Version classiqueVersion mobile

Les préfets de Maine-et-Loire

 | 
Jean-Luc Marais

Première partie. Dictionnaire du personnel préfectoral du département du Maine-et-Loire

Les sous-préfets de Segré

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Jarry de Montpelleray (Michel Pierre)

1Né à Rouen le 24 mai 1760, il s’est marié et a eu un enfant.

2Il débute sa carrière comme avocat puis est ensuite auditeur à la Cour des Comptes. Pendant la Révolution, il est commandant de bataillon de garde nationale, juge de paix, administrateur de département, président de canton et maire dans son département d’origine. À partir de 1800, il est membre du collège électoral et candidat au corps législatif.

Sous-préfet de Segré, 12 prairial VIII (1er juin 1800) - 22 juillet 1815.

3Il a traversé trois régimes en ayant chaque fois la confiance du pouvoir central. En 1803, le préfet Nardon le juge comme un très bon sous-préfet et lui confie une enquête sur la situation politique du département : Il doit « visiter incognito tout le département en recueillant des témoignages des maires, des officiers de gendarmerie, curés et hommes de loi des communes traversées ».

4Décoré de la Légion d’Honneur à la demande du préfet en 1805 pour avoir mené efficacement la lutte contre les chouans dans son arrondissement.

5F1bI 164/3.

Grignon (Gabriel Ambroise Desire, chevalier de)

6Né le 14 novembre 1783 à Vezins (Maine-et-Loire) au château de l’Eperonnière. Son père était Adolphe de Grignon de Pouzauges. Emigré pendant la Révolution, il s’était engagé à la tête de l’armée vendéenne. Il est mort pour le roi et la famille a perdu de nombreux biens pendant la Révolution.

7Il était destiné à la carrière des armes, mais un accident dans sa jeunesse l’empêche d’effectuer son service militaire. Titulaire d’une licence en droit, il vit de ses rentes et la sous-préfecture de Segré fut l’unique poste de sa carrière administrative. Il avait tenté en 1813 d’être nommé auditeur au Conseil d’État.

Sous-préfet de Segré, 2 août 1815 - 19 juin 1819, puis 6 septembre 1820 - 22 octobre 1820.

8Gabriel de Grignon est mort en fonction le 22 octobre 1820 à Segré.

9F1bI 161/20. AD 2M16.

Chevallier (Michel)

10Né le 19 octobre 1769 à Laval, il s’est marié et eut deux enfants.

11Il est officier d’infanterie avant de devenir le 22 juillet 1795 secrétaire général de la Mayenne. Deux ans plus tard, il est nommé pour un an président de l’administration municipale de Laval. Parallèlement, il devient administrateur des hospices civils de Laval, poste qu’il occupera pendant 18 ans. Le 7 avril 1800, il est nommé conseiller de préfecture de la Mayenne. Il est ensuite sous-préfet de Château-Gontier, 18 mai 1815. Il est remplacé en août 1815.

Sous-préfet de Segré, 19 juin 1819 - 6 septembre 1820.

12Dix ans plus tard, il est nommé secrétaire général de la Mayenne, 12 août 1830 ; le poste est supprimé le 1er mai 1832. Il occupe alors un poste de conseiller de préfecture en Mayenne. Il est destitué en février 1848.

13F1bI 157/22.

Barbier de Preville (Charles)

14Né à Candé (Loir-et-Cher) le 14 juin 1781. Il s’est marié et eut trois enfants.

15Il débute sa carrière dans la politique locale, comme conseiller municipal de Blois en 1813. En 1814, il est adjoint au maire. En 1817, il devient maire de Blois et conseiller général du Loir-et-Cher.

Sous-préfet de Segré, 6 décembre 1820 - 7 mars 1822.

16Il est ensuite sous-préfet de Saint-Calais, remplacé en août 1830.

17F1bI 156/4.

De Quatrebarbe (Hyacinthe)

18Né le 27 mars 1785 à Angers de Hyacinthe Charles René de Quatrebarbes et de Marie Leroy de la Poterie. Son frère, le comte Théodore de Quatrebarbes était un ami de Pie IX et devient député de Maine-et-Loire. Le 10 février 1810, il épouse Catherine Gaudicher de Princé dont Il eut six enfants. Il est décédé le 11 mars 1857 au château de la Sionnière, sa résidence en Mayenne.

19Après des études à Saint-Cyr, il entame une carrière militaire. Le 2 août 1815, à la faveur de la Restauration, il est nommé sous-préfet de Chateaugontier. Il est révoqué le 14 février 1819 pour les mêmes raisons, dit-il dans une lettre, que le chevalier de Grignon, suite à une « prétendue conspiration ». Il occupe ensuite un poste à la recette municipale de Chateaugontier.

Sous-préfet de Segré, 7 mars 1822 - 11 septembre 1822.

20À cette date, il est nommé sous-préfet de Chateaudun, poste duquel il démissionne en 1830.

21F1bI 171.

Bonabes du Dresnay (François)

22Né à Plouenan (Finistère) en 1783. Il était marié.

23D’abord officier dans l’armée française, il a été chargé de diverses missions au ministère des Affaires étrangères et dans l’administration consulaire.

Sous-préfet de Segré, 8 janvier 1823 - 20 mars 1828.

24Il est ensuite nommé sous-préfet de Mortagne.

25F1bI 158/32.

Arthuys (Adolphe)

26Né à Issoudun le 8 juillet 1801. Son père était le baron Arthuys de Charrisai. Il a épousé Hélène Forest d’Armaillé.

27Après des études de droit, il devient avocat à la Cour royale d’Orléans. Le 28 août 1827, grâce à l’appui de son père, il obtient la sous-préfecture de Jonzac en Charente Inférieure.

Sous-préfet de Segré, 20 mars 1828 - 2 août 1830.

28Sa nomination à Segré est pour lui une sanction : il aurait commis quelques erreurs et quelques maladresses (dont il se justifie dans une lettre présente dans son dossier de carrière) pendant des élections. Il espère être nommé « dans un arrondissement dont la résidence sera plus agréable ».

29Sa carrière administrative s’achève en 1830. Dans une lettre au préfet datée de 1832, Chollet, son successeur, affirme qu’Adolphe Arthuys, poussé par sa belle-mère au Bourg d’Iré, a « donné tête baissée dans le mouvement insurrectionnel » mené par la duchesse de Berry.

30F1bI 155/8.

