Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'affaire Dreyfus et l'opinion publique

 | 
Michel Denis
, 
Michel Lagrée
, 
Jean-Yves Veillard

Première partie. L'opinion en France

Les derniers antidreyfusards ou l’antidreyfusisme de 1906 à nos jours

Marc Knobel

Texte intégral

L’Affaire, dans le calme de l’histoire ?

1« L’Affaire Dreyfus est à l’origine de tous les maux qui ont affligé notre patrie depuis trente ans, y compris le plus retentissant et le plus funeste de tous, la Grande Guerre, avec l’invasion, la dévastation de notre sol, nos quinze cent mille morts et ce traité de paix qui nous a octroyé, en reconnaissance de nos sacrifices et comme prix de notre victoire, la ruine à brève échéance. »

2C’est donc ainsi que le commandant Cuignet, conférencier de l’Action Française dans les années 20-30, présente l’Affaire Dreyfus, dans la préface qu’il accorde à l’ouvrage de Jean Roget, L’Affaire Dreyfus : ce que tout Français doit en connaître.

3Publié par la Librairie de l’Action Française, en 1925...les curieuses Editions du Trident — qui font bonne figure parmi les maisons d’éditions d’extrême-droite, avec notamment la publication d’ouvrages de Saint-Loup sur les SS — viennent de le rééditer, en cette année 1994. L’ouvrage de Jean Roget est mis en vente dans une quinzaine de librairies toutes proches de l’extrême-droite française et fut vendu à la fête du Front national, à Paris, les 18 et 19 septembre 1994.

4Les Editions du Trident affirment dans leur présentation, ne pas avoir d’intention apologétique mais une intention strictement documentaire. Personne n’est cependant dupe. Le texte de Jean Roget, plus qu’une sorte de rappel historique vu et corrigé par la seule Action Française, porte en lui le message suivant : il y eut désorganisation et trahison de l’armée française, elle retarda la victoire et entraîna notre pays sur le plan incliné qui devait aboutir aux morts de 14-18. La désorganisation n’a pas cessé depuis et entraînera probablement les défaites d’une éventuelle future guerre.

5Rappelons le contexte et le cheminement d’une campagne voulue et orchestrée par le mouvement de Charles Maurras. Le capitaine Dreyfus est réhabilité le 22 juillet 1906. Le mot « fin » peut être écrit au bas d’un des chapitres les plus tumultueux de notre histoire. Presque seule, l’Action Française refuse de s’incliner devant l’arrêt des Chambres réunies de la Cour de cassation et la proclamation de son innocence. Alfred Dreyfus demeure à ses yeux un traître et cette réhabilitation, une calamité. De même, lorsque Georges Clemenceau prend la présidence du Conseil en remplacement de Jean-Marie Sarrien, et nomme son ministre de la Guerre, l’ex-lieutenant-colonel Picquart, réintégré dans les cadres de l’armée le 13 juillet 1906 avec le grade de général de brigade, cette nomination apparaît comme une véritable provocation. Pour Charles Maurras et ses disciples, Picquart représente avant tout la désorganisation de l’armée, il symbolise l’humiliation de la France devant l’étranger, et par dessus tout, devant l’Allemagne.

6Dès lors, ce thème de la désorganisation va être mis en exergue, irrégulièrement certes, mais d’une manière continue jusqu’aux années trente. Le texte fondateur devait être le Précis de l’Affaire Dreyfus, publié en 1909 sous le pseudonyme d’Henry Dutrait-Crozon, par le Colonel Larpent, ouvrage en grande partie inspiré par le Commandant Cuignet. En 1910, dans le tome II de sa Conjuration antichrétienne (Paris, 1910), Henri Delassus prétend que l’Affaire a fomenté la guerre civile et fait une proie jugée facile à dépecer par l’Allemagne, allant jusqu’à écrire que si « le cuirassé d’escadre Brennus coule sur la côte du Portugal (43 victimes) ; si, en février 1903, le contre-torpilleur Espingole coule près de Saint Tropez ; en juillet 1905, le sous-marin Farfadet, en Tunisie (14 morts) ; si, en février 1907, le Jean-Bart se perd sur la côte occidentale d’Afrique « c’est parce que les ennemis de la Patrie complotent [...] pour tout chambarder depuis l’Affaire Dreyfus » (p. 598). L’année suivante, devant les jeunes filles royalistes du Loiret, le colonel de Saxcé, conférencier de l’Action Française, dénonce à son tour « la puissance du peuple juif » qui a pu, là encore, « tout chambarder » en France.

7Depuis cette date, conférenciers et militants de l’Action Française se plaisent à évoquer ces bouleversements aux conséquences dites tragiques. Dès le mois de septembre 1911, par exemple, Léon Daudet, tout en frôlant constamment l’injure et la caricature, dénonce ce qu’il appelle l’immense « réseau de l’avant- guerre ». La parution de L’Avant-guerre en 1915, que complète Hors du joug Allemand, annonce une reprise de la campagne.

