Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'affaire Dreyfus et l'opinion publique

 | 
Michel Denis
, 
Michel Lagrée
, 
Jean-Yves Veillard

Première partie. L'opinion en France

La culture politique de l’antidreyfusisme

Zeev Sternhell

Texte intégral

1Avec l’Affaire Dreyfus, la révolte contre la modernité prend en France, une forme concrète. L’explosion de ces dernières années du XIXe siècle, la plupart des protagonistes du drame le sentent bien, n’est pas le simple produit d’une erreur judiciaire ou de quelque sordide machination, mais touche les questions essentielles de la vie culturelle et politique. Pour tous ceux qui, dans les deux camps, s’engagent dans la bataille avec une ardeur de croisés, ce n’est pas le sort d’un homme ou même d’un régime qui est en cause mais bien l’avenir de toute une civilisation.

2En effet, ces années charnières constituent un moment crucial dans l’histoire de notre temps : c’est alors que se fait la jonction entre la révolte intellectuelle contre l’héritage des Lumières et la révolte politique qui, un quart de siècle plus tard, débouchera sur le fascisme. Si cette rencontre se fait en France avant qu’elle ne se produise ailleurs en Europe, c’est précisément parce que la France, dépositaire naturel de l’héritage des Lumières, est aussi la société libérale la plus avancée du continent. C’est justement au sein de la société où la démocratie libérale se trouve être mieux structurée qu’ailleurs, que la réaction contre les assises intellectuelles de l’ordre libéral se développe en révolte politique et devient un phénomène de masse.

3C’est là que réside la véritable signification historique de l’Affaire. Dans le feu de la bataille, il devient clair qu’au cours du siècle qui venait de s’écouler, la France avait produit non pas une mais deux traditions politiques opposées ; face à la tradition rationaliste, humaniste et individualiste des Lumières et de la Révolution française, se dresse, au tournant du siècle, une seconde tradition politique, particulariste, organiciste, où domine souvent une variante locale de nationalisme culturel, parfois biologique et racial, très proche de la tradition volkisch en Allemagne. Cette seconde tradition politique est alors loin d’être marginale. Au contraire : son influence sur l’évolution des mentalités est considérable et elle imprègne la société à un degré infiniment plus important que l’on ne voudrait généralement l’admettre. Depuis la fin du 19eme siècle ces deux traditions se combattent mais aussi coexistent, souvent dans une même œuvre, dans une même pensée et indépendamment de la fameuse dichotomie droite- gauche. Le conflit traditionnel entre la droite et la gauche ne rend que très partiellement compte des réalités de l’époque, très souvent il n’en rend pas compte du tout. L’explosion de l’Affaire, précédée par la crise boulangiste, en atteste amplement.

  • 1 M. Barrès, Mes Cahiers, Paris, Plon 1931 tome III, p. 139.
  • 2 M. Barrès, Mes Cahiers, tome XIII, p. 161.
  • 3 M. Barrès, Mes Cahiers, tome X, p. 219.

4En vérité, l’antidreyfusisme, qui joue le rôle d’une sorte de réceptacle ou viennent se déverser des apports divers, fournit une alternative globale à la vision de l’homme et de la société du 18ème siècle. Le contenu intellectuel et les solutions politiques de l’antidreyfusisme représentent un projet anti-Lumières complet et cohérent. « Toute cette modernité est contre quoi je lutte, modernité telle que Nietzsche la définit » ; écrit Barrès1. Dans l’Affaire, il combat « le rationalisme du XVIIIe siècle »2, « l’esprit de l’Encyclopédie qui ne voit de source de vérité que dans la raison claire qui proclame déraisonnable tout ce qu’on trouve d’irrationnel dans le monde »3.

5Le système de pensée barrésien signifie bien un refus de la modernité, une révolte contre ce que les critiques de la culture de l’époque définissent en termes de décadence : décadence rationaliste, matérialiste, utilitaire. En termes politiques, cela signifie libéralisme, démocratie, socialisme démocratique. C’est bien ce refus de la modernité qui constitue le véritable cadre conceptuel de l’antidreyfusisme.

