Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les préfets de Maine-et-Loire

 | 
Jean-Luc Marais

Deuxième partie. Journée d'étude à l'occasion du bicentenaire du corps préfectoral

Au nom de la France : Michel Debré, commissaire de la République pour la région d’Angers (10 août 1944 - 8 avril 1945)

Élisabeth Verry

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Il est fort difficile de faire le récit des sept mois durant lesquels Michel Debré assuma les responsabilités de Commissaire de la République pour la région d’Angers, tant celui-ci les a déjà évoquées, de manière aussi attachante que détaillée, dans le premier volume de ses « Mémoires » paru en 1984. Homme d’action autant qu’administrateur attentif, il avait d’ailleurs tenu, dès les premiers mois de sa présence à Angers, à faire verser aux Archives du département la totalité des documents qu’il avait trouvés à son arrivée, pour qu’ils soient le témoignage devant l’Histoire des erreurs du régime qui venait de s’effondrer. Ses successeurs firent de même, dans une tradition républicaine encore aujourd’hui vivante. Quelle ne fut pas sa satisfaction, en 1982 lorsque, pour parachever sa rédaction, il demanda à voir les traces de son œuvre et qu’il put retrouver, intacts et complets, les dossiers qu’il avait constitués ! Aussi s’agit-il plus d’un accompagnement que d’une véritable étude, au long du bref mais combien grand passage d’un homme de conviction, armé de la seule certitude d’avoir choisi le bon chemin, celui qui légitime tous les sacrifices.

2Nous sommes le 10 août 1944. Michel Debré est à Angers clandestinement depuis deux jours et y a retrouvé Michel Fourré-Cormeray, qu’il avait chargé d’y préparer son arrivée. Suivons-le : « en fin d’après-midi, nous décidons d’aller vers la rivière. La ville est déserte et les volets toujours clos. Nous avançons ». Tout à coup, l’instinct me dit qu’un changement se produit. Des portes s’ouvrent, des volets claquent, hommes et femmes commencent à sortir. Un passant nous crie : « Ils arrivent ! » ; un autre « Ils ont passé par la Basse-Chaîne ». « C’est le moment, dis-je à Michel. Nous remontons vers le centre de la ville. Nous faisons comme convenu. Il s’installe avec notre agent de liaison dans un café face à la Préfecture. Je lui demande de ne pas s’inquiéter avant une demi-heure. Si à ce moment-là il n’a pas reçu signe de vie, il doit, faute de mieux, se replier dans la partie libérée de la ville ».

  • 1 Michel Debré, Trois républiques pour une France : Mémoires, Albin Michel, 1984 ; t. I, p. 293-295.

3Ainsi Michel Debré évoque-t-il dans ses Mémoires1 les instants décisifs qui précédèrent sa prise de pouvoir à Angers. Malgré les conditions hasardeuses de l’entreprise – il est seul, sans appui militaire ni civil –, sa détermination est totale : « mon objectif est clair : le général américain qui entrera dans Angers doit me trouver dans le bureau du préfet ». La réalité dépasse ses espérances : les policiers qui gardent l’entrée s’effacent devant la carte barrée de tricolore du Conseil d’État. Le secrétaire général, Gey, avec qui des contacts avaient déjà été entretenus depuis plusieurs mois, est à peine surpris et sert aussitôt d’intermédiaire. Le préfet, Charles Donati, n’oppose aucune résistance. « Monsieur », lui dit Debré, « je viens prendre, au nom du gouvernement du Général de Gaulle, mes fonctions de Commissaire de la République. Je m’installe donc à votre place. Je vous précise qu’aucune poursuite n’est envisagée à votre égard. Des hommes ont collaboré avec l’ennemi. D’autres ont servi sans collaborer. Vous êtes de ceux-ci. Vos fonctions cessent immédiatement, mais vous êtes libre ». Le face à face est bref autant que chargé d’émotion : « Un instant il me regarde puis, faisant des yeux le tour de la pièce et me montrant son bureau, il répond qu’il attendait quelqu’un de ma sorte ». Quelques minutes encore, et Michel Fourré-Cormeray peut entrer à son tour, s’installer à l’étage inférieur tandis que tous se rendent aux ordres du nouveau commissaire. Quarante ans plus tard, lorsque, rédigeant ses « Mémoires », Michel Debré revisite ces heures inoubliables, sa fierté, mêlée de surprise et d’exaltation contenue, est toujours sensible : « il n’est pas encore huit heures du soir, ce 10 août 1944. Je commande la Préfecture, et je suis devenu l’État ».

La clandestinité

  • 2 Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, Plon, 1954, t. 2 : l’Unité, p. 179.
  • 3 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, Plon, op. cit., t. 2, p. 211.

4Mais il ne faudrait pas s’y tromper : l’improvisation des faits, ressentis à juste titre comme historiques, n’est qu’apparence. Les conditions de leur réussite, le choix des hommes qui devaient, à ce moment précis, prendre en main le destin de la France et la nature des tâches qui leur sont confiées, procèdent au contraire d’une minutieuse préparation et d’un plan réfléchi, coordonné et préparé par le Gouvernement provisoire depuis de nombreux mois. De l’improvisation à l’organisation, celui-ci a, en trois ans, franchi toutes les étapes. Lorsque s’achève l’année 1943, la pression intérieure et extérieure s’est fait plus forte : « l’hiver approche », écrit le général de Gaulle dans ses « Mémoires ». « Tout annonce qu’il sera le dernier avant que les armes décident. Mais quel pouvoir va, demain, s’établir à Paris ? Ce pouvoir, que fera-t-il ?2 » Pour répondre à cette question, successivement il réforme, à Alger, le Comité français de libération nationale pour le rendre plus représentatif de la composition politique nationale, et, à Paris, active Le Comité général d’Études, réunion de juristes résistants qui, dès 1941, sous l’impulsion de François de Menthon, s’est préoccupé de réfléchir aux conditions de l’établissement d’une République rénovée. Michel Debré en fait partie depuis Pâques 1943. À partir du mois de juillet de la même année, alors que la disparition de Jean Moulin compromet gravement pour un temps la coordination de la Résistance, il assure auprès d’Alexandre Parodi, nouveau délégué général du Comité français de Libération nationale, la mission d’adjoint, chargé de mettre en place, en vue de la libération prochaine, l’organisation territoriale de la République. Les principes en ont été établis dès l’été 1943 : une organisation souterraine, au sommet de l’État comme en chacune de ses régions, doit être mise en place d’avance pour apparaître au grand jour au moment même de la libération du territoire : « dans chaque ministère, un haut fonctionnaire, nommé d’avance secrétaire général, assurera la marche des services jusqu’à l’arrivée du ministre » ; en province, « dix-huit commissaires régionaux de la République », assistés dans chaque département d’un préfet, « dotés de pouvoirs exceptionnels et résidant à Nancy, Lille, Strasbourg, Châlons, Laon, Dijon, Clermont-Ferrand, Lyon, Marseille, Montpellier, Limoges, Toulouse, Bordeaux, Poitiers, Rennes, Angers, Rouen, Orléans et Paris, seront chargés de prendre toutes les mesures propres à assurer la sécurité des armées françaises et alliées, à pourvoir l’administration du territoire, à rétablir la légalité républicaine et à satisfaire aux besoins de la population ». Enfin, pour reconnaître à la Résistance un moyen légal d’expression, mais aussi pour fournir « un exutoire à d’inévitables bouillonnements », un Comité de Libération « formé des délégués locaux des mouvements et partis représentés au Conseil national de la Résistance » sera constitué dans chaque département, et chargé de donner ses avis au préfet jusqu’à ce qu’il puisse être remplacé par des instances élues3.