Chollet (Antoine)

31Né à Chatelais le 5 mars 1789 de Jean Mathieu Chollet, maître chirurgien et de Anne-Laurence Halligon. Il a épousé Caroline Zoé Desgrés dont il eut trois enfants.

32Bien que surnuméraire de l’Enregistrement entre 1810 et 1815, son activité est surtout de s’occuper de son vaste domaine dans le Segréen. Plusieurs rapports ou fiches de carrière signalent son absence d’instruction et ses carences en orthographe, ce qui fait d’Antoine Chollet un cas atypique du corps préfectoral.

Sous-préfet de Segré, 3 août 1830 - 30 mars 1842.

33Très attaché aux valeurs de la Monarchie de Juillet, il ne cesse de combattre le clergé dans son arrondissement et demande plusieurs fois la fermeture du petit séminaire de Combrée. Malgré son manque d’instruction, tous les préfets vantent ses qualités en insistant sur sa grande connaissance de l’arrondissement. C’est pourtant elle qui lui vaut de nombreuses critiques de la part de ses supérieurs. On lui reproche aussi souvent son franc-parler envers les autres fonctionnaires. Le préfet Barthélémy a obtenu son maintien dans le département pour le récompenser de son attitude lors du soulèvement de 1832.

34Le 30 mars 1842, il est nommé sous-préfet de Barbezieux, mais il démissionne quelques jours plus tard. D’après C. Port, il aurait, avec ce changement, prit conscience de son manque de formation et préféré se consacrer à l’agriculture.

35F1bI 157/23.

Chanterac (Joseph Marie de)

36Né le 18 décembre 1812 à Petit-Bersac (Dordogne). Il était célibataire. Il est d’abord auditeur au conseil d’État, puis nommé sous-préfet de Murat.

Sous-préfet de Segré, 30 mars 1842 - 3 juin 1843.

37Il a donné sa démission.

38F1bI 157/16.

Daligny (Maurice)

39Né à Saumur le 17 décembre 1808 de Maurice Parfait Daligny, magistrat. Il s’est marié et eut un enfant. Il est mort à Angers le 30 janvier 1869.

40D’abord avocat, on le dit très tôt passionné d’agronomie. En Maine-et-Loire, il a été un fidèle collaborateur du Bulletin de la Société industrielle. Il a occupé deux postes dans le département, mais avant cela, il est : conseiller de préfecture des Basses-Alpes, 15 juin 1833 ; sous-préfet de Barcelonnette, 22 juin 1936 ; de Castellane, 3 février 1838 ; de Bourganeuf, 5 septembre 1840 ; de Vitré, 21 octobre 1841.

Sous-préfet de Segré, 3/10 juin 1843 - 7 mars 1846.

41À cette date, il est nommé sous-préfet de Baugé.

42Il est écarté du corps préfectoral en février 1848, et devient maire de Tiercé (Maine-et-Loire) entre 1856 et 1865.

43F1bI 158/1.

Delorme (Henri)

44Né le 22 mai 1815 à Rambouillet, il s’est marié et eut un enfant.

45Il est d’abord avocat puis attaché au ministère de l’Intérieur.

Sous-préfet de Segré, 7 mars 1846 puis sous-commissaire du gouvernement de Segré, 24 février 1848 - 9 août 1848.

46F1bI 158/13.

Tavernier (Étienne)

47Né le 25 décembre 1822 à Folembray de Louis Tavernier, manouvrier, et de Marie Geneviève Macadre.

48On le dit homme de lettres. Il entre dans l’administration au moment de la Révolution de 1848 comme sous-commissaire du gouvernement de Gien (Loiret), 14 mars 1848, puis de Montargis, 1er mai 1848.

Sous-préfet de Segré, 9 août - 11 novembre 1848.

49Il est réintégré en 1870, et devient secrétaire général des Alpes-Maritimes, puis secrétaire général d’Indre-et-Loire, 27 octobre 1870. Préfet du Loiret, 2 février 1871. Il est remplacé le 14 avril 1871.

50F1bI 174/2.

Desayettes de Clerval (Ferdinand Eugène Stanislas)

51Né le 20 juillet 1819.

Sous-préfet de Segré, 10 janvier 1849 - 3 septembre 1849.

52F1bI 157/26.

Gros (Louis)

53Né le 3 octobre 1814 à Paris de Louis, général et baron et de Marie du Bernard.

54Il est avocat avant d’entrer dans le corps préfectoral. Il était célibataire.

Sous-préfet de Segré, 3 septembre 1849 - 31 octobre 1854.

55Issu d’une famille qui avait servi fidèlement l’armée impériale, le préfet fait état de ses relations sociales étendues. Il vante sa sagesse, son ardeur au travail, sa santé, son ambition, qui ne lui fait pas pour autant désirer une mutation rapide. Toutes ces indications fournissent autant de critères du bon sous-préfet au xixe siècle.

56À cette date, il est nommé sous-préfet de Saintes. Il est ensuite sous-préfet du Havre, 10 avril 1858, mais il donne sa démission le 12 février 1867.

57F1bI 161/20.

Pellat (Adophe)

58Né le 1er août 1825 à Paris. Il était célibataire.

59Il est d’abord conseiller de préfecture de l’Oise, 25 janvier 1849 ; secrétaire général de l’Oise, 10 décembre 1851.

Sous-préfet de Segré, 1er novembre 1854 - 28 juin 1856.

60À cette date, il est nommé sous-préfet de Bar-sur-Seine. Il est ensuite sous-préfet de Gannat, 13 juin 1856, mais il est remplacé le 9 septembre 1870. Le 26 novembre 1870, il est nommé conseiller de préfecture de l’Isère. Il prend sa retraite en 1883.

61F1bI 372.

Le Sergent de Monnecove (Félix)

62Né le 14 avril 1827 à Saint-Omer (Pas-de-Calais). Il était célibataire.

63Licencié en droit, il devient avocat à la Cour d’appel de Paris. Il est ensuite capitaine d’état major général des Gardes nationales de la Seine. Le 10 décembre 1851, il est nommé sous-préfet de Pont-Audemer.

Sous-préfet de Segré, 28 juin 1856 - 1er mai 1858.

64Il est ensuite sous-préfet de Hazebrouck, remplacé en décembre 1860.

65F1bI 167/26.

Esnard (Jean-Jacques)

66Né le 19 mars 1818 à Barbezieux (Charente), il s’est marié et eut trois enfants.

