Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les préfets de Maine-et-Loire

 | 
Jean-Luc Marais

Deuxième partie. Journée d'étude à l'occasion du bicentenaire du corps préfectoral

Grégoire Bordillon et la République romantique (1848-1849)

Jacques-Guy Petit

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Sur G. Bordillon voir : Sorin Élie, La Vie politique en Province. Étude sur G. Bordillon, suivie d (...)

1Grégoire Bordillon (1803-1867) fut le premier préfet véritablement républicain de Maine-et-Loire. Par ses qualités, comme par ses ambiguïtés, il incarne bien la République romantique de février 1848. Cet avocat fut un des principaux acteurs des réseaux libéraux puis républicains en opposition à l’orléanisme. Représentant du gouvernement de la République, il se trouva vite en butte aux intrigues locales dirigées par les légitimistes et les conservateurs ralliés par opportunisme à la République1.

Le républicain de la veille

  • 2 Petit Jacques-Guy, « Libéraux, démocrates et républicains angevins (1830-1848) », dans Républiques (...)
  • 3 Journal de Maine-et-Loire, 4, 5, 10, 12 et 15 mars, 30 avril 1837, etc.

2À Angers, les réseaux libéraux des bourgeoisies d’affaires ou des talents s’étaient retrouvés provisoirement unis, en 1828-29, dans l’opposition à la politique réactionnaire de Charles X. Cet unanimisme de façade s’exprimait, au tout début de la Monarchie de Juillet, dans le Journal de Maine-et-Loire, principal quotidien local, possédé par l’industriel Auguste Giraud et rédigé par deux jeunes hommes de loi talentueux et fougueux, Grégoire Bordillon et Alexandre Freslon2. Les libéraux se retrouvent aux côtés des jeunes romantiques pour promouvoir la Société industrielle en 1830, puis les salles d’asiles. En 1831-1832, ils sont encore relativement réunis dans un combat commun contre l’insurrection légitimiste qui voulait gagner l’ouest du département, à l’occasion de la venue de la duchesse de Berry. Toute l’année 1831, sous la plume de Bordillon, le Journal de Maine-et-Loire dénonce les menées légitimistes de la grande noblesse traditionnelle de l’Anjou, la « caste jésuitique » alliée des tyrans et ils en appelle à la guerre aux châteaux3.

  • 4 Bibliothèque municipale d’Angers, ms. 566 et 1367.
  • 5 AN F 1b I 156/34, dossier 27 (Isère 13bis). Dossier de G. Bordillon et Acte de naissance du 27 fri (...)
  • 6 Petit Jacques-Guy, « Nouveau christianisme, République et Révolution dans le Val de Loire (1828-18 (...)
  • 7 Bibliothèque de l’Arsenal, Fonds Enfantin, ms. 7601, 199-200.
  • 8 Sorin Elie, op. cit., p. 47.

3Bordillon est alors, comme Freslon et l’imprimeur Lesourd, proche de l’« église » saint-simonienne d’Angers dirigée par le magistrat Joseph Rey et le dessinateur Hawke4. Fils d’un artisan poêlier du quartier ouvrier de la Doutre qui fut, en 1792, un des Volontaires du Bataillon de Beaurepaire, Bordillon fait ses études de droit à Rennes5. Lors de son stage d’avocat à Paris, en 1825-1827, il fréquente les milieux libéraux du Globe et les réseaux saints-simoniens autour de Michel Chevalier, Hippolyte Carnot et les frères Péreire6. À Angers, en 1831-1832, G. Bordillon correspond encore avec les saints-simoniens du Globe7, et ses meilleurs amis sont, à Paris, outre H. Carnot, Dufaure, l’avocat Marie et à Nantes le médecin Ange Guépin8.

  • 9 Journal de Maine-et-Loire, 21 avril 1833 et AD 49, lM6/32, dossier saints-simoniens.
  • 10 Fonds Enfantin, op. cit., Lettre de Bordillon à Péreire, 10 janvier 1832.

4C’est sur la question du saint-simonisme que se disloquera, à Angers, en avril 1833, le front des libéraux. La propagande des apôtres saints-simoniens qui attirait la foule provoque une émeute, sans doute manipulée par la police. Antoine Farran, l’adjoint du nouveau maire Augustin Giraud, emprisonne puis expulse les prédicateurs. Bordillon et Freslon prennent prétexte de cet incident pour démissionner du Journal de Maine-et-Loire avec éclat9. En réalité, si Bordillon avait payé les frais de séjour des saints-simoniens, il avait, comme Freslon, déjà pris ses distances avec un mouvement dont il critiquait les nouvelles orientations mystiques et religieuses, « le papisme orientalisé » d’Enfantin10.

  • 11 Farran Antoine, Mes souvenirs administratifs et politiques, Bibliothèque municipale d’Angers, ms. (...)
  • 12 Bulletin de la Société Industrielle d’Angers, 1831, vol. II, p. 16-28.
  • 13 Op. cit. note 6.
  • 14 AN F1b I 156/34, op. cit., Affıche du 5 septembre 1849, « Aux citoyens du département de Maine-et- (...)

5La rupture de Bordillon avec Giraud avait commencé plut tôt11. Dès les premières séances de la Société industrielle d’Angers, fin 1830, alors que A. Giraud défendait la libre concurrence sans contrôle, il avait trouvé chez Bordillon un adversaire résolu qui décrivait les méfaits de cette concurrence dans le monde ouvrier anglais et se déclarait le disciple d’Owen, pour contribuer à l’avènement d’une société « où chacun sera placé selon ses capacités et chaque capacité rétribuée selon ses œuvres »12. Partisan résolu de la réforme sociale, avec A. Guépin de Nantes, Bordillon cherchera un débouché politique pour fédérer les courants opposés au conservatisme orléaniste. C’est, en 1833-1834, la tentative de l’Union de l’Ouest en vue de regrouper les « hommes de progrès » des villes bleues de Nantes, Angers, Le Mans, Rennes. « Liberté, égalité, association » sont les principes de base de cette Union qui renoue avec l’idéal de 1789 et des premières fédérations. Le mouvement échouera suite aux tracasseries du pouvoir orléaniste, suite surtout aux dissensions internes. L’Union dominée par les anciens saints-simoniens (A. Guépin et G. Bordillon appuyés par H. Carnot) est contestée par une minorité proche des sociétés républicaines parisiennes, comme le docteur Lefrançois d’Angers, qui veut faire passer la réforme politique avant la réforme sociale13. G. Bordillon est donc alors un royaliste constitutionnel partisan d’évolutions politiques progressives. Mais, après sa rupture avec la bourgeoisie conservatrice, il s’engagera de plus en plus dans l’opposition à la royauté orléaniste pour se rapprocher de la République qu’il dira, par ses traditions familiales, avoir appris « à vénérer comme l’idéal de gouvernement de ce monde »14. En 1840, il fonde, avec ses amis, le Précurseur de l’Ouest, un journal qui va devenir le porte-parole des divers courants républicains en Anjou.

  • 15 AD 49, 1M6/32, Rapport du préfet Gauja, 29 janvier 1842.
  • 16 Dubois B., Les électeurs du département de Maine-et-Loire pendant la Monarchie de Juillet, mémoire (...)
  • 17 Farran Antoine, Mes souvenirs […] dans F. Bernard, op. cit., p. 200-201.
  • 18 AD 49, 122 T1, dossier Le Précurseur.

6Les fondateurs du Précurseur ne font pas partie du réseau des « républicains-radicaux », contrairement au négociant Riotteau, au médecin Grandmesnil des Rosiers et quelques anciens Chevaliers de la liberté liés au coup de main du général Berton à Saumur contre la Restauration15. Ce sont des démocrates modérés, tels G. Bordillon, A. Freslon, Marc Larivière, et des démocrates plus avancés comme J. Lefrançois. En juillet 1840, porté par la montée en Anjou de la petite et moyenne bourgeoisie électrice, suite à l’abaissement du cens et à la croissance économique16, le Précurseur veut réunir la plupart des opposants de gauche à l’orléanisme. Les fondateurs du quotidien font appel à des rédacteurs de qualité : Arsène Peauger (futur maître des requêtes au Conseil d’État puis préfet républicain de Marseille en 1848), Edmond Adam (qui quittera le Précurseur pour le National en 1846 et sera, au printemps 1848, adjoint de Marrast à la mairie de Paris), puis Nicolas Maige, ancien rédacteur du Courrier de Saumur17. Dans son Prospectus de lancement, le Précurseur fait appel aux « amis de la Révolution »18, celle de 1789 comme celle de 1830. En 1842, soucieux de donner une tribune à l’ensemble de l’opposition, le quotidien publiera trois programmes : celui de l’extrême-gauche socialiste, celui de la gauche radicale (républicaine), celui de la gauche dynastique ou constitutionnelle d’Odilon Barrot.

