Version classiqueVersion mobile

L'affaire Dreyfus et l'opinion publique

 | 
Michel Denis
, 
Michel Lagrée
, 
Jean-Yves Veillard

Première partie. L'opinion en France

Victor Basch, chef des dreyfusards de Rennes

Françoise Basch

Texte intégral

  • 1 L’un à l’Université Rennes 1, (campus scientifique de Beaulieu), l’autre à l’Université Rennes 2 ( (...)

1Je suis très émue de parler de Victor Basch, mon grand-père, en cette ville qu’il habita près de vingt ans et dans laquelle il livra la lutte la plus âpre et la plus excitante de sa carrière. Quel changement survenu dans l’inscription de sa mémoire ! Lorsqu’il y a trois ans je passais ici quelques jours à la recherche de ses traces, elles étaient enfouies dans le silence des archives locales. Aujourd’hui, après la Sorbonne, on inaugure solennellement non pas un mais deux amphithéâtres Victor Basch1 à l’occasion d’un colloque international sur l’Affaire Dreyfus.

2Deux remarques liminaires :

  1. Outre les documents des archives municipales et départementales et celles de l’Université, je me suis servie des correspondances de Victor Basch avec Joseph Reinach, avec Henri Sée et surtout avec sa femme Ilona.
  2. M’adressant à un public hautement spécialisé, j’ai largement éliminé le contexte pour me concentrer sur l’activité de Victor Basch pendant cette période.

3— Un événement historique : l’Affaire Dreyfus

4— Une ville : Rennes, théâtre du procès en révision du 7 août au 9 septembre 1899, depuis le renvoi de l’affaire devant le conseil de guerre de cette ville.

5— Un homme : Victor Basch que les hasards d’une carrière universitaire installent ou relèguent à Rennes de 1887 à 1906, (de 24 à 43 ans) comme professeur de langue et littérature allemande. Juif hongrois né à Budapest en 1863, il avait fait toutes ses études en France et en 1883 épousa Ilona Furth qu’il était allé chercher au « vieux pays », selon la tradition : ils ont déjà deux enfants, Lucien et Fanny. Il ne fut jamais amoureux de Rennes traversée par la Vilaine, « une espèce de cours d’eau qui ne court jamais » et qu’il trouve tristement privée de beaux bâtiments. En revanche il vibre au romantisme de la mer bretonne : « Vous l’entendrez tempêter, vous l’entendrez sangloter, vous l’entendrez hurler d’allégresse... » (banquet de Lyon 1908 BOLDH).

6Arrivant de Nancy, la famille Basch s’installe dans la propriété du « Gros Chêne », 66 faubourg d’Antrain, vantée par maint contemporains comme un lieu de rêve : Séverine célèbre ses murs épais, sa chapelle, ses allées de tilleuls ; des souterrains hantés par l’âme des proscrits qui circulaient de la chapelle à la ville. On distingue sur une photo, dans une pénombre agréable, un Victor Basch chevelu et moustachu, sa femme nu tête, simplement vêtue d’une robe d’été et quelques élégantes provinciales de leurs connaissances. En ce brûlant été 1899, le Gros Chêne, son parc et la fraîcheur de ses ombrages compensaient le manque de charme de la ville et la distance (une bonne demi- heure) à parcourir jusqu’au Lycée. Victor Basch savait mettre en avant cet avantage lorsqu’il invitait des personnalités aussi distinguées que Zola ou Lucie Dreyfus. Quant à Ilona, ennemie invétérée du soleil et de la chaleur, le jardin lui sauvait la vie.

Prise de conscience

7Si Rennes se trouve désignée comme la ville de l’Affaire, comment Basch devient-il le « chef des dreyfusards » ? Avant d’entrer dans le vif de cette épopée, rappelons la signification politique et éthique de l’Affaire à ses yeux. »... tant qu’il y aurait une seule victime de l’iniquité sociale... l’affaire Dreyfus n’était pas close », déclarait Basch en 1909 : l’Affaire définit son système de valeurs, ses choix politiques et sa quête passionnée de justice.

  • 2 Congrès 1909, Bulletin Officiel de la Ligue des Droits de l’homme, (BOLDH), p. 1072-1076.
  • 3 Victor Basch, Banquet d’Amieas en hommage à V B pour ses soixante-dix ans , le 16 juillet 1933, CD (...)
  • 4 Victor Basch, « Alfred Dreyfus et l’Affaire », CDH, 31 juillet 1935, p.502-505.
  • 5 « Mon Judaïsme », Connaître, août 1924, p.5.

8C’est en 1897, dans le courant de l’été, qu’il voit la lumière : « J’avais vécu jusqu’ici dans le monde des idées comme sous cette cloche de plongeur dont parle Jean-Paul. »2 D’un seul coup, l’indifférence vis à vis du Capitaine Dreyfus « se change en illumination, en brûlure qui [le] dévorait tout entier... »3 car, en 1894, comme tout le monde, il ne s’était pas posé de question sur la condamnation du capitaine. Puis, en automne 1897, de passage à Paris après sa soutenance de thèses (sur Kant et Schiller), il est convaincu par la brochure de « Bernard-Lazare le brave », qui l’année précédente, tente d’alerter l’opinion sur la « monstrueuse iniquité »4. Et, dans une interview pour un journal juif, Basch explique le réveil de sa solidarité « avec un coreligionnaire malheureux »5.

  • 6 Victor Basch, « Rennes», CDH, 10-15 juillet 1938, p 408-410.
  • 7 Victor Basch, « Rennes », CDH,. Henri Sée, historien et auteur d’une Histoire de la Ligue des Droi (...)

9Dès lors, il tient à mener sa propre enquête et soumet ses hypothèses et ses réflexions à Joseph Reinach, collaborateur du Siècle6. Le 30 novembre 1898, il tombe d’accord avec Reinach sur la collusion entre Esterhazy et Henry et sur les machinations de ce dernier, et acquiert enfin la certitude de l’innocence de Dreyfus. Il tenait informé ses collègues et amis de l’Université de Rennes : Jules Aubry, Jules Andrade, George Dottin et Henri Sée7.

  • 8 Victor Basch, « Rennes », CDH,. et « Alfred Dreyfus et l’Affaire », CDH, 31 juillet 1935, p.502-50 (...)

10Précurseur héroique de la croisade dreyfusarde comme Bernard-Lazare et Joseph Reinach ? Non. Victor Basch le reconnaît. L’année 1897 est celle du ralliement en masse d’écrivains, d’intellectuels et d’universitaires (La Revue Blanche, l’École Normale) à la cause de Dreyfus. Victor Basch est emporté par cette lame de fond. L’événement le plus spectaculaire de l’année, écrit-il, « le plus fulgurant des éclairs », fut le manifeste de Zola du 13 janvier 1898 : « J’accuse ». « Emile Zola, le plus grand romancier de son temps dont la gloire tumultueuse avait rempli le monde », affirme l’innocence de Dreyfus, la culpabilité d’Estérhazy, la complicité de l’État-major, écrivait Basch8. Notons qu’à la différence de Lucien Herr, Charles Andler, ou Léon Blum, cette élite normalienne, à la fois cocon protecteur et réseau de pouvoir, Basch se trouve dans un certain isolement. A Nancy puis à Rennes, villes confinées et réactionnaires, il est, avant même les batailles de l’Affaire, en butte à l’antisémitisme ambiant. Son intégration culturelle et son attachement aux valeurs républicaines n’effacent pas son statut de juif et d’étranger.

  • 9 « Mon Judaïsme », Connaître, août 1924.
  • 10 Victor Basch, « Quelle Jérusalem nouvelle ? », L’Ere Nouvelle, 2 octobre 1922.
  • 11 V.B. à Joseph Reinach, Paris le 17 octobre 1915.

11La dimension antisémite de l’Affaire fait partie de cette prise de conscience. Basch avait toute raison de se considérer comme un juif assimilé. Mais la violence de l’antisémitisme antidreyfusard réveille sa judéité. «...Durant et après le Procès, j’ai toujours hautement professé ma qualité de Juif... »9. Il n’est pas seul à réagir ainsi et raconte : « Puisque, me dit Herzl au procès de Rennes, dans le pays le plus affranchi du monde, dans la patrie même de la Révolution, une affaire Dreyfus est possible, il faut que les Juifs tentent de se créer une patrie... »10. Victor Basch, André Spire, Théodor Herzl, Bernard Lazare : quatre figures pour lesquelles l’Affaire Dreyfus signifie la fatalité des persécutions et la fin du rêve d’assimilation. Une seule solution, le sionisme, mais avec des modalités et des engagements divergents. Rétrospectivement, Basch date de cette période le choix d’assumer « la race maudite et sublime... de ses ancêtres ». « Il y a deux façons de porter le fardeau du Sémite : honteusement ou orgueilleusement. J’ai choisi quant à moi, depuis 1898, époque où pour la première fois on m’a jeté des pierres au cri de l’antique Hepp — Hepp, la seconde manière. »11

Une nouvelle vie

  • 12 Procès verbal de police du 20 janvier 1898, Archives de la ville de Rennes, 1+80.
  • 13 Lettre du Préfet d’Ile et Vilaine au Président du Conseil, ministre de l’Intérieur, 22 décembre 18 (...)
  • 14 Victor Basch, « Rennes », CDH, 10-15 juillet 1938, p.408-410.

