Version classiqueVersion mobile

Les préfets de Maine-et-Loire

 | 
Jean-Luc Marais

Première partie. Dictionnaire du personnel préfectoral du département du Maine-et-Loire

Les sous-préfets de Saumur

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Delabarbe (Jean-Pierre)

1Né le 16 août 1751 à Sainte-Marie (Manche), il était marié et père de quatre enfants.

2Après des études de droit, il occupe divers postes dans l’administration des domaines, en province et à Paris. En 1787, il est nommé directeur de la généralité de Tours. En 1791, il est receveur des Finances chargé de l’organisation des recettes des domaines et bois nationaux à Tours puis à Saumur. En l’an VI, il est maître particulier des Eaux et Forêts de Baugé. Le 5 mai 1800, il est nommé secrétaire général de l’Orne.

Sous-préfet de Saumur, 12/24 prairial VIII (1er juin 1800) - 20 février 1810.

3Il était peu apprécié des préfets Montault et Nardon, mais les relations avec les préfets suivants sont plus cordiales. Il ambitionnait de devenir préfet ou député, mais en vain. Il est mort en fonction.

4F1bI158/8.

Sailland-Vachon (Pierre Henri Joseph)

5Né le 28 octobre 1757 à Parnay (Maine-et-Loire), il était marié et père d’une fille. Il est mort le 21 mai 1814.

6Avant la Révolution, il était avocat puis juge conseiller à la Sénéchaussée de Saumur. Il est ensuite commandant de la compagnie de cavalerie du District de Saumur ; commissaire nommé pour l’exécution des ordres militaires. Pendant la Révolution, il est membre du District de Saumur ; commissaire nommé pour parachever les opérations de cette administration lors de sa suppression ; membre du conseil d’arrondissement de Saumur, 1800-1812 ; maire de la commune de Varrains, nommé le 12 prairial VIII puis élu le 1 fructidor XI, fonction qu’il exerce jusqu’en 1808 ; maire de Saumur, 1808-1811.

Sous-préfet de Saumur, 8 octobre 1810 - 21 mai 1814.

7Il exerçait l’intérim depuis le mois de février, pour suppléer à son prédécesseur malade. Ce long intérim lui a valu d’être confirmé dans cette fonction. Après avoir servi l’Empereur, il devient royaliste. Il est mort en fonction.

8F1bI 173/1.

De Lavech (Louis Léger Bertrand)

9Né le 9 avril 1770 à d’Aguin (Saint-Domingue), il s’est marié et eut quatre enfants. Le fils aîné était officier dans le régiment d’infanterie de la reine.

10Surnuméraire dans les Gardes du Corps du Roi au début de la Révolution, il est ensuite maire de Jarzé, 1808-1814. Il vivait du revenu de ses terres. Il a compensé la perte de la majeure partie de ses terres de Saint-Domingue pendant la Révolution par le don de domaines que lui fit son beau-père, le baron Deurbroucq, dans le département.

Sous-préfet de Saumur, 30 juillet/12 août 1814 - 14 septembre 1815.

11Il avait été proposé par trois fois, en 1804, 1808 et 1810 par le préfet pour la sous-préfecture de Baugé. C’est finalement à Saumur qu’il est nommé et le préfet de 1814 s’en félicite, louant le zèle et le caractère conciliant dont il a fait preuve comme maire. Nommé par la Première Restauration, il s’occupa notamment de changer les noms des rues et substituer aux différents drapeaux tricolores le drapeau blanc. Son déplacement est une sanction du gouvernement royaliste nouvellement restauré car Lavech est resté en poste pendant les Cent Jours. Il se défend de cette sanction dans une lettre présente dans son dossier de carrière et adressée au ministre de l’Intérieur : « Monseigneur, nommé par le roi à la sous-préfecture de Saumur, je donnai ma démission lorsque Bonaparte s’empara du pouvoir, mais je finis par céder à la volonté de tous les gens pensant bien, de tous les royalistes : c’était dans ma place, disaient-ils, que je pouvais empêcher le mal et faire encore le bien ». Cette explication est confortée par deux autres lettres protestant contre cette disgrâce et signées des comtes d’Andigné et de Contades.

12Nommé le 14 septembre 1815 à la sous-préfecture de Saint-Brieuc, il n’est resté que très peu de temps à ce poste, car les sous-préfecture de chef-lieu de département sont alors supprimées.

13F1bI 166/17.

De Carrère (Joseph Antoine)

14Né le 7 mars 1775 à Paris, il s’est marié et eut un enfant.

15Il était destiné à la carrière diplomatique, mais la Révolution mit fin à ses projets. Il s’engage dans l’armée comme sous-lieutenant, lieutenant d’infanterie puis capitaine d’état major général de l’armée des Pyrénées Orientales. Il occupe ensuite des emplois très variés : professeur de grammaire à l’École centrale du département des Pyrénées Orientales, secrétaire général de la préfecture du département du Montserrat puis des Bouches-du-Rhônes (1812) ; directeur de l’Hôtel des monnaies de Barcelone, traducteur interprète du gouvernement de Catalogne, et sous-préfet de Saint-Brieuc le 22 août 1814.

Sous-préfet de Saumur, 14 septembre 1815 - 27 mai 1828.

16Resté treize ans dans l’arrondissement il a laissé à ses administrés le souvenir d’un bon administrateur. En 1820, il reçoit la visite de B. Constant. En 1822, il doit faire face à la conspiration Berton. Il est le premier à occuper l’actuel Hôtel de la sous-préfecture complètement restauré. Au moment de son déplacement il reçoit une lettre des plusieurs maires, adjoints et notables, qu’il transmet au ministre : « on dit dans le public que son excellence le ministre a puisé les motifs de votre changement dans les reproches qu’on vous a fait d’avoir un très mauvais caractère, qui vous aurait aliéné l’esprit des fonctionnaires publics et des principaux propriétaires de Saumur et de l’arrondissement. Nous ignorons, Monsieur, quels sont ces fonctionnaires et ces principaux propriétaires […] et nous venons vous assurer que loin de vous faire de pareils reproches, nous sommes très reconnaissants des soins paternels que vous n’avez cessé de donner à votre administration […] ». Vraisemblablement, c’est pour son comportement pendant les élections de 1827 qu’il a été sanctionné : le candidat voulu par le préfet pour l’arrondissement de Saumur était M. Benoist, et le sous-préfet préférait M. Persac, maire de Saumur, qui est battu.

17Le 27 mai 1828, il est nommé sous-préfet de Gray et un mois plus tard, secrétaire général de la Manche. Il a été décoré de la Légion d’Honneur en cette année 1828.

18F1bI 157/8.

Boësnier (Pierre Étienne Joseph)

19Né le 8 février 1781 à Blois, il était marié.

20Membre du conseil général du Loir-et-Cher, il est nommé secrétaire général de la Vienne le 6 septembre 1820, puis de la Loire-Inférieure, 26 avril 1822.

Sous-préfet de Saumur, 27 mai/11 juin 1828 - 12 août 1830.

21Il prend la fuite, est alors remplacé et quitte la fonction publique.

22F1bI 156/28.

Bruley-Desvarannes (Georges Prudent)

23Né le 8 avril 1788 à Tours, d’un père futur préfet. Le 19 avril 1825, il épouse à Saint-Sylvain Elisabeth Lévesque des Varannes, dont il eut deux enfants. Mort à Vouvray, 9 novembre 1849.

24Il obtient une licence de droit et vivait de ses propriétés quand il se trouve nommé sous-préfet à la faveur de la Révolution de Juillet.

Sous-préfet de Saumur, 12/23 août 1830 - 12 novembre 1835.

25Très attaché aux principes libéraux, il n’a pas servi le régime de la Restau-ration. Le préfet réclame et obtient pour lui en 1832 la croix de la Légion d’Honneur. Il a coopéré à la fondation de la Caisse d’épargne et de prévoyance, à la Société d’encouragement pour l’enseignement mutuel, et à diverses institutions liées aux milieux libéraux de l’époque.