  • 19 Tudesq A.-J., Les grands notables en France. 1840-1842, PUF, 1964, p. 396.
  • 20 Tchernoff, Le parti républicain sous la Monarchie de Juillet, 1901, p. 129.
  • 21 Agulhon Maurice, 1848 ou l’apprentissage de la République, Seuil, 1973, p. 21-22.
  • 22 Vittori Fabienne, Le Précurseur de l’Ouest, 1840-1843, mémoire de maîtrise, université d’Angers, 1 (...)
  • 23 Rivière Armand, La démocratie angevine de 1848 à 1851, Angers, 1869.

7Comment situer sur l’échiquier politique G. Bordillon et le Précurseur, en 1840, l’année du ministère Guizot ? C’est alors que le centre-gauche de Thiers, auquel s’est rallié A. Farran, député d’Angers, bascule dans l’opposition. La Chambre de 1840 se compose de 15 députés républicains, 104 de la gauche dynastique, 43 du centre-gauche, 22 du tiers parti (centre-droit), 253 conservateurs (droite) et 22 légitimistes (extrême-droite)19. Chez les républicains, on distingue alors l’extrême-gauche socialiste ou utopiste (Cabet, Blanqui), les radicaux (Ledru-Rollin, Arago), les « opportunistes » (Marrast) et les conservateurs (Carrel)20. Le Précurseur, qui n’aime pas beaucoup Thiers, est proche des républicains de la tendance de Marrast et du National. Alors que n’existent pas encore les partis politiques, les rédactions des grands journaux parisiens en tiennent lieu. Les deux principaux journaux républicains sont le National fondé par A. Carrel et Thiers et maintenant dirigé par Marrast, et la Réforme, depuis 1843, plus proche des radicaux21. Par leur souci d’alliance tactique avec la gauche orléaniste, par leur modération et leurs amitiés (Adam qui rejoindra le National), par leur réticence envers le radicalisme de Ledru-Rollin, le Précurseur et G. Bordillon sont indiscutablement dans la mouvance du National. Ce républicanisme modéré, très efficace, est dangereux pour le pouvoir orléaniste22. La volonté de prôner la démocratie par le suffrage universel, sans cependant effaroucher le lectorat angevin, suscitera plus tard l’ironie d’Armand Rivière, un observateur critique de la démocratie angevine qui reprochera à ces républicains modérés de craindre les violences ouvrières23.

  • 24 Delebecque Agnès, La crise municipale de 1843 à Angers, mémoire de maîtrise, université d’Angers, (...)
  • 25 Farran Antoine, op. cit., p. 81-85 et 88-92.

8En 1843, pourtant, la crise municipale d’Angers révèle toute la pugnacité de Bordillon et de ses amis du Précurseur de l’Ouest contre le parti conservateur représenté localement par Augustin Giraud et le Journal de Maine-et-Loire24. Depuis 1831, les conseils municipaux sont élus au scrutin censitaire (avec maintenant le vote de « capacités »), soit moins de 1500 électeurs pour Angers, les maires et les adjoints restant nommés par le gouvernement. Depuis 1837, le maire est Antoine Farran, dans l’opposition à Guizot, comme l’ensemble de la députation de Maine-et-Loire depuis les élections de 1842 (sauf le colonel Sevret). Les élections municipales partielles de 1843 sont marquées par la lutte entre la liste conduite par A. Giraud et celle dirigée par A. Farran et le Précurseur de l’Ouest. Le 4 juillet, Farran gagne de peu, mais 22 des 36 conseillers le soutiennent pour qu’il soit maintenu maire. C’est A. Giraud qui est nommé maire le 21 juillet 1843, avec de nouveaux adjoints de sa tendance, Guizot faisant payer à Farran son opposition à la Chambre, au sein de la gauche dynastique25.

  • 26 Delebecque Agnès, op. cit., p. 146-150.
  • 27 Le Précurseur de l’Ouest, 12 août 1843.
  • 28 Farran Antoine, op. cit., p. 88.
  • 29 Port Célestin, Dictionnaire historique de Maine-et-Loire (1re éd.), t. 1, p. 46.
  • 30 AN F1b I 156/34, Isère. Note au ministre, non datée (de fin 1849 car Bordillon a « 46 ans »).
  • 31 Farran Antoine, op. cit., p. 119. Dans une thèse sur Le malentendu républicain. L’exemple du Maine (...)

9L’opposition municipale ne s’avoue pas battue et une crise ouverte va durer près de deux ans : blocage du vote du budget, débats tumultueux au conseil, difficultés au tribunal de commerce, procès contre le Précurseur, incidents lors des élections de la garde nationale26. Au conseil municipal, A. Freslon, G. Bordillon, F. Guittet, Latousche et Larivière mènent l’offensive. Le 11 août 1843, quand l’héritier du trône, le duc de Nemours, visite Angers, les conseillers d’opposition acceptent d’être présents au nom de « leurs sentiments envers la dynastie », sauf Lefrançois et Bordillon qui déclarent publiquement leur refus, donc leur opinion républicaine27. La division de la ville « en deux camps ennemis »28 se terminera provisoirement par la victoire de Giraud après la dissolution du conseil municipal, lors des nouvelles élections des 18 mai et 3 juin 1845. Mais cette crise municipale angevine, très suivie en France29, marque la montée des revendications démocratiques ainsi que la radicalisation des républicains et elle annonce le déclin de la monarchie conservatrice. Fin 1849, quand la République sera devenue, elle aussi, conservatrice, que Giraud rentrera en grâce et que Bordillon sera destitué, le ministère de l’Intérieur justifiera cette décision par le fait qu’il avait été « l’un des meneurs du conflit municipal de cette ville d’Angers »30. On comprend qu’en choisissant les premiers commissaires de la République, Ledru-Rollin déclare nommer Bordillon comme un de ces « véritables républicains, ceux qui antérieurement on fait leurs preuves de républicanisme »31.

Le commissaire et le préfet de la République romantique

  • 32 AN F1b I 156/34, Isère, décret du ministre de l’Intérieur, 27 février.
  • 33 Bargeton René, Les préfets du 11 ventose an VIII au 4 septembre 1870. Répertoire nominatif et terr (...)
  • 34 Agulhon Maurice, op. cit., p. 52.

10Le 27 février 1848, le ministre de l’Intérieur du Gouvernement provisoire révoque donc l’ancien préfet Bellon et nomme G. Bordillon commissaire du Gouvernement dans le Maine-et-Loire, investi des pouvoirs de préfet mais aussi chargé, à la tête des autorités civiles et militaires, de prendre toutes les mesures d’ordre et de salut public qu’il jugerait nécessaire pour l’affermissement de la République32. Bordillon fait partie de ces représentants du nouveau gouvernement en place dans les départements de fin février à juin 184833, avec des pouvoirs très étendus qui rappellent ceux des représentants en mission de la Première République : maintenir l’ordre, installer la nouvelle administration, faire face à la crise économique, révoquer et nommer les fonctionnaires, etc.34

Le chef de l’administration

  • 35 Bordillon Grégoire, « Citoyens du département de Maine-et-Loire », affiche. AN F1b I 156/34, sd (2 (...)
  • 36 Farran Antoine, op. cit., p. 120.

