Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'affaire Dreyfus et l'opinion publique

 | 
Michel Denis
, 
Michel Lagrée
, 
Jean-Yves Veillard

Deuxième partie. Catholicisme et aire latine

L’opinion publique en Argentine et l’Affaire Dreyfus

Liliana Marta Grinberg

Texte intégral

1Un événement, l’Affaire Dreyfus, déclenche sa propre constitution et sa propre falsification. La presse et l’opinion publique bâtissent un discours : une fiction et une mise en scène. D’après ce discours, il y a eu trahison. Comment la presse exprime-t-elle cette affirmation, comment réagit-elle ?

2L’époque où l’Affaire Dreyfus eut lieu, est marquée en Argentine par le mythe d’« une nouvelle et glorieuse Nation », soutenu depuis 1810 jusqu’en 1930, c’est- à-dire, depuis la Révolution de l’Indépendance, point de passage de l’ère coloniale à l’ère créole. Cette nouvelle nation aura un nouveau personnage déjà indépendant, témoin d’une terre argentine ouverte à l’immigration. A l’époque de l’Affaire Dreyfus on insiste de façon particulière sur ce concept de nation. L’idée de nation concerne les intérêts de la ville de Buenos Aires étant donné qu’il s’agit du moment où le plus grand courant d’immigration se produit. Ce souci nationaliste sera postérieurement lié à des idées antisémites. L’Affaire aurait pu donner lieu à des expressions de condamnation de cette sorte puisque l’accusé était juif ; cependant, elles ne se sont pas produites. Dans cette période, la xénophobie par rapport au courant d’immigration et surtout à l’entrée des anarchistes dans le pays encourageait les mouvements nationalistes argentins.

3Il y a donc des raisons d’ordre historique, politique et social qui déterminent en Argentine, pour l’Affaire Dreyfus, une réception fortement différente de celle qui eut lieu en France. On dit qu’à l’arrivée des bateaux d’immigrants, les gens qui attendaient sur le quai se montraient avides d’avoir des nouvelles de l’Affaire. Cette répercussion dans la population fut marquée par des débats, des polémiques, des meetings qui divisèrent l’opinion publique. Or, il ne reste presque aucune trace de cette polémique dans la presse.

4Après avoir réuni des articles sur ce sujet, on peut effectuer une évocation de l’époque et des idées et connaître ainsi le comportement des intellectuels argentins vis-à-vis de l’Affaire. On peut également suivre la ligne de pensée de la culture argentine prédominante à ce moment historique, dont les articles des journaux, revues, annales et livres sont l’expression significative.

5Il y a deux moments dans la réception de l’Affaire Dreyfus, qui correspondent à deux périodes différentes dans la presse argentine : la première, celle de l’information dépourvue de commentaires critiques, qui va de 1894 à 1906, et la deuxième, celle des réactions et des prises de position, depuis 1935. Voyons tout d’abord les caractéristiques de la première période.

Première période (1894-1906) : Argentine, fin de siècle

6Dans cette première période, l’admiration pour la France et ses institutions ainsi que le respect de l’opinion publique française, conduisent La Prensa, un des grands journaux de l’époque, à reproduire fidèlement la vision de la presse française. La dégradation de Dreyfus est perçue comme un exemple « de haute moralité que la France donne a sa propre armée ». Puis il signale que « la France aura senti la douleur de l’épreuve exécutée sur l’un de ses soldats, en présence de toutes les nations qui ont leurs yeux fixés dans cette très cultivée République... » ; mais, en même temps il fait référence « à la satisfaction du châtiment ». L’article se termine par une invitation au lecteur à concentrer son attention sur l’information à venir. Malgré cette condamnation, il n’y a là qu’une réponse à l’apparence sous laquelle se présente l’Affaire.

7A partir de là, tandis que la presse française s’engage dans une mise en scène de combats, de polémiques et de luttes acharnées entre écrivains et intellectuels, parmi lesquels excelle Emile Zola, la presse argentine se limita à offrir la reproduction d’articles publiés dans la française. En France on pouvait suivre au jour le jour le déroulement de l’Affaire en lisant les journaux. La littérature pamphlétaire créa une atmosphère où la vérité et le mensonge prospérèrent ensemble. En Argentine, la répercussion de l’Affaire Dreyfus fait ressortir les principes républicains dans une période où la démocratie était encore restreinte.