6Le terme modernité est utilisé ici dans un sens à la fois très précis et très large : la mise en pratique du contenu intellectuel des Lumières. Car avec les Lumières françaises mûrit la révolution scientifique et philosophique du XVIIIe siècle ; c’est alors que sont développés concrètement et appliqués à la politique les fondements universalistes de la morale et du droit. Le rationalisme, l’optimisme, l’universalisme des Lumières, la foi quasi absolue dans la science trouvent une concrétisation immédiate dans l’aspiration vers une transformation rationnelle de la vie politique et sociale.

  • 4 Cf. un texte déjà classique de J. Habermas, « La modernité : un projet inachevé », Critique, n° 41 (...)

7L’âge des Lumières est celui de la critique et celle-ci, conçue comme une méthode d’investigation, de création et d’action est le trait distinctif de la modernité : critique de la religion, de la philosophie, de la morale, du droit, de l’histoire, de l’économie et de la politique. Les idées cardinales de l’âge moderne - progrès, révolution, liberté, démocratie - sont issues de la critique. C’est la critique rationnelle des certitudes et des valeurs traditionnelles - en premier lieu, la religion - qui produit la théorie des droits naturels, le principe de la primauté de l’individu par rapport à la société, l’idée selon laquelle le bien et le bonheur de l’individu constituent toujours l’objectif final de toute action politique. C’est la critique rationnelle de l’ordre existant qui permet de concevoir la société comme un agrégat d’individus et l’Etat comme un instrument entre les mains de l’individu. C’est donc la critique qui produit notre vision hédoniste et utilitaire de la société et de l’Etat sans laquelle ne sont possibles ni libéralisme, ni démocratie, ni socialisme. Finalement, cette critique, qui est aussi celle de la métaphysique traditionnelle, produit l’impératif catégorique qui reste le véritable symbole des Lumières et leur expression la plus noble4.

8L’utilisation instrumentale de la raison en vue de maîtriser le monde pour le bien individuel et collectif apparait donc comme le trait caractéristique de la modernité. Dans la même mesure est caractéristique de la modernité l’idée de la perfectibilité humaine : au XVIIIe siècle, l’individu était conçu comme sujet historique, responsable de son propre destin. L’émancipation du sujet humain, au sens que Kant a donné à ce processus, trouve sa concrétisation dans la Révolution française. Ce n’est pas l’effet du hasard si Kant et Rousseau restent depuis deux siècles les bêtes noires de tous les ennemis de la modernité.

  • 5 M. Barrès, Scènes et doctrines du nationalisme, Paris, Pion, 1925, p. 8.

9Face à l’essence même de la modernité - l’idée selon laquelle les hommes sont capables de se créer d’une manière rationnelle un avenir différent et meilleur - se dresse le déterminisme culturel - le plus souvent biologique - du nationalisme intégral. Pour Barrés, le premier véritable prophète français du nationalisme culturel, inventeur de la fameuse théorie de la terre et des morts, qui est l’équivalent français du principe allemand du sang et du sol, le nationalisme est « l’acceptation d’un déterminisme »5.

  • 6 G. Vacher de Lapouge, L’Aryen, son rôle social, Paris, Fontemoins, 1899, p. 511.
  • 7 Ibid, p. 365.

10N’appartient pas à la nation qui le veut : « On n’entre par décret ni dans une famille ni dans une nation. Le sang que l’on apporte dans ses veines en naissant, on le garde toute sa vie. L’individu est écrasé par sa race, et n’est rien. La race, la nation sont tout », dit Georges Vacher de Lapouge, un des fondateurs, avec l’Allemand Otto Ammon, de l’école anthroposociologique du tournant du siècle6. Après avoir insisté sur la réalité biologique de la nation, il montre que les « nations ne sont pas des sociétés dont on devient membre par élection, ni des associations d’intérêt où l’on entre en prenant une action, et d’où l’on sort comme d’une valeur »7.

  • 8 H. Muffang, avant-propos à « Histoire d’une idée. L’anthroposociologie », par Otto Ammon, in Revue (...)
  • 9 Cf. l’éloge de Gobineau par Albert SOREL, in Notes et portraits contenant des pages inédites, Plon (...)
  • 10 P. Bourget, Essais de psychologie contemporaine, Paris, Lemerre, 1885, 4ème éd., p. 24-26.

