülow, a tenu à dégager solennellement la responsabilité allemande : il a affirmé « de la façon la plus formelle et plus catégorique qu’entre l’excapitaine Dreyfus... et n’importe quels agents allemands, il n’a jamais existé de relations ni de liaisons de quelque nature qu’elles soient. L’affaire, dite affaire Dreyfus, a soulevé, certes, beaucoup de poussière, mais elle n’a jamais pu troubler les relations paisibles entre l’Allemagne et la France. » Le ministre a ajouté qu’il avait entendu le nom d’Esterhazy il y avait seulement trois semaines. On n’a pas remarqué en France le sens de ce distinguo subtil, Esterhazy n’ayant pas bénéficié d’un véritable démenti, mais la Kölnische Zeitung, feuille utilisée justement par Bülow pour des déclarations officieuses, ne manquait pas de dire, deux jours après, que la déclaration ministérielle serait « une arme puissante entre les mains de ceux qui voulaient la réouverture du procès Dreyfus. » Le gouvernement allemand n’est jamais allé plus loin. On comprend les raisons, en lisant une note adressée par le même Bülow, le 29 septembre 1898, au ministère des Affaires Etrangères à Berlin. « Même si elles avaient existé, nous ne devrions pas avouer les prétendues relations de M. von Schwartzkoppen avec Esterhazy, parce qu’une telle indiscrétion rendrait dans l’avenir très difficile de se procurer des informations et des agents ». Pour le reste, a ajouté Bülow, « dans l’Affaire Dreyfus, notre intérêt principal est de rester autant que possible en-dehors ». Une victoire des antirévisionnistes n’était pas à souhaiter, parce qu’elle pourrait conduire à la dictature, et celle-ci à une guerre contre l’Allemagne. La réhabilitation éclatante et rapide de Dreyfus, au contraire, aurait pour conséquence que la France « regagnerait les sympathies libérales et juives. » « Que les généraux français et l’Etat-Major général français... se discréditent, nous n’avons pas à nous en affliger... Le mieux est que l’Affaire continue à s’envenimer, désagrège l’armée et scandalise l’Europe2 ». Cynisme, dit Maurice Baumont. Mais la position de Bülow s’inscrit parfaitement dans la logique de la situation que l’Allemagne s’était créée vis-à-vis de la France à la fin du 19e siècle.

8L’Allemagne ne craignait plus sérieusement, de la part de la République française, une guerre de revanche : elle savait pertinemment aussi que l’allié russe ne prêterait pas la main à la France dans une telle entreprise. Solidement amarrée à l’Autriche et alliée également à l’Italie au sein de la Triplice, elle tenait néanmoins à rester en bonnes relations avec les autres grandes puissances, y compris la France, tout en continuant à s’armer, notamment sur le plan naval. Cette politique étrangère de la main libre serait sérieusement perturbée si l’Allemagne devait se trouver, suite à l’affaire Dreyfus, face à une France réactionnaire qui, à la différence de la République, serait tentée par l’aventure militaire. Dans l’immédiat, l’intérêt essentiel de l’Allemagne était donc, comme le disait von Bülow, que l’Affaire ne trouble pas les relations entre les deux pays. Face aux provocations de la presse nationaliste française, le gouvernement allemand a tourné l’autre joue, se bornant à des protestations verbales, et limitant ses déclarations au strict minimum — l’affirmation réitérée que Dreyfus n’avait jamais eu de relations avec l’Allemagne — sous prétexte que la question Dreyfus était une affaire intérieure française. Berlin a notamment refusé les demandes insistantes de précisions de Waldeck-Rousseau et de Labori au moment du procès de Rennes, et Schwartzkoppen n’a pas été autorisé à témoigner. Berlin a sans doute eu les moyens de sauver Dreyfus, mais, comme à Paris, il a été sacrifié à la raison d’Etat. Il n’était pas question de livrer Esterhazy, et de toute façon il n’était pas dans l’intérêt allemand que l’Affaire soit réglée trop rapidement. La position publique réservée du gouvernement allemand est restée une référence essentielle pour la presse allemande.

  • 3 Neue Preussische Zeitung (26 janvier 1898).

9Comment cette presse a-t-elle réagi face à l’Affaire ? Par-delà les thèmes communs qu’on vient de noter, les réactions sont fonction des péripéties de l’Affaire et, surtout, de la tendance idéologique de chaque journal. Les conservateurs d’abord. La presse conservatrice, proche du pouvoir ou identifiée avec le pouvoir, se montrait naturellement pleinement satisfaite, elle se faisait même l’écho, des déclarations gouvernementales. C’était le cas de la Post de Berlin, simple porte-parole du pouvoir. Mais la déférence naturelle de tout conservateur à l’égard de l’autorité, quelle qu’elle soit, amenait la Neue Preussische Zeitung, organe de la noblesse prussienne protestante, et la Norddeutsche Allgemeine Zeitung à faire également confiance, au début de 1898, aux affirmations du gouvernement français, selon lesquelles Dreyfus avait été régulièrement jugé et justement condamné3. Mais comment aurait-il pu être coupable s’il n’avait pas eu de relations avec le gouvernement allemand ? La Neue Preussische Zeitung avait esquissé en 1894 la théorie peu plausible selon laquelle Dreyfus serait passé par un intermédiaire pour vendre ses secrets. Mais la déclaration de Bülow excluait cette possibilité. Le paradoxe demeurait, et ailleurs dans la presse allemande Dreyfus était accusé d’avoir espionné pour la Russie...