67Il est inspecteur du chemin de fer à Bordeaux avant d’être nommé, le 21 février 1854 conseiller de préfecture de la Lozère puis des Landes, 12 août 1856.

Sous-préfet de Segré, 11 mai 1858 - 17 avril 1861.

68Il est ensuite sous-préfet de Jonzac ; secrétaire général du Var, 29 décembre 1866 ; sous-préfet de Sisteron, 4 août 1868. Il est remplacé le 14 octobre 1870. Le 23 avril 1871, il est nommé sous-préfet de Dax. Remplacé en 1873, il prend sa retraite.

69F1bI 159/2.

Loverdo (Georges)

70Né le 8 septembre 1834 à Sannois (Seine-et-Oise), il était célibataire.

71En 1858, il est auditeur au Conseil d’État et attaché à la préfecture de la Corse. Il est ensuite sous-préfet de Castellane, 8 mars 1860.

Sous-préfet de Segré, 19 avril 1861 - 25 octobre 1865.

72À cette date, il est nommé secrétaire général de l’Oise. Il démissionne le 5 septembre 1870. Le 4 août 1873, il occupe un poste de conseiller de préfecture de l’Oise. Il est remplacé le 9 décembre 1875.

73F1bI 166/36.

Barbier (Léon)

74Né le 17 juin 1835 à Gray (Haute-Saône), il s’est marié et eut une fille.

75Il était avocat avant d’entrer dans l’administration, comme secrétaire particulier de M. Thuillier, préfet de la Loire de 1856 à 1861. Le 18 mai 1861, il est nommé conseiller de préfecture de l’Ardèche. Le 2 avril 1864, il est secrétaire général d’Eure-et-Loir.

Sous-préfet de Segré, 27 octobre 1865 - 20 octobre 1870.

76Il quitte alors l’administration.

77F1bI 156/4.

Robert (Anatole Édouard)

78Né le 11 septembre 1845 à Cholet, il était célibataire. Mort à Paris en 1900.

79D’abord avocat, il est nommé conseiller de préfecture de Maine-et-Loire le 30 septembre 1870.

Sous-préfet de Segré, 20 octobre 1870 - 2 avril 1871.

80En 1871, il donne sa démission. Républicain, de 1874 à 1880, il est con-seiller d’arrondissement pour le canton d’Angers. Il sera ensuite, jusqu’en 1887, conseiller général du même canton. Il poursuit sa carrière politique en Mayenne.

81F1bI 172/11.

Saint-Rene de Taillandier (Henri)

82Il est né le 1er décembre 1848.

Sous-préfet de Segré, 16 mai 1871 - 15 octobre 1873.

83Il est ensuite sous-préfet d’Avranches, 25 mai 1876 ; d’Issoudun, 25 mai 1876 ; de Villefranche, 3 juillet 1877. Il est mis en disponibilité en juin 1878.

84F1bI 173/6.

Salving de Boissieu (Georges)

85Il est né le 15 juillet 1839.

86Il est nommé sous-préfet de Barbezieux le 20 octobre 1873.

Sous-préfet de Segré, 27 octobre 1873 - 24 mai 1877.

87Il est ensuite sous-préfet de Mamers mais démissionne quelques mois plus tard, en décembre 1877.

88F1bI 173/8.

Guilhe de la Combe de Villers (Henri)

89Né le 15 juillet 1848.

Sous-préfet de Segré, 24 mai 1877 - 22 décembre 1877 (démissionnaire).

90F1bI 176/14.

Bonnefoy-Sibour (Jacques Marcel)

91Né à Pont-SaintEsprit (Gard) le 9 mai 1851 de Jacques Adrien, négociant en soierie, maire de Pont-Saint-Esprit, sénateur du Gard, et de Victoire Catherine Sibour, nièce de l’archevêque de Paris. Il était marié et est mort à Nice le 7 avril 1919.

92Titulaire d’une licence en droit, il devient avocat à Nîmes en 1874. Il est nommé conseiller de préfecture de Belfort le 21 février 1877.

Sous-préfet de Segré, 30 décembre 1877/4 janvier 1878 - 3 septembre 1879.

93À cette date, il est nommé sous-préfet de Grasse, puis secrétaire général des Alpes-Maritimes, 21 octobre 1883 ; préfet de la Lozère, 28 novembre 1885 ; de la Corse, 24 mai 1889 ; de Lot-et-Garonne, 3 octobre 1893. Le 31 décembre 1999, il est appelé sur sa demande à d’autres fonctions et devient receveur percepteur de Paris ; trésorier payeur général de Vaucluse, 22 décembre 1900 ; de la Côte d’Or, 30 septembre 1905. Il prend sa retraite comme préfet honoraire le 21 octobre 1911. Officier de la Légion d’Honneur.

94F1bI 308.

Beverini (Dominique Antoine) dit Beverini-Vico

95Né à Ajaccio (Corse du Sud) le 8 novembre 1847 de Jean Noël, avocat et de Jacominette Vico. Il s’est marié à Marie Vico née vers 1854. Son frère Jean Pierre né à Ajaccio en 1860 sera son chef de cabinet entre 1886 et 1894.

96Titulaire d’une licence en droit, il devient avocat et conseiller municipal à Ajaccio. Il effectue son service militaire pendant la guerre, 23 août 1870 - 19 mars 1871, comme sous-lieutenant de réserve. Puis il est nommé conseiller de préfecture de l’Aveyron le 10 mars 1877 et révoqué dès le 3 juillet. Nommé à nouveau le 15 janvier 1878, mais il refuse le poste.

Sous-préfet de Segré, 3/25 septembre 1879 - 12 janvier 1880.

97Il est ensuite secrétaire général de la Corse 12/14 janvier ; de la Côte-d’Or 17 novembre/ 8 décembre 1880 ; de la Seine-Inférieure, 4/11 avril 1883 ; préfet des Hautes-Alpes, 11 novembre/1er décembre 1886, du Lot, 4/18 août 1888 ; de l’Orne, 24 mai/9 juin ; de l’Aude, 12 février/1er mars 1890 ; de l’Eure, 18 mars/3 avril 1895. Il prend sa retraite comme préfet honoraire le 5 juin 1906. Il était officier de la Légion d’Honneur.

98FlbI 590.

Tournier (Achille)

99Né à Givry-en-Argonne (Marne) le 4 septembre 1847 d’Yves François Désiré, receveur de l’enregistrement et de Séraphine Louise Caroline Lebon.

100Titulaire d’une licence en droit, il devient publiciste et avocat à Paris.

