Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'affaire Dreyfus et l'opinion publique

 | 
Michel Denis
, 
Michel Lagrée
, 
Jean-Yves Veillard

Deuxième partie. Catholicisme et aire latine

L’écho de l’affaire Dreyfus en Catalogne. Les intellectuels en face de la crise française1

Joaquim Coll i Amargós

Texte intégral

  • 1 NDLR : ce texte, déjà publié dans la revue Sources. Travaux historiques, N° 28 (1991/1992), pp. 57 (...)
  • 2 II semble, cependant, que le terme « intellectuel » n’ait pas acquis, dans l’espace culturel anglo (...)

1Pour expliquer l’impact que l’affaire Dreyfus provoqua au sein des différents secteurs politiques et intellectuels catalans, il faut, avant tout, tenir compte du fait que c’est précisément la culture française qui a servi de voie de pénétration à la plupart des courants culturels, des modèles idéologiques et des propositions politiques de la période d’entre-deux-siècles en Catalogne et en Espagne. Dans ce sens, la transformation dans le langage du terme « intellectuel » — d’adjectif il devint substantif identifiant des individus ou des groupes professionnels (écrivains, journalistes, scientifiques, étudiants, artistes, etc.) — semble avoir eu lieu, dans la plupart des pays européens entre les années 1895 et 19002. Ce fait se produisit donc au moment où était créé en France le parti appelé « parti des intellectuels » pour défendre l’innocence du capitaine d’origine juive, Alfred Dreyfus, et pour revendiquer de plus hauts degrés de justice et de moralité publique ou nationale.

2Ainsi, bien que nous ne voulions pas prétendre fixer une date ou un événement qui soit à l’origine de la naissance des « intellectuels », il n’en est pas moins vrai que l’intervention des intellectuels français dans l’affaire Dreyfus accéléra la transformation du concept d’« intellectuel » dans le sens signalé ci-dessus, en raison du caractère résolument exemplaire de cette action dans toute l’Europe de l’époque. Par conséquent, s’il est vrai que l’affaire Dreyfus peut être considérée comme un prototype du conflit politico-idéologique français, le débat suscité en France à ce sujet a cependant connu un écho immédiat dans tout le monde occidental.

  • 3 Aspects traités dans mon livre, El catalanisme conservador davant l’afer Dreyfus (1894-1906), Barc (...)
  • 4 En ce qui concerne l’Espagne, il faut cependant citer la monographie de Jesús Jareño Lopez, El aff (...)

3La présente communication se propose donc, à partir des répercussions du cas Dreyfus en Catalogne3, de signaler quelques aspects de son impact international. Auparavant, il faut toutefois souligner que cet angle de l’affaire que nous nous proposons d’étudier n’a, curieusement, pas suscité l’intérêt de l’abondante historiographie française — laquelle s’est surtout centrée sur les répercussions du conflit dans les limites de l’« hexagone » — et s’est limitée à quelques références dans d’autres pays4.

4Pour expliquer l’impact de l’affaire Dreyfus sur l’opinion publique européenne, il faut tenir compte du fait qu’elle reprenait et explicitait un certain nombre de problématiques et de contradictions qui n’étaient pas spécifiques à la France de la fin du siècle, mais qui se manifestaient également, quoiqu’à des degrés divers d’intensité, dans le reste du continent, en particulier en Europe méditerranéenne. Ces problématiques peuvent être énoncées, brièvement, de la manière suivante :

