Version classiqueVersion mobile

L'affaire Dreyfus et l'opinion publique

 | 
Michel Denis
, 
Michel Lagrée
, 
Jean-Yves Veillard

Première partie. L'opinion en France

Caricature et opinion : une influence réciproque

Pierre-Olivier Perl

Texte intégral

  • 1 Pierre Bourdieu, « L’opinion publique n’existe pas » in Questions de sociologie, Paris, Ed. de Min (...)

1L’étude conjointe de la caricature et de l’opinion publique nécessite que soient résolues des difficultés d’ordre conceptuel. La notion d’opinion publique présuppose qu’il existe, réellement, une entité que l’on puisse nommer ainsi. Or, cette notion est, sociologiquement, difficile à définir. Qui plus est, les définitions existantes sont connotées et conduisent souvent à ne considérer qu’un aspect de la problématique. Chez les sondeurs, l’opinion publique est l’expression personnelle de croyances, d’attitudes, de valeurs vis-à-vis des objets politiques. Et comme les opinions de chacun ont le même poids, l’opinion publique est l’agrégation des opinions individuelles. En ce qui concerne l’affaire Dreyfus, le repérage de l’opinion publique est d’autant plus ardu que nous ne pouvons disposer d’outil de récollection des opinions individuelles. Il faut utiliser une autre méthode qui consiste à admettre qu’il y a de l’opinion individuelle dans les caricatures et dans les messages que reçoivent les caricaturistes de la part de leurs lecteurs. Ce faisant, nous sommes amené à utiliser une définition opératoire de l’opinion publique qui confond des opinions politiquement constituées et des dispositions éthiques1. Nous avons donc été conduit à effectuer un choix raisonné de dessinateurs et de supports afin de ne pas faire croire que toutes les opinions se valent et qu’elles sont toutes une représentation de l’opinion publique.

  • 2 René Rémond, préface de Christian Delporte, Les crayons de la propagande, Paris, Edition du C.N.R. (...)

2La seconde difficulté réside dans l’analyse fonctionnelle des caricatures. La diffusion de la caricature a toujours été destinée à influencer l’opinion publique. Il suffit de se remémorer les dessins de Daumier dans les journaux de Philippon pour se convaincre que la caricature est un instrument de propagande, et que cette fonction la conduit à entrer en relation avec l’opinion publique, objet de sa sollicitude. La caricature mène un combat. Il lui faut convaincre les lecteurs. Certes, l’acte d’achat d’un journal précis suppose que l’on ait effectué un choix partisan. Mais la présentation du dessin sur la première page d’un journal, sur les murs ou dans les bras d’un vendeur de journaux, permet la visualisation par tous du contenu politique de la caricature. Comme média, le dessin est un vecteur de propagande, un outil d’identification des hommes publics et un moyen de connaissance du monde politique au service de l’opinion publique. « (II) est une arme dans le combat politique et combien efficace ! Comment le contester aujourd’hui où le dessin de Faizant, chaque matin dans Le Figaro, et de Plantu le soir en première page du Monde sont autant d’actes politiques et pèsent sur la formation de l’opinion cent fois plus que les petites phrases concoctées par nos hommes politiques à l’intention des grands médias »2.

  • 3 René Remond, op.cit.

3La fonction propagandiste de la caricature aboutit à une vision unidirectionnelle des rapports qu’elle entretient avec l’opinion publique. Si la caricature cherche à transformer et à convaincre l’opinion publique, cette dernière influe sur la première. Il existe un rapport complexe entre le dessin et l’opinion publique. L’opinion agit sur le caricaturiste, et ce dernier cherche à persuader celle qui l’influence. Cette interaction est malaisée à étudier et à mesurer. On peut cependant utiliser l’étude du contenu du dessin pour juger de l’état conjoint de l’opinion du dessinateur et du public. Préfaçant un travail sur la dernière guerre mondiale, René Rémond indique que le « dessin est un instrument assez fidèle du moral des collaborateurs : On discerne à travers le dessin et leur légende la montée de leur inquiétude sur le sort des armes après le désastre de Stalingrad »3. De même, la mise en scène de la vérité, enfouie sous des gravats ou sortant du puits, est un indicateur du moral de l’opinion publique au moment de 1’ affaire Dreyfus.

4Dans cette optique, l’étude du non-dit, c’est-à-dire l’oubli de la parution d’un certain nombre d’information de la part des médias est révélateur du sentiment éprouvé à certains moments par des caricaturistes. C’est certainement parce que cela aurait eu des effets négatifs sur l’image d’une armée homogène dans son refus d’accréditer la thèse de l’innocence de Dreyfus que les nationalistes refusent de diffuser des critiques, même acerbes, sur les écrits de Picquart. Par ailleurs, pour juger du malaise provoqué par les déclarations des uns et des autres, il faut se remettre dans un contexte où l’information était lente et incomplète sur la connaissance des événements de l’affaire. Il faut analyser les réactions de l’opinion face à certains faits en considérant l’état des connaissances de l’époque, avec ses imperfections par rapport à notre information actuelle.

5Dans ce cadre conceptuel et face à la difficulté de « mesure » de l’opinion publique à la fin du xixème siècle, il faut appréhender les rapports entre la caricature et son public par des voies détournées, indépendantes des instruments d’étude que nous connaissons aujourd’hui. L’étude de la presse permet de saisir l’homogénéité de l’information fournie et le choix politique des médias. Les délais de diffusion des événements de 1’ affaire Dreyfus facilitent la compréhension de la manipulation informative. Le contenu des caricatures permet de comprendre la société, la dénonciation et la stigmatisation des acteurs de l’époque.