26Il est promu préfet de Tarn-et-Garonne puis préfet de la Sarthe. Il quitte l’administration pour poursuivre une carrière judiciaire. Il devient avocat à la cour d’Angers en 1852 ; substitut à Beaupréau, décembre 1854 ; à Laval, janvier 1857 ; procureur à Mamers, février 1861 ; à Mayenne, mai 1862 ; vice-président de tribunal au Mans, juillet 1867 ; président à Laval, décembre 1873. Il prend sa retraite en 1883.

27F1bI 156/47.

Galzain (Jean François Léopold)

28Né à Brest (Finistère) le 21 floréal IV (10 mai 1796), il était marié et eut trois enfants. Il est mort à Paris (6e) le 18 mai 1868.

29Après des études de droit, il devient avocat. Le 6 septembre 1830, il est nommé sous-préfet de Morlaix.

Sous-préfet de Saumur, 12 novembre/13 décembre 1835 - 17 janvier 1842.

30À cette date, il est nommé préfet de la Charente et destitué au moment de la Révolution de 1848. Il obtient sa retraite avec pension le 22 mars 1849.

31F1bI 161/3.

Leroy-Beaulieu (Pierre)

32Né le 4 août 1798 à Saint-Martin du Fresnay (Calvados), il s’est marié et eut trois enfants.

33D’abord avocat et propriétaire, il est nommé procureur du roi sous la Monarchie de Juillet. Il est élu maire de Lisieux et membre du conseil général du Calvados. Mort à Lisieux, 22 août 1859.

Sous-préfet de Saumur, 17 janvier 1842 - 18 janvier 1847.

34Il est alors nommé préfet du Lot mais il est remplacé au moment de la Révolution de 1848. Il était chevalier de la Légion d’Honneur.

35F1bI 166/29.

Boby de la Chapelle (Alphonse Charles)

36Né le 11 octobre 1812 à Provins (Seine-et-Marne), son père et son beau-père étaient préfets. Il était père de deux enfants. Il est mort à Saint-Malo le 4 juin 1893.

37Après des études de droit à Paris, il devient avocat. Il devient le secrétaire particulier de son père, Etienne François Marie, préfet de la Mayenne. Le 2 novembre 1838, il est nommé conseiller de préfecture et secrétaire général du Finistère. Il est ensuite sous-préfet de Chateaulin, 7 juillet 1841 ; de Dinan, 15 mars 1846.

Sous-préfet de Saumur, 4 janvier/2 février 1847 - 17 mars 1848, révoqué, puis 11 novembre 1848 - 17 septembre 1851.

38Dès le 29 février, il écrit à Grégoire Bordillon qui vient d’être nommé commissaire de la République : « J’ai adressé hier au ministre de l’Intérieur mon adhésion au gouvernement républicain. Les premiers actes émanés du gouvernement provisoire m’ont inspiré toute confiance. […] Mais fonctionnaire du gouvernement déchu, il est possible qu’une révocation vienne m’atteindre. Je l’attends sans inquiétude […] ». Il obtient sa réintégration quelques mois plus tard et reste près de trois ans en fonction.

39Il est nommé préfet de la Vendée en septembre 1851 ; de l’Aveyron, 22 janvier 1862 ; de la Haute Vienne, 23 juillet 1863 ; du Finistère, 12 mars 1868.

40F1bI 156/28.

Mars-Larivière (Ferdinand Jean)

41Né à Cherré (Sarthe) le 5 messidor X (24 juin 1802) et mort à Paris (Xe) le 20 novembre 1852.

Sous-commissaire du gouvernement à Saumur, 16/17 mars 1848 puis préfet, 9 août 1848 - 31 octobre 1848.

42C’était un actif membre du parti républicain à Angers sous la Monarchie de Juillet et un ami de Grégoire Bordillon.

43À cette date, il est promu préfet des Côtes du Nord. Le 9 mai 1852, il est appelé à d’autres fonctions.

44F1bI 197/9.

O’Neil de Tyronne (François Henri, Vicomte de)

45Né le 4 septembre 1812 à Basse-Pointe (Martinique), il a épousé Hermine de la Ponce dont il eut deux enfants.

46D’abord employé de l’administration des finances pendant douze ans, il est nommé sous-préfet d’Aubusson le 28 juillet 1849.

Sous-préfet de Saumur, 17 septembre 1851 - 5 septembre 1870.

47Notons la longévité de son séjour dans le département, qui témoigne de la stabilité du personnel préfectoral sous le Second Empire. Ses rapports avec le maire de Saumur, Charles Louvet, député de 1849 à 1870 sont parfois difficiles, en particulier lors des élections.

48Il devient conseiller de préfecture de la Seine le 30 juillet 1873 et prend sa retraite comme conseiller de préfecture honoraire le 27 avril 1878.

49F1bI 169/2.

Abellard (Paul, Émile)

50Né en 1824 à Vezins (Maine-et-Loire), d’une famille de « bleus ». Avocat. Il est élu conseiller municipal de Saumur en 1860 et 1865, comme opposant.

Sous-préfet de Saumur, 5 septembre 1870 - 15 avril 1871.

51Il prend la tête de la liste républicaine du département pour les élections législatives de 1871. Il n’est pas élu.

52Il est élu conseiller général en 1871. Il meurt en 1913.

53F1bI 155/1.

Duphenieux (Jean-Jacques Bertrand Claude Martin)

54Né le 28 avril 1837 à Cajarc (Lot) d’Edouard Benoît Claude Jacques Marie, propriétaire, et de Jeanne Françoise Charlotte de Vassal. Il était célibataire.

55Membre du conseil général du Lot (1864-1871), il est nommé sous-préfet de Figeac le 11 septembre 1870. Il cesse très vite ses fonctions et devient capitaine de la garde nationale mobilisée du Lot, promu commandant en octobre et colonel en décembre.

Sous-préfet de Saumur, 15/25 avril 1871 - 26 mai 1873.

56Après son passage dans le département, il est promu préfet du Jura ; de Vendée, 16 octobre 1873 ; de l’Ariège, 5 janvier 1877 ; des Ardennes, 18 avril 1877. Il est mis en disponibilité le 3 juillet 1877. Le 18 décembre 1877, il est nommé préfet de la Marne et sera remplacé en janvier 1880. Il est ensuite receveur-percepteur à Paris, puis trésorier payeur général de plusieurs départements entre 1884 et 1902 : le Vaucluse, les Ardennes, l’Oise, la Marne. Il prend sa retraite comme trésorier payeur général honoraire le 14 août 1902. Il était officier de la Légion d’Honneur.

57F1bI 158/3.

Beaupoil de Saint-Aulaire (Henri, comte)

58Né le 18 juillet 1830.

59Le 23 septembre 1858, il est nommé sous-préfet d’Apt. Il est ensuite sous-préfet de Loches, 28 décembre 1861 ; secrétaire général du Cher, 2 janvier 1866 ; sous-préfet de Villefranche, 6 août 1869. Remplacé en août 1870, il est à nouveau nommé sous-préfet, de Fontenay-le-Comte, 20 avril 1871.

Sous-préfet de Saumur, 28 mai 1873 - 2 avril 1875.

60À cette date, il devient secrétaire général des Alpes-maritimes, puis sous-préfet de Saintes, 5 mai 1875 ; de Dax, 17 juin 1876. Il doit cesser ses activités le 18 janvier 1877, pour des raisons de santé.

61F1bI 156/12.

Blanc (Émile Octave)

62Né le 13 juillet 1828 à Besançon de Pierre, capitaine d’habillement au 44e de ligne, chevalier de Saint-Louis et officier de la Légion d’Honneur, et de Marie Françoise Mégard. Il était marié.

63Il commence sa carrière comme chef de cabinet du préfet du Bas-Rhin en 1850. Le 27 mai 1854, il est nommé conseiller de préfecture et secrétaire général des Côtes-du-Nord. Il est ensuite sous-préfet de Florac, 1er mai 1858 ; d’Avallon, 5 octobre 1860 ; de Montbrisson, 10 septembre 1864. Il est révoqué le 5 septembre 1870 et nommé près de trois ans plus tard, le 7 juin 1873, sous-préfet de Clamecy, puis sous-préfet de Tournon, 19 décembre 1873.

Sous-préfet de Saumur, 3/17 avril 1875 - 19 mai 1877.

64À cette date, il est promu préfet des Deux-Sèvres. Il est mis en non activité le 10 décembre 1877 et en retraite le 28 novembre 1882.

