Version classiqueVersion mobile

Les préfets de Maine-et-Loire

 | 
Jean-Luc Marais

Première partie. Dictionnaire du personnel préfectoral du département du Maine-et-Loire

Les sous-préfets de Beaupréau puis de Cholet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Barré de Jallais (Lin Loup Lô Luc)

1Né le 12 août 1773 à Chartres de M. Barré (Lin Loup Lô Luc), secrétaire général d’Eure-et-Loir de mai 1800 à novembre 1814, et de Marie-Louise Bellanger. Marié à Geneviève Rose Renée Cesbron, née à Jallais (Maine-et-Loire), puis à Sophie Victoire Perrine Boulloys. Mort à Chartres, le 16 août 1839.

2Successivement étudiant en droit et greffier dans une des justices de paix d’Angers (1793), il s’engage dans l’armée. En 1797, il devient commissaire du Directoire Exécutif près l’administration municipale du canton de Jallais. Il participe, aux côté du général Hédouville, à la pacification de la Vendée, signée le 18 janvier 1800 à Montfaucon-sur-Moine.

Sous-préfet de Beaupréau, 23 avril 1800 [3 Floréal VIII] - 22 mai 1814.

3Allié par sa femme à une famille localement influente, le préfet Nardon lui reproche d’être trop clément avec ses administrés, et Fouché estime qu’ » une sévère réprimande devrait le réveiller » (1804). Il reste toujours fidèle à l’Empereur. Il est suspendu de ses fonctions en mai 1814 par les commissaires du roi, parce qu’il a quitté la préfecture pendant les événements qui ont précipité la chute de l’Empire.

4Secrétaire général d’Eure-et-Loir, 9 novembre 1814, et destitué ; sous-préfet de Mortagne (Orne), 25 mai 1815 ; secrétaire général d’Eure-et-Loir, 16 juillet 1815 ; sous-préfet de Châteaubriant (Loire-Inférieure), 24 février 1819 ; retraité le 21 août 1822 : il se retire à Jallais. Conseiller général de Maine-et-Loire, 7 janvier 1831-1833. Mais dès 1832, effrayé par les troubles de la Vendée, il se réfugie à Chartres où il est décédé.

5F1bI 156/6.

Leclerc de la Ferrière (Alexandre Louis César Hortense)

6Né à Paris le 6 janvier 1764 de Julien César Leclerc de la Ferrière et de Julienne de Norbeck. Marié à Angers le 4 février 1793 à Jeanne-Marie Bastier. Il est mort le 19 avril 1824.

7Il est successivement élève du roi au collège de la Flèche (1773), élève de l’école militaire de Rebais (1776), élève de l’école militaire de Paris (1778), cadet gentilhomme au régiment de Bassigny (1779). Il démissionne en janvier 1791 pour devenir à Lorient adjudant-major des dragons nationaux. Peu de temps après son mariage, il est emprisonné au grand séminaire d’Angers, mais un membre du Comité révolutionnaire nommé Boussac lui procura la liberté dès le 29 novembre 1793. Nommé maire à Saint-Sylvain d’Anjou le 29 juillet 1800.

Sous-préfet de Beaupréau, 22 juillet 1814 - 15 octobre 1814.

8Nommé à ce poste par le préfet de Maine-et-Loire, sur les ordres des commissaires extraordinaires du roi nouvellement restauré, pour remplacer L. Barré. Mais il reste peu de temps à son poste et présente sa démission, pour des raisons de santé et pour se rapprocher de sa famille, qui ne résidait pas à Beaupréau.

9Nommé adjoint au maire d’Angers, 27 janvier 1815 ; il est mort en fonction.

10F1a* 714.

Hardy de Levare (Xavier)

11Né à Laval le 17 mai 1770, il se marie, mais nous n’en connaissons pas davantage sur son état civil.