Homogénéité de la politique éditoriale dans la presse

  • 4 Michel Ragon, Les maîtres du dessin satirique en France de 1830 à nos Jours, Paris, Edition Horay, (...)

6Au moment où débute l’affaire Dreyfus, il existe quatre canaux de transmission de l’image vers le public : le journal, l’affiche, la carte postale et l’album. Ces quatre supports ont un contenu novateur différent. En règle générale, les affiches et les cartes postales reproduisent des caricatures déjà parues dans les journaux. Quant aux albums, « ils contribuent à la notoriété de l’artiste, mais viennent après coup »4. Ils reproduisent des dessins déjà connus. « Allons-y » de Ibels, paru dans le Sifflet en 1898 n’est édité en album qu’en 1899.

  • 5 John Grand-Carteret, L’Affaire Dreyfus et l’image, Paris, Flammarion, 1900.

7Ce sont les journaux qui se trouvent en situation de monopole quant à l’information du public. Leur puissance est reconnue. John Grand-Carteret cite un passage du journal La Papeterie, organe de la chambre syndicale des papiers en gros : « Il n’en reste pas moins que l’industrie du papier détient la paix d’une nation et que, lorsqu’elle le voudra, elle tuera dans l’œuf toutes les réclames malsaines »5. La suppression de Dame Anastasie, en 1881, profite à l’industrie journalistique, de quelque bord qu’elle soit. Face à la kyrielle des publications, nous avons retenu six journaux. Chacun d’entre eux a une place, distincte de celle des autres, dans un espace politique ou artistique cohérent.

8Le Sifflet et le Psst... ! sont des organes exclusivement consacrés à la caricature. Ils furent créés pour l’affaire Dreyfus et se répondirent mutuellement une année durant.

  • 6 Philippe Roberts-Jones, La caricature française entre 1860 et 1890, Bruxelles, U.L.B., 1954.

9La Revue Blanche d’où sont issues les caricatures de Hermann-Paul, est une revue littéraire inspiré des thèses libertaires, et qui utilise les services de peintres d’avant-garde6.

  • 7 Bellanger et alii, Histoire générale de la presse française, Tome 3, Paris, PU.F., 1972.

10Le Charivari est le plus ancien des journaux de l’époque. Créé par Philippon en 1832, il est au départ un journal militant républicain. Bien qu’ayant basculé dans une ironie mondaine, le journal ne renie pas les engagements de son créateur. Son directeur en 1899, le caricaturiste Henriot, est inscrit au syndicat des journalistes républicains.7

  • 8 Ibid.

11Le Siècle, fondé en 1836, est un journal proche du monde politique qui va perdre de nombreux lecteurs au moment de l’Affaire Dreyfus. Dans le même temps, Yves Guyot fait du journal « une sorte d’organe de la Ligue des Droits de l’Homme »8. L’ancien ministre de Lanessan lui succéda mais ne put enrayer la baisse d’audience d’une rédaction républicaine, proche des idées de Gambetta.

  • 9 Archives de la préfecture de police de Paris. B.A. 1107.

12Grâce au bien nommé Aspic, indicateur des services de police, le personnel de l’Antijuif est connu9. Il y figure un médecin et un maître d’arme. Le caractère belliqueux des articles de l’Antijuif explique la présence de ce personnel particulier. Jules Guérin, chef de la « Ligue antisémitique de France » en est le directeur. Dans les premiers numéros de ce journal extrémiste, les rédacteurs demandent le départ de France des capitalistes juifs, mais ils ne tardent pas à élargir leur requête à tous les juifs, francs maçons et autres protestants. Le journal soutint la tentative de coup d’Etat de Déroulède et il participa au retranchement des nationalistes à Fort Chabrol.

  • 10 Le Grelot 10 mars 1872

13Enfin, le Grelot, grand in folio de quatre pages, parut pour la première fois le 9 avril 1871. Son rédacteur en chef était alors Arnold Mortier. La première page du journal était consacrée à la publication d’un dessin en couleur. La ligne politique du journal était républicaine modérée ainsi que l’expliquent ses rédacteurs : « Le Grelot est un journal politique cautionné, dévoué à la cause républicaine modérée, grand ami de l’ordre, de la famille, de la morale, de la société10. »

  • 11 L’emploi du terme « dreyfusiste » permet de se situer plus spécifiquement dans le champ politique. (...)

14Cette position est demeurée stable jusqu’en 1897, date à laquelle l’équipe se divisa. Le caricaturiste Pépin adopta la cause dreyfusiste11 alors que la rédaction se rangea sous la bannière opposée. Lorsque Dreyfus fut de nouveau condamné à Rennes, le caricaturiste démissionna (ou fut limogé) et remplacé par Gravelle, l’ancien dessinateur de l’Antijuif. Fin 1900, le journal confia l’illustration à des dessinateurs plus modérés.

  • 12 Ibels, Les légendes du Siècle.