  • 4 Michel Debré en rappelle les termes : « La Commission, constituée par un décret du Comité Français (...)
  • 5 Parmi les commissaires désignés, deux : Verdier et Fourcade, seront tués à l’ennemi ; deux : Bouhe (...)

5Les ordonnances du 10 janvier, 14 mars, 21 avril et 19 mai 1944 officialisent ces différents dispositifs. D’août 1943 à juin 1944, Michel Debré, alias « Turquant », alias « Jacquier », déploie à constituer l’armature d’une emprise régionale une activité inlassable. La tâche est particulièrement ardue : chaque rencontre est un risque, chaque nomination procède d’une recherche d’équilibre entre des facteurs personnels, politiques et militaires qui doivent refléter à la fois les réalités locales et les vœux du gouvernement d’Alger. C’est ainsi qu’il faut convaincre les résistants du bien-fondé du maintien de l’échelon régional : du régime abhorré de Vichy, ceux-ci auraient en effet souhaité faire table rase, d’autant que cet échelon ne correspond généralement pas à l’organisation des mouvements ou des réseaux. Mais Michel Debré s’entête : dans le combat qui s’annonce, une vingtaine de correspondants seront, pour le nouvel État, des instruments autrement plus efficaces qu’un commandement dispersé. Argumentaire solide, soutiens éminents, exemples choisis : ces armes lui permettent d’emporter l’adhésion, et de proposer pour chacun de ces postes clés des résistants éprouvés. Lorsque le CFLN ouvre ses rangs aux communistes, des contacts sont établis pour que ceux-ci soient également pris en compte dans la représentation territoriale. Ce sera chose faite, notamment à Saint-Étienne, puis à Limoges. Avalisées par Alger, ces nominations sont toujours officialisées : un véritable bureau provisoire, animé par Michel Fourré-Cormeray et Jean Morin fonctionne alors à la Cour des Comptes, qui délivre les notifications provisoires4. Celles-ci sont cependant bien souvent à reprendre : défaillances, arrestations, disparitions compromettent sans cesse l’édifice5.

  • 6 M. Debré, Mémoires, op. cit., p. 286.

6Le jour est proche cependant où chacun doit gagner son poste. Michel Debré ne saurait rester à Paris. N’a-t-il pas été lui-même investi par le Général de Gaulle du commandement de la région qu’il s’est choisie, celle d’Angers, dont la fonction stratégique, de Nantes à la Touraine, est primordiale pour la reconquête du territoire ? Laissant à la vigilance du secrétaire général du ministère de l’Intérieur, Émile Laffon, la tâche de régler les derniers remplacements, après une ultime mission dans le Sud-Ouest, il prend, le 5 août, la route de la Loire. À bicyclette ! À l’issue d’un périple de trois jours, il entre en Anjou par Fontevraud et Saumur. Le département est encore aux mains de l’ennemi. Déclinant à Saumur auprès du sous-préfet Tremeaud sa qualité de maître des requêtes, il se fait conduire à Angers où l’on s’attend d’un jour à l’autre à l’offensive finale. « Je monte chez Gey, secrétaire général de la préfecture, que j’ai quitté sept semaines auparavant, après l’avoir présenté au futur préfet et à quelques représentants du futur Comité de Libération. Gey pense que les effectifs allemands ne sont pas suffisants à Angers pour envisager autre chose qu’un combat d’arrière-garde. Mais comme le préfet Donati, il craint les représailles sur la population civile6 ». L’heure est aux derniers préparatifs : la jonction avec Michel Fourré-Cormeray, qui attend en famille, à Saint-Jean-de-Linières, le signe du départ ; la préparation des proclamations qui, le jour venu, affirmeront la présence des nouveaux pouvoirs et dont il signe la première de son nom de guerre : Jacquier ; la rencontre avec les membres du futur Comité de Libération : Albert Blanchoin, résistant de la première heure, Le Tétour, du réseau Libération-Nord ; Paul Fleury, de la Confédération des travailleurs chrétiens ; Royer, de la Confédération générale du travail et Cardin, le communiste.

  • 7 M. Debré, Mémoires, op. cit., p. 291.

7Si les hommes sont déterminés, ils sont cependant bien seuls. Michel Debré en fait le constat : « aucune troupe sérieuse… n’a pu être réunie. Les maquisards qui se trouvent dans le choletais y sont restés, et les bombardements ont vidé Angers de sa jeunesse comme de ses familles. En ce domaine, Fourré-Cormeray n’a vraiment trouvé aucune aide et nos armes n’ont pas trouvé preneurs7 ». Les heures qui suivent rendront, on l’a vu, cette crainte sans objet. Angers s’est rendu sans – presque – combattre, et la préfecture s’est livrée à son bref et solitaire assaut. Le temps de la clandestinité est achevé, celui du gouvernement commence.

La libération

  • 8 Voir, entre autres, Épisodes de la Libération d’Angers par les troupes américaines, d’après les ré (...)
  • 9 ADML, 20 W 19.

8Pour l’instant, la réalité, c’est la guerre. Comme le rappellera quelques mois plus tard le général de Gaulle à un Michel Debré impatient de réformes, tous les efforts doivent être tendus vers la victoire et le retour des Français détenus par l’ennemi, prisonniers et déportés. Et la région d’Angers est loin d’être encore libérée. Le 11 août, les troupes de Patton, qui sont entrées dans Angers la veille, ont à subir une brève contre-offensive allemande. L’avant-garde américaine, qui s’était installée à l’hôtel d’Anjou, se replie tandis que les drapeaux disparaissent des fenêtres et que chacun se prépare dans l’inquiétude à une nuit de veille et de combats.8 Ceux-ci ont lieu, en effet, mais sont circonscrits aux abords de la Loire, dont les troupes allemandes veulent à tout prix empêcher le franchissement pour ménager leur retraite. La nuit passée, les blindés américains défilent à nouveau sur le boulevard Foch tandis que l’état-major a repris ses quartiers. Dans la matinée, une brève prise d’armes réunit civils et militaires place de la Mairie. À la préfecture, Michel Debré est vigilant : il a fait placarder la veille deux affiches : dans la première, comme commissaire de la République, il proclame le rétablissement de l’État au nom du Gouvernement provisoire, et annonce la victoire prochaine. L’autre, signée du Comité départemental de Libération, invite les Angevins à s’unir aux côtés des artisans de cette victoire.9

  • 10 Administration américaine prévue pour prendre en charge la gestion des territoires libérés.

9Affirmer un pouvoir civil. Telle était la difficile tâche, alors que l’armée américaine achevait en huit jours de se rendre maître du nord de la Loire. L’avantage des militaires n’échappe pas à Michel Debré. Grâce à la vigilance de la police, il a bientôt en mains le manuel des agents de l’AMGOT10, et y découvre avec stupéfaction de précieux renseignements politiques (composition des municipalités et conseils généraux) et économiques (entreprises, ressources, ravitaillement) que lui-même ne possède pas ! Toutefois, administrer la région n’est pas dans les intentions d’une armée surtout soucieuse de poursuivre son avancée. De plus, impressionné par la réussite des premiers commissaires en zone libérée (notamment F. Coulet en Normandie), l’état-major américain a reconnu, par une note du 12 juillet, que « le Comité français de libération nationale est qualifié pour exercer l’administration de la France ». Aussi les contacts pris avec les représentants du commandement allié sont-ils positifs, et les contrôles américains s’attachent-ils seulement, jusqu’au 20 août, à la sécurité des communications et au contrôle des axes de circulation. Celle-ci est d’ailleurs gravement perturbée : tous les ponts sur la Loire ont été coupés, et la rive Sud attendra encore dix jours sa libération.

  • 11 Procès-verbaux d’installation des fonctionnaires, contenant notamment celui de Michel Debré, ADML, (...)

