Version classiqueVersion mobile

L'affaire Dreyfus et l'opinion publique

 | 
Michel Denis
, 
Michel Lagrée
, 
Jean-Yves Veillard

Deuxième partie. Catholicisme et aire latine

L’affaire Dreyfus et l’Italie

Leonardo La Puma

Texte intégral

1Le projet initial de recherche concernant l’analyse de l’affaire Dreyfus dans la presse régionale, provinciale et locale, les périodiques, les journaux de partis, la presse occasionnelle, les brochures, etc. s’est avéré beaucoup plus difficile que prévu. L’absence de catalogues généraux de la presse locale, impose des déplacements d’une ville à l’autre, d’une bibliothèque à l’autre. On doit souvent remonter à des archives privées qui n’ont pas toujours été bien conservées au cours du temps. L’enquête s’est limitée pour l’instant au secteur géographique du centre de l’Italie, et notamment au sud continental, région très particulière à plus d’un titre. Cependant, le matériel réuni n’étant pas encore suffisant, je me limiterai ici à analyser l’attitude de l’Italie à propos de l’affaire Dreyfus à travers certains organes de presse nationaux. Ils reflètent non seulement le sentiment général des Italiens, en termes plus compréhensibles, mais influencent et orientent également ce sentiment.

2En Italie comme du reste dans d’autres pays, les petits et grands journaux focalisent sur le cas du capitaine Dreyfus depuis la fin de l’année 1897 jusqu’à la fin de l’année 1899- Pendant ces deux années, on assiste à un combat politique et idéologique au cours duquel l’affaire devient successivement un outil, un prétexte et une métaphore. On le déduit notamment des interventions militantes à chaud de la presse, surtout de certaines grandes agences d’information, de journaux d’orientations divergentes avec des références politiques, culturelles et sociales différentes et souvent opposées les unes aux autres.

3L’un des exemples les plus intéressants d’évaluation de l’affaire est sans aucun doute celui qui est fourni par l’Avanti !, quotidien officiel du parti socialiste italien. Lorsque ce journal a été créé (le 25 décembre 1896), la presse socialiste italienne avait déjà une présence diffuse dans les campagnes et dans les centres industriels les plus importants. Cette presse mêlait les revendications sociales et le combat antimilitariste. Mais ce phénomène s’était développé également en raison de l’urgence d’autres phénomènes tels que le développement industriel, la transformation de la forme traditionnelle de production et les premiers processus d’urbanisation. On vit alors se développer une volonté de dépasser le fort particularisme et le chauvinisme de la presse socialiste afin d’empêcher la dispersion des énergies et d’élaborer une orientation politique unitaire du mouvement socialiste ouvrier.

4Il est intéressant de souligner tout d’abord l’impact important de l’affaire Dreyfus sur la vie quotidienne des socialistes italiens. On peut affirmer sans exagération que l’évolution de cette affaire judiciaire en France s’accompagne, pour certains aspects non secondaires, de l’évolution de la politique, de la stratégie voire de l’idéologie du socialisme italien. Cet accompagnement ne va pas dans le sens d’un développement parallèle et toutefois autonome, mais dans le sens dialectique d’une vive et féconde interaction. L’événement judiciaire fournit à beaucoup d’intellectuels progressistes l’occasion d’une révision de leur conception de la démocratie et du rôle culturel et social des intellectuels dans les processus de transformation de la société. Cela est en outre illustré par l’intérêt considérable que la presse socialiste, globalement, consacre à Dreyfus sur l’ensemble du territoire national.

  • 1 Le Tentate evasioni di Dreyfus, « Avanti », 4 octobre 1897. Sur ce journal socialiste, cfr. G. Arf (...)

5Comme dans toute la presse nationale, l’épisode qui déclenche dans l’Avanti ! une certaine curiosité pour cette affaire est la présumée tentative d’évasion de Dreyfus de l’île du Diable, tentative interprétée comme un complot judéo-bancocratique pour rendre la liberté à celui que les juifs considèrent comme un juif injustement condamné, mais qui est tout de même resté en fait un « capitaine traître »1. Au départ donc, l’attitude de l’Avanti ! concernant l’affaire Dreyfus reste de l’ordre du malentendu et de la sous-évaluation car on n’a pas saisi la signification réelle de cette affaire et on n’évalue pas l’impact de ses conséquences politiques.

  • 2 Di nuovo Dreyfus, « Avanti ! », 1er novembre 1897.

6En effet, toute l’année 1897 est dominée par l’indifférence et le manque d’intérêt ainsi que par une position de scepticisme total que même les nouvelles preuves de l’innocence de Dreyfus ne modifieront pas. Celui-ci est toujours considéré comme objet/occasion de machination de la part des juifs français2.

  • 3 Cf. G. Tortorelli. L’Affare Dreyfus e i socialisti italiani, in « Società e storia », n° 31,1986, (...)

