Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'affaire Dreyfus et l'opinion publique

 | 
Michel Denis
, 
Michel Lagrée
, 
Jean-Yves Veillard

Deuxième partie. Catholicisme et aire latine

De l’antisémitisme foncier à l’antidreyfusisme aveugle dans la presse intégriste espagnole1

Jésús Jareño Lopez

Texte intégral

  • 1 Pour une vue d’ensemble sur l’Affaire dans la presse espagnole, cf. J. Jareño-Lopez, El affaire Dr (...)

Les armes de Jésus c’est le désarmement [...]
Les armes de Jésus c’est le Samaritain,
Le blessé recueilli, le pauvre franciscain,
Les armes de Jésus c’est le républicain ; [...]
Les armes de Jésus c’est la race future...
(Charles Péguy, « La tapisserie de Sainte Geneviève et de Jeanne d’Arc », in Œuvres Poétiques Complètes, Paris, 1967, pp. 848, 863, 865)

1On a pu reprocher à l’Église catholique, à travers l’histoire, le caractère presque toujours trop tardif de ses tentatives d’alerter les fidèles sur l’esprit non chrétien de toute manifestation antisémite. Ceci nous semble hautement révélateur de ce qu’a été depuis toujours ce qu’on s’accorde aujourd’hui à appeler l’inconscient collectif, hostile au peuple juif en tant que peuple, parce que déicide. Il existe une documentation hélas surabondante, conservée dans les départements des périodiques, dans les archives du monde entier et dans les cendres des bûchers inquisitoriaux. Ceci nous épargnera de présenter le sujet, pour justifier l’assertion précédente, par le biais d’un exposé détaillé qui ne pourrait jamais remplacer, à notre avis, ce que le poète est en mesure de synthétiser d’une voix poignante, parce que poète, dans ces lignes qui reflètent tout ce que notre enfance, notre adolescence et notre première jeunesse ont bu :

  • 2 F. Arrabal, Baal Babylone, Paris, 1959, pp. 205-206.

Je t’ai demandé : Pourquoi les juifs sont méchants ?
Tu m’as répondu : Parce que ; tout le monde sait ça.
Puis je t’ai demandé : Pourquoi les anarchistes sont méchants ?
Tu m’as répondu : Parce que ; tout le monde sait ça.
Je t’ai demandé : Pourquoi papa était juif ?
Et tu ne m’as rien répondu.
Puis je t’ai demandé : Pourquoi papa était anarchiste ?
Et tu ne m’as rien répondu.
Oui.
Je t’ai demandé : Les Juifs, ce sont ceux qui ont tué Jésus-Christ ?
Tu m’as dit : Mais oui !
Puis je t’ai demandé : ‘ Les anarchistes, ce sont ceux qui posent des bombes pour tuer les gens ?
Tu m’as dit : « Mais oui ! »
Je t’ai demandé si je serais juif quand je serai grand.
Tu m’as dit : « Mais non ! »
Puis je t’ai demandé si je serais anarchiste quand je serai grand.
Tu m’as dit : « Mais non ! »
Puis tu as ajouté, maman, que j’étais bon et tu m’as embrassé.
Oui2

  • 3 Ch. Péguy, Notre Jeunesse, Œuvres en Prose 1909-1914, Paris, 1968, pp. 542-544 ; et en particulier (...)

2De là jusqu’au titre choisi pour cette communication, mettant l’accent sur foncier et aveugle. Le lecteur comprendra qu’il n’y avait qu’un pas (obligé) à franchir pour rendre justice à toute vérité en marche. Seules, à notre avis, une telle audace, de telles avancées nous mettront en route vers la libération de toute injustice commise au nom de tant de raisons bâtardes. Si tel n’était point là l’esprit qui nous anime passionnément, quel sens auraient les milliers d’heures passées dans les départements de périodiques et dans les archives par de nombreux chercheurs, à propos d’une affaire que l’histoire aurait pu bel et bien classer définitivement en 1906 ? Péguy n’aurait-il pas, une fois encore, désigné à juste titre le caractère immortel de cette affaire dans son empreinte mystique, c’est- à-dire, par la charité qui s’y renfermait, malgré toute la dégradation politique postérieure, car c’est bien le « métier » de toute politique que la dégradation3 ?

  • 4 C. Duquedene, « L’Affaire », La Señal de la Victoria, Valencia, 5-VII-1906. Cf. aussi « El sable y (...)
  • 5 Sous cette rubrique, cf. C. Duquedene., « L’Affaire », art. cit. ; « Siga la risa La Lectura Popu (...)
  • 6 E. Pardo Bazan, « De Europa », La llustración Artistica, Barcelona, 3-VII-1899.
  • 7 C. Duquedene, « L’Affaire », art. cit.-, cf. aussi C.Duquedene, « La révision del proceso Dreyfus  (...)
  • 8 E. Pardo Bazan, « De Europa», art. cit ; cf. aussi sur « le Juif », notamment sous l’aspect de tra (...)
  • 9 Cf. supra, note 4.
  • 10 II s’agit du nom péjoratif que les libéraux, etc., donnaient au journal intégriste El Siglo Futuro(...)
  • 11 Revue hebdomadaire qui a succédé à Luz Católica de Valence et dont le programme est esquissé sur l (...)
  • 12 Cf. « El clero y la prensa », La Señal de la Victoria, Valence, 22-X-1903, p. 53 ; « A la ‘Asamble (...)