  • 4 Ibidem (10 août 1899).
  • 5 Ibidem (7 juin 1899).

10Peu à peu, l’idée d’une illégalité a progressé chez les conservateurs : la Norddeutsche Allgemeine était tiraillée entre sa confiance dans les déclarations officielles françaises et sa conviction croissante d’une illégalité ; et si la Neue Preussische Zeitung ne voulait toujours pas, en janvier 1898, accuser un gouvernement étranger d’une erreur ou d’un crime, ce journal commença à affirmer que si Dreyfus était innocent il devrait être libéré rapidement4. Le doute s’installait ainsi sur la culpabilité de Dreyfus même dans cette feuille très marquée à droite. Le journal du conservatisme pnissien le plus dur est passé à la révision après le suicide d’Henry et, dès juin 1899, il en est venu à l’idée de l’innocence de Dreyfus5. On voit qu’à cause des déclarations officielles allemandes, chez les conservateurs allemands le réflexe de conformisme n’a pas joué complètement dans le sens de l’antidreyfusisme, comme c’était le cas dans tous les milieux officiels en France et dans la masse de la bourgeoisie française.

11Mais les conservateurs allemands avaient souligné, depuis 1894, que la question de la culpabilité ou de l’innocence de Dreyfus ne les intéressait pas du tout, en tant qu’Allemands. Ce qui a plus marqué les journaux conservateurs dans leur appréciation de l’Affaire, c’était leur préférence pour la forme monarchique. La Norddeutsche Allgemeine ne se félicitait-elle pas qu’en Allemagne les lois étaient administrées par un roi ? Dieu soit loué, l’Affaire Dreyfus aurait été impossible sous le règne d’un monarque ! Tel était le sentiment des conservateurs : la Post se livrait même à une défense et illustration très vigoureuse de la monarchie, qui avait donné, par exemple, à l’Allemagne les meilleures lois sociales de l’Europe.

12Retenons donc chez les conservateurs un sens assez fort de la supériorité morale, juridique et politique de l’Allemagne monarchique par rapport à la France républicaine. Comme beaucoup d’Anglais, ceux que Nelly Wilson a qualifiés de « francophobes » et qui étaient également marqués à droite, les conservateurs allemands se complaisaient dans l’idée que l’Affaire Dreyfus aurait été impossible chez eux. Insistant fréquemment sur leur calme et leur sang- froid, conséquences de leur indifférence à l’égard du sort d’un officier français et juif — une attitude implicitement, ou même explicitement contrastée avec la mobilisation et les emballements français et même avec ceux de la presse libérale allemande — ils contemplaient tranquillement du haut de leur propre supériorité les Français qui étaient manifestement à plaindre.

13C’était évidemment du vecteur national qu’il était question ici, la conscience des différences nationales d’abord, le sentiment de supériorité nationale ensuite définissant une composante nationaliste dans la pensée conservatrice. Mais il s’agissait d’un nationalisme relativement modéré, très loin du nationalisme exacerbé des antidreyfusards extrémistes français, un nationalisme compatible, on l’a vu, avec des doutes sur la culpabilité de Dreyfus.

  • 6 Ibidem (13 novembre 1894, 19 novembre 1897, etc.).

14Il faut noter aussi à ce propos le caractère modéré de l’antisémitisme chez les conservateurs allemands à cette date. La Neue Preussische Zeitung avait, certes, publié un article antisémite retentissant en 1875 ; le journal s’était même associé un moment l’antisémite « social » Stoecker. Mais en 1897-98, on n’y relevait que quelques rares allusions au Judentum en France, qui aurait exagéré le rôle de l’antisémitisme dans l’Affaire : Dreyfus n’aurait pas été condamné, comme le disait Bernard-Lazare, parce qu’il était juif. Le fait est que depuis leur flirt avec l’antisémitisme, qui datait de 1892, les conservateurs allemands ne songeaient plus à s’approprier des thèmes antisémites. La Neue Preussische Zeitung avait même condamné dès 1894 chez Drumont l’antisémitisme français parce qu’il était inséparable de l’antigermanisme. Cette déviation vers l’antigermanisme était encore condamnée en 18976. L’antisémitisme radical était en déclin en Allemagne dans les années 1890, et même dans les Alldeutsche Blätter, organe de la Ligue Pangermaniste, il n’en était pas question alors. On ne parlait plus guère publiquement de l’antisémitisme outre-Rhin au temps de l’Affaire : le bulletin de la Ligue Pangermaniste ne deviendrait antisémite qu’au début du 20e siècle.