8Dans l’avant-propos de L’Avant-guerre, Léon Daudet explique comment l’Allemagne guidée par le Juif « qu’il s’appelle Weyl, Dreyfus ou Grumbach » a su trouver en France « toutes les facilités, toutes les complicités, toutes les trahisons même qui lui ont permis de supplanter nos nationaux dans les diverses branches du commerce et de l’industrie intéressant la Défense Nationale ; comment il a su se rendre maître de notre blé, de notre or, et occuper [...] les points stratégiques [...] du pays (p. 3) ».

9Léon Daudet va jusqu’à affirmer également qu’en vue des opérations de guerre, le Juif gêne les transports et les approvisionnements dans et hors de la capitale, affame Paris, détruit les travaux, éteint les forts de l’est par manque de combustible et rend les dirigeables inutilisables. Ce travail souterrain de destruction serait étendu méthodiquement sur le pays tout entier depuis l’Affaire Dreyfus et son corollaire, la suppression du Bureau des Renseignements. Léon Daudet écrit alors que « partout en France, il y a un agent [...] Juif du clan des ya que manœuvre l’Allemand et qui vend à l’Allemand la clef de son patelin, avec la manière de s’en servir » (p. 217), avant d’en déduire que « si c’est monstrueux, c’est ainsi parce que justement c’est la République ».

10L’Affaire Dreyfus ne serait alors qu’un épisode dramatique de notre histoire, parmi d’autres, mettant cependant en évidence les tares du régime parlementaire, ses insuffisances, ses incohérences et ses trop nombreuses trahisons.

11Par la suite, mais pour cause d’union nationale seulement, l’Action Française écourte cette campagne. En 1923, cependant, une série d’articles sur le sujet paraissent à nouveau dans l’organe du mouvement, L’Action Française.

  • 1 Knobel M., « L’Affaire Dreyfus et l’affaiblissement du système de Défense Nationale », Combat pour (...)

12Dans son édition du 18 octobre, notamment, le dénommé « parti dreyfusien » est accusé d’avoir « condamné à mort des centaines de milliers de Français ». Dans un autre article publié le 15 décembre, il est écrit que « les dégâts de 1789- 1830 et 1848 [....] sont aggravés par cette révolution dreyfusienne qui aboutit au pillage des églises et au désarmement national. Par la défaite provisoire qu’elle impose ainsi à la France, la démocratie libérale désorganise notre armée et lui crève les yeux, elle prononce dans ses journaux et ses prétoires la condamnation capitale des quinze cent mille jeunes morts de la guerre future... » Plus tard, le 19 juin 1927, L’Action Française titre « l’Affaire Dreyfus est à l’origine de la mort de nos 1 500 000 soldats français tués lors de la Grande Guerre1 ».

13Il faudra cependant attendre l’année 1931, pour que le mouvement de Charles Maurras profite de la présentation d’une pièce de théâtre, pour réveiller plus violemment encore de vieilles passions. La location est ouverte depuis le 1er février 1931, au théâtre de l’Ambigu, à Paris, de la version française en quatre actes et onze tableaux de Jacques Richepin, d’une pièce écrite par les auteurs allemands Hary J. Rehfisch et Wilhelm Herzog : L’Affaire Dreyfus. Le 4 février, lors d’une réunion organisée par le groupe des étudiants d’Action Française, sous la présidence de Maurras et du colonel Larpent, la décision est prise de perturber le bon déroulement de cette œuvre. Dès le 18 février, l’accès du théâtre est interdit à des militants connus de l’Action Française et des Camelots du Roi et pas moins de soixante quinze perturbateurs sont conduits au poste. Lors des représentations des 28 février et du 7 mars, les manifestations reprennent. Les 27 et 28 mars, à l’extérieur, c’est l’émeute. 600 camelots au boulevard Saint-Martin, 200 à la terrasse de la brasserie Wentzel et près de 2 000, place de la République, hurlent « A mort les Juifs !»

  • 2 Knobel M., « Des incidents au théâtre de l’Ambigu », Revue d’Histoire du théâtre, 1989, pp. 264- 2 (...)

14Le 29 mars, sur les boulevards, plusieurs centaines de policiers sont mis au service de la direction du théâtre : 1 000 gardiens de la paix, 200 fantassins, 75 cavaliers de la garde. Le 31 mars, comme le désordre règne, le directeur du théâtre décide de la retirer définitivement de l’affiche. Alors que l’Action Française célèbre aussitôt cette décision comme une grande victoire, Monde du 4 avril 1931, (dont Henri Barbusse fut le directeur), note : « Le retrait de L’Affaire Dreyfus [...] ne sert qu’à marquer la pression toujours plus accentuée d’une idéologie réactionnaire de force (...) contre quelque chose qui meurt béatement, avec couronnes et fleurs de rhétorique : la liberté2 »

  • 3 Préface par Lucien Lévy-Bruhl de l’ouvrage de Schwarzkoppen, La vérité sur Dreyfus. Les carnets de (...)