11G. Bordillon assume rapidement ses fonctions, dès son installation à l’Hôtel de Ville d’Angers, le 28 février. L’affiche qu’il fait placarder manifeste ses convictions : l’ère de la République, en Europe, est celle de la « dignité, de la liberté, du dévouement fraternel ». Son programme : « l’amélioration morale, intellectuelle et physique de tous les enfants de la commune patrie ». Appelant à l’union de tous dans l’oubli des querelles passées, il donne l’exemple en rendant visite à l’évêque d’Angers. Il lui témoigne de son « respect pour les croyances chrétiennes » tout en lui demandant son « loyal concours »35. Dans ce département où la lutte entre les blancs et les bleus a souvent été sanglante, où la noblesse légitimiste reste très puissante dans les campagnes de l’Ouest (Mauges et Segréen) et où les républicains sont peu nombreux, le choix de Bordillon ne tient pas du hasard. S’il doit faire œuvre de fermeté pour faire respecter la République, il doit aussi la rendre aimable et le gouvernement compte sur son expérience de la vie politique locale, ainsi que sur ses qualités reconnues d’intégrité et de tolérance. Farran laisse croire qu’il fut pour quelque chose dans la nomination de ce « brave et honnête homme »36, mais c’est surtout Bineau, polytechnicien, député d’Angers et collaborateur du Précurseur de l’Ouest qui fut à l’origine d’une nomination qui ne pouvait que convenir à un gouvernement dont plusieurs ministres (Carnot et Marie) étaient depuis vingt ans amis de Bordillon.

  • 37 Le Précurseur de l’Ouest, 29 février 1848. Le nouveau maire d’Angers a été nommé par arrêté de Bor (...)
  • 38 AD 49, 1M6/43, correspondance du préfet, février-novembre 1848.
  • 39 Ibidem, Lettre de la municipalité de Beaupréau, le 16 avril.
  • 40 E. Dubois s’était rallié à la République dès le 27 février. AN BB 30/359. Dossier 2, n° 135. Gaudi (...)
  • 41 Voir la polémique entre les deux journaux rivaux, les 1er et 2 mai 1848.

12Son premier souci est de rééquilibrer les municipalités orléanistes ou légitimistes par la nomination de nouveaux maires et adjoints républicains ainsi que par des conseillers « adjoints ». Le 29 février, en remplacement de A. Giraud, le commissaire de la République installe le nouveau maire d’Angers, Camille Guillier de la Tousche et ses adjoints D. Richou, F. Mars- Larivière et Bellier. La plupart sont d’anciens collègues de Bordillon au conseil municipal, et la Tousche est connu pour avoir été lié à la conspiration de Berton37. Le « citoyen commissaire » nomme rapidement d’autres maires, notamment à Chalonnes, Briollay, Saint-Mathurin, où ils avaient été destitués par le régime précédent pour avoir manifesté leur soutien au député Bineau et à l’opposition du centre-gauche. Les changements sont nombreux en mars, souvent à la demande de républicains locaux (Blaison, Saint-Georges, Le Thoureil)38. En revanche, à Beaupréau, les légitimistes font front. Alors que G. Bordillon, le 16 avril, avait révoqué le maire et de nombreux conseillers pour « adjoindre » de nouveaux membres, tous, anciens et nouveaux, à l’instigation de Dufort de Civrac, refusent ces décisions39. Bordillon fait nommer de nouveaux sous-commissaires, comme Jacques Lofficial à Baugé et Mars-Larivière à Saumur. Quant à la magistrature, elle est aussi réorganisée par A. Freslon, nouveau procureur général à la cour d’appel. Le Journal de Maine-et-Loire proteste contre les destitutions (surtout celle du président du tribunal de Segré) tandis que le Précurseur critique l’indulgence de Freslon envers les membres orléanistes du parquet, l’ancien avocat général Ernest Dubois n’étant que mis en disponibilité, eu égard à ses antécédents démocratiques40. Tout compte fait, les révocations de fonctionnaires sont peu nombreuses. En dehors des maires et des juges de paix hostiles à la République, on relève la destitution d’Hamon, percepteur de la Bohalle, à la demande du maire de la commune41.

  • 42 Marais Jean-Luc, « 1848 et la Seconde République : les Angevins votent pour la première fois au su (...)
  • 43 AD 49 1M2/17. Correspondance du cabinet du préfet. Lettre du ministère de l’Intérieur à G. Bordill (...)
  • 44 C’est fin mars que se développent les articles de presse sur ces divers types de républicains, de (...)
  • 45 Le Précurseur, lundi 10 avril (sur cette réunion du 5 avril).

13En ces mois de mars et avril, l’énergie du commissaire du gouvernement se mobilise pour la préparation des élections législatives, les premières au suffrage universel masculin, dans un département où elles s’annoncent difficiles42. Le ministère demande à Bordillon d’obtenir « le concours des vrais patriotes » pour préparer ces élections à la Constituante43, reportées au 23 avril 1848. Certes, tout le monde s’est rallié au nouveau pouvoir, y compris les légitimistes comme Falloux et les orléanistes comme A. Giraud, mais le ralliement intéressé de ces républicains du lendemain ne trompe personne, surtout pas le Précurseur de l’Ouest et les républicains de la veille44. Suivant les conseils de Carnot, ministre de l’instruction publique, Bordillon convoque tous les instituteurs du Maine-et-Loire à la préfecture, le 5 avril. Il les reçoit entouré d’Ernoult son chef de cabinet, de Freslon, le nouveau chef du parquet de la cour d’appel, de Cacarrie, polytechnicien et de Trouessart, professeur au lycée, chacun délivrant son message de vrai républicanisme. Bordillon affirme que les instituteurs pourront voter selon leur conscience, mais il les flatte : alors qu’ils n’étaient pas traités par la Royauté avec les égards qui leur étaient dus, la République va leur apporter considération et bien être. Ils doivent d’abord faire nommer de bons représentants du peuple et Bordillon leur dépeint deux portraits : celui du faux républicain, ancien serviteur du régime déchu ; celui du vrai républicain convaincu, un homme politique nouveau. On leur rappelle aussi que l’instruction publique n’existe que grâce à la première révolution et Cacarrie renchérit : « vous devez être les apôtres et les missionnaires de cette bonne nouvelle de l’instruction publique »45.

  • 46 Maillard Isabelle, Le démocrate de l’Ouest, 1848-1850, mémoire de maîtrise, université d’Angers, s (...)
  • 47 Lettre de Bordillon au maire de Pouancé, le 22 avril 1848. Le Précurseur, 22 avril.
  • 48 Lettre de Charpiot, instituteur protestant de Saumur, le 21 avril, qui demande des imprimés de la (...)

14Les élections, bien qu’à fleuret moucheté, donnèrent lieu à d’âpres combats, les conservateurs et les légitimistes mettant en œuvre une habile stratégie. Formant ensemble la liste du « Comité de l’Union » soutenue par le Journal de Maine-et-Loire et par l’Union de l’Ouest, ils y intègrent des républicains modérés. Quelques conservateurs se placent aussi sur la liste républicaine du « Comité national ». Bordillon et le Précurseur soutiennent la liste des républicains de la veille, celle du « Comité central d’élection républicaine », tout en n’attaquant pas la liste du « Comité de l’Union ouvrière et agricole » de l’extrême-gauche qui publiera le Démocrate de l’Ouest en décembre 184846. Bordillon destitue le maire de Pouancé coupable d’avoir fait circuler la liste de Giraud, Falloux et Quatrebarbes, liste selon lui du « concert des anciens chefs de nos contrées » et « un appel à toutes les passions réactionnaires »47. Cependant, il demande aux maires de ne plus s’abonner au Journal de Maine-et-Loire, l’ancien « Journal officiel » de la préfecture, pour s’abonner au nouveau, le Précurseur. Il demande aussi aux instituteurs de faire circuler le quotidien républicain et sa liste48.

  • 49 Marais Jean-Luc, op. cit., p. 165- 166.
  • 50 Voir ces deux quotidiens, lundi 1er mai et mardi 2 mai.