15Faut-il rappeler en effet qu’à cette époque l’antisémitisme était beaucoup plus développé en Autriche et en France qu’en Allemagne ? Il y avait d’autres nationalistes en Allemagne, les national-libéraux, mais là aussi, le nationalisme restait relativement modéré. Le parti national-libéral était rallié depuis longtemps à Bismarck et à l’Empire. De tendance libérale de droite, il avait de plus en plus sacrifié ses principes libéraux sur l’autel de l’Empire et du nationalisme, qui avaient réalisé l’unité allemande dont il avait toujours rêvé.

  • 7 Rheinisch-Westfälische Zeitung (3 septembre 1898).
  • 8 Allgemeine Zeitung (17 novembre 1898), cit. E.-O. Czempiel, Dos deutsche Dreyfus-Geheimnis (Munich (...)
  • 9 Kölnische Zeitung (12 janvier 1898).

16La presse nationale-libérale penchait assez tôt pour l’innocence de Dreyfus, mais, en soi, cette question ne les intéressait guère plus que les conservateurs. L’Affaire révélait plutôt, à leurs yeux, la corruption de l’Etat-Major et la décadence de la France. Pour eux, plus que pour les autres Allemands, la France était restée le pays de la Revanche, et, pour la Rheinisch-Westfïälische Zeitung, l’Affaire avait eu pour conséquence que la France ne serait plus en état de soutenir une guerre en Europe avec quelques chances de succès7. L’Allgemeine Zeitung se frottait même les mains, dans les mêmes termes que Bülow : « Que l’Affaire Dreyfus fleurisse, qu’elle prospère !8 ». La très-respectable Kölnische Zeitung cependant mettait en garde contre un tel pharisaïsme9.

  • 10 Allgemeine Zeitung (17 juillet 1898), cit Czempiel, pp. 120-121 et Rheinisch-Westfälische Zeitung (...)

17Au total, si la presse nationale-libérale se montrait extrêmement sensible aux affronts français à l’ambassadeur Munster et à l’Empereur allemand, que Rochefort et d’autres impliquaient personnellement dans l’Affaire, elle suivait quand même dans la pratique l’attitude réservée du gouvernement de Berlin. Comme la Neue Preussische Zeitung, elle dénonçait l’antisémitisme français comme une forme de haine anti-allemande. Et si les national-libéraux, toujours comme les conservateurs, préféraient la forme monarchique, la Rheinisch-Westfälische Zeitung déclarait quand-même que si la République en France n’était pas une garantie de bonnes mœurs, sa nature inébranlable était une garantie de paix10.

  • 11 Kölnische Zeitung (27 février 1898).

18La Kölnische Zeitung, un peu plus à gauche, gardait la nostalgie de la tradition libérale et de l’état de droit. Elle ne se félicitait pas de la décadence de la France, elle la déplorait comme un recul dans la marche vers la laïcisation. Ce journal approuvait même l’action de Jaurès et des intellectuels, adhérait toujours aux valeurs de la vérité, de la raison et de la logique11. Il en était de même du reste de la Rheinisch-Westfälische Zeitung. Donc le nationalisme des national-libéraux colorait certes très largement leur jugement mais ils gardaient le contact avec les valeurs libérales.

19La minorité catholique en Allemagne, la plus importante en Europe, avait, dès 1870, créé un parti politique, le Zentrum ou Centre, pour défendre dans l’Empire les intérêts catholiques, notamment le droit d’enseigner, et pour s’opposer aux processus de laïcisation. Le Centre était opposé à l’Empire aussi parce que l’Empire était protestant. Il formait une coalition de catholiques conservateurs, libéraux et sociaux.

  • 12 Voir Czempiel, pp. 123-124.

20Etant sans programme politique au-delà des revendications catholiques, le Centre allemand jugeait l’Affaire non pas en fonction de l’intérêt national allemand mais de l’intérêt catholique : il se préoccupait avant tout à ce propos du rôle et du sort des catholiques français. Les catholiques conservateurs allemands dénonçaient, à l’unisson de leurs confrères français, les forces de révolution qu’ils voyaient à l’œuvre dans l’Affaire, et ils approuvaient en France l’alliance des catholiques dans le camp des antidreyfusards extrémistes avec le nationalisme et l’antisémitisme. Comme eux, ils espéraient un changement de régime12. Est-ce à dire qu’ils étaient eux-mêmes antisémites ? Comme les catholiques français, les catholiques allemands étaient toujours marqués par leur antijudaïsme théologique traditionnel. Mais, on l’a vu, l’antisémitisme politique n’était plus à l’ordre du jour dans les milieux conservateurs allemands à l’époque de l’Affaire. Et si, en 1894, on pouvait noter dans la Germania quelques pointes antisémites, ce journal ne menait pas une campagne antisémite systématique, comme c’était le cas dans la Croix en France depuis 1890. Les organes catholiques gardaient leur distance par rapport à l’antisémitisme radical et aux arguments raciaux.