7En fait, chez les socialistes, le préjugé selon lequel juif est synonyme de capitaliste est très répandu. Le corollaire de ce préjugé est presque tautologique : derrière ce nouveau coup monté sur le cas Dreyfus plane l’ombre de la ploutocratie juive, d’après l’un des stéréotypes les plus classiques de la culture de gauche. Ce préjugé est à peine entamé par la série d’informations et d’indiscrétions qui arrivent de Paris, mais qui ne servent qu’à nourrir une attitude de non compromission. D’autre part, si les socialistes français sont ambigus et hésitants sur l’attitude à prendre, il ne semble pas opportun aux socialistes italiens de prendre des positions et de formuler des appréciations qui soient en mesure de supposer une position nette dans l’un des deux camps3.

  • 4 A titre d’exemple voir les art. à ce sujet. « La condanna di Zola e la Francia odiata ? », L’Avant (...)

8Dès le départ, un autre grand quotidien italien, La Tribuna de Milan, adopte un jugement plus net car sa motivation politique est également plus résolue. Ce grand journal est à l’époque le quotidien le plus vendu en Italie et il est le plus représentatif de ce milieu politique et social qui se reconnaît dans Francesco Crispi, dont l’expérience de gouvernement finit par un échec au printemps 1896, mais qui se représentera quelques années après. Non seulement La Tribuna appuie la politique militariste et expansionniste du gouvernement, mais elle nourrit également une attitude d’animosité vis-à-vis de la France, laquelle est considérée comme un obstacle à l’affirmation de l’Italie au niveau international. Ce journal fait de nombreuses interventions au sujet de cette réserve et l’affaire Dreyfus elle-même semble être plus exploitée comme un instrument pour poursuivre une politique francophobe, contrairement à l’orientation plus francophile du gouvernement. C’est pourquoi les interventions de La Tribuna reflètent la tentative de transformer le procès de Dreyfus en procès de la République, régime qui touche tout du moins à sa fin4.

  • 5 S. Sighele, « I discorsi del giorno. Dreyfus (un errore giudiziario ?) », La Tribuna, 2 novembre 1 (...)

9Naturellement ce journal s’aligne pour la révision du procès, mais en inversant les rôles, au banc des accusés devra comparaître la politique intérieure et extérieure de la France ; son opinion publique devra comparaître, accusée d’être superficielle et victime d’une contagion psychologique terrifiante. Paris connaîtrait ce qu’a connu Milan à l’époque de la peste : « Comme à l’époque, il suffisait de crier haro à l’empoisonneur pour que tout le monde crût que le malheureux accusé était coupable, il a donc suffi que Paris crie au traître pour que tout le monde croit que Dreyfus était un traître. C’était le paroxysme du sentiment patriotique qui poussait inconsciemment à de tels extrêmes. Ajoutez cette horrible plaie du monde moderne qu’est l’antisémitisme5. ».

  • 6 S. Tutino, La revoca della rivoluzione francese. Note giuridico-sociali sulla questione Dreyfus, R (...)

10L’avocat Saverio Tutino, quant à lui, se charge de prouver la nécessité de la révision du procès dans un langage et un raisonnement qui s’adaptent plus à l’étude des faits et à la logique juive. Il rassemblera ensuite ses interventions dans une brochure intitulée La revoca della rivoluzione francese6. A son avis, la condamnation de Dreyfus était un adieu à la grande révolution, « celle qui a proclamé les droits de l’homme, celle qui a appris au monde la lumière et la vérité dans la justice, la justice dans la loi, et l’empire de celle-ci seulement ; celle qui a prêché l’égalité, sans tenir compte de la naissance et de la religion ; celle qui voulait remplacer la faveur par le meilleur et la liberté sous, toutes ses formes ! ». La révolution française meurt devant la banqueroute de la justice et au cri de « mort au juif ». C’est justement la révocation de la révolution que l’histoire jugera comme elle a jugé la révocation de l’Edit de Nantes. Ceci dit, Tutino détruit l’échafaudage sur lequel a été construite l’incrimination de Dreyfus, sans précédent dans aucune législation. C’est pourquoi, il est absolument inacceptable que la France, qui a fait une révolution pour proclamer les droits de l’homme puisse être aujourd’hui la tombe de ces mêmes droits.

  • 7 S. Tutino, « La prova-madre nel processo Dreyfus », La Tribuna, 22 novembre 1897.
  • 8 S. Tutino, « Suggestione e sagrifizio », La Tribuna, 7 décembre 1897
  • 9 S. Tutino, « Parossismo ! », La Tribuna, 27 décembre 1897.