15Dans ce contexte très politisé, l’intérêt qui mène à la publication de caricatures est double. D’une part, la publication de scènes, de vaudevilles graphiques, permet d’accrocher le regard du passant afin qu’il achète le journal ; d’autre part, la publication de caricatures politiques est destinée à convaincre. C’est dans un but de propagande que la majorité des journaux illustrés diffuse des caricatures. Cet objectif contraint la rédaction et le dessinateur à une entente politique. Seule exception, le désaccord qui a existé entre le caricaturiste et la rédaction du Grelot entre 1897 et 1899. L’homogénéité est évidente dans le cas du PSST... / et du Sifflet. Le Charivari prit comme directeur le caricaturiste Henriot ce qui suppose un accord entre rédacteurs et dessinateurs. Le cas du Siècle est plus problématique. Ce journal républicain parlementaire utilise les services de Ibels, caricaturiste antiparlementaire et libertaire, proche de Sébastien Faure. Une telle collaboration est étonnante. Cependant, il faut noter que les charges développées par Ibels12 furent consacrées à la stricte défense du Capitaine Dreyfus, sans allusion à ses sentiments d’outre-gauche vis-à-vis des républicains.

16L’accord entre le dessinateur et l’équipe rédactionnelle du journal est donc très souvent libre de toutes entraves. Si le caricaturiste ne partage pas les opinions de la direction, sa collaboration est contractuelle, fixée par un cadre précis, chacun sachant ce que les termes de l’accord lui laissent de possibilité d’expression et de liberté d’opinion. Cette homogénéité de l’ensemble des collaborateurs des journaux présentés ici permet de concevoir les opinions émises dans les articles ou dans les dessins comme des indicateurs du choix partisan de l’équipe rédactionnelle, dans son ensemble.

Manipulation informative : volonté d’apaisement et de propagande

  • 13 II est possible qu’un événement ne soit pas connu immédiatement par l’opinion publique de l’époque (...)

17Cette homogénéité permet de donner un sens à la publication ou à la non- publication d’une caricature. Le dépouillement de plus de huit cents caricatures sur 1’ Affaire Dreyfus permet d’opérer un classement selon le laps de temps, mesuré en semaine, entre un événement, ou son émergence dans le domaine public13, et son apparition dans les journaux.

LE CHARIVARI

LE CHARIVARI

La durée moyenne est de 13 semaines
(1) Les dessins sur le sujet sont permanents

PSST… !

PSST… !

La durée moyenne est de 6 semaines

Le SIFFLET

Le SIFFLET

La durée moyenne est de 9.6 semaines
(1) Les dessins sur le sujet sont permanents

LE GRELOT

LE GRELOT

La durée moyenne est de 2 semaines

18Les événements liés aux péripéties du procès de 1894 émaillent, à l’exception du Grelot, la production globale des journaux. Ces événements serviront constamment aux caricaturistes de référence positive ou négative ; les uns admettront les déclarations sous serment des officiers comme preuve de la culpabilité de Dreyfus, tandis que les autres les remettront en question en évoquant les mensonges.

  • 14 Afin d’établir une moyenne opératoire du temps nécessaire à l’apparition d’un événement dans un jo (...)
  • 15 Dans Nos humoristes (1900), Adolphe Brisson tente une typologie des dessinateurs. Il estime que le (...)
  • 16 La fausse nouvelle de l’évasion de son frère produite par Mathieu Dreyfus en Angleterre trouve son (...)

19Le Charivari met 13 semaines à informer ses lecteurs, le Sifflet 9.6 semaines, le Psst... !6 et le Grelot seulement 2 semaines14. Ces écarts dans la moyenne de parution laissent à penser que le Grelot aspire à être un organe d’information graphique. Pour ce journal hebdomadaire, le dessin est un moyen d’information au même titre que l’écriture. La moyenne des panitions restée identique après que Gravelle eut remplacé Pépin souligne cette volonté. A l’inverse, le Charivari est peu pressé de relater les faits de l’affaire, bien que Henriot, directeur du journal soit classé par Brisson parmi les humoristes15, c’est la volonté de non-engagement de la direction du Charivari qui l’a conduit à laisser l’événement perdre sa valeur émotionnelle immédiate. Il est remarquable que seule la phrase du Général Galliffet « l’incident est clos » trouve un écho rapide dans cet organe républicain modéré. Mais, si le Charivari informe peu, les informations se maintiennent longtemps dans ses colonnes16. Cette pérennité renforce l’idée que le journal a une volonté de non-information, d’autant que le Charivari est un journal quotidien.

20La fréquence hebdomadaire du Grelot pose des problèmes de choix au caricaturiste Pépin. L’élection d’Emile Loubet à la Présidence de la République coïncidant avec la tentative de coup d’Etat de Déroulède contraint le dessinateur à choisir. Il tranche en faveur de l’élection à la Présidence du candidat proche des dreyfusistes, montrant ainsi un fait favorable à sa volonté politique. Dans le même esprit, il représente tardivement les propos d’Esterhazy à l’encontre de Picquart afin de privilégier les résultats des élections législatives de 1898.

  • 17 Paul Louis Marin, auteur de nombreux ouvrages en faveur du Capitaine Dreyfus avoue avoir été parti (...)