  1. La critique menée dans les pays latins concernant le fonctionnement du système libéral-parlementaire dans tout le continent. Cette critique était fortement conditionnée par la dénonciation de l’existence, au sein de ces pays, de deux réalités sociales et politiques opposées ; l’une au pouvoir et l’autre en marge du système politique établi. Ainsi, en France, les premiers théoriciens à mettre en lumière cette problématique furent Ernest Renan et Hippolyte Taine, dont les idées furent postérieurement reprises par Paul Bourget, Maurice Barrés et Charles Maurras. En Italie, nous trouvons, d’une part les positions des fédéralistes conservateurs comme Stefano Jacinia, et d’autre part les réflexions sur les problèmes à caractère social, institutionnel et territorial apportées par les sociologues de l’école lambrosienne, comme Scipio Sighele. En Espagne, plusieurs secteurs se retrouvèrent dans cette critique (républicains, catalanistes et, après 1898, les intellectuels du régénérationisme castillan).
  2. L’insertion conflictuelle du secteur militaire dans le fonctionnement normal du système politique. Ces circonstances favorisèrent la consolidation d’un courant d’opinion favorable à une issue « césariste » de la crise de la fin du siècle, afin de répondre aux nouvelles urgences nationales (la course impérialiste) et aux nouveaux défis lancés par le mouvement ouvrier organisé.
  3. La constatation d’un double phénomène : d’une part on assiste à une réaction catholique devant les tendances à la laïcisation des Etats, d’autre part, l’anticléricalisme connaît, à la fin du siècle, une intensité renouvelée et s’étend à de nouveaux secteurs sociaux.
  4. La large diffusion d’un discours hostile aux « étrangers », fruit de la convergence du vieil antijudaïsme catholique et du nouvel antisémitisme social et économique qui se prétend moderne. Le succès rencontré dans toute l’Europe par l’ouvrage La France Juive (1886), du publiciste Edouard Drumont, illustre bien ce fait. En effet, si en France on fit de ce pamphlet 10 éditions (150 000 exemplaires), en Espagne la littérature antisémite eut aussi un grand succès, et il faut souligner la traduction quasi immédiate des principaux livres de l’antisémitisme européen. On peut ainsi trouver dans les principales bibliothèques de l’époque d’assez nombreux exemplaires du livre de Drumont, y compris les premières éditions françaises.
    Dans le même ordre d’idées, il ne faut pas non plus oublier que, dans cette même période, un intense débat intellectuel sur l’essor et le déclin des races et des nations a lieu dans tout le continent, et en particulier dans les pays latins. Le meilleur exemple est le grand impact provoqué par le livre du sociologue Edmond Desmolins, A quoi tient la supériorité des Anglo-saxons ? (1897)5
  5. Il faut finalement souligner que parallèlement à la critique du système libéral-parlementaire réalisée par le monde conservateur et traditionnel, dans certains milieux intellectuels on complétait la recette régénérationiste par un discours favorable à la décentralisation des Etats (régionalisme), afin de porter remède aux maux du « cosmopolitisme » et du déracinement social et culturel de l’individu6.
  • 7 Voir : « La condemna del Naturalisme » La Veu del Montseirat (26/11/1898).

5Après avoir brièvement signalé ces problématiques communes aux régions de l’Europe méditerranéenne, il faut dire qu’effectivement en Catalogne et en Espagne, à partir de la publication de J’accuse d’Emile Zola (janvier 1898), toute la presse — en particulier la presse libérale et républicaine, mais aussi les journaux les plus conservateurs et catholiques — s’intéressa de très près au déroulement de l’affaire (baptisée aux premiers moments du binôme Dreyfus- Zola). Citons comme exemple de la polarisation immédiate en termes idéologiques produite par l’affaire, les deux éditoriaux que l’hebdomadaire du catholicisme-catalaniste, La Veu del Montserrat (La Voix du Montserrat), consacra à la critique du courant naturaliste et au blâme de son principal représentant, en utilisant, pour ce faire, la condamnation qui, en février 1898, avait été imposée à Zola pour son J’accuse. Ainsi, La Veu del Montserrat proclama qu’« il s’agissait là de la condamnation définitive du naturalisme, car ce n’était pas seulement l’homme, Zola, qui était condamné par les tribunaux et la clameur populaire, mais aussi toute une idée venimeuse et mortelle7 ».

  • 8 Cette même année, le journaliste catalan Màrius Aguilar publia El proceso Dreyfus, Barcelona, 1931 (...)
  • 9 L’attentat terroriste de juin 1896 est à l’origine de ce cas. Cet attentat fut attribué, sans aucu (...)
  • 10 Cette exécution provoqua l’une des plus fortes campagnes de protestation contre ce qu’on appelait (...)