8Les journaux et revues consultés ne montrent pas de différences de ton si on considère les titres et les contenus des articles. Leur but est essentiellement informatif et leur ton est neutre. Par exemple, vers la fin de l’année 1897, au moment où les débats sont à leur point culminant à cause de l’affaire Esterhazy, le journal La Prensa se contente du titre : « L’affaire Dreyfus-Esterhazy ». La même année, le 15 novembre, le journal intitule « L’Affaire Dreyfus. Sensationnelle nouvelle du Figaro. Version de la Liberté » ; puis le 15 décembre : « La question Dreyfus. Insistance de L’Intransigeant ». Ces exemples mettent en valeur le fait que, pour la presse argentine, le sujet de débat est la presse française et non pas l’Affaire Dreyfus en soi. Il y a cependant une exception. Le journal du Parti Socialiste La Vanguardia prend la défense de Dreyfus.

9A l’époque de la réhabilitation, ce journal titre : « Mystification jésuitico-militaire » (18 et 19 juin 1906). « Une victoire des manœuvres criminelles » (26 juin 1906), « Un faussaire accusateur » (28 juin 1906). En revanche, les deux grands journaux libéraux de l’époque, La Prensa et La Nación, en appellent à des sources différentes afin de respecter le principe d’objectivité, la présomption d’objectivité étant l’une des idées mères des principes libéraux. Le pragmatisme de cette position soutient que les discours libéraux peuvent être appuyés puisque leurs principes n’excèdent pas les bornes d’une conception du monde qui suit les traditions du dix-neuvième siècle. Il y a eu des diatribes à propos de l’anarchisme mais non pas dans le cas Dreyfus dont l’innocence pouvait être défendu sans avoir recours à des débats passionnés.

10Cette première période — de la condamnation à la réhabilitation — est caractérisée par l’importance que la société argentine accorde aux problèmes découlant du courant d’immigration et de l’entrée des anarchistes telle qu’on l’a déjà décrite ci-dessus. En effet en 1914 la population de la République Argentine comprenait une proportion d’immigrés supérieure à celle des autres pays : à peu près un tiers de la population.

11Les années 1890 en Argentine, constituent l’époque libérale, caractérisée par la fièvre du progrès. Pour ces raisons, une fois la crise économique déclenchée, il était nécessaire de montrer à l’Europe l’habileté à la conjurer et la capacité de se gouverner. C’est alors que le Baron Hirsch offre la sécurité d’un foyer en Argentine à ses camarades obligés d’y chercher refuge. En 1890 a lieu la fondation de la synagogue Baron Hirsch dans la colonie Moisesville à Entre Rios. En 1895 le premier acte de gouvernement du Président est le projet d’une ample amnistie afin de mettre fin aux procédures entamées en raison des faits de 1893 (actes de sédition armée et violence pour renverser les autorités). En 1898, les socialistes qui se sont présentés aux élections pour la deuxième fois dénoncent un acte électoral frauduleux et demandent son annulation. C’est l’époque du fort impact de l’immigration : les Espagnols au béret bleu, les Juifs qui cherchent leurs frères de croyance, les Italiens et leurs centaines de parents. Ils ont tous préféré s’entasser à Buenos Aires et chercher une occupation conforme à leur origine.

12Dans cette première période les mouvements nationalistes ont une source différente de celle des mouvements allemands qui mettaient l’accent sur l’antisémitisme. En raison de la xénophobie existante et des problèmes économiques, des lois de résidence ont été édictées en République Argentine. En 1890, Miguel Cané, sénateur et écrivain argentin très connu, présente le premier projet de loi « contre les étrangers indésiderables » destiné aux immigrants anarchistes. Les journaux comme La Prensa et La Nación ont appuyé ces idées xénophobes sans que pour autant se manifeste une contradiction avec leurs idées libérales, car il s’agissait d’un conflit interne.

13L’Affaire Dreyfus était un conflit concernant un pays étranger, dont les principes libéraux républicains étaient en cause. Quelle aurait été la répercusion de l’Affaire si celle-ci avait impliqué un conflit interne ? Apparemment il n’y avait pas, à cette période, d’intellectuels pouvant participer à un tel débat. La presse se limitait à reproduire des articles pour ou contre Dreyfus. En 1895-1897 et 1898 La Prensa recueille des nouvelles sur le suicide de Henry qui divisèrent l’opinion des journaux français, sans prendre parti, ou bien informe des manifestations et des meetings qui avaient lieu à Buenos Aires, à propos de l’Affaire. Par exemple lors du meeting qui réunit de deux mille à trois mille personnes le 17 juillet 1899 pour protester contre le verdict de Rennes.

