Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'affaire Dreyfus et l'opinion publique

 | 
Michel Denis
, 
Michel Lagrée
, 
Jean-Yves Veillard

Première partie. L'opinion en France

Modestes considérations sur l’engagement de la société culturelle dans l’affaire Dreyfus

Pascal Ory

Texte intégral

  • 1 La problématique et la terminologie sont, en effet, déjà constituées avant la guerre et le succès (...)

1La question qui sera évoquée ici n’est pas mince puisqu’on peut y voir, tout simplement, celle des conditions d’intelligibilité des comportements humains, saisie au travers du prisme spectaculaire dénommé, depuis les années 301, “ engagement ». On entendra par engagement l’acte par lequel un individu affichera son adhésion à une initiative collective a priori étrangère à sa spécification sociale, le mode d’affichage pouvant alors aller de la prise de position privée, repérable seulement par le recours aux documents biographiques, jusqu’aux multiples formes de la publicité. Depuis l’époque même des faits, on sait que l’Affaire Dreyfus représente à cet égard un type de cristallisation extrême, par le caractère particulièrement dramatisé de l’engagement qu’elle suscita chez ses protagonistes, ce dramatisme étant lui-même dû à sa concentration dans le temps et à sa nette bipolarisation : comme affaire (d’opinion publique) la question Dreyfus s’impose en quelque sorte « à la première page des journaux » pendant environ deux ans, de la fin de l’année 1897 à la fin de l’année 1899, et elle entraîne une proportion particulièrement élevée de prises de position au sein des professions culturelles. C’est en effet à ces dernières que je vais m’intéresser ici, sans entrer dans le débat autour de l’écho, dit réel, que l’Affaire a pu trouver dans les supposées » profondeurs de la société ». Il me suffit, pour la suite de la démonstration, qu’il y ait eu nette sommation d’engagement dans les milieux considérés.

2Dès l’époque, aussi, le problème avait été posé de savoir si l’on ne pouvait pas repérer un déterminisme quelconque à l’origine de la prise de parti. Des représentants des deux camps l’avaient suggéré ou pressenti, toujours, bien entendu, pour symétriquement légitimer leur choix ou délégitimer celui de leurs adversaires. Par un renversement de perspective qui n’étonnera pas les bons connaisseurs de la période, c’est du sein des dreyfusards que montèrent alors les voix les plus éloquentes en faveur d’une interprétation idéaliste du choix — Julien Benda puis Charles Péguy —, alors que ce sont les antidreyfusards qui ont été à l’époque les plus matérialistes — le Paul Bourget de L’étape, le René Doumic de la conférence, trop peu connue, « Où sont les intellectuels ? », pour ne citer qu’eux.

  • 2 Charle (Christophe), « Champ littéraire et champ du pouvoir », Annales ESC, 1977, n 2. ; Naissance (...)

3Le progressif rapprochement de l’histoire et des sciences sociales a conduit, depuis une vingtaine d’années, à reprendre le questionnement. La publication des travaux de Christophe Charle2 a redonné du poids à l’hypothèse d’une théorie générale rendant enfin compte du positionnement des professions culturelles. On résumera la thèse de l’auteur, sans, je l’espère, la déformer, en disant qu’après avoir confronté les listes de pétitionnaires, pro et contra, à diverses informations statistiques et prosopographiques, il conclut à l’adéquation générale du choix bipolaire pro/anti avec la position du sujet opinant sur un axe dominé/dominant. On reviendra tout à l’heure sur l’ambiguïté, même limitée, qui peut subsister au sein de la première bipolarisation. Retenons seulement pour l’instant les déclinaisons de la seconde : « anciens/modernes » et aînés/cadets (« querelle de générations »), formulations qui, à l’usage, recouvrent plutôt « établis/prétendants », ce qui n’est déjà plus, on le voit, tout à fait la même chose. Chez les universitaires l’opposition se vérifie à la fois au sein d’une même discipline ou entre disciplines neuves/périphériques et vieilles/organiques ; chez les hommes de lettres, sur les axes avant-garde/tradition et obscurité/célébrité.

  • 3 Rabi (Wladimir), « Ecrivains juifs face à l’Affaire », in Leroy (Geraldi), Les écrivains et l’affa (...)

4Depuis sa sortie, cette thèse n’a cessé d’être nuancée. Le plus rigoureux critique en a été Christophe Charle lui-même qui, tout en l’exposant, a multiplié les nuances et les exceptions, au point de rendre l’usage du schéma malaisé dans plusieurs champs. De Wladimir Rabi dès 19813 à Michel Winock, à plusieurs reprises, les commentateurs ont, chacun pour son domaine, relativisé son caractère mécanique. On veut ici poser simplement quelques questions préjudicielles ou annexes, destinées à faire avancer le débat, en permettant d’en circonscrire plus nettement l’enjeu, qui me semble, surtout, avoir été mal estimé dès le départ.

  • 4 Cf. Ory (Pascal), Introduction et Chapitre 1 de : Ory (Pascal), Sirinelli (Jean-François), Les int (...)