65F1bI 156/25.

Bousquet-Folz (Georges René François)

66Né le 27 octobre 1841.

67Il commence sa carrière comme sous-préfet de Largentière, puis sous-préfet de La Châtre, 20 septembre 1871 ; de Romorantin, 15 février 1873 ; d’Aubusson, 16 décembre 1874 ; de La Flèche, 15 octobre 1875 ; d’Orange, 18 avril 1877, poste dont il démissionne aussitôt.

Sous-préfet de Saumur, 24 mai 1877 - 16 décembre 1877.

68Il donne sa démission.

69F1bI 156/40.

Huet (Ernest Henri Charles)

70Né le 24 juillet 1846.

71Le 24 mai 1876, il est nommé sous-préfet de Domfront. Il est remplacé un an plus tard, le 24 mai 1877.

Sous-préfet de Saumur, 30 décembre 1877 - 25 mars 1879.

72Aucune source imprimée n’indique sa carrière postérieure.

73F1bI 348.

Demangeat (Aristide)

74Né le 13 octobre 1831.

75Il est d’abord sous-préfet de Pontivy, 3 janvier 1878.

Sous-préfet de Saumur, 25 mars 1879 - 5 septembre 1881.

76Aucune source imprimée n’indique sa carrière postérieure.

77F1bI 326.

Ebeling (Louis Eugène Henri)

78Né le 21 octobre 1838, il était marié et eut trois garçons.

79Après une licence en droit, il est officier d’académie puis clerc de notaire. Le 14 septembre 1870, il est nommé sous-préfet de Nogent-sur-Seine, mais il est remplacé le 6 janvier 1874. Le 5 février 1877, il est réintégré comme sous-préfet de Briey, mais il est remplacé le 24 mai 1877. Il est ensuite sous-préfet d’Avesnes, 30 décembre 1877, mis en disponibilité le 28 février 1882.

Sous-préfet de Saumur, 5 septembre 1881 - 28 février 1882.

80Le 11 février 1882, le ministre de l’Intérieur demande au préfet un avis politique sur son personnel. Il est mis en disponibilité quelques jours plus tard.

81F1bI 333, AD 2M15.

Cottineau (Hector)

82Né en 1833 à Vigeant (Vienne), il a épousé Jenny Morin, fille de préfet. Ils eurent deux filles. Il est mort en fonction à Saumur le 31 octobre 1891.

83Il occupe d’abord les fonctions de conseiller municipal à partir de 1857 et de conseiller d’arrondissement pour le canton de l’Isle-Jourdain (Vienne) en 1869. Nommé sous-préfet de Civray le 11 septembre 1870, il est remplacé le 6 janvier 1874. Il est sous préfet de Fontenay-le-Comte du 7 juillet 1876 au 24 mai 1877, puis de nouveau à partir du 30 septembre 1877.

Sous-préfet de Saumur, 28 février 1882 - 22 décembre 1891.

84F1bI 461, 3e série, AD 2M15.

Tillol (Albert)

85Né le 9 février 1848 à Castres.

86Il était officier de marine quand il est nommé, le 24 mai 1877, sous-préfet de Marennes. Il est ensuite sous-préfet de Fougères, 30 décembre 1877 ; de Saint-Calais, 4 avril 1883 ; de Louviers, 8 janvier 1887.

Sous-préfet de Saumur, 22/31 décembre 1891 - 16 novembre 1895.

87Un conflit l’a opposé au maire de Saumur : le conseil municipal avait voté un emprunt important pour restaurer la machine qui remonte l’eau de la Loire pour le service des eaux. Or, le sous-préfet aurait tout fait auprès de l’administration centrale pour empêcher cet emprunt. Celui-ci sera quand même lancé mais cette affaire a valu au sous-préfet d’être fort peu apprécié des conseillers municipaux de Saumur, qui demandent sa mutation. Le Ministre ne répondit pas à cette requête.

88En 1895, il devient secrétaire général de Meurthe-et-Moselle. En 1903, il disparaît de l’annuaire du corps préfectoral.

89F1bI 526, 3e série, AD 2M15.

Peyre (Jean Édouard Joseph)

Sous-préfet de Saumur, 16 novembre/1er décembre 1895 - 6 janvier 1897.

90Il vient de Cholet, où il était depuis 1888. Voir sa notice au chapitre : les sous-préfets de Beaupréau et de Cholet.

Gaitet (Jean-Baptiste Léon)

91Né le 2 février 1846 à Gevrey-Chambertin (Côte d’Or).

92Il commence sa carrière comme receveur de l’Enregistrement et des domaines. Le 22 avril 1880, il est nommé conseiller de préfecture du Morbihan. Il est ensuite sous-préfet de Ploërmel, 5 septembre 1881 ; de Brive, 22 décembre 1891, secrétaire général d’Alger.

Sous-préfet de Saumur, 6/27 janvier 1897 - 31 mai 1902.

93Il entretenait des rapports assez tendus avec la municipalité de Saumur. Le maire le dit « réactionnaire » et reproche au gouvernement de le soutenir contre la municipalité.

94Il n’est plus dans l’annuaire du corps préfectoral de 1903.

95F1bI 475, 3e série. AD 2M15.

Cordelet (Louis Henri)

Sous-préfet de Saumur, 31 mai 1902/30 juillet 1906.

96Il a été sous-préfet de Baugé, 12 février 1890 - 6 janvier 1897. Voir sa notice au chapitre : les sous-préfets de Baugé.

Lasserre (François Louis Alfred)

Sous-préfet de Saumur, 30 juillet/16 août 1906 - 3 octobre 1910.

97Il a été préfet de Maine-et-Loire, 7 février/1er mars 1914. Voir sa notice au chapitre : les préfets de Maine-et-Loire.

FontanÉs (Louis Ferdinand)

98Né au Havre (Seine-Maritime) le 20 février 1868 de Charles Louis Ernest, pasteur de l’église réformée, président du consistoire du Havre, et d’Anne Pauline Frédérique Augusta Lichtenstein. Il était marié à Anna Bilsted (danoise) dont il eut un fils né en 1905.

99Après avoir effectué son service militaire (1889-1892), il est nommé chef de cabinet de J. Bonhoure, son beau-frère, préfet des Pyrénées-Orientales. En 1895, il obtient une licence en droit. Il reste auprès de son beau-frère, devenu préfet de la Corse, 1er janvier 1896. Il est ensuite chef de cabinet du préfet du Tarn, 1er juin 1896 ; sous-préfet de Ribérac, 5/15 août 1896 ; de Doullens, 19 juillet/1er août 1898 ; secrétaire général de Maine-et-Loire, 9 septembre/1er octobre 1902 ; sous-préfet de Brest, 30 juin/7 juillet 1906.

Sous-préfet de Saumur, 3 octobre/1er novembre 1910 - 2 mars 1912.

100Il devient alors administrateur du Territoire de Belfort, 2/21 mars 1912 ; préfet des Basses-Alpes, 31 décembre 1913/1er février 1914. Il est appelé à d’autres fonctions le 7 avril 1917 et nommé sur sa demande TPG des colonies au Dahomey, 1er juin ; receveur percepteur du 1er arrondissement de Paris, 12 août 1917.

101F1bI 768.

Tainturier (Léon Denis Lucien)

102Né à Dijon (Côte-d’Or) le 8 mars 1873 d’Henri Antoine Anne Frédéric Léonidas, propriétaire, adjoint au maire et d’Anne Marie Chaussier. Il s’est marié à Nice (Alpes-Maritimes) le 4 octobre 1904 à Marie Berthe Goguelat et en secondes noces à Paris (5e) le 14 avril 1914 à Louise Sophie Veneaux. Il eut quatre enfants, dont Pierre Henri Georges, préfet. Il est mort au Blanc (Indre) le 25 juillet 1966.

103Le 19 mai 1900, il est nommé chef de cabinet du préfet de la Côte-d’Or. Il est ensuite sous-préfet de Castellane, 9 décembre 1902/1er janvier 1903 ; de Montbéliard, 5 septembre/ 1er octobre 1904.

Sous-préfet de Saumur, 2/21 mars 1912 - 15 juillet 1914.