14Autres exemples concernant la publication des notes dans La Prensa, exposées à continuer. La première nouvelle concernant l’Affaire fut publiée le 2 novembre 1894. On peut lire le 4 février 1898, (p.3 Col.7) et (p.4 Col.1), peu de trois ans après la dégradation de Dreyfus : « notre attention est attirée par le fait que sur présentation d’un simple bordereau, Dreyfus a été inculpé et qu’il n’y a pas d’autres preuves ; d’autres grands chefs de l’armée et ministres du cabinet sont aussi impliqués, ce qui a donné matière à d’amples commentaires dans le public ». Le 9 mars 1898, (p.3 Col.6), La Prensa fait référence à l’aspect physique de Monsieur Zola et à son attitude chevaleresque. Le journal semble douter qu’on lui fasse justice et remarque l’appui reçu de l’Italie. La note mentionne également un hommage réalisé par les écrivains et artistes plus importants. Les adhésions reçues par Emile Zola sont signalées à l’article publié le 21 février 1898. Entre ces adhésions La Prensa mentionne celle du Comité libéral de Buenos Aires. Le 18 janvier 1898, une lettre d’Henri Houssaye, correspondant spécial de ce journal à Paris est publiée à Buenos Aires. L’auteur insiste sur la culpabilité de Dreyfus. Ce même jour, sous le titre « Dreyfus-Vaux-Calas », La Prensa compare le procès Dreyfus avec les cas de Pedro Vaux, condamné par erreur judiciaire, et de Jean Calas, accusé injustement de la mort de son fils. Le 16 décembre 1897 Henri Houssaye écrit qu’il faudrait démontrer clairement la culpabilité de Dreyfus. Le 28 décembre 1897 François Coppée insiste sur l’idée que si Dreyfus avait été condamné, c’était dû à la présentation de preuves suffisantes. Au moment de publier trois dessins de l’Ile du Diable, le journal affirme que l’intérêt du monde y est dirigé puisque Dreyfus y est confiné.

15Le 22 novembre 1897 sous le titre Autographes curieux, une note est publiée informant que l’Ambassadeur d’Allemagne refuse tout rapport de son gouvernement avec Dreyfus. Egalement un journaliste qui signe avec le pseudonyme Viudex, au mois de juin, reproduit dans la revue américaine Forum, le fac-similé du document utilisé pour l’accusation et une lettre authentique.

16Il y a aussi d’autres revues intéressantes qui se sont occupées de l’Affaire Dreyfus : Caras y Caretas, P.B.T., Búcaro Americano, Miniaturas et Arlequin. Caras y Caretas était un hebdomadaire humoristique, littéraire, artistique et d’actualités publié à Buenos Aires de 1898 à 1939- Pendant les années 1899 et 1906 il a fait connaître les principaux personnages de l’Affaire, moyennant la publication de photographies et caricatures : Dreyfus à l’Ile du Diable, son retour à Rennes, le procès, sa réincorporation à l’armée avec la réhabilitation et autres renseignements pertinents. P.B.T. publia des nouvelles dans une section nommée « Histoires de la semaine » avec des photographies. Miniaturas, une curiosité de l’époque, publia en 1899 une série de portraits de personnages liés à l’Affaire. Les portraits de Madame Dreyfus et de Zola sont accompagnés d’un bref commentaire revendiquant l’innocence de Dreyfus et le courage de M. Zola et de Mme Dreyfus. Sous les autres portraits, il n’y a que le nom, aucun commentaire. On peut supposer que le public devait connaître leur participation dans l’Affaire (Me Labori, Colonel Picquart, M. Deroulède, Me Démangé, Général Zurlinder, Général Mercier, M. De Pellieux, M. de Cavaignac, M. Reinach, M. Brisson, M. Clemenceau, M. Lemaître, M. Drumont, M. Nordau, M. Méline, M. Faure, Général Billot, M. de Boisdeffre, M. Esterhazy).

17Búcaro Americano (1896-1909), éditée par des femmes, publia des poèmes et des dialogues revendiquant aussi la figure de Dreyfus. Arlequin publia en 1899 un article intitulé « La leçon de Dreyfus ». Quant à La Vanguardia, journal socialiste, il prend parti pour la cause de Dreyfus. En juillet 1906, il affirme :