15Bien qu’au nombre de voix les républicains fassent jeu égal avec les conservateurs, les républicains de la veille n’ont pas véritablement gagné les élections dont les résultats sont ambigus, plusieurs noms se retrouvant sur diverses listes. Parmi les 13 constituants, les légitimistes ne placent que Falloux, l’extrême-gauche ne fait que de la figuration et 4 vrais républicains sont élus (David, Freslon, Lefrançois, Joulnaux). Si Giraud n’est pas élu, les orléanistes ralliés (toutes les tendances, de Farran à Louvet maire de Saumur) sont majoritaires49. Tandis que le Précurseur affiche sa déception devant cette victoire de « la cause de la peur », le Journal de Maine-et-Loire chante donc victoire50.

L’ordonnateur des fêtes républicaines et le ministre de la parole

  • 51 Ozouf Mona, La fête révolutionnaire 1789-1799, Gallimard, 1976 ; Agulhon Maurice, Marianne au Comb (...)

16Pendant des mois, les célébrations républicaines se multiplient en Anjou comme partout en France : fêtes patriotiques, plantations d’arbres de la liberté, banquets et revues de la garde nationale, etc. Ces fêtes révolutionnaires, fêtes de la fraternité qui renouent avec celles de la première révolution, veulent régénérer le civisme patriotique et faire assumer, à l’échelon communal, l’héritage démocratique et républicain51. C’est le printemps joyeux de la République pacifique et romantique qui s’assombrira avec les journées de juin. Bordillon est partout, ordonnateur et président de ces moments d’exaltation où s’épanouissent les drapeaux et cocardes tricolores, où afflue une population bon enfant, où résonnent les fanfares. Son verbe fleuri enthousiasmant les foules, il devient une sorte de ministre de la foi républicaine dans des liturgies unanimistes ponctuées de vibrants « Vive la République ! ».

  • 52 Le Précurseur, lundi 20 mars (fête du dimanche 19 mars).
  • 53 Marais Jean-Luc, op. cit. et Le Précurseur, 3 et 17 avril ; 16 mai 1848.

17Le dimanche 19 mars, la préfecture et la municipalité célèbrent la République en posant la première pierre du piédestal de la statue de Beaurepaire (elle ne sera posée qu’en 1889 !), le commandant des Volon-taires de Maine-et-Loire, le héros de Verdun en août 1792. La fête qui a lieu sur le pont du centre, dans le quartier ouvrier de la Doutre, celui de Bordillon, réunit toutes les autorités, les corporations d’ouvriers, les gardes nationales, la troupe, les élèves des écoles, les Polonais exilés avec leur drapeau et des vieillards qui avaient combattu avec Beaurepaire. Les gardes nationales se réunissent aussi en de nombreuses villes pour des fêtes patriotiques, et d’abord dans les villes bleues comme à Baugé ce même 19 mars52. Dans le département, la plantation d’arbres de la liberté commence à Saumur le dimanche 2 avril, place de l’Hôtel de Ville. Devant un « océan de têtes humaines » et les bateaux de Loire pavoisés, Bordillon évoque la mémoire de Berton. Le dimanche 9 avril, la liberté se plante à Chalonnes, le dimanche 16 avril à Angers, le 14 mai à Saint-Georges, la liberté républicaine s’enracinant d’abord dans le sol propice du Val de Loire, l’axe de circulation des idées nouvelles. À Angers, où 500 jeunes gens chantent la Marseillaise et l’air des Girondins, Bordillon rappelle que le premier arbre de la liberté avait été planté en juillet 1792 dans un contexte beaucoup plus difficile. Cette différence entre 1848 et 1792, il l’attribue au nouveau climat de concorde entre l’Église et la République, à ce qu’il nomme un « pacte sublime fait entre Dieu et la liberté »53.

  • 54 Agulhon Maurice, op. cit., p. 53.
  • 55 Pierrard Pierre, L’Église et la Révolution, 1789-1889, Paris, 1988, p. 147 sq.
  • 56 Duroselle J.-B., Les débuts du catholicisme social en France (1822-1870), Paris, 1951 et Mayeur J. (...)
  • 57 Boulmier Emmanuelle, La démocratie chrétienne ressuscitée. Le tribun (mars 1848 -novembre 1851), m (...)

18On sait combien les républicains romantiques de ce printemps 1848 étaient imprégnés de spiritualisme déiste54. Cette « illusion lyrique » d’une fraternité réconciliatrice était proclamée par de nombreux socialistes utopistes, de même que par les artisans rédacteurs de l’Atelier qui saluent, en février 1847, les idées provisoirement progressistes du nouveau pape Pie IX. Alors que les arbres de la liberté plantés après la Révolution de juillet 1830 avaient une tonalité voltairienne et souvent même symbolisaient l’arbre laïc opposé à la croix, les arbres de la liberté du printemps 1848 symbolisent l’arbre sacré et sont bénis par le clergé55. En Anjou, le Tribun qui paraît le 25 mars 1848, dirigé d’abord par Louis Guérin, représente cette démocratie chrétienne, ce premier catholicisme social56, mais à l’angevine : proche des idées de Lamartine, de Buchez et de l’Atelier, il est financé par les très légitimistes de Quatrebarbes et de Terves et imprimé par N. Maige, le directeur du Précurseur de l’Ouest57.

  • 58 Proclamation de G. Bordillon, affiche du 27 février 1848, op. cit.
  • 59 Le Précurseur, 20 mars 1848.
  • 60 Le curé de Chalonnes, le 9 avril. Le Précurseur, 13 avril 1848.
  • 61 Port Célestin, op. cit., t. 1, p. 32. Sur le rôle d’Angebault, voir surtout Serge Chassagne dans L (...)
  • 62 Lettre de Mgr Angebault, 28 mai 1848, AD 49, 1M6/43.

19Bordillon ira très loin dans la voie de cette union sacrée. En 1831-1833, il s’affirmait déiste respectueux de l’Évangile mais anti-clérical. En 1848, dès sa première proclamation aux citoyens du Maine-et-Loire, il accepte sa mission républicaine « devant Dieu », invoque « la providence »58 et, surtout, jusqu’au début juin 1848, il célèbre l’alliance de la République et de la religion. Son enthousiasme culmine lors de la fête du 19 mars à Angers, quand il voit le drapeau bleu-blanc-rouge flotter au sommet de la cathédrale, juste sous la croix du Christ, cette hiérarchie (l’étendard chrétien au-dessus du symbole républicain) lui paraissant justifiée59. Le clergé, même à Beaupréau, joue alors le jeu, bénit les fêtes, les arbres de la liberté et célèbre l’union de « l’Évangile et de la démocratie »60. Guillaume Angebault (1790-1869), évêque d’Angers depuis 1842, en est encore au début d’un long épiscopat de 27 ans marqué par son autoritarisme, la multiplication des œuvres et sa soumission aux orientations bientôt contre-révolutionnaires de Pie IX. Il se montre alors très souple envers le nouveau pouvoir républicain61 et, pendant cette euphorie d’avant juin 1848, il apprécie l’esprit de conciliation du représentant de la République, lui faisant preuve de confiance dans sa correspondance62.

  • 63 Perrot Michelle, L’impossible prison, Paris, 1980, p. 295 ; Petit Jacques-Guy, Ces peines obscures (...)
  • 64 Lettre de G. Bordillon au ministre de l’Intérieur, 26 août 1849. AN F1b I 156/34, op. cit.
  • 65 Sœur Marie-Louise de Gonzague, au nom de la supérieure générale, écrit à Bordillon le 19 août 1849 (...)

20Bordillon a surtout rendu de grands services à la communauté religieuse du Bon Pasteur dont la maison-mère, établie à Angers, fait travailler des jeunes filles (délinquantes, prostituées ou pensionnaires) enfermées dans le couvent. Dès les premiers jours de la Révolution, dans le contexte d’une ancienne revendication populaire contre la concurrence déloyale des ateliers des couvents et des prisons, les émeutes s’étaient multipliées en France contre ces institutions. Les « bagnes industriels » des monastères avec leurs « sœurs contremaîtresses » étaient visés, en particulier dans le Lyonnais et en Champagne où la crise touchait fortement l’industrie textile. À Reims, le 28 février, les tisseurs attaquèrent le Bon Pasteur en criant « Allons brûler les couvents ! »63. Bordillon se prévaudra d’avoir protégé le Bon Pasteur à Angers « contre les emportements et les violences qui ailleurs ont amené l’incendie et le pillage des maisons succursales »64. Lors de son départ pour l’Isère, ces religieuses lui apporteront un fort témoignage de reconnaissance et d’estime65.