6A l’opposé, de nombreux intellectuels Catalans et Espagnols (Pere Coromines, Gabriel Alomar, Emilia Pardo Bazán, Miguel de Unamuno, Vicente Blasco Ibanez, etc.) éprouvèrent une profonde admiration pour l’action de Zola, et se manifestèrent peu à peu contre le militarisme et l’anti-sémitisme. Dans ce sens, il faut dire que l’exemple de l’intervention des intellectuels français dans l’affaire Dreyfus demeura très présent dans la conscience de leurs homologues de l’autre côté des Pyrénées. On put le constater à maintes reprises jusqu’à des dates très proches de la proclamation de la IIème République espagnole (1931)8. En outre, pendant toute cette période, les intellectuels laïcs regrettèrent amèrement leur incapacité d’éveiller — dans des cas comme le procès de Montjuic (1896)9 ou l’exécution de Francesc Ferrer i Guardia (1909)10 — la conscience publico-politique de la masse de leurs concitoyens, et, par conséquent, de provoquer une mobilisation à l’image de celle qui avait été organisée par leurs voisins devant le cas Dreyfus.

7Nous pouvons donc affirmer que, lorsqu’en août 1899 commença à Rennes le second procès du capitaine Dreyfus, même si en Espagne — comme dans les autres pays du continent — les opinions étaient beaucoup plus unanimes quant à l’innocence de l’inculpé, le déroulement du procès fut suivi avec un grand intérêt et une grande attention. Ce fut le cas non seulement dans les milieux journalistiques et les secteurs intellectuels, mais aussi dans de larges secteurs populaires de tradition laïque et républicaine. Dans ce sens, nous ne pouvons pas oublier le parallélisme qu’établirent les groupes anarchistes et républicains espagnols entre la campagne révisionniste en France et la campagne d’agitation qu’ils menaient pour la révision du tragique procès de Montjuic.

8Ainsi, fruit de l’écho suscité par l’affaire Dreyfus dans la Péninsule, nous pouvons trouver, dans les principales archives et bibliothèques, les premières éditions françaises des livres, pamphlets et manifestes à caractère historique et politique (en particulier des secteurs dreyfusards) publiés pendant ou immédiatement après l’affaire. Dans ce sens, l’immédiate traduction et publication dans de nombreux pays du J’accuse de Zola est, sans aucun doute, l’exemple le plus révélateur de l’intérêt éveillé par le conflit « franco-français » à cette époque dans tout le continent.

9D’autre part, il est également intéressant pour nous de constater que ce cas donne lieu à l’apparition d’une petite production bibliographique autochtone réalisée par des journalistes et des publicistes, ainsi que le démontre le livre de Ramon Sempau et Eduardo de Bray, El capitán Dreyfus (Historia de un proceso célebre), édité par la maison d’édition barcelonaise Maucci au mois d’octobre 1899 (en deux volumes et illustré de lithographies). Cette découverte nous permet de suggérer que l’affaire présenta à l’époque un double intérêt : d’une part, en tant qu’importante confrontation idéologique, c’est l’aspect le plus connu ; mais aussi, en tant que complexe scandale judiciaire, dans lequel les suicides, les drames personnels, les lettres falsifiées et les services d’espionnage pouvaient très bien satisfaire la curiosité de larges secteurs de la population (« le feuilleton du siècle »).

  • 11 Malgré les limitations qu’elle présente en ce qui concerne l’analyse de la presse étrangère, l’étu (...)

10Pour reprendre nos considérations générales sur l’impact de l’affaire Dreyfus en Europe, le moment de la plus grande attention dans la presse se situa, sans aucun doute, dans le courant des semaines qui suivirent l’ouverture du procès de Rennes : c’est pour cette raison que des journalistes venus du monde entier s’installèrent dans cette ville, afin de donner à leurs lecteurs tous les détails du déroulement des séances judiciaires. En ce qui concerne les réactions de l’ensemble de la presse européenne, et bien que nous n’ayons pas pu en faire une analyse exhaustive, il semble que, contrairement à la France — où au moment de l’ouverture du procès 85 % des publications demeuraient anti-dreyfusardes — très peu de journaux aient justifié le verdict de condamnation des juges de Rennes11. Ainsi, par exemple, l’éclectique journal barcelonais La Vanguardia, se référait au fait que presque tous les journaux européens (et en particlier Gaceta deColonia, Berliner Tageblat, Vossische Zeitung, Tbe Daily News, Daily Telegraph, Standard, Times..), à l’exception du romain Voce Della Verità, étaient critiques vis-à-vis de la nouvelle sentence de condamnation prononcée à Rennes, et que certains journaux (anglais en particulier) s’exprimaient en des termes si insultants pour la France que La Vanguardia n’osait pas les reproduire. Cependant, quelques jours plus tard, le principal collaborateur de La Vanguardia, « Juan Buscón » (pseudonyme du journaliste Ezequiel Boixet), rejeta ce qui, selon lui, était un excès d’indignation des éléments « humanitaires et intellectuels » de l’Europe et des États-Unis envers le verdict de Rennes, car, dans le fond, derrière ces critiques, c’est toute une campagne anti-française qui était orchestrée.