3Arme symbolique4 pour abattre l’ennemi5 : « les juifs, les maçons et les internationalistes », l’affaire Dreyfus n’est rien d’autre, en définitive, comme le confirmera Emilia Pardo Bazán, qu’un épisode de la lutte éternelle qui ensanglanta au Moyen-Age les rues de Valence et de Tolède6 ». Affaire donc de race7, comme le signalent, de concert, les uns et les autres, « on le préféra et on le choisit parmi plusieurs candidats à la trahison [....] précisément pour cela, parce qu’il appartenait à la race déicide, et qu’on pouvait compter d’avance sur la sympathie générale et le recours dramatique qui enferment ces deux mots : « Le Juif »8 ». L’affirmation précédente serait-elle une affirmation gratuite, propre aux sectaires9, aux libéraux, républicains, progressistes, libre penseurs - sans-Dieu » pour combattre, à leur tour, La Voz de la Caverna10, La Señal de la Victoria11, La Lectura Popular et tous les organes proches de la « Buena Prensa12 » ?

  • 13 Ch. Péguy : « Il ne faudrait pas beaucoup me pousser pour me faire déclarer ce que je pense, que l (...)
  • 14 « El sable y el hisopo », art. cit.

4Quiconque lira attentivement la littérature antidreyfusiste dans les trois journaux retenus pour cette étude, en tant que largement représentatifs, remarquera sans doute avec stupéfaction qu’à aucun moment, dans aucun article ou note d’information à caractère éditorial, ne figure la recherche de l’innocence ou de la culpabilité de Dreyfus. Cette dernière est fondée non sur la certitude des preuves accusatoires mais sur les préjugés, dont le choix de textes contre le parti juif13 atteste que Dreyfus n’est que la balle ou la victime du pugilat ancestral contre le chien juif espagnol, copie du sale juif français. En effet, à la limite, « au Lycée de Rennes, on ne pose pas un problème juridique, on livre une bataille. Dreyfus n’est pas là le personnage principal, Dreyfus c’est un symbole [....] Ce qu’on y discute c’est bien de savoir si, somme toute, les vainqueurs qui sortiront de la lutte éternellement engagée seront ceux qui luttent pour de sains idéaux de liberté et de justice ou ceux qui défendent, moyennant des accouplements monstrueusement hybrides de sabres et de goupillons, des intérêts bâtards de secte ou de parti14 De quelle secte ou de quel parti s’agissait- il ? Quelle bataille y livrait-on ?

5Voici ce que les adversaires eux-mêmes déclaraient être en jeu :

  • 15 C. Duquedene, « La révisión del proceso Dreyfus », III, art. cit.
  • 16 « Dreyfus triunfante. Las profecias de Zola », España Nueva, Madrid, 13-VII-1906.

Nous voulons attirer l’attention de nos lecteurs au sujet du plan du judaïsme et de la maçonnerie qui vise l’union de la race latine au moyen de la République, pour déchristianiser les nations latines. D’autre part, les Juifs et les maçons ont un grand intérêt à la prépondérance de l’Allemagne afin que, une fois accomplie la susdite union de race, l’Allemagne domine partout dans l’Empire latin, que ce soit sous un monarque maçon ou bien sous une république maçonnique15.
Le militarisme, le cléricalisme, le nationalisme sous son double aspect chauviniste et antisémite ont été vaincus [...] L’heure de la justice qu’aperçut l’auteur de « J’accuse ! » dans une vision poétique, est arrivée, en passant par-dessus la sainteté de la chose jugée, [...] en écrasant le fanatisme religieux et le préjugé de race et le patriotisme, et tout ce qui, enfin, s’était conjuré contre le ‘capitaine juif, par un effet atavique ou de propos délibéré, couvé dans les sacristies et dans les casernes qui étaient des lieux de conspiration permanente contre la République. [...) Dreyfus ne fut pas considéré par ses détracteurs comme un traître. Il fut quelque chose de plus, il fut un symbole, quelque chose qui incarnait l’aspiration antagonique de tout un peuple. A-t-on jamais vu qu’un traître, par la simple raison de l’être, soit capable de susciter entre deux grandes factions, entre deux grands partis, une barrière de haines et de passions ? Avant tout et surtout, Dreyfus était juif, et la France anti-judaïque profita de l’occasion pour livrer la bataille décisive contre la France libre des aveuglements et de préjugés16.

  • 17 Cf. C. Duquedene, « La révisión... »(Conclusion), art. cit.- ; C. Duquedene, « L’Affaire », art. c (...)

6La prétendue erreur étant commise par l’instance chargée de la corriger là où elle pouvait apparaître dans la société, à quel instrument recourir pour combattre les suppurations d’une plaie qui menace de devenir — en fait elle l’est déjà dans l’expression orale et écrite — une guerre civile17 acharnée ?

Sur l’autel de la raison d’État

  • 18 Ch. Péguy : « Notre dreyfusisme était une religion, je prends le mot daas son seas le plus littéra (...)

7Si nous partageons entièrement avec l’auteur de Notre Jeunesse18 la conception de l’Affaire — dans sa racine la plus profonde et dans une bonne partie de ses manifestations externes, telles que déduites des textes que nous présentons — comme un fait religieux dans son essence, il nous semble non seulement significatif, mais d’une nécessité impérieuse, de venir à la source inéluctable d’où nous voyons émaner la justification temporelle de la croisade contre le traître Dreyfus.

8Dans notre perspective, celle-ci est exposée de manière magistrale par Unamuno :

  • 19 Pour le « respect de la vérité » au sens ou l’entend M. de Unamuno, lire l’ensemble de l’article « (...)
  • 20 Sur la religiosité dans l’Affaire et la mystique dreyfusiste, dans le sens exprimé dans la note n°(...)
  • 21 20. M. de Unamuno, « Educación e Instrucción », art. cit.