5Un premier ensemble de critiques portera sur la position même du problème. De qui parle-t-on ? Et de quoi ? En d’autres termes repérons nous avec des critères suffisamment rigoureux d’une part les catégories concernées, nettement définies dans ce qui les distingue globalement des autres et dans ce qui les distingue entre elles, d’autre part la nature exacte de leur engagement dans l’Affaire ? Prenons d’abord la précaution de ne pas focaliser la recherche sur les seuls universitaires. La pente est trop compréhensible, qui privilégie ses semblables dont, par ailleurs, la gestion administrative des carrières facilite la prosopographie. Ce traitement de faveur pourrait se justifier par la prééminence - ambiguë - qui leur a été accordée dès le début de la mise en ordre de la bipolarisation, c’est-à-dire dès le débat éditorial Clemenceau/Barrès autour des « intellectuels », encore en italiques4. Admettre ce primat sans le discuter revient, comme sur beaucoup d’autres points, à adopter un point de vue dreyfusard, celui-là même des pétitionnaires de L’Aurore, qui entreprirent de classer leurs signatures en mettant en avant les diplômes ou fonctions universitaires.

  • 5 L’étape décisive sera la loi de 1935 portant statut du journaliste. Son auteur est un ancien dreyf (...)

6Pourtant, sans aller plus loin, l’occasion même de la mobilisation - le texte que l’on sait d’Emile Zola - montrait assez que l’étude des protagonistes de l’Affaire ne pouvait se limiter aux milieux enseignants, même élargis aux trois ordres. Entre alors en jeu un autre groupement de professions culturelles, dont la compétence est en effet abondamment mise à profit par les deux camps : celui des hommes de lettres, pour reprendre la formule d’époque, moins restrictive que celle, en voie d’obsolescence, de « publiciste ». Sous ce dernier vocable les contemporains rassemblent tout à la fois ce qu’aujourd’hui l’on essaierait de distinguer comme P» écrivain « et comme le » journaliste », alors que l’économie du temps et le droit qui l’exprime ne connaissent pas encore cette distinction5 : à la limite, l’écrivain de 1899 est celui qui peut se payer le luxe de ne pas vivre de sa plume, au contraire du journaliste. Mais dès lors qu’on a franchi ce pas, on ne peut pas s’arrêter en si bon chemin.

  • 6 Un Ministère de cette dénomination exista en effet dans le cabinet Emile Ollivier. Douze ans plus (...)

7D’une part, la presse de l’époque intègre aussi une catégorie d’artistes organiques bien caractérisée, à moins qu’il ne faille voir en elle un sous-ensemble des journalistes ; gardons lui, pour simplifier, sa spécification actuelle de « dessinateur de presse ». D’autre part, puisqu’il est question ici de légitimités mises en avant, on ne peut ignorer, même s’ils interviennent en petit nombre dans le débat, le rôle joué par les artistes des « Beaux-Arts », entendons par là ceux qui, au contraire des précédents, exercent leur activité en des lieux affectés par la société à l’exercice de leur art : architectes, peintres, sculpteurs et décorateurs, musiciens, mais aussi auteurs dramatiques, en un temps où le théâtre est à son apogée social, et, au delà, tous les gens du spectacle, depuis le chanteur jusqu’au metteur en scène, pour ne citer que deux figures dont la cristallisation sociale se situe précisément à cette époque. On demande donc ici que toute recherche à venir prenne en considération l’ensemble des professions culturelles, compte tenu des solidarités qui les unissent au sein de cette structure vivante que les contemporains réunissent sous le triptyque « Arts, Lettres et Sciences -, celui-là même qui est allé, en 1870, jusqu’à constituer un département ministériel autonome6. Au reste, dans les deux camps les sergents recruteurs des engagements ne procédèrent pas autrement, fort heureux d’avoir ici reçu le ralliement d’un Claude Monet, là d’un Henri Lavedan.

8Bref, la société culturelle que le chercheur devra à l’avenir prendre en compte, à ses risques et périls, rassemble à la fois créateurs et médiateurs, et sans exclusive a priori. Dans la première catégorie figurent à la fois les « artistes », ou producteurs artistiques, et les « savants », ou producteurs intellectuels. On prendra alors bien soin d’intégrer dans les artistes les interprêtes, au sens large du terme, qui va, par exemple, pour le théâtre du comédien au metteur en scène : Lucien Guitry ou Lugné-Poe ont été des dreyfusards reconnus comme tels. Du côté des médiateurs se situeront les enseignants et les journalistes, y compris dessinateurs. Les enseignants en question appartiendront aux deux ordres « inférieurs » du secondaire et du primaire, l’enseignement supérieur, en pleine réorganisation depuis une dizaine d’années, participant, lui, du monde savant, sans distinction significative, à ce stade, entre universités et grandes écoles. Toutes ces qualifications sont, bien entendu, à prendre dans leur globalité, sous réserve de rares cas aberrants.