10Angers libérée, sa position établie, Michel Debré n’oublie pas que son champ d’action s’étend de l’Atlantique à la Touraine, et s’empresse d’évaluer la situation des départements limitrophes. Celle-ci est assez inégale : à Laval et au Mans, les nouveaux préfets, Dupérier et Costa, ont occupé leur poste courageusement et sans contretemps11. Un bref voyage au Mans, où l’on s’est battu jusqu’au 12 août, l’assure deux jours plus tard que la situation y est bien en mains. Nantes et Tours ont en revanche beaucoup souffert. Dans Nantes démolie et désertée, c’est la confusion : le représentant du gouvernement provisoire, Ottaviani, a laissé le préfet de Vichy prendre contact avec les autorités américaines, et officialiser avec eux la Libération par une affiche qu’ils ont signé ensemble et qui a fait frémir de colère les résistants nantais. La prise de pouvoir est plus laborieuse qu’à Angers : Michel Debré trouve face à lui un préfet obstiné, qui ne se laisse que très difficilement convaincre de céder la place. Surtout, le commandement allié peine à comprendre ce qu’il prend pour une volte-face française, alors qu’il a déjà noué d’officiels contacts avec la préfecture. Quarante-huit heures plus tard, la situation est rétablie : un nouveau préfet, Alexandre Vincent, est nommé, Constant est installé à la mairie et le Comité de Libération, quoi qu’embryonnaire, est en place. Quant aux autorités militaires, elles ne se sont pas davantage manifestées, occupées à réduire les dernières manifestations de la présence allemande sur la rive sud, jusqu’à ce que ceux-ci n’entament leur repliement vers Saint-Nazaire et qu’à leur tour, les soldats américains ne quittent Nantes pour le nord-est, préoccupés de la poursuite de la libération du territoire. Tours est dans la même difficile impasse : seule la rive nord est libre, et la ville durement bombardée restera encore plusieurs semaines hors d’atteinte. C’est de Neuillé-Pont-Pierre que le préfet, Robert Vivier, tente d’imposer son autorité dans des conditions particulièrement critiques. Michel Debré l’y encourage, lui rendant une brève visite le 24 août, de retour de Chartres où il vient comme nous le verrons de quitter le général de Gaulle, après quarante-huit heures de traversée émouvante de la région libérée.

  • 12 M. Debré, Mémoires, op. cit., p. 311.
  • 13 Bulletin officiel du Commissariat régional de la République, 9 septembre 1944.

11Mais ces préoccupations régionales ne le détournent pas de la tâche d’organisation qui est la sienne. « Tout est urgence » notera-t-il dans ses « Mémoires12 », illustrant par cette formule lapidaire à la fois l’importance de l’action mais aussi sa dimension. Première urgence, s’entourer de collaborateurs immédiats. À ce titre, après qu’il eut ordonné, le 10 août au soir, l’élargissement des résistants détenus au Pré-Pigeon, il appelle à ses côtés l’un d’entre eux, le jeune sous-préfet René Tomasini, et lui confie la charge de directeur de cabinet à la place de Coiffart, nommé sous-préfet à Cholet. Aux côtés de Michel Fourré-Cormeray, Philippe Rivain remplace comme secrétaire général de la Préfecture le fidèle Gey, qui rejoint Dijon. Bientôt, Yvan Labry, secrétaire général pour les affaires économiques et le ravitaillement, et Morrachini, secrétaire général pour la police, complètent l’équipe, respectivement à compter des 10 et 13 août13.

  • 14 M. Debré, Mémoires, op. cit., p. 301.
  • 15 Cet arrêté, sans date, est le premier acte officiel signé et publié par le Commissariat régional d (...)
  • 16 Sont particulièrement désignés la Milice, le groupe Collaboration, la Phalange africaine, la Milic (...)
  • 17 Sont cités les services de la main-d’œuvre française en Allemagne, des questions juives, des Socié (...)

12Gouverner, c’est décider, et « pour qui aime décider, c’était le bon temps ! ». Cette remarque amusée des « Mémoires14 » n’enlève rien à la gravité de la situation. Les premières décisions sont d’évidence : alors que le général de Gaulle et le gouvernement provisoire se trouvent encore à Alger, mais avec une certitude qui n’a d’égale que la brièveté des formules, Michel Debré alias « Jacquier » proclame l’abrogation des mesures politiques du gouvernement de Vichy15. Cette abrogation générale est complétée, les jours suivants, par des mesures plus particulières : abrogation de la charte du travail (14 août), retrait immédiat de toutes effigies ou portraits des hommes politiques « ayant appartenu au gouvernement illégal de Vichy » (14 août), interdiction formelle du port de la francisque et de tous insignes rappelant le « gouvernement de fait appelé État Français » (31 août) ; dissolution des organismes et groupements constitués dans un objectif de collaboration avec l’ennemi16 et mise sous séquestre de leurs biens, dissolution des services administratifs constitués dans le même but (14 août)17. Il faut attendre le 19 août pour qu’un bref texte proclame « qu’à dater de la publication du présent arrêté (26 août), il ne sera plus apposé la mention “juif” sur les cartes d’identité ou sur les cartes en tenant lieu ainsi que sur les cartes d’alimentation délivrées aux personnes de religion israélite ».

La refondation

  • 18 Les dossiers préparatoires à l’impression du Bulletin officiel du Commissariat régional de la Répu (...)

13Mais il ne suffisait pas que ces actes fussent écrits, et signés, même par l’autorité incontestée qui avait accompagné les libérateurs. Encore fallait-il qu’ils fussent connus et diffusés, et que par cette publication même ils s’imposent à tous les échelons des pouvoirs publics. Michel Debré en est conscient et décide dès les premiers jours l’impression d’un « Bulletin officiel », qu’il diffuse – autant que possible – à tous les services et municipalités de la région. Il en établit lui-même la présentation : « chaque numéro sera composé de même façon, en trois parties. Dans la première, un document sur la France libre ou sur la Résistance… ; dans la seconde partie, j’insère les textes gouvernementaux : je commence par les ordonnances du 10 janvier 1944 sur la création des commissariats régionaux de la République, du 29 février sur l’état de siège, du 21 avril sur l’organisation des pouvoirs publics, tous textes reçus depuis le débarquement. La troisième partie comprend mes arrêtés, qui sont nombreux18 ». Du 19 août 1944, jour de la parution de sa première édition, au lundi 9 avril 1945 où il cesse de paraître alors même que s’achève la mission de son initiateur, le « Bulletin officiel » ne cesse d’être l’organe fidèle et le vecteur efficace des étapes de la refondation.

14Celle-ci passe d’abord par le maintien de l’ordre. Ce n’était pas une mince affaire, alors que la Libération avait été, y compris dans les départements de l’Ouest, en partie l’œuvre des forces résistantes et que celles-ci, notamment dans les villes de la rive droite que n’avaient pas traversé les armées alliées, s’étaient emparées du pouvoir sans que personne ne leur dispute la joie des premières heures de la liberté. Michel Debré est conscient de cet enjeu, qui est celui de l’unité. Dès le 12 août, un arrêté prononce la réquisition des pouvoirs publics, municipalités, services administratifs et professions de santé, tandis que, conformément aux vœux du gouvernement provisoire, les élus de 1939 considérés comme n’ayant pas collaboré avec l’ennemi sont rappelés à leur poste. Pour éviter, autant que faire se peut, les règlements de compte arbitraires, une Commission de vérification est aussitôt installée (17 août), chargée d’examiner les décisions administratives d’éloignement, d’assignation à résidence et d’internement. Composée dans chaque département d’un magistrat, d’un représentant de chacune des autorités civiles et militaires, et de deux membres des Comités de Libération, elle est chargée d’examiner dans un délai de quinze jours (porté à un mois en cas de supplément d’enquête), le bien-fondé de toute poursuite. Une instance d’appel complète le dispositif au niveau régional. Aussi, avant même que ne soient établies les conditions définitives des mises en jugement (les cas graves et urgents sont déférés devant les tribunaux militaires, les Cours de justice et Chambres civiques ne fonctionneront qu’à partir du mois d’octobre), l’État s’affirme comme seule puissance régulatrice et judiciaire.