12Victor Basch n’avait pas attendu le procès pour se signaler à l’attention des autorités. Le 21 juin 98, le recteur constate que « les manifestations de cet hiver ont été en partie dirigées contre M. Basch ». « Les étudiants dont plusieurs s’étaient munis de lanternes se sont rendus en grand nombre vers 8 heures et demi devant la demeure de M. Basch où ils l’ont conspué comme les jours précédents », ce qui devient un rituel des réunions nationalistes12. Le 16 décembre 1898, Basch profite d’une conférence sur Michelet pour évoquer l’Affaire. Le Préfet d’Ille-et- Vilaine le dénonce au ministre de l’Instniction publique, en précisant, pour que nul n’en ignore, que « M. Basch est de race juive et d’origine hongroise [...] naturalisé français le 10 décembre 1887, dès qu’il put échapper aux obligations de la loi militaire. » Il importe de mettre un terme, affirme le préfet, aux « interventions de ces professeurs de l’Enseignement Supérieur »13, (les dreyfusards de la section Rennaise de la Ligue des droits de l’homme, Jules Aubry, professeur à la faculté de droit, Jules Andrade, professeur de mathématiques, Georges Dottin, professeur à la Faculté des lettres et Henri Sée)14. Vœux pieux car Victor Basch s’était engouffré dans une vie nouvelle. Plongé dans la « grande mêlée de l’Affaire », il devient le leader du camp dreyfusard et républicain à Rennes.

Notre petite armée

13A partir de 1897, Victor Basch lutte pour la révision du procès par tous les moyens en son pouvoir, notamment en participant à la création de la Ligue des droits de l’homme, qui essaime rapidement en France. En dépit de la « situation révolutionnaire » qui sévit à Rennes, écrit Basch, manifestations d’étudiants nationalistes, violences à l’Université et devant son domicile, les quatre mousquetaires (ses collègues) accomplissent un vaste travail d’information et recrutent quelques universitaires. Mais les militants locaux se heurtent parfois à la direction de la Ligue. Socialiste et combatif, Basch conteste la politique du président Trarieux et la modération du comité central : d’où tensions avec Pans, mais aussi avec certains ligueurs rennais.

  • 15 Rapport du Commissaire central au Maire, 24 décembre 1898, Archives de la ville de Rennes, 1+80. R (...)

14Pour assurer la représentativité du mouvement et pour « affronter victorieusement les haines contre nous conjurées de toute une ville », Victor Basch s’efforce de rallier les ouvriers : les étudiants nationalistes ne tiendront plus le haut du pavé. Plus tard, c’est aussi parmi les ouvriers que les chefs dreyfusards recrutèrent des gardes du corps pour les protéger lors des trajets du Gros Chêne au Conseil de guerre. Ce n’est que lorsqu’on eut regroupé « les chefs ouvriers, quelques uns de mes étudiants, quelques francs-maçons, quelques protestants, » que se fonda officiellement la section rennaise de la Ligue des droits de l’homme. La séance d’inauguration eut lieu au Gros Chêne, le 22 janvier 1899. Un rapport de police révèle que, dans ce lieu de subversion, se réunit aussi un autre groupuscule, le « comité sémite », qui faisait le coup de poing avec ouvriers et révisionnistes pour perturber des réunions antisémites15.

  • 16 Lettre de V. B. à sa femme, Ilona, en villégiature pour l’été dans sa famille en Carinthie avec le (...)
  • 17 Victor Basch, « Rennes », CDH, 10-15 juillet 1938, p.408.

15Entre le mois de janvier et le mois d’août, Basch est sans cesse sur la brèche. Jules Aubry, professeur à la Faculté de droit, présidait la section. Mais : « C’est moi qui fais fonction de secrétaire général et m’occupe de tout ce qui concerne la propagande, » écrit Basch (7 juin 1899 à Joseph Reinach). Amis et ennemis le désignent « chef du parti dreyfusiste en Bretagne » à Rennes. L’Intransigeant du 31 juillet 1899 parle du « sieur Basch, chef du dreyfusisme rennais », le Figaro de même16. Dans ses souvenirs, où perce l’exaltation de l’aventure et du danger, Basch assume ce rôle, non sans grandiloquence. « C’est la réaction qui m’a sacré chef des dreyfusards rennais, mon piédestal est fait uniquement des pierres qu’on m’a lancées... »17. Pendant les mois qui précèdent le procès, Basch parle, voyage, milite. Il fait le point sur les réunions de la Ligue « tenues dans un hôtel borgne » où assistaient, outre des étudiants et des instituteurs, des ouvriers et se dit très satisfait des résultats.

C’est naturellement sur les ouvriers qu’a porté l’effort de notre propagande. Les chefs sont avec nous, font partie du Comité de la Ligue et ont pris la parole dans notre dernière réunion. Malheureusement, les ouvriers rennais sont extrêmement divisés. Il n’y a guère que 800 syndiqués...

16Fort de ce soutien ouvrier, Victor Basch veut organiser une manifestation publique, « au risque d’une bagarre », sans trop compter sur le soutien du Comité LDH de Rennes, ni du « président, (Jules Aubry] mon meilleur ami, très généreux mais un peu timoré ». A Rennes, en ce mois de juin 1899, Basch voit les révisionnistes divisés en deux camps : ceux qui veulent éviter toute provocation, pour ne pas exaspérer l’état-major,

  • 18 V.B. à Joseph Reinach, 7 juin 1899, B. N. Manuscrits

les autres, les ouvriers et moi - nous soutenons que le moment est venu d’élargir notre action et [...] de nous opposer aux bandes nationalistes et antisémitiques qui ont commencé le cours de leurs exploits le soir même de l’arrêt des [...] manifestations organisées18.

17Il imagine alors de demander à Jaurès de venir à Rennes. « La municipalité, qui a besoin des voix des ouvriers, n’oserait pas leur refuser la salle du marché couvert — Les Lices — très favorable aux bagarres » Il prévoit même le contenu de la réunion :

Jaurès, à mon sens, devrait faire une conférence sur la situation en général, sur les dangers que court la République, sur le besoin, pour tous les républicains de s’unir [... :] l’Affaire Dreyfus ne viendrait que... comme symptôme, comme symbole.

  • 19 V. B. à Bernard-Lazare, 23 juin 1899, Chalom, revue juive mensuelle, septembre 1933. p.6. (Allianc (...)

18Ligueurs et ouvriers sont d’accord. Mais les universitaires, « sauf moi », redoutent que cette conférence n’apparaisse comme une provocation, (lettre à Bernard-Lazare du 23 juin 1899). Les modérés l’emportèrent, forts de l’intervention d’un émissaire du Parti socialiste de Paris, défavorable à la venue de Jaurès, alléguant les manifestations antisémites prévues pour l’arrivée imminente du capitaine Dreyfus : Basch avait même envisagé de tenir le meeting chez lui, dans son jardin, « où tiennent des milliers de personnes » 19. Bien qu’on enterre le projet, Basch marque tout de même un point : le 30 juin, il annonce triomphalement à Reinach que le député Le Hérissé, directeur du journal nationaliste, anti-dreyfusard, Le Petit Rennais, « affolé par la perspective de la venue de Jaurès promet sa neutralité. »

  • 20 V. B. à sa femme, Rennes le 4 juillet 1899
  • 21 Gil Blas, 1er janvier 1914.

19Le banquet républicain du 14 juillet, que Victor Basch réussit à organiser, malgré l’opposition de Reinach et de fortes réticences en haut lieu, accentue ce clivage entre stratégie défensive et offensive. Le 4 juillet, il annonce à sa femme : « Je m’occupe en ce moment activement d’un banquet pour le 14 juillet. Il aura lieu aux Trois Marches à deux francs par tête. »20 Toute proche de sa maison, cette auberge était un haut lieu de convivialité dreyfusarde. Comme le Gros Chêne, c’était la campagne ; Séverine évoque « les chemins creux par où, et sans falot, on reconduisait les plus menacés ». L’idée de Basch : profiter de la fête nationale et révolutionnaire pour renforcer la cohésion du clan des dreyfusards et de la Ligue21. « J’y prononcerai un grand discours et nous tiendrons notre petite armée en haleine, en mangeant et en buvant à leurs côtés » annonce Basch. Festoyer, chanter, parler, s’affirmer comme le tribun qu’il sera désormais : quoi de plus naturel ? Ce projet, affirme-t-il, « nos amis les ouvriers le réclament impérieusement. « Mais à Paris, on ne l’entend pas de cette oreille (Ilona 10 juillet).