11Un des disciples de Vacher de Lapouge, Henri Muffang, insiste sur le fait que l’idée qui met en relief l’importance des facteurs ethniques dans l’évolution des civilisations n’est pas neuve. Il ne manque pas de rappeler qu’elle est exposée dans l’Essai sur l’inégalité des race humaines de Gobineau, dans l’Histoire des langues sémitiques de Renan et dans l’Histoire de la littérature anglaise de Taine8. En effet, Renan connaît bien l’œuvre de Gobineau et s’en inspire, tout comme Albert Sorel et Paul Bourget9. Taine, en revanche, se réfère plutôt à Darwin. A beaucoup d’égards même, son œuvre constitue le trait d’union entre les idées de Gobineau, de Darwin et de Wagner et celle des écrivains racistes et nationalistes des années 1890. En tout cas, vingt ans après la publication de l’Histoire de la littérature anglaise, c’est déjà un lieu commun d’affirmer avec Bourget « qu’une société doit être assimilée à un organisme » et « ne subsiste qu’à la condition d’être capable de lutter vigoureusement pour l’existence dans la concurrence des races »10.

  • 11 Cf. F. Leger, « L’idée de race chez Taine » , in L’idée de race dans la pensée politique française (...)
  • 12 H. Taine, Histoire de la littérature anglaise, Paris, Hachette, 1863, tome 1, p. XXII-XXV, p. XX- (...)
  • 13 Ibid., p. XXIII.
  • 14 Ibid., p. XXIII et XIX.

12Tout au long des années 1850, Taine réfléchit sur les habitudes mentales innées des peuples européens. Après avoir expliqué le caractère de Macaulay par le fait qu’il est anglais, le génie de Dickens par le fonds germanique qui y est perceptible, il se présente à Renan comme un homme qui « a touché la physiologie pour comprendre ce que sont les crânes, l’hérédité et les races »11. En 1863, Taine apprend aux Français de son temps que l’individu n’est que le produit de la civilisation et qu’une civilisation n’est elle-même que le résultat de ces « trois forces primordiales » : « La race, le milieu et le moment »12. « Ce qu’on appelle la race, ce sont ces dispositions innées et héréditaires que l’homme apporte avec lui à la lumière, et qui ordinairement sont jointes à des différences marquées, dans le tempérament et dans la structure du corps. Elles varient selon les peuples »13 .Car ce qui relie les hommes entre eux, dit Taine, c’est avant tout « la communauté de sang et d’esprit »14.

  • 15 E. Renan, « Qu’est-ce qu’une nation ? ». Conférence faite en Sorbonne, le 11 Mars 1882, in Œuvres (...)
  • 16 E. Renan, Œuvres, p. 437-462.
  • 17 E. Renan, « Lettre à M. Strauss » in Œuvres, p. 438.
  • 18 E. Renan, « Nouvelle Lettre à M. Strauss », in Œuvres, p. 454.
  • 19 E. Renan, « Dialogues philosophiques. Deuxième dialogue », in Œuvres, p. 591.

13Chez Renan, l’idée de race et sa place en politique n’est pas moins explicite. Certes, la nécessité d’opposer un principe universel capable de tenir tête au déterminisme culturel et racial sur lequel les intellectuels allemands comme Ranke fondent la légitimité de l’annexion de l’Alsace et la Lorraine, amène l’auteur de La Réforme intellectuelle et morale à adopter le principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Ainsi de la confrontation avec l’Allemagne émerge un Renan libéral, connu surtout par sa fameuse conférence faite en Sorbonne, le 11 Mars 1882, « Qu’est-ce qu’une nation ? »15. Cependant, l’essentiel des idées exprimées dans la conférence de 1882 se trouve déjà dans un contexte qui leur donne une signification nettement différente. En effet, dans « Lettre à M. Strauss » du 16 septembre 1870, ainsi que dans « Nouvelle Lettre à M. Strauss » publiée le 15 septembre 1871, l’idée de nation est déjà puissamment associée à la race16. « Les nationalités » sont « des groupes naturels déterminés par la race, l’histoire et la volonté des populations »17. Un an plus tard, Renan va plus loin : « Certes, nous repoussons comme une erreur de fait fondamentale l’égalité des individus humains et l’égalité des races ; les parties élevées de l’humanité doivent dominer les parties basses ; la société humaine est un édifice à plusieurs étages, où doit régner la douceur, la bonté (l’homme y est tenu même envers les animaux), non l’égalité »18. Ailleurs il déplore la décadence qui guette notre civilisation, fruit inévitable d’un « nivellement ethnique où les éléments les plus bas prendront le dessus par le nombre et décapiteront systématiquement les revenants par atavisme des nobles races du passé. Une irrémédiable décadence de l’espèce humaine est possible ; l’absence de saines idées sur l’inégalité des races peut amener un total abaissement »19.