11Toutefois, également dans une optique d’interprétation spécifique, ce grand journal ne se soustrait pas dès les premières répliques à une analyse plus approfondie de cette affaire en saisissant la signification universelle du procès d’un innocent, qui, en tant que tel, est le procès de « tous les siècles et de tous les pays7 ». Un procès qui s’enracine dans le « paroxysme de l’amour de la patrie », dont la France est la proie. « Dieu, honneur, armée : ces trois grands mots créent les héros, mais ils créent parfois des fanatiques. Ce n’est pas que la religion qui crée le fanatisme. Celui-ci naît partout où il y a une idée noble, pour une conscience fausse, est sous l’emprise des caprices de l’imagination et aux égarements de la passion8 » ; l’amour de la patrie est certes une vertu, mais il devient une tragédie lorsqu’il est excessif et « l’excès de l’amour de la patrie c’est la fièvre, le délire, la démence9 ».

12En janvier 1898, le climat s’enflamme avec la publication du « J’accuse » de Zola et la mise en accusation consécutive de l’écrivain. Du Piémont à la Sicile, les rédactions des journaux italiens saisissent le changement de qualité que prendra cette affaire. Les expressions de sympathie et de soutien qui sont de loin plus qualifiées en comparaison des manifestations de dénigrement, que malheureusement l’Italie adresse à Zola, sont le signe d’un tournant qui se prépare dans le déchiffrement de l’enjeu réel entre les forces adverses. Ce déchiffrement qui ne s’oriente pas clairement vers les faits spécifiques, vers les idéaux et sur les principes mais plutôt vers l’esprit de tolérance, les bases de la démocratie, la certitude du droit, les institutions républicaines.

  • 10 « Zola », Corriere della Sera, 14-15 janvier 1898.
  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid.

13En principe, le geste de Zola est considéré comme un geste héroïque. Zola est même soutenu par le Corriere délia Sera, le porte-parole le plus qualifié de la classe politique modérée et d’une grande partie de la classe dirigeante, partisan, contrairement à La Tribuna, d’une politique étrangère de rapprochement avec la France. Ce journal pense pouvoir trouver directement dans la production littéraire de Zola les antécédents de son « J’accuse ». « Cet impitoyable chercheur de documents humains », en effet, malgré « la rigueur imposée par la tentative d’analyse », laisse deviner « le continuel et violent besoin d’une synthèse [...] une large vision de l’ensemble qui embrasse plus que ce que l’œil peut voir10 ». L’analyse factuelle de cette affaire a conduit Zola « à une synthèse, peut- être également sommaire, mais certainement rigoureuse et sans aucun doute sincère de tout ce dramatique mystère11 ». Sa fibre de lutteur, sa force de tempérament l’ont convaincu à entreprendre une bataille furieuse pour la vérité. A l’instar de Victor Hugo, Zola met en jeu son honneur, son nom, pour une cause de justice et cet acte délibéré et spontané, conclut le Corriere, « est quelque chose de tellement rare et tellement respectable que l’on s’en souviendra comme d’une magnifique protestation contre la montée de l’égoïsme quotidien12 ».

  • 13 S. Tutino, « Passione di luce », La Tribuna, 18 janvier 1898
  • 14 S. Sighele, «Il plébiscite dell’intelligenza », La Tribuna, 15 février 1898.

14Pour la Tribuna également, éclate la foudroyante « passion de lumière » qui émane de la bataille acharnée de Zola « véritable image d’Hercule défiant et terrifiant », lequel, sans se soucier de son sort a défié tous ces fous furieux qui dans leurs convulsions, élevaient des hymnes aux ténèbres13 ». Une grande importance est donc accordée dans les pages de ce journal au « plébiscite des mille esprits italiens qui glorifient Zola », qui vaut plus que celui des « cent mille médiocres » car il sont incapables de prouver « la vérité de l’idée et de la noblesse de l’action auquel ce plébiscite adresse son hommage14 ».

  • 15 Vers la fin de 1897, on peut deviner les premiers signes de ce changement d’orientation qui fait h (...)

15La prise de position de Zola encourage et explicite également l’attitude des socialistes français. Au fur et à mesure que leur position évolue, s’insinue également dans le socialisme italien le besoin d’une approche moins schématique et moins superficielle des affaires qui secouent la France. Ce changement de perspective devient inéluctable face au « J’accuse » et surtout face à la décision résolue de Jaurès de ranger les socialistes aux côtés des innocentistes15.

  • 16 W. Mocchi, « Sciabola ed aspersorio », L’Avanti !, janvier 1898.
  • 17 « Il processo Zola », L’Avanti !, 9 août 1898. De janvier à février, presque tous les jours, le jo (...)
  • 18 « Gli intellettuali e la campagna dreyfusarda », L’Avanti /, 1er janvier 1899 (a.l.), « Gli intell (...)