  • 13 Kölnische Volkszeitung (29 mai 1899).
  • 14 Ibidem (4 juin 1899).

21En 1897-99, la Germania avait d’ailleurs beaucoup perdu de son importance. La Kölnische Volkszeitung était devenue le plus grand journal catholique allemand, et il représentait dans le catholicisme allemand la tendance dite de Cologne, tendance libérale-démocrate. Le correspondant de ce journal à Paris était convaincu dès le début de l’innocence de Dreyfus, et ce journal catholique libéral a condamné à plusieurs reprises le rapprochement de certains catholiques français avec l’antisémitisme. Il avait tendance à englober tous les catholiques français dans sa réprobation, mais même en France à l’époque on assimilait tous les catholiques aux éléments antidreyfusards extrémistes, alors que tous ne marchaient pas avec les antisémites. La Kölnische Volkszeitung déclarait donc fin mai 1899 que si « les » catholiques français avaient eu des chefs plus clairvoyants, le catholicisme français aurait mieux consolidé sa situation13. Pour le journal catholique, ils avaient au contraire permis à Clemenceau et aux autres panamistes de se servir de l’anticléricalisme pour regagner le pouvoir en France. La crainte était justifiée et guère prématurée, car le nouveau gouvernement de Waldeck-Rousseau, talonné par le radicalisme, allait justement, à la suite de l’Affaire, tirer argument des excès des Assomptionnistes en France pour reprendre l’œuvre de laïcisation par la loi sur les associations, qui allait pénaliser les catholiques. Les choses avaient pourtant évolué en juin 1899 et la Kölnische Volkszeitung félicitait alors l’Univers, organe du parti catholique en France, d’avoir rompu avec les « bandits de presse ». Le grand journal catholique rappelait que le Pape Léon XIII avait enjoint aux catholiques français de rester sur le terrain de la légalité et de la constitution. La position du journal de Cologne équivalait en somme à une position de catholique rallié14.

  • 15 Ibidem (16 septembre 1899).

22L’article le plus surprenant pour notre sujet, paru dans le journal catholique de Cologne après le verdict de Rennes, concernait cependant Berlin. Selon cet article, Dreyfus était devenu populaire dans la capitale. Berlin avait même été plus attristé par sa seconde condamnation que par la mort de Bismarck ! L’ambiance dans les théâtres était lourd, et c’était comme si les Berlinois avaient connu un deuil familial. L’Empereur aurait pu, avec le soutien du peuple, déclarer la guerre à la France à cause de Dreyfus, affirmait l’auteur de l’article. Le peuple berlinois, mené par le sentiment de pitié, était comme un grand enfant, concluait-il, ajoutant que l’antisémitisme était « battu » à Berlin15.

23La presse la plus influente en Allemagne, à l’époque wilhelmienne, plus importante par ses tirages que la presse du Centre ou la presse démocrate, était la presse libérale. Une place de choix y était occupée par la Frankfurter Zeitung, à l’extrême gauche du libéralisme et proche du Parti Populaire Allemand et même de la social-démocratie. Ce journal de très grande qualité était très répandu en Allemagne, mais comptait des lecteurs en Autriche-Hongrie, en Italie, dans les pays scandinaves et aux Etats-Unis. Il a consacré une plus grande surface rédactionnelle à l’Affaire qu’aucun autre grand quotidien allemand. Cela lui a valu, on l’a vu, les foudres de la Post.

  • 16 Frankfurter Zeitung (14 novembre 1897).
  • 17 Ibidem (23 novembre 1897).

24Convaincue très tôt de l’innocence de Dreyfus, la Frankfurter Zeitung a publié dès novembre 1897 le fac-similé du bordereau et un échantillon de l’écriture d’Esterhazy16. Mais on ne peut pas dire pour autant qu’il ait mené une campagne dreyfusarde militante. Le journal de Francfort prônait et il envisageait en toutes choses la modération, la conciliation et le compromis, valeurs éminemment libérales, certes, mais pas des valeurs de combat. Il déplorait les articles antiallemands de la presse nationaliste française et l’implication dans l’Affaire de l’Empereur, mais il s’alignait, comme ses confrères plus à droite, sur les positions réservées du gouvernement allemand. Il faisait même tout son possible pour minimiser les tensions diplomatiques, louant la correction du gouvernement français, et affirmant que l’Affaire ne comportait pas de risques pour les relations franco-allemandes. Les questions d’espionnage, pour lui, n’avaient jamais provoqué une guerre17. En somme, il cherchait à apaiser l’hystérie ambiante.

  • 18 Ibidem (31 octobre 1898).