Si les éneigumènes de l’orthodoxie professionnelle du patriotisme milicien français qui suscita cette guerre civile purificatrice que fut, dans la République française, la très célèbre affaire Dreyfus ; si ces énergumènes-là avaient été des hommes de science, de véritable science, des hommes vraiment instruits, des hommes plaçant le respect dû à la vérité objective19 au dessus de toute autre considération, ils auraient cm que, même pour éviter que l’Allemagne pût vaincre la France et l’anéantir comme nation indépendante, il n’était pas licite de soutenir de tels mensonges. Leur manque de véritable instruction, leur très mauvaise éducation et la monstruosité que quelques-uns nomment la religion de l’honneur — bien que pour l’honneur elle en ait peu et que, pour la religion20, il s’en faut de beaucoup —, c’est ce qui les amena à des procédés barbares [....]
Et si c’est bien une vilenie que saouler un pauvre soldat pour le lancer dans le combat, c’est pire qu’une vilenie, c’est la plus perverse des scélératesses que de troubler la raison de celui qui doit juger. Et peut-être de lui inculquer les principes diaboliques avec lesquels Caïphe, le prêtre qui s’est préoccupé le plus du prestige de l’autorité, condamna le Christ ; les mêmes principes avec lesquels on condamna Dreyfus par la suite en France et tant d’autres ailleurs. C’est le principe barbare, inhumain et injuste du salus populi, le salut et le peuple étant entendus au sens où l’entendent les guérisseurs du patriotisme moyennant salaire21.

  • 22 Jn 11, 47-53 ; 18, 13ss ; Me 14, 1-2 ; 53-65 ; Mt 26, 3-5.57-65 ; Le 22, .54-55.63-71.
  • 23 Ch. Péguy, op. cit., pp. 645-647.

9Y aurait-il un autre paradigme dans l’histoire religieuse de l’Affaire qui puisse en témoigner mieux que celui de Caïphe22 pour soutenir le salut temporel23 comme le prouve d’une manière explicite ce texte unique à l’aide duquel on peut expliquer et justifier l’holocauste de la victime sur l’autel de la raison d’État ?

  • 24 C. Duquedene, « La révision... » (Conclusión), art. cit. ; cf. aussi J. Jareño Lopez, « Razón de E (...)

Même si Dreyfus était innocent et que ses accusateurs étaient coupables [...], le salut de la Patrie demande impérieusement de laisser les choses en l’état, car l’innocence d’un individu ne vaut pas la paix d’une grande nation. On ne saurait le condamner, s’il est innocent ; mais, une fois condamné juxta allegata et probata, son innocence doit, pro bonopacis, se sacrifier sur l’autel du Bien commun, si en l’innocentant on doit troubler celui-ci. En l’état actuel des choses, quand bien même on suppose Dreyfus innocent, ce que font ses amis est un crime de lèse bien social24.

  • 25 Cf. J. Dinomol, « Jesús, Rey » La Senal de la Victoria, Valence, 26-V1I-1906, pp. 431-432 ; P. Cas (...)
  • 26 « El sable y el hisopo », art cit. ; cf. aussi L. Bonafoux, « El Jesuita », El Progreso, Madrid, 2 (...)
  • 27 Jn 18, 14.
  • 28 Sur le déricalisme et l’anticléricalisme dans l’Affaire, cf. notamment C. Duquedene, « La révision (...)

10Si ceux qui font valoir de telles plaidoiries brandissent comme seul étendard celui du Christ-Roi25, se drapant, pour être écoutés, dans l’autorité de la soutane26, comment empêcher que nous viennent à l’esprit, une fois de plus, « les principes diaboliques avec lesquels Caïphe, le prêtre qui s’est préoccupé le plus du prestige de l’autorité, condamna le Christ » : il vaut mieux qu’un seul homme meure pour le peuple27 ? Serait-on donc contraint de convenir avec les anticléricaux28 face au hurlement : « Crucifie-le !... Relâche Barabbas et crucifie le Christ !... Crucifie-le !... » que « le spectacle est horrible ; jamais le fanatisme haineux et misérable n’a commis un crime aussi atroce que le présent » et que la religion de Caïphe est :

  • 29 « El último rugido », art. cit.

la bâtarde prostituée de tous les temps, la bête noire de toutes les époques, qui souille et qui profane tout par son contact impur ; celle qui empoisonne l’âme d’une jeunesse pourrie par l’indifférence et monstrueuse par la lâcheté ; celle qui a engendré toutes les catastrophes de la haine, tous les massacres de la férocité et de la colère ; celle qui agonise en crachant sur Zola des crachats de fureur29 ?

Le bras armé de l’Église

  • 30 J. C. y A., « El horror a la espada » El Siglo Futuro, Madrid, 13-VII-1906 : « Le verdict d’acquit (...)

11Se trouve-on devant deux langages irréductiblement babéliens ou peut-on convenir que lorsque les uns disent « c’est elle qui a engendré toutes les catastrophes de la haine, tous les massacres de la férocité et de la colère » on puisse y trouver une coïncidence paradoxale parmi les adversaires et les champs de bataille avec ceux que consigne de la sorte El Siglo Futuro : « Parcourons l’histoire de notre nation [l’Espagne] et là où l’on rencontrera quelque chose de bon, quelque chose de noble, quelque chose de sublime, on y verra l’influence de l’épée »30.

12Quand Unamuno dit :

  • 31 M. de Unamuno, « Confesión de culpa », El Dia, Madrid, 7-XII-1917.