L’homme du maintien de l’ordre

  • 66 Le Précurseur de l’Ouest, 29 février. Voir aussi Vittori Fabienne, op. cit., p. 30-34.
  • 67 Rapport du citoyen Lefrançois […], 24 mars 1848. AD 49 1Y 23. Retranscription dans Pégis Olivier, (...)

21Commissaire de la République puis préfet le 2 juin 1848, sous son apparente bonhomie, G. Bordillon fit preuve de beaucoup d’autorité pour maintenir la paix sociale dans le cadre d’une république bleue modérée, soigneusement démarquée de l’extrémisme rouge. Certes, sa première décision, le 28 février (en application du décret annulant toutes les condamnations politiques prononcées pendant le régime orléaniste mais non les condamnations de droit commun), donne mission au docteur Lefrançois d’inspecter la maison centrale de Fontevrault et de libérer les détenus politiques. Bordillon l’autorise même à proposer des remises de peine pour les droits communs. Lefrançois était l’homme de la situation car il militait depuis longtemps pour l’amélioration du régime des prisons66. Il enquêta six jours à Fontevrault, fit libérer deux détenus politiques, établit un remarquable Rapport sur la centrale et proposa 60 remises de peine pour les prisonniers qui lui paraissaient « repentants et corrigés »67. Mais les résultats réels de cette mission républicaine paraissent bien maigres.

  • 68 Le Précurseur, 20 mars 1848.
  • 69 Ibidem.
  • 70 Ibid., 5 avril et 7 avril 1848.

22Dans ses discours, Bordillon rappelle que la Seconde République renoue avec la Première dont les bataillons étaient formés de travailleurs qui « ont battu les émigrés, les rois et toute la gentilhomerie européenne » et il demande aux ouvriers de la soutenir. À quoi, devant l’estrade officielle, le 19 mars, un ouvrier ose répondre « Que la République nous soutienne et nous la soutiendrons »68. Les 19 et 20 mars, lors des premières revendications sur le chômage et les salaires, dans les houillères du Layon et de Chalonnes, le commissaire de la République obtient un règlement amiable entre patrons et ouvriers, mais sous la pression de la troupe et de la garde nationale qu’il avait envoyées à Chalonnes par le bateau à vapeur69. Les conflits se multiplient début avril. Le 5, 800 ouvriers qui construisent le chemin de fer à la Pointe-Bouchemaine envahissent la préfecture, avec drapeaux et tambour. Exigeant que la négociation ne s’effectue qu’en présence de cinq délégués ouvriers, du procureur général, des maires et des entrepreneurs concernés, Bordillon arrache un accord et la reprise du travail en condamnant les abus (prix et qualité) de la cantine patronale où doivent s’approvisionner les ouvriers. Le 7 avril, 400 ardoisiers en grève qui protestent contre le chômage temporaire dans la carrière des Petits-Carreaux ayant encore envahi la préfecture, il obtient de nouveau la conciliation70.

  • 71 Freslon, élu député, a démissionné de son poste de magistrat et siège à la Constituante. Le Précur (...)
  • 72 Lettres de Bordillon à Ledru-Rollin, les 26 et 27 juin 1848. AN F1b I 156/34. Op. cit.

23L’atmosphère se tend après les premières manifestations à Paris contre la Constituante et le 17 mai, avec la garde nationale, Bordillon réprime une manifestation de voituriers, faisant enfermer sept meneurs au château. Devant la menace des ouvriers parisiens des Ateliers nationaux, la peur sociale est générale, aussi bien chez les bleus qui craignent le retour de 1793 que chez les conservateurs et légitimistes angevins, avec Falloux qui mène les débats parlementaires qui vont conduire à la suppression des ateliers. Quand l’émeute parisienne éclate, Freslon écrit de Paris à Bordillon : « c’est la guerre sociale », et il s’inquiète de ne pas voir arriver la garde nationale angevine pour la défense du régime71. Pourtant, après les premières dépêches, le 25 juin matin à 11 heures (mais après avoir attendu la fin de la grande procession traditionnelle de la Fête-Dieu), Bordillon avait fait battre la générale, réuni la garde nationale et envoyé un premier détachement de 150 hommes par le bateau à vapeur, vers Tours. Un deuxième détachement part d’Angers le 27 et la garde nationale de Saumur se porte aussi vers la capitale. Mais la pagaille des moyens de transport (bateaux puis train), liée à la mobilisation générale des gardes nationaux provinciaux, provoquera le retard des Angevins qui arriveront à Paris juste à la fin de l’insurrection72. Pour une fois, le Précurseur et le Journal de Maine-et-Loire seront d’accord pour condamner la « barbare insurrection ».

  • 73 Lettre du 27 juin, ibidem.
  • 74 Le Précurseur, le 25 septembre. Article sur les troubles du 23.

24Bordillon se montrera très ferme à l’égard des ouvriers parisiens licenciés des Ateliers nationaux, dont la capitale se débarrasse sur la province. Dès le 17 juin, le département apprenait qu’il devait en recevoir 1 000, pour les faire travailler sur le chantier du chemin de fer Angers-Nantes, à Angers, Savennières et jusqu’à Ingrandes. Ils arrivent à partir du 19 juin et jusqu’en juillet. Dès les premiers désordres, pourtant mineurs, le préfet emprisonne des meneurs et déclare aux autres, le 26 juin : « je serai sévère par affection pour vous ». Le 27, à la tête de la garde nationale, il ferme le club d’extrême-gauche de l’Union ouvrière et agricole, le présentant comme un « club de démagogues » dont les chefs seraient des ivrognes et des délinquants73. Le 10 juillet, il réprime encore une nouvelle agitation ouvrière sur le chantier du chemin de fer à Savennières. En septembre 1848, quand la population de la Possonnière se plaint de nouveaux désordres provoqués par les ouvriers parisiens (des maraudages), le préfet, toujours grâce au bateau à vapeur, arrive avec des troupes dont les armes sont chargées, accompagné des magistrats du Parquet, et il fait arrêter 14 ouvriers qu’il ramène au château d’Angers74.

  • 75 Simon François, Histoire de l’École nationale d’lngénieurs des Arts et Métiers, p. 59-75 ; Le Préc (...)

25Au printemps 1849, lors de la révolte de l’École des Arts et Métiers, tout en prônant la modération, le préfet fera encore respecter l’ordre établi. Début avril, l’ancien directeur, Dauban, un républicain, étant parti en retraite, Falloux l’avait fait remplacer par un légitimiste, de Joannès, nommé pour mettre au pas des élèves connus depuis longtemps pour leurs idées avancées. Cette nomination est perçue comme une provocation par les élèves dont certains arrivent des Écoles de Chalons et d’Aix pour terminer leur quatrième année. Le 21 mai, l’agitation se développe quand, à la suite de diverses vexations, Joannès expulse un élève qui refusait de couper sa moustache et en chasse treize autres qui soutenaient leur camarade. Bordillon regrette la « rigidité » du directeur, et il tente de faire intervenir l’évêque, mais pour couper court au désordre, il fait occuper l’école par la troupe tandis que la Doutre s’agite. L’émeute générale de l’École éclate le 3 juin pendant la promenade à Bouchemaine, aux cris de « Vive la République démocratique et sociale ! À bas les jésuites ! ». Le 5 juin, un arrêté du Président de la République ferme l’École et le préfet doit faire partir les 250 élèves de l’École des Arts, le 7 juin, par bateau à vapeur spécial, ces élèves qui l’acclamaient un an plus tôt lors de la cérémonie de Beaurepaire et qu’il félicitait pour leurs sentiments républicains. En ce mois terrible de juin 1849 marqué par de nouveaux désordres parisiens et le triomphe du parti de l’ordre, le parquet d’Angers emprisonne cinq élèves plus cinq des ouvriers qui les soutenaient et les accuse devant la cour d’assises. Par crainte que le jury constitué ne les acquitte, les magistrats firent reporter le jugement à la session des assises de novembre, avec un jury mieux choisi. Le 9 novembre, après une punition de cinq mois de prison préventive, huit des accusés seront acquittés, mais deux ouvriers seront condamnés à deux ans d’emprisonnement75.