  • 12 La presse européenne informait qu’à Hyde Park, à Londres, par exemple, 40 000 personnes avaient pa (...)

11En effet, dans de nombreux pays européens et aux États-Unis, le résultat du procès de Rennes provoqua une mobilisation dreyfusarde au sein des secteurs intellectuels, des partis de gauche et des organisations sociales. Au cours des semaines qui suivirent la lecture du verdict de Rennes, des messages, des lettres et des communiqués d’adhésion provenant de l’ensemble du monde occidental furent adressés à Zola, au capitaine Dreyfus et au défenseur de la cause dreyfusarde, l’avocat M. Labori. De même, des actes et des manifestations de protestation eurent lieu dans plus de vingt villes européennes et américaines12. Cette mobilisation, cependant, fut particulièrement intense en Allemagne, en Angleterre et aux Etats-Unis. Elle fut qualifiée, dans certains milieux journalistiques de campagne « anti-française », car il s’agissait des pays qui rivalisaient avec la France dans la course impérialiste. Il ne faut pas oublier que les images de la crise de Fachoda étaient encore très présentes.

12En Catalogne, il faut souligner, dans ce domaine, les articles-éditoriaux écrits par le jeune catalaniste Francesc Cambô (1876-1947) dans le journal La Veu de Catalunya (La Voix de la Catalogne). Cette publication était dirigée par le principal théoricien du nationalisme conservateur catalan, Enric Prat de la Riba (1870-1917). Il faut signaler, d’autre part, l’importance de ce courant nationaliste, car à partir de 1901 et par l’intermédiaire de la Lliga Regionalista, il va dominer la vie politique catalane jusqu’à la Dictature du Général Primo de Ribera (1923).

  • 13 Outre l’impact dans les cercles catalanistes de l’œuvre d’inspiration clairement régionaliste de B (...)

13Le jeune Francesc Cambó, qui évoluera progressivement vers la condamnation du courant dreyfusard, va affirmer dans un premier temps que la brutale confrontation politique qui divisait le pays voisin ne pouvait se comprendre dans toute sa complexité que si l’on admettait que l’affaire Dreyfus faisait partie d’une lutte plus globale qui se livrait sur le continent entre : impérialisme et nationalisme, d’une part, et démocratie et cosmopolitisme d’autre part. En définitive, Cambó transcendait son analyse au-delà des schémas défendus par le courant anti-dreyfusard radical (pouvoir mondial des Juifs, conspiration maçonnique internationale, complot contre la France catholique, etc.), et il évitait de subordonner son discours aux vicissitudes de l’affaire. D’autre part, pour comprendre l’attitude anti-dreyfusarde qui caractérisa le catalanisme conservateur, il faut tenir compte du fort impact provoqué par Maurice Barrés et Charles Maurras en tant que représentants d’un courant de pensée régionaliste sur le nationalisme catalan de la fin du siècle13.

  • 14 Voir : « La campanya anti-françesa » La Veu de Catalunya (23/IX/1899).