21Entre les moyennes extrêmes du Grelot et du Charivari se trouvent celles du Sifflet et du Psst... !. Les journaux de Forain et de Ibels, créés dans un but de propagande, ne s’appuient pas sur une critique immédiate des faits mais sur une action qui, pas à pas, par une approche générale, vise à affermir la conviction du convaincu et à drainer de nouveaux adeptes. Toutefois, les événements choisis par les caricaturistes du Sifflet ne sont pas dénués d’ambiguïté. Couturier informe ses lecteurs des mésaventures de Picquart le 29 septembre 1989, soit plus de deux mois après le fait. La cohérence politique devrait l’inciter à plus de diligence. De nombreux dreyfusards ont en effet été convaincus de l’innocence de Dreyfus au moment où le colonel des renseignements généraux a affirmé sa certitude de l’innocence du Capitaine17. Le désir permanent de convaincre du dessinateur du Sifflet aurait dû le motiver à informer au plus vite ses lecteurs de l’injustice supplémentaire infligée à Picquart par ses supérieurs hiérarchiques. Caran d’Ache, quant à lui, s’empresse de faire connaître au lecteur du Psst... ! la radiation de Picquart des cadres de l’armée, afin de prouver l’illégitimité de ses assertions en tant que militaire. Couturier, par son silence graphique, cautionne le raisonnement de Caran d’Ache. Il préfère publier des caricatures anodines sur Félix Faure et sur Esterhazy.

22Une des caricatures produites par Couturier pendant cette période représente un fait divers dont de simples soldats furent les victimes. Ce dessin sur l’armée et les militaires suggère que le dessinateur du Sifflet a intentionnellement omis d’utiliser la radiation de Picquart des cadres de l’armée. Comme un grand nombre de dreyfusistes de gauche et d’extrême gauche, les caricaturistes du Sifflet n’éprouvent pas une grande sympathie pour le Colonel. Les radicaux et les républicains modérés ont des motivations différentes de celles des anarchistes et des guesdistes. Après le dénouement de l’affaire, ces factions rivales s’affronteront politiquement, notamment par l’intermédiaire des syndicalistes révolutionnaires et de la CGT naissante.

23La différence entre le temps de diffusion du Psst.../ et celui du Sifflet à propos de l’élection de Emile Loubet apparaît, a contrario de ce qui précède comme logique en rapport avec les enjeux défendus par ces journaux. Tout comme le Grelot, le Sifflet fait rapidement part de la bonne nouvelle à ses lecteurs. Ibels représente le bonheur de Marianne et le dépit de Rochefort à l’annonce du résultat de l’élection. Le Psst... ! fait attendre sa réaction trois semaines. Cette lenteur s’explique par le dépit qu’éprouvent Forain et Caran d’Ache. Si Félix Faure n’a pas hésité à observer une non-intervention favorable aux antidreyfusards, Emile Loubet leur laissait présager des lendemains incertains. La représentation que fait Caran d’Ache de Loubet ne prête pas à équivoque : Le nouveau Président de la République est le suppôt des juifs.

  • 18 Psst... ! du 18 mars 1899.

24La parution tardive dans le Psst... !18 du discours de Cavaignac présenté huit mois plus tôt à la Chambre des Députés est un autre trait remarquable du sens que ce journal veut donner à l’actualité. Quand le ministre de la guerre affirme clairement la culpabilité de Dreyfus, ses déclarations sont importantes et le moment de l’apparition n’est pas hasardeux. Il est possible que cette diffusion tardive d’un événement favorable corresponde à une réalité du moment préjudiciable à la thèse défendue. Au début de mars 1899, le Parlement dessaisit de son enquête sur la révision la Chambre criminelle de la Cour de Cassation. Cet événement ne peut satisfaire totalement les antidreyfusards car ils ont toujours représenté les députés comme les alliés des juifs. Au même moment, Esterhazy, en exil à Londres, accorde un entretien à des journalistes de l’Observer. Il y renouvelle ses aveux. Si, malgré le dessaisissement de la Chambre criminelle, Caran d’Ache croit devoir insister sur les déclarations de Cavaignac, c’est afin d’annihiler les effets des secondes révélations d’Esterhazy. La réitération des aveux porte fatalement préjudice aux antidreyfusards. Pour s’opposer aux paroles du Uhlan, Caran d’Ache est dans l’obligation de surenchérir en publiant l’avis d’un acteur plus légitime.

25Le contenu et le temps de diffusion des caricatures découvrent deux éléments importants pour la compréhension des relations entre la caricature et l’opinion publique. D’une part, la volonté différente d’information des journaux qui permet de comprendre la modulation des passions en fonction des objectifs d’apaisement ou d’exacerbation des enjeux ; D’autre part, la volonté des caricaturistes d’affirmer leur spécificité en opposition à leurs adversaires ou à leurs alliés idéologiquement différents. Le temps de la parution est un symptôme de la signification politique que les caricaturistes donnent à un événement. Celui-ci ne vaut pas uniquement par lui-même, il est utilisé et mis au service de la cause défendue par le média. La date de parution d’un événement, comparativement au contexte, indique la volonté de propagande et indique l’opinion du dessinateur sur l’affaire Dreyfus.

Dénonciation et stigmatisation : le contenu des caricatures

26Pour avoir une idée de l’impact des caricatures sur l’opinion publique naissante, l’étude des moments d’apparition des caricatures est nécessaire. Ce moment n’est pas choisi au hasard. Il faut plusieurs conditions pour qu’une caricature paraisse. La première est l’existence de la volonté des commanditaires pour qu’une information soit répandue dans l’opinion. Si l’on excepte le Psst... ! et le Sifflet qui ont été conçus dans un but de propagande et qui se répondent mutuellement, on peut admettre que l’existence d’un dessin dans un journal est volontaire et représente une tentative de créer un mouvement de sympathie en faveur des idées défendues. Mais il faut aussi que l’opinion soit, du moins en partie, prête à recevoir des messages. A titre d’exemple, le moment de publication du premier fascicule de Bernard Lazare a été choisi par Mathieu Dreyfus et par les premiers défenseurs du Capitaine Dreyfus afin qu’il ait le plus d’impact possible.

