Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'affaire Dreyfus et l'opinion publique

 | 
Michel Denis
, 
Michel Lagrée
, 
Jean-Yves Veillard

Deuxième partie. Catholicisme et aire latine

L’affaire Dreyfus vue du Mexique1

Haïm Avni

Texte intégral

Avant-propos : contexte et questions

  • 1 La recherche au Mexique et la traduction de ce travail de l'hébreu ( par le docteur Alain Michel) (...)

1Le 5 février 1867, le corps expéditionnaire français réembarqua du port de Veracruz au Mexique à destination de la France. Ce même jour s’achevait l’aventure politique de Napoléon III, entamée trois années auparavant, lorsque Ferdinand Joseph Maximilien de Habsbourg avait été couronné empereur du Mexique sous la protection de l’armée française. Dans l’histoire encore brève du Mexique indépendant, cet épisode d’occupation et de domination étrangère provoqua une nouvelle cicatrice qui s’ajouta à celle laissée par un événement précédent, lorsque, en 1847, l’armée des Etats-Unis avait conquis Veracruz et Mexico-City et y était restée plus d’une année.

  • 2 Lucia de Robina, Réconciliación de México y Francia 1870-1880. Publicaciones de la Secretariá de R (...)
  • 3 Leopoldo Zea, El Positivismo en Mexico, Nacimiento, Apogeo y Decadencia, Fondo de Cultura Economic (...)

2Les relations diplomatiques entre le Mexique et la France reprirent leur cours normal uniquement après de longues négociations et des contacts qui durèrent près de dix ans2. Mais avant même le rétablissement de ces relations, les liens culturels avec la France s’étaient déjà approfondis et renforcés, de par son influence très importante sur l’idéologie politique qui régnait au Mexique. Le libéralisme du milieu du XIXe siècle d’une pan, et d’autre part le positivisme qui se renforça et se développa jusqu’à devenir, en partie, doctrine officielle du régime républicain vainqueur, se nourrirent tout deux, et largement, de sources françaises, et leurs promoteurs en furent conscients3. Cet arrière-plan divisé et contradictoire, composé à la fois de souvenirs historiques et de relations culturelles, soulève la première question que nous voudrions traiter dans ce travail : quel genre d’attitudes envers la France se dégage-t-il des réactions de la presse mexicaine à l’affaire Dreyfus ?

  • 4 Ibid, pp. 103-131 ; Daniel Cosio Villegas, Historia Moderna da México, El Porfiriato - Vida Politi (...)

3Au moment où l’affaire Dreyfus se révèle aux yeux du grand public, en France comme en dehors de son territoire, fin 1897 et surtout au cours des années 1898 et 1899, le Mexique se trouve sous le pouvoir prolongé du président Porfirio Diaz. Après avoir gouverné une première fois de 1877 à 1880, il était revenu au pouvoir légalement en 1884, et refusa de quitter son poste en 1888, comme il aurait dû le faire. Sur le prétexte qu’il n’y avait pas de remplaçant possible à Porfirio Diaz, et que le besoin objectif, scientifique et national, l’obligeait à poursuivre sa tâche, il fut de nouveau « élu » en 1892, « réélu » en 1896, et il s’apprêtait à se faire réélire au début du siècle, non plus pour un mandat de quatre mais de six ans. Ainsi, Porfirio Diaz se maintint au pouvoir jusqu’à ce que la révolution de 1911 y mette fin. L’opposition était alors suffisamment importante pour permettre ceci ; alors qu’au moment de l’affaire Dreyfus, l’opposition était presque inexistante, tout du moins sur le terrain4.

  • 5 Corrine A. Krause, Los Judios en México, Una Historia con Enfásis Especial en el Periodo de 1857 a (...)

4Dans ces circonstances, on peut se poser une deuxième question : dans quelle mesure les comptes-rendus et les commentaires politiques sur les événements en France servirent de moyens d’expression, directs ou indirects, pour les luttes politiques internes au Mexique ? Et de là, une troisième question : les juifs. Les années pendant lesquelles se produisit l’affaire Dreyfus en France appartiennent à une période prolongée pendant laquelle il n’y eut pas de vie publique juive quelle qu’elle soit au Mexique. Alors qu’en 1861 l’existence dans la capitale d’une centaine de famille juives est avérée, ainsi que les efforts d’une quarantaine d’entre elles pour organiser des prières, dans les années qui suivent la victoire des républicains, et jusqu’en 1904, aucune expérience de ce type ne fut tentée. Avec ceci, on peut trouver quelques individus juifs, et justement parmi ceux venant de France, qui occupaient des places marquantes parmi les financiers et les publicistes traitant de sujets généraux, et l’on trouvait ainsi à Mexico-City des propriétaires d’entreprises et de magasins dont l’origine juive était connue de leur entourage5.

5Dans ces circonstances il semble nécessaire d’étudier comment les journaux mexicains qui transmirent des informations sur l’Affaire Dreyfus s’y intéressèrent ? Apparaît-il, dans les réactions à cette affaire, des allusions à l’intérêt des journaux envers la présence ou l’éventuelle future présence de Juifs au Mexique ?

La source : la presse

  • 6 Daniel Cosio Villegas, op. cit. Vida Política Interior, 20, pp. 535-537.
  • 7 Idem, ibid, La Vida Social, Segunda Parte, Hermes, Mexico-Buenos Aires, 1990, p. 681. Il est quest (...)

6La liberté de la presse en France à cette époque ne faisait pas l’ombre d’un doute, bien que se soient multipliées les protestations contre l’utilisation négative qui était faite de cette liberté. C’est une image bien différente qui apparaît à nos yeux, dans ce domaine de la liberté d’expression, lorsque l’on observe la presse mexicaine de cette même période. Porfirio Diaz limita de trois manières différentes la liberté d’expression pendant toute la durée de son pouvoir, y compris pendant la période de « l’Affaire » en France. Tout d’abord, il fut interdit de nuire à l’honneur des chefs de l’Etat et du pouvoir. Les plaintes contre les transgresseurs émanaient de l’Etat lui-même et les juges, dont la dépendance vis-à-vis du pouvoir était connue, suivaient fidèlement la coercition que la loi imposait. Une autre manière de réprimer les journaux était de les exposer aux actions civiles et à d’importantes condamnations qui étaient imposées par le système judiciaire. Ainsi, le 13 août 1893, pas moins de 29 journalistes travaillant dans neuf journaux se retrouvèrent derrière les barreaux6 ! En ces circonstances, les rédacteurs et employés des journaux étaient devenus des prévenus habituels des logements d’honneur des prisons et, en vérité, certains d’entre eux, au cours de leur carrière professionnelle, furent arrêtés de nombreuses fois : 8 et même 16 fois7 !