  • 20 E. Renan, « Lettre à M. Strauss », in Œuvres, p. 438.
  • 21 E. Renan, « La Monarchie constitutionnelle en France » in Œuvres, p. 505.

14Comme Taine, Renan lance lui aussi une véritable révolte contre l’héritage des Lumières et de la Révolution. Il n’est d’ailleurs pas sans intérêt de constater que pour Renan le libéral, « la plus importante révolution des temps modernes » est la Réforme partie d’Allemagne20. La Réforme allemande et non pas la révolution « glorieuse » anglaise pas plus que la révolution américaine. Ce qui somme toute est assez naturel pour un auteur qui part en campagne contre la démocratie avec une hargne extrême. Tout comme il est naturel que l’essentiel du contenu de La Réforme intellectuelle et morale, essai écrit après la débâcle de 1870, tout ce qui véritablement y compte, se trouve déjà dans un long article de la Revue des deux mondes publié en novembre 1869, presqu’un an avant la bataille de Sedan. Dans cet essai intitulé « la Monarchie constitutionnelle en France «, Renan expose le fond de sa pensée. Il condamne avant tout « l’idée des droits égaux de tous, la façon de concevoir le gouvernement comme un simple service public qu’on paie et auquel on ne doit ni respect ni reconnaissance, une sorte d’impertinence américaine, la prétention [...] de réduire la politique à une simple consultation de la volonté de la majorité »21.

  • 22 Ibid., p. 479, 483, 508, 513, 519.

15Après avoir déversé son mépris sur les États-Unis, Renan exhorte Napoléon III d’adopter « le programme vraiment conservateur », seul capable de barrer la route à « ce jacobinisme âpre, hargneux, pédantesque, qui remue le pays », à cet « esprit démocratique [...] qu’on peut bien qualifier de matérialisme en politique » et qui, en fin de compte, ne peut engendrer qu’« une sorte de médiocrité universelle ». Quoi qu’il en soit, et quel que soit l’avenir - ici Renan s’aventure sur un terrain particulièrement glissant, celui de la prophétie, et il prédit, en 1869, que la France « paraît [...] devoir longtemps encore échapper à la république [...] il est «probable que le XIXe siècle sera [...] considéré dans l’histoire de France comme l’expiation de la Révolution »22.

16Cette analyse est reprise souvent mot-à-mot dans La Réforme : « Énervée par la démocratie, démoralisée par sa prospérité même, la France a expié de la manière la plus cruelle ses années d’égarement », écrit Renan au lendemain de la défaite.

  • 23 E. Renan, La Réforme intellectuelle et morale de la France, Paris, Union Générale d’édition, coll. (...)

17« La France telle que l’a faite le suffrage universel est devenue profondément matérialiste ; les noble soucis de la France d’autrefois, le patriotisme, l’enthousiasme du beau, l’amour de la gloire, ont disparu avec les classes nobles qui représentaient l’âme de la France. Le jugement et le gouvernement ont été transportés à la masse ; or la masse est lourde, grossière, dominée par la vue la plus superficielle de l’intérêt »23.

  • 24 Ibid., p. 32, 79, 89, 90, 93-94.

18Sedan prend ainsi les dimensions d’une défaite subie par une culture politique qui est « la négation de la discipline », et dont la tendance est « de diminuer l’État au profit de la liberté individuelle ». Face à une Prusse qui avait conservé toutes les vertus d’un « régime quasi féodal, un esprit militaire et national poussé jusqu’à la rudesse », la France expie aujourd’hui la « conception philosophique et égalitaire de la société » alliée à « la fausse politique de Rousseau ». Aux hommes de sa génération, à ses innombrables disciples de la génération suivante, Renan apprend qu’un pays démocratique ne peut être bien gouverné, bien administré, bien commandé ». C’est pourquoi la déroute de 1870 ne s’explique pas par une politique hasardeuse ou par l’incompétence militaire, mais bien par la débâcle de toute une culture politique. Ce sont une certaine forme de rapports entre les hommes, un certain mode de vie et une idéologie où prédominent les néfastes valeurs jacobines, qui mènent le pays à la décadence. La défaite fait seulement que « tous les voiles se déchirèrent » et « des défauts de tempérament qu’on ne faisait que soupçonner », tout d’un coup « apparurent d’une manière sinistre »24.