On peut presque dire sans exagérer que l’histoire politique française des dernières années a tourné autour de l’Affaire Dreyfus. Les partis réactionnaires, monarchiques, nationalistes, cléricaux, dans un suprême effort contre les nouveaux courants sociaux, ont fait de cette affaire un instrument de combat pour renverser la République. Leur dessein était celui d’éveiller la jalousie de l’armée contre la République et en même temps exciter les sentiments patriotiques du peuple contre les juifs, en se présentant eux mêmes comme les sauveurs de la Nation.
Le Conseil de Guerre qui a enfoui Dreyfus dans l’Ile du Diable a pu se tromper et croire à la culpabilité du condamné. Dans toute la France et au dehors un cri d’indignation s’est levé contre cette injustice. Il y a eu à ce moment suprême, dans cette heure de lâcheté morale, un homme qui a osé parler : Zola. Dreyfus a obtenu justice ». Le 14 juillet, La Vanguardia intitule Le dernier cri du nationalisme impuissant. On voit donc, que ce journal présente au public une interprétation de l’Affaire en même temps qu’il fournit de l’information.

Deuxième période (depuis 1935). Argentine : Discours libéral et nationaliste

18La deuxième période de la presse argentine est marquée par la résonance des idées nationalistes françaises. On trouve maintenant deux discours confrontés : le discours nationaliste et le discours libéral. A partir de 1935 le développement de l’industrie de la culture détermine une plus grande diffusion de l’information dans les media. C’est ainsi que l’Affaire Dreyfus touche, dans cette période, un public plus vaste à travers de nouveaux moyens de communication comme la radio.

19Il est très intéressant de suivre la ligne discursive reliant les idées du nationalisme — en tant que naissance d’un être national — et les idées du nazisme. La position neutre de La Prensa et de La Nación, au début du siècle, deviendra à partir de 1935 une très claire position libérale qui prend parti pour Dreyfus. La période nationaliste de 1906 à 1935 est caractérisée par un mouvement d’architectes, peintres, romanciers, poètes, essayistes, qui se lancent dans une redécouverte du passé colonial en laissant de côté le cosmopolitisme européen. L’architecture coloniale est à la mode, on écrit des ouvrages à racines hispaniques, car elles constituent l’origine de la condition argentine. Des intellectuels de droite militent au Parti Radical, le parti de la bourgeoisie des professions libérales. Le gouvernement réprime le soulèvement ouvrier de 1919 connu, à l’époque, comme « la semaine tragique ».

20La communauté juive s’est développée comme l’ont fait d’autres communautés présentes dans la société. Des bourgeois et des industriels ont subi, cependant, des pogroms lorsque la majeure partie de la population constituait une petite bourgeoisie et l’idée d’un « complot juif » devenait de plus en plus répandue.

21Le moment de la mort du Capitaine Dreyfus en 1935 détermine une autre séquence de nouvelles sur l’Affaire Le nationalisme de cette époque incarne une idée de « Nation » plus mystique, influencée par des principes issus de la droite française, du fascisme de Benito Mussolini, et de la phalange espagnole de José Antonio Primo de Rivera et de Ramiro de Maeztu. Une question s’impose : si l’Affaire avait eu lieu en 1935, la presse argentine, aurait-elle condamné l’issue du procès ? L’Affaire, aurait-elle divisé les opinions telles qu’elle l’a fait en France ?

22En 1935, le nationalisme inclut des manifestations anti-juives : le juif était vu comme un révolutionnaire social, et xénophobe, car il était un étranger. Même si l’intellectuel argentin nationaliste et catholique n’avait pas, dans l’ensemble, développé une philosophie nazie, il y eut des journaux qui ont publié des articles de cette nature. Comme il n’y avait pas d’unité dans les idées, des polémiques parmi les groupes nationalistes se sont produites. On ne peut pas parler d’une idéologie nazie, mais on peut trouver ses traces et influences dans le pouvoir militaire et dans la fraternité militaire surgie à partir de 1920 et significativement développée de 1930 à 1940. En général, les mouvements nationalistes se sont manifestés en réaction contre le libéralisme anti-clérical. Quelques publications harcelaient les juifs en les identifiant avec des forces étrangères.

23La culture française ayant une forte influence sur les intellectuels argentins, il en découle naturellement que la droite française a exercé une emprise et que ces intellectuels se sont considérés héritiers de Charles Maurras, personnage contradictoire qui séduit avec son idéologie de patriote fascinant, ancré dans le passé et la tradition. Maurras et Barrés ont établi l’idée d’un juif n’étant coupable qu’en sa condition d’idéogramme. En Argentine, les juifs ont été détestés dans le style de Barrès et non pas de celui de Drumont.

24On hait les juifs en tant qu’étrangers. On les considère des êtres cosmopolites, différentes, sans racines. Ils ne sont pas traités comme appartenant à la Nation, ils sont donc coupables de tous ses maux.