  • 8 Ibid, p. 678 ; ibidem, Vida Politica Interior 20, p. 530, 526.

7La troisième manière pour le pouvoir de s’assurer le silence et la fidélité des journaux était de les subventionner. Ce moyen n’était certes pas une invention propre du régime de Porfirio Diaz, mais, au Mexique, ce système a même été parfois argumenté, à savoir la contribution du pouvoir à la réduction de l’ignorance et à l’éducation du public à la lecture des journaux. Ainsi, l’époque de « l’Affaire » en France était loin de représenter un âge d’or dans l’histoire de la presse au Mexique. C’est ainsi qu’en 1896, les difficultés financières accompagnées de l’arrêt du soutien gouvernemental amenèrent la fermeture de deux journaux libéraux indépendants, parmi les plus anciens : El Siglo XIX et El Monitor de la Republica8.

  • 9 Ibid, ibidem.

8C’est à ce moment de dépression et de fermeture de journaux que se répandit avec force un journal qui devint un véritable phénomène de masse : El Impartial. Le premier au Mexique, son rédacteur en chef, Rafaël Reyes Spinadola, introduisit au sein de sa rédaction une machine linotype, réduisit le prix du journal à un centime — contre 5 à 6 centimes pour les concurrents — multiplia les images et traita, plus que d’autres, de sujets à scandale dans le domaine des faits divers, tout en conservant une fidélité complète au Président et à son régime. L’année d’après, en 1897, les frères Octavio et Rafaël Reyes Spinadola entreprirent de publier un quotidien du soir, El Mundo, qui parut, comme El Impartial du matin, avec plus d’une édition. Il s’agissait là, sans conteste, d’une percée dans le domaine de la presse mexicaine, et ses parutions furent couvertes dans une grande mesure par le pouvoir : celui-ci attribua aux frères Reyes Spinadola au minimum chaque année 50 000 pesos. Et ainsi, dès 1897, les deux publications atteignirent le chiffre de 50 000 exemplaires quotidiens, à un moment où les autres journaux importants — et parmi eux cinq quotidiens étrangers, américains, français et espagnols — totalisaient ensemble le chiffre de 29 300 seulement. Parmi ces publications, il ne demeurait que quatre journaux d’opposition, relative ou non, au pouvoir, et leur diffusion conjuguée n’atteignait pas plus de 5 800 exemplaires9.

  • 10 Sur l’importance de la presse comme source pour l’étude de la periode de Porfirio Diaz : ibid, pp. (...)

9La presse mexicaine était ainsi soumise au pouvoir et on ne peut parler d’influence sur le gouvernement. Cependant, étant donné qu’il n’existait pas véritablement, dans ces années là, de vie politique diversifiée, et que le Sénat et la Chambre des Députés se contentaient d’être, depuis 1888, de simples chambres d’enregistrement des actions de Porfirio Diaz et de ses ministres, la presse constituait l’unique forum où les hommes du pouvoir et leurs fidèles rencontraient des idées et des cercles d’oppositions. C’est pourquoi la presse représentait certainement un reflet imponant des positions qui étaient répandues au moins parmi l’élite intellectuelle10.

  • 11 El Liberal, 5-10-1898, p. 1.

10Les deux principaux journaux sur lesquels s’appuie cette étude sont El Impartial, dont nous venons de parler plus haut, et El Tiempo, publication catholique militante, qui ne diffusait en 1897 que 3 500 exemplaires, mais qui représentait depuis 1884 le plus engagé des opposants cléricaux au pouvoir. Par ailleurs, nous nous sommes appuyés de façon systématique mais limitée sur El Nacional, également publication catholique, mais plus modérée et libérale que El Tiempo, et qui, par conséquent, eut souvent à subir les critiques de son concurrent. En outre, nous nous sommes aidés d’El Libéral, un nouveau journal de cette période, qui affirmait, dans son premier numéro, qu’il serait fidèle à son titre11. Les opinions d’autres journaux se reflétèrent dans les colonnes de ces publications et, en cas de besoin, nous y ferons appel.

Le lien avec la France

11La première constatation relative à notre sujet réside dans la large étendue, diversifiée quant à son contenu, donnée à l’affaire Dreyfus à travers les journaux, accompagnée d’une actualisation quotidienne et d’une fréquence d’apparition toute particulière. A partir du premier procès d’Emile Zola, au début de 1898, et jusqu’à la grâce accordée à Dreyfus et sa libération de prison au lendemain de son deuxième procès, en septembre 1899, les journaux furent remplis d’articles détaillés sur les éléments des débats juridiques, sur les événements qui accompagnaient son déroulement — les crises gouvernementales, les manifestations anti ou pro-dreyfusardes, les attaques antisémites — sur les rumeurs de coup d’Etat militaire se préparant et sur les arrestations effectuées dans ce cadre. La grande place allouée à ces informations montre amplement l’intuition ressentie par les rédacteurs quant à l’intérêt porté par les lecteurs au différents détails et à leur actualisation. L’intérêt et la connaissance portés par les rédacteurs eux-mêmes, et apparemment par le groupe intellectuel auxquels ils appartenaient, ne peuvent être mis en doute

12L’information de base provenait directement des grandes agences de presse étrangères comme Agenda Regagnon, Associated Press, mais également d’autres sources, et était retransmise non seulement de Paris, mais également de Londres, de Berlin et des Etats-Unis, contenant des renseignements sur les échos de l’affaire dans ces différents pays. En raison du décalage horaire entre l’Europe et le Mexique, une grande partie des nouvelles portaient la même date que celle du numéro du journal où elles apparaissaient. La couverture de l’Affaire ne faiblit pas, même lorsque se déroulèrent des évènements historiques de première importance dans des régions géographiques plus proches du Mexique, et le plus central fut, sans nul doute, la guerre entre l’Espagne et les Etats-Unis à Cuba qui se termina par la destruction du dernier souvenir de l’Empire colonial espagnol dans le nouveau monde.