15A partir de l’année 1932, l’Affaire semble être enfin « entrée dans le calme de l’histoire3 ». Le 12 juillet 1935, à 17 heures, en son domicile, 7, rue Desrenaudes, à Paris, survient le décès du lieutenant-colonel Alfred Dreyfus. Agé de 76 ans, il succombe à une crise d’urémie, qui le tenait alité depuis onze ans. Sa femme Lucie Dreyfus et sa fille Madeleine Lévy, son fils, Pierre Dreyfus l’entourent quand il rend le dernier soupir. Et, en dehors de la publication prochaine de ses Souvenirs sur l’Affaire de Léon Blum (Editions Gallimard, 1935), le décès d’Alfred Dreyfus ne suscite et ne suscitera que de vagues commentaires et entrefilets disparates qui correspondent à l’annonce d’un fait divers.

  • 4 L’Action Française, 14 juillet 1935.

16Dans l’Action Française cependant, Charles Maurras rappelle que l’Affaire eut des conséquences non seulement « antimodérées, antipropriétaires, antihéréditaires, anticatholiques » mais « furent aussi et surtout antipatriotiques et antimilitaristes4 ».

17Au mois de février 1939, les disciples plus ou moins dissidents de Maurras, pour la plupart nés au moment ou après les événements, et regroupés au sein de la rédaction du journal antisémite Je suis partout, font paraître un numéro spécial intitulé Les juifs et la France. La culpabilité de Dreyfus ne fait pas le moindre doute pour Lucien Rebatet, auteur d’un long article sur « L’Affaire ».

18Rebatet écrit notamment qu’il faut toujours combattre ce « clan dreyfusard » qui, triomphant, continuant de s’acharner sur ses adversaires, redoublant d’antimilitarisme et d’anticléricalisme, épurant l’armée, après avoir chassé les congrégations, a établi la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

19Ces propos précèdent de peu l’instauration, en juillet 1940, du régime de Vichy. Et, alors que d’anciens dreyfusards sont en place, on retrouve sous Vichy, les passions, les thèmes et même souvent les mots de l’antisémitisme de la fin du XIXe siècle.

20Au mois de septembre 1941, le Capitaine Sézille, officié en retraite, directeur de l’Institut d’Études des Questions Juives (IEQJ) entreprend de célébrer la mémoire de l’écrivain antisémite et violemment antidreyfusard, Edouard Drumont. Avec l’approbation de l’Ambassade d’Allemagne, l’IEQJ inaugure une plaque commémorative sur la maison où Drumont vécut, organise une cérémonie en son honneur à l’exposition Berlitz sur « Le Juif et la France « et offre une gerbe à madame Drumont qui assiste à toutes les cérémonies prévues.

21Au mois d’avril 1942, les derniers fidèles de l’auteur de La France Juive comme Jean Drault, Lucien Pemjean, Jacques Ploncard ou Henry Coston fêtent bruyamment le cinquantenaire de La Libre Parole, le brûlot de Drumont qui lança l’Affaire. En octobre de la même année est inaugurée la « Maison des journalistes antijuifs » dont la veuve Drumont assure la présidence. Plus tard, en 1944, une centaine d’irréductibles se rassemblent devant la tombe de l’écrivain antisémite.

  • 5 Le Commissariat Général aux Questions Juives «, Paris, CDJC, 1955, tome I, p. 125.
  • 6 Knobel M., « Il y a toujours des antidreyfusards », L’Histoire, n° 173, janvier 1994, pp. 116-118  (...)

22Le fait le plus marquant se situe cependant à la fin de l’année 1943 et au tout début de l’année 1944. Louis Darquier de Pellepoix est compromis dans une affaire de corruption, il faut donc envisager de lui trouver un successeur au poste de Commissaire Général aux Questions Juives. L’Ambassade d’Allemagne et le Sicherheitsdienst souhaitent que le Comte Jacques Bouly de Lesdain, rédacteur politique à L’Illustration, organisateur des expositions de « La France européenne » au Grand Palais des 31 mai 1941 et 4 avril 1942, ou Louis Thomas, administrateur des Editions Calmann-Lévy aryannisées, soient nommés en remplacement de Darquier. Seulement, Vichy a décidé d’écarter de l’administration ces deux journalistes profiteurs antisémites, geste d’indépendance, certes, mais geste purement gratuit, relève l’historien Joseph Billig5, « à l’époque où la solution finale était assurée, du côté français par la Milice ». Comme il n’y a aucune candidature sérieuse à ce poste, le Président Laval et le général Dentz conviennent du nom de Charles Mercier du Paty de Clam. Les Allemands ne pourront prendre ombrage de la nomination d’un fonctionnaire dont ils ignorent tout et dont le nom de famille peut donner entière satisfaction aux antisémites et collaborateurs qui se souviennent du rôle qu’avait joué son père, comme le souligne Le cri du Peuple, du 28 février 1944, « Charles Mercier du Paty de Clam est le fils d’un soldat, le Commandant Armand du Paty de Clam, qui sut, pendant l’Affaire Dreyfus, n’obéir qu’à son devoir et à sa conscience. Il fut calomnié pour la droiture de son caractère et sa fermeté par les Juifs, dont il eut à supporter la haine et les vengeances, ainsi que par tout ce qui constituait alors l’anti-France6 ». En définitive, le poste sera réellement attribué à Joseph Antignac, qui s’est distingué pour son zèle policier à la tête de l’une des directions régionales du Commissariat aux Questions Juives.