25Sur l’issue de l’Affaire, la Frankfurter Zeitung se montrait relativement pessimiste en janvier 1898, mais même là-dessus, le ton est devenu plus serein après l’intervention de la Cour de cassation, que ce journal a tenu pour décisive18. Il a insisté aussi, au sortir de la crise, sur l’importance décisive pour la victoire de la liberté de la presse. Il n’a jamais cru à la possibilité d’un coup de force. Son attitude en tout était apaisante et plutôt rassurante.

  • 19 Ibidem (24 février 1898)

26Pour tous les libéraux allemands, la France de la Révolution et des Droits de l’Homme avait représenté un modèle à suivre ; la France, pour eux, avait pris la tête de la marche du monde vers la République et la démocratie. On comprend dès lors la déception de la Frankfurter Zeitung début 1898 face à la situation où se trouvait la République. Elle était désormais en recul. A l’occasion du cinquantenaire de la Révolution de 1848, le journal de Francfort a dressé un bilan très négatif : la France des Droits de l’Homme n’existait plus19. Elle flairait déjà, dès cette date, la menace d’un retour à la réaction. Si elle affirmait, avec les autres feuilles libérales, qu’en décembre 1897, au moment où Méline avait déclaré publiquement qu’il n’y avait pas d’affaire Dreyfus, il songeait intérieurement à la révision, elles l’accusaient de s’être ravisé, face à l’opinion publique. Devant la réaction remontante, les feuilles libérales trouvaient Méline et ses successeurs trop mous, trop peu décidés à défendre la République.

  • 20 Je dois les informations sur le contenu de la Vossische Zeitung à Mlle Valérie Lohézic.

27La Vossische Zeitung, plus combatif, polémiquait violemment contre Méline, Brisson et Dupuy, et elle faisait au contraire l’éloge de Jaurès et de son action. La Vossische Zeitung, qui avait une tendance à l’exagération et même à l’incohérence, faisait des socialistes l’avant-garde du dreyfusisme, ce qui était loin d’être le cas au début de 1898. Elle voyait aussi la main de l’Eglise catholique et des Jésuites derrière tous les phénomènes réactionnaires, y compris l’antisémitisme20. Le Berliner Tageblatt avait été un des premiers journaux à publier, dès 1896, des articles affirmant l’innocence de Dreyfus, mais, dans ce journal, les formules bien frappées cachaient souvent le manque de véritable analyse politique. Ainsi, après le verdict du procès Zola, il observait que l’armée française avait remporté sa première victoire depuis Sedan.

  • 21 Berliner Tageblatt (21 février 1898). Sur l’attitude du Tageblatt cf. J.- Y. Veillard, « L’Affaire (...)
  • 22 Münchener Neueste Nachrichten (15 juin 1899).

28Dans quelle mesure la dimension nationale comptait-elle pour les libéraux ? Moins, naturellement, que pour les national-libéraux. Mais le Tageblatt concluait, toujours après le procès Zola, qu’il fallait que les Allemands fassent leur deuil de tout espoir d’une paix honorable avec la France21. Il glosait, avec la Vossische Zeitung, sur le déclin moral de la France. Mais, en fin de compte, chez les libéraux, le critère essentiel restait plutôt le salut de la République française et non pas seulement l’intérêt national allemand. Le langage était un peu plus nationaliste aux Münchener Neueste Nachrichten, la première feuille libérale du sud de l’Allemagne. Ce journal, il est vrai, avait été national-libéral jusqu’en 1881 : il avait maintenu une ligne plus nationale. Ainsi, il se montrait plus sensible aux attaques anti-allemandes des nationalistes français et il réagissait tout à fait comme la Rheinisch-Westfälische Zeitung, prônant la réserve, certes, mais se félicitant des faiblesses de la France. Le journal de Munich pensait également que le temps d’une alliance franco-allemande était révolu22. Ainsi les libéraux de droite étaient tous concernés par l’intérêt national allemand, mais il ne dominait pas complètement leur approche de l’Affaire.

  • 23 Vorwärts (11, 14 janvier, 25 février 1898).

29Encore plus à gauche que les libéraux se trouvaient enfin les social-démocrates, qui, ayant survécu aux lois d’exception de Bismarck, commençaient une montée électorale impressionnante sous l’Empire wilhelmien. L’organe central du parti était le Vorwärts. Ce journal n’avait évoqué le procès Dreyfus en 1894 que pour signaler en deux lignes le verdict, mais à partir de janvier 1898, il analysait l’Affaire avec beaucoup d’à propos. Il était même le seul journal allemand à le faire de façon aussi précise. En janvier 1898, il faisait état du vide du rapport d’Ormescheville, publié par le Siècle, puis des iniquités du procès Esterhazy, et il concluait justement du bordereau et des échantillons de l’écriture d’Esterhazy que ce dernier était l’auteur du bordereau, et que Dreyfus était donc innocent. Vu les inepties du rapport d’Ormescheville, il ne pouvait rester comme pièce à charge contre Dreyfus que le bordereau, qui était d’Esterhazy. Pour le journal socialiste, en janvier 1898, Dreyfus était un innocent qui avait probablement été condamné illégalement sur des documents non communiqués à la défense. Aucun autre journal allemand n’était si loin dans le dreyfusisme, et le procès Zola n’a fait que confirmer la conviction du Vorwärts concernant l’illégalité de 189423.