  • 22 Waldeck-Rousseau, ex député de Rennes, ministre de l’Intérieur et Président du conseil depuis juin (...)

Paris ne veut pas qu’il [le banquet] ait lieu. Les plus hautes personnalités de l’État se sont mises en communication avec nous. J’ai eu hier une longue conversation par téléphone avec Reinach. [...] On estime en haut lieu, c’est l’avis de Waldeck-Rousseau en personne, que ce banquet peut [...] mettre le feu aux poudres dans un climat déjà très tendu, et surtout indisposer le tribunal militaire22.

20La tension montait à Rennes. La date exacte du procès ne cessait de changer. Le 28 juin, Madame Dreyfus était arrivée à la gare, où lui même s’était abstenu de se rendre. Le 1er juillet, le capitaine Dreyfus était acheminé de Quiberon par des voies détournées. Par discrétion, Victor Basch refuse l’invitation des journalistes du Matin d’aller à sa rencontre. Dans ce contexte, comment ne pas prendre au sérieux les menaces de Le Hérissé de mettre tout à feu et à sang ? Mais Victor Basch, qui connaît ce « matamore « depuis des années ne veut pas céder à ces manœuvres d’intimidation. Ce banquet lui paraissait crucial pour le moral et l’énergie des révisionnistes, dont montait la popularité à l’inverse de celle de Le Hérissé et de ses partisans. Belliqueux à ses heures mais doué de sens stratégique, il était convaincu qu’attaquer valait mieux que battre en retraite et que certaines reculades se payaient très cher.

21Pour circonvenir Joseph Reinach et le persuader de l’innocence de cette « fête campagnarde », Basch déploie des trésors de patience et une certaine roublardise. C’est la coutume locale qui veut, lui explique-t-il, que, le 14 juillet, se tiennent parallèlement deux banquets, celui du Petit Rennais, nationaliste, et l’autre autour de l’Avenir, républicain et modéré. Ce dernier s’adresse à tous ceux qui sont » en leur for intérieur révisionnistes ». Pour apprivoiser Reinach, Basch s’engage à ce qu’on s’abstienne de parler de l’Affaire et il énumére les notables invités :

  • 23 V. B. à Joseph Reinach, 7 juillet 1899.

M. Lebret, directeur du Crédit Foncier de Rennes, membre de la chambre de commerce [...] M. Blondel, professeur à la Faculté de Droit, leader du parti républicain modéré [...] Vous voilà éclairé, Monsieur et cher Maître, sur la nature véritable de notre manifestation : ce sera une fête républicaine, toute familiale, toute pacifique - nous comptons y admettre les « citoyennes » - et presque [...] une partie de campagne »23.

22Comment imaginer que ces innocentes festivités indisposent le conseil de guerre ? Quant à la menace brandie par Le Hérissé de faire venir Déroulède, Victor Basch la traite par le mépris. L’argument massue de ce plaidoyer était la menace de débordement par les ouvriers. Après les avoir harangués, excités, « nous passons notre temps à les retenir, à les inciter au calme, à les doucher. » Paternaliste, Basch poursuit : « Vous savez combien ils sont méfiants, ces grands enfants... ils croient que nous sommes en train de les rouler... » Ils sont d’ailleurs décidés à maintenir le banquet, même seuls, ce qu’il jugerait, quant à lui, imprudent. « Si nous n’étions pas là pour les diriger et pour parler en leur nom, ils iraient certainement trop loin. » Victor Basch ne pouvait pas trouver de meilleur argument pour rallier les Parisiens.

23Enfin arrive le grand jour : dans les lettres à sa femme, Victor relate les épuisants préparatifs du banquet. Sur le plan local, l’événement et ses échos parisiens lui valent le respect et la considération des autorités. Impressionné par « la lettre de Paris » (celle du neveu de Waldeck Rousseau), le préfet se met à sa disposition ainsi que le sous-chef de la Sûreté de Paris, chargé de la police de Rennes. Victor Basch fait à Reinach un récit enthousiaste.

Le banquet a été splendide. Nous étions 260 exactement, nos journaux diront sans doute 400 mais moi je vous donne le chiffre exact [...] pas une manifestation inopportune, pas un cri discordant. [...] on n’a manifesté ni devant la maison de Mme Dreyfus, ni devant la cellule du capitaine. C’est moi qui ai servi de paratonnerre. Une centaine de gamins conduits par quelques meneurs sont venus hurler sous mes fenêtres, casser quelques carreaux et me lancer des pierres, dont quelques unes de taille. La police toute occupée du côté de Rennes et de la prison n’a pu intervenir.

24Plus explicite avec sa femme, il raconte qu’après être allé vérifier les derniers préparatifs aux Trois Marches, les fleurs, la table présidentielle, les menus, il entendit des hurlements (« 125 petits antisémites environ »).

Je me mets, comme à mon habitude, à la fenêtre. On me vomit à la face toutes les injures que tu peux imaginer... on fait silence et on hurle : « topo, laius ». Je dédaigne de parler à ces brutes [...] avec le tapage, les cailloux volent et me cassent un carreau.

  • 24 Commissaire de police, « État des jeunes gens arrêtés pendant la manifestation devant le domicile (...)

25Les manifestants criaient alternativement « Vive l’armée » et « A bas les juifs ». Les individus arrêtés : de très jeunes gens, entre 15 et 18 ans et parmi eux deux élèves du pensionnat de Saint Martin et de jeunes voisins. Trois d’entre eux pourtant ont entre 21 et 29 ans24. Ils furent immédiatement relaxés. Après cet intermède, il retourne aux Trois Marches. Sa maison sera désormais gardée nuit et jour par douze gendarmes et ses déplacements escortés, écrit-il le 17 juillet à Ilona pour la rassurer. La presse « vespasienne » s’en prenait au « chef du dreyfusisme local, juif hongrois de fraîche naturalisation »... « Éminence dreyfusarde ». Ces manifestations font partie de son quotidien. Mais celle du 14 juillet 1899, de par l’agressivité et le nombre des assaillants, fut l’une des plus spectaculaires.

26Malgré ce pénible préambule, cet événement politico-patriotique fut un franc succès. La tente ornée de cartouches de drapeaux se détachait sur le « clair reflet de rouge et de blanc et de bleu et la sombre verdure des tilleuls. » Au menu du « Banquet républicain et démocratique, potage pâtes, bœuf sauce tomate, veau braisé, jambonneau, saucisson, poulet, veau, salade de saison, dessert, vins, liqueur, Champagne. Au lieu des 160 personnes prévues, il en arriva 260. Les discours succèdent aux toasts. On reconnaissait parmi les convives des républicains et des socialistes, tous dreyfusards : Victor Barrucaud, rédacteur de la Revue Blanche, les Ligueurs universitaires, Bertrand, directeur de la Petite République française. Armand Dayot, inspecteur des Beaux Arts, à la tête des « Bleus de Bretagne «, association républicaine des Bretons de Paris, produisit une forte impression.

  • 25 Outre Victor Basch, les orateurs furent Jean Bertrand, rédacteur à La Petite République, Cavalier, (...)
  • 26 L’Avertir de Rennes du 17/7/99.

27Fidèles aux engagements pris, les orateurs n’évoquèrent pas directement le procès Dreyfus25. Quant à Victor Basch, il trace, en ce 14 juillet 1899, une grande fresque historique, variation sur le thème des Bastilles. « Je bois à tous les destructeurs de Bastille, je bois à une humanité plus belle, plus juste, plus libre, plus fraternelle »26. La presse nationaliste s’irrita considérablement des propos de ce Hongrois, qui « raconte à sa façon l’histoire de France depuis 1789 », (Petit Rennais du 16 juillet), et qui se permet de critiquer Napoléon 1er, (Le Journal de Rennes du 17 juillet). « Moi, très fatigué et migrainé, comme d’habitude à des cérémonies de ce genre », écrit-il à sa femme. Tout à ce triomphe, il ne mentionne pas d’autres manifestations hostiles. Pourtant ce même jour Le fournal de Rennes publiait un manifeste du Groupe Antisémite Nationaliste Rennais, sympathisant de Drumont et Déroulède, qui traînait dans la boue le « juif hongrois Basch » ainsi que « les juifs et les sans patrie » ! La presse « immonde ²» se déchaînait contre le « banquet austro-hongrois » (Le Patriote Breton du 18 juillet). Le Petit Rennais du 20 juillet 1899 donne sa version du menu :

Entrées : solde de conserves de l’île du Diable.
Poissons : la raie de la Cour de cassation.
Dessert : grands fours de la révision.
Bombe glacière.
Vin : petit bleu Picquart.

28Le Hérissé avait maintenu le banquet nationaliste aux Lices, présidé par lui- même et par le maire, en présence de nombreux conseillers municipaux. Pour terminer, une retraite aux flambeaux aux accents du « Ça ira » antisémite : « tous les youpins à la lanterne, tous les youpins, on les pendra. » La journée s’achève par quelques escarmouches entre révisionnistes et anti-dreyfusards rapidement dispersées par les forces de police.