27Par conséquent, l’étude du moment de parution de la caricature fournit un état de l’opinion, et en retour, le contenu des caricatures indique l’importance de certains faits au lecteur, afin de lui procurer des arguments propres à affermir son avis sur la culpabilité ou la non-culpabilité du capitaine Dreyfus. Une caricature ne convainc pas en totalité, elle n’est qu’un des éléments qui participe à la propagande générale et c’est la permanence d’un type d’information qui construit une opinion.

  • 19 Le classement thématique des caricatures de l’échantillon a permis de dégager 27 éléments : Justic (...)

28Pour étudier cette relation, nous avons élaboré un recensement thématique des caricatures19, regroupé selon l’ordre et l’importance quantitative de leur apparition.

  • 20 II faut dire que peu d’informations circulent à l’époque sur la vie de Dreyfus à l’Ile du Diable. (...)

29La vie de Dreyfus n’influe guère sur la production des dessins20. Seul, le Grelot tente une assimilation entre les socialistes et le Capitaine afin d’identifier la trahison à l’internationalisme. Par contre, il apparaît nettement qu’il existe une augmentation considérable des publications à partir de 1897. Cette variation s’explique par les efforts de la famille en faveur du déporté et par la place de plus en plus grande qu’occupe l’affaire Dreyfus dans la presse. C’est à partir de 1897 que des journaux spécialisés apparaissent, entraînant par là- même un accroissement des caricatures sur le sujet.

30Contrairement à la vie de Dreyfus, la personnalité des Présidents du Conseil alimente les caricatures, indiquant par là-même comment l’opinion les ressent ou comment elle devrait les ressentir. Les deux premiers gouvernements de l’affaire Dreyfus ont été pratiquement épargnés par la caricature. L’Affaire n’était alors qu’un simple fait divers qui réalisait l’union de tous sur son épilogue : la condamnation de Dreyfus. C’est en 1898 que la presse illustrée se réveille. Les articles de Zola, le procès Esterhazy et la semaine d’émeutes antijuives vont faire basculer 1’opinion publique et favoriser la chute du gouvernement Méline. Le 22 janvier 1898, la police intervient dans l’hémicycle de l’assemblée nationale pour séparer les députés. Ces faits influencent plus la production de caricatures que le sort de Dreyfus soumis depuis quelques mois au régime spécial de l’Ile du Diable.

31La politique est un thème présent dans les caricatures sous le ministère Méline, principalement pour cause d’élections législatives. Les journaux dreyfusards dénoncent le faible entrain républicain du Président du Conseil et annoncent sa déchéance politique. Le gouvernement est critiqué pour ses accointances avec l’Eglise et ce que l’on peut appeler le « syndicat antidreyfusard ». Les caricaturistes chargent simultanément les acteurs antirépublicains quels qu’ils soient.

  • 21 Nous avons regroupé sous le terme d’avenir prophétique des caricatures dont le sujet annonce l’ave (...)

32Sous le second ministère Brisson, les thèmes sur la politique, la vérité, la révision, l’armée, l’avenir prophétique21 sont fréquemment diffusés par les journaux. Dans le camp dreyfusiste, le Grelot est modéré envers Brisson alors que le Sifflet se méfie de sa personnalité, bien qu’il soit jugé républicain. Vers la fin de l’année 1898, les antidreyfusards développent des caricatures sur la justice. Ils dénoncent une coalition « juiverie/magistrat » qui est destinée, selon eux, à établir des témoignages favorables à Dreyfus, malgré les « preuves accablantes de traîtrise ». Cette pratique tend à renforcer chez les lecteurs le sentiment antidreyfusard à un moment où il semble que la cause de Dreyfus est mieux entendue auprès des hommes politiques. L’absence de réponses des dreyfusistes laisse supposer que le gouvernement est investi de confiance. Celle-ci se traduit chez les caricaturistes du Sifflet et du Grelot par la représentation de la Vérité dans un environnement favorable : elle sort de son puits détruisant les prétentions des nationalistes et des ligueurs.

33Si Brisson reçut un accueil plutôt favorable de la part des journaux dreyfusards, Dupuy n’eut pas droit aux mêmes égards. Son ministère, mal débuté par l’affaire Fachoda, et par le manque de courage dont il fit preuve à cette occasion, fut décrié par l’ensemble des caricaturistes. Les groupes de ligueurs et les partis extrémistes ont rapidement compris qu’il était possible d’effrayer le Président du Conseil et de le manipuler en utilisant la force. C’est durant ce ministère qu’eurent lieu le plus grand nombre de manifestations et de heurts avec la police. Cette situation relance l’activité graphique. Les dessinateurs du Sifflet et du Grelot demandent la Révision tandis que ceux du Psst... ! réclament le départ des magistrats félons. Défavorable à la Révision, Dupuy fait voter par les députés le dessaisissement de la chambre criminelle de la.Cour de Cassation. Les défenseurs de Dreyfus rappellent alors les positions opportunistes de Dupuy en 1885. Il en résulte une recrudescence des charges à son encontre.