23Le mot de la fin revient à Charles Maurras. Le 27 janvier 1945, alors qu’il vient d’apprendre sa condamnation à la réclusion perpétuelle pour intelligence avec l’ennemi, il s’écrie à l’adresse des juges : « C’est la revanche de Dreyfus ! »

Dreyfus, expositions, films, statues et passions

24Qu’en est-il de la mémoire de l’Affaire Dreyfus dix ou quinze ans plus tard ? L’Affaire qui, en son temps, avait déclenché le premier événement médiatique de la France contemporaine, apparaît pour beaucoup, dans les années 1960- 80, comme une sorte de vieille histoire pour laquelle, somme toute, les Français n’éprouvent pas plus d’intérêt que pour les scandales de la Rome antique. Quelquefois, pourtant, on trouve ici ou là, trace d’une survivance antidreyfusarde.

  • 7 Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Paris, Editions Points Seuil, 1982, p. 157.
  • 8 Pour notre part, nous rappellerons seulement que dans les années 1960-1970, les manuels scolaires (...)

25Dans un de ses ouvrages, l’historien Michel Winock raconte l’anecdote suivante7. Au cours de l’année 1961-1962, alors qu’il enseignait au lycée de Montpellier, il découvrit à cette occasion la persévérance de l’antidreyfusisme dans certaines familles françaises lorsque, ayant consacré, en classe terminale, une leçon à l’affaire Dreyfus, il eut la surprise d’entendre un élève contester l’innocence du capitaine Juif avec une assurance indémontable. Avait-il des arguments ? Non, mais il savait. Il savait de son père, qui le tenait de son grand- père, que Dreyfus était un espion à la solde de l’Allemagne — quoi qu’on ait pu dire et écrire là-dessus depuis 18988.

  • 9 On verra plus particulièrement l’article de Shlomo Sand,» Dreyfus, made in Hollywood -, L’Histoire (...)

26Jusqu’en 1974-1975 également, que montre-t-on de l’Affaire Dreyfus au cinéma ou à la télévision ? Dans un entretien qu’il accorde à un hebdomadaire juif progressiste, La Presse Nouvelle Hebdomadaire (13 décembre 1974), Jean Chérasse, ancien producteur à l’O.R.T.F., explique comment il s’est vu empêcher de traiter son film-document, Dreyfus ou l’intolérable vérité pour la télévision, et quelles sont les difficultés que le film a rencontré par la suite. Il y eut d’abord un avis négatif « de la précensure au temps de Pompidou », ce qui le conduit à filmer clandestinement sous le titre La Belle Epoque. Puis, le ministère de l’Armée lui oppose un refus de filmer et même d’accéder à ses archives. En 1974, enfin, en dépit d’innombrables obstacles, la censure lève son interdit, le film sort, mais « dans des conditions déplorables9 ».

  • 10 Cette proposition de rebaptiser le vieux lycée en lycée Alfred Dreyfus ou Alfred Jarry émanait d’u (...)

27Dans le même entretien, à la question de savoir si un certain nombre de gens continuent de porter vis-à-vis de Dreyfus le même jugement de culpabilité, Chérasse répond que, lors d’une conférence donnée à la maison de la culture de Rennes, il lui fut indiqué par des militants socialistes que la municipalité alors de droite avait refusé à deux reprises de donner le nom de Dreyfus à un lycée finalement baptisé Emile Zola10. Ce n’est qu’en 1978, que le tout nouveau conseil municipal de gauche décide de donner le nom d’Alfred Dreyfus à l’ancienne rue du Lycée qui est parallèle au lycée Emile Zola, à l’occasion du 80° anniversaire de la Ligue des Droits de l’Homme.

28La cérémonie d’inauguration se déroule en présence de Mme Lévy, fille du capitaine Dreyfus, de membres de la famille Dreyfus, du maire de Rennes, des adjoints et conseillers municipaux, du recteur d’Académie et du président de l’Université de Haute-Bretagne, du conservateur du Musée de Bretagne, d’enseignants et du proviseur du lycée Emile Zola, d’un député, de l’ancien ministre, Charles Tillon, du président national de la Ligue des droits de l’Homme, Henri Noguères, des représentants des communautés israélites et protestantes de Rennes ainsi que des Amitiés judéo-chrétiennes. Dans une correspondance publiée par le quotidien Le Monde, le 22 mai 1978, un lecteur signale toutefois que les autorités préfectorales, militaires et judiciaires, de même que la hiérarchie catholique rennaise ont omis de se faire représenter.