Sous-préfet de Segré 12/17 janvier 1880 - 21 octobre 1883.

101Il est ensuite sous-préfet de Gray 21 octobre/9 novembre 1883 ; secrétaire général de la Corse, 22 mai 1885 ; sous-préfet de Cambrai, 11 janvier/7 février 1887. Préfet de l’Aube 16 mai/1er juin 1891 ; de la Sarthe, 14 décembre 1895/5 janvier 1896 ; de l’Isère, 13 septembre/1er octobre 1897 ; de Vaucluse, 16/25 juillet 1898 ; de la Somme, 31 mars/8 avril 1899. Il prend sa retraite comme préfet honoraire le 30 juin 1906. Il était officier de la Légion d’Honneur depuis 1893.

102F lbI 527 et 911. F4 3307.

Benoist (Ernest Patrice)

103Né le 15 mars 1851 à Mayenne, il était célibataire.

104Licencié en droit, il commence sa carrière comme avocat à Mayenne. Puis il est nommé conseiller de préfecture de la Charente, 29 janvier 1878 ; de Maine-et-Loire, 3 mai 1878 ; vice président du conseil de préfecture de Maine-et-Loire, 14 août 1883.

Sous-préfet de Segré, 29 novembre 1883 - 4 août 1902.

105Il est ensuite sous-préfet de Saint-Affrique, puis il disparaît de l’annuaire du corps préfectoral.

106F1bI 440, 3e série.

Fruit (Alexis Auguste)

107Né le 9 février 1866 à Nevers (Nièvre). Il était marié.

108Bachelier ès lettres, il devient publiciste : de 1887 à 1895, il est rédacteur en chef de l’Indépendant de la Nièvre et de l’Union républicaine de la Nièvre. De 1895 à 1902, il est rédacteur en chef de l’Indépendant de la Charente Inférieure.

Sous-préfet de Segré, 4/16 août 1902 - 23 mai 1911.

109Il fait l’objet de critique dans certains journaux de gauche comme l’Éclaireur du Centre et de l’Ouest : les journalistes lui reprochent de mal appliquer la loi sur l’école obligatoire dans son arrondissement, et aussi de scolariser ses filles dans les écoles congréganistes. Mais les journaux réactionnaires comme Le Mercure du Segréen le prennent aussi pour cible et critiquent à travers lui toutes les lois de la IIIe République.

110Il est ensuite nommé sous-préfet de Mamers. Il l’est encore en 1914, mais n’est plus dans l’annuaire du corps préfectoral de 1921.

111AD 2M16.

Salze (Auguste)

112Né le 23 avril 1870 au Caylar (Hérault).

113Licencié en droit et conseiller d’arrondissement, il est nommé conseiller de préfecture des Landes, 24 janvier 1896, puis de la Somme, 24 septembre 1900 et de l’Hérault, 5 décembre 1900. Il est promu sous-préfet de Castellane le 7 novembre 1908.

Sous-préfet de Segré, 26 mai 1911- 30 juillet 1912.

114Il devient ensuite percepteur des impôts.

115Il était officier d’académie et chevalier du Mérite agricole.

116AD 2M16.

Guist’hau (Henri Gabriel)

117Né le 3 octobre 1888 à Nantes.

118Entre 1908 et 1911, il est chef de cabinet du préfet de Loire-Inférieure puis du Rhône. En janvier 1912, il devient chef du secrétariat particulier du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts.

Sous-préfet de Segré, 30 juillet 1912 - 4 janvier 1916.

119Il est ensuite sous-préfet d’Avranches pour la durée de la guerre. Mais dès le 28 janvier, il est délégué dans les fonctions de chef adjoint du cabinet du président du Conseil, ministre des Affaires étrangères. Le 17 février 1918, il est nommé sous-préfet d’Aubusson. Mais il est aussitôt appelé sur sa demande à d’autres fonctions et devient chef de cabinet du sous-secrétaire d’État au ministère des Régions libérées. Sous-préfet de Pontoise le 25 mars 1920, il n’occupe pas le poste et est placé en disponibilité sur sa demande. Le 17 janvier 1921, il est chef de cabinet du ministre de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance sociale. Le 31 décembre 1921, il devient conseiller de préfecture de la Seine et est promu président de section dans ce conseil en 1936. En 1954, il est intégré en qualité de président de section au tribunal administratif de Paris.

120En 1949. Il est officier de la Légion d’Honneur.

121AD 2M16.

Aubert (Louis Alfred Ernest)

122Né le 4 mars 1884 à Trévoux (Ain).

123Licencié ès lettres et en droit, il devient sous-chef de cabinet du ministre du Travail en 1910. Il est ensuite conseiller de préfecture des Côtes du Nord, 26 février 1911 ; de la Savoie, 21 février 1912 ; de Maine-et-Loire, 13 juillet 1912, vice-président du conseil de préfecture de Maine-et-Loire, 12 juin 1913 ; secrétaire général de l’Aube pour la durée de la guerre, 14 octobre 1914.

Sous-préfet de Segré, 4 janvier 1916, nommé pour la durée de la guerre - 20 juillet 1918.

124À cette date, il est chargé sur sa demande de l’intérim du secrétariat général de Loir-et-Cher. Le 22 mars 1919, il est nommé secrétaire général du Loir-et-Cher à titre définitif. Il est ensuite sous-préfet de Redon, 22 octobre 1920 ; de Bayeux, 20 février 1921 ; de Riom, 11 avril 1926. Le 5 octobre 1928, il est sous-préfet rattaché sur sa demande, à la préfecture de la Seine. Le 19 mai 1934, il est président du conseil de préfecture d’Oran, puis président du conseil de préfecture interdépartemental de Lille, 30 août 1938 ; de Nancy, 31 mars 1941. On le retrouve à ce poste en 1947 puis il disparaît de l’annuaire du corps préfectoral.

Idoux (Émile André Victor)

125Né à Paris (4e) le 21 mars 1884 de Jules Auguste, employé le commerce et de Louise Athalie Noirot. Il s’est marié à Nice (Alpes-Maritimes) le 7 février 1917 à Jeanne Pascale Piquéra née à Toulouse (Haute-Garonne), dont il eut un enfant. Il est mort à Châlons-sur-Marne (Marne) le 9 juillet 1945.