Basch, le « Sous Dreyfus »

29L’antisémitisme antidreyfusard prend à Rennes Victor Basch, champion de Dreyfus, comme bouc émissaire. Dans cet assaut de racisme et de xénophobie, la presse jouait un rôle clé. Un seul journal dreyfusiste, L’Avenir de Rennes contre plusieurs « journaux ennemis -, déjà nommés, qui refusent unanimement au « chef du Syndicat » droit de parole et donc droit de cité. Le rédacteur du Journal de Rennes du 17 juillet 1899 se résignait par exemple aux « harangues des professeurs Aubry et Blondel et des socialistes révolutionnaires [...] unis par la foi en Dreyfus. » Par contre, L’Intransigeant du 31 juillet interdit au juif hongrois « et à tous les êtres de la race d’Abraham et de Jacob d’intervenir d’une façon quelconque dans l’Affaire Dreyfus ». « Ce juif errant, allant à travers le monde, sans autre patrie que son intérêt personnel... » n’a aucun droit à la parole, répète La Libre Parole du 31 juillet 1899. Voici quelques exemples de ces fantasmes haineux. Dans leur hâte de se débarrasser de ce personnage encombrant, on répand la rumeur de son départ. (Ilona, 15 juin 1899 ; Le Patriote Breton du 20 juin le dit parti pour l’Autriche-Hongrie. » Un cocher assure avoir conduit à la gare de Rennes un juif du nom de Basch [...] le voyageur sémite aurait donné au cocher un pourboire de cinquante centimes ». Ailleurs on l’accuse de ne faire servir, contrairement aux personnalités nationalistes, que de la piquette aux militants qui gardent sa maison, (Patriote Breton du 13 juillet et L’Intransigeant du 31 juillet 1899).

30Fait exceptionnel, il répond à une « longue tartine » du Patriote Breton, qui insulte le » chef du syndicat de Rennes, juif hongrois naturalisé à 35 ans, ambitieux terrible visant à la députation, etc. ». « Je réponds aujourd’hui dans L’Avenir avec hauteur et dédain. D’ailleurs, étant devenu une façon d’homme public, je ne puis pas trop me plaindre d’être malemment attaqué. (Ilona 15 juin 99) » Il prend ses distances — « je laisse couler avec dédain le flot fangeux dont m’honore la presse vespasienne » — mais pour revendiquer plus fièrement ses origines :

  • 27 « Epilogue », L’Avenir de Rennes, 27 juillet 1899.

Je suis en effet né de parents juifs, ce qui est [...] de nos jours une tare indélébile. [...] Quant à la qualité de juif en tant que race — bien que je ne croie pas au concept de race — je la revendique hautement, [...] moi juif, moi originaire de la Hongrie27.

  • 28 L’Indépendance de Saint-Brieuc du 11 juillet 1895, ch 1, p.12 et ch 2 p.13.

31On le voit réagir diversement » aux coups de langue, aux coups de pierre ». Son sang-froid, son courage naturels ainsi que le souci de ne pas inquiéter ses proches l’incitent à minimiser menaces et harcèlement. Il est même capable d’humour. Mais parfois, poussé à bout, il tonne contre ses ennemis. A Reinach (9 juillet 1899) il parle des crapauds, « lettres de menaces de mort et d’injures immondes que m’apporte tous les matins et tous les soirs mon courrier ». Il va jusqu’à provoquer en duel un certain Léon Berthaut qui (Le Patriote Breton du 22 juillet 1899) l’accuse d’avoir retardé sa naturalisation pour éviter le service militaire. Ce n’était ni la première fois ni la dernière qu’on l’accusait de lâcheté sur ce point28. Le sieur Berthaut accepta de se rétracter et le duel n’eut pas lieu.

  • 29 Rapport de M. Perreus, Doctorat ès lettres M. Basch, Paris, 18 juin 1897, Dossier de fonctionnaire (...)

32Les relents d’antisémitisme n’émanent pas que du fonctionnaire d’autorité ou de la presse « vespasienne » mais des plus hautes instances universitaires. Dans son rapport de thèse de doctorat, rédigé à Paris le 18 juin 1897, le professeur Perreus qui ne recule pas devant la haute spéculation psychologique voit en Victor Basch « deux hommes qui n’ont pas réussi encore à se fondre ensemble », un Hongrois germanisé et un Français29. Victor Basch est catalogué comme un être hybride, ni Hongrois, ni Allemand, ni Français, mais juif à coup sûr. Ses prises de position politiques et sa pugnacité ne pouvaient qu’aviver la haine envers un être venu d’ailleurs et qui, circonstance aggravante, assumait son appartenance multiple. Le recteur qui, tout au long de sa carrière à Rennes lui avait manifesté de la sympathie, note dans une lettre au ministre : » c’est toujours M. Basch que visent les manifestants, quels qu’ils soient ; on ne s’occupe pas des autres professeurs. »

  • 30 voir rapports des 22 et 29 juillet 1899, 10 septembre 1899, 1 M 143 et 1 M 144.Archives départemen (...)
  • 31 Séverine, « C’est jeune et ça ne sait pas », Ere Nouvelle, 12 septembre 1924

33La fréquence des manifestations d’extrême droite (29 décembre 1898, 9 et 22 juin) ponctuées par « Vive l’armée, A bas les juifs », « les youpins, on les pendra », confirment cette fonction de bouc émissaire. Ainsi que ce mot d’ordre répété à l’envi, « allons chez Basch » ou « allons au Faubourg d’Antrain »30. Séverine illustre son courage et son esprit de répartie par une anecdote qu’on se racontait volontiers dans la famille : « A bas Basch ![...] tu n’iras pas faire ton cours », criaient des étudiants antisémites un matin devant son domicile. Il répondit par la fenêtre : « D’abord je vous défends de me tutoyer ! Ensuite changez donc votre cri, vous avez l’air de gâteux ! Criez ‘Basch à l’eau’, c’est bien plus euphonique ! » Il s’en fut bel et bien faire son cours malgré les mises en garde de trois de ses collègues venus à sa rencontre31.

34Le courage, voire l’héroïsme de Victor Basch frappèrent, c’est vrai, plus d’un témoin. Gustave Hervé, qui fut étudiant à Rennes, témoigne que parfois le talent de ce maître exceptionnel pouvait provisoirement faire taire des préjugés antisémites.

  • 32 G. Hervé, « Polémiques », Le Pays, 1er juillet 1917.

En ma catholique Bretagne, quelques étudiants chuchotaient bien : « c’est un juif ». Mais il était si éloquent, si savant, il connaissait si merveilleusement la musique et la philosophie allemande que les étudiants les plus « chouans » passaient sur sa tare originelle32.

35La police aussi s’intéressait à lui. Pendant une dizaine de jours, du 23 au 31 juin 1899, Victor Basch fit l’objet d’une étroite surveillance : les rapports relatent tous ses mouvements, les cours au Palais des Facultés et les repas « à sa pension », l’auberge des Trois Marches. Ils notent que Basch déjeune à midi en 45 minutes et dîne à 7 heures, puis qu’il rentre généralement chez lui. Ils énumèrent ses fréquentations : amis et collègues, Henri Sée, Jules Aubry et Vignols, Mme Veuve Caillot, directrice de l’Avenir. ; un « homme blond » qui se révèle être le frère de Dreyfus et des » personnages » et « individus » non identifiés. « M. Basch n’est pas sorti dans la mâtiné et n’a reçu aucun personnage quelconque chez lui : il est allé déjeuner à sa pension... » (sic) dit le rapport du 22 juin 99. Le rapport de police du 27 juin mentionne plusieurs « individus », dont l’un, « étranger au pays », parle mal le Français. Le 30 juin, « une dizaine de Messieurs » s’attardent chez Basch jusqu’à onze heures du soir. En ville, pas grand chose à signaler : Basch se rend la Faculté, à la poste et au journal, L’Avenir de Rennes.

Veillée d’armes

36Le procès se rapproche. Le 7 juin 1899, « pessimiste mais clairvoyant », Victor Basch évoque les haines exacerbées dans la ville et au Conseil de guerre.

  • 33 V. B. à Joseph Reinach, le 9 juin 1899.

La situation générale à Rennes est déplorable. Le monde bourgeois est exaspéré au point que je suis obligé de faire quitter le lycée à mon petit garçon [...] Il était fou de faire siéger le conseil de guerre dans l’une des villes [...] où les officiers subissent fatalement la pression d’une société ardemment cléricale et résolument antisémite, dont le député est le sieur Le Hérissé. Deux éléments positifs : la présence de presque tous nos amis les ouvriers dans cette ville morte en août et les progrès de la propagande dreyfusarde33. Chaque jour apporte un nouvel adhérent.