9Sans doute bien des membres de ces catégories peuvent-ils participer simultanément de plusieurs activités culturelles, sans parler de la successivité qui a fait, par exemple, des deux normaliens Jules Lemaître et Ferdinand Brunetière deux critiques littéraires. Mais il suffit de se pencher sur chaque cas individuel pour constater que, pour les contemporains, les ambiguïtés n’existent pas ou ne durent guère, quitte, dans les cas limites, à ce que l’individu se dédouble par hétéronymie — Emile Chartier n’est pas Alain. A chaque moment étudié, l’individu avance sur le devant de la scène — puisqu’il s’agit toujours de cela, ne l’oublions pas : deux années de publicité, tout au plus — revêtu d’un signe principal d’autorité. La multiplicité des légitimités ne sert qu’à renforcer l’autorité principale. Maurice Barrés a beau ne cesser d’écrire dans les journaux, il a beau avoir été député, sa légitimité essentielle est celle d’un écrivain, comme en témoigne le discours de ce qu’on appelle dans ces années les « jeunes revues » à son égard. C’est pour cette raison que Scheurer-Kestner ne peut figurer dans notre champ de réflexion, car ce n’est pas, on le sait, sa qualité professionnelle initiale de chimiste qui est mise en avant, donc en cause, dans l’Affaire. Si des difficultés de catégorisation, donc de raisonnement, peuvent demeurer, c’est dans la qualification de certaines spécialités, qu’elles soient, au reste, artistiques ou intellectuelles. Ainsi, de même qu’il n’existe pas encore de « cinéastes » à l’époque — même s’il importe de pas oublier Georges Meliès dans la liste des artistes dreyfusards —, de même la sous-catégorie des « sociologues « est-elle à peine, dans ces années 1890, en train de s’ébaucher.

  • 7 Cf. sur ce point l’ouvrage de Rose-Marie Martinez, Rodin, l’artiste face à l’Etat, Paris, Séguier, (...)

10Là, en revanche, où il est clair que le chercheur s’aventure sur un terrain franchement mouvant, c’est quand il fait intervenir, pour les besoins de la démonstration, une catégorisation proprement esthétique comme celle d’« avant-garde» Terme, en effet, d’usage déjà assez courant mais dont le flou condamne, à mon sens, le recours, malgré la perche tendue aux générations suivantes par la publication de « manifestes » bien repérables, plus ou moins accompagnés de déclarations d’inféodation. D’abord parce qu’il faudrait utiliser le pluriel, l’époque considérée superposant déjà plusieurs avant-gardes successives, aux valeurs opposées, telles les écoles autodénommées « naturaliste » et « symboliste ». Ensuite parce qu’elles se sont empressées, comme il est de coutume dans l’histoire des écoles, de perdre de leur unité avec le temps, à force de départs discrets ou de ruptures solennelles. Pour cette raison même, on peut se demander si les avant- gardes des décennies précédentes le sont toujours vers 1899 — ce n’est certainement plus le cas des Impressionnistes, par exemple— et, plus fondamentalement encore, si rattacher certaines écoles à l’avant-garde n’est pas une erreur de compréhension radicale — je pense ici à l’Ecole naturaliste, au reste désormais dispersée, qui ne s’est jamais perçue comme telle. Constituer pour finir, en 1899 justement, une anti-Académie, sous l’égide d’Edmond de Goncourt, ne suffit pas à faire de vous une avant-garde. Zola n’est pas un artiste d’avant-garde — il suffit de lire ce qu’en pensent les futurs dreyfusards de la Revue blanche —, c’est un artiste discuté et populaire, ce qui est fort différent, et l’apparenterait plutôt à Rodin, autre mythifié7. Gardons nous, enfin, des erreurs de perspective : Marcel Proust n’est pas en 1899 un artiste d’avant-garde — s’il l’a jamais été —, lui dont le seul livre (Les plaisirs et les jours) est sorti, en 1896, préfacé par Anatole France.

11Prenons le cas des peintres et sculpteurs. Les Impressionnistes, si l’on veut bien continuer à les raisonner comme un groupe, n’ont sur l’Affaire aucune unité. Degas et Renoir sont antidreyfusards, Monet et Pissarro dreyfusards. Sans doute les Nabis, plus dispersés encore quoique d’histoire plus récente, sont-ils en majorité dreyfusards : ce n’est pas parce qu’ils sont nabis, mais parce que ce sont « les peintres de la Revue blanche ». Quand on cherche des œuvres peintes ou sculptées qui entretiennent avec l’Affaire un rapport direct, les noms qui s’alignent sont ceux d’artistes classés académiques par l’histoire de l’art : Edouard Debat-Ponsan, Jean-Jacques Henner, Jules Dalou. Pas plus à cette époque qu’à aucune autre, l’avant-garde esthétique ne se confond avec l’avant garde politique : vers 1900 la modernité musicale se nomme Claude Debussy, mais l’engagement social Alfred Bruneau, compositeur attitré d’Emile Zola, ou Gustave Charpentier, deux noms présents sur les programmes des grands établissements lyriques parisiens, c’est-à-dire au sommet du cursus honorum musical de l’époque.