29La même année, une exposition sur l’Affaire Dreyfus et les Droits de l’Homme se tient à la Bibliothèque Municipale de Rennes. Les Rennais peuvent y voir exposés pour la toute première fois des documents exceptionnels offerts à la Ville par la famille du Capitaine Dreyfus. Ouest-France, qui couvre l’événement (28.4.78), rapporte cependant la stupéfaction d’une femme, qui, sortant de la Bibliothèque s’exclame : « Mais alors, il était innocent... ! »

30Quelques années plus tard, le tout nouveau Palais des Congrès de Lorient propose une exposition du Musée de Bretagne sur l’Affaire Dreyfus. Pour en savoir un peu plus sur l’opportunité ou non du thème, Le télégramme (7 octobre 1982) se prête au jeu de l’interview de quelques Lorientais pour leur demander ce que l’Affaire Dreyfus évoque pour eux. Les réponses sont aussi variées qu’inattendues : de Monsieur. S., Lorientais depuis 30 ans, qui ne se souvient pas, à cette jeune mère de famille de Larmor-plage qui pense mais sans en être sûre, que « l’Affaire Dreyfus, évoque de l’antisémitisme... » De l’élève d’un lycée d’enseignement professionnel, pour qui l’Affaire n’évoque « rien du tout » à ce jeune homme de Lanester, pour qui l’Affaire Dreyfus évoque « l’antisémitisme et les magouilles politico-militaires ».

31En 1981, la nouvelle exposition du Musée de Bretagne intitulée L’Affaire Dreyfus, une Affaire toujours actuelle est proposée au Musée municipal de Vendôme. L’exposition s’attache à en dégager l’essentiel. Figurent également quelques commentaires ainsi que des textes et illustrations évoquant des affaires beaucoup plus récentes liées, elles aussi, « à la raison d’Etat », celles par exemple des micros du Canard Enchaîné, ou de la fusillade du bar Le Thélème. Citons également des rapprochements avec l’Affaire du Watergate et la situation en Argentine. Le Canard enchaîné du 18 février 1981, raconte : « les notables n’avaient pas remarqué le sous-titre de cette expo itinérante, préparée par le Musée de Bretagne : L’Affaire Dreyfus, une affaire toujours actuelle. Et puis, soudain, maire et sous-préfet tombent en arrêt devant des panneaux reproduisant des pages du Canard Enchaîné consacrées à l’armée et à l’affaire des micros du Canard, histoire pour les auteurs de l’expo, d’actualiser la constance de la raison d’Etat. » C’est justement devant l’un de ces panneaux, que le sous-préfet, un certain... Philippe de Villiers, déclare à la presse que l’affaire « qui appartient à la France toute entière n’a pas été traitée uniquement dans son historicité alors que cette exposition est surtout destinée aux enfants... »

32Si, en cette année 1981, quelques personnalités locales, peu nombreuses cependant, s’offusquent de voir qu’une exposition sur l’Affaire Dreyfus puisse être ainsi présentée, plus près de nous, d’autres, par contre, n’hésitent pas à véritablement exploiter ce que l’Affaire Dreyfus peut toujours représenter et avec, je dirai, une certaine facilité. On peut noter, par exemple, la comparaison qui est faite, au mois de février 1994, par Maître Vergés, le récent avocat de Klaus Barbie, lorsqu’à l’annonce du verdict condamnant son client Omar Raddad pour le meurtre de Ghislaine Marchai, l’avocat s’écrie : « Il y a cent ans, on a condamné un officier parce qu’il avait le seul tort d’être juif, aujourd’hui on condamne un petit jardinier parce qu’il a le tort d’être marocain... »

  • 11 Birnbaum P., « Le retour de Dreyfus », L’Arche, mars 1994, pp. 5-6.
  • 12 Cité par Birnbaum P., « L’Affaire et les Français d’aujourd’hui », L’Arche, septembre 1994, pp. 44 (...)

33La comparaison avec Dreyfus sent incontestablement la manœuvre destinée à relancer l’émotion. En effet, qu’est ce qui, dans le procès d’Omar Raddad implique une action délibérée de l’Etat destinée à abattre un innocent ? Le racisme lui-même que dut peut-être affronter Omar Raddad, doit-il être comparé à la violence antisémite que dut affronter le capitaine Alfred Dreyfus11 ? Dernier exemple, Maurice Papon. Ce haut fonctionnaire républicain passé au service de Vichy —. et qui, à ce titre, a participé à la déportation des Juifs à partir de Bordeaux — pour clamer son innocence, déclare tout benoîtement, il y a peu de temps : « Je suis le capitaine Dreyfus12 ! »

34Il faut attendre l’année 1985 pour que l’on reparle de l’Affaire. « Une nouvelle affaire Dreyfus ? » Cette question est en effet posée par Renée Bernard dans l’Express, 9-15 août 1985, après la polémique que suscite le projet d’une statue du capitaine Alfred Dreyfus. Quatre vingt ans après la victoire des dreyfusards, le nom de l’officier vient s’inscrire sur la liste des personnages historiques auxquels François Mitterrand a décidé de rendre hommage, par une série de statues sur les places publiques. Sollicité par Jack Lang, ministre de la Culture, Louis Mitelberg, dessinateur éditorialiste de l’Express, peintre et sculpteur, connu sous le pseudonyme de Tim, se met au travail et réalise une maquette puis la statue. Coulée en bronze (3,50 x 1 x 0,80 m), la sculpture représente la capitaine en pied, tenant son sabre brisé à moitié devant le visage ; parce que, précisément, son sabre fut brisé — selon les règles — lorsqu’il fut dégradé.