  • 25 Ibid, p. 29.

19Le premier et le plus grand de ces défauts, le défaut capital, c’est « le matérialisme ». Notion-clé s’il en est, l’anti-matérialisme constitue la colonne vertébrale et le dénominateur commun de toutes les tendances qui, depuis Sedan jusqu’à Vichy, entrent en révolte contre l’héritage du XVIIIe siècle, contre l’utilitarisme libéral ou socialiste. « Le matérialisme » résume en fait ce que Renan appelle « le mal de la France »25.

  • 26 Ibid., p. 88,92.

20« Pendant que nous descendions insouciants la pente d’un matérialisme inintelligent ou d’une philosophie trop généreuse, laissant presque se perdre tout souvenir d’esprit national, c’est la Prusse demeurée pays d’ancien régime, et ainsi préservée du matérialisme industriel, économique, socialiste, révolutionnaire, qui a dompté la virilité de tous les autre peuples »26.

  • 27 Ibid., p. 26.

21La démocratie et le socialisme sont des matérialismes ; mais il y a aussi un « matérialisme bourgeois »27, autre aspect de cette même médiocrité qui, depuis la fin du XVIIIe siècle, emporte tout. C’est le matérialisme qui est à l’origine de la décadence française, c’est le matérialisme libéral et bourgeois, la théorie des droits naturels et l’individualisme qui furent battus à Sedan. Cette idée fondamentale revient d’une manière pratiquement identique lors de la débâcle de 1940 : c’est toujours le matérialisme qui ronge le corps de la nation. Seulement, dès le début du siècle, au matérialisme libéral et bourgeois s’ajoute le matérialisme marxiste et prolétarien. Certes, Renan est déjà conscient des dangers du matérialisme socialiste, mais ce n’est que dans les années 1890 que le marxisme, avec ses divers partis politiques, avec ses tendances et chapelles idéologiques, devient une force de première importance. En été 1940, le matérialisme porte de nouveau la responsabilité de tous les malheurs qui frappent le pays.

  • 28 F. Nietzsche, Par delà le Bien et le Mal, Paris, Union Général d’Éditions, Coll. « 10/18 », 1970, (...)
  • 29 Cf. Z. Sternhell,« La modernité et ses ennemis. De la révolte contre les Lumières au rejet de la d (...)

22Il n’est pas sans intérêt de constater ici, en passant, que l’on retrouve bon nombre de ces thèmes chez Taine qui joua un rôle majeur dans la formation intellectuelle du jeune Mosca et que Nietzsche lui-même d’ailleurs n’a jamais cessé de flétrir le matérialisme aussi bien libéral que socialiste, l’humanisme et l’utilitarisme, l’héritage des Lumières et « la Révolution française, cette farce sinistre et à tout prendre inutile » avec laquelle commence » la dernière grande révolte d’esclaves »28. Il en est de même dans l’œuvre de Wagner et Treitschke : chez eux aussi, c’est encore et toujours le matérialisme qui porte la responsabilité de la décadence de la culture européenne. En France, cette idée fondamentale revient d’une manière pratiquement identique soixante ans plus tard, tout au long des années 1930 : lors de la débâcle de 1940, c’est toujours le matérialisme qui ronge le corps de la nation29.

  • 30 F. Nietzsche, Par delà le Bien et le Mal, p. 27.

23Ici on revient de nouveau à Kant, qui reste l’objet par excellence de la vindicte de tous les ennemis des Lumières. De Nietzsche qui stigmatise la « tartufferie raide et vertueuse »30, de Kant jusqu’à Barrés qui tout au long du Roman de l’énergie nationale instruit le procès de l’impératif catégorique, de l’esprit critique, du rationalisme et de l’universalisme, c’est toujours le XVIIIe siècle qui porte la responsabilité de la décadence et de la décomposition. Le terroir constitue la seule digue capable de résister au déracinement kantien, au morcellement et à la corruption morale de la démocratie. Les hommes du peuple, parce que gens simples et proches de la nature, sont comme une source de santé sociale et de rectitude morale, seuls capables de refaire cette unité organique de la nation brisée non seulement par la modernisation technologique mais surtout par la modernité idéologique.