104À cette date, il est nommé sous-préfet de Fougères. Puis il est muté à Roanne pour la durée du la guerre, 11/15 février 1918 et à titre définitif le 24 février 1919. Il est ensuite préfet des Pyrénées-Orientales, 15/22 janvier 1920 ; de l’Indre, 16 février/10 mars 1921 ; Il est mis à la disposition du ministre le 4 août 1931 et prend sa retraite comme préfet honoraire en 1934. Il était chevalier de la Légion d’Honneur.

105F1bI 850.

Sennes-Desjardins (Jean Mickaël Elisabeth Marie Joseph)

106Né à Aigues-Mortes (Gard) le 7 février 1873.

107Docteur en droit, il est nommé chef de cabinet du préfet de Loire-Inférieure en 1898, puis des Alpes maritimes. Il est ensuite sous-préfet de Barcelonette, 9 septembre 1902 ; de Vitry-le-François, 5 septembre 1904 ; de Briey, 21 février 1909 ; d’Orange, 3 octobre 1910. En mai 1914, il devient secrétaire général de Meurthe-et-Moselle.

Sous-préfet de Saumur, 19 juillet 1914/4 août - 20 juin 1919.

108En juillet 1919, il est nommé sous-préfet de Verdun, d’où vient son successeur.

109AD 2M15.

Roimarnier (Fernand Nicolas Joseph)

110Né le 27 mars 1872 à Rodez (Aveyron), il était marié. Il est mort en 1964.

111Après une licence de droit, il devient avocat à la Cour d’appel d’Angers (1895-1897). Il est ensuite chef de cabinet de préfet jusqu’en 1903, puis conseiller de préfecture des Bouches-du-Rhône, jusqu’en 1906. Le 20 novembre 1906, il est nommé sous-préfet de Lombez, puis de Domfront, le 18 décembre 1907. Appelé sous les drapeaux en décembre 1914, il passe un an et demi au front et est blessé à la figure en 1915. En avril 1917, il est réintégré comme sous-préfet d’Yvetôt. Il est ensuite sous-préfet de Verdun, 1er juillet 1918.

Sous-préfet de Saumur, 20 juin/1er juillet 1919 - 16 février 1933.

112Lors de son départ, il adresse une lettre-circulaire d’adieu à tous les maires de l’arrondissement.

113Il était chevalier de l’ordre du Mérite agricole, de la Légion d’Honneur. Il a participé aux travaux de la Société des Lettres, sciences et arts du Saumurois de sa nomination à Saumur jusqu’à sa mort.

114AD 2M15.

Pascal (Edmond Alexis Lucien)

115Né à Sault (Vaucluse) le 15 avril 1885 de Léopold Auguste, maître d’hôtel né à Sault et de Marie Thérèse Bonis. Il s’est marié le 19 novembre 1921 à Jeanne Revière née à Saint-Martin-de-la-Brasque (Vaucluse). Il est mort à Sault le 20 novembre 1959.

116Après une licence en droit, il devient avocat à la cour d’appel d’Aix. Il est mobilisé le 4 août 1914 jusqu’à la fin de la guerre. Le 16 janvier 1920, il est nommé conseiller de préfecture de la Vienne. Il en est ensuite vice-président, 5 janvier 1921 ; sous-préfet de Die, 27 août/ 20 septembre 1921 ; de Carpentras, 4 octobre/1er novembre 1924.

Sous-préfet de Saumur, 16 février/2 avril 1933 - 8 août 1933.

117À cette date, il est nommé secrétaire général de l’Hérault, 8 août/15 septembre 1933, puis préfet des Ardennes, 26 septembre/2 novembre 1936. Il se replie sur Rethel le 13 mai 1940, Asfeld et Soissons le 15, la Roche-sur-Yon le 22 et Sainte-Hermine qui devient pour quelques semaines la préfecture des Ardennes. Appelé à d’autres fonctions le 23 juin 1941, mis en disponibilité le 15 mai 1943 à compter du 23 juin 1941 puis immédiatement mis en retraite, il est réintégré préfet le 26 mai 1945. Il prend sa retraite comme préfet honoraire le 15 avril 1945. Il était décoré de la Légion d’Honneur.

118F1bI 822 et 1104.

Chaigneau (Jean Joseph Marie)

119Né à Saint-Vivien (Gironde) le 24 juin 1895 de Jean et d’Anne Pelau. Il s’est marié à Marie Françoise Giron née à Saint-Jean-d’Angély (Charente-Maritime) et en secondes noces à Marie Jeanne Euphrasie Rocoul. Il est mort à Paris (8e) le 8 mars 1955.

120Sortant d’une École supérieure de commerce, il est mobilisé du 15 décembre 1914 au 18 septembre 1919, comme capitaine de réserve. En octobre 1919, il est attaché au cabinet du préfet de la Gironde, 1er octobre 1919 ; chef de cabinet du préfet des Hautes-Alpes, 16 avril 1922 ; de la Vienne, 11 octobre 1922 ; sous-préfet de Loches, 8 septembre/ 1er octobre 1924 ; chef du secrétariat particulier du ministre des Finances (R. Péret), 11 mars 1926 ; sous-préfet de Pithiviers, 29 mai/3 juillet ; appelé à d’autres fonctions, il devient receveur particulier des finances à Aubusson, 29 mai/4 juillet 1926 ; chef adjoint de cabinet du président de la Chambre des députés (Éd. Herriot), 26 juillet 1926. Il obtient une licence de droit en 1928. Il est ensuite sous-préfet rattaché à la préfecture de la Gironde, 1er février/1er avril 1930 ; chef auprès du cabinet du ministre de la Justice (R. Péret), 5 mars 1930 ; rattaché à la préfecture de la Seine, 12 septembre/1er octobre 1931.

Sous-préfet de Saumur, 8 août/15 septembre 1933 - 25 octobre 1934.

121Puis il devient secrétaire général du Bas-Rhin, 25 octobre/15 novembre 1934 ; préfet des Basses-Alpes, 6 juin/18 juillet 1939 ; du Tarn par intérim 15/27 mai ; définitif, 5/6 septembre 1940 ; d’lndre-et-Loire, 2/16 novembre 1940 ; de Seine-et-Marne, 14 novembre/ 16 décembre 1941 ; des Alpes-Maritimes 26 avril/11 mai 1943. Le 14 mai 1944, il est arrêté et déporté en Allemagne au camp d’Eisenberg, car il appartenait, depuis juin 1943 aux FFC, réseau NAP. Rapatrié le 11 mai 1945, il est mis en expectative et obtient finalement une disponibilité sans traitement le 18 octobre 1945. Le 19 décembre 1945, il est mis en retraite. Il sera nommé préfet honoraire en 1951. Il était officier de la Légion d’Honneur.

122F1bI 739 et 1052. FE 3282. AJ4°541/1.

Sabatier (Maurice Roch Antoine)

123Né à Arzew (Algérie) le 28 octobre 1897 de Paul Laurent, pharmacien et de Julia Marie Verdu. Il s’est marié à Paris (17e) le 19 novembre 1941 à Suzanne Madeleine Forestier née à Berrouaghia (Algérie) le 26 octobre 1894, morte à Paris le 30 mai 1966. Il est mort à Paris le 17 avril 1989.

124Il poursuit ses études supérieures à la faculté de droit d’Alger et obtient un diplôme de législation algérienne. Le 7 août 1914, il entre comme auxiliaire dans l’administration. Mobilisé du 6 janvier 1916 au 26 septembre 1919 comme sous-lieutenant de tirailleurs algériens. Attaché au cabinet du préfet d’Alger en 1919. Rédacteur à la préfecture d’Alger, 24 mars 1920. Le 1er juin 1922, il est promu chef adjoint de cabinet du préfet d’Alger. Il est ensuite secrétaire général de la Meuse, 1/15 mai 1926 ; secrétaire général de la Meuse, 21 août/ 25 septembre 1930.

Sous-préfet de Saumur, 27 octobre/25 novembre 1934 - 2 mars 1935.