  • 19 M. Debré, Mémoires, op. cit., p. 327.
  • 20 Lettre aux maires des communes de la région d’Angers, 20 octobre 1944, Bulletin officiel du Commis (...)
  • 21 M. Debré, Mémoires, op. cit., p. 328.
  • 22 Rapport du Commissaire régional des Renseignements généraux au secrétaire général pour la police d (...)

15Il s’agit aussi d’imposer la modération, qui est pour Michel Debré la voie de la réconciliation : « d’un côté les châtiments exemplaires pour les traîtres et les délateurs…, de l’autre une volonté de regarder l’avenir de la France et de le construire avec tous les Français19 ». Il ne dit pas autre chose quand, s’adressant le 20 octobre aux maires de la région d’Angers, il affirme : « lorsque les traîtres et les criminels auront été châtiés, il ne doit plus rester entre nous les séquelles des divisions passées, ni même des divisions plus récentes. La République, qui est sûre de sa force, ne répondra pas au sectarisme de Vichy par un nouveau sectarisme… L’avenir de notre patrie est lié à une condition première : l’union faite autour de la primauté, acceptée par tous, de l’intérêt national20 ». Mais « il est facile d’écrire le droit. Il est malaisé d’agir selon le droit quand il faut, dans le même temps, imposer son pouvoir et refaire les instruments de ce pouvoir21 ». Et les rapports qui parviennent au commissaire régional témoignent de la difficulté de faire passer dans l’opinion une prudence et un juridisme qui paraissent déplacés au regard des circonstances : « L’ensemble de la population a vu avec soulagement l’avance des armées alliées et la répression immédiate des éléments collaborateurs qui a suivi la Libération. Elle a paru satisfaite, notamment, des premières mesures de réorganisation prises par le Gouvernement provisoire de la République, éliminant de la direction des affaires publiques les individus ayant trafiqué avec l’ennemi. Toutefois, de nombreux esprits estiment que l’action de la justice reste faible et redoutent un retour aux lenteurs du régime d’autrefois. Ils s’étonnent de voir des gens, dont beaucoup étaient connus comme des collaborateurs notoires, circuler librement et, qui plus est, occuper encore des postes gagnés sous le régime dit “de Vichy”, pour prix de leur collaboration… Dans les milieux intellectuels, on admet généralement qu’il est préférable que l’action de la justice soit plus lente, mais aussi plus sûre… On ne voudrait pas cependant que le retard ainsi occasionné fasse perdre sa vigueur à l’épuration entreprise en France libérée22 ».

  • 23 Ch. de Gaulle, op. cit., t. 2, p. 300-301.
  • 24 Décision du Gouvernement provisoire de la République, 28 août 1944. ADML, 8 W 88.
  • 25 Rapport du Commissaire régional des Renseignements généraux au secrétaire général pour la police d (...)
  • 26 Notes du Commissaire régional de la République sur le maintien de l’ordre et la circulation, 26 se (...)

16Une autre question immédiate est aussi celle du statut des hommes armés par la Résistance et qui viennent de participer aux combats de la Libération. Depuis Alger, le général de Gaulle, conscient « qu’il y aurait de graves inconvénients à les laisser à elles-mêmes sans les rattacher à l’autorité centrale », a fédéré dès mars 1944 les troupes clandestines en formant les Forces Françaises de l’Intérieur, et en prescrivant qu’elles soient organisées « à mesure du possible en unités militaires conformes au règlement23 ». Puis, mesurant l’apport que ces bataillons hétéroclites mais courageux peuvent fournir aux armées régulières, le général établit, le 28 août 1944, que « les éléments des forces formées à l’intérieur pour le combat clandestin, et qui sont susceptibles de participer aux opérations ultérieures, seront incorporées régulièrement à mesure de la libération des zones du territoire sur lesquelles ils ont agi, pour être affectés ultérieurement, soit aux grandes unités de campagne, soit aux formations du territoire24 ». C’est donc de cette transition difficile que doit se préoccuper Michel Debré. Le rappel à l’ordre commence par des détails : la détention de produits ou objets (armes notamment) ayant appartenu à l’ennemi est interdite, sauf autorisation du maire (13 août) ; le port de l’uniforme est interdit à tout homme qui n’appartient pas aux unités régulières (14 août) ; le port de cocardes tricolores numérotées et signées, délivrées aux seules autorités civiles et militaires officielles, distingue celles-ci des groupes officieux (17 août). Malgré ces mesures de clarification, la confusion règne encore en septembre : le 22, le bulletin hebdomadaire du Service régional de la sécurité publique signale la présence « en Loire-inférieure et en Indre-et-Loire de groupes de FTP armés, ce qui inquiète grandement les autorités locales, de même que la population. Ces groupes ont procédé à diverses arrestations, en particulier à celles de plusieurs policiers. On enregistre à ce sujet une vive émotion dans ce personnel… et l’existence dans ces groupes d’éléments étrangers, notamment de réfugiés espagnols, accentue encore le malaise ». Le même rapport indique en outre qu’à Nantes, « il existe entre les services réguliers de police et les FFI une dualité dont la gravité a été plusieurs fois évoquée et à laquelle il est urgent de mettre fin25 ». Michel Debré tente de répondre à ces appels pressants, et à bien d’autres incidents qui lui sont rapportés : le 26 septembre, une instruction aux préfets sur le maintien de l’ordre et la circulation rappelle que les questions de sécurité publique relèvent « de la seule compétence des autorités civiles » ; que « les forces armées ne peuvent être appelées à coopérer au maintien de l’ordre que lorsqu’elles en sont priées par les autorités civiles responsables » ; qu’enfin, « lorsque par suite des opérations militaires, les FFI sont amenés à procéder à certaines arrestations, celles-ci ne peuvent être maintenues sans un ordre exprès de l’autorité préfectorale », tout comme les dispositifs particuliers de circulation, « qui ne peuvent avoir qu’un caractère provisoire26 ».

17Ces premières semaines de gouvernement ont montré à Michel Debré les forces et les faiblesses de sa position. De sa solitude du 10 août, alors que seule une infime portion du territoire était aux mains des alliés et que c’était d’Alger encore que le général de Gaulle observait l’avancée de la reconquête, il est passé en moins d’un mois au rang d’un administrateur aux pouvoirs étendus, certes, mais tenus d’un gouvernement ayant forme légale, installé désormais dans la capitale retrouvée. Cette sécurité plus grande lui permet, le 5 septembre, de quitter le pseudonyme protecteur de « Jacquier » et d’afficher sa véritable identité en indiquant sobrement, dans un article unique publié au Bulletin du 9 septembre, que « tous les arrêtés et décisions signés Jacquier sont validés ». C’était reconnaître que le temps de la clandestinité était désormais définitivement achevé, et qu’en toute continuité il convenait de poursuivre, jusqu’à la victoire des armes et la rénovation des institutions, l’œuvre entamée. Avant la fin d’août, une grande joie lui avait d’ailleurs été donnée, qu’il évoque amplement dans des « Mémoires » : sa rencontre, enfin, avec le général de Gaulle. L’homme qui durant tant de mois cristallisa les espérances et les efforts, l’homme lointain de Londres puis d’Alger, l’homme dont on redoutait autant que l’on attendait les sentences, est entré en France le 20 août, et s’est rendu aussitôt au quartier général allié, où il a plaidé la cause de la prise de Paris, à laquelle les troupes américaines n’étaient pas alors résolues. Puis, par Rennes et Alençon, il s’est préparé lui-même à gagner la capitale, pressentant que la pression militaire et celle des forces résistantes qui déjà, ont ouvert le combat, ne tarderont pas à faire basculer le destin de la ville. Or, comme déjà ce fut le cas dans chacune des régions libérées, il importait qu’à l’heure décisive il y eût un chef français, et ce chef, à Paris, ne pouvait être nul autre que lui.