12Au delà de toutes ces nuances demeurerait à ce stade, et quoi qu’il en soit, une dernière difficulté préjudicielle : pourquoi privilégier dans l’interprétation de l’engagement pro et anti une ou deux composantes seulement du statut social et culturel ? La thèse sociologique a eu conscience du problème, en faisant entrer en ligne de compte la solidarité de génération, sans cependant aller très loin dans cette direction, qui promet pourtant d’être féconde, à condition de ne pas se limiter au repérage des dates de naissance des individus. La lettre de rupture solennelle de la Revue blanche avec son maître proclamé Maurice Barrés, paaie dans le numéro du 15 février 1898 sous la signature du contremaître Lucien Herr, texte tout à fait exceptionnel dans ce fonctionnement encore trop mal connu qu’est l’économie d’une génération, nous indique une piste qu’il faudra suivre.

13On semble, en revanche, avoir complètement laissé de côté une autre composante de l’analyse, aussi sous-estimée dans l’analyse ultérieure qu’elle a été sur-estimée dans la polémique de l’époque : l’appartenance communautaire, et d’abord l’appartenance minoritaire, placée au premier plan par la nature du débat. Je me contenterai de signaler sur ce point une piste évidente : le poids des origines étrangères dans le choix de tant d’artistes, sans doute bien placés pour juger avec un certain recul la violence nationaliste française : le Suisse Steinlen, le Canadien Raoul Barré, l’Américaine Mary Cassatt, les Belges Théo Van Rysselberghe, Evenepoel, Maeterlinck ou Verhaeren : tous dreyfusards. En un mot comme en cent, si l’on admet que chaque individu est au croisement de plusieurs plans de détermination, tels, outre l’âge et le statut, la génération proprement dite -définissable par rapport à des généalogies intellectuelles et des figures cristallisatrices-, la position religieuse, le type de formation, les sociabilités familiales ou les solidarités communautaires, l’analyse de son engagement doit en rendre compte.

14Supposons maintenant que nous nous soyons entendus sur les catégories observées, en les ayant définies avec plus de finesse que jusqu’à présent. Une dernière difficulté subsiste : comment raisonner valablement sur ces sujets engagés dès lors que l’on ne peut ou veut prendre en considération le temps et, surtout, la nature de l’engagement ? Le temps en question sera moins affaire de date que d’époque. Il permettrait, si on disposait des informations nécessaires pour le préciser, de distinguer entre divers types de stratégie. Quant à la nature, ce n’est quand même pas une petite affaire. Laissons même de côté les cas de palynodies, qui ne peuvent nous être connues qu’aléatoirement, au hasard des documents subsistants et des célébrités ultérieures. Il reste qu’on ne peut faire l’économie d’une réflexion sur les degrés, fort différents, d’engagement.

15Je suggère d’en distinguer au moins quatre, étant bien entendu que toute analyse plus poussée conduirait à en augmenter le nombre, mais sans doute pas au profit de la clarté de la démonstration — si démonstration il doit rester. Un premier degré de l’engagement se limitera à des manifestations privées, dont on ne saurait cependant mépriser l’efficace, au sein de tel ou tel réseau et face à une question qui a longtemps conservé le caractère d’une affaire particulière non d’un débat général, susceptible, par exemple, d’être transposé en affrontement électoral - les élections de 1898 sont là pour le prouver, par l’absurde. Le deuxième cercle est celui qui, jusqu’à présent, a le plus mobilisé l’enquête sociologique : il est le seul susceptible d’un traitement statistique via l’engagement pétitionnaire, qui permet aux divers camps de se « mesurer dans tous les sens du mot. On ne peut évidemment le confondre avec cette sorte d’engagement du troisième type qui conduit à la mise à contribution publique des compétences. C’est Anatole France gauchisant son Histoire contemporaine, Debat-Ponsan peignant son Nec Mergitur, Forain et Caran d’Ache lançant le Pstt... ! etc.

16On pourrait s’arrêter là. Je propose pourtant un quatrième type d’engagement, comme une forme extrême du précédent mais dont on sentira toute la différence, puisqu’il s’agit de la mise à contribution des compétences non plus seulement au service de la propagande mais dans la discussion technique elle- même autour de la culpabilité de Dreyfus. C’est tout le sens de l’intervention des chartistes dreyfusards (Giry, Meyer, Molinier, Paris) au procès Zola — l’Affaire Dreyfus est, intrinsèquement, une affaire de paléographie — ou de la lettre ouverte de Gabriel Monod, le 5 novembre 1897. Arrêtons là, sans entrer plus avant dans la dissection des modalités d’engagement : on aura compris qu’on veut seulement plaider pour le rééquilibrage du quantitatif par le qualitatif, pas exclusif, pour autant, d’une solide catégorisation.

17En effet, les précautions qui précèdent, si elles ont rendu plus compliquée l’interprétation sociologique, ne l’ont pas récusée. Encore faut-il s’entendre sur le sens à donner à la thèse de la dominance. La classe d’âge, par exemple. Retenons, comme un acquis précieux, que l’analyse des dates de naissance des « écrivains » dreyfusards confirmerait une moyenne d’âge plus basse que celle de leurs adversaires. Il paraît difficile d’aller plus loin dans l’enquête : nous ne possédons aucun moyen de mesure de l’âge des journalistes ou des étudiants impliqués. Les témoignages dont on dispose sur la mobilisation antidreyfusarde de la « Jeunesse des écoles » laissent à penser que l’extrapolation est difficile. La mise en parallèle des âges, connaissables et connus, des porte-parole ou porte-plume des deux camps ne permet pas de tirer des conclusions très nettes. Dans le milieu des dessinateurs de presse, par exemple, on ne constate aucune différence sensible entre tous ces enfants ou neveux du Chat Noir.