125Puis il est chef adjoint de cabinet du ministre (M. Régnier), 2 mars 1935 ; du même, ministre des Finances, 8 juin 1935 ; préfet du Gers, 26 novembre/1er janvier 1938 ; de la Sarthe, 24 mars/19 avril 1938 ; directeur du contrôle, de la comptabilité et des affaires algériennes, 30 août/1er octobre 1939. Il est mobilisé de septembre 1939 à juin 1940. Directeur des affaires départementales et communales en Algérie, 26 août 1940 ; conseiller d’État en service extraordinaire, 29 décembre/23 janvier 1941 ; délégué dans les fonctions de secrétaire général pour l’administration, 26 mars 1941 ; préfet de la Gironde et de la région de Bordeaux, 1/16 mai 1942. Mis en expectative le 17 novembre 1944, on lui impose une disponibilité avec demi-traitement. En décembre 1945, il est mis à la disposition du secrétariat général aux Affaires allemandes et autrichiennes. Le 1er avril, il devient directeur général des affaires administratives du gouvernement militaire de la zone française d’occupation ; conseiller administratif du général commandant en chef français en Allemagne, 10 avril 1948 ; du haut commissaire de la République française en Allemagne, 25 août 1949 ; il est radié du cadre temporaire le 22 août 1950. Il devient conseiller d’État le 8 juin 1950 et conseiller d’État honoraire en 1967, date à laquelle il prend sa retraite. De 1955 à 1972, il est président du Conseil de direction du fonds d’orientation et de régularisation des marchés agricoles. Grand officier de la Légion d’Honneur, 28 décembre 1967 ; décoré de la Croix de Guerre 14-18.

126F1bI 974, 1114 et 909. AJ40 542/5. Who’s Who, 57-58.

Gazagne (Pierre René)

127Né à Lyon (Rhône) le 10 mars 1889 de Pierre Laurent, employé de commerce et de Charlotte Marie Plantz. Il s’est marié à Blida (Algérie) le 25 mars 1919 à Odette Marie Germaine Fellmer. Il est mort à Paris (16e) le 21 septembre 1984.

128Titulaire d’une licence en droit, de deux diplômes d’études supérieures et d’un diplôme de législation et de droit musulman, il commence sa carrière en 1913 comme administrateur adjoint stagiaire de commune mixte en Algérie. Il est mobilisé du 2 juillet 1914 au 3 août 1915 comme capitaine. Il est réintégré comme administrateur en 1919 puis nommé conseiller de préfecture du Finistère, 14 février/1er avril 1925 ; conseiller au conseil de préfecture interdépartemental de Rennes, 22 septembre/1er octobre 1926 ; chef de cabinet du ministre des PTT (Ch. Guernier), 28 janvier 1931-15 février 1932 ; conseiller, 22 avril 1931 ; sous-chef de bureau au ministère, 12 mai/4 juin 1931 ; conseiller au conseil de préfecture interdépartemental de Versailles, 9/13 février 1932 ; sous-préfet de Médéa, 13 février/1er juin 1932 ; chef de cabinet du ministre des Travaux publics et de la Marine marchande, 20 février 1932 (Ch. Guernier et autres jusqu’en 1936) ; rattaché à la préfecture de la Seine, 26 août/1er octobre 1932 ; en service détaché et appelé sur sa demande à d’autres fonctions, 7 décembre/1er février 1932 ; sous-chef du service de surveillance et de protection des indigènes nord-africains à la préfecture de la Seine, 10 février 1933.

Sous-préfet de Saumur, 20 avril/20 mai 1935 - 9 mai 1936.

129Il est appelé sur sa demande à d’autres fonctions, 9 mai/1er juin 1936 et devient chargé de mission à la présidence du Conseil (secrétariat général du haut comité méditerranéen) ; secrétaire général du Nord, 29 octobre/5 novembre 1936 ; préfet de la Savoie, 6 juin/16 juillet 1939 et mis à la disposition du ministre des Affaires étrangères ; directeur des services de sécurité en Tunisie, 6 juin/17 juillet ; en service détaché, 17 août 1939 ; préfet des Landes, 21 juin/11 juillet 1941. Il s’engage dans les FFI le 6 juin 1944 et est placé en expectative administrative le 17 novembre 1944. Il est ensuite nommé secrétaire général du gouvernement général de l’Algérie, 26 février 1945 ; en service détaché, 20 mai 1945 ; préfet de la Loire-Inférieure, 8/21 janvier 1947 ; en service détaché, maire d’Alger, 24 novembre/ 1er février 1948. Il prend sa retraite le 25 mars 1949. Il est alors fait commandeur de la Légion d’Honneur.

130F1bI 951. AJ40 541/1 et 2 et 542/3. CAC 920178/1.

Touze (Eugène Gustave Guillaume)

131Né à Paris (15e) le 18 février 1896 de Guillaume Marie fonctionnaire et de Julie Louise Riou. Marié à Nantes (Loire-Atlantique) le 4 décembre 1924 à Anne Élisabeth Fauconnier. Il est mort à Paris (4e) le 25 décembre 1980.

132Après des études à la faculté des lettres et de droit de Paris, il intègre l’École libre des sciences politiques. Il est titulaire d’un doctorat en droit et d’une licence ès lettres. Mobilisé du 12 avril 1915 au 22 septembre 1919, il est nommé attaché parlementaire au cabinet du ministre de la Marine (G. Guist’hau), 17 janvier 1921. Il est ensuite chef de cabinet du préfet de la Loire-Inférieure, 31 janvier 1922 ; sous-préfet de Châteaubriant, 11 octobre/ 25 novembre 1924 ; secrétaire général d’Indre-et-Loire, 9 août/9 septembre 1929 ; sous-préfet de Saint-Nazaire, 14 avril/1er juin 1933 ; détaché en qualité de chef adjoint de cabinet du préfet de la Seine, 30 juin 1933 ; chef de cabinet du commissaire général au Tourisme, juillet 1935/avril 1936.

Sous-préfet de Saumur, 9 mai/1er juin 1936 - 20 octobre 1936.

133Il devient alors sous-préfet de Soissons, 20 octobre/12 novembre 1936 ; secrétaire général du Pas-de-Calais, 24 juin/11 juillet 1941 ; préfet des Basses-Alpes, 4/14 février 1944. Il est relevé de ses fonctions et remis par le commissaire de la République de la région de Marseille à la disposition du commissaire à l’Intérieur, 4 septembre ; en expectative, 17 novembre 1944. Il est ensuite placé à la disposition du Conseil national des services publics, 19 juillet 1945 ; chargé des services des commissariats de la République et des préfectures, 8/11 octobre 1945 ; chef du service des liaisons avec les préfectures et des affaires économiques, janvier 1946 ; préfet de la Meuse, 9/27 mai 1947 ; directeur de la réglementation, 2 août 1957 ; en service détaché à la direction générale de la sûreté nationale pour exercer les dites fonctions, 15 janvier 1958. Il prend sa retraite comme préfet honoraire le 7 janvier 1959. Maire adjoint du 5e arrondissement de Paris, maire honoraire, 29 avril 1966. En 1954, il est commandeur de la Légion d’Honneur. Décoré de la Croix de Guerre 14-18.

134AJ40 542/5. C.A.C. 920178121. Who’s Who 55-56.

Milliat (Robert Marie Fulcran)

135Né à Lodève (Lozère) le 11 mai 1898 de Léon Joseph. Il s’est marié à Marguerite Arrault, fille du directeur de La Dépèche de Tours. Ils eurent trois enfants. Il est mort en 1979.

136Mobilisé 15 avril 1918 au 6 juin 1919, il interrompt ses études, devient avocat à la cour d’appel de Besançon en 1922 et obtient un doctorat en droit en 1925. Le 1er mars 1926, il est nommé chef de cabinet de Mouchet, préfet de la Savoie, puis de Maine-et-Loire, 7 janvier 1928 ; secrétaire général des Deux-Sèvres, 9/16 août 1929, maintenu à la disposition du préfet de Maine-et-Loire, 9/17 août 1929 ; sous-préfet de Die, 17 janvier/17 février 1931 ; de Vendôme, 13 juillet/10 août 1932.

Sous-préfet de Saumur, 20 octobre/16 novembre 1936 - 28 août 1939.