16L’Avanti ! met au second plan l’aspect littéraire de Zola et en valorise en revanche l’engagement civil. On acclame l’esprit civique de Zola qui « dans l’incertitude tâtonnante des esprits », a été capable de découvrir l’enjeu authentique et le vrai danger, telle la « monstrueuse alliance cléricale et militaire de l’épée et du goupillon projetant d’étouffer la liberté pour rétablir le césarisme16 ». Pour les socialistes italiens, Zola avait eu le grand mérite de déplacer toute la perspective de l’action et de faire comprendre qu’il s’agissait du combat de deux coalitions : réaction et progrès, dictature militaire et démocratie. L’incrimination de Zola était le signe sans équivoque des visées restauratrices des forces militaristes. Même après la fin du procès et la condamnation de Zola à cause du conservatisme de la bourgeoisie française à laquelle appartenaient tous les membres du jury, le Parti Socialiste renouvelait à l’écrivain français le témoignage de son estime pour le courage dont il avait fait preuve pour affronter « cette folie morale collective de l’antisémitisme » et pour démasquer les tentatives des forces réactionnaires de dévier l’opinion publique de l’objectif véritable que doit se fixer un pays civilisé ce qui se traduit inévitablement par des lois plus justes et plus humaines17. Le journal socialiste stigmatisait le fait qu’en Italie il n’y avait pas eu la même mobilisation des intellectuels qu’en France, même si les accords affichés avec Zola avaient été forts et nombreux. Cette mobilisation paraissait d’autant plus nécessaire qu’il semblait désormais évident qu’il ne s’agissait pas d’un affrontement de forces à l’intérieur d’un pays (la France), mais d’un combat idéologique et politique qui dépassait les frontières nationales et faisait appel à toutes les forces démocratiques et socialistes18.

  • 19 A. Blum, « L’ascendant intellectuel et moral de Lucien Herr sur les dreyfusards », Les écrivains e (...)
  • 20 C. Pinzani, Jaurès, l’Internazionale e la guerra, Bari, Laterza, 1970, p. 40.

17On assiste visiblement à un changement de perspective par rapport aux interventions initiales de L’Avanti !. Les positions de la Petite République contribuent de façon déterminante à ce changement, de même que celles de Jaurès qui, après quelques résistances et non des moindres, avait obtenu l’accord des socialistes pour un engagement déterminé du côté des dreyfusards, clans lequel il s’était lancé avec son ardeur habituelle après avoir été convaincu par Lucien Herr de l’innocence de Dreyfus19. Les attaques des anti-dreyfusards étaient d’autant plus intenses que Jaurès était de plus en plus convaincu de l’existence d’un danger sérieux pour la République ou tout du moins d’une évolution réactionnaire et militariste20. D’où sa conviction qu’il fallait sortir les socialistes de l’isolement et les inscrire dans un jeu d’alliances pour la défense de la démocratie et de la République. La conséquence de cette stratégie a été l’arrivée de Millerand au Ministère Waldeck-Rousseau, mais cela s’est traduit également par une division ultérieure des socialistes français. Nous n’allons pas nous étendre sur la stratégie de Jaurès, mais il est important de souligner l’impact sur l’orientation des socialistes italiens des positions qu’il a développées au cours de cette affaire.

  • 21 « La repubblica tradita. Il discorso di Jaurès », L’Avanti !, 28 janvier 1898.
  • 22 Hardy, « L’affare Dreyfus », L’Avanti !, 12 août 1898.
  • 23 J. Jaurès, « I socialisti e l’affare Dreyfus », L’Avanti !, 12 août 1898.

18Au début de l’année 1898, L’Avanti ! publiait l’accusation que Jaurès avait adressée aux juges de se prêter au jeu douteux des lâchetés, des mensonges et de la loi du silence21. C’était une attaque frontale du militarisme partagée pleinement par l’Avanti !, qui affirme que « le combat contre le militarisme » doit être « le premier devoir, dont il faut absolument tenir compte, de tout bon socialiste sincère et sans peur22 ». L’importance accordée par L’Avanti ! à. la publication d’un article de Jaurès témoigne de l’approbation de l’orientation proposée par Jaurès. Dans cet article Jaurès pointe un doigt accusateur contre « la force morale de cet état major rétrograde qui est une menace continuelle pour le prolétariat23 ». Dans ce combat, les socialistes, sans dénaturer leur statut social et idéal devaient savoir écouter les grands thèmes de la civilisation bourgeoise. La vision humanitaire du socialisme, propre à toute la formation culturelle de Jaurès, trouvait dans cet article son exposition la plus nette au point de provoquer chez les socialistes italiens un long débat interne sur l’évolution internationale de cette affaire et sur les rapports délicats entre l’Italie et la France.

  • 24 (c.t.), « La triste ora », L’Avanti !, 23 juillet 1898.
  • 25 Hardy, « Jaurès e la questione Dreyfus », L’Avanti ! , 18 août 1898 ; quelques années après Sticus(...)
  • 26 « Fra le quinte ! », La Tribuna, 20 janvier 1898.
  • 27 Ibid.
  • 28 Le plus grand spécialiste italien de la revue des Jésuites est l’historien Gabriele De Rosa. Outre (...)