13Etant donné que les informations transmises aux différents journaux provenaient de sources proches, voire même identiques, elles furent assez souvent répercutées aux lecteurs d’une même manière. Ce n’était pas le cas pour ce qui concernait le lien entre l’information et les commentaires.

  • 12 El Tiempo, 14, 17, 27-8-1898, p. 1 ; 2-9-98, p. 1, 6-9-98 p. 2.
  • 13 Ibid, 6, 7-9-98 p. 2, 30-9-98, p. 1.

14El Tiempo mit tout son poids et sa langue sans concession au service du camp anti-dreyfusard. Emile Zola ne représentait pas pour lui autre chose qu’un « novelista pornográfiõ », l’auteur de Nana, et le journal « fêta » largement sa défaite en procès d’appel, sa fuite en Angleterre et sa destitution de l’ordre de la Légion d’Honneur. L’apparente « confession » de Zola qui, depuis qu’il avait écrit le livre Lourdes en 1894, au contenu anticlérical, avait vu sa chance tourner et sa situation se dégrader, ainsi que la critique violente contre le talent de Zola exprimée par Marcelino Menendez y Pelayo, historien et critique réputé de la littérature espagnole, réjouirent les rédacteurs d’El Tiempo12. Le tournant qui intervint le 31 août 1898, lorsque l’on apprit le suicide du lieutenant-colonel Henry, n’influença pas la position du journal, mais au fur et à mesure que la balance se mit à pencher du côté des Dreyfusards, la voix d’El Tiempo s’amoindrit, sans que ses positions se transforment. L’information fournie aux lecteurs était complète et équilibrée, avec, malgré tout, une tendance à souligner les positions des anti-dreyfusards, mais les commentaires de la rédaction furent supprimés13.

  • 14 El Imparcial, 2-9-1898, pp. 1-2 ; 6-9—98, p. 1 ; 17-9-98, p. 1 ; 15-6-1899, pp. 1-2 ; 16-6-1899, p (...)

15Les positions d’El Imparcial s’exprimèrent sous plusieurs formes : par des titres du genre « Dreyfus est innocent » ou « Le triomphe de la vérité », qui accueillirent l’annonce du tournant de l’Affaire après le suicide d’Henry ; par un contenu favorable à Dreyfus, à Zola, au colonel Picquart, tel qu’il transparaissait de nombreux articles ; par les nombreuses illustrations mises en valeur dans le journal, accompagnées de titres explicatifs, des images de Dreyfus à l’île du Diable, de son épouse, du colonel du Paty de Clam, ou encore du bateau dans lequel Dreyfus s’apprêtait à revenir en France ; tout ceci était étroitement accompagné d’« informations colorées » que le journal attribuait au héros de l’affaire et à ses supporters14.

  • 15 El Nacional, 17-3-1898, p. 1 ; 6-4-1898, p. 1.
  • 16 El Tiempo, 24-8-1898,, p. 1 ; 25-5-1899, p. 1.
  • 17 El Imparcial, 2-9-1898, p. 1 ; 2-6-1899, p. 1 ; El Mundo Ilustrad. 21-5-1898 l’article de Justo Si (...)

16Les autres journaux exprimèrent également leur opinion, que ce soit du côté des opposants à Dreyfus, comme El Pais, El Correo Español, ou encore en se gardant de prendre position — comme El Nacional. Cependant, tous présentaient une caractéristique commune claire et saillante : leur relation étroite avec la culture française et leur sympathie marquée pour la France. El Nacional présentait de temps à autres à ses lecteurs — et de plus en première page — des informations sur la vie théâtrale en France. Ces articles comprenaient des critiques sur la qualité des spectacles, comme si les lecteurs s’apprêtaient à y assister15. Tous les journaux rendirent compte des préparatifs qui se faisaient à Paris en vue de l’Exposition Internationale, ainsi que des événements qui étaient censés l’accompagner, comme un Congrès des sciences religieuses16. L’Affaire Dreyfus semblait à priori être en contradiction avec les valeurs culturelles que la France représentait, mais ceci ne remit pas en cause dans la presse mexicaine l’image de la France comme centre culturel international. « Les événements qui ont pour théâtre la république européenne attractive » sont porteurs de signification « pour toute l’humanité civilisée » , affirme El Imparcial le 2 septembre 1898, en présentant une nouvelle fois le récit de l’ensemble de l’Affaire ; à son avis, le peuple français était rempli d’un sentiment profond pour la justice, et lorsque s’apaiserait la tempête provoquée par « caliente sangre latina », le sang chaud latin, et que serait constatée l’innocence de Dreyfus, « la nation en masse réclamerait sa réhabilitation ». « Grâce au privilège incontestable dont jouit la métropole française en étant le cerveau du monde, rien ne peut s’y dérouler de sensationnel qui ne soit répercuté et soulevé à travers l’univers entier », réaffirme le journal neuf mois plus tard, alors que la décision de révision du procès a déjà été prise. Et cette idée, que la mise à l’épreuve du système judiciaire français intéresse « l’ensemble du monde civilisé », revient également dans les propos de Justo Sierra, éducateur et homme politique17.

  • 18 El Tiempo, 8-9-98, p. 2 ; 15-9-99, p. 2 ; 30-8-99, p. 2.

17Dans le camp de la presse catholique également la France garda la première place. La Voz de Mejico, le plus ancien journal catholique, voyait certes dans la France « le vertigineux dispensateur de la gloire » qui avait toujours honoré les têtes de couronnes de laurier, pour le lendemain les décapiter et les jeter au panier de la guillotine. Mais El Tiempo avait contesté l’opinion de son confrère : la vraie France n’était pas celle qui avait tranché la tête de Louis XVI ; son agitation était passagère, et sa signification culturelle véritable était permanente. Un an plus tard, après le deuxième condamnation de Dreyfus, cette presse mexicaine défendit la réputation de la France face aux critiques qui fusaient. Contre celles de la presse anglaise, qui était citée au Mexique, El Pais, suivi de El Correo Español, affirma que le tribunal militaire qui avait à nouveau condamné Dreyfus était d’une valeur morale bien supérieure aux actions de la Grande-Bretagne dans ses colonies ; et contre les émeutes qui accompagnèrent le deuxième procès et qui amenèrent El Popular à proclamer que la France revenait à l’âge de pierre, La Voz del Mejico répondit que l’unique raison de réchauffement des esprits « dans un pays civilisé et catholique comme l’est la France » tenait au libéralisme extrême, anachronique, qu’était le Jacobinisme. La véritable essence culturelle de la France, qui la rendait digne d’admiration et d’appréciation, était cependant éternelle18.