  • 8 Compagnon (Antoine), La Troisième République des lettres, Paris, Le Seuil, 1983.
  • 9 Duclert (Vincent), « Les savants », in Drouin (Michel), L’affaire Dreyfus de A à Z, Paris, Flammar (...)

18La prise en considération de la spécialité est déjà beaucoup mieux soutenable. Comme Antoine Compagnon l’a montré pour le petit milieu des professeurs de littérature de la Sorbonne8, comme est en train de le montrer Vincent Duclert pour les savants9, l’Affaire peut servir de révélateur à l’identité de corps des disciplines. Ainsi le dreyfusisme prédomine-t-il dans les sciences expérimentales. Mais la situation des disciplines littéraires et philosophiques est déjà plus complexe. On ne devra pas perdre de vue que ce secteur se distingue des trois autres (« Droit », « Médecine » et « Sciences ») par la mise en concurrence de ses universitaires avec des producteurs intellectuels, beaucoup plus nombreux, issus d’autres circuits de légitimation que l’Université, généralement adverses : l’Eglise — y compris les Facultés catholiques —, les sociétés savantes, les revues académiques, etc. Une analyse sociologique compréhensive n’aura garde d’oublier que l’historien de 1899 n’est que secondairement un universitaire ; c’est d’abord un érudit local, ensuite un écrivain, parfois un notable. On peut même sans doute placer à cette époque la séparation, dont le père fondateur serait Taine, entre une histoire universitaire et une histoire que je qualifierai d’académique, destinée à rester dominée, pendant une génération, par l’Action française. Le phénomène a sans doute ses équivalents dans l’univers philosophique, où un Théodule Ribot a son Gustave Le Bon comme un Charles Seignobos aura son Jacques Bainville. Au reste, la contradiction peut subsister au cœur même de la citadelle dite positiviste : l’évolution caractérisée de Gabriel Monod ne doit pas faire oublier que le co-fondateur de la Revue historique, Gustave Fagniez, va à l’occasion de l’Affaire bifurquer décidément vers l’Action française.

19Il devient dès lors difficile de situer fermement les choix pro et anti des élites culturelles sur un axe dominants/dominés. Ni Debat-Ponsan, qui sera président de la Société des Artistes français, ni Henner, mascotte de l’Institut, ne sont des dominés. Au reste, si l’on s’arrête à l’Institut, terre par excellence des établis, le schéma fonctionne mal. L’Académie française comprend en son sein une minorité agissante anti, l’Académie des sciences comprend, elle, une minorité agissante pro, et l’ensemble des cinq académies se signale plutôt par sa prudence. A la Française même Anatole France est loin d’être l’isolé qu’on voit parfois en lui. Il y est flanqué de dreyfusards convaincus appartenant aussi bien au cercle des « hommes de lettres », tel Sully-Prudhomme, que des « savants », tel Gaston Paris -cette Académie française qui, dans quelques mois, va élire en son sein un Georges de Porto-Riche-.

20Christophe Charle a montré, chiffres à l’appui, tout en faisant place à maintes exceptions, les réticences des universités de province et, plus généralement, de l’Université à suivre le mouvement révisionniste, par rapport aux grandes écoles parisiennes. La question demeure posée de savoir si c’est être dominé que d’avoir à ses côtés les administrateurs de l’Ecole des Chartes (Paul Meyer), de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (Gabriel Monod), de l’Ecole Libre des Sciences Politiques (Emile Boutmy), de l’Institut Pasteur (Emile Duclaux) ou du Collège de France (Gaston Paris)... Au reste, il serait tout aussi aventuré d’inférer quoi que ce soit de ce premier constat à propos de l’ensemble de la catégorie concernée — comme on l’a pourtant fait-, puisque les traditions de libéralisme intellectuel des établissements en question faisaient que, par exemple, le directeur de l’Ecole des Chartes n’était pas suivi par la majorité de son corps enseignant ni de son corps étudiant et que le choix de Boutmy n’était pas celui de son plus prestigieux professeur, Albert Sorel. Mais, du coup, on devra se méfier avant de raisonner sur une distinction grandes écoles/universités : les deux ensembles apparaissent singulièrement hétérogènes. Contentons nous de constater que la partie de la thèse selon laquelle plus on s’approcherait des lieux d’élaboration de la théorie du pouvoir (le droit civil, par exemple), moins on serait dreyfusard, doit être fortement nuancée par la considération de tous ces notables devenus dreyfusards malgré leur double reconnaissance par leurs pairs et par les pouvoirs publics.