  • 27 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, op. cit., t. 2, p. 352.
  • 28 M. Debré, Mémoires, op. cit., p. 318.

18C’est dans ces circonstances que l’accueille Michel Debré à Laval. Le récit de cette rencontre, de part et d’autre, n’est pas égal : la préoccupation du général est tout entière dans le combat décisif qui se prépare. Aussi se contente-t-il de mentionner à ses côtés la présence de son commissaire régional, et la ferveur qui, de toutes parts, monte des villes traversées : « passant entre deux haies de drapeaux claquant au vent et de gens criant “vive de Gaulle !”, je me sentais entraîné par une espèce de fleuve de joie. À la Ferté-Bernard, à Nogent-le-Rotrou, à Chartres, ainsi que dans les bourgs et villages traversés, il me fallait m’arrêter devant le déferlement des hommages populaires et parler au nom de la France retrouvée27 ». De cette exaltation, Michel Debré témoigne. Elle est la sienne : « me voici le 22 août, face au général de Gaulle, en ces jours admirables. Je suis son représentant à la tête de la région que j’ai choisie. À trente-deux ans, il me semble que ma vie trouve sa récompense, et presque son achèvement28 ». Mais elle est aussi celle de la population, foules enthousiastes à Laval rassemblées pour un Te Deum à la cathédrale, pour une brève cérémonie au monument aux morts ; puis au Mans, où les acclamations interrompent chaque phrase prononcée ; puis au long de la route de Chartres où enfin leurs destins se séparent, le général poursuivant sa route vers Paris et Michel Debré regagnant sagement son bureau de la préfecture d’Angers d’où il écoute, le lendemain, à la radio, l’écho montant de Paris libéré.

La reconstruction

19Quel plus grand encouragement pour Michel Debré que ces deux jours de profonde exaltation aux côtés de l’homme qui incarne pour lui l’avenir, et en ces instants qu’il sait inoubliables. Il est prêt désormais à reprendre sa tâche, et à se consacrer tout entier à la remise en marche des activités et des institutions dont il a la charge.

  • 29 Rapports des préfets de département au Commissaire régional, ADML, 19 W 13.

20La stricte organisation administrative, posée dès les premiers jours, subit peu de changements. Les préfets qu’il a choisis et installés se montrent à la hauteur de leur tâche29. Désormais, à compter du mois d’octobre, les communications plus faciles permettent l’organisation de réunions mensuelles qui n’empêchent pas les déplacements ponctuels chaque fois que les circonstances l’exigent. Quelques changements d’hommes interviennent : le fidèle Trémeaud, sous-préfet de Saumur, est nommé préfet à Poitiers. Deux sous-préfectures sont recréées, à Loches et à Chateaugontier, tandis que celle d’Ancenis est supprimée. Seule la persistance de la présence de troupes allemandes dans la poche de Saint-Nazaire rappelle que le pays est toujours en guerre, et que la vigilance doit être celle d’une nation armée dont tous les efforts convergent vers la victoire et la paix.

  • 30 Note du Commissaire régional de la République à messieurs les préfets de la région, Bulletin offic (...)

21Michel Debré se tient loin des agitations politiques, qui renaissent avec la sécurité retrouvée. Il éprouve du respect pour les Comités départementaux de Libération, avec lesquels il entretient des relations régulières, dont il prend le conseil et aux réunions desquels il tient à ce que le préfet du département soit, sinon présent en personne, du moins toujours représenté. Il prend acte des mouvements qui affectent ces comités, sans intervenir directement dans leur composition ou leurs débats. Il regrette cependant visiblement qu’à Angers, un fonctionnaire socialiste, Le Tétour, soit porté à la présidence alors qu’elle lui semblait revenir plutôt à l’ancien député Albert Blanchoin. Imprégné des idéaux et des actes de la Résistance, il les fait partager chaque fois que possible à des auditoires variés, dont beaucoup découvrent la nature et l’ampleur de l’apport de la Résistance à la libération de la France. Il met en valeur les grandes figures de résistants de la région, dom Sortais à Cholet, Victor Chatenay à Angers, d’autres en Mayenne, Sarthe, Touraine ou en pays nantais. Il rend hommage aux otages fusillés à Nantes et à Chateaubriant, préside une émouvante cérémonie du souvenir au village martyr de Maillé, en Touraine. Très symbolique de sa volonté de pédagogie est l’instruction qu’il adresse, le 26 septembre 1944, à la veille de la rentrée scolaire, aux préfets de la région : « Je vous prie de bien vouloir donner d’urgence toutes instructions à l’inspecteur d’académie de votre département pour que le personnel du corps enseignant commente aux élèves la libération du territoire au cours de l’une de leurs premières leçons. J’aimerais en particulier que chaque maître, instituteur, professeur, établisse un parallèle entre les deux attitudes qui ont partagé la France et les Français en 1940. La première a été l’acceptation de cette défaite : montrer à quel esclavage, à quelle honte, elle a conduit notre pays. La seconde a été, sur le réflexe de l’honneur et du patriotisme, le refus de la défaite : montrer ses résultats : la France qui se relève aux yeux du monde entier30 ». S’il a l’éloquence moins haute que le général de Gaulle dont il publie les discours dans chacun de ses bulletins, il n’en possède pas moins une force de conviction certaine et acquiert peu à peu l’assurance qui en public lui faisait défaut.

  • 31 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, le salut, 1944-1946, t. 3, p. 139.
  • 32 Rapports au Commissaire régional sur la situation de la presse, septembre 1944-janvier 1945, ADML (...)
  • 33 Ch. de Gaulle, op. cit., t. 3, p. 139.
  • 34 Bulletin officiel du Commissariat régional de la République, arrêtés du 6 janvier 1945.
  • 35 Rapport de la gendarmerie nationale au Commissaire régional, 21 octobre 1944, ADML, 20W 3.
  • 36 Rapport du secrétaire régional pour la police au Commissaire régional, 21 novembre 1944, ADML, 20 (...)