37Les informations que Basch transmet à Reinach sur le tribunal militaire se résument à un constat d’inintelligence et de préjugés. Le commandant Carrière, commissaire du gouvernement, un » être absolument inintelligent et à demi fou [...] absolument inférieur à sa tâche », en outre chef de file d’étudiants nationalistes. Le colonel Jourdy, qui devait présider le tribunal, passe pour un homme « assez intelligent et fort réactionnaire : son fils a été le chef des petits antisémites qui ont torturé mon petit garçon », écrit Basch à Reinach. Le colonel Jouaust, président du tribunal, officier apparemment honnête cherche seulement à finir sa carrière à Rennes. Aucune illusion sur le général Mercier : « Innocenter Dreyfus, passe encore ! Mais condamner un général ! » (7 juin). Même ceux qui ne croient plus au bordereau attendent le « coup de massue Mercier », à savoir les preuves irréfutables de la forfaiture de Dreyfus, écrit-il à Reinach dans sa dernière lettre avant le procès. « Tout le milieu officier, conclut- il, — à de très rares exceptions près — est donc aussi mauvais que possible ».

38Il conseille du point de vue stratégique d’éviter d’exaspérer les membres du Conseil de guerre. Utiliser plutôt la « faiblesse intellectuelle notoire » de Carrière qui fera de « son réquisitoire un modèle d’ineptie » facile à réfuter. Jugement global : « Il faut tout apprendre aux juges. Ils ne savent rien, ils ne voulaient rien savoir, ils n’ont rien lu, ils ne voulaient rien lire », écrit Victor Basch à sa femme le 10 août 1899. « Ne connaissent de l’Affaire que ce que La Libre Parole et l’Intransigeant en ont dit [...] Ce n’est pas fameux comme ensemble. » Sur la justice militaire, il est sans illusion. « Oiseau de mauvais augure », il percevait toute la médiocrité et la haine antisémite des milieux militaire et judiciaire.

En marge du procès

  • 34 Severine, « C’est jeune et ça ne sait pas », Ere Nouvelle, 12 septembre l924.
  • 35 E. Le Garrec, Séverine..., p.197-206.

39Vers le 7 août, Parisiens et provinciaux commençaient à arriver à Rennes. Séverine tout émue de rencontrer Bernard Lazare à la gare Montparnasse descend à l’Hôtel Moderne34. Elle évoque les réveils difficiles à 4 h 30 pour ne pas manquer le début de l’audience à 6 heures du matin. Elle se sent agressée par la foule de croix des églises et des couvents. Mais l’excitation du procès et la chaleur des dreyfusards locaux, notamment les rencontres avec Victor Basch et les dîners aux Trois Marches, égayaient un peu la sinistrose d’une ville qu’Henri Sée dit aussi fourmillante de curés35.

40Depuis le mois de juin, quelques ligueurs se consacraient à la complexe tâche des hébergements. Les chambres d’hôtel atteignaient des prix exorbitants, 18 et 20 francs ; par ailleurs, les hôteliers, prudents, évitent de loger à la même enseigne révisionnistes et anti antidreyfusards. On les regroupe respectivement à l’Hôtel Moderne et à l’Hôtel de France. Le logement de Madame Dreyfus posait des problèmes à notre organisateur. Dès le 4 juin, il l’invite à descendre au Gros Chêne. Elle décline son offre et choisit une résidence plus proche du Lycée et de la prison militaire et un lieu plus neutre que cette ruche dreyfusarde.

41« Madame Dreyfus n’a pas pris Azélie que je ne comptais lui prêter que jusqu’au procès : le pasteur (Collet) lui avait fourni une autre bonne, plus robuste », écrit Basch à sa femme, le 1er juillet. Le pasteur lui avait aussi trouvé une maison bourgeoise avec un jardin, chez une veuve Godard, protestante et apparemment respectable. Victor Basch ne cesse d’émettre des réserves. « C’est une femme excellente, mais très bavarde et très commune »(Reinach, le 22 juin). Trois jours plus tard, il l’accuse carrément d’immoralité : « Il y aurait une maison publique à six ou sept maisons de là, dit-il, « elle a eu des amants ». Sa source : le Journal du samedi 24 juin ! Les lettres à Ilona vitupèrent « cette « abominable mégère », « la veuve alcoolique qui se cramponne » (24, 30 juin et 4 juillet). Dépit, jalousie ? Il répète que « Ma maison serait, à beaucoup d’égards, préférable ». Le Patriote Breton du 2 juillet 99 ne perdait pas cette occasion d’associer Basch et Collet : « chefs du parti dreyfusiste à Rennes... M. Basch est juif, M. Collet est protestant et pasteur. »

42Victor Basch avait rendu visite à Madame Dreyfus dès son arrivée le 29 juin et se rend quotidiennement chez eux. Madame Dreyfus est une femme de taille exceptionnellement élevée, forte, poitrail haut et beau — une vraie Walkyrie. Type juif très accentué, beaux yeux noirs, nez et bouche forte. De l’énergie mais aucun charme. Néanmoins, cette femme l’impressionne par son sang-froid et sa maîtrise d’elle-même.

  • 36 Secrétaire général de la Ligue, journaliste au Temps.

43Dans cette conjoncture complexe et combien tendue, l’organisation de l’hospitalité affectait les susceptibilités des uns et des autres. Victor Basch subit de pires camouflets que le refus de Lucie Dreyfus. Le 29 juin, il note que le colonel Picquart, qu’il avait invité, ne tenait certainement pas à descendre chez un juif. » Il faut que sa réputation d’antisémite tienne jusqu’au bout. » Quelques jours plus tard, il reproche à « cet imbécile de Morhardt » de dissuader également Labori d’aller chez lui36. Et, ce, avant même le début du procès. Ce serait à cause d’une « petite manifestation anodine » : « on s’imagine ne pas pouvoir entrer dans ma maison sans être lapidé. » Il méprise cette pusillanimité mais il fera maison pleine.

44Chef des Dreyfusards Victor Basch ploie aussi sous les soucis domestiques. Vers la mi-juin, Ilona avait emmené ses quatre enfants rejoindre la famille Fùrth, sa mère et ses sœurs Irma et Etti en Autriche au bord d’un lac de Carinthie. Au Gros Chêne, Victor Basch surveille les travaux du jardinier qui a coupé les haies, sarclé les oignons et vendu le cassis pour trois francs 40 ; les réparations effectuées par le propriétaire. (Ilona 1er juillet) Lorsqu’Azélie part pour une autre place : « Qui me raccommodera mes chaussettes et me coudra un bouton ? Grave, grave question » demande-t-il, le 10 juillet. Vers le 18, la maison est enfin présentable. Tant mieux, car le grand ballet va commencer. Les lettres à sa femme (25 juin) entremêlent désormais les considérations politiques, les conseils paternels et les soucis pratiques et donnent une idée de l’incroyable tourbillon dans lequel il vivait, épreuves à corriger, duel, invasion des reporters, soucis de logements.

  • 37 Cité par Jean- Denis Bredin, L’Affaire, p.357.

45Dans les derniers jours de juillet, Victor Basch apprend qu’aussitôt terminées ses tâches d’examinateur, il doit se tenir prêt à recevoir ses invités, Jean Jaurès, Giry, Psichari, Paul Meyer. Disposition provisoire : « Jaurès dans la chambre des petites filles, Giry dans notre chambre à coucher, Meyer dans le salon converti en chambre à coucher, Psichari dans la chambre de Lucien, moi sur un lit d’emprunt dans mon cabinet de travail », ce cabinet qu’évoque Séverine, » tapissé de livres où l’image de Gambetta fait pendant à un admirable profil de Goethe vieilli »37. Mais tout change avec l’arrivée de Max Nordau : le maître de maison installe Jaurès dans le salon. Le 5 août, il se plaint de la chaleur « sénégalienne » et énumère ses dispositions pratiques. « Je ferai venir tous les matins Madame Denis pour une heure, pour tirer de l’eau pour tout ce monde-la et pour aider Azélie. » « J’ai encore à me procurer deux seaux, une table de nuit et une petite table pour écrire. « Au centre du microcosme dreyfusard, il voit arriver chez lui des inconnus, qui n’hésitent pas à le considérer comme un aubergiste ou une agence de voyages révisionniste (5 août).

46Qu’eut fait le maitre de maison surmené, accablé de chaleur et de soucis sans la providentielle auberge ? Lorsque les pensionnaires du Gros Chêne ne dînent pas dans le jardin, « avec du manger des Trois Marches » (7 août), ils y prennent les repas dans une atmosphère d’excitation et d’amitié. Il dîne avec Picquart, Edmond Gast, cousin de ce dernier, le Dr Reclus, — habitués — le député Viviani et plusieurs journalistes. Le 10, Séverine se joint à eux.