J’ai mentionné l’affaire Dreyfus et l’agitation et la division des esprits qu’elle provoqua en France [...] J’aurais honte d’être espagnol si pour préparer l’Espagne non pas à la défense, mais à l’offensive ; si pour faire de l’Espagne un peuple de proie, impérialiste, militariste, où l’on soumet tout à la discipline exigée par la préoccupation exclusive de l’agrandissement de la patrie, coûte que coûte, on nous forçait, les Espagnols, à ne pas lutter dans la justice, pour les droits de l’homme, d’un seul homme qui fût31

  • 32 J. C. y A., « El horror a la espada », art. cit.

13emploie-t-on les mêmes paramètres linguistico-patriotiques que l’auteur de « El horror a la espada » quand il sonne l’alarme sur « le divorce des couches civiles et les classes militaires » en France, tout en nous prévenant du fait que « là aussi [en Espagne] l’horreur de l’épée grandit de jour en jour ; là aussi l’opinion publique est pleine de préoccupations rancunières et, loin de resserrer les liens d’union intime et d’affection qui doivent exister entre la nation et l’armée, elle fomente l’aversion insensée contre le métier militaire32 » ?

14Il est facile d’affirmer, en parcourant en effet les pages « sublimes » de l’histoire auxquelles fait allusion l’auteur de l’article précité, que l’on y préconise bien que seule l’alliance du sabre et du goupillon peut assurer la survie de la chrétienté, à défaut du pouvoir de la Parole par elle seule ?

15Le traitement de l’Affaire dans la presse intégriste offre un moyen facile de disqualifier la milice qui s’appuie pour son ambition de conquête sur la sanction de la soutane ou plutôt essaie de confirmer sur terre le Messie davidique comme le soutien dont elle a besoin pour pouvoir chanter victorieusement dans ce monde le hosanna du « Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat », qui figure graphiquement sur l’emblème de La Señal de la Victoria ?

  • 33 Cf. L. Morote, « Paris votando », an. cit.
  • 34 Voir notes n° 24 et 29.
  • 35 C. Duquedene, « L’Affaire », art. cit

16Que de fois, tout au long de l’histoire, les fidèles n’auront-ils pas vu en action des pères Didon et des pères Du Lac qui montent en chaire pour faire l’apologie de l’épée33 ! Est-ce un hasard si à toutes les pages de la revue précitée on continue à prêcher carrément la croisade34, au nom du Christ, en portant les « crucifix de la Milice de la Croix », l’étendard du Christ-Roi contre les Juifs et les maçons — à Franco d’ajouter les communistes —, très maudits35 dans le plus profond de leur être ? »

  • 36 Cf. notamment C. Duquedene, « La révision... » I, art. cit. ; Id., « L’Affaire », art. cit. ; Id.,(...)

17D’où vient donc toute la haine emmagasinée qui suinte par tous les pores de l’être sinon d’une éducation tournée, dès la plus tendre enfance, contre le juif impie et perfide36, traître par assimilation atavique et maudit par hérédité comme peuple ?

  • 37 E. Pardo Bazan, « De Europa », art. cit ; « El sable y el hisopo », art. cit. ; L Bonafoux, « Isra (...)
  • 38 Le jour de (la fête de) la race ou de la Hispanidad, célébré solennellement en Espagne.

18Quant à moi, il n’y a d’autres raisons au présent colloque — cent ans après la première sentence portant condamnation du crime d’être juif— que celle de nous apprêter, en utilisant comme armes les lumière de la réflexion, à éclairer la bataille qui ne finira pas37, tant que l’on continuera à fêter le 12 octobre en Espagne ou ailleurs38.

Lequel des deux Christs est le Christ de l’évangile ?

  • 39 Le 10, 29-37.
  • 40 « Ouvrir les prisons injustes »
  • 41 « Venez, les bénis de mon Père [....] Car [...] j’étais un étranger et vous m’avez accueilli, (... (...)
  • 42 Des journaux à tendance libérale, républicaine..., combattus âprement par la « Buena Prensa ». Cf. (...)
  • 43 « El sable y el hisopo », art. cit.

19Celui de « Nos autem Christi » et de « In hoc signo vinces », autant dire celui de La Senal de la Victoria, El Siglo Futuro et La Lectura Popular pour qui Dreyfus, traître parce que juif, doit être crucifié sur l’autel de la raison d’État ou, par contre, le Christ du Samaritain39, celui de Isaïe, 58, 640 et de Mathieu, 25, 34-3641, qui pourrait parler par la voix des Heraldo, Imparcial, Libéral, Pais, Progreso, España Nueva, Nuevo Régimen, Vida Nueva, Don Quijoté42 lesquels, dans la campagne antisémite contre le juif Dreyfus « perçoivent l’esprit de vengeance qui pousse ceux qui, s’appelant eux-mêmes prêtres d’une religion d’amour et de pardon, rêvent de dresser sur le Golgotha la même croix sur laquelle est mort le premier chrétien pour clouer sur elle le dernier des juifs43 ? »

20Peut-être le meilleur des commentaires ou des réponses que le lecteur puisse se donner sur toutes les questions que nous avons posées sera-t-il la simple lecture de ce choix de textes, nécessairement réduit, que nous proposons pour terminer, sans autre commentaire que celui de demander si oui ou non l’antisémitisme foncier aboutit inexorablement à l’aveugle antidreyfusisme de la presse intégriste, ainsi que la moindre des manifestations actuelles de racisme (en famille, à l’école, au Parlement ou dans les rues) — tous les Rois Catholiques, Mercier, Dulac et Le Pen de l’histoire aidant — n’entraîne-t-elle tous les jours quarante mille enfants dans la fosse de l’ignominie pour avoir commis le crime d’être nés en Angola, au Maroc, au Biafra... :