21« Malgré » ou « à cause » ? La théorie sociologique simple est obligée de reconnaître qu’il existe dans le camp antidreyfusard bien des exemples de marginalité. On a déjà vu que c’était le cas pour certaines disciplines universitaires. Face à un Duclaux, même couvert d’insultes, face à un Edouard Grimaux, même sanctionné, le marginal c’est bien Alphonse Bertillon, chef du Service d’anthropométrie de la Préfecture de Police. Ça ne l’est pas moins souvent chez les hommes de lettres ou les artistes. Si les ténors de la critique sont des figures de l’antidreyfusisme (Brunetière, Faguet, Lemaître), les auteurs populaires sont souvent, contrairement aux apparences, dans l’autre camp, même si ce n’est pas toujours avec la visibilité de Zola ; ainsi des deux grands auteurs à succès du temps, Victorien Sardou, pour la vieille génération, et Edmond Rostand, pour la nouvelle. Dans la presse les figures dominantes de l’antidreyfusisme sont des figures tribuniciennes déjà bien situées, entre éternel-opposant et tombeur-de-ministère : Henri Rochefort et Edouard Drumont. Elles sont flanquées de personnalités connexes d’opposants structurels, tel Arthur Meyer, directeur d’un journal monarchiste. Le destin d’un Ernest Judet montre bien la sanction qui frappe un engagement trop net : à la fin, le directeur de la rédaction du Petit journal, trop marqué anti, doit s’en aller diriger un titre de moins grande audience. Au sens strict, il se marginalise.

22Si par « dominants » on signifie l’appartenance à ce que j’appellerai, grossièrement mais pas inexactement, l’Ancienne-Culture, réunissant les deux caractéristiques d’être catholique et autoritaire ; si, par là, on l’oppose à une Nouvelle- Culture, laïque et libérale, alors on enfonce des portes ouvertes. D’autant plus qu’il va de soi que, par ailleurs, ces deux camps sont, dès qu’on les étudie de près, de composition très complexe. Parmi les catholiques figure un contingent bien repérable et, pour des raisons faciles à comprendre, fort actif, de convertis de fraîche date, dont le meilleur exemple reste Brunetière, et il est rejoint par un contingent d’agnostiques conservateurs, où figurent rien de moins que l’écrivain le plus illustre de sa génération, Barrés, et le président de la principale organisation anti, Jules Lemaître, influencé, comme Brunetière, par le darwinisme social, sans parler du jeune Maurras. Symétriquement, il n’y a rien de surprenant à voir finalement réunis dans la même campagne révisionniste un libéral bon teint comme Emile Boutmy et un libertaire affiché comme Jean Grave. J’ajouterai, pour aggraver mon cas, qu’on doit aussi tenir compte de la nature de leur dreyfusisme, pour constater que ces deux personnalités antithétiques sur à peu près tout sont, pour ce qui nous importe, deux dreyfusards modérés : on sait assez qu’il est impossible dans ce camp de superposer le radicalisme politique au radicalisme dreyfusard, et que, de droite à gauche, Ludovic Trarieux, Jean Jaurès ou Sébastien Faure furent plus engagés que Léon Bourgeois, Jules Guesde ou Jean Grave.

23On comprend dès lors que la solidité idéologique des deux camps n’ait pu être durable, mais qu’à tout prendre ce fut celui des vaincus qui résista le mieux, puisqu’il n’avait pas à gérer une victoire, et ses conséquences institutionnelles. La dissidence claironnante du groupe Péguy n’est pas le seul exemple, précoce, de ces contradictions de vainqueurs. Quelques mois après le Procès de Rennes naît la Revue de synthèse historique d’Henri Berr, qui fonctionne fondamentalement comme une anti-Revue historique. Dans la foulée de cette création, l’une des principales polémiques historiographiques du temps opposera, en 1903, deux dreyfusards, François Simiand et Charles Seignobos.

24Au fond, l’interprétation de l’Affaire Dreyfus par l’histoire intellectuelle part d’une idée reçue, déjà présente chez Péguy, selon laquelle les dreyfusards, vainqueurs politiques de la confrontation, ce qui ne paraît pas niable, ont, dans la foulée, conquis des positions de pouvoir culturel ; que la seule limite à cette victoire est venue de leurs désunions, qu’elles soient politiques (les collectivistes se séparant derechef des libéraux) ou éthiques (la « mystique » s’éloignant, écœurée, de la « politique »). On doit, au contraire, se demander s’il ne faut pas inverser l’analyse. Là où les dreyfusards sont les mieux placés, c’est dans la partie de la société culturelle la plus proche du pouvoir central : voici le point de départ de l’histoire intellectuelle de l’Affaire, qui est une histoire essentiellement postérieure au temps de l’engagement. Or l’étape suivante se situe dans les années 1910. Il importe peu qu’une certaine relecture de droite ait exagéré le « retour aux valeurs » traditionnelles de la société culturelle de cette époque ; toutes les analyses dont on dispose confirment que l’on est là devant la période de plus nette hégémonie d’une forme renovée de l’Ancienne-culture : la culture nationaliste, exemplarisée par l’Action française. Or l’examen des généalogies intellectuelles montre que ce dynamisme nouveau puise ses racines dans l’Affaire Dreyfus.