126Après des études à l’École libre des sciences politiques (diplômé en 1905), il obtient un doctorat en droit en 1908. De 1902 à 1903, il est engagé volontaire. De 1905 à 1915, il est avocat à la cour d’appel de Paris. Il est mobilisé le 10 août 1914, et réformé le 31 mai 1915. En octobre, il devient chef adjoint de cabinet du ministre de l’Instruction publique (P. Painlevé). Il est ensuite nommé sous-préfet de Moutiers pour la durée de la guerre, 5/16 janvier 1917 ; de Castelnaudary pour la durée de la guerre, 3 novembre/non installé ; secrétaire général de Loir-et-Cher pour la durée de la guerre, 5/15 décembre 1917, confirmé le 18 mai 1918.

Sous-préfet de Segré par intérim pour la durée de la guerre, 20 juillet/ 1er août 1918, puis à titre définitif, 22 mars/5 mai 1919 - 22 octobre 1920.

127Il est ensuite sous-préfet de Marmande, 22 octobre/17 novembre 1920 ; secrétaire général de la Gironde, 2/26 août 1924 ; préfet de l’Ariège, 19 février/15 mars 1929 ; de la Mayenne. 6 janvier/3 février 1931 ; de l’Ardèche, 8 avril/1er juin 1933. Le 26 septembre 1936, il est appelé à d’autres fonctions et devient trésorier payeur général de la Meuse 14 novembre 1936/1er février 1937 ; préfet honoraire et trésorier payeur général de la Marne, 1er octobre 1941. Il a été décoré de la Légion d’Honneur le 10 janvier 1931.

128FlbI 703 et 1084. SAEF 1C 7592.

Detot (Pierre)

129On sait qu’il était sous-préfet de Melle avant d’arriver à Segré.

Sous-préfet de Segré, 22 octobre 1920 - 22 février 1922.

130AD 2M16.

Cheneaux de Leyritz (Léopold Marie Frédéric)

131Né à Saint-Pierre (Martinique) le 1er août 1896 d’Émile, propriétaire terrien et de Louise Gabrielle Jaham Desrivaux, il s’est marié le 1er septembre 1920 à Rose Martinenq (originaire d’Algérie) dont il eut quatre filles. Il est mort à Bellengreville (Calvados) le 5 janvier 1970.

132Après des études secondaires et supérieures à Bordeaux. Il obtient deux licences, ès lettres et en droit. Il fut mobilisé par deux fois, du 5 mars 1915 au 2 octobre 1919 et 26 août 1939 au 9 août 1940. Il a commencé sa carrière en 1919 comme chef de cabinet de Mathivet, préfet des Ardennes puis d’Oran ; de la Charente-Inférieure, octobre 1920.

Sous-préfet de Segré, 22 février 1922 - 26 avril 1922.

133Deux mois après son arrivée dans le département, il est nommé directeur de cabinet du préfet du Bas-Rhin. il est ensuite sous-préfet de Strasbourg-Campagne chargé de l’intérim 22 février/10 mars 1925, outre ses fonctions de directeur de cabinet. Il est titularisé comme sous-préfet de Strasbourg-Campagne le 24 octobre 1930 à compter du 1er janvier 1929 ; sous-préfet de Béthune, 8 juin/16 juillet 1933 : rattaché à la préfecture de la Seine 9 juin ; directeur de cabinet du ministre de la Marine en juillet ; chargé de mission au cabinet du ministre (C. Chautemps), 26 octobre 1933 ; chef de cabinet de W. Bertrand sous-secrétaire d’État, 27 novembre 1933, ministre de la Marine Marchande, 12 janvier 1934 ; maître des requêtes au Conseil d’État, 4/19 avril 1934 ; chef de cabinet du même, 8 novembre 1934 ; délégué à la présidence du Conseil pour les affaires d’Alsace et de Lorraine ; préfet de la Haute-Garonne, préfet de la région de Toulouse, 19 avril 1941 ; directeur général du comité de coordination des activités commerciales, 15 avril/6 mai 1944. Le 8 septembre 1944, il est suspendu de ses fonctions au Conseil d’État et révoqué sans pension à compter du 19 décembre 1944 puis révoqué avec pension de ses fonctions de préfet en 1945. Il devient ensuite président de diverses sociétés financières. Maire de Bellengrevillle (Calvados). Il était officier de la Légion d’Honneur.

134Flbl 743 et 1054. Who’s Who, 61-62.

Musso (Fernand Jérôme)

135Né à Cahors (Lot) le 20 octobre 1895 de François, lieutenant au 7e de ligne, intendant militaire à Nantes et d’Hélène Marie Louise. Il s’est marié à Nantes le 10 avril 1924 à Jeanne Marguerite Marie Huon, veuve avec un fils qui deviendra chef de cabinet du préfet de Limoges. Ils eurent un autre fils qui sera agent commercial.

136Après des études secondaires à Cahors et à la Roche-sur-Yon, il intègre la faculté de droit de Rennes. En 1916, il s’engage volontairement aux côtés des troupes françaises mais il est renvoyé dans son foyer pour raison de santé. Il est nommé chef de cabinet de Causel, préfet de l’Hérault, 1er septembre 1917 puis de la Loire-Inférieure, 30 août 1918 puis du Pas-de-Calais, 1er juin 1921.

Sous-préfet de Segré, 1/16 juin 1922 - 2 février 1929.

137En 1925, il obtient un doctorat en droit. En février 1929, il devient sous-préfet de Cholet. Il est ensuite nommé sous-préfet de Dinan, 15 novernbre/15 décembre 1934 ; directeur de cabinet du ministre des Colonies (Mandel), 10 avril 1938 ; du ministre de la Marine marchande (Chappedelaine) ; des Colonies (Mandel), 21 mars - 18 mai 1940. Il est ensuite préfet des Pyrénées-Orientales, 18/18 juin 1940 ; de la Corrèze, 17/25 septembre ; préfet du Jura, 15 juillet/1er août 1943 ; d’Indre-et-Loire, 24 janvier/6 février 1944. Éloignement demandé par les Allemands en mai. À la Libération, il est mis en disponibilité sans traitement et révoqué le 27 mai 1945. Il est condamné par la cour de justice d’Angers mais cette condamnation est réduite le 13 juillet 1946 et amnistiée en partie par la loi du 6 août 1953. Il prend officiellement sa retraite le 1er janvier 1954 et se reconvertit comme agent commercial à Nantes. Le 28 juillet 1938, il avait été décoré de la Légion d’Honneur.

138F1bI 959 et 1102. AJ40 542/4.

Seguela (Camille Paul)

139Né le 24 octobre 1882 à Foix et décédé le 24 février 1940.