14Cela dit, ce sont surtout les articles-éditoriaux qu’il faut retenir des commentaires de Francesc Cambô, dans lesquels il justifiait la contradictoire sentence de condamnation des juges de Rennes, tandis que parallèlement il censurait durement la campagne des journaux et des groupes dreyfusards, en les traitant d’« anti-patriotes et anti-nationaux ». Ainsi, dans le dernier de ces textes et devant les « tas de boue que, sur le bon nom de la France » jetaient la plupart des journaux anglais et allemands, Francesc Cambó concluait à l’existence d’une campagne « anti-française »14. Pour défendre son analyse, Cambó compara l’affaire Dreyfus au conflit qui opposait, au même moment, l’Empire britannique aux Boërs. C’est pourquoi il affirma qu’il était scandaleux de constater que la presse anglaise qui contribuait à ce que son pays « au mépris de tous les droits et sans aucune raison déclare la guerre au Transvaal, et abusant de sa force, écrase un peuple viril luttant pour son indépendance, feigne maintenant de s’émouvoir et de s’indigner parce que dans un autre pays un homme à la culpabilité douteuse a été condamné à dix ans. » Dans ce sens, il faut souligner qu’en Catalogne la popularité de la lutte des Afrikaners contre l’Angleterre fut énorme, surtout parmi les secteurs catalanistes, car elle remplaça, en quelque sorte, les vieux mythes du nationalisme, comme la Pologne.

  • 15 Le meilleur exemple de ce que nous affirmons est l’énorme quantité de messages et de communiqués d (...)

15En ce qui concerne cette soi-disant campagne « anti-française », il n’est pas du tout étonnant qu’au beau milieu de la course impérialiste de la fin du siècle, des scandales comme celui de l’affaire Dreyfus ou des conflits comme celui des Boërs aient pu déchaîner des campagnes de comdamnation dans l’opinion publique européenne. Cependant, et au-delà d’hypothétiques utilisations intéressées de la part des gouvernements et de la presse des pays rivaux de la France, le rejet provoqué à l’étranger par le verdict de condamnation des juges de Rennes semble un fait absolument indiscutable15.

16En Espagne, parmi les diverses mobilisations dreyfusardes organisées pendant les années chaudes de l’affaire, 1898-1899, il faut souligner l’initiative de la revue Don Quijote et son message adressé à la jeunesse espagnole (février 1898) qui proposait le soutien des étudiants à la personne de l’écrivain naturaliste français. Ce message — qui recueillit plus de deux mille signatures — fut repris par le journal El Progreso de Madrid et immédiatement appuyé par quelques groupes universitaires à Barcelone. Cependant, cette initiative de solidarité avec Zola fut tout suite contesté par d’autres groupes — cette fois antidreyfusards — dans une lettre de protestation qui recuillit plus de 300 signatures et publié dans le journal du catholicisme integriste El Correo Catalán.

17Quant à la position des publications en Espagne, ce sont surtout les journaux libéraux et républicains qui se déclarèrent ouvertement pro-dreyfusards — El Imparcial, El Heraldo de Madrid, La Correspondencia de España, El Liberal, El Correo, El Globo, El Nuevo Régimen, El Progreso, El País —, tandis que les journaux d’inspiration catholique et conservatrice — La Fe, El Fénix, El Estandarte et surtout El Siglo Futuro et El Correo Español se montrèrent comme de fervents anti-sémites.

18En ce qui concerne plus précisément la Catalogne, les opinions pro-dreyfusardes étaient principalement défendues par les journaux La Renaixensa (catalaniste radical), La Publicidad (républicain) et El Poble Català (catalaniste-républicain), d’une part, et les revues La Catalònia (liée au modernisme littéraire), La Campana de Gràcia (satirique, républicaine et anti-cléricale) et La Revista Blanca (anarchiste), d’autre part. Il faut rajouter à ce groupe Lo Somatent, journal catalaniste de Reus — la seconde ville de Catalogne à la fin du siècle — qui signa la lettre que les libéraux et les démocrates de Reus envoyèrent à Emile Zola en octobre 1899- Parallèlement, dans le reste de l’Etat espagnol d’autres initiatives de la sorte surgirent, comme, par exemple, le message que « toutes les classes sociales » de Gijón (Asturies) envoyèrent à Zola au mois de septembre 1899, ou la lettre de soutien que la rédaction de la revue La España Artística fit parvenir à l’avocat de Dreyfus.

  • 16 Voir : Rafaël Pérez de la Dehesa, « Zola y la Literatura Espanola Finisecular », Hispanic Review, (...)
  • 17 II faut citer l’hommage rendu à Zola, en 1903, à l’Ateneu Barcelonès, au cours duquel eut lieu la (...)