  • 24 Ibidem (18, 21 janvier, 25 février 1898).
  • 25 Ibidem (25 février 1898).

30Il faut également reconnaître le bien-fondé des analyses politiques de ce journal sur la nature des forces réactionnaires entrées sur la scène politique en France au début de 1898 : il s’agissait de l’Etat-Major, secondé par les cléricaux, avec une force d’appoint composée des chauvinistes et des antisémites. En février 1898, cette réaction apparaissait au Vorwärts comme un remake du boulangisme, sans brav général24. L’organe socialiste caractérisa enfin correctement la politique du gouvernement français et de toutes les autorités en France comme une politique de silence et d’étouffement25. On voit qu’à la différence des catholiques, les social-démocrates allemands ne se bornaient pas à s’occuper de leurs homologues d’outre-Rhin. Dans ses premiers articles de 1898, le Vorwärts parlait même moins de Jaurès que ne le faisaient les libéraux !

  • 26 Ibidem (21, 28 janvier 1898).
  • 27 Ibidem (4 septembre 1898).

31Mais déjà se pose à ce journal acquis au dreyfusisme la question des hésitations et de l’abstentionnisme des camarades français. Le manifeste abstentionniste du groupe parlementaire socialiste date du 18 janvier. Il est cité d’abord sans commentaire, mais dès le 28 du mois l’intervention de Jaurès au Parlement demandant des éclaircissements à Méline est qualifiée de changement de direction26. Que le Vorwärts n’approuvait pas l’abstentionnisme de Millerand et de Viviani ressort d’un article paru après le suicide d’Henry au moment où ces deux leaders sont passés à la révision. Vorwärts commente avec approbation leur changement de langage et leur appel en faveur « de ce que Jaurès demandait depuis des mois : que soient complètement balayées les activités suspectes et incompétentes de la réaction clérical-chauviniste et antisémite27 ».

  • 28 Ibidem (9 octobre 1898, 4 juin 1899).
  • 29 Ibidem (19 octobre 1898).
  • 30 Voir Czempiel, pp. 109-114.

32En juin 1899, le Vorwärts offrait même une analyse de classe marxiste tendant à prouver, d’après le Marx du 18 Brumaire, que, dans les pays d’ancienne civilisation, la République n’était pas la force de vie de la bourgeoisie, mais la forme de sa transformation révolutionnaire. Pour cette raison, pour le Vorwärts, c’était le devoir des socialistes français d’intervenir dans l’Affaire pour empêcher que les progrès vers une véritable République soient interrompus. Cette analyse représentait une critique théorique en règle de l’abstentionnisme de Guesde et de Vaillant en 1899. L’affaire Dreyfus, pour le Vorwärts, n’était pas encore un conflit de classe : elle pourrait cependant le devenir grâce à l’intervention d’un parti du prolétariat unifié28. En fonction de ce type d’analyse, le Vorwärts avait déjà salué, dès octobre 1898, la constitution du comité de vigilance socialiste en France, non seulement comme une arme défensive, mais comme une étape positive vers la création d’un « organe normal d’unité des courants socialistes »29. Le Vorwärts s’inspirait essentiellement des analyses révisionnistes d’un Bernstein et d’un Mehring parues dans les revues théoriques du parti, qui, elles, ne suivaient pas les évènements de l’Affaire en détail mais étaient devenues le lieu d’une controverse sur l’Affaire entre révisionnistes et marxistes orthodoxes comme Rosa Luxembourg. Les orthodoxes, fondamentalement opposés à l’état bourgeois, n’arrivaient pas, selon Czempiel, à bien saisir les enjeux de l’Affaire30.

33Notons également que les révisionnistes allemands, tout comme les libéraux, insistaient sur l’importance primordiale de la liberté de la presse. L’expérience historique des social-démocrates allemands sous le régime des lois d’exception les avait sûrement amenés à ce point de vue. On peut noter enfin que chez les socialistes allemands, on est arrivé au degré zéro du sentiment national : pas de critiques des Français, pas d’hostilité envers la France. Tout au plus se permet-on quelques conseils aux braves camarades socialistes français.