Vers la disgrâce

  • 76 Farran Antoine, Mes souvenirs […], op. cit., p. 135.
  • 77 Le Journal de Maine-et-Loire, 30 juin 1848.
  • 78 Farran Antoine, op. cit., p. 158-160.
  • 79 Le Précurseur, 4, 6, 7 octobre ; 11, 25, 29 novembre 1848.

26La fermeté de Bordillon envers les « rouges » et son habileté pour « modérer l’exaltation » des ouvriers en grève (le compliment est de Farran)76 lui valut de rester en poste sans trop de difficulté jusqu’à l’été 1849, mais cette modération devenait insuffisante pour le parti de l’ordre. Après l’insurrection parisienne de juin 1848, les conservateurs du Journal de Maine-et-Loire attaquaient déjà ouvertement le préfet, prétendant que « le règne des républicains de la veille était fini »77. Mais Carnot, ami de Bordillon, était toujours ministre de l’Instruction publique. Aux élections pour le conseil général, le 27 août 1848, les républicains de la veille sont battus, comme le démocrate socialiste Lefrançois, tandis que les légitimistes triomphent avec sept nouveaux élus. Farran relève combien on peut s’étonner de cette victoire du légitimisme « qui a toujours été l’ennemi de la République », à la veille de la promulgation de la constitution républicaine que 300 prêtres béniront à Angers le 19 novembre, lors d’un Te Deum solennel78. En tout cas, Bordillon devait affronter un conseil général de plus en plus hostile à la République. En octobre, quand le préfet vient présenter les questions soumises aux conseillers et défendre les décisions du ministère Cavaignac, il est constamment exposé aux attaques des légitimistes menés par Quatrebarbes et des conservateurs dirigés par son vieil ennemi Augustin Giraud79.

  • 80 AD 49 1M6/43, dépêche du ministère de l’Intérieur, 12 et 13 juin 1847.
  • 81 Marais Jean-Luc, « 1848 […] », op. cit., p. 166-167 ; Le Précurseur, 18 et 29 novembre, 13 décembr (...)

27Le préfet s’engagea dans la campagne des élections présidentielles de la fin 1848 en faisant ouvertement campagne pour le chef du gouvernement, le général Cavaignac, qui venait de placer A. Freslon, un des plus proches de Bordillon, au ministère de l’Instruction publique, le 13 octobre. Louis-Napoléon Bonaparte avait été considéré comme un agitateur démagogue par la jeune République et comme tous les préfets, début juin, Bordillon avait reçu des dépêches secrètes diffusant son signalement et ordonnant son arrestation, mesure qu’il avait fallu lever lorsque le prince avait été élu puis admis à la Constituante le 13 juin80. Avec le Précurseur, Bordillon soutient Cavaignac qu’il présente au banquet patriotique de Chalonnes, le dimanche 17 septembre, comme l’appui des « amis de la liberté et de l’ordre ». Mais la victoire du prince Bonaparte est écrasante avec 73,6 % des voix, notamment dans les arrondissements bleus de Saumur et Baugé et surtout à Trélazé avec 93 % des suffrages. Les légitimistes se sont beaucoup abstenus (arrondissement de Beaupréau) ou ont voté pour Cavaignac (cantons du Louroux, de Champtoceaux, St Florent-le-Vieil, etc.)81.

  • 82 Rapport de Bordillon à Ledru-Rollin, le 29 avril 1848 (AN Flc III, Maine-et-Loire) et lettre de F. (...)

28Dans le nouveau ministère Odilon Barrot de Bonaparte, Freslon perd son portefeuille tandis qu’un autre angevin le remplace, A. Falloux, celui que Bordillon a combattu dans toutes les élections, le décrivant comme un « brillant sophiste », celui que François Grille peint comme « despote sous la formule légale, jésuite sous le voile de la tolérance »82. Pourtant Bordillon n’est pas touché par la grande fournée de destitutions préfectorales de la fin janvier, car il a encore des amis influents ou parce qu’une destitution trop rapide serait mal reçue en Anjou.

  • 83 Pour l’analyse des élections de mai 1849 : Marais Jean-Luc, op. cit., p. 167-170.

29Aux élections législatives de mai 1849, le Maine-et-Loire doit élire 11 députés. Trois grandes listes s’affrontent : celle des conservateurs et légitimistes (le Journal de Maine-et-Loire et l’Union de l’Ouest) dirigée par Falloux ; celle des républicains de février, avec Freslon (le Précurseur) ; celle de l’extrême-gauche, avec David d’Angers et Ledru-Rollin (le Démocrate de l’Ouest). La victoire de Falloux et de ses alliés est totale, avec 11 élus, tandis que la bipolarisation s’affirme (mais moins que dans l’ensemble de la France). Les républicains soutenus par le Précurseur perdent plus de la moitié des voix obtenues en avril 1848 et l’extrême-gauche progresse sensiblement83. La défaite cuisante de Freslon et de Lefrançois ainsi que l’élection de A. Giraud marquent l’effacement des républicains, Bordillon se trouvant de plus en plus isolé. Le Précurseur lui-même critique les gages qu’il donne au parti de l’ordre lors de la révolte des Arts et Métiers et son principal soutien reste la garde nationale angevine, la petite bourgeoisie républicaine et propriétaire.

  • 84 Journal de Maine-et-Loire, mardi 24 juillet 1849.
  • 85 Farran Antoine, op. cit., p. 174-175.
  • 86 Le Précurseur, 2 août 1849. Napoléon 1er s’était aussi arrêté au château de Serrant en 1808.

30La visite du président de la République ayant été annoncée pour le 29 juillet 1849, à l’occasion de l’inauguration de la gare et de la ligne Paris-Angers, les conservateurs se déchaînent contre Bordillon, accusé d’avoir « passé vingt ans de sa vie à conspirer et à prêcher l’anarchie »84. Ils demandent sa destitution avant l’arrivée de Bonaparte. Le préfet est encore protégé par Dufaure, ministre de l’Intérieur ainsi que par Farran, toujours député, qui le défendent auprès du Président85. La fête du chemin de fer semble réussie avec la bénédiction des locomotives par l’évêque, la pose de la première pierre du nouvel hôpital, un banquet à la préfecture, un grand bal et un feu d’artifice. Mais si Bonaparte est acclamé avec déjà quelques « Vive l’Empereur ! » et beaucoup de « Vive Napoléon ! » dans la troupe, il y a trop de « Vive la République ! » dans la garde nationale. Le prince en prend ombrage et alors qu’il devait s’arrêter à Angers pour déjeuner, le 31, au retour de Nantes, il préfère se restaurer dans le château des Walsh, à Serrant, avec Falloux et l’évêque. Là, on n’entend que des « Vive Napoléon ! »86.

  • 87 AN F1b I 156/34. Op. cit. Lettre du 15 juin 1849. Cette dénonciation n’est signée ni par Farran ni (...)
  • 88 Ibidem, « Aux citoyens du département de Maine-et-Loire », affiche du 5 septembre 1849.

31Le sort de Bordillon était déjà scellé par la lettre de dénonciation signée par 8 des 11 députés de Maine-et-Loire, Falloux en tête, le 15 juin 1849. Les députés royalistes et conservateurs lui reprochaient ses liens avec le Précurseur de l’Ouest, sa campagne contre Bonaparte aux présidentielles, son manque de fortune et les dettes engagées pour soutenir la faillite de son frère, l’ingénieur Théodore Bordillon. Pourtant un sursis est proposé : la nomination dans un autre département où l’on reconnaît qu’il pourrait rendre des services en combattant les « opinions exagérées »87. Muté le 22 août 1849 à la préfecture de l’Isère et installé à Grenoble le 15 septembre, Bordillon eut l’audace, avant son départ d’Angers, de diffuser par affiche une proclamation très républicaine, alors que courraient déjà des bruits de préparation de coup d’État par Bonaparte. Après avoir rappelé ses efforts pendant 18 mois à la préfecture d’Angers, pour enraciner la République et sa Constitution, Bordillon désavouait les projets du chef de l’État : « le temps des dynasties est passé sans retour possible […] La nation n’abdiquera sa souveraineté au profit d’aucune race ni dans les mains d’aucun maître […] »88. Dans ces conditions, il est étonnant que G. Bordillon soit resté encore trois mois préfet de l’Isère, jusqu’à sa destitution le 20 novembre. Il reviendra en Anjou cultiver ses vignes, gagnera sa vie comme administrateur des ardoisières de Trélazé et reprendra le combat républicain. Avant de décéder en 1867, il manquera de peu l’élection législative de 1857 mais il réussira au conseil municipal d’Angers en 1865.