19Il faut, d’autre part, signaler que l’affaire réveilla l’intérêt pour l’œuvre de Zola dans la Péninsule. A partir de ce moment-là, ses livres vont attirer l’attention d’un large secteur du public qui voyait beaucoup plus chez lui la figure de l’intellectuel réformiste que celle du théoricien du naturalisme16. Ainsi, dans la moderniste La Catalònia, où on aspire à faire un art et une littérature qui puissent arriver à la société toute entière afin de la réveiller et de la faire participer à la lutte, Zola acquiert une valeur de symbole de l’intellectuel pleinement engagé et obtient, en suivant les paroles de Joan Pérez-Jorba, le titre d’« apôtre des idées de l’Encyclopédie, partisan de la raison et de la justice, penseur de la morale utilitaire et libre... »17.

  • 18 Ce document, qui jusqu’à présent était totalement inconnu des historiens catalans, se trouve dans (...)
  • 19 Néanmoins, la copie que le Musée de Bretagne a eu la gentillesse de nous envoyer ne contient que 7 (...)

20Finalement, nous devons parler de l’initiative dreyfusarde la plus importante réalisée dans la Péninsule, le « Message des Catalans à Dreyfus - (août-septembre 1906)18. La transcendance de ce message réside tant dans la quantité de signatures qu’il recueillit en un peu plus de vingt jours (plus de 5 000, selon ce qu’annonça le journal El Poble Català)19 que dans le fait que, parmi ces signatures, on peut reconnaître le nom de personnalités catalanes de l’époque (journalistes, artistes, écrivains, etc.) ainsi que d’un nombre important de jeunes des professions libérales (surtout des médecins et des avocats), dont certains allaient faire plus tard une carrière politique.

21De tout ce qui précède, nous pouvons finalement déduire que, de même que dans les autres pays européens et aux États-Unis, l’affaire Dreyfus connut un écho important dans l’opinion publique catalane et espagnole ; elle fut suivie avec un intérêt considérable tout au long des deux années de confrontation politique et idéologique. En outre, la transcendance de ce scandale demeura bien vivante durant plusieurs décades dans la conscience des politiciens et des intellectuels, de gauche surtout : il démontrait qu’il était vraiment possible de vaincre les pouvoirs établis (l’Eglise, l’Armée, la Justice). Il est vrai, cependant, que certains secteurs, comme celui du catalanisme conservateur, se situèrent du côté des anti-dreyfusards. L’explication de l’attitude de ce groupe ne relève pas seulement de son caractère idéologique ; elle est étroitement liée à une série d’influences européennes, parmi lesquelles nous citerons, dans la dernière décennie du xixème siècle, celle des courants régionalistes français — nous parlons des jeunes félibres (Charles Maurras, Frédéric Amouretti, Jules Veran, Marius André, etc.) et d’écrivains consacrés comme Maurice Barrés et Paul Bourget — sur les formulations intellectuelles du catalanisme politique. En ce qui concerne l’argumentation de son attitude, il faut dire que le catalanisme conservateur voyait dans la sauvegarde de la position anti-dreyfusarde la défense d’une vérité considérée comme « absolue », car elle donnait la priorité à la préservation sociale et à la cohésion nationale par-dessus une vérité considérée comme « relative » : c’est-à-dire, l’innocence (ou la culpabilité) du capitaine d’origine juive, Alfred Dreyfus. C’est pourquoi le jeune Francesc Cambó souligna très vite qu’il ne s’agissait pas tant de juger un homme que de résoudre un problème « politico-social » et avec lui, l’affrontement des deux grands courants idéologiques et spirituels de la fin du siècle : le nationalisme, d’une part, et le cosmopolitisme, d’autre part.

Notes

1 NDLR : ce texte, déjà publié dans la revue Sources. Travaux historiques, N° 28 (1991/1992), pp. 57- 65, est reproduit ici avec l’aimable autorisation des responsables de Sources, que nous remercions ici.