22Mais son action personnelle est aussi une action d’impulsion et de clarification dans trois domaines essentiels : la presse, l’économie, la justice. En matière de presse tout est à reconstruire : dès Alger, le Gouvernement provisoire avait réglé par avance la situation de la presse lors de la libération : l’ordonnance du 6 mai 1944 avait prescrit que « les journaux publiés dans l’une ou l’autre zone quand l’ennemi y faisait la loi ne pourraient plus reparaître. Leurs biens seraient placés sous séquestre et les organes de la clandestinité recevraient la faculté de louer leurs installations. Comme il n’était pas question de créer un monopole, d’autres journaux, nouveaux ou anciens, pouvaient voir ou revoir le jour31 ». Ce sont ces instructions, complétées le 26 août par une « ordonnance sur l’organisation de la presse française », qu’applique à la lettre Michel Debré : dès le 18 août, est créé auprès du commissariat régional un service provisoire de presse et d’information. Il est appuyé le 26 août par la création de trois comités régionaux à Angers, Nantes et Tours. Les membres des Comités de Libération y sont étroitement associés : le comité angevin, qui a autorité sur les trois départements de Sarthe, Mayenne et Maine-et-Loire, est d’ailleurs placé sous la présidence d’Albert Blanchoin. Bientôt, ces trois comités n’en feront plus qu’un seul (22 septembre), Albert Blanchoin en conservant la présidence. Parallè-lement, tombent les premières décisions de suspension : Le Phare, en Loire-inférieure, La Dépêche du Centre et Tours-soir, en Indre-et-Loire. La parution du Courrier de l’Ouest, qui, à l’initiative du Comité départemental de Libération du Maine-et-Loire, a pris la place du Petit Courrier, est confirmée le 30 août tandis que le Courrier du Maine est autorisé à poursuivre sa parution. Dans les jours qui suivent, d’autres publications complètent l’éventail : Le Maine libre, La Vie angevine, les bulletins des chambres de commerce, etc. obtiennent l’autorisation de paraître32. Mais l’un des obstacles majeurs est la pénurie de papier. Le général de Gaulle lui-même regrette cet état de fait : « sur des sujets qui mettaient les passions à vif, une information objective eut mis de l’ordre dans les esprits33 ». Michel Debré réglemente tant bien que mal, limitant format, périodicité et prix34. L’opinion se dispute les premières feuilles parues : les rapports de gendarmerie en témoignent, indiquant que « les journaux régionaux sont très lus. Les auditions radiophoniques sont très écoutées. C’est la fièvre des nouvelles, et des nouvelles militaires surtout qui passionnent l’opinion » (21 octobre)35. Cet encadrement cependant ne saurait éviter toutes les dérives. Des feuilles clandestines paraissent, dénonçant notamment les lenteurs de l’épuration. Le secrétaire régional pour la police signale, dans son rapport du 25 novembre36, qu’en Maine-et-Loire « le mécontentement règne toujours », stimulé par le journal clandestin « La Voix libre ». Puis vient le moment où la presse, nouvelle née, se détache de l’influence des Comités de Libération. Cette évolution ne va pas sans heurts et provoque notamment une scission au sein de celui d’Angers. En Touraine, le parti socialiste exerce son influence sur La Nouvelle République ; en Maine-et-Loire, Le Courrier de l’Ouest se rattache bientôt au groupe d’inspiration catholique fondé par Emilien Amaury, qui prend aussi dans son orbite Le Maine libre ; à Nantes s’exprime Ouest-France, créé à Rennes, mais aussi La Résistance de l’Ouest. Le rêve d’une presse indépendante des pouvoirs d’argent et des courants politiques, formulé au temps du Gouvernement provisoire, s’éloigne à mesure que la situation se normalise.

  • 37 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, op. cit., t. 3, p. 113-114.
  • 38 Arrêté du Commissariat régional du 16 septembre 1944, Bulletin officiel du Commissariat régional d (...)
  • 39 M. Debré, Mémoires, op. cit., p. 221-222. Le 7 novembre, dans une Lettre aux paysans de la région (...)
  • 40 Rapports du lieutenant-colonel de gendarmerie au Commissaire régional, 21 octobre 1944. ADML, 20 W (...)

23Le ravitaillement est un permanent et lancinant souci. « Douze cents calories par jour, c’est tout ce que les rations officielles accordent à l’alimentation de chacun… Pas de laine, pas de coton, guère de cuir : beaucoup s’habillent de vêtements élimés et vont sur des semelles de bois. Dans les villes, point de chauffage !… Or, il se trouve que cet hiver-là est l’un des plus rudes qu’on ait connu. À la maison, à l’atelier, au bureau, à l’école, tout le monde grelotte37 ». Si la situation des départements de l’ouest, majoritairement agricoles, ne peut être comparée à celle qui prévaut dans les grandes villes et notamment à Paris, elle est cependant préoccupante. La production des denrées souffre de l’absence des hommes, prisonniers ou déportés, et de la pénurie de machines et d’engrais. Les importations sont inexistantes (sucre, café, chocolat) et les échanges presque impossibles à cause de la destruction des voies de communication : le commissariat régional est même contraint, pour permettre un passage régulier des convois de ravitaillement vers Paris, de subordonner à autorisation administrative le passage de la Loire qui, faute de ponts, s’effectue sur les bacs !38 Le secrétariat général pour les affaires économiques, placé auprès du Commissaire régional, légifère et réglemente. L’encadrement des prix et des salaires, le contingentement des denrées, ne peuvent éviter l’existence d’un marché parallèle, qui touche aussi bien les produits alimentaires que les matières premières. Mais Michel Debré est réaliste : « ainsi les usines peuvent-elles rouvrir et travailler selon un rythme qui eut été impossible à tenir s’il avait fallu attendre les livraisons officielles ». Et il ajoute : « laisser tranquille l’acheteur qui ne fait pas commerce ou les foyers qui cherchent à se chauffer par tous les moyens, mais poursuivre le rabatteur dont c’est le métier et le profit : la distinction est plus facile à définir qu’à appliquer. Pourtant je tente de l’établir et de m’y tenir39 ». La population dans son ensemble se montre patiente, quoi qu’agacée par certains excès : « le vin ordinaire manque à Angers et presque partout au nord de la Loire… Le public se demande où passe le vin, puisque ce n’est pas l’allemand qui le prend ». L’explication vient peu après : « la taxe de luxe est de 25 %, ce qui fait une hausse de 1 500 à 2 000 francs par barrique ; le trafiquant qui vient chercher le vin clandestinement gagne dix fois ce prix par voyage. L’abolition de cette taxe est demandée par tous les vignerons honnêtes, et surtout par les consommateurs qui ne peuvent plus se payer des vins à de tels prix40 ».

24Mais la question la plus grave est incontestablement celle de la justice. Son exercice comporte deux aspects : d’une part, l’entraide indispensable à apporter à ceux que la guerre a privé, définitivement ou temporairement, de l’un des leurs ; d’autre part, l’établissement et la sanction des fautes commises, pour permettre la réconciliation.

  • 41 Bulletin officiel du Commissariat régional de la République, 19 août 1944.
  • 42 Circulaire du Commissaire régional de la République aux préfets de la région d’Angers, s.d. Bullet (...)
  • 43 Comité des œuvres sociales de la Résistance, arrêté du 23 octobre 1944. Bulletin officiel du
  • 44 Rapport du Commandant de gendarmerie au Commissaire régional de la République, 21 octobre 1944, AD (...)

25Sur le premier plan, est institué dès le 14 août dans la région d’Angers l’Entraide française pour la Libération41, qui prend la suite du Secours national, comme l’avait prévu depuis Alger l’ordonnance du 8 février 1944. Michel Debré exhorte les préfets de la région à rechercher les familles concernées et à leur venir en aide par tous les moyens : « Un des premiers devoirs de l’administration républicaine est de venir en aide aux familles des militants de la Résistance qui sont morts pour la France ou ont été déportés. Le plus souvent ces familles, dont la situation matérielle peut être difficile, ne se sont pas fait connaître des organismes officiels… Il est donc nécessaire de les rechercher, d’examiner leur cas, puis de leur accorder une aide temporaire ou permanente, en tous cas adaptée à leur situation…42 » Le 23 octobre sont établis les comités départementaux du COSOR43, tandis que s’organise le service des prisonniers de guerre, déportés et réfugiés. La situation des prisonniers allemands détenus dans la région suscite peu de commentaires : à Nantes, ils sont « cantonnés dans une caserne, sous la garde des Américains. Les Français sont surpris qu’ils ne soient pas au travail, alors qu’il y a tout à faire pour déblayer la ville, par exemple, et qu’ils perçoivent les mêmes rations de vivres que les Américains, alors que le ravitaillement de la population laisse encore à désirer ». En Anjou, « il existe de faibles contingents de prisonniers de guerre à Angers et Cholet. Ces prisonniers sont occupés aux travaux pénibles et dangereux. Ils se comportent bien44 ». Mais sur le sort des déportés l’on sait peu de choses. Et si Michel Debré pressent le drame, il avoue lui-même ne pas en avoir mesuré l’ampleur.