  1. Qui ne connaît Zola ? ; qui ne connaît l’auteur de Nana, La Terre, L’Assommoir, Lourdes ? ; qui ne connaît le détracteur de la très Sainte Vierge, le propagateur infatigable de l’immoralité et du scepticisme, l’écrivain obscène qui a mérité d’être balayé de la Russie, de l’Angleterre et de l’Allemagne par le balai de la police ? Qui ne sait que cet écrivain vénal a pris fait et cause pour les Juifs dans l’affaire retentissante du traître Dreyfus tout en épousant le parti de tous les malintentionnés de la terre ?[...]
    Si la sainte intransigeance des catholiques qui ne se vendent pas pour des lentilles, n’avait d’autre titre de gloire que celui de s’être battu dès le début contre la plaie du métissage dans le champ politique, religieux et littéraire, ce seul titre suffirait à mériter la considération des bons et [...] la haine des méchants44.
  2. En résumé : la persécution contre l’Église en France, ainsi que la mine de celle-ci et la révolution de la Russie (et sans doute la guerre russo-japonaise et tout ce qui se prépare en Espagne et ailleurs) a pour origine l’affaire Dreyfus, l’arme terrible avec laquelle les juifs très maudits tirent vengeance de l’Église et des peuples tels des démons. Et combien ne doivent-ils s’en venger encore45 !
  3. Pour les dreyfusistes les tribunaux ne rendent la justice que lorsqu’ils acquittent ; pour les patriotes les tribunaux ont toujours raison même s’ils se trompent ; tel est le différend à régler entre l’esprit de rébellion, propre au peuple juif, et l’esprit d’ordre, propre aux nations chrétiennes.
    Le remède du cancer juif dont souffre la France doit être long. Dans ces maladies la contagion est sûre et les dégâts horribles. [...] Il n’y a qu’un antidote : la foi chrétienne. Et un seul préservatif sûr : le ghetto.
    Bénis soient les Espagnols du Siècle d’Or qui l’ont établi avec une rigueur si extrême46 !
  4. Sur le mur de la salle où se réunit le Conseil de guerre qui est en train de réviser la cause de Dreyfus, il y a un crucifix [....] Dreyfus s’assied face au Crucifix. S’il lève les yeux vers le tribunal qui le juge [...] Seulement il ne le connaît pas. Il sait de Lui ce qu’enseigne la synagogue : qu’il fut un imposteur qui prêchait des doctrines subversives ; qu’il voulut soulever le peuple ; qu’il fut trahi par l’un des siens et qu’il mourut sur un échafaud [...]
    Les Juifs, comme les protestants, ne croient plus. Le xixe siècle qui leur a donné tant de choses, leur a ravi la foi d’Abraham. S’occupant à maquiller ses répliques avec les apparences de la vérité ; à se frayer un chemin qui le sauve ; à s’en assurer la vie de l’honnête homme, oh qu’il sera loin de songer à ce qu’il a sous les yeux celui qui est le chemin, la vérité et la vie même pour les coupables !
    Par sa lignée et son éducation, Dreyfus est habitué à mépriser le Christ [...] L’image du Christ fait la rectitude du juge, la véridiction du témoin, la résignation de l’innocent poursuivi et laisse tranquille l’accusé qui paye pour sa faute [...] Il y a deux choses qui empêchent de le voir [le Christ] quand bien même on a son image devant les yeux : l’une consiste à s’y refuser ; l’autre à ne pas croire. Les deux sont le propre de Dreyfus.
    En bon juif, il ne veut Le voir et il ne croit en Lui, et en bon rationaliste, aboutissement de tous les juifs modernes qui se respectent et qui possèdent une certaine culture, ni croit en Lui ni veut Le voir : l’impiété en partie double. C’est un joli bilan pour le jour du jugement ! [...]
    Mais ce qui est le plus grave ce n’est pas que Dreyfus l’ait sous les yeux ; ce qui est le plus grave c’est que Dreyfus soit à sa merci [...] Le peuple qui n’a pas voulu le connaître erre en pleine diaspora sur la surface de la terre ; on le méprise partout ; il est discrédité même parmi ses amis qui souvent lui servent, et pour cause, et avec un mal gravissime pour les nations chrétiennes, l’estimant pour ce qu’il est en fait : un peuple maudit qui vit en faisant le mal.
    Est-il possible de voir Dreyfus, et de le voir devant le Christ, sans se souvenir du nom de Judas, le nom qu’ont porté un grand général, puis un grand traître ? L’ennui, pour Dreyfus, c’est que chez les Juifs l’époque des héros est terminée et qu’il ne reste que des traîtres. Et il n’y a pas à craindre qu’il ne vienne à l’idée de personne de l’appeler du nom de Maccabée bien qu’une foule de gens lui donnent le nom d’Iscariote47

Notes

1 Pour une vue d’ensemble sur l’Affaire dans la presse espagnole, cf. J. Jareño-Lopez, El affaire Dreyfus en España (1894-1906), Murcia, 1981.

2 F. Arrabal, Baal Babylone, Paris, 1959, pp. 205-206.

3 Ch. Péguy, Notre Jeunesse, Œuvres en Prose 1909-1914, Paris, 1968, pp. 542-544 ; et en particulier, pp. 581-582 : « Ce qui a pu donner le change, c’est que toutes les forces politiques de l’Église étaient contre le dreyfusisme. Mais les forces politiques de l’Église ont toujours été contre la mystique. Notamment contre la mystique chrétienne ”.

4 C. Duquedene, « L’Affaire », La Señal de la Victoria, Valencia, 5-VII-1906. Cf. aussi « El sable y el hisopo » El Pais, Madrid, 8-IX-1899

5 Sous cette rubrique, cf. C. Duquedene., « L’Affaire », art. cit. ; « Siga la risa La Lectura Popular, Orihuela, l-IV-1898.