140Licencié en droit, il devient avocat. Entre 1918 et 1920, il est directeur du bureau permanent des céréales de l’Aude. Le 1er avril 1920, il est nommé conseiller de préfecture de l’Ardèche. Il est ensuite chef de cabinet du préfet de l’Ain, 25 septembre 1921 ; secrétaire général de l’Ariège, 13 octobre 1925 ; rattaché à la préfecture de l’Ariège, 22 septembre 1926.

Sous-préfet de Segré, 7 mars 1929 - 24 février 1940.

141Il est mort en fonction, après onze années à la sous-préfecture de Segré.

Dejean (Pierre Marie Sylvestre)

142Né à Montclar (Aveyron) le 15 novembre 1907 et mort le 15 mars 1978.

143Il obtient une licence en droit puis il devient rédacteur à la préfecture de la Savoie, 15/16 décembre 1932 ; chef de cabinet du préfet de l’Aude 15 décembre 1937, de Seine-et-Marne, 19 juillet 1939. Il est alors mobilisé, du 27 août 1939 au 25 juillet 1940.

Sous-préfet de Segré, 10 août/1er septembre 1941- 3 mai 1943.

144Il est ensuite sous-préfet de Châteaulin, 3/16 mai 1943 ; secrétaire général de la Charente, 8 février/1er mars 1945 ; délégué dans les fonctions de secrétaire général de la Charente-Maritime, 14 avril 1945/à compter du 25 octobre 1944 ; sous-préfet de Bayonne, 10/21 janvier 1951 ; préfet de Tarn-et-Garonne, 16 juin/1er août 1955 ; de la Corrèze, 25 août/1er septembre 1958 ; des Côtes-du-Nord, 10 janvier/7 février 1962. Il est mis en congé spécial le 21 décembre 1967 et prend sa retraite le 14 octobre 1972 comme préfet honoraire. Il était officier de la Légion d’Honneur (1961) et décoré de la croix de guerre 39-45.

145CAC 920266/34.

Fouet (Albert Joseph Paul)

146Né le 20 février 1915 à Savigny Sous-Faye (Vienne).

147Il obtient deux licences, ès lettres et en droit, deux DES (diplômes d’études supérieures) et le brevet du centre des hautes études administratives. Il commence sa carrière comme avocat. Mobilisé d’octobre 1939 à février 1940, il est reçu au concours de chef de cabinet de préfet en avril 1941. Dès le 1er septembre, il occupe ce poste auprès du préfet des Ardennes puis du Pas-de-Calais, 6 juillet 1942. Le 1er février 1943, il est nommé sous-préfet et directeur de cabinet du préfet du Pas-de-Calais à titre intérimaire.

Sous-préfet de Segré, 17 mai 1943 - 1er novembre 1946.

148Il est à Segré lors de la libération de la ville par les Américains et est otage volontaire lors d’une contre-offensive allemande.

149À cette date, il est nommé sous-préfet de La Flèche. En 1951, il est détaché à l’administration centrale comme administrateur civil. Jusqu’en 1961, il est successivement attaché au cabinet du président du Conseil ; chef de cabinet du secrétaire d’État aux Travaux publics, transports et tourisme ; chargé de mission au cabinet du ministre de l’Intérieur. En 1961, il est placé en disponibilité.

Travart (Pierre)

150Né le 10 mars 1908 à Lyon.

151Licencié en droit. En 1932, il devient rédacteur puis chef de bureau dans une préfecture. Il est mobilisé toute la durée de la guerre, en 1939-1940. Le 1er octobre 1944, il est nommé chef de cabinet du préfet du Rhône. Il est ensuite chef de cabinet du ministre du Ravitaillement, 1er février 1946.

Sous-préfet de Segré, 1er novembre 1946 - 1er novembre 1956.

152À cette date, il est nommé sous-préfet de Djidjelli ; de Tébessa, 6 août 1858 ; de Constantine, 19 mars 1962 ; détaché en qualité de consul de France à Orléansville, 29 juillet 1962 ; détaché auprès du secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargé des affaires algériennes pour les fonctions de secrétaire des affaires étrangères, juillet 1962 - février 1964. Le 1er avril 1964, il est nommé sous-préfet de Castelsarrazin ; de Calvi, 7 juillet 1968. Il était officier de la Légion d’Honneur, de l’Ordre national du Mérite, décoré de la croix de guerre 39-45 et de la croix du mérite civil.

Petit (Jean-Marcel)

153Né le 8 avril 1923 à Saint-Amand (Cher), décédé le 26 décembre 1980.

154Licencié en droit. Le 28 octobre 1946, il devient rédacteur de préfecture auxiliaire. En septembre 1947, il est nommé chef de cabinet du préfet de la Drôme ; du préfet de l’Ain, 6 octobre 1949 ; sous-préfet de Rochechouart, 1er avril 1955 ; détaché à la disposition du gouvernement général en Algérie comme chef de cabinet du préfet d’Alger, 11 juillet 1955.

Sous-préfet de Segré, 16 février 1957 - 1er janvier 1959.

155Il devient alors secrétaire général de la Guyane ; directeur de cabinet du préfet de Constantine, 14 septembre 1961 ; sous-préfet, chef de cabinet du préfet de Meurthe-et-Moselle, 16 septembre 1962 ; sous-préfet de Dinan, 6 janvier 1965 ; chargé des fonctions de sous-préfet à Pointe-à-Pitre, 7 février 1968 ; secrétaire général du Puy-de-Dôme, 21 novembre 1970 ; inspecteur de l’Administration, 1er janvier 1975. Il était chevalier de la Légion d’Honneur et officier de l’Ordre national du Mérite.

Taupignon (Michel)

156Né le 15 août 1928, à Saint Laurent de Céris (Charente).

157Licencié en droit et diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris. En avril 1953, il devient rédacteur au port autonome du Havre et secrétaire d’Administration au ministère des Travaux publics. Le 26 juillet 1954, il est nommé chef de cabinet du préfet de la Corrèze.

Sous Préfet de Segré, 1er janvier 1958 - 21 février 1962.

158À cette date, il devient chef de cabinet du secrétaire d’État aux relations avec les États de la Communauté ; chef de cabinet du ministre de la Coopération, 19 mai 1961 ; en mission à l’Administration centrale, 21 février 1962 ; chef de cabinet du Garde des Sceaux, ministre de la Justice, 17 avril 1962 ; conseiller technique au cabinet du ministre de l’Éducation nationale, 29 janvier 1968 ; maître des requêtes au Conseil d’État, 28 juin 1968. Officier de l’Ordre national du Mérite.