137Il est ensuite préfet délégué de Maine-et-Loire pendant l’absence du titulaire Daguerre, 9 juillet 1942 ; préfet de la Nièvre, 16 septembre/21 octobre 1942 ; inspecteur général des camps et centres d’internement du territoire ; suspendu de ses fonctions, 19 août et condamné par la cour de justice du Cher à dix ans d’indignité nationale, 19 décembre 1945, gracié le 26 novembre 1946. Il est radié des cadres le 5 février 1946. Sa retraite d’office est pourtant annulée par le Conseil d’État, 27 décembre 1948 et il devient conservateur régional des Bâtiments de France à Tours, 1er août 1954.

138F1bI 958 et 1099. Administration, décembre 1979.

Cruveilhier (Charles Paul Gabriel)

139Né le 28 mars 1881 à Paris, il était marié.

140Titulaire d’une licence de droit, il devient avocat. Le 1er janvier 1905, il est attaché au cabinet du préfet de la Lozère. Il est ensuite sous-chef de cabinet du préfet du Gers puis préfet de la Haute Vienne, 1906 ; conseiller de préfecture des Ardennes, 6 février 1909 ; conseiller de préfecture du Jura, 21 février 1912 ; vice président du même conseil, 11 juillet 1913. Appelé sous les drapeaux en novembre 1914, il réintègre la fonction publique en 1916 comme conseiller de préfecture de la Marne pour la durée de la guerre. Il est ensuite conseiller de préfecture d’Indre-et-Loire, 2 avril 1918 ; conseiller au conseil de préfecture interdépartemental de Nantes.

Sous-préfet de Saumur à titre intérimaire, 25 août 1939 - 1er août 1940.

141Mis en retraite en 1941, il est rappelé comme conseiller au conseil interdépartemental de Nantes en 1943. Il disparaît ensuite des annuaires du corps préfectoral.

Tremeaud (André Marie Joseph)

142Né à Gex (Ain) le 17 avril 1903 de Louis, propriétaire terrien et de Marie Joséphine Revon, il s’est marié à Paris (16e) le 12 janvier 1939 à Henriette Hélène Marthe Petellat, morte à Grilly (Ain) le 15 décembre 1976. Il est mort à Grilly le 28 septembre 1993.

143Il est élève de l’École libre des sciences politiques. Le 4 juin 1932, il est chargé de mission au cabinet du sous-secrétaire d’État aux Beaux-arts (J. Mistler), 4 juin 1932. Il est ensuite attaché au cabinet du ministre des Travaux publics (J. Paganon), 31 janvier 1933 ; des PTT (J. Mistler), 26 novembre ; chef adjoint de cabinet du sous-secrétaire d’État aux Beaux-arts (A. Bardon), 30 janvier 1934 ; du ministre du Travail (P. Jacquier), 8 novembre ; du sous-secrétaire d’État à la présidence du Conseil (C. Blaisot), 8 juin 1935 ; du ministre du Commerce et de l’Industrie (G. Bonnet), 24 janvier ; des Colonies (M. Moutet), 6 juin 1936 ; secrétaire général de l’Allier, 19 février/15 mars 1937 ; détaché en qualité de secrétaire général du service inter-colonial d’information et documentation, 16 mars 1937 ; chargé du service parlementaire au ministère des Colonies, 26 juin 1938 ; placé en disponibilité sur sa demande, 1er octobre 1938 ; attaché au cabinet du ministre des PTT (J. Julien), 28 octobre ; secrétaire général de l’Indre, 13 décembre 1938/7 janvier 1939 ; sous-préfet de Largentière, 18 août/1er septembre 1940 ; de Castelsarrasin, 8 janvier/11 avril 1941.

Sous-préfet de Saumur, 5/21 octobre 1942 - 13 octobre 1944.

144Il y soutient la Résistance.

145À cette date, il est délégué à titre provisoire en qualité de chargé de fonctions préfectorales de la Vienne par le commissaire de la République de la région de Poitiers. Il est ensuite délégué dans les fonctions de préfet de la Vienne, titularisé préfet et maintenu dans ses fonctions, 4 juin 1946 ; préfet délégué dans les fonctions de préfet de la Haute-Vienne, 8/14 janvier 1947 ; chargé des fonction de préfet du Loiret, 19 mai/11 juin 1948 puis à titre définitif, 11/12 octobre 1950 ; d’Alger, 27 décembre 1951/26 janvier 1952 ; chargé de mission auprès du ministre (M. Bourgès-Maunoury), 1er juillet 1955 ; préfet de la Loire-Atlantique, 31 août/1er septembre 1955 ; du Bas-Rhin, 28 novembre/6 janvier 1956 ; IGAME (inspecteur général de l’administration en service extraordinaire) pour les DOM, 19 juin/ 2 juillet 1957 ; secrétaire général de l’administration des DOM 25 septembre 1958 ; conseiller d’État en service extraordinaire, 1961-64 ; président de la commission des DOM au Conseil national du patronat français en 1966. Il prend sa retraite comme préfet honoraire le 6 juillet 1966. Commandeur de la Légion d’Honneur.

146AJ40 54215 ; CAC 920178/22 ; CAOM 1 Gc 832. Who’s Who, 55-56.

Capifali (Pierre François)

147Né à Oran (Algérie) le 8 avril 1897 d’Angel et de Valentine Sophie Damas. Il s’est marié le 30 août 1924 à Marguerite Allegrini née à Algajola (Haute-Corse). Il est mort à Nice (Alpes-Maritimes) le 12 avril 1964.

148Titulaire d’une licence en droit et de deux diplômes d’études supérieures de droit public, il devient avocat. Le 2 décembre 1915, il s’engage volontairement et reste sous les drapeaux jusqu’au 2 janvier 1920 (lieutenant de réserve). Le 8 septembre 1924, il est nommé conseiller de préfecture de l’Aube ; puis du Jura, 8 avril 1926 ; sous-préfet de Montfort, 26 février/1er avril 1926 ; rattaché à la préfecture d’Ille-et-Vilaine, 22 septembre/1er octobre 1926 ; du Var, 13 décembre 1927/3 janvier 1928 ; secrétaire général de la Haute-Loire, 9 août/1er septembre 1929 ; sous-préfet de Médéa, 26 août/13 septembre 1932 ; rattaché à la préfecture de la Seine, 29 septembre 1932 ; sous-préfet de Bastia, 21 mai/11 juin 1937 ; de Tournon, 26 mars/11 avril 1941 ; de Morlaix, 7 janvier/11 mars 1943.

Sous-préfet de Saumur, délégué dans les fonctions, 13 décembre 1944/ à compter du 10 octobre - 11 juin 1950.

149Il est ensuite préfet hors-cadre, à la disposition du ministre des Finances et des Affaires économiques, 11 juin/10 juillet 1950 ; en service détaché, 1er septembre 1950 ; congé de longue durée, 2 février 1952 ; remis à la disposition du ministre de l’Intérieur, 1er juillet 1956 ; maintenu en congé, 2 août 1957. Il prend sa retraite comme préfet honoraire le 15 octobre 1958. Il est alors décoré de la Légion d’Honneur. Il a aussi obtenu la Croix de Guerre 14-18.

150AJ40 542/2. CAC 910704/2.

Bernard (Jacques Victor Louis)

151Né le 25 novembre 1914 à Saint-Martin de Ré (Charente-Maritime).

152Il est lauréat de la faculté de Bordeaux et obtient un doctorat en droit. Le 16 mars 1937, il est nommé chef de cabinet du préfet de l’Indre. Il est ensuite sous-préfet de Bonneville à titre intérimaire, 18 mars 1940, jusqu’au 15 septembre 1940 ; chef de cabinet du préfet du Cher, 1er mars 1941 ; sous-préfet de Château-Chinon, 21 janvier 1942 ; de Clamecy à titre intérimaire, 11 avril 1943 ; sous-chef de bureau à l’administration centrale, 21 juin 1944 ; conseiller au conseil de préfecture interdépartemental de Bordeaux, 6 février 1945 ; sous-préfet de Pontivy, 21 septembre 1946 ; secrétaire général de Maine-et-Loire, 6 juillet 1948.

Sous-préfet de Saumur, 10 juillet 1950 - 26 juillet 1954.