35Tim propose de l’installer dans la cour de l’École militaire, à l’endroit même où Dreyfus fut dégradé. Jack Lang est d’accord mais se heurte au refus de Charles Hernu. Le ministre de la Défense de l’époque allègue que la cour de l’École n’est pas accessible au public et propose les jardins de la Montagne Sainte-Geneviève, car la Montagne Sainte-Geneviève a abrité les locaux et les jardins de l’Ecole Polytechnique où Dreyfus avait fait ses études.

36La polémique s’engage alors, la presse anglo-saxonne s’en fait l’écho (International Herald Tribune des 17-18 août 1985, Los Angeles Times du 30 octobre 1986). L’Hommage au Capitaine Dreyfus réalisé par Tim reste dans la fonderie du sculpteur pendant deux ans. Finalement, le 9 juin 1988, le ministre de la Culture, Jack Lang, l’inaugure, dans le Jardin des Tuileries, côté Orangerie, près de la terrasse du « bord de l’eau », un lieu de passage plus ou moins fréquenté par les promeneurs qui passent la Seine et traversent le Jardin pour atteindre la place des Pyramides. Le Monde du 11 juin 1988, peut noter ironiquement : « L’honneur de l’officier injustement condamné est lavé dans le bronze dont on fait les statues ! »

37Quelques jours plus tard, le lundi 20 juin 1988, Charles Dreyfus, petit-fils du capitaine, indique à la presse que la tombe de son grand-père, située au cimetière du Montparnasse a été profanée en début du mois, par un ou des inconnus qui y ont tracé à la peinture, des croix gammées et inscrit différentes injures, dont : « traître et Jude... »

38Six ans plus tard, on reparle de la Cour de l’École militaire. Mais, cette fois, un autre ministre de la Défense nationale vient d’autoriser le réalisateur Yves Boisset à tourner sur place, pour son film de cent minutes, d’après le livre de Jean-Denis Bredin. Yves Boisset, dans l’interview qu’il accorde au quotidien Libération (20-21 août 1994) s’explique : « François Léotard, le ministre de la Défense, s’est engagé très loin dans le projet, contre l’avis même de son état- major. L’armée a cet avantage que, même si c’est à reculons, quand elle a l’ordre d’y aller, elle y va. Notre collaboration s’est parfaitement bien passée, et son accord a permis de débloquer bien d’autres autorisations. » Boisset raconte ensuite l’anecdote suivante :

L’affaire Dreyfus est hélas toujours d’actualité : non seulement parce que la bêtise et l’intolérance ne sont guère mortes, mais aussi parce qu’il y a encore des gens qui croient dur comme fer que Dreyfus était coupable, et que toute cette histoire n’était qu’un complot judéo-maçonnique conçu et exécuté pour salir l’armée. A la fin d’une réunion de travail un général m’a dit : « Quand même, monsieur Boisset, vous m’avez l’air honnête. Vous n’allez quand même pas me dire qu’il était innocent ? »

L’intolérable vérité

39Les exemples précédents montrent qu’il ne fut pas toujours facile de parler de l’Affaire Dreyfus, de filmer et projeter, d’exposer, voire même de donner le nom de Dreyfus à une simple rue. Et pourtant, depuis de nombreuses années, pour l’immense majorité des Français, l’Affaire en tant que telle, ne portait plus ni le moindre doute, ni passion, ni même le moindre intérêt. Depuis l’épisode de la statue de Dreyfus, l’Affaire continue, au gré des événements, de faire quelques vagues et de susciter quelques polémiques.

  • 13 On verra notamment les articles suivants : Desaubuaux P.H., « Léotard limoge un colonel », Le Figa (...)
  • 14 A noter le sondage réalisé du 2 au 3 janvier 1994, par l’Institut CSA pour l’hebdomadaire La Vie, (...)
  • 15 Pierre Vidal-Naquet, « L’histoire est trop sérieuse pour la laisser aux militaires », Info Matin, (...)
  • 16 Vincent Duclert, « Dans la formation des officiers, on évite toujours l’Affaire Dreyfus... », ibid(...)

40Dernier coup de théâtre, cette fois-ci, en cette année anniversaire de son centenaire. L’Affaire rebondit de façon inattendue à la suite de la parution dans une publication de l’armée, SIRPA Actualités, du 31 janvier 1994, d’un article controversé et d’une analyse plus que tendancieuse sur l’Affaire Dreyfus, placée sous la responsabilité du colonel Paul Gaujac, chef du service historique de l’armée de terre (le SHAT) et auteur de plusieurs ouvrages d’histoire militaire13. Dès parution de l’article, le ministre de la Défense, François Léotard décide de mettre immédiatement fin aux fonctions du colonel. Preuve s’il en est que l’Affaire Dreyfus n’appartient pas seulement à l’histoire mais qu’elle reste présente dans les esprits14, de nombreuses personnalités réagissent immédiatement à l’article incriminé. C’est le cas de l’Académicien, Jean-Denis Bredin dans Libération, le 5 février. Bredin note que ce résumé « traduit malheureusement la persistance, à travers un siècle, de la vieille mentalité antidreyfusarde » ; quant à Madeleine Réberioux, présidente de la Ligue des Droits de l’Homme, dans l’édition du 17 février du Monde, elle relève « les erreurs du service historique de l’armée ». L’historien Pierre Vidal-Naquet réagit également : « C’est rempli de conneries », dit-il, avant d’émettre le vœu que, « les archives de l’armée soient confiées à d’autres qu’à des militaires15 ». Vincent Duclert pense qu’il s’agit d’un « dérapage révisionniste » avant de constater que l’Affaire « n’est pas considérée comme une date à célébrer par la République et dans les lycées militaires « et d’accuser plus précisément les professeurs de la très prestigieuse école militaire de Saint-Cyr « de ne pas aborder certains sujets, Dreyfus, la collaboration et l’Algérie16 ». Presque seule, Annie Kriegel dans Le Figaro du 1er mars, affirme que le texte controversé n’est « rien d’autre qu’une fiche technique interne[...] quelques formules à peines discutables dans un texte hâtif concocté par un service pour le compte d’un autre service et publié à tort par un bulletin à tirage interne réduit, ne suffisant pas à lancer une affaire... »