6 E. Pardo Bazan, « De Europa », La llustración Artistica, Barcelona, 3-VII-1899.

7 C. Duquedene, « L’Affaire », art. cit.-, cf. aussi C.Duquedene, « La révision del proceso Dreyfus », III, La Sériai de la Victoria, 14-1-1904 ; A. Clavarana, « Republicanos y republicanos », La Lectura Popular, Orihuela, 15-X-1902 : se reporter au dernier numéro : « Pauvre race latine ! » Voir à ce sujet, A. Clavarana, « Presentimientos », La Lectura Popular, Orihuela, l-X-1902.

8 E. Pardo Bazan, « De Europa», art. cit ; cf. aussi sur « le Juif », notamment sous l’aspect de traître et déicide, ainsi que sur les diverses insultes « sale juif, chien juif, vil juif », C. Duquedene, « La révision del proceso Dreyfus », I, La Senal de la Victoria, Valencia, 7-1-1904 ; C. Duquedene, « La révision del proceso Dreyfus », (Conclusion), La Senal de la Victoria, Valencia, 4-II-1904 : « En vérité on n’en revient pas : comment se peut-il qu’il y ait un catholique, un homme de discernement qui puisse douter de la trahison de Dreyfus et des desseins judéo-maçonniques dans l’exploitation de cette affaire ? » ; Id., « L’Affaire », art. cit. ; Duquedene, « Del pecho del traidor cuelgan las cruces », La Señal de la Victoria, 19-VII-1906 ; j. Juarez y Vicens, « Delante del Crucifijo », El Siglo Futuro, Madrid, 12-VIII-1899 ; Id., « Condenación de Dreyfus », El Siglo Futuro, Madrid, II-IX-1899 ; J. J. V.« En Francia », El Siglo Futuro, Madrid, 14-IX-1899 ; « Siga la risa », art. cit. ; F. Pi Y Margall, « El an- tisemitismo en Francia », Don Quijote, Madrid, 28-1-1898.

9 Cf. supra, note 4.

10 II s’agit du nom péjoratif que les libéraux, etc., donnaient au journal intégriste El Siglo Futuro de Madrid.

11 Revue hebdomadaire qui a succédé à Luz Católica de Valence et dont le programme est esquissé sur l’emblème de la couverture. Elle a été publiée à Valence également du 1er octobre 1903 (n° 1) au 28 décembre 1905 (n° 118), ayant été reliés tous ces numéros dans un premier volume, et du 4 janvier 1906 (n° 119) au 14 février 1907 (n° 176 « et dernier ») reliés dans un deuxième volume comprenant quatre suppléments sur la « vindicaciôn josefina » du P. José Domingo Maria Corbato, fondateur de la revue. Pour ce qui est du programme, cf. notamment « Nuestros propósitos », La Senal de la Victoria, Valencia, I-X-1903 : « Milice de la Croix est le titre de notre Hermandad : on dirait aujourd’hui un atome perdu sur l’espace [....], jusqu’au jour prochain où l’on deviendra une armée formidable et autorisée de Cruciferos » ; « Con esta Señal vencerás », ibid., p. 14 ; Francisco Maria Cruz, « A la Cruzada ! » et R. Fernandez Valbuena, « Necesidad de una nueva Cruzada. Sermon de la Santa Bula », La Sériai de la Victoria, Valence, 14-1-1904, pp. 243, 244 ; voir la suite de ce sermon, pp. 259 (n° 17 du 21-1-1904) ; 274 (n° 18 du 28-1-1904) ; E. Selles, « La Cruz y la Espada », ibid., 25-VIII-1904 ; «Los emblemas de la Portada », ibid., 19-X-1905.

12 Cf. « El clero y la prensa », La Señal de la Victoria, Valence, 22-X-1903, p. 53 ; « A la ‘Asamblea de la Buena Prensa’ una proposición », « El Episcopado y la Prensa », ibid., 12-V-1904, pp. 522, 523 ; La Asamblea de la Buena Prensa », ibid., 30-VI-1904, pp. 638-640 ; « Asamblea Nacional de la Buena Prensa : Conclusiones aprobadas », ibid., 7-VII-1904, pp. 658-660. Voir la suite, pp. 674-676 (n° 42 du 14-VII-1904) et pp. 708-709 (n° 44 du 28-VII-1904).

13 Ch. Péguy : « Il ne faudrait pas beaucoup me pousser pour me faire déclarer ce que je pense, que l’affaire Dreyfus, dans la mesure où elle fut montée, fut montée contre le parti juif »( op., cit., p. 62).

14 « El sable y el hisopo », art. cit.

15 C. Duquedene, « La révisión del proceso Dreyfus », III, art. cit.

16 « Dreyfus triunfante. Las profecias de Zola », España Nueva, Madrid, 13-VII-1906.

17 Cf. C. Duquedene, « La révisión... »(Conclusion), art. cit.- ; C. Duquedene, « L’Affaire », art. cit. ; cf. aussi Achille, in El Libéral, Madrid, 26-IV-1899 : « La guerre civile [...] On dirait qu’on est en train de livrer la dernière et la plus sanglante des batailles pour le droit dont ce siècle des grandes épopées idéales ait été témoin » ; M. de Unamuno, « Educación e Instrucciôn », Nuevo Mundo, Madrid, 6-II- 1920.

18 Ch. Péguy : « Notre dreyfusisme était une religion, je prends le mot daas son seas le plus littéralement exact, une poussée religieuse, une crise religieuse, et je conseillerais même vivement à quiconque voudrait étudier, considérer, connaître un mouvement religieux dans les temps modernes, bien caractérisé, bien délimité, bien taillé, de saisir cet exemple unique » (op. cit., p. 580).