34On peut conclure, après ce survol trop rapide d’une presse allemande riche et diversifiée, que si, comme en France, les attitudes favorables à Dreyfus sont, certes, plus caractéristiques de la gauche, en Allemagne l’engagement à droite, et même le sentiment national n’excluent pas, comme en France, toute sympathie pour Dreyfus. Et même l’engagement à droite et le nationalisme, ne déterminent pas nécessairement un désir de changement de régime en France. La République reste quand même un gage de paix pour de nombreux conservateurs, comme pour les nationaux-libéraux, et le pouvoir impérial. L’intérêt national prend le pas ici sur la préférence idéologique. Si les Allemands se sentent naturellement moins mobilisés que les Français, ils se retrouvent quand même en deux camps. Le premier est composé de ceux qui ont le souci des droits de l’individu et des libertés, fussent-ils catholiques ou même socialistes. Ceux-ci sont ainsi aspirés vers le dreyfusisme : ils déplorent la décadence morale de la France et le déclin de la République ; ils souhaitent un redressement républicain. L’autre camp est composé de ceux qui en restent au maintien des droits de l’état, fussent-ils républicains, et qui se retrouvent ainsi dans le camp des antidreyfusards ou, dans le cas des marxistes orthodoxes, dans celui de l’abstention, qui est aussi une forme d’antidreyfusisme. Les plus nationalistes parmi eux insistent sur les différences nationales, et sur la supériorité allemande : mais si certains de ceux-ci voient avec plaisir la France affaiblie par sa décadence, la crainte d’une guerre retient même les plus autoritaires — à part les catholiques conservateurs — d’envisager avec sérénité l’avènement d’un régime réactionnaire et belliciste en France.

  • 31 Voir E. Cahm, L’Affaire Dreyfus. Histoire, politique et société (Paris, 1994), pp. 120-121).

35Au-delà des perceptions allemandes communes, chaque courant idéologique dans la presse allemande analyse donc l’Affaire, moins pour elle-même qu’à la lumière de ses intérêts de groupe politique ou religieux, ou des intérêts nationaux allemands, mais plus profondément en fonction de ses propres valeurs. Comme en France, l’Affaire est une formidable révélatrice des valeurs essentielles de chacun : dans le cas de l’Allemagne, elle ne fait que confirmer, en fin de compte, dans ce pays, le plus grand poids, comparé à la France, des valeurs monarchiques, chrétiennes, catholiques libérales, libérales tout court et même socialistes, puis d’autre part, la modération du nationalisme, et la faiblesse relative de l’antisémitisme. En France, les monarchistes sont hors combat, la République laïque est au pouvoir, les catholiques libéraux sont très minoritaires, le libéralisme a disparu, et les socialistes sont moins bien implantés que leurs grands frères allemands : le nationalisme et l’antisémitisme font au contraire des ravages. C’est pour ces raisons-là finalement que Dreyfus a pu éveiller plus de sympathies en Allemagne qu’en France, car plus il y a de partisans de la liberté et des droits de l’Homme, et moins il y a d’antisémites, plus il y a de sympathisants pour Dreyfus. (Le poids du libéralisme en Angleterre n’explique-t-il pas aussi l’importance du sentiment pro-Dreyfus qui domine outre-Manche ?). D’autre part, le conservatisme, le nationalisme et sans doute l’antisémitisme en Allemagne peuvent rimer avec l’indifférence à l’égard de Dreyfus, et une attitude réservée par rapport à la France ; dans l’hexagone, le conservatisme, le nationalisme et l’antisémitisme vont de pair avec un antidreyfusisme extrémiste et violent31. Les composantes des attitudes de chaque courant politique ou religieux dans la presse donnent un mélange différent en Allemagne : mais, plus de libéralisme, quelle que soit l’étiquette de parti, a donné plus de sympathie pour Dreyfus, et inversement. Conclusion en apparence banale mais qui peut mener loin sans doute. Péguy n’allait-il pas demander à l’autoritaire Guesde de rejoindre les conservateurs ? Et ne voit-on pas se reconstituer en Russie aujourd’hui une alliance, rappelant l’antidreyfusisme, entre marxistes orthodoxes, nationalistes, antisémites et réactionnaires ? Le dreyfusisme ou l’antidreyfusisme d’extrême-droite ne correspondent- ils pas à deux visions fondamentales mais opposées du monde, dont l’application ne correspond pas aux divisions officielles entre les partis et dépasse les limites de l’Affaire et les frontières ?

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Sources

Presse quotidienne allemande(novembre-décembre 1894, novembre 1897-septembre 1899)

Presse conservatrice :

Neue Preussische Zeitung (Kreuzzeitung) BERLIN

Norddeutsche Allgemeine Zeitung BERLIN

Post BERLIN

Presse nationale - libérale :

Allgemeine Zeitung MUNICH

Kölnische Zeitung COLOGNE

Rheinisch - Westfälische Zeitung ESSEN et DORTMUND

Presse du Centre (catholique) :

Germania BERLIN

Kölnische Volkszeitung COLOGNE

Presse libérale :

Berliner Tageblatt BERLIN

Frankfurter Zeitung FRANCFORT

Mùnchener Neueste Nachrichten MUNICH

Vossische Zeitung BERLIN

Presse social-démocrate :

Vorwärts BERLIN

Ouvrages et articles

Actes du colloque sur les visions allemandes de la France (1871-1914), Université de Metz, 2-4 décembre 1993, à paraître aux éditions Peter Lang (Europäischer Verlag der Wissenschaften), Berne.