25En d’autres termes, si l’on veut à tout prix trouver des jeunes et des dominés de 1899 en train de forger le levier qui ébranlera la domination de leurs aînés, c’est d’abord du côté de la droite qu’il faut les chercher, secondairement du côté de la gauche. Après tout, quand, après la réforme de l’Ecole Normale Supérieure, Péguy va se déchaîner contre Ernest Lavisse, présenté comme le bourreau de Brunetière au nom de mesquins règlements de compte dreyfusistes, il désigne en fait du doigt le type achevé de ces intellectuels qui jusqu’au bout ont prêché l’Union, c’est-à-dire, en fait, refusé de choisir. Position minoritaire qui ne leur a attiré que des rebuffades, des deux côtés, et s’est donc soldée par un échec. Ces trois patriarches qu’étaient respectivement pour les trois ordres des Lettres, des Sciences et des Arts Ernest Lavisse, Marcelin Berthelot et - il faut bien insister sur ce point - Auguste Rodin, ces trois Etablis-types se signalèrent en l’Affaire par leur silence assourdissant.

26Récapitulons : d’un côté, il me semble que l’analyse des conditions d’engagement des professions culturelles est encore posée avec trop peu de rigueur ; de l’autre, il me paraît difficile de repérer plus de cas de déterminisme simple, par situation sur une échelle dominant/dominé, que d’exceptions à cette loi, qui, du coup, ne peut en être une. Est-ce à dire qu’il faudrait renoncer à toute interprétation par le social ? Et de là par le général ? Cette conclusion ne serait scandaleuse que pour ceux qui croient que l’individu est nécessairement interprétable. Mais on n’aura pas besoin de se scandaliser : il se trouve, simplement, que cette conclusion, nous ne la partageons pas.

27On voudrait, tout aussi simplement, mettre en valeur à ce stade la notion de réseau. Dans la société culturelle le réseau rapproche dans une sociabilité plus ou moins réglée les confesseurs des mêmes valeurs, qu’on les décline en éthique ou en esthétique. Sans doute le réseau se construit-il à partir de données sociales qui lui sont extérieures : les probabilités d’adhésion au réseau augmenteront fortement en fonction des déterminations originelles déjà mentionnées : âge, patrimoine, type de formation, etc., et parfois le réseau ne sera que la surévaluation de l’un de ces caractères hérités. Plus souvent, cependant, il sera moins la résultante des traits originels que le fruit d’une configuration originale ; il pourra, d’autre part, se renouveler, parfois sur plusieurs générations, par l’agrégation d’individus différemment déterminés. La constitution du groupe de la Revue blanche appartient au premier cas de figure, le destin des mouvances politiques se rattachera au second.

28On voit ainsi fonctionner, parfois se réactiver, au sein des dreyfusards un réseau anarchiste, un réseau libéral, un réseau protestant, un réseau juif, un réseau alsacien, mais aussi un réseau des « jeunes-revues », voire un réseau clemenciste ; au sein des antidreyfusards, un réseau boulangiste, un réseau catholique, un réseau monarchiste, un réseau des revues académiques. Il est facile de mettre des noms derrière toutes ces épithètes, et quelques autres. Prenons les anarchistes. On a trop glosé sur les hésitations, les divisions, les contradictions d’un milieu par définition multiforme. Ce qui importe ici, c’est l’efficacité d’un certain réseau anarchiste, dès lors qu’il est mis en branle au service du dreyfusisme : outre Bernard-Lazare, citons seulement les noms de Félix Fénéon, Henri Ibels, Maximilien Luce, Constantin Meunier, Camille Pissarro et son fils Georges Manzana, Paul Signac, Laurent Tailhade ou Félix Valloton. L’Hommage à Picquart, par exemple, est essentiellement structuré par le réseau anarchiste.

29Bien entendu, un même individu pourra appartenir à plusieurs réseaux, ce qui tout à la fois pourra déterminer encore plus lourdement son choix et faciliter l’interconnexion des réseaux. Ainsi Fénéon ou Ibels sont-ils à la fois du réseau anarchiste et du réseau Revue blanche, ainsi le réseau libéral se redouble- t-il souvent d’un réseau protestant, etc. Peut-être d’ailleurs les réseaux les plus solides sont-ils ceux qui croisent confession et professions ; la lecture du Journal de Jules Renard nous montre en grandeur nature le fonctionnement d’un réseau des « naturalistes de théâtre », qui unit, pour des raisons fonctionnelles faciles à comprendre, des auteurs, des metteurs en scène, des directeurs de salles, des comédiens et des journalistes. La surprise qu’a pu être la prise de position d’un Barrés ou d’un Albert Sorel pour certains dreyfusards, ici Léon Blum, là Gaston Paris, tient à la méconnaissance, peut-être volontaire, de ce type de multi-appartenance.

30Ceci étant posé, il n’y a rien de fatal. Certains réseaux fonctionnent moins bien que d’autres sur l’Affaire — Le Mercure de France n’aura pas l’activisme de la Revue blanche —, d’autres n’y résistent pas : c’est que ce ne sont pas de vrais réseaux, telle l’Union pour l’Action Morale, ou que ce n’en sont plus, comme le défunt Parnasse, partagé entre Coppée d’un côté, Sully-Prudhomme ou Catulle Mendès de l’autre. A l’inverse, toute une partie de l’histoire intellectuelle ultérieure est incompréhensible sans la prise en compte de la survie d’un réseau proprement « dreyfusard », jusqu’aux abords de la Seconde guerre mondiale — en miroir d’un réseau d’Action française, tout aussi clair.