153À cette date, il est nommé sous-préfet de Cognac, puis de Montluçon, 11 juillet 1958 ; secrétaire général du Bas-Rhin, 1er novembre 1960 ; sous-préfet de Compiègne, 21 septembre 1972. Il prend sa retraite en 1979. Chevalier de la Légion d’Honneur et officier de l’Ordre national du Mérite.

Pelissier (Jacques Daniel Paul)

154Né à Versailles le 4 février 1917.

155Il est diplômé de l’Institut national agronomique, du Centre des Hautes Études administratives, et titulaire d’un diplôme d’études supérieures de sciences économiques. Il devient ingénieur des services extérieurs du ministère de l’Agriculture mais doit partir au service militaire en 1938 et se trouve mobilisé jusqu’en octobre 1940. Il est alors professeur d’agriculture, puis directeur adjoint des services agricoles des Landes en 1942. Le 26 août 1944, il est nommé chef de cabinet du préfet des Landes. Il est ensuite chargé des fonctions de secrétaire général des Landes, octobre 1944 ; des Ardennes, 11 janvier 1945 ; chef de cabinet du ministre de l’Agriculture (F. Tanguy-Prigent), 1er janvier 1946 ; chargé de mission au cabinet du ministre de la Production industrielle (R. Lacoste), 9 décembre 1947 ; chef adjoint de cabinet du même, ministre de l’Industrie et du Commerce, 28 octobre 1949 ; secrétaire général d’Indre-et-Loire, 6 mars 1950.

Sous-préfet de Saumur, 10/26 juillet 1954 - 19 mai 1955.

156À cette date, il est chargé de mission au cabinet de R. Lacoste, devenu ministre des Affaires économiques et financières ; en service détaché auprès du ministre résidant en Algérie, directeur général de l’agriculture, 4 février 1957 ; directeur général de l’agriculture et des forêts de la Délégation générale du gouvernement en Algérie ; préfet de l’Aude, 6 septembre 1960 ; de la région Languedoc-Roussillon et de l’Hérault, 14 mars 1964 ; de la région Bretagne et d’Ille-et-Vilaine, 12 juillet 1967 ; de la région Rhône-Alpes et du Rhône, 30 octobre 1972 ; directeur général de l’administration, 20 mars 1974 ; directeur de cabinet du Premier ministre (J. Chirac), 31 mai 1974 ; en service détaché auprès du secrétaire d’État aux transports, 27 avril puis président du conseil d’administration de la SNCF, 1er septembre 1975. Il prend sa retraite administrative en janvier 1982. Il occupe alors les postes de président de l’Office de tourisme de Paris, vice-président délégué du conseil de surveillance de la société du palais omnisports de Bercy en 1983. Le 4 avril 1986, il est conseiller auprès du premier ministre, Jacques Chirac, jusqu’en mars 1988. Commandeur de la Légion d’Honneur, décoré de l’Ordre national du Mérite, grand officier, il porte aussi la Croix de Guerre 39-45.

157CAC 930584/53. Who’s Who, 61-62.

Laborde (Francis Gérard)

158Né à Lunel (Hérault) le 20 avril 1914.

159Titulaire d’une licence en droit et d’un diplôme d’études supérieures de droit public et droit privé, il est nommé chef de cabinet du préfet de l’Hérault le 20 août 1937. Mobilisé du 27 novembre 1939 au 1er août 1940, il réintègre la fonction publique comme secrétaire général de Tarn-et-Garonne le 7 février 1941. Il est ensuite sous-préfet de Millau, 23 mars 1943 ; en expectative, chargé de mission au commissariat de la République de la région de Montpellier, 10 septembre 1944 ; directeur de cabinet du même commissaire, 26 juin 1945 ; en service détaché au commissariat général des Affaires allemandes et autrichiennes, 1er juillet 1945 ; chef de cabinet de l’Administrateur général et contrôleur des territoires occupés, 8 avril 1948 ; en service détaché au ministère des Affaires étrangères, chef des services techniques à la direction des affaires administratives et budgétaires, 1er octobre 1950 ; chef du service du personnel, matériel et prestations, 1er juin 1951 ; agent contractuel aux services de liquidation du haut-commissariat de la République, 1er janvier 1956 ; affecté aux services centraux des affaires allemandes et autrichiennes, 1er mars 1956 ; réintégré au ministère en septembre 1956.

Sous-préfet de Saumur, 7/11 septembre 1956 - 5 décembre 1958.

160Il est ensuite sous-préfet de Cherbourg, 5 décembre 1958 ; de Philippeville, 24 mars 1960 ; préfet administrateur général d’Alger, 16 janvier 1962 ; préfet en mission comme directeur de cabinet du ministre des Anciens Combattants et victimes de la guerre, J. Sainteny, 23 décembre 1962 ; préfet de Lot-et-Garonne, 24 août 1966 ; de l’Allier, 3 août 1968 ; de la région Basse-Normandie et du Calvados, 29 octobre 1971. Il prend sa retraite en janvier 1975 et devient président délégué général de l’Association des libres services des grandes surfaces en 1974. Officier de la Légion d’Honneur, commandeur de l’Ordre national du Mérite, il est aussi décoré de la Croix de Guerre 39-45.

161AJ40 542/4 ; CAC 920266/61 ; Who’s Who, 65-66.

Boussard (Clément Joseph Marie)

162Né le 6 mars 1912 à Tours (Indre-et-Loire).

163Appelé sous les drapeaux en 1935-1936, il a obtenu une licence de droit et un diplôme d’anglais de l’Université de Cambridge. Après avoir été mobilisé, il n’exerce aucune fonction pendant la guerre. Le 2 septembre 1944, il est délégué dans les fonctions de sous-préfet d’Oloron. Le 15 mars 1945, il est nommé sous-préfet de Bonneville, 15 mars 1945 ; de Langres, 16 mars 1953 ; de Briey, 1er octobre 1956.

Sous-préfet de Saumur, 1er janvier 1959 - 30 août 1967.

164À cette date, il devient sous-préfet de Saint Dié, puis sous-préfet de Château-Gontier, septembre 1974. Il est admis à la retraite le 7 mars 1978. Chevalier de la Légion d’Honneur, officier de l’Ordre national du Mérite, décoré de la Croix de Guerre 39-45, de la médaille de la Reconnaissance française et de la croix du Mérite civil.

Labrunie (Gabriel Lucien)

165Né à Fumel (Lot-et-Garonne) le 17 août 1916. Il est mort le 5 août 1990.

166Il effectue ses études supérieures à la faculté de droit de Toulouse. Il est mobilisé de 1938 à 1940, fait prisonnier de guerre et s’évade. Il rejoint les FFC de mai 1942 à août 1944. Le 21 août 1944, il est nommé sous préfet mais délégué dans les fonctions de secrétaire général de Lot-et-Garonne. Il est ensuite secrétaire général du Morbihan, 10 janvier 1951 ; sous-préfet de Guingan, 27 septembre 1954 ; de Vichy, 24 août 1962.

Sous-préfet de Saumur, 30 août/6 octobre 1967 - 26 décembre 1969.

167A cette date, il est nommé sous-préfet de Châteaubriant, puis de La Flèche, 15 mai 1975 ; préfet de Tarn-et-Garonne, 16 juillet 1981. Il prend sa retraite en juillet 1982. Il était officier de la Légion d’Honneur et décoré de la Croix de Guerre 39-45.

168CAC 930584/39. Who’s Who, 65-66.

Bouquin (André François)

169Né le 14 février 1925 à Tours (Indre-et-Loire), il est professeur avant d’entrer à l’ENA en 1956. En 1958, il devient administrateur civil au ministère des Armées et mis à la disposition du secrétariat général pour les Affaires algériennes. Le 25 janvier 1961, il est nommé directeur de cabinet du préfet et secrétaire général de la ville de Marseille. Il est ensuite sous-préfet de Brioude, 16 novembre 1967 ; secrétaire général de Corrèze, 16 novembre 1967.

Sous-préfet de Saumur, 26 février 1970 - 12 août 1974.

170À cette date, il est chargé des fonctions de secrétaire général de la Somme, puis sous-préfet des Sables d’Olonne, 22 novembre 1976 ; secrétaire général de la zone de défense Ouest, chargé du secrétariat général pour l’administration de la police de Rennes ; secrétaire général de l’Indre-et-Loire, 8 juillet 1985 ; commissaire adjoint de la République de l’arrondissement de Romorantin-Lanthenay. Il prend sa retraite en 1991. Officier de l’Ordre national du Mérite.