M. BAUMONT, Au cœur de l’Affaire (Paris, 1976)

E. CAHM, L’Affaire Dreyfus. Histoire, politique et société (Paris, 1994)

E. CAHM, « L’Europe au temps de l’affaire Dreyfus », in L. GERVERAU et Ch. PROCHASSON, (sous la direction de), L’Affaire Dreyfus au tournant du siècle 1894-1906 (Paris, 1994), pp. 267-274.

E.-O. CZEMPIEL, Das deutsche Dreyfus-Geheimnis (Munich, 1966), notamment pp. 108-132. (Fondamental).

Documents diplomatiques français (1871-1914), Ière éie871-1909) t. XIV et XV (Paris, 1957, 1959).

A. HAASE, Katholische Presse und die Judenfrage. Inhaltsanalyse Katholischer Periodika am Ende des 19-Jahrhunderts (Munich, 1975).

K. KOSZYK, Geschichte der deutschen Presse, t. 2 : Deutsche Presse im 19- Jahrhundert (Berlin, 1966)

K. KOSZYK, « Sozialdemokratie und Antisemitismus zur Zeit der Dreyfus-Affäre », in L. HEID et L. PAUCKER (sous la direction de), Arbeiterbewegung bis 1933.Soziale utopien und religiös-kulturellen Traditionen (Tübingen, 1992)

G. KRUMEICH, « Die Resonang der Dreyfus-Affàre im deutschen Reichsin G. HÜBINGER et W.J. MOMMSEN Intellektuelle im deutschen Kaiserreich (Francfort, 1993), pp. 13-32.

J. LEPSIUS, Die grosse Politik der europäschen Kabinette, t. 9 et 13 (Berlin, 1924).

T. NIPPERDEY, Deutsche Geschichte 1866-1918 II : Machtstaat vor der Demokratie, 2e éd. (Munich, 1993).

I. VON BUELTZINGSLOEWEN, « L’opinion publique allemande face au centenaire de la Révolution française », mémoire de maîtrise, Strasbourg II, 1986.

B. WEILL, L’Affaire Dreyfus (Paris, 1930).

R. WINLING, « Echos de l’Affaire dans la presse socialiste allemande », in G. LEROY (sous la direction de), Les écrivains et l’affaire Dreyfus. Actes du colloque organisé par le Centre Charles Péguy et l’Université d’Orléans (29, 30 et 31 octobre 1981) (Paris, 1983), pp. 65-73.

Notes

1 Sur la presse allemande (et française) en 1894-1895, voir E. Cahm, La première affaire Dreyfus. L’affaire Dreyfus et l’opinion publique en 1894-1895, inédit.

2 Cit. M. Baumont, Au cœur de l’Affaire (Paris, 1976), pp. 230 et 265-266.

3 Neue Preussische Zeitung (26 janvier 1898).

4 Ibidem (10 août 1899).

5 Ibidem (7 juin 1899).

6 Ibidem (13 novembre 1894, 19 novembre 1897, etc.).

7 Rheinisch-Westfälische Zeitung (3 septembre 1898).

8 Allgemeine Zeitung (17 novembre 1898), cit. E.-O. Czempiel, Dos deutsche Dreyfus-Geheimnis (Munich, 1966), p. 120.

9 Kölnische Zeitung (12 janvier 1898).

10 Allgemeine Zeitung (17 juillet 1898), cit Czempiel, pp. 120-121 et Rheinisch-Westfälische Zeitung (24 février 1898, 9 juin 1899).

11 Kölnische Zeitung (27 février 1898).

12 Voir Czempiel, pp. 123-124.

13 Kölnische Volkszeitung (29 mai 1899).

14 Ibidem (4 juin 1899).

15 Ibidem (16 septembre 1899).

16 Frankfurter Zeitung (14 novembre 1897).

17 Ibidem (23 novembre 1897).

18 Ibidem (31 octobre 1898).

19 Ibidem (24 février 1898)

20 Je dois les informations sur le contenu de la Vossische Zeitung à Mlle Valérie Lohézic.

21 Berliner Tageblatt (21 février 1898). Sur l’attitude du Tageblatt cf. J.- Y. Veillard, « L’Affaire Dreyfus et l’opinion publique internationale », in L. Gervereau et Ch. Prochasson, (sous la direction de), L’Affaire Dreyfus au tournant du siècle 1894-1906 (Paris, 1994), p. 260.

22 Münchener Neueste Nachrichten (15 juin 1899).

23 Vorwärts (11, 14 janvier, 25 février 1898).

24 Ibidem (18, 21 janvier, 25 février 1898).

25 Ibidem (25 février 1898).

26 Ibidem (21, 28 janvier 1898).

27 Ibidem (4 septembre 1898).

28 Ibidem (9 octobre 1898, 4 juin 1899).

29 Ibidem (19 octobre 1898).

30 Voir Czempiel, pp. 109-114.

31 Voir E. Cahm, L’Affaire Dreyfus. Histoire, politique et société (Paris, 1994), pp. 120-121).

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540