Tu devines ce que peuvent être des conversations où Jaurès tient le dé, Picquart jette de temps à autre une observation fine et malicieuse. C’est vraiment un moment extraordinaire pour nous. J’écris ce mot en six fois. A chaque instant ce sont des coups de sonnette. C’est tantôt Jaurès, tantôt moi que l’on veut voir

  • 38 Jean Psichari : un des fondateurs de la LDH et vice-président

47écrit Basch à Ilona, le 10 août. Pour partager un peu ces jours extraordinaires avec sa femme, Basch esquisse des portraits de ses compagnons, Picquart, « doux, intelligent, fin, lettré — le Héros vraiment. » Ses préventions semblaient s’être évanouies. « Jaurès est charmant, spirituel et pas du tout le dieu tonitruant que j’avais imaginé » Dans cet ensemble exceptionnel, seul Psichari, le gendre de Renan, détonne : « puissé-je trouver un moyen de le dégoûter de mon home » confie-t-il à Ilona le 8 août38.

48Victor Basch, jeune professeur et militant de fraîche date, dit s’abstenir par discrétion d’assister aux consultations entre ses illustres ainés, Mathieu Dreyfus, Jean Jaurès, Fernand Labori, Bernard-Lazare. Mais il participe néanmoins à des échanges éblouissants, comme cette « grande discussion esthétique entre Jaurès et moi » ou à l’humour de cette « rencontre shakespearienne » : sortant du Gros Chêne, Jaurès — myope — s’était élancé la main tendue vers un homme qu’il prenait pour Picquart : or il s’agissait du général Mercier, hébergé chez un voisin..., le général de Saint Germain, nationaliste virulent, vu plus souvent sur la plage de Saint-Lunaire qu’aux audiences (11 août). « Voilà les très petits côtés d’une grosse, très grosse affaire, qui changera peut-être les destinées de la France -, écrivait Victor à sa femme. Petits côtés, non, Ces lettres restituent le vécu quotidien d’un militant exceptionnel, d’un honnête homme » et le tissu concret, et combien vivant, de ces mois de fièvre, où se jouait l’avenir d’un homme et de la République.

Le « dernier acte d’un grand drame »

  • 39 « L’île du silence », Le Siècle, 1er août 1899, non signé.

49Le procès commence enfin le 7 août 1899 au Lycée de Rennes, gardé par la troupe à pied et à cheval. C’est Basch qui avait protesté dans le Siècle, contre le choix de « la Manutention militaire » comme salle d’audience, boyau propre Françoise Bascà suffoqué 400 ou 500 personnes par la canicule rennaise, il proposait la salle des Fêtes du Lycée39. Dix ans plus tard, Victor Basch recrée l’étrange climat de tension et de spectacle qui règne dans la ville.

  • 40 Victor Basch, « Le procès de Rennes dix ans après », Paris Ligue des droits de l’homme, 1928, p.5

Des nuées de reporters venus de tous les coins du monde, des curieux et des curieuses, des snobs et des snobinettes [...], sans oublier une véritable armée de policiers, s’étaient abattus sur la capitale bretonne [...] Partout se tenaient des conciliabules, se formaient des camps, s’esquissaient des plans de bataille.40

50Il évoque la salle du Lycée inondée de soleil, décorée d’imposants lustres, plaisant décor d’une sinistre mascarade.

  • 41 V. Basch, « Le procès de Rennes... », op cit, p.8.

Sur la scène, au premier rang, le Conseil de guerre [...] A ma gauche apparaissait le profil d’oiseau du Commandant Carrière, le ministère public (...) A droite, la physionomie pleine de bonhomie et de finesse de Maître Démangé et le grand corps flave de Labori. Dans la grande nef, [...] académiciens, auteurs dramatiques, des romanciers illustres, des acteurs, des actrices, des dames blanches, noires et autres. Sur les côtés, les journalistes. Au fond de la salle, maintenu par les gendarmes, le public. Le tout, avec les toilettes claires des femmes, les conversations roulant sur les plages et les villes d’eaux que l’on venait de quitter, ressemblait à une salle de casino41.

  • 42 Photographies de A. Caillot et de Gerschell, Six semaines à Rennes, 1900

51Les photographies prises par A. Caillot, dont celui-ci fit cadeau à V. Basch, restituent l’atmosphère tragique et mondaine de ces semaines. On voit évoluer dans le préau du lycée des officiers en grand uniforme, des hommes en veste courte ou redingote, canotier ou chapeau melon, avec l’inévitable canne. Sous les arcades du préau, Labori, barbu, en toque et robe noire, s’entretient avec Démangé qu’il dépasse de vingt centimètres. Dans un autre coin de la cour, Séverine en robe noire à ramages, avec la voilette claire qu’elle portait sur son visage pour échapper aux regards indiscrets42. Quant à notre chef dreyfusard, en costume sombre et canotier, barbe et moustache noires, il s’entretient avec d’élégantes jeunes femmes ou traverse le préau à pas pressés.

52Ce lundi matin 7 août à 7 heures du matin, Victor Basch constate que la salle est pleine : représentants de la presse locale, nationale et étrangère ; personnalités, dont Maurice Barrés, Jean Jaurès et Viviani, qui écrivent un article presque chaque jour, « reporteresses » du quotidien féministe, La Fronde. Entrent les membres du Conseil de guerre. Puis, le colonel Jouaust déclare l’audience ouverte. « Faites entrer l’accusé. » L’apparition du capitaine Dreyfus, après des années de martyre et de total isolement, émut ses plus farouches adversaires. Dix ans après, Victor Basch revoit le petit groupe des révisionnistes au terme de cette interminable attente : « Depuis plus d’un an et demi, nous avions vécu avec lui, nous avions souffert avec lui » écrit-il. « Obstinément, pas sionnément, leurs yeux étaient rivés sur une petite porte, du côté droit. C’est par là qu’il allait apparaître, l’homme de la Douleur. » C’est en images bibliques, en scènes des peintres italiens que s’exprime son émotion : « Et c’était Lazare en effet, Lazare tel que le représente Giotto [...] Au lieu de bandelettes, c’est un uniforme qui flottait autour de lui ».

  • 43 Victor Basch, « Le Procès de Rennes... », p.10.

Ce n’était pas un être vivant [...] mais un homme revenu du pays d’où l’on ne revient pas [...] Non, ce n’était pas une voix humaine qui sortait de ce gosier. C’était une voix étrangement rauque, sans timbre [...] la voix de quelqu’un qui, pendant cinq ans, n’avait pas parlé et qui ne savait plus parler43.

  • 44 Victor Basch, « Alfred Dreyfus et l’Affaire », CDH, 31 juillet 1935, p.502-505.
  • 45 Victor Basch, « Le procès de Rennes... », 1928, p.11.

53Le choc est tel qu’il ne trouve pas de mots pour en parler à sa femme. Après la lecture de l’acte d’accusation devant Dreyfus absent et impassible, commence l’interrogatoire de l’accusé par le colonel Jouaust, « jouant avec lui comme un chat avec une souris »44. « On a trouvé Jouaust rogue et bougon, peu accessible à la pitié », écrit Basch à Reinach, le 17 août. Maurice Paléologue, Maurice Barrés, Victor Basch, tous ceux qui entendent la fameuse exclamation, « Je suis innocent », un des rares cris de cet homme brisé, remarquèrent le manque d’affect et le ton froid. Basch y discernait plutôt l’incapacité à exprimer ses émotions, qui desservit Dreyfus dans l’opinion publique. Car ses défenseurs s’étaient forgé une image mythique du personnage. » un héros romantique, un Hernani, un Mounet-Sullly. Ils l’eussent voulu tumultueux, gesticulant, déclamant »45. Il cite l’exclamation d’Antoine : « Oh ! les... Si c’était moi qui avais dit cela, toute la salle sangloterait ».

  • 46 Victor Basch, « Alfred Dreyfus et l’Affaire », CDH, 31 juillet 1935, p.503.

54Et cela était vrai : Dreyfus n’était pas un homme de théâtre. « C’était un homme de l’Est, peu expansif, [...] un polytechnicien à l’esprit clair, net et sec, un modeste et un sincère. [...1 II lui manque [...] toute grande émotivité. C’est un bourgeois de Louis Philippe »46. Il savait de quoi il parlait, lui qui ne reculait pas devant l’effet théatral, et qui s’exprimait souvent dans le registre de l’indignation et de la véhémence. Après ce tragique prélude, c’est le huis clos. Basch constate que « la bataille sera chaude », le résultat incertain. En tout cas, » les illusions optimistes de Bernard-Lazare, de Reinach et des autres se sont évanouies. »

  • 47 Victor Basch, « Le procès de Rennes... », p.19-20.