  • 45 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, op. cit., t. 3, p. 131-133.
  • 46 Arrêté du Commissariat régional de la République, 31 août 1944. Bulletin officiel du Commissariat (...)
  • 47 M. Debré, Mémoires, op. cit., p. 329.

26Une très grande partie de son temps est consacrée aux brûlantes mesures qui touchent à l’épuration. Le général de Gaulle est le premier conscient de la nécessité d’une réaction immédiate envers ceux qui ont agi de manière criminelle aux côtés de l’occupant. « La collaboration avait revêtu, sous les formes variées des décisions politiques, de l’action policière et quelquefois militaire, des mesures administratives et des discours de propagande, non seulement le caractère de l’abaissement national, mais encore celui de la persécution à l’encontre d’une foule de Français… Passer l’éponge sur tant de crimes et d’abus, c’eût été laisser un monstrueux abcès infecter pour toujours le pays. Il fallait que la justice passe, elle passa45 ». Une Cour de justice est créée à Angers le 31 août 194446. En application de l’ordonnance du 26 août du Gouvernement provisoire, instituant l’indignité nationale, une Chambre civique est également établie. Des commissions de vérification des internements, des comités de confiscation des produits illicites, des comités interprofessionnels d’épuration complètent, au cours de l’automne, le dispositif. Michel Debré est conscient qu’il faut agir vite. Dans le rapport qu’il adresse, le 11 septembre, à Adrien Tixier nouveau ministre de l’Intérieur, il insiste : « Maintenant, il faut juger vite. Il faut que des décisions nouvelles permettent d’achever la tâche d’épuration dans les trois mois au plus tard47 ». Bel optimisme ! Cependant, le bilan dressé à son départ est éloquent : le premier tribunal institué, érigé en cour martiale en cas de besoin, a prononcé 66 condamnations, dont 7 à mort, et 10 acquittements ; Cours de justice et Chambres civiques prononcèrent, d’octobre à avril 1945, 449 condamnations dont 45 à mort (la moitié cependant par contumace), et 50 acquittements. Les peines accessoires (interdiction de séjour, confiscation des biens, amendes, indignité nationale) furent au nombre de 565. Cette activité judiciaire soutenue était le résultat d’une intense activité administrative : 13 544 arrêtés intéressant des personnes furent pris par les préfets des cinq départements, et 6 036 dossiers soumis aux commissions départementales de vérification. Michel Debré s’implique personnellement dans l’examen de ces dossiers, avant leur renvoi devant l’autorité judiciaire.

  • 48 Rapport du Secrétaire général pour la police au Commissaire régional de la République, 25 novembre (...)
  • 49 M. Debré, Mémoires, op. cit., p. 334.

27Malgré ces efforts, les rapports témoignent du bouillonnement des esprits : « si dans certains départements de la région, la population se trouve satisfaite des décisions prises contre les collaborateurs avec l’ennemi, il est, par contre, d’autres secteurs où la question de l’épuration provoque un vif mécontentement. C’est ainsi que dans le département de la Loire-inférieure, à Nantes en particulier, on prétend que les pouvoirs publics “s’en prennent aux lampistes”, mais protègent les “gros”. On est persuadé, dans les classes populaires, qu’il existe un véritable “complot permanent de la haute bourgeoisie”. En Maine-et-Loire, le mécontentement règne… Certains collaborateurs notoirement connus semblent tabous. D’autres, après avoir été arrêtés, sont relâchés et la presse s’ingénie à démontrer que ce sont de bons Français48 ». Généralement, la lenteur des procédures, la modicité des peines énoncées, l’inégale poursuite des coupables sont les critiques récurrentes de l’opinion publique. Encore l’Ouest est-il, à cet égard, un territoire épargné. Michel Debré conclut avec lucidité « Que l’histoire considère les misères subies, les humiliations imposées et les rancunes accumulées !… Je le dis comme je le pense, et comme je l’avais prévu : cette réaction était de l’ordre de la fatalité49 ».

Vers l’avenir

  • 50 Visite de M. Diethelm à Angers, ADML, 30 W 51.
  • 51 Michel Debré, Mémoires, op. cit., p. 341.
  • 52 ADML, 30 W 53.

28Malgré la poursuite des opérations militaires, malgré la persistance, à Saint-Nazaire, de la présence d’une troupe ennemie menaçante quoiqu’encerclée, malgré les difficultés de la vie quotidienne, la reprise est sensible au début de l’année 1945 : électricité et gaz sont rétablis dans les villes ; en mars, est ouvert le premier pont sur la Loire, le pont de Pirmil à Nantes ; voies ferrées, câbles téléphoniques sont peu à peu remis en état de marche. Comme pour encourager ce renouveau, les visites des membres du Gouvernement provisoire se font plus fréquentes. En octobre, Diethelm, ministre de la Guerre50, et Tillon, ministre de l’Air, avaient été reçus respectivement à Angers et à Nantes, mais leur présence était encore placée dans le contexte de la Libération qui venait de se produire. En janvier c’est au tour du général de Gaulle lui-même d’annoncer son déplacement à Nantes et à Angers. Il est accompagné de Raoul Dautry, ministre de la Construction et de Tanguy Prigent, ministre de l’Agriculture. Partout, le général est accueilli en libérateur par la même foule fervente qui l’accompagne lors de chacune de ses apparitions publiques. À Angers, « au balcon de l’hôtel de ville d’où il parle et où il sera follement acclamé, comme de l’hôtel de ville à la préfecture où il se rendra à pied, de joyeux vivats disent en ce jour d’hiver glacial et enneigé la chaleureuse liesse de la ville51 ». Puis viendront peu après Teitgen, ministre de l’Information52, Mayer, ministre des Travaux publics, et Frenay, ministre des Prisonniers et déportés. Michel Debré se souvient aussi de l’accueil réservé au général Vannier, ambassadeur du Canada, première personnalité étrangère civile à fouler le sol de l’Ouest libéré. Sa présence était symbolique de la paix annoncée. Peu à peu, le fonctionnement des institutions reprend un cours plus régulier. Les commissaires sont réunis chaque mois autour du ministre de l’Intérieur, Adrien Tixier. Ils ont à mettre en œuvre les mesures de relance de l’économie qui doivent permettre un redressement plus durable. C’est ainsi qu’est lancé l’ » emprunt de la libération », pour lequel Michel Debré place la région d’Angers dans le lot de tête des souscripteurs.

29Des sentiments mêlés qui furent ceux de Michel Debré lorsque, vers la mi-mars, lui parvint l’invitation du général de Gaulle à regagner Paris, ses « Mémoires » témoignent avec transparence : « je viens de vivre en province sept mois de commandement. À Paris, je vais devenir un rouage dans une grande machine. À l’inverse, je sens approcher le jour où mes fonctions de commissaire de la République prendront le tour ordinaire d’un haut fonctionnaire en province ». Mais sa conclusion est sans appel : « ce n’est plus en province que se poursuivra le combat pour une République neuve. » La page se tourne : le 9 avril 1945, paraît dans le dernier numéro du Bulletin officiel du commissariat régional une adresse aux habitants de la région, qui, tout en leur annonçant son départ et l’arrivée de son successeur Alain Savary, les exhorte à maintenir avec fidélité les valeurs de la République refondée. Lui-même d’ailleurs a déjà pris, sans regarder en arrière, la route de Paris. Le dimanche 8 avril, au volant d’une voiture au coffre de laquelle il a accroché, comme un défi, la bicyclette bleue de son arrivée, il court rejoindre sa famille et, sans plus attendre, son destin.