31Au sein des réseaux les plus solides, on trouvera encore des exceptions remarquables. A la Revue blanche elle-même, qui finira par se transformer en organe central du dreyfusisme, Pierre Louys s’éloigne, après Lucien Muhlfeld et Pierre Veber, et Alfred Jarry, collaborateur épisodique dès 1896, régulier à partir de 1900, est resté très en retrait. Il faut, en effet, se garder de juger a posteriori comme « allant de soi » certaines prises de position. Dans le cas de Jarry, une certaine fidélité aux valeurs du symbolisme pouvait, au contraire de l’évolution de certains autres membres de l’Ecole, conduire à une éthique du refus de responsabilité. La meilleure vérification de cette prudence interprétative passe par la considération des évolutions ultérieures : seule notre position facile de prophète du passé nous permet d’interpréter le passage d’Urbain Gohier ou d’Hermann-Paul à l’antidreyfusisme, ou toute la dissidence péguyste.

32Et c’est là que l’on peut mieux comprendre pourquoi, à mon sens, si la réponse est peu encourageante pour la pensée catégorielle, voire catégorique, c’est d’abord parce que l’exemple a été mal choisi. Pourquoi ne pas penser que le déterminisme social vaut essentiellement pour des déterminations... sociales ? Le regard sociologique garde toute sa force de conviction dès lors qu’il s’agit de montrer la forte part de reproduction qui gît dans les généalogies et les topographies économiques : qu’il s’agisse du choix professionnel, du choix conjugal ou du choix esthétique, les études confirment le poids décisif du milieu. Mais le mécanisme commence à se gripper dès que l’on aborde le terrain politique, et plus encore si l’on passe à ce domaine mal défini et pourtant si prégnant, auquel se rattache l’Affaire : l’éthique. Ici le poids du milieu se trouve rééquilibré par celui du rapport au milieu, donc de la cristallisation individuelle. Il s’agit toujours de déterminisme, mais réactionnel, et la sociologie doit faire sa place à la psychologie. Sans cette prise en compte on se prive d’un outil capital d’intelligibilité du comportement individuel ; on ne comprend plus guère, en particulier, la logique des associations et dissociations personnelles provoquées par l’Affaire.

  • 10 Pour Lazare la preuve en est administrée par le parallèle Lazare/Herr des Souvenirs sur l’Affaire.

33Ma conclusion sera donc simple, et un peu brutale. Il existe bel et bien deux histoires. Une histoire des objets qui, par définition, demandera toujours raison au collectif, une histoire des sujets, qui objectera toujours que tout individu est, en dernière instance, arbitrage entre un milieu et — osons le mot, il n’a pas perdu toute réputation scientifique — un caractère. Aucun sociologue de 1897 — l’année des Régies de la méthode sociologique — ne pouvait prévoir que les deux « hommes de lettres » qui joueraient le rôle le plus décisif pour sauver l’honneur d’un militaire issu de la bonne bourgeoisie juive seraient respectivement un essayiste juif anarchisant et un romancier non-juif à grands tirages soucieux de respectabilité : deux personnalités, notons le au passage, ne disposant que d’une très faible autorité intellectuelle10. Nous sommes ici dans le qualitatif, assurément, mais qui dit mieux ?

34L’enjeu d’une histoire culturelle est là tout entier.

Notes

1 La problématique et la terminologie sont, en effet, déjà constituées avant la guerre et le succès sartrien que l’on sait.

2 Charle (Christophe), « Champ littéraire et champ du pouvoir », Annales ESC, 1977, n 2. ; Naissance des « intellectuels » 1880 - 1900, Paris, Editions de Minuit, 1990.

3 Rabi (Wladimir), « Ecrivains juifs face à l’Affaire », in Leroy (Geraldi), Les écrivains et l’affaire Dreyfus, Paris, PUF, 1983, pp. 17 à 25.

4 Cf. Ory (Pascal), Introduction et Chapitre 1 de : Ory (Pascal), Sirinelli (Jean-François), Les intellectuels en France de l’Affaire Dreyfus à nos purs, Paris, Armand Colin, rééd. 1992.

5 L’étape décisive sera la loi de 1935 portant statut du journaliste. Son auteur est un ancien dreyfusard, ami intime de Blum, chez qui ce dernier écrira, la même année, ses Souvenirs sur l’Affaire, Paul Grunebaum-Ballin.

6 Un Ministère de cette dénomination exista en effet dans le cabinet Emile Ollivier. Douze ans plus tard, Gambetta tenta un « Ministère des Arts ».

7 Cf. sur ce point l’ouvrage de Rose-Marie Martinez, Rodin, l’artiste face à l’Etat, Paris, Séguier, 1993.

8 Compagnon (Antoine), La Troisième République des lettres, Paris, Le Seuil, 1983.

9 Duclert (Vincent), « Les savants », in Drouin (Michel), L’affaire Dreyfus de A à Z, Paris, Flammarion, 1994, pp. 490 à 495.

10 Pour Lazare la preuve en est administrée par le parallèle Lazare/Herr des Souvenirs sur l’Affaire.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540