Guerin (Jacques)

159Né à Saint-Germain-et-Mons (Dordogne) le 16 janvier.

160Après des études à la faculté de droit de Bordeaux, il obtient une licence et intègre l’Institut d’études politiques de Paris. Chef de cabinet du préfet du Cantal le 18 mars 1958. Il est ensuite sous-préfet de Blaye, 18 juillet/6 août 1958.

Sous-préfet de Segré, 30 janvier/21 février 1962 - 21 janvier 1965.

161Il est ensuite sous-préfet de Langon, 18 août/27 septembre 1965 ; directeur de cabinet du préfet de la Gironde, 3/27 octobre 1967 ; sous-préfet de Bastia, 12 septembre/1er octobre 1974 ; de Thionville, 1er novembre 1975. Préfet des Deux-Sèvres, 6/31 mai 1977 ; du Cantal, 16 juillet/1er août 1981 ; commissaire de la République de Saône-et-Loire, 29 juillet/ 21 septembre 1982 ; de la région Auvergne et du Puy-de-Dôme, 8/27 mars 1985 ; préfet de la région Bretagne et d’Ille-et-VIlaine, 28 juillet 1988. Il prend sa retraite le 20 novembre 1989. Officier de la Légion d’Honneur (1988) et commandeur de l’Ordre national du Mérite.

162Who’s Who, 79-80.

Rozier (René)

163Né le 13 avril 1915 à Saint-Barthélemy-de-Bellegarde (Dordogne).

164Licencié en droit et breveté de l’ENFOM, où il est entré en 1935 ; diplômé de l’École des Langues orientales. En 1939, il est élève administrateur de la France d’outre-mer, puis administrateur adjoint, administrateur et administrateur en chef. Il est sous les drapeaux de 1938 à 1945. Le 1er novembre 1958, il est nommé conseiller aux affaires administratives. En 1964, il est intégré en qualité d’administrateur civil de 1re classe au ministère de l’Intérieur. En 1965, il est intégré dans le corps unique des administrateurs civils, affecté au ministère de l’Intérieur.

Sous-Préfet de Segré, 11 octobre 1965 - 26 novembre 1968.

165Il devient ensuite sous-préfet de Prades ; du Blanc, 6 novembre 1971 ; réintégré dans le corps des administrateurs civils, 1er août 1973. Chevalier de la Légion d’Honneur.

Chaudie (Louis-Marie-Edmond)

166Né le 31 juillet 1916, à Paris (6e).

167Licencié en droit. Appelé sous les drapeaux du 27 novembre 1939 au 6 août 1940, il devient en 1942 rédacteur auxiliaire à l’administration centrale du ministère de l’Intérieur. Il est reçu au concours de rédacteur à l’Administration centrale du 16 septembre 1943. En octobre 1944, il est attaché au cabinet du ministre de l’Intérieur où il occupe divers postes d’administrateur civil. Le 1er avril 1946, il est nommé sous-préfet de Forcalquier. En février 1947, il redevient administrateur civil et est affecté à l’Administration centrale en mars 1948 comme chargé de mission au cabinet du ministre de l’Intérieur. Le 1er mars 1952, il est nommé sous-préfet de Barcelonnette, puis sous-préfet d’Issoire en septembre 1956. Secrétaire général de l’Aube, 1er novembre 1958 ; sous-préfet de Ténès, 11 novembre 1958 ; de Prades, 1er décembre 1960.

Sous-Préfet de Segré, 26 novembre 1968 - 12 septembre 1974.

168Il est ensuite sous-préfet de Toul et prend sa retraite en 1976. Chevalier de La Légion d’Honneur.

Solelis (Paul-Henri)

169Né le 10 janvier 1914, à Neussargues-Moissac (Cantal).

170Il a obtenu la première partie du baccalauréat, un certificat de législation algérienne et un certificat supérieur de droit musulman.

171Appelé sous les drapeaux pour le service militaire entre 1932 et 1934, il devient administrateur des services civils de l’Algérie en juin 1939. Le 12 juin 1957, il est chargé des fonctions de sous-préfet de Lafayette. En juin 1959, il est intégré sous-préfet de 1re classe. En novembre 1960, il est nommé secrétaire général de Sétif ; sous-préfet de Fort-National, 1er avril 1962 ; sous-préfet en mission, 27 juin 1962 ; sous-préfet du Vigan, 1er décembre 1962 ; sous-préfet d’Argelès-Gazost, 11 juin 1967.

Sous-préfet de Segré, 12 septembre 1974 - 1er août 1977.

172Il est ensuite sous-préfet d’Ambert, et décède le 15 décembre 1977. Chevalier de la Légion d’Honneur.

Raffour (Bernard Gabriel Louis)

173Né le 30 juin 1918 à Dôle (Jura), décédé le 2 mai 1984.

174Licencié en droit. Appelé sous les drapeaux entre novembre 1939 et novembre 1941, il devient en septembre 1943 rédacteur à l’administration centrale du Ministère de l’Intérieur. Le 11 mars 1945, il est nommé chef de cabinet du préfet de la Seine-Maritime ; chef de cabinet du préfet des Ardennes, 6 octobre 1945 ; du préfet de l’Aisne, 1er novembre 1946 ; directeur de cabinet du préfet d’Alger à titre intérimaire, 6 juin 1947 ; sous-préfet de Confolens, 20 septembre 1950 ; secrétaire général de la Mayenne, 11 avril 1954 ; sous-préfet de Pontivy, 21 août 1961 ; sous-préfet en mission, mis à la disposition du préfet de la Meuse, 21 mars 1964 ; du préfet de Meurthe-et-Moselle, 21 décembre 1966 ; sous-préfet de la Flèche, 1er février 1970 ; de Chinon, 1er mai 1975.

Sous-préfet de Segré, 1er août 1977 - 1er juillet 1984.

175À cette date, il prend sa retraite. Il était officier de l’Ordre national du Mérite.

Lecadet (Dominique)

176Né le 20 octobre 1945 à Villers-Bocage (Calvados).

177Titulaire d’une licence en droit et d’un diplôme d’études supérieures de droit public. Il est attaché de préfecture de 1971 à 1980. Le 17 mars 1980, il devient conseiller de 2e classe de tribunal administratif. Le 16 septembre 1980, il est nommé conseiller au tribunal administratif de Rennes puis conseiller au tribunal administratif de Caen, 16 septembre 1983.