  • 19 Ibid, 20-8-99, p. 2

18El Tiempo et El Imparcial, malgré les désaccords qui les séparaient, émettaient la même opinion en ce qui concerne le lien à la France. C’est ainsi que le premier cita les propos enthousiastes concernant la France qui avaient été imprimés dans un article du second, à la date du 20 août 1899, sans émettre ni réserve ni critique. Et ainsi était-il écrit dans un contexte faisant clairement allusion à la guerre contre les troupes françaises au Mexique : « L’amour pour la France, celle qui nous attire tant, qui est secouée aujourd’hui par de très grandes convulsions, a perduré au-delà de la guerre, de laquelle il ne reste plus d’autres vestiges que le monument qui conserve les restes des adversaires d’une autre époque, dont les cendres, fraternellement entremêlées, s’offrent à l’histoire comme un signe d’estimation et de respect bien au-delà de la tombe elle-même »19.

  • 20 Rapport de Gustavo Baz, Chargé d’Affaires du Mexique, 31-5-1899, qui a été publié dans : Buletin d (...)
  • 21 El Imparcial, 1-9-98, p. 1 : « Dreyfus Inocente » ; El Correo Español, 15-9-1899, citée par El Tie (...)

19Cette pleine réconciliation avec l’ennemi du temps de l’Empire de Maximilien ne se fit pas en raison d’intérêts économiques ou politiques concrets. Le 31 mai 1899, José Ives Limantour, ministre de l’économie et, sans conteste, bras droit de Porfirio Diaz, était reçu par le Président de la République Française, Emile Loubet. Il s’agissait là du sommet d’un voyage officiel dont le but était de resserrer les liens entre les deux pays. Limantour était l’architecte de la stabilité monétaire dont jouissait le gourvernement de Porfirio Diaz, et le but précis du voyage consistait à solliciter un emprunt gouvernemental auprès de la France, sur la base de cet équilibre. Il fut accueilli chaleureusement, et sa mission fut couronnée de succès mais le montant des investissements français sur le marché mexicain, qui était réduit avant ce voyage, ne connut pas de croissance spectaculaire après20. Les liens positifs avec la France étaient fondés cependant avant tout sur une base culturelle, et peut-être également sur le mythe du « sang latin chaud » commun aux « races » française et hispano-latino-américaine21. Avec cela, il se peut qu’ils aient été aussi influencés indirectement par un autre type de liens, clairement définis, et qui transparaissaient également des journaux : les liens de rejet, voir même d’hostilité qu’entretenait la presse mexicaine vis-à-vis de l’autre puissance qui l’avait autrefois occupé, à savoir les Etats-Unis.

  • 22 Deux exemples seulement : El Tiempo, 30-8-1898, p. 1 : « El Protestantismo en Saltillo » ; 12-8- 1 (...)

20La presse catholique montre une haine véritablement profonde vis-à-vis du voisin de la frontière nord, qui prend non seulement des aspects nationaux-historiques et religieux, mais également des aspects économiques tout à fait contemporains. El Tiempo est sans conteste celui qui distille le plus systématiquement, en chaque occasion et pour chaque sujet d’actualité, ce rejet des « yankees », cette volonté de freiner le processus d’américanisation — den « ayancamiento » dans son language — qui touche les Mexicains et les Latino- américains en général. Le journal incite les catholiques à combattre le protestantisme qui tente de planter ses racines dans les villes du Mexique, car le protestantisme n’est pas le christianisme véritable et que ses actions au Mexique n’ont d’autres buts que de donner des moyens aux projets des Etats-Unis d’annexer encore d’autres terres mexicaines. La Voz del Mejico déteste également les Etats-Unis et l’hostilité envers le voisin du nord — sans en contenir les éléments religieux. — est également le lot commun des journaux libéraux, comme nous le constatons à travers la première page du premier numéro d’El Libéral, qui réclame l’arrêt de l’immigration et de la pénétration économique des Etats-Unis, malgré le développement du Mexique qu’ils entraînent22.

21La conquête-libération de Cuba par l’armée américaine à la même époque alimente le contexte des craintes envers l’extension des Etats-Unis. Mais la permanence de ce motif tout au long de la période, ainsi que l’importance des arguments dont on abuse, prouve qu’il ne s’agissait pas d’un intérêt limité dans le temps, et qu’il transcendait les frontières politiques et idéologiques. La France civilisée, latine, lointaine, n’apparaissait pas seulement plus proche mais également comme une sorte d’appui et de contre-poids, spirituel dans son essence, face au danger culturel, économique et politique des Etats-Unis. Mais même si les Mexicains étaient unis dans ce sentiment - chaque groupe possédait en son sein une image particulière de la France, qui reflétait les différences politiques et idéologiques qui les séparaient.

La France et « l’Affaire » dans la politique intérieure mexicaine

  • 23 El Imparcial, 2-9-1898, p.1 ; El Mundo, 6-6-1899, El Diario del Hogar, 19-8-1899 - cités dans : El (...)
  • 24 ibid, -9-1898, p. 2 ; 8-9-1898, p. 2.

22Une observation méticuleuse de la couverture accordée par la grande presse mexicaine à l’affaire Dreyfus révèle qu’il n’y a qu’une seule et unique question intérieure mexicaine qui s’abrite derrière les commentaires contradictoires des journaux : le problème de l’implication de l’Eglise catholique dans la politique. Pour El Imparcial, la force qui a provoqué toute l’affaire, qui a créé un regroupement contre le capitaine juif, c’est le « groupe clérical en France ». El Mundo, La Patria, El Diario del Hogar et les autres journaux libéraux emboîtèrent le pas à cette opinion, et attribuèrent sans cesse au « cléricalisme », à l’Eglise en général, et en particulier à l’ordre des Jésuites, non seulement le rôle principal au sein des anti-Dreyfusards, mais également la responsabilité et l’organisation de plusieurs événements, comme l’attentat à Rennes contre Maître Fernand Labori, l’avocat de Dreyfus, et celui dirigé contre le Président de la République aux courses de chevaux à Auteuil23. El Tiempo réagit de manière forte à ces accusations et les traite de « romans » et de calomnies systématiques dont le but politique est de « déchristianiser les masses ». Cependant, le journal confirme en fait, lui aussi, que la lutte en France se déroule entre l’Eglise catholique d’un côté, et les Francs-maçons, les Jacobins Juifs de l’autre. El Tiempo s’identifie bien entendu clairement aux Jésuites, et de là provient sa critique acerbe de ses deux confrères catholiques, El Nacional et El Correo Espagnol, qui balancent entre ces deux catégories24.