  • 89 Sur cette période, voir aussi La Révolution de 1848 et l’Anjou, Catalogue d’exposition, Archives d (...)

32Ce préfet républicain qui, plus que tout autre, fut contesté après avoir été adulé, représente bien l’impossible République romantique du printemps 184889.

Notes

1 Sur G. Bordillon voir : Sorin Élie, La Vie politique en Province. Étude sur G. Bordillon, suivie d’un choix de ses lettres, Paris, 1re éd., 1868, 334 p. ; Simon François, Une belle figure du peuple angevin. Grégoire Bordillon, commissaire du gouvernement du département de Maine-et-Loire en 1848, Angers, sd, 53 p. ; Port Célestin, Dictionnaire historique du Maine-et-Loire (1re éd.), t. 1 (notice de Ernest Mourin) ; Vigier Philippe, « Grégoire Bordillon », dans Républiques et républicains d’Anjou, colloque de l’Université d’Angers, 15-17 octobre 1992, publié dans les Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1992, t. 99, 4, p. 431-440. É. Sorin, proche de Bordillon, en trace un portrait flatteur, mais nous avons pu vérifier que les faits mentionnés sont exacts et les lettres publiées authentiques. F. Simon résume Sorin et le complète pour les dernières années de Bordillon à Faye d’Anjou. Ph. Vigier reprend Sorin et le complète surtout pour le court séjour de Bordillon en Isère. Notre étude s’appuie principalement sur les journaux locaux, les Archives départementales de Maine-et-Loire, les maîtrises que nous avons dirigées et les mémoires d’Antoine Farran. Voir aussi les pages de Serge Chassagne dans Lebrun François (éd.), Histoire d’Angers, Privat, 1975, p. 253-260.

2 Petit Jacques-Guy, « Libéraux, démocrates et républicains angevins (1830-1848) », dans Républiques et républicains d’Anjou, op. cit., p. 401-414.

3 Journal de Maine-et-Loire, 4, 5, 10, 12 et 15 mars, 30 avril 1837, etc.

4 Bibliothèque municipale d’Angers, ms. 566 et 1367.

5 AN F 1b I 156/34, dossier 27 (Isère 13bis). Dossier de G. Bordillon et Acte de naissance du 27 frimaire an XII (18 décembre 1803). Ses parents habitaient rue Beaurepaire.

6 Petit Jacques-Guy, « Nouveau christianisme, République et Révolution dans le Val de Loire (1828-1851) », dans Martin J.-C. (éd.), Religion et Révolution, Paris, Anthropos, 1994, p. 185-201.

7 Bibliothèque de l’Arsenal, Fonds Enfantin, ms. 7601, 199-200.

8 Sorin Elie, op. cit., p. 47.

9 Journal de Maine-et-Loire, 21 avril 1833 et AD 49, lM6/32, dossier saints-simoniens.

10 Fonds Enfantin, op. cit., Lettre de Bordillon à Péreire, 10 janvier 1832.

11 Farran Antoine, Mes souvenirs administratifs et politiques, Bibliothèque municipale d’Angers, ms. 2093, retranscrits par Frédéric Bernard, maîtrise d’histoire, université d’Angers, 1993 (même intitulé), p. 11. Les souvenirs de Farran seront toujours cités selon la pagination de F. Bernard.

12 Bulletin de la Société Industrielle d’Angers, 1831, vol. II, p. 16-28.

13 Op. cit. note 6.

14 AN F1b I 156/34, op. cit., Affıche du 5 septembre 1849, « Aux citoyens du département de Maine-et-Loire ».

15 AD 49, 1M6/32, Rapport du préfet Gauja, 29 janvier 1842.

16 Dubois B., Les électeurs du département de Maine-et-Loire pendant la Monarchie de Juillet, mémoire de maîtrise, 1972.

17 Farran Antoine, Mes souvenirs […] dans F. Bernard, op. cit., p. 200-201.

18 AD 49, 122 T1, dossier Le Précurseur.

19 Tudesq A.-J., Les grands notables en France. 1840-1842, PUF, 1964, p. 396.

20 Tchernoff, Le parti républicain sous la Monarchie de Juillet, 1901, p. 129.

21 Agulhon Maurice, 1848 ou l’apprentissage de la République, Seuil, 1973, p. 21-22.

22 Vittori Fabienne, Le Précurseur de l’Ouest, 1840-1843, mémoire de maîtrise, université d’Angers, 1992, p. 96-98 et 130.

23 Rivière Armand, La démocratie angevine de 1848 à 1851, Angers, 1869.

24 Delebecque Agnès, La crise municipale de 1843 à Angers, mémoire de maîtrise, université d’Angers, 1997 et « Un épisode de la vie municipale angevine : la crise de 1843 », Archives d’Anjou, 1998, 2, p. 145- 160.

25 Farran Antoine, op. cit., p. 81-85 et 88-92.

26 Delebecque Agnès, op. cit., p. 146-150.

27 Le Précurseur de l’Ouest, 12 août 1843.

28 Farran Antoine, op. cit., p. 88.

29 Port Célestin, Dictionnaire historique de Maine-et-Loire (1re éd.), t. 1, p. 46.

30 AN F1b I 156/34, Isère. Note au ministre, non datée (de fin 1849 car Bordillon a « 46 ans »).

31 Farran Antoine, op. cit., p. 119. Dans une thèse sur Le malentendu républicain. L’exemple du Maine-et-Loire (1848-1891), université de Rennes, 1999, I. Émeriau méconnaît les courants républicains libéraux des années 1840 et elle ignore le rôle réel de G. Bordillon.

32 AN F1b I 156/34, Isère, décret du ministre de l’Intérieur, 27 février.

33 Bargeton René, Les préfets du 11 ventose an VIII au 4 septembre 1870. Répertoire nominatif et territorial, Paris, 1981, p. 12-14. De février à juin 1848, on compte 169 commissaires du gouvernement, avec des noms divers : commissaire de la République, commissaire extraordinaire, commissaire adjoint ou délégué et les commissaires généraux dont la fonction est davantage interdépartementale. Voir aussi Haury P., « Les commissaires de Ledru-Rollin en 1848 », dans La Révolution française, juillet-décembre 1909, t. 57, p. 438 -474.

34 Agulhon Maurice, op. cit., p. 52.

35 Bordillon Grégoire, « Citoyens du département de Maine-et-Loire », affiche. AN F1b I 156/34, sd (28 février 1848).

36 Farran Antoine, op. cit., p. 120.

37 Le Précurseur de l’Ouest, 29 février 1848. Le nouveau maire d’Angers a été nommé par arrêté de Bordillon mais à la demande de Ledru-Rollin (Farran Antoine, op. cit., p. 122).

38 AD 49, 1M6/43, correspondance du préfet, février-novembre 1848.

39 Ibidem, Lettre de la municipalité de Beaupréau, le 16 avril.

40 E. Dubois s’était rallié à la République dès le 27 février. AN BB 30/359. Dossier 2, n° 135. Gaudin C., La IIe République à Angers et dans le Maine-et-Loire (1848-1852), mémoire de maîtrise, université d’Angers, 1991. Journal de Maine-et-Loire, 17 mars et Précurseur de l’Ouest, 1er avril 1848.

41 Voir la polémique entre les deux journaux rivaux, les 1er et 2 mai 1848.

42 Marais Jean-Luc, « 1848 et la Seconde République : les Angevins votent pour la première fois au suffrage universel », Archives d’Anjou, 1998, 2, p. 163-170.