  • 31 Ibid., p. 63, 73, 162-163, 212.

24Ici se fait la transition de la révolte culturelle vers la révolte politique. Renan, Taine, Nietzsche professent encore une forme d’élitisme culturel qui abomine ce qu’il est convenu d’appeler les masses. Nietzsche met entre guillemets tous les gros mots du lexique libéral - « Lumières » dans philosophie des « Lumières » - « progrès », « esprit scientifique », il lance la révolte contre le contenu intellectuel des Lumières, contre ce qu’il nomme « l’esprit moderne », contre cette « morale de l’utilité » que charrient le libéralisme et le socialisme, et il a horreur du nationalisme qu’il considère être un élément particulièrement méprisable du mouvement démocratique31. Mais Nietzsche abhorre l’antisémitisme, son cosmopolitisme est sans faille : il n’est pas réellement un homme du XXe siècle. A beaucoup d’égards, Taine et Renan, l’un darwiniste social, l’autre ouvert à l’antisémitisme, apparaissent plus proches de notre siècle que l’auteur de l’Antéchrist, mais ils restent eux aussi, au stade de la révolte culturelle. Leur élitisme, leur peur viscérale des bas fonds de la démocratie, leur interdisent de sauter le pas.

25Ce sont les intellectuels antidreyfusards - écrivains, publicistes, journalistes - qui franchissent la distance séparant la révolte culturelle de la révolte politique. Il traduisent en termes concrets, compréhensibles pour le plus grand nombre et susceptibles d’être appliqués dans la vie de tous les jours, les principes qui sont à la base du refus des Lumières. Chez eux le nationalisme de la Terre et des Morts s’articule sur la révolte nietzschéenne : cette synthèse qui s’exprime de la manière la plus complète dans l’œuvre de Barrés et de Maurras, constitue en fait le cœur de l’antidreyfusisme. De cette manière les intellectuels antidreyfusards réussissent à transformer la critique nietzschéenne de la modernité, individualiste, aristocratique et détachée de la vie de tous les jours, en une machine de guerre d’une extraordinaire efficacité lancée contre les fondements de la démocratie libérale.

  • 32 M. Barrès, Mes Cahiers, Tome I, p. 39.

26Ce processus, on serait presque tenté de dire cette métamorphose, est rendu possible par la contribution spécifique des antidreyfusards : chez eux, l’élitisme culturel de Nietzsche, l’élitisme à la fois culturel et social de Taine et Renan font place à l’appel au peuple, aux instincts primaires des gens simples, à la sève primitive des hommes dont l’horizon mental reste limité par l’église du village, le lopin de terre hérité des ancêtres et la leçon d’histoire apprise à l’école primaire. Barrés, l’intellectuel engagé par excellence, sait goûter « profondément le plaisir instinctif d’être dans un troupeau »32. Des formules de cette nature reviennent fort souvent chez les hommes de la génération de 1890.

27Ainsi se développe une énorme littérature de révolte et de ressentiment dont le succès stupéfie les contemporains. Au triomphe de Drumont en France fait écho en Allemagne la performance de Julius Langbehn : Rembrandt comme éducateur, ouvrage publié en 1890 et qui charrie les mêmes idées et les mêmes sentiments que La France Juive (1886), vend trente éditions en l’espace de deux ans. Jusqu’en 1940, seront vendues 90 éditions. A la même période, Gustave Le Bon dont les premiers livres datent des années 1894-1895, est traduit en seize langues. Ernst Haeckel, le père du « monisme » darwinien devient très connu et Barrés, ce « prince de la jeunesse » des années 1880, auteur des Déracinés en 1897, est considéré par beaucoup comme le premier écrivain français. C’est ainsi que le refus de la modernité devient un phénomène de masse. En termes populaires, cette révolte contre l’héritage des Lumières s’exprime de la manière la plus tangible dans la réflexion sur l’identité nationale.

28Qu’est-ce qu’une nation ? Un ensemble de citoyens libres et égaux en droits, une collectivité d’individus ayant choisi de vivre ensemble et qui se sentent liés par une culture commune ou au contraire, une grande famille élargie, une tribu serrée autour de l’église du village et communiant dans le culte des ancêtres ? En d’autres termes : être citoyen français et appartenir à la nation française, est-ce bien la même chose ? Tout citoyen français est-il nécessairement aussi français ? L’identité française est-elle définie en termes politiques et juridiques ou au contraire, est-elle un produit de facteurs ethniques, biologiques, raciaux ? Quel est le rôle du libre arbitre dans la vie des hommes ?