55Un temps fort du procès, la déposition du général Mercier. Basch ne pouvait souffrir cet homme « d’une laideur impressionnante, avec ces lourdes poches sous ses yeux bridés qui lui donnaient à la fois l’apparence d’une vieille femme et d’un Japonais »47. Le samedi 12 août, Mercier, procédant par insinuations et force détails, fait « d’une voix de vieille dame » un long exposé sur l’Affaire. Son témoignage selon Basch :

Un ressassement de toutes les vieilles histoires [...] et la finale : l’assurance que s’il avait conscience qu’il s’était trompé, il l’avouerait,] avec la réponse véhémente de Dreyfus qui vient enfin de cette bouche que l’on croyait incapable de lancer des imprécations. !...] Pour moi, je n’avais pas cm un seul instant à des révélations sensationnelles : je savais bien qu’il serait avocassier, procédurier, conférencier

56écrit Victor Basch à Reinach le 17 août 1899. Bref, « c’est un effondrement, et Mercier a été hué par nous tous », huées qui lui valent les hurlements hostiles des voyageurs du tramway qu’il prend pour rentrer chez lui.

57L’espoir renaît dans le camp des dreyfusards et Dreyfus sort de sa prostration. « Quelle qu’ait été l’impression des juges, écrit Basch le 13 août, nous avons tous la ferme conscience que tout finira admirablement. » A l’origine de son optimisme en cette journée faste, l’arrestation sans doute aussi d’une quinzaine de « conspirateurs », dont Paul Déroulède. Mais le lendemain, 14 août, réveillé à 5 heures et demie par le garçon du colonel Picquart, Victor Basch se rend à l’audience,.» où pour nous punir d’avoir hué la veille le colonel Mercier, on nous enlève nos cannes et on met à nos côtés, à chaque embrasure de fenêtre, un gendarme. »

  • 48 Avait-on appelé le Docteur Pollet, médecin des Basch, dont la fille épousa Louis Ferdinand Destouc (...)

58Le 14 août, coup de tonnerre : « on a assassiné Labori », s’écrie quelqu’un en pleine audience. Le président du Conseil de guerre suspend les débats. Basch fait à Ilona le lendemain un récit circonstancié des événements. Labori, accompagné de Gast et de Picquart, se rendant à l’audience sur le quai de la Vilaine, fut atteint d’une balle dans le dos tirée par un individu jeune, coiffé d’une casquette plate. Picquart l’avait poursuivi sans succès. Puis ce sont les conférences avec les médecins de Labori, avec la famille Dreyfus et avec les camarades ligueurs48. « Enfin je suis allé dîner aux Trois Marches, où il y avait, tu l’imagines, grande assemblée. » Nuit blanche : à onze heures, dépêche pour Jaurès ; à minuit, les médecins de Labori décident de le transporter au Gros Chêne. Journée dantesque : il faut déménager Jaurès, l’installer dans la chambre de Lucien et préparer le salon pour le blessé. « A sept heures, arrivent les quatre médecins. A huit heures et demie, quatre vélocipédistes en avant-garde, enfin à neuf heures, Labori en civière avec sa femme et ses médecins [...] Nous l’installons, nous arrangeons tout et je m’en vais dîner vers dix heures du soir. » Pas question de dormir : « toute la nuit arrivent des télégrammes de tous les coins de l’univers. » A cinq heures, lever et départ pour l’audience « suivis en voiture par l’inspecteur de police attaché à ma personne et entouré d’amis ». Si Victor Basch, dans les lettres à sa femme, apparaît efficace, énergique, face à l’urgence, il régale Reinach d’accents wagnériens (17 août) :

Quand on me l’a amené sur sa civière et que nous l’avons installé sur un sommier gigantesque, j’ai cm voir Siegfried et j’ai cm entendre la Marche funèbre du Crépuscule des Dieux [...] ce ne sera pas le Crépuscule des Dieux mais bien celui des Traîtres.

  • 49 Victor Basch, « Le procès de Rennes.... », p.7.

59Basch pare au plus pressé avec son habituel sang-froid, bien que directement menacé : sur une liste de personnes à abattre que détenait la police, il figure en troisième position, après Dreyfus et Labori. Bien des portes, pense-t-il, se seraient ouvertes pour cacher l’assassin49.

60Il continue à courir du Gros Chêne, envahi par cent personnes « de tous sexes et de toutes langues », à l’audience, puis aux Trois Marches, pour revenir auprès de Labori le tenir au courant. Si ce dernier se remet rapidement, choyé par tous, l’affolement règne au Gros Chêne. « Notre maison est au pillage. Le salon ressemble à une écurie. Ton armoire à linge est toute grande ouverte. On retrouvera ce qu’on pourra », écrit Victor à sa femme le 17 août 1899. Comment s’étonner après ces alarmantes nouvelles de voir accourir Ilona ? Les lettres de Basch à sa femme et à Joseph Reinach, s’arrêtent en effet le 22 août, en plein procès. C’est la fin des récits, des portraits, des impressions d’audience, des savoureuses rencontres et conversations.

61Le 7 septembre, après d’interminables auditions de témoins, le commandant Carrière prononce le réquisitoire qui engage « les juges à condamner, même sans preuves », écrit Basch. Le 8, Démangé plaidait cinq heures durant, avec une rare éloquence, même de l’avis de Victor Basch, naguère si sévère à son égard. Par cinq voix contre deux, le tribunal décrété Dreyfus coupable avec les circonstances atténuantes et passible de dix ans de réclusion criminelle.

62Pour les proches d’Alfred Dreyfus la priorité était d’obtenir sa libération le plus rapidement possible, ce qui imposait de traiter avec ménagement le tribunal militaire. Par contre, Victor Basch, comme Jaurès et Labori, tenaient à faire éclater justice et vérité et dénoncer le complot ourdi contre Dreyfus et contre la République. Basch avait déjà abondamment prouvé qu’il détestait céder aux menaces et aux chantages. Par tempérament et par stratégie, il répugnait aux reculades. Ce que confirment maintes fois ses impressions du procès et des acteurs.

63Il fallait hautement aller de l’avant et prendre l’offensive : la seule façon de démontrer l’innocence de Dreyfus était de démontrer la culpabilité de ses accusateurs, écrit-il à Reinach le 17 août « ... Picquart, poursuit-il, a été...au-dessus de lui-même.... La cohabitation avec Jaurès, que je suis fier d’avoir provoquée-ils se voient tous les jours deux heures aux Trois Marches -... lui ont donné enfin ce qui, d’après Schiller manquait à Goethe : la bile. Il a été splendide de force, de méthode, d’ironie âpre et douloureuse. »

64En revanche, Basch ne ménage pas ses critiques envers Démangé qu’il estime « absolument au-dessous de sa tâche : c’est un avocassier de province, un changeur de Louis Philippe et non le héros qu’il faudrait ». (19 août, Reinach)

65Les différends entre dreyfusards quant à la stratégie de la défense aboutirent à ce que Labori renonce à plaider, à la suite d’une démarche de Bernard Lazare, de Jean Jaurès et de Victor Basch. Lors d’une entrevue aussi pénible qu’embarrassante, comme Bernard- Lazare ne trouvait pas ses mots, Jaurès s’adressa à Labori en ces termes : « Si je suis ici en ce moment avec Basch, c’est que Bernard-Lazare vient de venir nous trouver de la part de Mathieu Dreyfus. Le gouvernement lui fait demander de vous prier de ne pas plaider. L’acquittement est certain si vous renoncez à la parole. »

66Jaurès par la suite regretta ce geste. Mais trop tard. Labori refusa même la requête de Démangé d’intervenir in extremis au procès et resta persuadé que, comme Dreyfus, il était la victime d’une machination politique.

  • 50 ibid, p.20-21.

67Pourquoi Victor Basch participa-t-il à cette démarche qui allait à l’encontre de sa conception de la défense et de son admiration pour Fernand Labori ? Car c’est une véritable passion qu’il éprouve pour cet homme. « Qu’il était grand et qu’il était beau ! C’était le Siegfried des Nibelungen... »50 Pour se désolidariser de cet homme, Basch devait avoir perdu tout espoir de voir proclamer l’innocence de Dreyfus. Voyant jour après jour s’estomper les chances de réhabilitation, Victor Basch, influencé peut-être par Jaurès, dut adopter une position de repli et ne plus attendre la libération de Dreyfus que par la grâce présidentielle.

  • 51 Commissaire central au Préfet, 10 septembre 1899, Archives départementales d’Ille et Vilaine, Renn (...)

68A l’issue du « dernier acte du grand drame », c’est la retombée tragique. Non pas le silence ; car certains célèbrent l’événement aux accents de la Marseillaise ponctuée par les injures antisémites habituelles, ‘vive l’armée’, ‘A bas les juifs’, ‘Les youpins, on les pendra’ ; puis par le cri de ralliement familier, ‘allons au faubourg d’Antrain’51. Tard dans la nuit, les dreyfusards venus d’ailleurs regagnent la gare.

69C’est le désespoir de la fin qu’évoque Victor Basch dans les pages magnifiques lues au congrès de la Ligue à Rennes en 1909 :

Il flottait sur cette salle des fêtes une lourde buée de désespérance....Nous étions sûrs de la défaite sans pouvoir cependant, tout au fond de nous, renoncer à espérer contre tout espoir.... Il était cinq heures lorsque nous sortimes du lycée. La ville avait un aspect sinistre. Tous les volets étaient mi-clos et il nous semblait voir luire dans les interstices, des yeux chargés de haine et de meurtre. Une visite, une cruelle visite à Madame Dreyfus, puis tout le monde partit et ce fut fini...