  • 25 Ibid 14-8-1898, p. 1 ; 21-8-1898, p.l, 15-6-1899, p. 2 : « La politica de Conciliación ».

23Le débat sur le statut de l’Eglise au Mexique est soulevé à travers l’information et les commentaires sur ce qui se déroule en France. C’est pourquoi El Tiempo n’hésita pas à formuler clairement son opinion sur un incident, en marge de l’affaire, au cours duquel un général (Jamont) fut blâmé par un ministre pour avoir participé de manière ostentatoire et en grand uniforme à une cérémonie religieuse et au sermon du Père Didon, antidreyfusard notoire, qui avait appelé à s’opposer par la force des armes aux injustices qui se dissimulaient derrière le masque de la « légalité formelle ». Le journal émit également son opinion à propos de la loi sur la liberté des monastères là-bas. Dans les deux cas, on peut voir dans ces réactions un signe de l’actualité politique mexicaine et l’expression du combat politique local de l’Eglise, car en effet, au Mexique, il n’était pas permis à l’Eglise, d’après les plaintes de El Tiempo, non seulement de gérer son propre patrimoine et de mener des actions économiques afin de soutenir son réseau scolaire, mais il était même interdit aux prêtres de se promener dans les rues des villes revêtus de leurs vêtements ecclésiastiques. L’Eglise du Mexique se trouvait aux prises, à ses dires, avec un combat culturel — un Kulturkampf— qui était dirigé contre elle, et la prise de position sur les sujets de ce domaine touchant à la France était destinée, apparemment, à renforcer les arguments de l’Eglise du Mexique elle-même25.

24Malgré cela, avec toute la large couverture de l’affaire Dreyfus effectuée par la presse mexicaine, nous n’avons pas trouvé de tentative systématique d’utiliser l’information en provenance de France comme un moyen d’exprimer indirectement ou de faire allusion allégoriquement à une opinion concernant des sujets d’actualité politique mexicaine. La crainte du pouvoir autoritaire était certes forte, et la presse n’abonde pas en débats politiques directs, mais il semble cependant que la liberté d’expression était encore suffisante pour qu’elle n’ait pas besoin de recourir aux symboles et à l’allégorie politique que l’Affaire Dreyfus mettait à sa disposition.

L’affaire Dreyfus et les Juifs du Mexique

  • 26 El Imparcial, 2-9-1898, p. 1 ; 12-9-1898, p. 1 ; 4-10-1898, p.2 ; 26-9-1898, p. 1, 1-6-1899, p. 2  (...)

25Le motif des événements de France revient de façon soutenue à travers les réactions de El Imparcial. « Le groupe clérical », qui était, à son avis, à l’origine de l’affaire, constituait « un terrible adversaire des Sémites, profitant de cette occasion pour présenter un homme d’origine israélite comme sali ». Constatant que parmi les huit juristes nommés par le gouvernement, après les aveux d’Henry, puis son suicide, afin de vérifier la possibilité de réviser le procès, il n’y avait aucun juif, le journal estimait que « comme la nation (française) aujourd’hui se montre fanatiquement antisémite et que Dreyfus est juif, cela nécessite du gouvernement d’agir avec beaucoup de tact ». « L’antisémitisme est ainsi devenu clairement un phénomène nocif », écrit le journal dans son compte-rendu des émeutes provoquées par les antisémites sous la direction du député et leader antisémite, Paul Déroulède, du rédacteur de La libre parole, Edouard Drumont, et du propriétaire du journal L’intransigeant, Henri-Victor Rochefort. Les lecteurs du journal mexicain ne pouvaient manquer d’être touchés à la lecture de tels propos, et de beaucoup d’autres des positions négatives exprimées par El Imparcial vis-à-vis de l’antisémitisme régnant en France26.

  • 27 El Liberal, 15-10-1898, p. 2 ; 16-10-1898, p. 1, 26-10-1898, pp. 1-2. ; 28-10-1898, p. 3.

26El Libéral, qui est apparu en somme au moment où la France était agitée par le débat — puis la décision — de casser le premier procès, cita largement les journaux libéraux de Paris, décrivit les manifestations et les cris de « Vive l’armée !» et de « Mon aux Juifs ! » qui étaient poussés par les partisans de Déroulède et de la Ligue des Patriotes, cita les articles d’Henri Rochefort, qui appelait à crever les yeux et à pendre sur la place publique ceux qui autoriseraient les avocats de Dreyfus à consulter les pièces secrètes. Cependant le journal agit ainsi sans s’intéresser explicitement à l’aspect juif de l’affaire. Même lorsqu’il décrit, de façon très colorée, l’ouverture des débats du tribunal qui décida finalement de la révision du procès, tout en fournissant à ses lecteurs des informations sur « le prisonnier de l’Ile du Diable, dont on affirme qu’il avait été condamné car on lui avait imputé la vente d’importants secrets militaires à un agent d’une puissance étrangère », le journal le fait sans faire allusion à l’origine juive de Dreyfus. Il est difficile de s’empêcher de penser que le journal avait volontairement négligé l’aspect juif de l’affaire, malgré, ou peut être à cause du fait qu’il se tenait du côté des « dreyfusards »27.