34Au regard des caricatures, le cabinet Waldeck-Rousseau n’a pas atteint son but : réunifier une France divisée. Il a, malgré tout, été perçu comme un gouvernement d’union. Le Psst... ! et le Grelot de Gravelle relèvent l’ambiguïté de la position de Millerand. Comment être socialiste et Ministre du commerce ? La présence du Général Galliffet à la tête du Ministère de la guerre dans un gouvernement républicain incite les caricaturistes antidreyfusards à défendre les généraux et à demander une armée nationaliste. Cette présence pousse les dreyfusards à défendre les conscrits face aux militaires de carrière, estimant de plus qu’ils doivent obéissance à la République. L’importante production de caricatures sur le sujet militaire prouve que l’armée reste un enjeu fondamental pour les caricaturistes des deux bords. A la veille du procès de Rennes, le Charivari insistera sur l’état désastreux dans lequel les protagonistes laissent la France.

  • 22 Les acteurs individuels sont des personnages connus, de chair et d’os. Les acteurs typiques sont d (...)

35Les caricatures contiennent un grand nombre de représentés, au-delà des Présidents du Conseil. Il s’agit des acteurs de l’affaire Dreyfus. Ces acteurs peuvent être individuels ou typiques22. Chacun des dessinateurs et chaque média utilise différemment la représentation de l’une ou l’autre de ces images.

36En règle générale, les représentations d’acteurs typiques sont plus nombreuses que celles d’acteurs individuels. Mais il faut moduler cette perception en fonction des journaux. Le Charivari est le média qui utilise le plus la représentation des acteurs typiques. Parmi l’équipe de dessinateurs de ce journal, Albert René fait exception. Son cas est particulier. Semi-professionnel du dessin, il commence sa collaboration avec le Charivari en mai 1899, publie peu mais régulièrement. Tandis que les autres dessinateurs du journal se contentent de scènes impersonnelles, Albert René charge ses personnages. L’homogénéité traditionnelle du style et de l’humour du Charivari rend étonnante la présence en ses rangs d’un tel satiriste. Albert René a été choisi par Henriot pour animer politiquement le journal, pour donner l’avis de la rédaction sur le gouvernement de la France. Si les charges d’Albert René sur le gouvernement Waldeck-Rousseau mettent en garde contre les dangers du collectivisme, il n’hésite pas à croquer Déroulède et Guérin en fantoches. Pour leur part, Drawner, Henriot et Stop se contentent de représenter des groupes professionnels, tentant d’amuser au moyen d’un humour corporatif apolitique, éloigné de l’affaire Dreyfus. Les groupes qu’ils mettent en scène appartiennent pour leur majorité à des classes moyennes naissantes et aux classes supérieures.

37L’iconographie de Hermann-Paul utilise aussi beaucoup les allégories. A l’inverse des caricaturistes mondains du Charivari, il privilégie les représentations du pouvoir exécutif et il dénonce les pouvoirs militaire et judiciaire. La situation dans laquelle il place ses personnages est révélatrice de ses sentiments. Méline, Félix Faure, Cavaignac et Dupuy sont toujours en situation de fraude, d’escroquerie, de traîtrise ou de couardise. Les caricatures d’Hermann-Paul correspondent ainsi parfaitement à ses valeurs libertaires, ainsi qu’aux valeurs des lecteurs de la Revue Blanche. La caricature est l’outil permettant l’expression du message libertaire.

38Les caricaturistes du Sifflet, de Psst... ! et de l’Antijuif réalisent des caricatures que l’on peut qualifier d’extrémistes. Elles déchaînent les passions sur les représentés. C’est à travers ces caricaturistes que l’on peut énoncer une tendance constante du dessin de presse à l’époque de l’affaire Dreyfus : moins il y a de connivences entre le caricaturiste et le caricaturé, plus les caricatures de ce dernier sont nombreuses et violentes. Cette tendance obéit à une régulation informelle, à un équilibre entre le désir de convaincre et le désir de détruire.

  • 23 Cette liste n’est pas exhaustive.

39Dreyfus et Esterhazy sont caricaturés en fonction de la sympathie qu’ils exercent sur les dessinateurs. Caran d’Ache charge Dreyfus tandis que Ibels charge Esterhazy. Il existe d’autres couples antagoniques dans les journaux de l’époque. Mercier et Picquart, Félix Faure et Emile Loubet, Méline et Waldeck- Rousseau, Cavaignac et Jaurès, Rochefort et Zola, Coppée et Pressensé, Du Lac et Zadoc-Kahn23.

40La représentation des acteurs typiques n’obéit pas à la même tendance. La répartition des professions, des institutions, des allégories ne s’établit plus dans une dualité mais elle est fonction de la présence ou de l’absence de certaines revendications chez les caricaturistes. Certains dessinateurs emploient fréquemment la représentation des acteurs typiques ; tel est le cas de Caran d’Ache D’Ache, Drawner, Forain, Henriot, Ibels et Stop. D’autres privilégient les représentations individuelles. Seul, Pépin a une production équilibrée.

41La prédilection des dessinateurs du Charivari pour les acteurs typiques renvoie à la volonté politique du journal. Mondains et républicains modérés, ils prennent garde de nommer et de charger des individus de leur monde. Ils refusent d’envenimer les positions contradictoires des participants à l’affaire Dreyfus. A l’opposé, Forain et Caran d’Ache polémiquent. Si l’Armée, la République ou des ouvriers apparaissent, ils sont nationalistes. Chez Ibels, ces mêmes représentations indiquent le contraire. La mise en scène des groupes constitués ou des allégories révèle ainsi les enjeux du dessinateur.