41Et d’accuser pour finir, François Léotard de recourir « une nouvelle fois à la méthode un peu trop en honneur à droite : couper l’herbe sous le pied de la gauche en faisant mieux qu’elle dans le registre d’une répression qui n’est en fin de compte qu’un abus de pouvoir... »

42On peut noter également, la vive réaction de Georges-Paul Wagner, l’un des avocats de Jean-Marie Le Pen, dans le quotidien d’extrême-droite Présent, daté du 10 février 1994. L’article est intitulé : « Une nouvelle victime de l’Affaire Dreyfus. » Georges-Paul Wagner ironise : « l’innocence du capitaine fut proclamée en 1906 par un arrêt de la Cour de cassation, cassant sans renvoi, contre toute la jurisprudence, le jugement de condamnation de Rennes ». Et d’ajouter aussitôt, que cette innocence « ne suffit pas à la thèse officielle, car elle doit également signifier, à peine de « faute lourde » comme l’a dit M. Léotard, la culpabilité de la France et de son armée. Un éternel mea culpa est donc nécessaire. Et nous sommes prévenus qu’il n’y aura pas d’absolution. »

43La revue confidentielle d’extrême-droite, Lectures Françaises, fondée par l’ancien collaborateur Henry Coston, consacre également son numéro du mois de mars à « l’Affaire » Gaujac. Lectures Françaises cite l’article de Georges-Paul Wagner et souligne plus particulièrement : « L’Affaire a profondément divisé le pays et l’a considérablement affaibli à la veille de la Grande Guerre ». Vieux thème s’il en est, depuis que l’Action Française en avait fait son cheval de bataille...

44Tout comme Maître Georges-Paul Wagner et le mensuel Lectures Françaises, l’extrême-droite française toute entière, considère toujours la culpabilité de Dreyfus — ou les conséquences que l’Affaire eut sur la société française — comme un dogme nécessaire. Mieux que quiconque, le polémiste François Brigneau sait rappeler les « culpabilités » dreyfusiennes. En 1975, déjà, François Brigneau, alors rédacteur de l’hebdomadaire d’extrême droite, Minute, est interviewé par Jean Chérasse qui veut faire paraître son ouvrage Dreyfus ou l’intolérable vérité (Editions Pygmalion).

45Pour Brigneau, l’Affaire a été organisée, montée, développée, « par la conjuration de la franc-maçonnerie. » Plus grave encore et en partie à cause de l’Affaire, « il est interdit aujourd’hui en France d’être antisémite. On peut être anticapitaliste, anticatholique, on peut être antiallemand, on doit être antifasciste, mais on ne peut être antisémite sans risquer cinq mille francs d’amende et deux ans de prison (p. 225). »

46Sous la forme d’un dialogue, aujourd’hui, le même François Brigneau, dans le numéro 4, d’un de ses derniers cahiers, intitulé L’interrogatoire (Publications FB-1993), écrit :

En étudiant l’Affaire, assez sérieusement [...] je dois reconnaître que des doutes me sont venus... Je me suis demandé si Dreyfus n’avait pas été l’appât d’un piège maçonnique...Tant que nous y sommes, disons judéo-maçonnique. Pourquoi pas ? Si vous y tenez. Ce ne serait pas faux, même si certains trouvent le terme caricatural... L’appât d’un complot judéo-maçonnique essentiellement dirigé contre l’armée et le pape.

47Et Brigneau d’ajouter pour terminer : « Finalement, ce que l’Affaire Dreyfus m’a appris, c’est la formidable puissance de la nébuleuse juive...

Notes

1 Knobel M., « L’Affaire Dreyfus et l’affaiblissement du système de Défense Nationale », Combat pour la diaspora, (Editions Syros), n° 20, 2e trimestre 1987, pp. 53-56 et dossiers Archives Nationales AN F7 12 863 : Action Française 1912-1915 ; AN F7 13 195 : Action Française 1908-1925.

2 Knobel M., « Des incidents au théâtre de l’Ambigu », Revue d’Histoire du théâtre, 1989, pp. 264- 270 et Archives Nationales F7 13951.