  • 33 Sur ces questions, je me permets de renvoyer à mon Maurice Barrés et le nationalisme français, éd. (...)

29A la base de la culture politique de l’antidreyfusisme, se trouve le déterminisme33. Il en découle le principe en vertu duquel la qualité de citoyen français n’est qu’une simple fiction légale : le citoyen Dreyfus n’appartient pas à cette entité à caractère biologique - la nation française - forgée par des générations de morts qui lui sont étrangers, enterrés dans une terre qui n’est pas celle de ses ancêtres, et ayant pratiqué une religion qui n’est pas la sienne. Ces idées fondamentales de l’antidreyfusisme s’expriment de la manière la plus complète dans la théorie de la terre et des morts de Barrès.

  • 34 M. Barrès, Les Déracinés, Paris, E. Fasquelle, 1897, p. 322.
  • 35 M. Barrès, Mes cahiers, Tome II, p. 86.
  • 36 M. Barrès, Scènes et doctrines du nationalisme, Tome I, p. 167. Cf. aussi Mes Cahiers, Tome II, p. (...)
  • 37 Cf. Z. Sternhell Maurice Barrés et le nationalisme français, p. 271-273.

30En effet, chez Barrès, le déterminisme engendre la négation de l’existence de toute norme morale absolue : « la vérité, c’est ce qui satisfait les besoins de notre âme », écrit Barrès34. C’est la raison pour laquelle il n’y a pas de vérité absolue mais seulement une « vérité française, c’est-à-dire celle qui est la plus utile à la nation »35. De même, il n’existe pas de justice absolue. Il en est ainsi d’autant plus qu’« il n’y a de justice qu’à l’intérieur d’une même espèce ». Dreyfus est « le représentant d’une espèce différente » : n’était-ce la nécessité de le juger « selon la moralité française et selon notre justice », son cas serait du ressort d’une « chaire d’ethnologie comparée »36. Un violent antirationalisme et le culte de l’inconscient complètent les structures intellectuelles de l’antidreyfusisme tel que Barrés contribue à le façonner37. En un mot, pour les antidreyfusards, les valeurs du XVIIIe siècle tuent la nation. C’est ainsi que la solution de rechange à la culture politique des Lumières, antihumaniste, antirationaliste, anti-universaliste, qui va peser de tout son poids sur la première moitié de notre siècle, est désormais toute prête.

31Une dernière observation s’impose. Si en cette fin de siècle l’antisémitisme tient une place aussi prépondérante dans un pays comme la France ou la communauté juive compte moins de 75 000 personnes pour une population de 40 millions d’habitants, c’est que l’antisémitisme est, comme le disait Maurras, une nécessité de méthode. En effet, l’antisémitisme est un instrument de combat politique, un facteur de mobilisation qui joue un rôle de premier plan dans la révolte contre la modernité idéologique. C’est au temps du boulangisme que l’on découvre en France la puissance mobilisatrice de l’antisémitisme : c’est la campagne boulangiste qui dresse l’acte de naissance de l’antisémitisme politique. Très rapidement, le combat contre les Juifs devient la pièce maîtresse de la machine de guerre lancée contre la démocratie libérale.

32Car, les Juifs deviennent alors le symbole vivant de l’œuvre émancipatrice de la Révolution, de sa signification universaliste et humaniste : ils constituent la seule catégorie de personnes dont le sort, en cette fin de siècle, est intimement lié à la capacité de survie de la démocratie libérale. Dans le passé, l’existence des Juifs était assurée en Europe par les structures de la société d’ancien régime. Dans le monde moderne leur survie n’est vraiment possible que dans le cadre d’un État libéral. Mais les Juifs sont exclus sans appel de la société tribale et fermée telle que l’aurait voulue l’antidreyfusisme. Ils sont les seuls à ne pouvoir jamais y trouver leur place. C’est pourquoi, plus que quiconque, les Juifs incarnent la Révolution française. Quand, un demi-siècle après l’Affaire, la nouvelle défaite que subit la France sonne le glas de la démocratie, les lois antijuives d’octobre 1940 constituent le dernier clou enfoncé dans le cercueil de l’héritage des Lumières.