19Toutefois, les socialistes italiens, étrangers à l’esprit patriotique qui animait Jaurès, étaient plus préoccupés par l’éventualité que cette affaire puisse diviser « les effectifs du prolétariat international socialiste24 ». Ils saisissaient l’intérêt et l’impact de la stratégie de Jaurès, mais pensaient que son issue allait briser la consolidation d’un processus unitaire qui était considéré comme l’objectif principal. C’est pourquoi ils revendiquaient précisément leur capacité d’avoir réussi à se situer idéologiquement dans le créneau unitaire représenté par la social-démocratie allemande, contrairement au fractionnisme qui laminait les socialistes français25. Le besoin de parvenir à l’unité et de ne pas dénaturer la connotation de classe du parti socialiste n’empêche toutefois pas les socialistes italiens, après la répression gouvernementale du printemps 1898 et les tentatives réactionnaires qui se développèrent pendant toute l’année suivante, d’expérimenter avec des démocrates bourgeois et libéraux des formes d’entente qui ne se limitent pas qu’à la défense de la liberté, mais qui s’étendent également à une perspective de développement économique, social et politique du pays. Bref, comme en France, en Italie aussi les socialistes ont soutenu pendant quelque temps un ministère libéral bourgeois dirigé par Giolitti. Parallèlement à l’événement culturel et juridique créé par Zola, La Tribuna reprend le thème de la signification supranationale du cas Dreyfus. En effet, celui-ci prend une importance politique menaçante pour ces principes de civilisation, de liberté et de progrès dont la France a toujours été la championne26. Il n’en faut pas plus pour comprendre, malgré l’indifférence générale, que les affaires qui se passent de l’autre côté des Alpes ont tendance à frapper au coeur des conquêtes qui ont coûté à l’humanité des siècles de douleurs et de souffrances. Mais ce journal introduit un autre élément d’analyse qui déchaînera en Italie de furieuses polémiques. Selon La Tribuna, derrière l’affaire Dreyfus, se trouve une orchestration des « soldats du pape c’est- à-dire ces militaires, notamment Du Paty de Clam et Esterhazy en personne, qui a été pendant longtemps au service du gouvernement pontifical. A travers eux, on voit se profiler un mouvement politique bien précis, une sorte de néo-boulangisme aggravé qui s’est fixé l’objectif d’abattre la république et d’instaurer un régime clérical et militaire, ce qui aurait fait reculer la France d’un siècle. Les jésuites français sont en accusation, on leur reproche de fomenter la haine anti-italienne. Le journal avance l’hypothèse d’un accord secret entre les antidreyfusards et le gouvernement français d’une part, et le Pape d’autre part27. Ce qui équivalait à alerter les socialistes et à les accuser de manque de perspicacité et d’incapacité à comprendre la menace cléricale au moment où ils tardaient à présenter l’affaire comme un simple conflit entre juifs et antisémites. L’anticléricalisme et la francophobie semblent être les chevaux de bataille de La Tribuna. La cible explicite de La Tribuna était la romaine Civiltà Cattolica fondée à Naples en 1850, mais qui avait été transférée à Rome et confiée aux soins des jésuites qui en avaient fait un moyen de pression et d’orientation très fort du monde catholique avec des tons de traditionalisme enflammé et d’antilibéralisme28.

20Ce qui semble tout de suite évident, à la lecture des pages de la Civiltà Cattolica, c’est que pour elle l’affaire Dreyfus ne concerne pas immédiatement le cas d’un espion condamné après un procès seulement par présomption. En revanche, elle l’analyse dans un contexte clairement politique, et notamment religieux, dans les termes plus généraux d’un affrontement de deux cultures, de deux mondes.

  • 29 Cf. « Cronaca contemporanea », La Civiltà Cattolica, 4.12.1897 et 18.12.1897.

21Sans aucun doute, le fait que la Civiltà Cattolica élabore et fasse passer dans l’imaginaire collectif et catholique les figures des personnages en question est une tentative intéressante. D’une part, le sénateur protestant Scheurer Kestner et « la race haïe des juifs » qui claironnent l’innocence de Dreyfus ; puis le colonel Piquait avec son comportement « abject et illégal » ; la bande des pamphlétaires soudoyés avec à leur tête le juif Bernard-Lazare et le « pornographe » Emile Zola. D’autre part, ceux qui affirment l’accusation de trahison du capitaine, que l’on appelle par euphémisme le « mystère de Dreyfus » (alors qu’il n’y a que des certitudes), l’esprit chevaleresque et orgueilleux des Français, le comte de Mun, « vieux et valeureux soldat », les « chefs insignes de l’armée », la « crotte de bique » de nullité que seraient les lettres écrites par le « malheureux » comte Esterhazy, le président Billot décrit dans une attitude fière et solennelle, tête haute et mains sur la poitrine29.

  • 30 II caso di Alfredo Dreyfus, IVI, fasc. 1143 du 5.2.1898.
  • 31 Cf. p. 275.

