Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'affaire Dreyfus et l'opinion publique

 | 
Michel Denis
, 
Michel Lagrée
, 
Jean-Yves Veillard

Introduction

Michel Denis et Jean-Yves Veillard

Texte intégral

1L'organisation à Rennes d'un colloque en 1994 sur le thème L'Affaire Dreyfus et l'opinion publique en France et à l'étranger pouvait sembler être en porte-à- faux. On écartera l'objection de la date, car c'est bien l'opinion qui, par presse interposée, s'en prend, à l'automne 1894, à la mollesse du Général Mercier. Et quand le 1er novembre, le journal de Drumont, La libre Parole, fait sa manchette « Haute trahison. Arrestation de l'officier juif Alfred Dreyfus », c'est l'opinion qui est interpellée.

2Le lieu paraît plus étrange, même si d'emblée s'impose l'image de l'été 1899, du second Conseil de Guerre, dans cette ville mise sous haute surveillance policière et militaire. L'argument de la présence de nombreux journalistes français et étrangers, la crainte des réactions de l'opinion publique, notamment à l'étranger, du boycott de l'exposition universelle de 1 900 devant le scandaleux jugement du 9 septembre peuvent être évoqués. Mais la raison profonde est plus récente et plus personnelle. En 1978, Jeanne Pierre-Paul Lévy, la fille d'Alfred et Lucie Dreyfus donnait au musée de Bretagne un ensemble de près de 4 000 documents dont la partie la plus originale consistait en des témoignages de soutien ; de la lettre au télégramme, de la pétition à l'album d'hommage ; témoignages d'inconnus ou de personnalités de Victor Basch à Gabriel Monod ; témoignages provenant de France, mais aussi du monde entier, de l'Uruguay au Japon. A un moment où s'amorçait la réalisation de la promesse faite d'une exposition permanente autour de ce fonds qui, depuis 1978, a continué de s'accroître, l'organisation d'un colloque relevait d'une ardente obligation et le thème de l'opinion publique de la pertinence.

  • 1 Voir, notamment, M. Agulhon, La République, de Jules Ferry à François Mitterand, Paris, 1990 ; M. (...)

3L'affaire Dreyfus marque sans doute le point culminant du long et difficile combat mené par les Français pour la construction de leur démocratie et de leur République ; et en ce sens elle est bien une crise du xixème siècle. Après avoir imposé le suffrage universel dès 1848, après avoir arraché les grandes libertés publiques dans les années 80, c'est encore l'opinion qui cette fois subordonne définitivement les castes et les clans à l'Etat de droit, c'est l'opinion qui rend à un régime d'origine étriquée et d'inspiration « orléaniste » sa charge progressiste, c'est l'opinion qui fait prévaloir durablement la supériorité des Droits de l'Homme sur la raison d'État. Bref, l'Affaire est un moment essentielle dans l'élaboration du « modèle républicain »1.

  • 2 Ch. Charle, Naissance des intellectuels », Paris, 1990.
  • 3 I. Kristol, Reflections of a Neoconservative, New-York, 1983.

4A elle seule cette dimension suffirait à justifier l'attention des historiens. Mais l'affaire Dreyfus n'est pas seulement le couronnement d'un passé, elle est aussi l'amorce de problématiques nouvelles. C'est notamment la naissance du corps des intellectuels, gardien vigilant à travers tout le xxème siècle des valeurs idéalistes de justice et de liberté2. Mais c'est surtout la première fois que les citoyens découvrent massivement que leur devoir ne se limite pas à une participation aux élections et que le système représentatif n'épuise pas la démocratie. Celle-ci ne peut se réduire à « un ensemble de règles et de procédures », comme le suggère la managerial conception en vogue aux États-Unis en cette fin de xxème siècle3 ; mais elle implique au contraire un minimum de vertu civique et même de militantisme : entre les scrutins les électeurs gardent des devoirs - qui sont aussi des droits - afin que la société civile surveille l'État. Autrement dit l'intervention de l'opinion publique dans l'affaire Dreyfus marque le passage à une nouvelle phase dans l'approfondissement du processus démocratique ; et en ce sens elle annonce bien notre temps.

  • 4 Sur l'Affaire comme source du populisme, voir J.-P. Rioux, « Naissance du xxeme siècle », L'histoi (...)

5Mieux encore, ce colloque peut éclairer l'actualité la plus proche. En effet, cent ans après, est-on sûr que la France antidreyfusarde soit morte ? On ne pense pas ici aux héritiers de ceux qui ont fait le coup de poing sur les boulevards parisiens à l'appel de la Ligue des Patriotes ou de la Ligue antisémite, mais à la masse des indifférents qui, moins par idéologie que par préjugé, est toujours prête à se laisser entraîner par les messages de racisme, de xénophobie ou de nationalisme vers le rejet d'autrui. Si l'affaire Dreyfus s'est traduite par la victoire finale des élites républicaines, elle a été aussi le premier champ d'expérience d'une manœuvre plusieurs fois tentée depuis ce temps, l'utilisation du mécontentement et de l'irritation populaires par les adversaires des valeurs démocratiques ; et en ce sens elle est une leçon permanente4.

  • 5 Cité et traduit par P. Calheiros, « L'impact de l'affaire Dreyfus au Brésil et au Portugal », dans (...)

6Enfin l'examen des réactions de l'étranger face à l'affaire Dreyfus peut nous aider à mieux comprendre les conditions dans lesquelles se renforcent et s'enracinent l'amitié ou le mépris entre peuples. Chez ceux qui n'aimaient déjà pas la France, chez ceux qui cultivaient les griefs à son encontre, comment l'Affaire n'aurait-elle pas fourni de nouveaux arguments ? Bien au-delà de la réussite de l'Exposition universelle de 1900 c'est l'image du pays tout entier qui est en jeu, avec des conséquences économiques et diplomatiques majeures. Le camp des francophobes risque de se gonfler des amoureux déçus, tels le grand écrivain portugais Eça de Queiros qui ne mâche pas ses mots au lendemain du procès de Rennes : « La France n'a jamais été une exaltée de la Justice, ni même une amie des opprimés. Ces sentiments de haut humanisme appartiennent uniquement à une élite... Je ne nie pas que cette élite ait vers 1840 réussi à propager son sentiment dans la large bourgeoisie ramollie par l'éducation romantique. Mais avec l'Empire la France s'est récupérée, est retournée à sa naturelle nature et a recommencé à être, comme toujours, la Nation avare, profiteuse, égoïste, sèche, cupide. J'aurais dû ajouter cruelle car toutes les cruautés de l'histoire moderne ont été commises par la France »5. Quant à ceux qui restent francophiles, comment ne seraient-ils pas déchirés entre leur affection et leur raison ? C'est pour eux une nouvelle version du drame d'Antigone ; et en ce sens l'affaire Dreyfus rejoint l'éternel.

Notes

1 Voir, notamment, M. Agulhon, La République, de Jules Ferry à François Mitterand, Paris, 1990 ; M. Winock, « Le mythe fondateur : l'affaire Dreyfus », dans S. Berston et O. Rudelle, Le modèle républicain, Paris, 1992.

2 Ch. Charle, Naissance des intellectuels », Paris, 1990.

3 I. Kristol, Reflections of a Neoconservative, New-York, 1983.

4 Sur l'Affaire comme source du populisme, voir J.-P. Rioux, « Naissance du xxeme siècle », L'histoire, janvier 1994.

5 Cité et traduit par P. Calheiros, « L'impact de l'affaire Dreyfus au Brésil et au Portugal », dans Portugal Brésil France. Histoire et culture, Paris, 1988.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540