2 II semble, cependant, que le terme « intellectuel » n’ait pas acquis, dans l’espace culturel anglo-saxon, la même légitimité que dans les pays latins d’influence culturelle française. Ainsi, ni en Allemagne ni en Angleterre, le concept « intellectuel » n’a joui du prestige qu’il connaissait en France. Il fut même relégué dans un registre sociologique général. Voir : Christophe Charle, Naissance des « Intellectuels » (1890-1900), Paris, 1992, pp. 227-228.
Dans le cas catalan, même si le concept d’« intellectuel » est fortement associé à l’idée française, il faut, cependant, faire référence au terme plus élaboré d’« intellectuels-professionnels » car il est plus précis et plus utile pour comprendre la dynamique de la société catalane et pour mieux saisir le phénomène du catalanisme politique. Voir : Jordi Casassas, Inte.lectuals, professionals ipolîtics a la Catalunya contemporània (1850-1920), Barcelona, 1990.
Sur la nouvelle signification du terme « intellectuel » dans la culture espagnole, voir : E. Inman Fox, « El año 1898 y el origen de los « intelectuales » in Ideologîa y Polîtica en las letras de fin de siglo (1898), Madrid, 1986. Voir également de Carlos Serrano, « Los « intelectuales » en 1900 : ¿ Ensayo général ? » in Serge Salaün - Carlos Serrano, 1900 en España, Madrid, 1991, pp. 85-106.

3 Aspects traités dans mon livre, El catalanisme conservador davant l’afer Dreyfus (1894-1906), Barcelona, 1994.

4 En ce qui concerne l’Espagne, il faut cependant citer la monographie de Jesús Jareño Lopez, El affaire Dreyfus en España, Murcia, 1981. Pour les Catalans, voir : Jordi Castellanos, Raimon Casellas i el Modernisme, Barcelona, 1983 ; et sur quelques-unes des attitudes espagnoles vis-à-vis de Zola dans les dernières années du siècle, voir : Rafael Pérez de la Dehesa, « Zola y la Literatura Española Finisecular », Hispanic Review, 1971, núm. 39, pp. 49-60.

5 A propos de cette question, voir : Lily Litvak, « Latinos y anglosajones. Una polémica de la Espana de fin de siglo », dans son livre España 1900. Modernismo, anarquismo y fin de siglo, Barcelona, 1990, pp. 155-200.

En Italie, cette thématique devint aussi la grande préoccupation de nombreux intellectuels. Un bon exemple en est l’article « Como sono decatute le nazione latine » de l’anthropologue spencerien et professeur de l’Université de Rome, Giuseppe Sergi (1841-1899), publié dans la régénérationiste Nuova Antologia (l/VIII/1899), pp. 385-399.

6 II faut dire ici que dans son analyse sur la toile de fond idéologique de l’affaire Dreyfus, la plus grande partie de l’historiographie française n’assume pas la critique que certains groupes intellectuels engagés du côté anti-révisionniste faisaient également à la « pernicieuse centralisation jacobine ». Néanmoins, l’historien Victor N’Guyen, dont l’œuvre est centrée sur l’étude de la peasée maurrassienne, rapproche les idées régionallstes de Maurras et celles des autres jeunes félibres fédéralistes, de son attitude ultérieure anti-dreyfuslste. Voir : Victor N’Guyen, Aux origines de l’Action française. Intelligence et politique à l’aube du xxeme siècle, Paris, 1991. De même, Maurice Barrés expliquait l’adhésion de Frédéric Mistral à la Ligue de la Patrie Française par le fait que celle-ci s’était proposé d’unir « les patriotes de Déroulède, avec les régionalistes et avec tous ceux, catholiques ou positivistes, qui veulent une discipline sociale ». Voir : Scènes et Doctrines du Nationalisme, pp.76-84.

7 Voir : « La condemna del Naturalisme » La Veu del Montseirat (26/11/1898).

8 Cette même année, le journaliste catalan Màrius Aguilar publia El proceso Dreyfus, Barcelona, 1931, qui, entre autres choses, voulait rappeler aux nouvelles générations l’énorme transcendance de ce combat livré à la fin du siècle précédent en France. De même, dans le prologue, et après avoir établi un parallèle entre la proclamation du régime républicain en Espagne et le fait que le procès Dreyfus ait correspondu à une seconde proclamation de la IIIème République française, les éditeurs, eux-mêmes, déclaraient que : “En ces jours de transformations espagnoles définitives, nous pensons que la publication de ce Procès Dreyfus servira de leçon, car si parfois une république, à peine née, prend les armes, d’autres ont besoin de créer en leur sein l’esprit animateur de la structure. ”

9 L’attentat terroriste de juin 1896 est à l’origine de ce cas. Cet attentat fut attribué, sans aucune garantie juridique, au mouvement ouvrier anarchiste catalan. La presse française, en particulier La Revue Blanche et L’Intransigeant se fit l’écho de la campagne pro-révision que menèrent les groupes anarchistes et républicains espagnols en s’inspirant de l’action dreyfusard.