Notes

1 Michel Debré, Trois républiques pour une France : Mémoires, Albin Michel, 1984 ; t. I, p. 293-295.

2 Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, Plon, 1954, t. 2 : l’Unité, p. 179.

3 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, Plon, op. cit., t. 2, p. 211.

4 Michel Debré en rappelle les termes : « La Commission, constituée par un décret du Comité Français de Libération nationale en date du 3 octobre 1943, vous a désigné pour exercer les fonctions de préfet du département de… ». L’acte est signé : « Dominique Turquant ». Michel Debré, Mémoires, op. cit., p. 247.

5 Parmi les commissaires désignés, deux : Verdier et Fourcade, seront tués à l’ennemi ; deux : Bouhey et Cassou, grièvement blessés ; neuf préfets mourront pour la France.

6 M. Debré, Mémoires, op. cit., p. 286.

7 M. Debré, Mémoires, op. cit., p. 291.

8 Voir, entre autres, Épisodes de la Libération d’Angers par les troupes américaines, d’après les récits de témoins. Angers, imprimerie moderne, s.d.

9 ADML, 20 W 19.

10 Administration américaine prévue pour prendre en charge la gestion des territoires libérés.

11 Procès-verbaux d’installation des fonctionnaires, contenant notamment celui de Michel Debré, ADML, 19 W 22.

12 M. Debré, Mémoires, op. cit., p. 311.

13 Bulletin officiel du Commissariat régional de la République, 9 septembre 1944.

14 M. Debré, Mémoires, op. cit., p. 301.

15 Cet arrêté, sans date, est le premier acte officiel signé et publié par le Commissariat régional de la République : « Conformément aux instructions du gouvernement d’Alger, toutes les lois, décrets et arrêtés publiés par l’autorité de fait intitulée “gouvernement de l’État français” sont en principe abrogés. Toutefois, en raison des circonstances, et jusqu’à la libération complète du territoire, est seule considérée comme nulle et non applicable la législation à caractère politique, telle que la législation d’exception (lois sur les juifs, sur les sociétés secrètes, etc.) et que la législation créant les juridictions spéciales (Tribunal d’État, Section spéciale, Cour martiale). Demeurent en vigueur, sauf abrogation spéciale, les lois, décrets et arrêtés dépourvus de caractère politique ». Bulletin officiel du Commissariat régional de la République, 19 août 1944.

16 Sont particulièrement désignés la Milice, le groupe Collaboration, la Phalange africaine, la Milice antibolchevique, la Légion tricolore, le Parti franciste, le Rassemblement national populaire, le Mouvement social révolutionnaire, le Parti populaire français.

17 Sont cités les services de la main-d’œuvre française en Allemagne, des questions juives, des Sociétés secrètes, de l’information et de la propagande.

18 Les dossiers préparatoires à l’impression du Bulletin officiel du Commissariat régional de la République et une collection complète de ce dernier sont conservés par les ADML, 20 W 1.

19 M. Debré, Mémoires, op. cit., p. 327.

20 Lettre aux maires des communes de la région d’Angers, 20 octobre 1944, Bulletin officiel du Commissariat régional de la République, 21 octobre 1944.

21 M. Debré, Mémoires, op. cit., p. 328.

22 Rapport du Commissaire régional des Renseignements généraux au secrétaire général pour la police de la région d’Angers, 22 septembre 1944. ADML, 20 W 3.

23 Ch. de Gaulle, op. cit., t. 2, p. 300-301.

24 Décision du Gouvernement provisoire de la République, 28 août 1944. ADML, 8 W 88.

25 Rapport du Commissaire régional des Renseignements généraux au secrétaire général pour la police de la région d’Angers, 22 septembre 1944, 20 W 19.

26 Notes du Commissaire régional de la République sur le maintien de l’ordre et la circulation, 26 septembre 1944. Le gouvernement provisoire avait d’ailleurs, le 19 septembre, mis définitivement un terme aux activités dispersées des FFI en décrétant que ces forces « font partie intégrante de l’armée française » et sont soumises aux règles générales de l’organisation et de la discipline militaire. Enfin, qu’elles sont placées exclusivement sous commandement militaire, qu’elles soient ou non encore en opérations.

27 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, op. cit., t. 2, p. 352.

28 M. Debré, Mémoires, op. cit., p. 318.

29 Rapports des préfets de département au Commissaire régional, ADML, 19 W 13.

30 Note du Commissaire régional de la République à messieurs les préfets de la région, Bulletin officiel du Commissariat régional de la République, 30 septembre 1944.

31 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, le salut, 1944-1946, t. 3, p. 139.

32 Rapports au Commissaire régional sur la situation de la presse, septembre 1944-janvier 1945, ADML 19 W 15.

33 Ch. de Gaulle, op. cit., t. 3, p. 139.

34 Bulletin officiel du Commissariat régional de la République, arrêtés du 6 janvier 1945.

35 Rapport de la gendarmerie nationale au Commissaire régional, 21 octobre 1944, ADML, 20W 3.

36 Rapport du secrétaire régional pour la police au Commissaire régional, 21 novembre 1944, ADML, 20 W 3.

37 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, op. cit., t. 3, p. 113-114.

38 Arrêté du Commissariat régional du 16 septembre 1944, Bulletin officiel du Commissariat régional de la République, 23 septembre 1944.

39 M. Debré, Mémoires, op. cit., p. 221-222. Le 7 novembre, dans une Lettre aux paysans de la région d’Angers (Bulletin officiel du Commissariat régional de la République, 11 novembre 1944), il les exhorte à permettre la livraison de leurs produits à l’agglomération parisienne : « Paysans, la guerre continue qui empêche le rétablissement rapide des transports et toutes importations… Il nous faut par nos propres moyens mettre fin à l’effroyable sous-alimentation qui règne dans les villes… Pas une denrée alimentaire ne doit être soustraite au ravitaillement… Paysans, refusez-vous au marché noir ; par un dernier effort nourrissez la population affamée. »

40 Rapports du lieutenant-colonel de gendarmerie au Commissaire régional, 21 octobre 1944. ADML, 20 W 3. Les mêmes informations sont données durant l’hiver 1944 et le printemps 1945. Voir notamment Rapports du Commandant de gendarmerie au Commissaire régional, 20 mars 1945, ADML, 30 W 24.

41 Bulletin officiel du Commissariat régional de la République, 19 août 1944.

42 Circulaire du Commissaire régional de la République aux préfets de la région d’Angers, s.d. Bulletin officiel du Commissariat régional de la République, 26 août 1944

43 Comité des œuvres sociales de la Résistance, arrêté du 23 octobre 1944. Bulletin officiel du

Commissariat régional de la République, 28 octobre 1944.

44 Rapport du Commandant de gendarmerie au Commissaire régional de la République, 21 octobre 1944, ADML, 20 W 3.

45 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, op. cit., t. 3, p. 131-133.

46 Arrêté du Commissariat régional de la République, 31 août 1944. Bulletin officiel du Commissariat régional de la République, 9 septembre 1944.

47 M. Debré, Mémoires, op. cit., p. 329.

48 Rapport du Secrétaire général pour la police au Commissaire régional de la République, 25 novembre 1944. ADML, 20 W 3.

49 M. Debré, Mémoires, op. cit., p. 334.

50 Visite de M. Diethelm à Angers, ADML, 30 W 51.

51 Michel Debré, Mémoires, op. cit., p. 341.

52 ADML, 30 W 53.

Auteur

Directeur des Archives départementales de Maine-et-Loire

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540