22C’est au début de février 1898 qu’est publié, après les notes de chronique initiales, le premier article véritable, véritable manifeste d’un antisémitisme théorique et idéologique explicite qui marque constamment la revue pendant toute la durée de l’affaire. L’incipit est une manifestation d’incrédulité vis à vis de l’énorme tapage provoqué par le cas du capitaine traître condamné par une sentence légitime. Si cela est arrivé, explique la Civiltà Cattolica, c’est parce qu’autour de Dreyfus, juif et grosse légume de la Franc-maçonnerie, s’est rassemblée « la force mystérieuse, la puissance occulte » du judaïsme international, inquiète qu’à travers Dreyfus, on atteigne ses positions de pouvoir. La marque de la trahison gravée sur le front du « juif mal-né » risquerait en effet de se graver sur le front de tout le « judaïsme cosmopolite »30. Ce dernier, grâce aux lois qui l’ont assimilé au reste des citoyens français, s’est emparé de la République — qualifiée de ce fait plus juive que française — à travers l’occupation de tous les secteurs de la vie publique, « du Tribunal, de la presse, du commerce, de la banque, des chemins de fer, de l’enseignement, de la littérature, des sciences, de l’administration publique, et d’une grande partie du pouvoir législatif voire de l’exécutif31. La Civiltà Cattolica décrit donc tristement une France asservie politiquement et économiquement au judaïsme auquel serait même soumise la Franc-maçonnerie autrefois maîtresse de l’Etat.

  • 32 Cf. p. 276.

23S’il en est ainsi, la Civiltà Cattolica n’exclut pas une certaine dimension providentielle de l’affaire, son rôle eschatologique : en effet, elle peut rappeler à la mémoire des Français que Iscariote était juif aussi et peut leur rappeler les mots de Napoléon Ier qui considérait les juifs comme une race différente, un peuple étrange et qu’il serait donc humiliant pour la France d’être gouvernée par cette race, « la plus abjecte du monde32.

  • 33 Cf. p. 279 et 281

24Par rapport au cas particulier de Dreyfus, la Civiltà Cattolica adopte l’idée d’un cas soigneusement et préalablement préparé dans l’opinion publique, bref, l’idée d’un coup monté, « d’un piège préparé », une grande conjuration d’intérêts anti-catholiques et anti-français représentés par la plume du « grand pontife de la pornographie, Emile Zola33 ».

  • 34 Cf. p. 286.
  • 35 Cf. p. 287.

25Les solutions à adopter sont cohérentes avec cette conception. En affirmant une montée de l’antisémitisme en France, la revue des jésuites considère que le moment est venu de remettre en question l’égalité civile dont jouissent les juifs. Cela à partir de l’argument selon lequel la solidarité de race reste pour eux toujours préliminaire, antérieure et supérieure à tout patriotisme, à tout civisme. On est d’abord et avant tout juif, puis citoyen d’un pays déterminé ; partout ils forment une nation dans la nation, un Etat dans l’Etat. Il faudra donc considérer les juifs comme des étrangers, les traiter avec distance comme des gens de passage et non comme des citoyens, sans aucune indulgence ou faiblesse au jeu du droit-commun et de l’égalité34. Le remède enfin, est la séparation nette des juifs et des chrétiens, afin d’empêcher ces premiers de poursuivre leur projet historique de s’emparer des biens de tous les peuples et de parvenir à s’emparer complètement du monde35. Les notes contenues dans la « Cronaca contemporanea » sont toutes farcies d’antisémitisme fielleux et le moindre petit détail est mis en valeur pour faire pression sur l’opinion publique catholique.

  • 36 « Cronaca contemporanea », m, 5.3. 1898, p. 619.
  • 37 Cf. p. 620 et 624.

26Dans le numéro de mars, où l’on présente la chronique du mois précédent, après avoir jugé comme « sage décision » la mesure de van Cassel de limiter le débat dans le procès de Zola, la Civiltà Cattolica rêvasse sur les « machinations sournoises » des dreyfusards et sur le « drame d’intrigues et de mensonges que les juifs ont manigancé au détriment de la France et de son armée36 ». Le 9 février, jour de la comparution au Tribunal des généraux de Boisdeffre et Mercier, peut être donc considéré comme « la date la plus solennelle de la campagne juive », dont la victoire, malgré les « dépenses inouïes » et les « grandes fraudes » pour laver la marque de la traîtrise portée par les juifs, est maintenant rappelée par la condamnation de Zola et du directeur de l’Aurore37.