43 AD 49 1M2/17. Correspondance du cabinet du préfet. Lettre du ministère de l’Intérieur à G. Bordillon, le 18 mars 1848 (signée par le secrétaire du ministre, Jules Favre).

44 C’est fin mars que se développent les articles de presse sur ces divers types de républicains, de trois sortes, en réalité : les convaincus, mais pour la liberté (de la veille) ; les opportunistes, ralliés par intérêt (du lendemain) ; les républicains d’instinct, « excessifs dans leur volonté de frapper les traitres, manquant de modération et de fraternité » (l’extrême-gauche). Voir Le Précurseur, 21 mars 1848.

45 Le Précurseur, lundi 10 avril (sur cette réunion du 5 avril).

46 Maillard Isabelle, Le démocrate de l’Ouest, 1848-1850, mémoire de maîtrise, université d’Angers, septembre 1991.

47 Lettre de Bordillon au maire de Pouancé, le 22 avril 1848. Le Précurseur, 22 avril.

48 Lettre de Charpiot, instituteur protestant de Saumur, le 21 avril, qui demande des imprimés de la liste et qui regrette de ne pouvoir suffisamment influencer les électeurs. AD 49 1M6/43.

49 Marais Jean-Luc, op. cit., p. 165- 166.

50 Voir ces deux quotidiens, lundi 1er mai et mardi 2 mai.

51 Ozouf Mona, La fête révolutionnaire 1789-1799, Gallimard, 1976 ; Agulhon Maurice, Marianne au Combat, Flammarion, 1979 ; Dalisson Rémi, « Fête publique et citoyenneté. 1848, une tentative de régénération civique par la fête », Revue d’Histoire du xixe siècle, 1991/1, n° 18, p. 49-72.

52 Le Précurseur, lundi 20 mars (fête du dimanche 19 mars).

53 Marais Jean-Luc, op. cit. et Le Précurseur, 3 et 17 avril ; 16 mai 1848.

54 Agulhon Maurice, op. cit., p. 53.

55 Pierrard Pierre, L’Église et la Révolution, 1789-1889, Paris, 1988, p. 147 sq.

56 Duroselle J.-B., Les débuts du catholicisme social en France (1822-1870), Paris, 1951 et Mayeur J.-M., Catholicisme social et démocratie chrétienne, Paris, 1986.

57 Boulmier Emmanuelle, La démocratie chrétienne ressuscitée. Le tribun (mars 1848 -novembre 1851), mémoire de maîtrise, université d’Angers, 1993. Les imprimeurs Cornilleau et Maige, place Saint-Martin, impriment alors le Précurseur de l’Ouest, le Démocrate de l’Ouest et le Tribun. Ce dernier est le cheval de Troie des légitimistes, ce qui transparaît dans les élections d’avril quand il soutient Falloux, Civrac et Quatrebarbes. Le Tribun se radicalisera au printemps 1849 et sera condamné le 21 mai 1849 sur la plainte de Quatrebarbes. A. Rivière, démocrate-socialiste, sera son rédacteur en chef d’août 1849 jusqu’à l’interdiction du 3 décembre 1851.

58 Proclamation de G. Bordillon, affiche du 27 février 1848, op. cit.

59 Le Précurseur, 20 mars 1848.

60 Le curé de Chalonnes, le 9 avril. Le Précurseur, 13 avril 1848.

61 Port Célestin, op. cit., t. 1, p. 32. Sur le rôle d’Angebault, voir surtout Serge Chassagne dans Lebrun François (éd.), Histoire des diocèses de France. Angers, Beauchesne, 1981, p. 195-202.

62 Lettre de Mgr Angebault, 28 mai 1848, AD 49, 1M6/43.

63 Perrot Michelle, L’impossible prison, Paris, 1980, p. 295 ; Petit Jacques-Guy, Ces peines obscures. La prison pénale en France (1780-1875), Paris, 1990, p. 402-403.

64 Lettre de G. Bordillon au ministre de l’Intérieur, 26 août 1849. AN F1b I 156/34, op. cit.

65 Sœur Marie-Louise de Gonzague, au nom de la supérieure générale, écrit à Bordillon le 19 août 1849. Son départ « met le deuil dans notre maison » car à Angers il était « si aimé » et il avait « fait tant de bien ». « […] nous ne retrouverons jamais autant d’intérêt, de délicatesse et de dévouement que nous en avons trouvés en vous ». AN F1b I 156/34, Isère.

66 Le Précurseur de l’Ouest, 29 février. Voir aussi Vittori Fabienne, op. cit., p. 30-34.

67 Rapport du citoyen Lefrançois […], 24 mars 1848. AD 49 1Y 23. Retranscription dans Pégis Olivier, La vie quotidienne des prisonniers à l’asile de Fontevrault (1814-1885), mémoire de maîtrise, université d’Angers, 1990, p. 177-198.

68 Le Précurseur, 20 mars 1848.

69 Ibidem.

70 Ibid., 5 avril et 7 avril 1848.

71 Freslon, élu député, a démissionné de son poste de magistrat et siège à la Constituante. Le Précurseur, 27 juin 48.

72 Lettres de Bordillon à Ledru-Rollin, les 26 et 27 juin 1848. AN F1b I 156/34. Op. cit.

73 Lettre du 27 juin, ibidem.

74 Le Précurseur, le 25 septembre. Article sur les troubles du 23.

75 Simon François, Histoire de l’École nationale d’lngénieurs des Arts et Métiers, p. 59-75 ; Le Précurseur de l’Ouest, 6 avril, 22 mai, 8 juin (Bordillon assume la responsabilité d’avoir fait occuper militairement l’école) ; 9 juin et 9 novembre 1848.

76 Farran Antoine, Mes souvenirs […], op. cit., p. 135.

77 Le Journal de Maine-et-Loire, 30 juin 1848.

78 Farran Antoine, op. cit., p. 158-160.

79 Le Précurseur, 4, 6, 7 octobre ; 11, 25, 29 novembre 1848.

80 AD 49 1M6/43, dépêche du ministère de l’Intérieur, 12 et 13 juin 1847.

81 Marais Jean-Luc, « 1848 […] », op. cit., p. 166-167 ; Le Précurseur, 18 et 29 novembre, 13 décembre ; C. Gaudin, op. cit., p. 55. L’engouement de nombreux ouvriers pour Bonaparte, qui promettait d’abolir tous les impôts, visible à Trélazé, se retrouve à Champtocé où les ouvriers du chemin de fer crient « Vive Napoléon ! À bas les blancs ! », Le Précurseur, 16 décembre.

82 Rapport de Bordillon à Ledru-Rollin, le 29 avril 1848 (AN Flc III, Maine-et-Loire) et lettre de F. Grille, 8 janvier 1849 (BM Angers, ms. 1359). Voir C. Gaudin, op. cit., p. 52.

83 Pour l’analyse des élections de mai 1849 : Marais Jean-Luc, op. cit., p. 167-170.

84 Journal de Maine-et-Loire, mardi 24 juillet 1849.

85 Farran Antoine, op. cit., p. 174-175.

86 Le Précurseur, 2 août 1849. Napoléon 1er s’était aussi arrêté au château de Serrant en 1808.

87 AN F1b I 156/34. Op. cit. Lettre du 15 juin 1849. Cette dénonciation n’est signée ni par Farran ni par Bineau.

88 Ibidem, « Aux citoyens du département de Maine-et-Loire », affiche du 5 septembre 1849.

89 Sur cette période, voir aussi La Révolution de 1848 et l’Anjou, Catalogue d’exposition, Archives de Maine-et-Loire, Angers, 26 février - 6 mars 1948. Dans un article récent sur David d’Angers, ami de Bordillon et député de Maine-et-Loire à la constituante avec Lefrançois, Patrick Le Nouëne, conservateur du Musée d’Angers évoque plusieurs des batailles politiques étudiées ci-dessus : Le Nouëne Patrick, « Pierre-Jean David d’Angers (1788-1856), un député montagnard en Anjou, 1848-1849 », dans Armand Barbès et les hommes de 1848, Carcassonne, Les Audois, 1999, p. 77-94.

Auteur

Professeur à l’Université d’Angers

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540