3 Préface par Lucien Lévy-Bruhl de l’ouvrage de Schwarzkoppen, La vérité sur Dreyfus. Les carnets de Schwartzkoppen, Paris, 1930, p. 13.

4 L’Action Française, 14 juillet 1935.

5 Le Commissariat Général aux Questions Juives «, Paris, CDJC, 1955, tome I, p. 125.

6 Knobel M., « Il y a toujours des antidreyfusards », L’Histoire, n° 173, janvier 1994, pp. 116-118 ; « C.M.V. du Paty de Clam, Commissaire général aux questions juives », Le Monde Juif, n° 117, janvier-mars 1985, pp. 18-24 ; « Un événement bien parisien en 1941 : une cérémonie à la mémoire d’Edouard Drumont., Yod, n° 19, année 1984, pp. 58-65.

7 Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Paris, Editions Points Seuil, 1982, p. 157.

8 Pour notre part, nous rappellerons seulement que dans les années 1960-1970, les manuels scolaires consacraient de nombreuses pages à traiter de l’affaire Dreyfus et de nombreux ouvrages continuaient de paraître sur le sujet Nous renvoyons à l’article suivant : Tison H. et Phan B., « L’Affaire à l’école », in L’Affaire Dreyfus de A à Z, sous la direction de Michel Drouin, Flammarion, 1994, pp. 552-559.

9 On verra plus particulièrement l’article de Shlomo Sand,» Dreyfus, made in Hollywood -, L’Histoire, n° 173, janvier 1994, pp. 120-123 et celui de De Baecque A., « L’Affaire au cinéma », in L’Affaire Dreyfus de A à Z, op.cit., pp. 548-552.

10 Cette proposition de rebaptiser le vieux lycée en lycée Alfred Dreyfus ou Alfred Jarry émanait d’un élève du lycée, Pascal Ory.

11 Birnbaum P., « Le retour de Dreyfus », L’Arche, mars 1994, pp. 5-6.

12 Cité par Birnbaum P., « L’Affaire et les Français d’aujourd’hui », L’Arche, septembre 1994, pp. 44-45.

13 On verra notamment les articles suivants : Desaubuaux P.H., « Léotard limoge un colonel », Le Figaro, 9 février 1994. « Punie, la gaffe », France-soir, 9.2.1994. « L’Affaire provoque encore des remous », Le Parisien, 9.2.1994. Guisnel J., « Affaire Dreyfus : la leçon d’histoire douteuse de l’armée », Libération, 5 février 1994. « Le chef du service historique de l’armée de terre a été limogé », Le Monde, 5 février 1994. Kriegel A., « Une nouvelle affaire Dreyfus ? », Le Figaro, 1er mars 1994.
La presse britannique, américaine et allemande ayant consacré quelques articles à « l’Affaire Gaujac », le lecteur consultera également : « Paris Fires Colonel for Dreyfus study », International Herald Tribune, 9 février 1994. Richard O’Mara, « In France, Dreyfus Affair won’t die », Tbe Sun, 9 février 1994. « The Dreyfus Affair, continued », The New-York Times, 13 février 1994. William Pfaff, « When history moves into die future », The Sun, 14 février 1994.
« Ein weiteres opfer der Dreyfus-Affâre » et « Phantomschmerzen. Die Affàre Dreyfus nach hundert Jahren rollt wieder ein Kopf », dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung, 10 février 1994. « Ein Oberst muss die Stellung râumen. Frankreichs Militarjustiz hat die Unschuld von Alfred Dreyfus ausdriicklich anerkannt », Süddeutsche Zeitung, 12-13 février 1994.

14 A noter le sondage réalisé du 2 au 3 janvier 1994, par l’Institut CSA pour l’hebdomadaire La Vie, La Ligue des Droits de l’Homme et France Inter. Une majorité de Français (68 %) estiment que les leçons de l’Affaire Dreyfus sont toujours d’actualité, alors que 19 % pensent qu’elles appartiennent au passé. 45 % des personnes interrogées pensent que, depuis l’Affaire Dreyfus, le racisme, la xénophobie et l’antisémitisme se sont développés en France, 12 % qu’ils ont régressé, 33 % répondent» ni l’un, ni l’autre ».
81 % des Français « ne seraient pas gênés de voter pour un Juif français candidat à la présidentielle » contre 9 % d’opinion contraire ; 56 % des sondés « ne seraient pas gênés de voter pour un candidat d’origine étrangère naturalisé français à la présidentielle » contre 25 %.
Enfin, s’il y avait une nouvelle Affaire Dreyfus de discrimination ou d’accusation injuste à l’égard d’un individu, ce serait en raison de son origine ethnique pour 33 % des sondés, de sa religion pour 28%, de sa nationalité pour 28 % et pour 13 % seulement, de son appartenance politique.

15 Pierre Vidal-Naquet, « L’histoire est trop sérieuse pour la laisser aux militaires », Info Matin, 11 et 12 février 1994.

16 Vincent Duclert, « Dans la formation des officiers, on évite toujours l’Affaire Dreyfus... », ibid.

Auteur

Attaché de recherches au Centre Simon Wiesenthal

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540