25Aquí está ! est un clair exemple du comportement de la presse argentine de la deuxième période. Cette revue publie entre les années 1938 et 1940, deux fois par semaine en 59 feuilletons de trois pages illustrées, un roman-feuilleton sous le titre : Le procès Dreyfus, une poignée de révélations au service de la vérité historique signé par Paul Richard. Cette publication représente donc le passage de la reproduction de l’information à la narration. Richard a voulu raconter l’Affaire en tant que témoin. Le temps passé lui permet cette transformation en récit fictif. Il a, de même, recours à l’image pour soutenir sa narration : des portraits, des caricatures, des photos. Le 21 juillet 1938, dans son numéro 227, année III, le feuilleton relance le suspense au moyen d’une phrase : « Un document a été volé de l’Ambassade d’Allemagne ». Dans son numéro 278, année IV du 16 janvier 1939, le titre est : « Emile Zola, est-il mort assassiné ? » et finit par annoncer pour son numéro suivant : « Je demande la révision de mon procès parce que j’ai besoin de tout mon honneur ».

26Le journal illustré Ahora du 13 février 1936 nous informe d’une émission de radio concernant l’affaire Dreyfus. A Radio del Pueblo une troupe théâtrale de huit acteurs interprète l’affaire dans le cadre des Procès célèbres. La Vanguardia a signalé en 1935 que « le procès Dreyfus a laissé une leçon féconde, celle de la valeur morale des hommes de pensée, et des masses qui les accompagnent dans le soulèvement contre l’injustice au nom de la vérité ».

27Une autre publication, très polémique, considérée comme relevant de la presse à sensation, est le journal Crítica qui offre au public, entre le 13 et le 14 juillet 1935 plusieurs articles. Sous le titre « Bobard fasciste : Dreyfus accusé de trahison », il expose : « (Dreyfus) a été la victime propitiatoire de la victoire de la démocratie universelle » et « Le capitaine Dreyfus a été un symbole et doit servir comme cela pour le temps à venir dans la dure lutte pour la vérité et la justice ». Fondé par Natalio Botana en 1913, il portait une devise socratique : « Dieu m’a mis sur votre ville comme un taon sur un noble cheval pour le piquer et maintenir éveillé ».

28On voudrait présenter maintenant, l’attitude de quelques intellectuels » de l’époque : Leopoldo Lugones, Paul Groussac, Roberto F. Giusti, Rubén Dario et Alberto Gerchunoff. On fera aussi allusion à Adolfo Bioy Casares, qui a créé une fiction d’après le cas Dreyfus.

29Leopoldo Lugones (1874-1938) est une figure fondamentale des lettres argentines. Jorge L. Borges considérait que « tous les poètes argentins sont des hypostases de Lugones ». Ami des écrivains Alberto Gerchunoff et León Kibrik, tous deux juifs, Lugones peut être défini comme l’écrivain de l’Etat. Pendant toute sa vie d’intellectuel, il a parcouru les chemins du socialisme, anarchisme, libéralisme aristocratique et, dans ses dernières années, il a eu son étape nationaliste. Il s’est toujours manifesté en faveur des juifs, dans ses Odas Seculares il a fait leur éloge. Après sa mort tragique, le journal Mundo Israelita réfléchit : « Nous avons eu en lui le plus éminent et le plus compréhensif des amis argentins ».

30En 1918, Lugones a soutenu que l’antisémitisme en Argentine était un « faux problème ». En 1902, à propos des obsèques d’Emile Zola, il déclare :

La meilleure façon de l’honorer... c’est de l’imiter dans sa sincérité [...] Cet hommage purement et, on peut dire, significativement civique, est une protestation vive contre la force brute du militarisme et la force aveugle de la foi. [...] Le champion intellectuel des petits et des misérables, complété déjà son butin de gloire, à peine rentré de la bataille et pas encore satisfait, a entrepris le sauvetage d’une victime... Ah, quel enfer, celui de l’israélite malheureux, sorte de carrefour où se sont fixés rendez- vous, les bandits du sabre et les malfaiteurs de l’esprit ! Zola n’eut pas peur d’eux et, donnant un coup d’épaule, fit face à une telle mine. Travail énorme parce que l’honneur de la France y était mêlé. Nous avons vu, alors, un complot de deux choses qui ne sont pas françaises, l’injustice et la peur. Entre la perte de l’honneur et la tranquillité de l’armée, on préférait cette dernière. Dreyfus pouvait être, si on veut, le chien d’Israël écrasé par infamie congénitale, mais il était ennobli par le martyre.