19 Pour le « respect de la vérité » au sens ou l’entend M. de Unamuno, lire l’ensemble de l’article «La Patria y el Ejército », Nuestro Tiempo, Madrid, 5-II-1906. Cf. aussi « Francia », Heraldo de Madrid, 10-IX-1899 ; Blasco-Ibanez, « Aristides, Esquilo y Zola., Don Quijote, Madrid, 4-III-1898 ;]. Riquelme » La bestia ciega », El Progreso, Madrid, 25-11-1898 ; J. Araña, « Un valiente », La Lucha de Closes, Bilbao, 22-1-1898 ; A. Calderon, « Crônica. Reflexiones », Heraldo de Murcia, 6-X-1902 ; » Triunfo de la verdad -, El Libéral, Madrid, 13-VII-1906.

20 Sur la religiosité dans l’Affaire et la mystique dreyfusiste, dans le sens exprimé dans la note n° 17, cf. aussi A. Clavaraña, « Republicanos y republicanos », art. cit. :» Plus de foi, plus de Croix, plus d’aspiration surnaturelle, rien de fanatismes archaïques ; comme on dit à présent en parlant hébreu : des lumières !, du progrès ! Mais du progrès et des lumières matérialistes, zolesques, de la chair et de la boue pour en arriver (...) à la mort politique et sociale et à l’enterrement comme nation «. L. Bonafoux« Israelitas y antisemitas », Heraldo de Madrid, 21-XI-1897 ;Clarin, « Abajo los judíos ! « Heraldo de Madrid, 31-1-1898 ; Juan Sin Tierra, « La Semana Nuevo Mundo, Madrid, 2-II-1898 ; A. Machado«Algunas consideraciones sobre libros recientes : Contra esto y aquello de Miguel de Unamuno », in Obras. Poesi’a y Prosa. Ed. Losada, Buenos Aires, 1964, pp. 780-781 ; M. de Unamuno, « La Patria y el Ejército », art. cit.-, Blasco Ibañez, « Arístides, Esquilo y Zola », art. cit. ; « El patriotisme). Con permiso de los patriotas -, Espana Nueva, Madrid, 22-V1I-1906 ; F. PÉrez y Gonzalez, « Cosas de otras partes », El Libéral, Madrid, 7-VI-1899 ; E. Gomez Carrillo, « Sensaciones de Paris », El Pais, Madrid, 16-111-1899 Tous les faits cruels, l’histoire en fait foi, ont pour origine une fausse idée de la Patrie. La Patrie (...) du point de vue des politiciens professionnels est semblable aux religions exploitées par le clergé » «Rampolla y Dreyfus », El Pais, Madrid, 4-IX-1899 ; « El sable y el hisopo », art. cit. ; M. de Unamuno « Educaciôn e Instrucciôn » art. cit.-, Lorena, « Tiene razón ? », El Globo, Madrid, 11-11-1898 ; « El último rugido «, ElProgreso, Madrid, 10-11-1898 ; M. Sawa, « A la juventud espanola -, Don Quijote, Madrid, 28-1-1898 ; Federico Urales, « Justicia », Progreso, Madrid, 12-111-1899 ; E. Marquina, « Diario de Paris. Las ûltimas horas de un proceso », Espana Nueva, Madrid, 13-VII-1906 ; L. Bonafoux, « El Calvario de Zola », Emilio Zola. Su vida y sus obras, Valencia, 1902, pp. 167-170.

21 20. M. de Unamuno, « Educación e Instrucción », art. cit.

22 Jn 11, 47-53 ; 18, 13ss ; Me 14, 1-2 ; 53-65 ; Mt 26, 3-5.57-65 ; Le 22, .54-55.63-71.

23 Ch. Péguy, op. cit., pp. 645-647.

24 C. Duquedene, « La révision... » (Conclusión), art. cit. ; cf. aussi J. Jareño Lopez, « Razón de Estado, patriotisme y demâs religiones », op. cit., pp. 49-98.

25 Cf. J. Dinomol, « Jesús, Rey » La Senal de la Victoria, Valence, 26-V1I-1906, pp. 431-432 ; P. Cases « Oración a la bandera », ibid., p. 402 ; J. Devolx y Garcia, « A la bandera espanola », ibid., p. 402 ; Francisco Maria Cruz, « A la Cruzada ! art. cit.», R. Fernandez Valbuena, « Necesidad de una nueva Cruzada... », art. cit ; Silvio, « Cristo vence », La Senal de la Victoria, Valencia, 10-111-1904, pp. 372- 373 ; M. de M. Sainz, « Nuestra bandera », ibid., 7-IV-1904, p. 442 ; C. B. y S., « Reinará ! », ibid., 23- VI-1904, pp. 622-623 ; « Paso al españolismo de la Cruz ! », ibid., 3-XII-1903, pp. 147-149 ; J. Dinomol « El reino temporal de Cristo ibid., 9-VI-1904, p. 604. Voir la suite pp. 609-610 (n° 38 du 16-VI 1904) ; pp. 662-663 (n" 41 du 7-V1I-1904) ; et pp. 678-679 (n° 42 du 14-VII-1904) ; J. Dinomol « Himno », ibid., 27-X-1904, p. 931 : « Aux armes, les guerriers chrétiens ! Pour défendre votre Patrie [...] Pour défendre votre Autel » ; «-Al divino Rey de las Españas » (couverture), Francisco Maria Cruz « Tu reinarâs », ibid., 29-V1-1905, p. 1541 ; « Con esta Senal vencerás », art. cit. ; « Nuestros propôsi- tos », art. cit. ; R. Martinez -Alvarez, « La bandera », ibid., 4-II-1904, pp. 301-302 ;- L’himne crucîfero- català de demà -, ibid., l-IX-1904, pp. 797-798 : « Aux armes, nos frères, nous demandent / Notre Patrie, notre Roi et le lion Dieu !» ; « Los emblemas de la Portada », art. cit. ; T. Llorente, « La na- ciôn de la fe -, ibid., 26-V-1904, pp. 558-559 ; voir la suite pp. 579-580 (n° 36 du 2-V1-1904) ; A. Clavarana, « Con este Signo vencerás », La Lectura Popular, Orihuela, l-V-1897.