  • 52 « Le procès de Rennes... », p.28, 16.
  • 53 Le commissaire central au Préfet, 12 septembre 1899, Affaire Dreyfus, surveillance personnelle, Ar (...)

70Plus tard Victor Basch résumait l’Affaire, ce « drame shakespearien... avec son cortège de scélérats surhumains, de lamentables victimes et de bouffons »52. Ensemble dérisoire que rehaussent l’absurdité des débats, le « défi à toute méthode scientifique qu’ils révèlent ». Comme les dreyfusards extérieurs à la ville, il se hâte de quitter Rennes : le 11 septembre, il déjeune et dîne aux Trois Marches en compagnie de sa femme. Puis, après quelques courses, et une courte halte à l’Avenir de Rennes, il prend le train pour Paris à minuit 17, en route pour l’Autriche53.

71Avant de conclure, je voudrais citer une confidence émouvante de Victor Basch à sa femme sur sa perception des événements. Il n’en est pas coutumier.

Par une suite de circonstances, où le hasard a joué un grand rôle, je suis arrivé à la notoriété.... Je suis aujourd’hui un homme connu.... Une fois l’affaire finie, le voile du silence retombera sans doute sur moi - et j’aurais voulu que tu puisses jouir de ce moment. (1er août 1899)

  • 54 P.V Stock, Mémorandum d’un éditeur, Stock 1938. p.215

72Après avoir regagné Rennes, en automne, « cité de la honte », « cité du crime », pour installer lui-même son fils au lycée, il continuait à rechercher « des faits nouveaux » en vue de la réhabilitation54. Mais dès octobre, il se préoccupe de son avenir professionnel et fait part à Reinach de son intention de se remettre au travail et de son désir de quitter Rennes, mais seulement pour Paris. « Tout autre déplacement serait considéré comme une victoire par les antisémites et M. Le Hérissé. C’est l’esthétique qu’il veut enseigner, discipline qui depuis la mort de Taine, ne figure dans aucun des grands établissements scientifiques français.

73Drame shakespearien, opéra wagnerien, tragédie, mélodrame : la richesse des métaphores qu’invente Victor Basch au cours des années pour évoquer l’Affaire prouve à quel point l’événement avait stimulé son imagination et ses émotions.

  • 55 La Lumière, 27 juillet et 3 août 1935.

74Il revécut l’Affaire plus d’une fois, insistant sur la signification politique de l’événement : en 1935 par exemple : « Les fascistes d’aujourd’hui, ce sont les boulangistes et les antidreyfusards d’hier »55. Ainsi se répète l’histoire, ainsi s’affirme sa passion éthique et politique. Mais le procès de Rennes, c’est aussi le souvenir nostalgique de sa jeunesse, militante et dangereuse, « la plus belle période de sa vie ».

Notes

1 L’un à l’Université Rennes 1, (campus scientifique de Beaulieu), l’autre à l’Université Rennes 2 (Pôle Langues, campus de Villejean).

2 Congrès 1909, Bulletin Officiel de la Ligue des Droits de l’homme, (BOLDH), p. 1072-1076.

3 Victor Basch, Banquet d’Amieas en hommage à V B pour ses soixante-dix ans , le 16 juillet 1933, CDH, 20 septembre 1933, p.54l-544.

4 Victor Basch, « Alfred Dreyfus et l’Affaire », CDH, 31 juillet 1935, p.502-505.

5 « Mon Judaïsme », Connaître, août 1924, p.5.

6 Victor Basch, « Rennes», CDH, 10-15 juillet 1938, p 408-410.

7 Victor Basch, « Rennes », CDH,. Henri Sée, historien et auteur d’une Histoire de la Ligue des Droits de l’homme, 1927.

8 Victor Basch, « Rennes », CDH,. et « Alfred Dreyfus et l’Affaire », CDH, 31 juillet 1935, p.502-505.

9 « Mon Judaïsme », Connaître, août 1924.

10 Victor Basch, « Quelle Jérusalem nouvelle ? », L’Ere Nouvelle, 2 octobre 1922.

11 V.B. à Joseph Reinach, Paris le 17 octobre 1915.

12 Procès verbal de police du 20 janvier 1898, Archives de la ville de Rennes, 1+80.

13 Lettre du Préfet d’Ile et Vilaine au Président du Conseil, ministre de l’Intérieur, 22 décembre 1898, Dossier de fonctionnaire, Archives Nationales.

14 Victor Basch, « Rennes », CDH, 10-15 juillet 1938, p.408-410.

15 Rapport du Commissaire central au Maire, 24 décembre 1898, Archives de la ville de Rennes, 1+80. Rapport de police du 3 août 1899, Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1 M 143.

16 Lettre de V. B. à sa femme, Ilona, en villégiature pour l’été dans sa famille en Carinthie avec les enfants. Rennes le 11 juin 1899.

17 Victor Basch, « Rennes », CDH, 10-15 juillet 1938, p.408.

18 V.B. à Joseph Reinach, 7 juin 1899, B. N. Manuscrits

19 V. B. à Bernard-Lazare, 23 juin 1899, Chalom, revue juive mensuelle, septembre 1933. p.6. (Alliance Israélite Universelle)

20 V. B. à sa femme, Rennes le 4 juillet 1899

21 Gil Blas, 1er janvier 1914.

22 Waldeck-Rousseau, ex député de Rennes, ministre de l’Intérieur et Président du conseil depuis juin 1899

23 V. B. à Joseph Reinach, 7 juillet 1899.

24 Commissaire de police, « État des jeunes gens arrêtés pendant la manifestation devant le domicile de M. Basch », 17 juillet 1899, Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, Rennes 1 M 144.

25 Outre Victor Basch, les orateurs furent Jean Bertrand, rédacteur à La Petite République, Cavalier, professeur à la Faculté des sciences et Francis Delaisi, étudiant, représentant le groupe d’action républicaine.

26 L’Avertir de Rennes du 17/7/99.

27 « Epilogue », L’Avenir de Rennes, 27 juillet 1899.

28 L’Indépendance de Saint-Brieuc du 11 juillet 1895, ch 1, p.12 et ch 2 p.13.

29 Rapport de M. Perreus, Doctorat ès lettres M. Basch, Paris, 18 juin 1897, Dossier de fonctionnaire. Archives Nationales

30 voir rapports des 22 et 29 juillet 1899, 10 septembre 1899, 1 M 143 et 1 M 144.Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, Rennes

31 Séverine, « C’est jeune et ça ne sait pas », Ere Nouvelle, 12 septembre 1924

32 G. Hervé, « Polémiques », Le Pays, 1er juillet 1917.

33 V. B. à Joseph Reinach, le 9 juin 1899.

34 Severine, « C’est jeune et ça ne sait pas », Ere Nouvelle, 12 septembre l924.

35 E. Le Garrec, Séverine..., p.197-206.

36 Secrétaire général de la Ligue, journaliste au Temps.

37 Cité par Jean- Denis Bredin, L’Affaire, p.357.

38 Jean Psichari : un des fondateurs de la LDH et vice-président

39 « L’île du silence », Le Siècle, 1er août 1899, non signé.

40 Victor Basch, « Le procès de Rennes dix ans après », Paris Ligue des droits de l’homme, 1928, p.5

41 V. Basch, « Le procès de Rennes... », op cit, p.8.

42 Photographies de A. Caillot et de Gerschell, Six semaines à Rennes, 1900

43 Victor Basch, « Le Procès de Rennes... », p.10.

44 Victor Basch, « Alfred Dreyfus et l’Affaire », CDH, 31 juillet 1935, p.502-505.

45 Victor Basch, « Le procès de Rennes... », 1928, p.11.

46 Victor Basch, « Alfred Dreyfus et l’Affaire », CDH, 31 juillet 1935, p.503.

47 Victor Basch, « Le procès de Rennes... », p.19-20.

48 Avait-on appelé le Docteur Pollet, médecin des Basch, dont la fille épousa Louis Ferdinand Destouches, c’est-à-dire Céline ?

49 Victor Basch, « Le procès de Rennes.... », p.7.

50 ibid, p.20-21.

51 Commissaire central au Préfet, 10 septembre 1899, Archives départementales d’Ille et Vilaine, Rennes, 1 M 144.

52 « Le procès de Rennes... », p.28, 16.

53 Le commissaire central au Préfet, 12 septembre 1899, Affaire Dreyfus, surveillance personnelle, Archives départementales d’Ille et Vilaine, Rennes, 1 M 144.

54 P.V Stock, Mémorandum d’un éditeur, Stock 1938. p.215

55 La Lumière, 27 juillet et 3 août 1935.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search