Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'affaire Dreyfus et l'opinion publique

 | 
Michel Denis
, 
Michel Lagrée
, 
Jean-Yves Veillard

Allocution d'ouverture

Pierre Heurtin

Texte intégral

1Je voudrais tout d'abord, si vous le voulez bien, remercier les familles d'Alfred et de Mathieu Dreyfus et Madame Françoise Basch de leur présence à ce colloque, dans une ville qui, cela nous a été rappelé hier soir, nous le savions déjà mais sans avoir autant de précisions, n'a pas réservé à leurs ancêtres l'accueil que nous aurions voulu que Rennes leur réserve alors.

2Je voudrais remercier Madame Madeleine Rébérioux, présidente de la Ligue des Droits de l'Homme, pour son introduction au colloque, pleine de fougue, de nuances aussi, et surtout de la sympathie profonde avec laquelle hier soir elle nous a présenté Victor Basch. Je voudrais dire à Madame Françoise Basch combien le portrait qu'elle nous a fait de son grand-père, dans la tourmente de l'Affaire à Rennes rempli de verve, de tendresse, de compréhension et de critique amusée nous a ravis et combien nous nous sentons maintenant plus proches encore de Victor Basch et comprenons beaucoup mieux précisément, le rôle qu'il a joué dans la formation et la cristallisation d'une opinion publique rennaise et, au-delà, favorable au capitaine Dreyfus, dans le contexte de cette atmosphère rennaise générale qu'il décrit comme « ardemment cléricale et résolument antisémite ».

3Je crois pouvoir dire, au nom de tous ceux qui dans cette ville, ont été nourris de cette histoire que nous évoquons aujourd'hui que c'est toujours avec émotion que nous accueillons ici les membres de vos familles, toutes celles et ceux qui à un titre ou à un autre ont travaillé et travaillent toujours à tenter d'élucider les mécanismes de la machination.

4L'affaire Dreyfus est une affaire toujours actuelle et l'angle d'étude que vous avez choisi apparaît au profane comme complémentaire de ce qui a déjà été jusqu'à présent étudié : cette opinion publique qui dans un sens ou dans un autre, a joué un tel rôle dans le développement de l'affaire, ici, en France et dans le monde entier, donnait un retentissement mondial aux événements à l'affaire, déchirant les familles, les villes, les nations. Ils n'en ont pas encore parlé... ils en ont parlé !

5Nous avons les uns et les autres à titre divers à exercer le « devoir de savoir » comme le disait hier Madame Rebérioux et les éminents spécialistes que vous êtes qui sont réunis pour ces journées et qui viennent justement du monde entier, ne sont pas là uniquement pour la célébration d'un centenaire.

6Nous avons le devoir de savoir, de comprendre, de dire et d'agir. Ce colloque est aussi comme le symbole de ce combat permanent que nous avons à livrer et à gagner de nouveau chaque jour et les rennais d'aujourd'hui, ne peuvent à l'évidence être absents de ce combat là. A cause de son Université où professeurs et étudiants, emmenés par Victor Basch autour de la mémoire duquel nous nous sommes rassemblés hier soir, se sont mobilisés il y a cent ans avec la Ligue des Droits de l'Homme pour la défense d'un innocent, contre l'antisémitisme, le racisme, la xénophobie, l'exclusion. Et il nous faut tout particulièrement remercier le professeur Michel Lagrée pour sa participation à l'organisation et au déroulement de ce colloque. Rermercier, pour les mêmes raisons l'Institut d'Etudes Politiques de Rennes et le professeur Michel Denis.

7A cause de son Université, mais aussi à cause de l'histoire même de cette ville. Rennes a changé depuis l'affaire Dreyfus et depuis que Victor Basch nous en a fait une description affreuse, dans son rejet haineux des autres : communautés israélite et protestante. Son maire Edmond Hervé et toute son équipe ont voulu fortement qu'il en soit ainsi. Si vous vous promenez dans nos rues, et regardez les plaques qui les dénomment ainsi que nos institutions, vous pourrez retrouver les dénominations déjà anciennes de Lycée Emile Zola, de rue Victor Basch et puis plus récentes, la rue du Capitaine Alfred Dreyfus, la rue Démangé, la rue Labori. Vous pourrez, dans le jardin du Lycée Emile Zola, voir la représentation de la dégradation par le sculpteur israélien Tumarkin.

8Et surtout dans ces lieux qui nous accueillent, la Ville de Rennes par l'intermédiaire du Musée de Bretagne et plus précisément de son Conservateur Jean- Yves Veillard, troisième artisan du colloque, a reçu la donation de la famille Dreyfus il y a quelques années, fonds qui est destiné à prendre place dans la salle Dreyfus du Nouvel Equipement Culturel qui s'apprête à bientôt sortir de terre. Pour ce fonds d'un intérêt majeur, nous vous redisons Madame, Monsieur notre profonde gratitude.

9Pour toutes ces raisons Mesdames et Messieurs les professeurs et les chercheurs qui venez ici de près ou de loin pour entrecroiser les résultats de vos travaux, soyez remerciés. Nous vous accueillons respectueusement, mais si vous le voulez bien aussi amicalement, car ce qui nous rassemble ici bien sûr, c'est la référence aux mêmes valeurs, dont l'affaire Dreyfus a fini par montre qu'elles peuvent et doivent être capables de triompher. Mais nous savons bien aussi tous que leur victoire est toujours fragile et nous vous remercions de nous aider, par le savoir renouvellé qui va sortir de vos travaux, à exercer mieux nos responsabilités dans ce monde cahotique, de nouveau souvent haineux, xénophobe et raciste, et à lutter pour la construction d'un monde toujours plus humain, toujours plus fraternel, toujours plus solidaire au delà des diversités, des traditions religieuses et des origines ethniques.

Auteur

Maire adjoint de Rennes

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540