10 Cette exécution provoqua l’une des plus fortes campagnes de protestation contre ce qu’on appelait « l’Espagne de l’Inquisition. Voir : Vincent Robert, « La protestation universelle lors de l’exécution de Ferrer : les manifestations d’octobre 1909 », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1989, num. XXXVI, pp. 245-265.

11 Malgré les limitations qu’elle présente en ce qui concerne l’analyse de la presse étrangère, l’étude de Patrice Boussel, L’affaire Dreyfus et la presse, Paris, 1960, nous offre une première approche.

12 La presse européenne informait qu’à Hyde Park, à Londres, par exemple, 40 000 personnes avaient participé à un meeting de protestation. Les consulats français de Naples, Milan, Trieste et Budapest furent placés sous la surveillance de la police devant les protestations menaçantes de la foule. Dans certains théâtres européens, il fallut suspendre ou ajourner la représentation de spectacles français à cause des sifflets insistants du public. A Chicago, une entreprise métallurgique licencia tous ses travailleurs français ; en Belgique, les socialistes proposaient le boycott général de l’Exposition de Paris de 1900, tandis que les libraires refusaient de vendre les livres des écrivains français anti-dreyfusards (M. Barrés, J. Lemaître, etc.).

13 Outre l’impact dans les cercles catalanistes de l’œuvre d’inspiration clairement régionaliste de Barrés, Les Déracinés, (1897), il faut également citer le feuilleton que Ch. Maurras publia l’année suivante, L’Idée de la Décentralisation, qui avait une dédicace bien illustrative : « A la Doctrine de nos Maîtres, Comte, Le Play, Renan et Taine », ainsi qu’« à Messieurs les Officiers d’état-major de l’Armée française investivés par les ennemis de l’Etat ». Aspects traités dans : Joaquim Coll, « Regionalistes francesos i catalanistes en la fi de segle », Generació, 1992, num. 3, pp. 53-67.

14 Voir : « La campanya anti-françesa » La Veu de Catalunya (23/IX/1899).

15 Le meilleur exemple de ce que nous affirmons est l’énorme quantité de messages et de communiqués d’adhésion en provenance de la France et de l’étranger que reçurent Emile Zola et Alfred Dreyfus. Un bon échantillon de ces textes fut publié plus tard dans le Livre d’hommage des lettres françaises à Zola, suivi du L’hommage de la jeunesse à Zola et des pétitions du Manifeste des intellectuels. De même, pour une étude approfondie de cette mobilisation dreyfusiste en Europe et aux Etats-Unis, il faudrait se livrer à des recherches aux Archives « Alfred Dreyfus » du Musée de Bretagne (Rennes) et dans les archives de Zola déposés dans le « Centre Zola » (dépendant du CNRS).

16 Voir : Rafaël Pérez de la Dehesa, « Zola y la Literatura Espanola Finisecular », Hispanic Review, 1971, num. 39, pp. 49-60.

17 II faut citer l’hommage rendu à Zola, en 1903, à l’Ateneu Barcelonès, au cours duquel eut lieu la première du drame de José Fola Igurbide, Emilio Zola 0 el poder del genio (Émile Zola ou le pouvoir du génie), qui connut un grand succès de public.

18 Ce document, qui jusqu’à présent était totalement inconnu des historiens catalans, se trouve dans les archives « Alfred Dreyfus » du Musée de Bretagne (Rennes). Voir : « A Alfred Dreyfus, Barcelone, septembre 1906 » (rangement meuble 9 B-A.D. 78.23.1383 à 1623).

19 Néanmoins, la copie que le Musée de Bretagne a eu la gentillesse de nous envoyer ne contient que 700 signatures. De toutes manières, ce nombre nous semble également significatif et démontre que l’affaire Dreyfus était toujours présente chez les jeunes libéraux catalans en 1906.

Auteur

Université de Barcelone

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540