Notes

1 M. Barrès, Mes Cahiers, Paris, Plon 1931 tome III, p. 139.

2 M. Barrès, Mes Cahiers, tome XIII, p. 161.

3 M. Barrès, Mes Cahiers, tome X, p. 219.

4 Cf. un texte déjà classique de J. Habermas, « La modernité : un projet inachevé », Critique, n° 413, octobre 1981, p. 951. Cf. du même auteur, The Philosophical Discourse of Modernity, The MIT Press, Cambridge, 1987, p. 1-22. On consultera également avec le plus grand profit, A. Touraine, Critique de la modernité, Paris, Fayard, 1992. Voir aussi le beau texte d’Octavio Paz, « Poésie et modernité », in Le Débat, septembre-décembre 1989 ; p. 4.

5 M. Barrès, Scènes et doctrines du nationalisme, Paris, Pion, 1925, p. 8.

6 G. Vacher de Lapouge, L’Aryen, son rôle social, Paris, Fontemoins, 1899, p. 511.

7 Ibid, p. 365.

8 H. Muffang, avant-propos à « Histoire d’une idée. L’anthroposociologie », par Otto Ammon, in Revue internationale de sociologie, 6e année, n° 3, mars 1898, p. 145-146.

9 Cf. l’éloge de Gobineau par Albert SOREL, in Notes et portraits contenant des pages inédites, Plon-Nourrit, Paris, 1909, p. 227-239.

10 P. Bourget, Essais de psychologie contemporaine, Paris, Lemerre, 1885, 4ème éd., p. 24-26.

11 Cf. F. Leger, « L’idée de race chez Taine » , in L’idée de race dans la pensée politique française contemporaine, Paris. Ed. du CNRS, 1977, p. 2.

12 H. Taine, Histoire de la littérature anglaise, Paris, Hachette, 1863, tome 1, p. XXII-XXV, p. XX- VIII-XXXII.

13 Ibid., p. XXIII.

14 Ibid., p. XXIII et XIX.

15 E. Renan, « Qu’est-ce qu’une nation ? ». Conférence faite en Sorbonne, le 11 Mars 1882, in Œuvres complètes de Ernest Renan, Paris, Calmann-Lévy, 1947, Tome I, p. 887-906.

16 E. Renan, Œuvres, p. 437-462.

17 E. Renan, « Lettre à M. Strauss » in Œuvres, p. 438.

18 E. Renan, « Nouvelle Lettre à M. Strauss », in Œuvres, p. 454.

19 E. Renan, « Dialogues philosophiques. Deuxième dialogue », in Œuvres, p. 591.

20 E. Renan, « Lettre à M. Strauss », in Œuvres, p. 438.

21 E. Renan, « La Monarchie constitutionnelle en France » in Œuvres, p. 505.

22 Ibid., p. 479, 483, 508, 513, 519.

23 E. Renan, La Réforme intellectuelle et morale de la France, Paris, Union Générale d’édition, coll. 10/18, S.d. p. 25 et p. 46.

24 Ibid., p. 32, 79, 89, 90, 93-94.

25 Ibid, p. 29.

26 Ibid., p. 88,92.

27 Ibid., p. 26.

28 F. Nietzsche, Par delà le Bien et le Mal, Paris, Union Général d’Éditions, Coll. « 10/18 », 1970, p. 63 et p. 73.

29 Cf. Z. Sternhell,« La modernité et ses ennemis. De la révolte contre les Lumières au rejet de la démocratie », in l’Éternel Retour contre la démocratie : l’idéologie de la décadence, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1994, p. 9-37.

30 F. Nietzsche, Par delà le Bien et le Mal, p. 27.

31 Ibid., p. 63, 73, 162-163, 212.

32 M. Barrès, Mes Cahiers, Tome I, p. 39.

33 Sur ces questions, je me permets de renvoyer à mon Maurice Barrés et le nationalisme français, éd. de poche, Complexe, 1985, p. 254 et suiv.

34 M. Barrès, Les Déracinés, Paris, E. Fasquelle, 1897, p. 322.

35 M. Barrès, Mes cahiers, Tome II, p. 86.

36 M. Barrès, Scènes et doctrines du nationalisme, Tome I, p. 167. Cf. aussi Mes Cahiers, Tome II, p. 89-90.

37 Cf. Z. Sternhell Maurice Barrés et le nationalisme français, p. 271-273.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540