27Dans le camp catholique il n’y eut pas d’hésitation pour mettre en valeur le pan juif des évènements, mais là également apparurent des différences dans la manière de s’intéresser à cet aspect. Les lecteurs de El Nacional, ce journal accusé par El Tiempo de nager entre deux eaux, pouvaient ressentir, déjà lors du premier procès d’Emile Zola, la force des sentiments antisémites qui se répandaient en France et leur justification, apparemment, de par la puissance financière et l’influence de Juifs. Mais bien sûr il n’avait pas été dissimulé, aux yeux des lecteurs, le ton également sarcastique et à moitié réservé par lequel était présenté parfois cet antisémitisme. Dans un article général sur « Ce que signifie la condamnation d’Emile Zola », les attaques de celui-ci contre l’armée étaient reliées aux actions du « syndicat juif, dont l’auteur de Nana était le porte-parole et la victime expiatoire ». Ce qui ressortait le plus de l’affaire Zola était « la colère et la haine contre les Juifs », qui existaient depuis longtemps parmi la haute société française, bien que celle-ci, à cause de l’influence de l’or des Juifs, ne se soit pas interdit de les recevoir dans ses salons. A présent, du fait de la propagande antisémite systématique et fréquente apparaissant dans les plus grands journaux de France, les masses s’étaient éveillées de leur torpeur, « et le peuple français est profondément empli de haine à l’encontre du Judaïsme cosmopolite qui est en passe de vassaliser bientôt complètement toute la société française ». Ce sentiment, qui était perceptible dans chaque café et rue, s’exprimait dans les cris répétés de « A bas les Juifs ! Mort aux Juifs ! ».

  • 28 El Nacional, 15-3-1898, p. 1 - le reportage de fond depuis Paris date du 24-2-1898 ; 21-3-1898, p. (...)

28Cependant, dans ce même reportage, les lecteurs pouvaient remarquer la mise en relief du phénomène paradoxal dans lequel les cris de « Vive la République » étaient accueillis par la foule « comme un cri subversif de caractère sémitique et anti-national ». D’une façon plus explicite ils pouvaient constater la position de El Nacional lorsqu’il dénonçait le niveau intellectuel et la fiabilité des affirmations de La Libre Parole, qui avait vu dans l’avocat de Zola, Fernand Labori, un traître du fait qu’il était d’origine allemande, que sa femme juive étaient anciennement l’épouse d’un Allemand — et ceci alors qu’en réalité il était le fils d’un Français qui s’était distingué lors de la guerre contre la Prusse, et que sa femme, qui n’était pas juive, était antérieurement mariée à un Russe...28.

  • 29 Ibid, 19-3-1898, p. 1 : « El Antisemitismo en Austria » ; 19-4-1898, p.2 : « Los Rotschild » ; 23- (...)

29L’attitude diversifiée de ce journal envers les Juifs se révéla indirectement dans d’autres articles, qui n’étaient pas liés à l’affaire Dreyfus29, et il est permis d’en tirer la conclusion que ce journal ne tente pas — du moins à cette période — d’être au Mexique le représentant de l’antisémitisme européen.

  • 30 El Tiempo, 8-9-1898, p. 2 ; 29-9-1898, p. 1.

30El Tiempo était, comme prévu, passionné et sans concession dans sa haine des Juifs. Il se situe parmi ceux qui considèrent que ce sont les Juifs et les francs-maçons qui luttent pour la réhabilitation de Dreyfus et d’Emile Zola, et qui, par des investissements considérables de leur large fortune, ont corrompu la presse française, ont suscité des interventions politiques et ont amené le gouvernement français « à préparer le coup de théâtre dramatique du suicide d’Henry ». Les intrigues et les larges distributions d’argent des Juifs de la « Synagogue » sont ainsi l’essentiel de l’affaire — cet argument s’exprima pleinement le 29 septembre 1898 en première page du journal : « Les Juifs ne prennent pas de repos ; ils utilisent tous les moyens qui se présentent à eux pour gagner du terrain dans l’opinion publique » ; le combat se situe sur le plan des idées, et non en fonction du sort de Dreyfus ou de Zola : « il existe en France une lutte ancienne entre deux éléments : les Juifs ou les Francs-maçons, et les catholiques... la haine du Juif excitée contre la résistance de la société croyante. Il y a, derrière ce torrent de passion débordante, une conspiration contre l’ordre public, une tentative de retour en arrière, car ils veulent obliger la France à sortir du bon chemin dans lequel elle paraît s’être engagée, pour que recommencent les horreurs de la révolution anti-chrétienne ». Le complot politique qui transparaît derrière ces derniers mots est dirigée contre la République conservatrice en France, et le motif dominant est celui des menées subversives juives contre les bases de la société chrétienne, en raison d’une haine religieuse envers elle. Ce motif est connu pour être le plus saillant dans le faux antisémite classique du début du vingtième siècle, Les Protocoles des Sages de Sion, il était bien répandu à l’époque de l’Affaire en France, mais au Mexique, nous le trouvons pour la première fois dans l’article de El Tiempo30.

  • 31 Ibid, 7-6-1899, p. 2 : El Tiempo ; 10-6-1899, p. 1 : « Extranjero - Paris ».

31Cependant, il semble qu’à la lumière des évènements qui marquèrent « l’Affaire » en France, à la fin de 1898 et dans la première moitié de 1899, El Tiempo sentit qu’il avait été trop loin dans la direction des antisémites, et qu’en fonction de l’intérêt de l’Eglise catholique qu’il était censé représenter, il se trouvait sur un terrain inconvenant. Dans un article central, neuf mois seulement après avoir publié le texte cité plus haut, et alors qu’il réfutait les accusations de El Mundo selon lesquels des membres du clergé avaient participé à l’attaque dirigée contre le Président Emile Loubet, le journal affirmait que les manifestations contre le Président avaient été organisées par les socialistes, les membres de la Ligue des Patriotes et les anarchistes ; le clergé ne pouvait bien entendu se joindre aux premiers, ni même à la Ligue, qui selon l’article était antichrétienne. « Quant aux antisémites, s’il est vrai que le clergé catholique ne peut sympathiser avec les Juifs, cependant, il existe toujours pour lui les directives des différents Papes, et notamment celles de Léon XIII, qui conseillent d’agir par la charité envers ces mêmes Juifs ». Trois jours plus tard, en première page, dans un reportage bien en vue consacré à la visite d’Edouard Drumont à Paris, le journal rend compte des forfanteries de ce dernier à propos des émeutes anti-juives que lui-même avait organisées en Algérie, et du plaisir ressenti par ses partisans antisémites à l’écoute de ses propos et devant les faits qui s’étaient déroulés ; l’auteur de l’article ajoutait : « Il est regrettable, réellement très regrettable, que dans Paris, à l’aube du XXe siècle, soient glorifiés des actes aussi infâmes ». Ce reportage rapporte l’admiration de Drumont pour la nouvelle race, libre, qui se forme en Algérie, et de sa demande, « au nom de l’humanité », pour que la France accueille et protège ce nouveau peuple et que soit assuré le succès de son développement là-bas ; et le journaliste de relever : « Au nom de l’humanité ! Voici une phrase sarcastique lorsqu’elle est proférée par Drumont ! Au nom de l’humanité, il faut également demander le respect et la protection pour cette race juive qui est frappée sans pitié et dont l’anéantissement est prédit sans relâche par l’implacable apôtre »31.