26 « El sable y el hisopo », art cit. ; cf. aussi L. Bonafoux, « El Jesuita », El Progreso, Madrid, 20-1-1898 ; Id., « El Padre Dulac », Francesas y Franceses, Paris, 1914, pp. 81-82.

27 Jn 18, 14.

28 Sur le déricalisme et l’anticléricalisme dans l’Affaire, cf. notamment C. Duquedene, « La révision... », I, art. cit. ; Id., «L’Affaire », art. cit. ; « Siga la risa -, art. cit. ; J. J. V., « El motîn de Paris -, El Siglo Futuro, Madrid, 26-VIII-1899 ;/rf., « A Roma por todo -, ibid., 24-VIII-1899 ; A. Clavarana, « Republicanos y republicanos », art. cit. ; Clarin, « Abajo las judios ! », art. cit. ; E. Pardo Bazan, « De Europa », art. cit. «Dreyfus y el Papado », El Pais, Madrid, 16-IX-1899 ; « Rampolla y Dreyfus », art. cit. ; « Dreyfus y el Vaticano », La Senal de la Victoria, Valencia, 9-VIII-1906 ; Blasco Ibanez, « Arlstides, Esquilo y Zola -, art. cit. ; « El patriotismo. Con permiso de los patriotas -, art. cit. ; F. PÉrez Y Gonzalez, « Cosas de otras partes », art. cit. ; E. Gomez Carrillo, « Sensaciones de Paris », art cit. ; L. Morote, « Paris votando », Progreso, Madrid, 20-V-1900 ; J. Riquelme, « Sombras », El Progreso, Madrid, 20-1-1898 ; « El ûltimo rugido », art. cit. ; « Dreyfus condenado », La Lucba de Closes, Bilbao, Septiembre, 1899 ; « Dreyfus triunfante. Las profecias de Zola », art. cit. ; V. Blasco Ibañez, « Una visita a Zola », Emllio Zola. Su vida y sus obras, Valencia, 1902, pp. 191-195 ; L. Bonafoux, «El Calvario de Zola », art. cit.

29 « El último rugido », art. cit.

30 J. C. y A., « El horror a la espada » El Siglo Futuro, Madrid, 13-VII-1906 : « Le verdict d’acquittement dans cette affaire qui avait suscité les batailles les plus passionnées et même les plus sanglantes entre les partisans et les détracteurs de la milice, vient d’être prononcé en dernière instance sans qu’il n’y ait guère personne pour protester contre cette sanction qui représente le déshonneur le plus grave que puisse essuyer une armée ». Cf. aussi note n° 24, ainsi que E. Sellès, « La Cruz y la Espada », art. cit. ; R. de Maeztu, « La Cruz de la Espada », Vida Nueva, Madrid, 27-VIII- 1899 ; T. Llorente, « La naciôn de la fe »", art. cit. ; J. Jareño Lopez, « Razón de Estado, patriotismo y demás religiones », « La vergùenza de Rennes » et « Rehabilitación de la conciencia universal », op. cit., pp. 49-98 ; 215-260 et 291-308, respectivement.

31 M. de Unamuno, « Confesión de culpa », El Dia, Madrid, 7-XII-1917.

32 J. C. y A., « El horror a la espada », art. cit.

33 Cf. L. Morote, « Paris votando », an. cit.

34 Voir notes n° 24 et 29.

35 C. Duquedene, « L’Affaire », art. cit

36 Cf. notamment C. Duquedene, « La révision... » I, art. cit. ; Id., « L’Affaire », art. cit. ; Id., « La révision... », III, art. cit. ; Id., « Del pecho del traidor cuelgan las cruces... », art. cit. ; J. Juarez y Vicens, « Delante del Crucifijo », art. cit. ; Id., « El motîn de Paris », art. cit. ; Id., « A Roma por todo », art cit. ; « Siga la risa », art cit. ; A. Clavarana, « Republicanos y republicanos », art. cit.

37 E. Pardo Bazan, « De Europa », art. cit ; « El sable y el hisopo », art. cit. ; L Bonafoux, « Israelitas y anti- semitas » art cit.

38 Le jour de (la fête de) la race ou de la Hispanidad, célébré solennellement en Espagne.

39 Le 10, 29-37.

40 « Ouvrir les prisons injustes »

41 « Venez, les bénis de mon Père [....] Car [...] j’étais un étranger et vous m’avez accueilli, (...] j’étais prisonnier et vous êtes venus me voir »

42 Des journaux à tendance libérale, républicaine..., combattus âprement par la « Buena Prensa ». Cf. note n° 11

43 « El sable y el hisopo », art. cit.

44 « Siga la risa », La Lectura Popular, Orihuela, l-IV-1898.

45 C. Duquedene, « L’Affaire », La Señal de la Victoria, Valencia, 5-VII-1906.

46 J. J. V., « En Francia », El Siglo Futuro, Madrid, 14-IX-1899.

47 J. Juarez y Vicens, « Delante del Crucifijo », El Siglo Futuro, Madrid, 12-VIII-1899.

Auteur

Lycée Floridablanca, Murcia

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540