  • 38 Cf. 1.10.1898, p. 111.
  • 39 Cf. 3.12.1898, p. 622.
  • 40 Cf. 4.2.1899, p. 376
  • 41 Cf. 2.9.1899, p. 623

27Ce n’est qu’à partir de la fin du mois d’août, après la confession du lieutenant colonel Henry, que la Civiltà Cattolica semble prendre une attitude plus prudente en ce qui concerne l’affaire Dreyfus, mais sans aucune indulgence vis-à-vis des juifs injuriés. Et peu à peu, on constate le climat de danger sans précédent dans lequel évolue la troisième République ; si, auparavant les enjeux ne concernaient que les formes de gouvernement, maintenant ils concernent l’armée, espoir et défense de la patrie « déshonorée et exposée à la risée dans sa partie la plus délicate, l’Etat Major est sur le point de perdre sa force naturelle et son efficacité38 ». Naturellement, il ne s’agit pas d’un acte de méfiance, même mineur, à l’égard de l’institution militaire, étant donné que les fissures, si fissures il y a, ne concernent que des cas isolés. Ainsi, lorsqu’on s’achemine vers la révision du procès, on prend acte que Esterhazy (désormais âgé), « s’il n’est pas un traître, n’est pas non plus une pure et blanche colombe39 ». A un certain moment, le rédacteur de la chronique est obligé d’admettre : « Je crains donc qu’il y ait de faux documents dans le procès Dreyfus40 », allant jusqu’à exprimer quelque petite critique sur la mentalité française qui pousse jusqu’au fétichisme le respect de la res iudicata aussi bien dans la justice civile que dans la justice militaire41.

  • 42 Cf. 7.10.1899, p. 106

28Le verdict de Rennes est accueilli avec un soupir de soulagement. Après la confirmation judiciaire de la culpabilité de Dreyfus, la Civiltà Cattolica peut abandonner ses petits fléchissements, ses doutes, ses perplexités, ses questions des mois précédents. Elle peut donc ouvrir un nouveau front polémique, cette fois contre les journaux italiens, en premier lieu contre l’Avanti ! et la Tribuna, représentants de ce « monde civil, c’est-à-dire franc-maçon » qui se seraient servi du procès de Dreyfus comme prétexte pour combattre l’Eglise et les jésuites, considérés comme les instigateurs de la condamnation du capitaine français. En réalité, derrière les campagnes du « monde civil » se trouverait l’habituelle et très puissante sphère juive42.

  • 43 L’anticlericalismo e Dreyfus, ivi, fasc. 1184, 21. ? ?.1899.
  • 44 Cf. p. 132.
  • 45 Cf. p. 133

29Cette polémique est reprise quelques mois après dans un long article où l’on distingue un changement de point de mire de la machine de guerre du franc- maçon cosmopolite qui vise d’abord l’armée puis la religion43. Après avoir interprété à sa façon, à l’instar du camp adverse, en qualifiant l’affaire Dreyfus, d’affaire de ligne de partage des eaux, en en faisant un cheval de bataille de sa conception militariste et antisémite, la revue tente un changement d’orientation : le cas Dreyfus n’a cessé d’être un cas subjectif, certains ont voulu le transformer en un symbole mais avec l’objectif précis de remettre en question la religion catholique. La tentative d’universalisation de l’affaire est directement issue du projet précis de transformer le procès d’un particulier en procès de l’humanité, le procès de haute trahison d’un capitaine en procès de la justice et de la civilisation44. Si l’Eglise n’a pas pensé aux raisons de l’innocence de Dreyfus, ce n’est pas par complicité, mais par respect du rôle des tribunaux, et dans cette optique, on doit inclure également la conduite du Pape45.

  • 46 Cf. p. 138.48
  • 47 Cf., p.141

30Ainsi, le furieux contraste idéologique et religieux des mois précédents est interprété par la Civiltà Cattolica comme la simple déformation des opinions, le droit des catholiques d’avoir et de divulguer une opinion différente « de celle des franc-maçon, des juifs et des affairistes soudoyés46 ». Quoi qu’il en soit, innocent ou coupable, Dreyfus et son procès doivent rester deux choses qui n’ont absolument rien à voir avec la Religion car il n’y a aucun lien entre eux. Si on les confond, on joue le jeu des ennemis du Pape et des catholiques47.

31Exception faite de l’attitude modérée, circonspecte du Corriere della Serra, la presse italienne, même si c’est avec quelques éléments de contradiction, de discontinuité, parfois d’autocritique, assume une position bien nette sur cette affaire. Dans les titres que nous avons retenus, on trouve un concentré (sauf exceptions honorables, dirait un dreyfusard comme Péguy) de sentiments, de jugements, et la passion d’une grande partie de l’opinion publique italienne.

32Tout cela n’est lié qu’en partie aux développements effectifs de l’affaire Dreyfus étant donné qu’il semble clairement motivé par des préoccupations religieuses, politiques et idéologiques. A cet égard, le cas de L’Avanti ! est sans aucun doute intéressant. Lorsque l’on aura terminé (j’espère très bientôt) l’analyse de l’ensemble de la presse socialiste de cette époque, on comprendra encore mieux l’impact de l’affaire Dreyfus dans la conscience et donc dans l’idéologie et la praxis du socialisme italien.

Notes

1 Le Tentate evasioni di Dreyfus, « Avanti », 4 octobre 1897. Sur ce journal socialiste, cfr. G. Arfé, Storia dell «Avanti », Rome, Mondoperaio, L’Avanti !, 1977.