  • 32 Sur la révolte des antisémites : ibid, 15,27,29 Août 1899 ; 14,21, Septembre p. 2 ; et cf. : ibid, (...)

32Au cours des mois suivants, à travers tous les comptes-rendus détaillés du procès en révision, El Tiempo ne revint pas sur le motif du complot juif contre la France, ni sur la présentation des Juifs comme les auteurs de l’agitation de l’opinion publique. Au lieu de cela, le journal rapporta des informations précises sur la tentative de complot organisé par les antisémites Paul Déroulède et Jules Guérin contre le pouvoir, et notamment sur le drame de la « révolte » de Guérin, lorsqu’il s’était barricadé dans sa maison parisienne avec une poignée de ses partisans, tandis que de nombreuses forces de l’ordre assiégeaient les forcenés pendant plus de cinq semaines, à partir du 15 août 1899, et jusqu’à leur reddition le 21 septembre. Y-a-t-il eu un changement réel d’orientation dans la façon dont la rédaction du journal considérait les Juifs, on peut en douter32. Mais il semble que quelqu’un, au sein de la rédaction de cette publication, empêcha la poursuite de la ligne entamée en 1898, et qui identifiait l’Eglise avec le combat anti-dreyfusard et antisémite en France. Cependant, il n’est pas douteux que El Tiempo, comme d’ailleurs les autres journaux catholiques, contribuèrent, pendant ces deux années de l’affaire Dreyfus, à provoquer au Mexique un intérêt plus marqué pour les Juifs. Les journaux libéraux que nous avons inventoriés ne s’y intéressèrent que rarement. Mais ni les uns, ni les autres, ne firent la moindre allusion aus Juifs qui vivaient au Mexique ou même à la possibilité qu’une présence juive effective puisse s’y développer.

33De l’enquête que nous avons réalisée à travers la presse, il apparaît clairement que les cercles intellectuels au Mexique, toutes tendances confondues, étaient liés sur le plan de la culture et de l’émotion à la France, et que l’intervention militaire et l’Empire de Maximilien n’étaient déjà plus des agents pouvant nuire à ce lien de sympathie envers elle. Dans la mesure où la presse peut le refléter, on peut affirmer qu’à ses propres yeux, le Mexique était inclus dans un univers culturel dont le centre était constitué par Paris et la France. Ce fait explique la très grande couverture dont a bénéficié l’affaire dans les publications mexicaines, en dehors bien sûr de son aspect de feuilleton politique dramatique et piquant, qui appartient à l’esprit de tous les journaux du monde. Les craintes et l’hostilité envers les Etats-Unis, qui étaient monnaie courante au Mexique, et l’aliénation vis-à-vis de la culture anglo-saxone protestante, constituaient sans doute un des facteurs supplémentaires encourageant les relations chaleureuses et particulières avec la France.

34Le débat entre droite cléricale et nationale, centre libéral et gauche socialiste, qui donna son empreinte en France à l’affaire Dreyfus, au cours des deux années que nous avons examinées, coïncida dans une grande mesure, au Mexique, à la divergence entre les conservateurs et catholiques d’un côté, et positivistes et libéraux de l’autre. Le fait qu’à Paris comme à Mexico, il y ait eu des forces différentes dans le camp anticlérical, ne diminua pas l’hostilité mutuelle entre les deux camps pour tout ce qui concerne le sujet de la séparation entre la religion et l’Etat, tandis qu’au Mexique cette situation était déjà réalisée dans les années 1898-1899- Et au moment où en France les forces libérales devaient continuer à se battre pour avancer dans cette direction, ces forces au s’efforcer de ne pas perdre de l’ampleur dans la réforme qui avait déjà été réalisée. Dans les deux pays, l’Eglise catholique et ses fidèles étaient confrontés à cette crainte et ce fait, en sus du lien hiérarchique naturel des forces de l’Eglise, encouragea l’identification des cléricaux au Mexique avec leur collègues de France. C’est pourquoi ils empruntèrent des motifs et des arguments qui appartenaient aux luttes autour de « l’affaire » en France pour renforcer directement ou indirectement leurs propres arguments sur la scène locale mexicaine. Avec cela, dans les conditions de liberté restreinte de la presse qui régnait au Mexique, il n’y avait cependant pas de nécessité pour que le débat consacré au sujet de la religion et de l’Etat soit limité au point qu’il ait exigé l’emploi d’un langage indirect.

35L’identification et le rapprochement de la presse cléricale mexicaine avec le combat anti-dreyfusard en France eurent des conséquences particulièrement graves en ce qui concerne le thème juif. La presse libérale mexicaine vit essentiellement dans l’affaire un défi pour la solidité de la culture démocratique en France, et pour la bonne santé des principes d’égalité et de justice qui y régnaient, et elle considéra les évènements antisémites commes des phénomènes d’accompagnement, ignominieux et gênants. La presse catholique au Mexique — et nous avons vérifié dans ce domaine particulier le porte-parole le plus militant, El Tiempo — avait placé au centre de l’affaire, au moins pendant l’année 1898, les Juifs et l’antisémitisme. Cette presse copia la France et puisa au sein de la culture catholique elle-même un échantillon d’images empoisonnées à l’aspect particulièrement parfait et démoniaque dans son caractère, que nous rencontrerons moins de dix ans plus tard dans les « Protocoles des Sages de Sion ».

36Y-avait-il là une nouveauté dans l’histoire du traitement des problèmes juifs par la presse du Mexique ? Nous ne pourrons pas en juger dans ce travail. Mais il nous semble qu’il a été montré ici que, de par la proximité culturelle et religieuse et de par l’existence d’intérêts politiques semblables entre les mouvances cléricales française et mexicaine, il a été injecté une pleine mesure d’antisémitisme moderne au Mexique. Cependant, il faut noter que nous n’avons pas trouvé, parmi la presse sur laquelle nous avons travaillé, de mise en application claire de cette haine vis-à-vis des Juifs du Mexique, ou de ceux qui pourraient y vivre dans l’avenir. De même, nous avons constaté qu’au cours de la deuxième année étudiée ici — et pour des raisons qui n’étaient évidemment pas liées avec une influence juive quelconque — se produisit une diminution marquée de la force de ce processus de développement de l’antisémitisme en terre mexicaine.