42Pépin, dans le Grelot, utilise aussi les acteurs typiques. Son style, bien que très proche de la charge pure, n’est pas un handicap lorsqu’il s’agit de représenter des groupes ou des institutions. Il utilise les professions comme support à des déclarations de principe : un paysan demandera l’apaisement au nom de la Nature, un officier demandera la Révision au nom de l’honneur de l’Armée.

43Ainsi, le contenu des caricatures se modifie au gré des dessinateurs. Ce changement permet de valider l’hypothèse que la caricature est un instrument de propagande. Mais le changement intervient aussi au cours du déroulement de l’affaire Dreyfus. Il y a alors une volonté de prendre en considération les évolutions de l’opinion publique. Il est plus facile de représenter ce qui est déjà admis que ce qui ne l’est pas.

  • 24 Erwin Panofsky, Essais d’iconologie, Paris, Gallimard, 1967, traduction de Bernard Teyssedre.

44En ce sens, le contenu des caricatures est un instrument de compréhension de la société qui les produit. Ce contenu, que Panofsky, étudiant les œuvres d’art, appelle la signification intrinsèque, est un « symptôme culturel qui indique la manière dont, en diverses conditions historiques, les tendances essentielles de l’esprit humain ont été exprimées par des thèmes et des concepts spécifiques »24. Par analogie, « les tendances essentielles de l’esprit humain » correspondent (entre autres) à l’opinion publique. Celle-ci est bien présente dans les caricatures, mais elle est aussi à la base de leur création. C’est parce que les dessinateurs et les lecteurs partagent une compréhension empathique du monde que les messages, que la propagande, des caricatures sont révélateurs des effets de l’opinion publique sur les dessinateurs, et vice-versa. La relation n’est pas univoque, elle est pluridimensionnelle. La caricature agit sur l’opinion publique autant que celle-ci provoque la création du dessin. C’est la totalité de la relation qui permet de saisir les valeurs et les sentiments en jeu au moment de l’affaire Dreyfus. C’est l’interdépendance entre l’émission et la réception du message qui exprime les valeurs nationalistes et xénophobes véhiculées par le camp antidreyfusard ou les valeurs de liberté et de justice exprimées par les dreyfusistes.

Après la lettre à la jeunesse d’Emile Zola

Après la lettre à la jeunesse d’Emile Zola

Pépin, Le Grelot, 19 décembre 1897
Fig. 1

Après la condamnation de Picquart et de Zola, la foule se prosterne...

Après la condamnation de Picquart et de Zola, la foule se prosterne...

Ibels, Le Sifflet, 10 mars 1898
Fig. 2

Caran d’Ache, Psst... !, 12 novembre 1898
Fig. 3

Couturier, Le Sifflet, 6 janvier 1899
Fig. 4

Après le dessaisissement de la Cour de Cassation

Après le dessaisissement de la Cour de Cassation

Chevalier, Le Sifflet, 14 avril 1899
Fig. 5

Le retour de Zola

Le retour de Zola

Caran d’Ache, Psst... !, 10 juin 1899
Fig. 6

Notes

1 Pierre Bourdieu, « L’opinion publique n’existe pas » in Questions de sociologie, Paris, Ed. de Minuit,1980, pp 222 à 235.

2 René Rémond, préface de Christian Delporte, Les crayons de la propagande, Paris, Edition du C.N.R.S., 1993, p. 6.

3 René Remond, op.cit.

4 Michel Ragon, Les maîtres du dessin satirique en France de 1830 à nos Jours, Paris, Edition Horay, 1972.

5 John Grand-Carteret, L’Affaire Dreyfus et l’image, Paris, Flammarion, 1900.

6 Philippe Roberts-Jones, La caricature française entre 1860 et 1890, Bruxelles, U.L.B., 1954.

7 Bellanger et alii, Histoire générale de la presse française, Tome 3, Paris, PU.F., 1972.

8 Ibid.

9 Archives de la préfecture de police de Paris. B.A. 1107.

10 Le Grelot 10 mars 1872

11 L’emploi du terme « dreyfusiste » permet de se situer plus spécifiquement dans le champ politique. Simone Fraisse lors de sa communication au Colloque d’Orléans indique que » Pris au sens large, le dreyfusisme réunit tous ceux qui ont cru qu’à travers le combat pour la justice, se forgeait une nouvelle société. Ceux que Blum appelle dans ses Souvenirs, les révolutionnaires (et qui acceptent aussi d’être nommé dreyfusards. Le mot perd très vite sa nuance péjorative).Enfin, sont appelés « dreyfusistes » les héritiers, les vainqueurs des élections de 1902, radicaux socialistes qui ont souscrit à la politique de Combes ». S. Fraisse, L’antidreyfusisme de gauche in Les écrivains et l’Affaire Dreyfus, Acte du colloque d’octobre 1981, Orléans, P.U.F., 1983.

12 Ibels, Les légendes du Siècle.

13 II est possible qu’un événement ne soit pas connu immédiatement par l’opinion publique de l’époque. Nous avons donc pris en considération, non pas la date historique de l’événement, mais le moment où les contemporains de 1’Affaire Dreyfus ont appris son existence. Par exemple, nous connaissons maintenant la date exacte de la mise aux fers de Dreyfus, mais ses contemporains n’en ont été informés qu’après l’effectivité du fait.