31En 1936, en pleine époque nationaliste, il fait pourtant la préface d’une édition en espagnol de Le mensonge le plus grand du monde. Les Dossiers des savants de Sion de Benjamin Wolf Siegel. A la fin de cette préface, il dit : « Mais ça suffit, et Dieu me le permettra, le Dieu des chrétiens, sur ma foi, d’aider à dissiper des intentions si cirminelles. En son nom saint, bien sûr, l’Église condamne la persécution d’Israël et, à la différence des catholiques antisémites, il me suffit humblement d’être aussi papiste que le Pape ».

32Paul Groussac, intellectuel français résidant en Argentine et remarquable Directeur de la Bibliothèque Nationale, s’opposait en 1917, dans le journal de la communauté française, Le Courier de La Plata à ce qu’il appelait « sionisme nationaliste, en conflit avec l’inconciliable nationalisme argentin ». Anti-dreyfusard, il mena une campagne contre Dreyfus, considérant que le sionisme nationaliste des juifs était une déloyauté.

33En France, dans son livre El viaje intelectual (1904), il écrit Cosas de Francia et signale l’« éternelle et malheureuse affaire Dreyfus », traitant les articles parus dans les journaux de

notes stridentes ou assourdies d’une criaillerie insensée [...] autant le journal de Drumont que celui de Clemenceau méritent la même confiance et ils sont dignes de la même estime : on peut dire qu’ils sont écrits avec la même encre, puisqu’il n’y a rien d’aussi semblable au pôle arctique que le pôle antarctique, dans l’un et dans l’autre, régnent la même désolation glaciale, la même stérilité, le même manque de conviction sincère ; la même exagération artificielle de l’énergumène froid, est révélée dans le groupe qui a pris à forfait la défense de Dreyfus et dans celui qui s’acharne dans l’antisémitisme depuis des années.

34Paul Groussac attribue cette attitude des journaux traditionnellement nobles, à la demande frivole du public. Par rapport à l’affaire Dreyfus, il se considère incapable de donner une opinion personnelle puisque, débordé par la lecture de tant d’articles, il arrive à la conclusion que personne ne sait la vérité et considère Zola aussi sincère que Cavaignac. Il veillera à ne pas prononcer le mot imprudent qui pourrait entraîner une croyance individuelle. Dans l’ignorance, son seul désir est de trouver la vérité. Pendant ce temps, la seule attitude philosophique est le silence.

35Il dit aussi : « Dès le moment où la naissance du soupçon d’une possible erreur a pris consistance et qu’il pouvait entraîner le sacrifice d’un innocent, notre âme collective n’a pas eu de repos. ». A la fin de cette note, Groussac affirme : « Mais la France a d’autres antécédents dans l’histoire et d’autres devoirs face à la civilisation. Sa noblesse oblige d’autres peuples à se soigner secrètement, couvrant de galons la plaie honteuse qui ne manque à aucun. Nous aurions choisi le parti du silence et du secret..., si nous n’avions pas été des Français ».

36Roberto F. Giusti, intellectuel indépendant, dans son travail Crítica y Polémica, 2a.Serie, publié en 1920 perçoit l’importance de l’affaire en tant que révélateur d’énergies endormies, de volontés indomptables. Admirateur d’Anatole France, il considérait les dreyfusards comme des combatants héroïques qui luttaient contre la crédulité des foules, contre l’égoïsme et la lâcheté du gouvernement. Il dit : « Le sceptique a vu que l’affaire Dreyfus ouvrait le chemin du renouvellement moral du peuple ».

37Rubén Darío (1867-1916), poète nicaraguayen, qui a vécu à Buenos Aires pendant des années, chef du modernisme, a, en 1906, exalté la figure de Zola, comme un exemple de valeur morale et pour son comportement désintéressé au moment d’assumer la défense de Dreyfus. Dans Opiniones (Obras complétas, vol. 10), il écrit :

J’ai été informé, il faut bien vérifier, que (Dreyfus) a donné, pour le monument à élever à Zola, trois cent francs [...]. Trois cent francs ! Si ceci est la vérité, ce riche israélite, j’ose le dire, a été coupable du crime qui l’a amené à l’île du Diable. Mais il ne s’agit pas d’une personnalité simple, puisqu’il a été le prétexte d’une bataille judiciaire.

38En 1910, à l’occasion du Centenaire de la Révolution de Mai en Argentine, dans son Canto a la Argentina, le poète dit :

Chantez juifs des pampas / Jeunes hommes de rude allure / Chantez vieilles Saras et jeunes Benjamins : Avec la voix de votre cœur / Nous avons trouvé Sion.