Commissaire adjoint de la République de l’arrondissement de Segré, 1er juillet 1984 - 16 septembre 1985.

178Il est ensuite chargé de mission auprès du commissaire de la République du département de l’Oise ; commissaire adjoint de la République de l’arrondissement de Lisieux, 17 décembre 1986 ; secrétaire général de la préfecture des Ardennes, 3 juillet 1989 ; conseiller hors classe de tribunal administratif, 16 septembre 1989 ; directeur général des services administratifs du département de Lot-et-Garonne, 17 janvier 1990, conseiller au tribunal administratif de Rennes, 1er juillet 1990, sous-préfet de Coutances, 1er septembre 1991. Chevalier de l’Ordre national du Mérite.

Jolly (Michelle)

179Née le 17 mars 1943, à Amboise (Indre-et-Loire).

180Licenciée en droit et titulaire de deux diplômes d’études supérieurs de droit public. Elle commence sa carrière en 1960 comme auxiliaire de préfecture. En 1963, elle devient commis de préfecture puis attaché en 1966. En juin 1977, elle est promue conseiller de 2e classe de tribunal administratif et en janvier 1978, occupe un poste de conseiller au tribunal administratif de Poitiers.

Commissaire adjoint de la République de l’arrondissement de Segré, 16 juin 1986 - 12 septembre 1988.

181Elle est la seule et unique femme du corps préfectoral ayant occupé un poste dans le département.

182À cette date, elle devient vice-présidente du tribunal administratif de Grenoble.

Dubois (Gérard)

183Né le 14 avril 1945, à Saint-Symphorien (Indre-et-Loire).

184Il est licencié en droit et docteur d’État en sciences politiques. Il a poursuivi des études à l’Institut français de presse. En octobre 1972, il commence sa carrière comme chargé de mission au Comité interministériel pour l’information, puis à la Délégation générale à l’information du Premier ministre. Deux ans plus tard, il est chargé de mission au Service juridique et technique de l’information du Premier ministre et secrétaire général de la Commission paritaire des publications et agences de presse et Chef du Département presse écrite. En 1983, il est chargé des fonctions de directeur du cabinet du commissaire de la République du département de l’Yonne. Il est titularisé comme directeur de cabinet en 1984 et comme sous-préfet en 1985. Le 1er juillet 1985, il est nommé commissaire adjoint de la République de l’arrondissement de Pithiviers.

Sous-préfet de Segré, 12 septembre 1988 - 17 septembre 1990.

185À cette date, il est nommé sous-préfet de Clermont-sur-l’Oise. Le 25 avril 1993, il est détaché administrateur civil au ministère de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire et un mois plus tard, détaché administrateur civil, conseiller technique, chef du service de la communication et de l’information au cabinet du préfet de police (mobilité). En janvier 1996, il est intégré dans le corps des administrateurs civils. Il est chevalier de l’Ordre national du Mérite.

Simon (Jean-Pierre)

186Né le 13 mai 1953, à Paris (11e).

187Il a poursuivi des études supérieures à l’IEP de Paris, puis à l’ENA (où il est entré en 1987). Il est licencié en anglais et en lettres modernes. Avant d’entrer à l’ENA, il avait occupé un poste de secrétaire de chancellerie (1979) et de secrétaire adjoint des affaires étrangères (1985). Le 1er février 1989, il est nommé administrateur civil de 2e classe, affecté au ministère de l’Intérieur à la Direction de la programmation, des affaires financières et immobilières. Le 21 avril 1989, il est sous-préfet de 2e classe, directeur du cabinet du préfet de la Dordogne.

Sous-préfet de Segré, 17 septembre 1990 - 15 juillet 1993.

188À cette date, il est réintégré dans le corps des administrateurs civils, adjoint au chef de service adjoint du chiffre, des communications et du traitement de l’information au ministère des Affaires étrangères (mobilité). Le 15 juillet 1995, il est détaché secrétaire des affaires étrangères. Réintégré dans le corps des administrateurs civils le 1er février 1997, et affecté au ministère de l’Intérieur. En disponibilité pour convenances personnelles le 15 septembre 1997, et directeur des services de la SOLLAC.

Cousin (Jean-François)

189Né le 28 mai 1944, à Périers (Manche).

190Il est licencié en droit, a intégré l’École du commissariat de la Marine, ainsi que l’IEP de Paris. En 1968, il commence sa carrière comme commissaire de la Marine. En 1983, il est promu commissaire en chef et conseiller de tribunal administratif.

Sous-préfet de Segré, 1er septembre 1993 - 1er septembre 1995.

191Il est ensuite réintégré dans son corps d’origine ; un an plus tard, il est à nouveau nommé sous-préfet, à Saint-Laurent du Maroni puis réintégré dans son corps d’origine.

Jacq (Patrick)

192Né le 18 mars 1948 à Quimper (Finistère).

193Il est titulaire d’une maîtrise en droit, d’un diplôme de l’École nationale de la Santé publique et d’un doctorat de sciences politiques. Conseiller d’éducation en 1971, il devient inspecteur des affaires sanitaires et sociales en 1976. Le 1er septembre 1977, il est nommé inspecteur de la jeunesse et des sports. Le 1er juillet 1988, il est conseiller de 1re classe de tribunal administratif et conseiller à la cour administrative d’appel de Nancy ; administrateur de 1re classe de la ville de Paris, 1er septembre 1993.

Sous-préfet de Segré, 9 octobre 1995 - 1er octobre 1996.

194Il devient alors conseiller hors classe du corps des membres des tribunaux administratifs et des cours administratives d’appel. En mai 1997, il est réintégré dans son corps d’origine.

Bridey (Patrick)

195Né le 9 juillet 1956 à (Paris 17e).

196Titulaire d’une maîtrise d’histoire, il devient professeur d’histoire et de géographie en septembre 1982. Il est diplômé de l’IEP de Paris et a intégré l’ENA en 1993. Après l’ENA, il devient administrateur civil de 1re classe affecté au ministère de l’Intérieur et de l’Aménage-ment du territoire. Le 20 avril 1995, il est nommé sous-préfet de 2e classe, directeur du cabinet du préfet de Vaucluse.

Sous-préfet de Segré, 9 juillet 1997 - 1er novembre 1999.

197Directeur de la Caisse régionale des Dépôts et Consignations à Toulouse.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search