Notes

1 La recherche au Mexique et la traduction de ce travail de l'hébreu ( par le docteur Alain Michel) ont été rendues possibles par le Fonds Dolly Steindling de l'Institut Avraham Harman de Judaïsme Contemporain de l'Université Hébraïque de Jérusalem.

2 Lucia de Robina, Réconciliación de México y Francia 1870-1880. Publicaciones de la Secretariá de Relaciones Exteriores, Dirección General de Prensa y Publicidad, Mexico 1963 ; Daniel Coslo Villegas, Historia Moderna de México, El Porfiriato - la Vida Polltica Exterior, Parte Segunda, Editorial Hermes, Mexico-Buenos Aires, 1963, pp. XXX-XXXI, 599-684.

3 Leopoldo Zea, El Positivismo en Mexico, Nacimiento, Apogeo y Decadencia, Fondo de Cultura Economica, México 1968 ; Charles A. Hale., The Transformation of Liberalism in Late Nineteenth Century Mexico, Princeton University Press, Princeton New Jersey, 1989, pp. 28-41, 208-210.

4 Ibid, pp. 103-131 ; Daniel Cosio Villegas, Historia Moderna da México, El Porfiriato - Vida Politica Interna, Parte Segunda, Editorial Hermes, Mexico-Buenos Aires, 1993, pp. IX-XI, 629-638.

5 Corrine A. Krause, Los Judios en México, Una Historia con Enfásis Especial en el Periodo de 1857 a 1930, (Traducción, Presentación y Notas de Ariela Katz de Gugenheim), Universidad Iberoamericana, Mexico 1987, pp. 48-55 ; 76-81.

6 Daniel Cosio Villegas, op. cit. Vida Política Interior, 20, pp. 535-537.

7 Idem, ibid, La Vida Social, Segunda Parte, Hermes, Mexico-Buenos Aires, 1990, p. 681. Il est question ici du redacteur de El Tiempo, Victoriano Agueros, et du rédacteur du journal Diario del Hogar, José Mariá Mata.

8 Ibid, p. 678 ; ibidem, Vida Politica Interior 20, p. 530, 526.

9 Ibid, ibidem.

10 Sur l’importance de la presse comme source pour l’étude de la periode de Porfirio Diaz : ibid, pp. 944-946 : « Apreciación de las Fuentes : las impresas ».

11 El Liberal, 5-10-1898, p. 1.

12 El Tiempo, 14, 17, 27-8-1898, p. 1 ; 2-9-98, p. 1, 6-9-98 p. 2.

13 Ibid, 6, 7-9-98 p. 2, 30-9-98, p. 1.

14 El Imparcial, 2-9-1898, pp. 1-2 ; 6-9—98, p. 1 ; 17-9-98, p. 1 ; 15-6-1899, pp. 1-2 ; 16-6-1899, p.l.

15 El Nacional, 17-3-1898, p. 1 ; 6-4-1898, p. 1.

16 El Tiempo, 24-8-1898,, p. 1 ; 25-5-1899, p. 1.

17 El Imparcial, 2-9-1898, p. 1 ; 2-6-1899, p. 1 ; El Mundo Ilustrad. 21-5-1898 l’article de Justo Sierra, cité dans El Imparcial, 21-5-98, p. 1.

18 El Tiempo, 8-9-98, p. 2 ; 15-9-99, p. 2 ; 30-8-99, p. 2.

19 Ibid, 20-8-99, p. 2

20 Rapport de Gustavo Baz, Chargé d’Affaires du Mexique, 31-5-1899, qui a été publié dans : Buletin del Ministerio de Relaciones, Mexico, et cité au complet dans : El Tiempo, 31-8-1899, p. 2

21 El Imparcial, 1-9-98, p. 1 : « Dreyfus Inocente » ; El Correo Español, 15-9-1899, citée par El Tiempo, 15-9-1899, p. 2.

22 Deux exemples seulement : El Tiempo, 30-8-1898, p. 1 : « El Protestantismo en Saltillo » ; 12-8- 1899, p.2 : « Nuestros Libérales ». Cf. : La Voz de Mejico, 8-9-98, cité dans El Tiempo, 8-9-1898, p. 2 ; El Libéral, 15-10-98.

23 El Imparcial, 2-9-1898, p.1 ; El Mundo, 6-6-1899, El Diario del Hogar, 19-8-1899 - cités dans : El Tiempo, 7-6-1899, p. 2., 10-6-1899, p. 2, 20-8-1899, p.2.

24 ibid, -9-1898, p. 2 ; 8-9-1898, p. 2.

25 Ibid 14-8-1898, p. 1 ; 21-8-1898, p.l, 15-6-1899, p. 2 : « La politica de Conciliación ».

26 El Imparcial, 2-9-1898, p. 1 ; 12-9-1898, p. 1 ; 4-10-1898, p.2 ; 26-9-1898, p. 1, 1-6-1899, p. 2 ; 5-6-1899, p.1.

27 El Liberal, 15-10-1898, p. 2 ; 16-10-1898, p. 1, 26-10-1898, pp. 1-2. ; 28-10-1898, p. 3.

28 El Nacional, 15-3-1898, p. 1 - le reportage de fond depuis Paris date du 24-2-1898 ; 21-3-1898, p. 1 : « Cronicas ».

29 Ibid, 19-3-1898, p. 1 : « El Antisemitismo en Austria » ; 19-4-1898, p.2 : « Los Rotschild » ; 23-4- 1898, p. 1 : « El Gran Problema ».

30 El Tiempo, 8-9-1898, p. 2 ; 29-9-1898, p. 1.

31 Ibid, 7-6-1899, p. 2 : El Tiempo ; 10-6-1899, p. 1 : « Extranjero - Paris ».

32 Sur la révolte des antisémites : ibid, 15,27,29 Août 1899 ; 14,21, Septembre p. 2 ; et cf. : ibid, 26-8-1899, p. 1 : « Dreyfus », et ainsi la remarque en réponse à El Universal : « Semitas y Jacobínos », 23-9-1899, p. 2. D’autre part, voir l’article « Les Juifs en Palestine », El Tiempo, 21-9-1899, p.1.

Auteur

Université de Jérusalem

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540