Verdier (Roger Germain)

171Né le 13 septembre 1912 à Andiran (Lot-et-Garonne).

172Licencié en droit, il devient rédacteur de préfecture en 1937. Il effectue son service militaire en 1938 et se trouve mobilisé en 1939. Le 1er décembre 1942, il est nommé chef de cabinet interimaire du préfet de la Dordogne, confirmé dans ses fonctions le 1er février 1944. Deux mois plus tard, il est chef de cabinet du préfet de Tarn-et-Garonne, puis sous-préfet de Sarlat, 16 décembre 1944 ; secrétaire général des Vosges, 15 mai 1949 ; sous-préfet de Lure, 11 avril 1954 ; chef adjoint de cabinet du secrétaire d’État à la Santé publique ; sous-préfet de Mayenne, 24 février 1957 ; secrétaire général du Finistère, 21 avril 1966 ; secrétaire général du Loiret, 12 mars 1969.

Sous-préfet de Saumur, 1er novembre 1974 - 2 août 1977.

173Ce fut son dernier poste puisqu’il est admis à la retraite un mois plus tard. Officier de la Légion d’Honneur et de l’Ordre national du Mérite.

Tomasi (Michel Jean Pierre)

174Né le 27 septembre 1936 à Tarbes (Hautes-Pyrénées).

175Licencié en droit et diplôme de l’IEP de Paris, il est en 1959 inscrit sur la liste d’aptitude aux fonctions de chef de cabinet de préfet. Le 11 mai 1959, il est nommé chef de cabinet du préfet de Loir-et-Cher. Après son service militaire, il est en 1962 mis à la disposition du ministre de l’Intérieur et affecté à la Direction générale des collectivités locales, service de l’action économique. Il est ensuite chargé de mission à la Délégation à l’Aménagement du territoire et à l’action régionale, 21 mars 1964 ; sous-préfet de Guebwiller, 16 décembre 1969 ; secrétaire général de l’Eure, 1er octobre 1974.

Sous-préfet de Saumur, 2 août 1977 - 25 août 1980.

176Il est alors chef de la mission régionale Limousin ; administrateur civil, adjoint au chef du service organisation et méthode à la Préfecture de Police, 1er février 1983.

Karlin (Emmanuel Edmond)

177Né le 12 décembre 1936 à Nancy (Meurthe-et-Moselle).

178Après des études à l’IEP de Paris, il est attaché d’administration stagiaire à la Marine nationale, octobre 1959. Deux mois plus tard, il est inscrit sur la liste d’aptitude aux fonctions de chef de cabinet de préfet. Le 1er février 1960, il est nommé chef de cabinet du préfet de l’Ardèche. Il est nommé chef de cabinet du préfet des Vosges, 1er avril 1963, puis directeur du cabinet du préfet de la Haute-Vienne, 15 février 1965. Placé en disponibilité sur sa demande en novembre 1965, il est réintégré en avril 1967 comme sous-préfet de Castellane. Il est ensuite administrateur civil à la Direction générale des collectivités locales, 6 janvier 1969 ; sous-préfet, secrétaire général de la Vendée, 1er février 1972 ; sous-préfet de Dôle, 1er octobre 1974 ; de Château-Thierry, 15 janvier 1976 ; d’Oloron Sainte-Marie, 17 octobre 1977.

Sous-préfet de Saumur, 1er octobre 1980 - 30 avril 1984.

179Il devient commissaire adjoint de la République de l’arrondissement des Sables d’Olonnes, puis de Saint-Quentin, 27 avril 1987 ; sous-préfet d’Avesnes-sur-Helpe, 17 juillet 1989 ; secrétaire général de la préfecture de la Loire, 2 décembre 1993 ; sous-préfet de la Tour-du-Pin, 12 février 1996. Nommé préfet hors-cadre le 30 octobre 1998, en retraite le 17 mai 1999. Il est chevalier de la Légion d’Honneur et de l’Ordre national du Mérite.

Mazzochi (Jean Joseph)

180Né le 24 novembre 1931 à Metz (Moselle).

181Titulaire d’une licence de droit, il devient rédacteur au ministère de la Construction le 1er février 1956, puis il est attaché de préfecture. En janvier 1971, il est promu attaché principal puis chef de division. Le 15 septembre 1974, il est chargé des fonctions de directeur du cabinet du préfet du Lot, puis sous-préfet de Brioude, 23 février 1976 ; secrétaire général du Territoire de Belfort, 8 octobre 1979 ; sous-préfet de Saint-Dié, 1er octobre 1981.

Commissaire adjoint de la République de l’arrondissement de Saumur, 30 avril 1984 - 23 mars 1987.

182Il est alors chargé de mission auprès du commissaire de la République de la région Alsace, puis sous-préfet de Briey, 10 novembre 1990 ; nommé préfet, chargé de mission de service public relevant du gouvernement. En retraite au 18 août 1995. Officier de l’Ordre national du Mérite.

Tissier (Jean Alain)

183Né le 14 juin 1926 aux Maillys (Côte d’Or).

184Après des études aux lycées de Dijon, Chambéry et Grenoble, il intègre les facultés de droit de Grenoble et de Paris et obtient une licence. Il poursuit son cursus à l’École nationale de la France d’Outre-mer. Le 1er août 1951 il est nommé administrateur adjoint de la France d’Outre-mer, promu administrateur en janvier 1958. Il est ensuite conseiller aux affaires administratives, 1er novembre 1958 ; chef du service des affaires administratives de la Polynésie française à Papeete, 28 février 1962 ; directeur du cabinet du gouverneur, 5 juillet 1967 puis secrétaire général de la Polynésie française, 27 avril 1970. En juillet 1971, il est intégré en qualité d’administrateur civil de 1re classe et affecté au ministère des Départements et Territoires d’Outre-mer ; sous-préfet de Lesparre-Médoc, 8 septembre 1973 ; de Pontivy, 15 juillet 1976 ; secrétaire général d’Eure-et-Loir, 1er octobre 1979 ; du Calvados, 28 juin 1982.

Sous-préfet de Saumur, 21 avril 1987 - 17 juin 1991.

185Il prend sa retraite. Officier de la Légion d’Honneur, de l’Ordre national du Mérite, des Palmes académiques et du Mérite agricole ; chevalier de l’Étoile noire et de l’Étoile d’Anjouan.

Trocme (Bernard)

186Né à La Rochelle (Charente-Maritime) le 14 juillet 1930.

187Il est titulaire d’une licence de droit et diplôme de l’IEP de Paris. Il devient attaché de préfecture en 1957, promu attaché principal en 1969 puis chef de division en 1973. Le 15 septembre 1979, il est affecté à l’administration centrale du ministère de l’Intérieur. Le 8 octobre 1982, il est secrétaire général de la préfecture des Deux-Sèvres ; chef de bureau à la Direction des affaires financières, immobilières et sociales, 19 mars 1985 ; commissaire adjoint de la République de l’arrondissement de Sélestat-Erstein.

Sous-préfet de Saumur, 17 juin 1991 - 22 juillet 1996.

188Il est alors admis à la retraite. Chevalier de la Légion d’Honneur et de l’Ordre national du Mérite.

Lemaire (Gérard)

189Né le 5 juillet 1953 à Béthune (Pas-de-Calais).

190Titulaire d’un DESS d’administration publique et de droit public, il devient directeur des finances de la ville de Neuilly-sur-Seine en 1981. Il est ensuite secrétaire général adjoint stagiaire du Syndicat des eaux d’Ile-de-France, titularisé le 1er janvier 1984 ; secrétaire général de la ville de Roubaix, 16 janvier 1984 ; directeur général des services du département de l’Allier, 1er novembre 1985 ; directeur général des services de la région Poitou-Charente, 20 décembre 1990 ; sous-préfet de Strasbourg-Campagne, 6 juin 1995.

Sous-préfet de Saumur, 22 juillet 1996 - juin 1999.

191Délégué général de l’Association des Présidents des conseils régionaux.

192Il est chevalier de l’Ordre national du Mérite.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search