14 Afin d’établir une moyenne opératoire du temps nécessaire à l’apparition d’un événement dans un journal, les faits du procès de 1984 ont été supprimés.

15 Dans Nos humoristes (1900), Adolphe Brisson tente une typologie des dessinateurs. Il estime que les journalistes graphiques humoristes tels Henriot et Fernand Fau sont des parodistes. Cette catégorie est « un succédané du caricaturiste mais (qui) a un sens plus aigu de la réalité. Il note ce qui se passe autour de lui dans la société Cette catégorie s’oppose à une strate plus noble de dessinateurs, les satiristes, tels que Ibels et Forain..

16 La fausse nouvelle de l’évasion de son frère produite par Mathieu Dreyfus en Angleterre trouve son prolongement dans les dessins du journal durant 28 semaines et le procès Zola est commenté deux mois.

17 Paul Louis Marin, auteur de nombreux ouvrages en faveur du Capitaine Dreyfus avoue avoir été partisan de la Libre Parole avant l’intervention de Picquart.

18 Psst... ! du 18 mars 1899.

19 Le classement thématique des caricatures de l’échantillon a permis de dégager 27 éléments : Justice, Gouvernement, Vérité, Représentation des hommes politiques, Assemblée Nationale, Socialistes, Faits de l’affaire, Révision, Armée, République, Division de la France, Représentation de la Droite, Politique générale, Elections, Procès, Presse, Avenir prophétique, Représentations des hommes publics, L’affaire et les Français, Etat de la France, Lassitude, Représentation des juifs, Propagande juive, Juifs et étrangers, Juifs et France, Syndicat dreyfusard, Eglise, Syndicat antidreyfusard.

20 II faut dire que peu d’informations circulent à l’époque sur la vie de Dreyfus à l’Ile du Diable. Les gardiens ont des consignes de silence et encore aujourd’hui, seul, le manuscrit non publié de A.B. Marbaud, Dreyfus à l’Ile du Diable apporte des informations sur la vie en détention d’Alfred Dreyfus.

21 Nous avons regroupé sous le terme d’avenir prophétique des caricatures dont le sujet annonce l’avenir, tant pour les dreyfusards (fin de l’erreur judiciaire) que pour les antidreyfusards (expulsion des loges maçonniques de France).

22 Les acteurs individuels sont des personnages connus, de chair et d’os. Les acteurs typiques sont des représentations d’inconnus représentatifs d’une catégorie sociale ou une allégorie (ils sont nommés ‘groupes’ dans L’Affaire DreyfusdeA à Z (sous la direction de Michel Drouin). Nous en avons recensé 46 dans notre échantillon. Ce sont les hommes bourgeois, les femmes bourgeoises, les enfants, les mondaines, les prostituées, les voleurs, les clochards, les paysans, les ouvriers, le personnel de service, les experts, les artistes, les médecins, les académiciens, les députés, les ministres, les Intellectuels, les soldats étrangers, les civils étrangers, l’Armée, l’Etat-Major, la Chambre, le Sénat, les personnages mythologiques, la Constitution, l’Histoire, la Vérité, la Révision, la Justice, la République, les magistrats, les magistrats militaires, les magistrats de la cour de cassation, les simples soldats, les policiers, les officiers, la droite antidreyfusarde, les monarchistes, les dreyfusards, les anarchistes, les ecclésistiques, les juifs, les francs maçons, les journaux dreyfusards, les journaux antidreyfusards et enfin les Français de base.

23 Cette liste n’est pas exhaustive.

24 Erwin Panofsky, Essais d’iconologie, Paris, Gallimard, 1967, traduction de Bernard Teyssedre.

Table des illustrations

Titre LE CHARIVARI
Légende La durée moyenne est de 13 semaines(1) Les dessins sur le sujet sont permanents
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16499/img-1.png
Fichier image/png, 119k
Titre PSST… !
Légende La durée moyenne est de 6 semaines
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16499/img-2.png
Fichier image/png, 132k
Titre Le SIFFLET
Légende La durée moyenne est de 9.6 semaines(1) Les dessins sur le sujet sont permanents
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16499/img-3.png
Fichier image/png, 159k
Titre LE GRELOT
Légende La durée moyenne est de 2 semaines
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16499/img-4.png
Fichier image/png, 163k
Titre Après la lettre à la jeunesse d’Emile Zola
Légende Pépin, Le Grelot, 19 décembre 1897Fig. 1
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16499/img-5.png
Fichier image/png, 469k
Titre Après la condamnation de Picquart et de Zola, la foule se prosterne...
Légende Ibels, Le Sifflet, 10 mars 1898Fig. 2
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16499/img-6.png
Fichier image/png, 182k
Légende Caran d’Ache, Psst... !, 12 novembre 1898 Fig. 3
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16499/img-7.png
Fichier image/png, 220k
Légende Couturier, Le Sifflet, 6 janvier 1899Fig. 4
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16499/img-8.png
Fichier image/png, 390k
Titre Après le dessaisissement de la Cour de Cassation
Légende Chevalier, Le Sifflet, 14 avril 1899 Fig. 5
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16499/img-9.png
Fichier image/png, 330k
Titre Le retour de Zola
Légende Caran d’Ache, Psst... !, 10 juin 1899Fig. 6
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16499/img-10.png
Fichier image/png, 279k

Auteur

Université Paris viii - Saint-Denis

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search