39La communauté juive a célébré Rubén Darío.

40L’écrivain argentin contemporain Adolfo Bioy Casares, publie en 1945 son roman Plan de évasión. Le scénario se déroule à l’Ile du Diable. Un des personnages s’appelle Dreyfus. Voici quelques citations : « Je ne veux rien devoir à Monsieur le Gouverneur. Je suis une plaie dans la conscience de la France [...] Il est en train de camoufler l’intérieur de la maison, mais on verra à quoi serviront ces camouflages lorsque... ». Dans le dernier chapitre, il fait référence à une lettre où un vol de documents est mentionné.

41Alberto Gerchunoff, écrivain d’origine juive, a été célébré dans les lettres argentines pour son livre Los gauchos judíos. A l’occasion de la mort de Dreyfus, le 13 juillet 1935, il écrit l’article nécrologique dans le journal La Nación. Il nous rappelle l’événement social que l’Affaire fut à son époque et ferme sa note avec la constatation suivante : « Le drame nous semble très lointain, il nous semble venir d’une époque qui n’appartient plus à la chronique. ».

42Julian Martel est l’auteur d’un roman antisémite très connu, même actuellement. Il s’agit de La Bolsa, publié en 1891, où s’expriment les accusations d’usage contre banquiers et spéculateurs juifs. Comme tant d’autres publications, brochures, livres et journaux antisémites parus jusqu’au présent, les juifs sont considérés comme la cause de toutes les crises subies par le pays. La diffusion de La Bolsa a été telle, qu’on l’a lu même dans les écoles secondaires. Autres publications anti-juives parues en Argentine : Cabildo, Pampero, Clarinada, La Fronda, etc. Par contre, il est agréable de découvrir que le cours d’« Histoire Moderne » donné en i960, à la Faculté de Philosophie et des Lettres de l’Université de Buenos Aires, à charge de M. José A. Oria, incluait l’Affaire Dreyfus dans son programme.

43Par rapport aux discours politiques, la duplicité de quelques hommes du gouvernement a été proverbiale. D’une part, il y a la déclaration officielle qui rejette l’antisémitisme ; d’autre part, la permanence des idées anti-juives, même dans le cas des gouvernements populaires. Un exemple : La correspondance entre le Président argentin à l’époque, Carlos Pellegrini avec son Ambassadeur à Paris, Miguel Cané montre le silence officiel face à l’Affaire. Si on en parle, c’est avec un langage confus. Le silence, les paradoxes, les contradictions, le manque d’opinion, les références confuses, obliques, ont rendu difficile ma lecture des ouvrages des intellectuels argentins. Peut-être n’existe-t-il pas de vrai compromis au-delà d’un moment d’émotion. Il n’y a pas d’engagement intime.

44L’ambiguïté de la conscience ne permet pas de réagir ni de comprendre les efforts nécessaires au développement d’une nation. D’autre part, il semble important de mettre en valeur le fait que les nouvelles parvenaient en Argentine sous la forme de fragments. L’information était réproduite presque sans aucune élaboration. Plus lointain était l’endroit où se produisaient les faits, plus difficile devenait la possibilité d’agir. Ainsi la tension était-elle minime.

45Ce manque de polémiques autour de l’Affaire Dreyfus semble avoir déterminé un certain silence des intellectuels argentins. Il n’y a pas eu d’affrontements, pas de disputes, pas d’écrivains récusés. Les intellectuels ne se sont pas intéressés à l’innocence ou la culpabilité de Dreyfus. On a l’impression, après la lecture des articles des journaux et des revues, que le pays n’avait pas besoin de prendre parti, qu’il se posait en spectateur des débats ayant lieu dans une autre nation. Bien que la France fût toujours un modèle politique à suivre, les intellectuels n’en tirèrent pas un apprentissage. Leurs commentaires consistaient en l’analyse du fonctionnement du système judiciaire et du rôle d’Emile Zola. Le processus de séparation entre la fonction politique et la fonction d’écrivain commence à être évident à cette époque-là. Cependant, ce fait ne semble pas avoir constitué un terrain apte aux affrontements des intellectuels et à l’engagement pour une cause telle que l’Affaire Dreyfus.