2 Di nuovo Dreyfus, « Avanti ! », 1er novembre 1897.

3 Cf. G. Tortorelli. L’Affare Dreyfus e i socialisti italiani, in « Società e storia », n° 31,1986, pp. 105- 132 ; M. Raspi, « Dreyfus in Italia », intr» L’affare Dreyfus in Italia, Pisa, ETS ed. 1991, pp. 7-22.

4 A titre d’exemple voir les art. à ce sujet. « La condanna di Zola e la Francia odiata ? », L’Avanti ! des 20 et 25 février et du 3 (mars) 1898

5 S. Sighele, « I discorsi del giorno. Dreyfus (un errore giudiziario ?) », La Tribuna, 2 novembre 1897

6 S. Tutino, La revoca della rivoluzione francese. Note giuridico-sociali sulla questione Dreyfus, Roma, Tip. Partenopea F.lli Amoroso, (1898).

7 S. Tutino, « La prova-madre nel processo Dreyfus », La Tribuna, 22 novembre 1897.

8 S. Tutino, « Suggestione e sagrifizio », La Tribuna, 7 décembre 1897

9 S. Tutino, « Parossismo ! », La Tribuna, 27 décembre 1897.

10 « Zola », Corriere della Sera, 14-15 janvier 1898.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 S. Tutino, « Passione di luce », La Tribuna, 18 janvier 1898

14 S. Sighele, «Il plébiscite dell’intelligenza », La Tribuna, 15 février 1898.

15 Vers la fin de 1897, on peut deviner les premiers signes de ce changement d’orientation qui fait honneur au refus des socialistes de rester rigidement bloqués sur des positions de préjugé. En effet, on aperçoit un petite ouverture dans les notes qui relatent les opinions de Jaurès, Millerand, Viviani (L’Avanti ! 23 et 25 novembre 1897 et l’approbation reçue par l’abolition du secret de l’instruction (« Buon effetto dell’affare Dreyfus. L’abolizione délia istruttoria segreta », L’Avanti !, 15 novembre 1897).

16 W. Mocchi, « Sciabola ed aspersorio », L’Avanti !, janvier 1898.

17 « Il processo Zola », L’Avanti !, 9 août 1898. De janvier à février, presque tous les jours, le journal socialiste publie des articles sur Zola et sur le procès qui en fait le protagoniste

18 « Gli intellettuali e la campagna dreyfusarda », L’Avanti /, 1er janvier 1899 (a.l.), « Gli intellettuali, L’Avanti !, 12 mars 1900.

19 A. Blum, « L’ascendant intellectuel et moral de Lucien Herr sur les dreyfusards », Les écrivains et l’affaire Dreyfus, Paris, Puf, 1983, pp. 159-166.

20 C. Pinzani, Jaurès, l’Internazionale e la guerra, Bari, Laterza, 1970, p. 40.

21 « La repubblica tradita. Il discorso di Jaurès », L’Avanti !, 28 janvier 1898.

22 Hardy, « L’affare Dreyfus », L’Avanti !, 12 août 1898.

23 J. Jaurès, « I socialisti e l’affare Dreyfus », L’Avanti !, 12 août 1898.

24 (c.t.), « La triste ora », L’Avanti !, 23 juillet 1898.

25 Hardy, « Jaurès e la questione Dreyfus », L’Avanti ! , 18 août 1898 ; quelques années après Sticus reparlera de ce sujet, « Gli intellettuali nel socialismo », L’Avanti !, 2 mars 1901.

26 « Fra le quinte ! », La Tribuna, 20 janvier 1898.

27 Ibid.

28 Le plus grand spécialiste italien de la revue des Jésuites est l’historien Gabriele De Rosa. Outre ses nombreuses contributions, voir, pour un panorama général, son Introduzione a « La Civiltà Cattolica » (1850-1945), Antologia, 3 vol., Landi éd., San Giovanni Valdarno, 1971.

29 Cf. « Cronaca contemporanea », La Civiltà Cattolica, 4.12.1897 et 18.12.1897.

30 II caso di Alfredo Dreyfus, IVI, fasc. 1143 du 5.2.1898.

31 Cf. p. 275.

32 Cf. p. 276.

33 Cf. p. 279 et 281

34 Cf. p. 286.

35 Cf. p. 287.

36 « Cronaca contemporanea », m, 5.3. 1898, p. 619.

37 Cf. p. 620 et 624.

38 Cf. 1.10.1898, p. 111.

39 Cf. 3.12.1898, p. 622.

40 Cf. 4.2.1899, p. 376

41 Cf. 2.9.1899, p. 623

42 Cf. 7.10.1899, p. 106

43 L’anticlericalismo e Dreyfus, ivi, fasc. 1184, 21. ? ?.1899.

44 Cf. p. 132.

45 Cf. p. 133

46 Cf. p. 138.48

47 Cf., p.141

Auteur

Université de Lecce

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search