ANNEXES. Un exemple de la première période (1894-1906)

Un meeting à Buenos Aires en 1899

La répercussion du meeting dans la presse

« La condamnation de Dreyfus » La Nación, 13-9-1899, p.4, col.6-7)

Le projet de meeting

46On nous envoie pour sa publication l’invitation suivante : la commission soussignée invite ceux qui penchent pour l’idée de réaliser un meeting afin de protester contre le verdict de Rennes et de réclamer a qui de droit la liberté de réunion accordée par la Constitution, à envoyer leurs adhésions au Centre des Etudiants en droit, Viamonte 541, ou a la rédaction de ce journal...

« La condamnation de Dreyfus » (La Nación, 17 -9-1899, p.4, col.7)

Le meeting d’aujourd’hui

47Hier soir ont été fixés les préparatifs du meeting qui aura lieu aujord’hui à 2 h de l’après-midi au Vélodrome de la Place Libertad. Nombreuses sont les associations qui ont manifesté leur adhésion au mouvement. Les orateurs sont les docteurs [...] Une délégation d’étudiants de La Plata viendra aussi [...] Le parti socialiste ouvrier s’est adressé à ses adhérents afin qu’ils participent du meeting.

« La condamnation de Dreyfus » (La Nación, 18-9-1899, p.4, col.6)

Les participants et les discours

48Avec la présence de deux ou trois mille personnes, a eu lieu hier après-midi au Vélodrome national, cédé et arrangé gratuitement par x et x, le meeting organisé dans le but de protester contre la condamnation du capitaine Dreyfus. !...] Dans des phrases bien senties [Mr.Pedro Bourel] a essayé de démontrer que le meeting n’avait pas pour but d’offenser la France ni son gouvernement ; que ses objectifs sont plus élevés ; « le peuple de Buenos Aires, a-t-il dit, rejoint, à travers cette assemblée, les manifestations du monde entier en faveur du capitaine Dreyfus ».

49Il a ajouté que la forme du procès et de la condamnation conspirent contre la grande patrie française de Thiers, de Gambetta. Il a critiqué de façon énergique l’interdiction du meeting et, au moyen d’une bonne argumentation, il a essayé de démontrer que les citoyens ont le droit d’exprimer des vœux tels que ceux qui se formulent dans ce meeting, de façon légale et avec la correction avec laquelle tous les peuples ont le droit de condamner les atentats à la justice et à l’humanité.

50Belisario Roldan (h) a lu un discours dans lequel il critiquait le développement du procès et son résultat final ; en même temps, il revendiqua l’œuvre de la « femme du martyr, face à la grandeur de qui je dépose le plus sain, le plus précieux des battements du cœur d’un homme... » Puis, il a analysé et censuré la résolution de la police interdisant le meeting sue la voie publique et il a fini par proposer que l’assemblée autorise la commission à porter devant les pouvoirs publics la question des droits sur la liberté de réunion qui sont restreints de nos jours Le beau discours du jeune Roldan a été très applaudi par les présents.

51Les applaudissements et l’exaltation de la République Argentine, de Dreyfus et des membres de la commission qui organisa le meeting, ont continué pendant un moment, et, peu après, les présents ont abandonné les lieux dans le plus grand calme.

52A l’entrée du Vélodrome on a recueilli un bon nombre de signatures qui seront envoyées dans un album.

« La condamnation de Dreyfus » (La Nación, 18-9-1899, col.6)

53Córdoba, le 17 septembre. Le journal catholique a publié la liste de personnes qui ont porté plainte a cause du meeting pro-Dreyfus, mais la manifestation annoncée contre celui-ci, a été annulée.

54Lors de la grande assemblée populaire d’hier, on a résolu par acclamation de vous féliciter d’avoir donné à la police fédérale un exemple du respect que les gens doivent au droit de réunion du peuple, ce que je vous communique avec beaucoup de satisfaction.

« Paraná - Télégrame à Mme Dreyfus » (La Nación, 22-9-1899, p.4, col.4)

55Le jeudi 21 - Des respectables dames et demoiselles de cette localité ont envoyé le télégramme suivant à Mme Dreyfus : « Toute notre sympathie envers votre dévouement et envers votre douleur suprême ».

« Uruguay, 11 - Manifeste à Mme Dreyfus » (La Nación, 12-9-1899, p.4, col3)

56Un groupe de dames et demoiselles vient d’adresser à la très dévouée épouse du capitaine Dreyfus une lettre sincère dans laquelle son héroïque campagne en faveur de son mari a été saluée.

57L’initiative fut prise par un groupe de dames françaises et, bien qu’on ne soit pas sorti d’un cercle étroit de relations, en trois jours cent dix signatures de nos compatriotes ont été réunies.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16519/img-1.png
Fichier image/png, 526k

Auteur

Buenos-Aires

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540