12Il se destinait à entrer au parlement de Paris en tant que conseiller quand survint la Révolution. Il fait le choix d’émigrer et participe à la campagne de 1792 dans l’armée du duc de Bourbon, de 1793 dans celle du prince de Condé, de 1794 dans le corps de M. de la Châtre. Il est de retour en France en 1800 et trouve sa famille presque totalement ruinée. Il est nommé à la préfecture de Maine-et-Loire pendant 7 ans, et y exerce la fonction de chef de division pendant 5 ans.

Sous-préfet de Beaupréau, 18 novembre 1814 - 25 mars 1815.

13C’est le préfet qui le nomme à ce poste dès le mois d’octobre 1814, pour assurer l’intérim. Le préfet justifie ainsi sa décision dans une lettre au ministre de l’Intérieur : « Dans ce moment surtout où il s’agit de presser la rentrée des contributions, la présence des sous-préfets est plus que jamais indispensable dans leurs arrondissements, et principalement dans celui de Beaupréau où il faut empêcher que les administrés se trouvent sous d’autre influence que celle des administrateurs eux-mêmes ». Peu de temps après, il est nommé à titre définitif et prête serment de fidélité au roi. Il démissionne au début des Cent-Jours.

14En août 1815, il est nommé secrétaire général de Maine-et-Loire.

15F1bI 166/31.

Bejarry (Amédé Paul François, de)

16Né le 25 janvier 1770 à Luçon (Vendée), il épouse en 1806 Marie-Henriette d’Aubenton dont il eut trois enfants. Il est décédé à Luçon le 10 mai 1844.

17Avant la Révolution, il est élève au séminaire de Saint-Sulpice. Pendant la Révolution, il s’engage dans les armées vendéennes : il appartient à l’armée du Centre. Il est grièvement blessé au Mans. Au moment de la pacification, il entre à Nantes à la tête de son armée avec de Charette. Il est plusieurs fois délégué en Bretagne auprès de Hoche pour diverses réclamations et il consent à aller à Paris en compagnie de Scépeaux pour négocier avec la Convention. Il participe aux derniers soulèvements, et notamment au combat de Mortagne, dernière affaire brillante de l’armée du Centre. Il se soumet le 13 juillet 1796 puis il est brièvement emprisonné à Saumur.

Sous-préfet de Beaupréau, 30 aout/20 septembre 1815 - 31 juillet 1821.

18Il succède à MM. Bardet et Chauvin, qui ont assuré l’intérim à la préfecture pendant les Cent-Jours. Paralèllement, il est élu député de la Vendée en octobre 1816. Il quitte Beaupréau en 1821.

19Il fut nommé quatre fois président du conseil général de Vendée.

20Décoré de l’Ordre des chevaliers de Saint Louis.

21F1bI 156/13.

Chantreau (Charles Frédéric Auguste, de)

22Né à Saintes le 10 novembre 1790, il épouse le 7 septembre 1813 Elisabeth Félicie Grelet des Prades. Veuf, il épouse en secondes noces Marie-Alexandrine de Cugnac.

23Le 14 décembre 1815, il est nommé sous-préfet d’Issoudun (Indre), puis sous-préfet de Forcalquier, 6 février 1821.

Sous-préfet de Beaupréau, 21 juillet/30 septembre 1821 - 2 septembre 1829.

24Son arrondissement reçoit en 1823 la visite de la duchesse d’Angoulême, et en 1828 celle de la duchesse de Berry.

25Le 2 septembre 1829, il est nommé sous-préfet de Vire, où il est remplacé en août 1830.

26F1bI 157/16.

Cambourg (Adolphe de)

27Né à Beaupréau (Maine-et-Loire) le 12 avril 1801. Mort à Mayotte en 1860.

Sous-préfet de Beaupréau, 2/23 septembre 1829 - août 1830.

28Il démissionne à l’avènement de la Monarchie de Juillet, mais il est arrêté et emprisonné à Cholet.

29En 1855, il part pour l’île de Mayotte pour diriger une grande exploitation agricole.

30F1bI 157/4.

Merlet (Jean-Jacques)

31Né le 28 mars 1792 à Paris de Jean François Honoré Merlet, député de Maine-et-Loire à l’Assemblée Législative, et de Marie Clément. Il est est mort à Paris, victime d’une émeute, mais sa date de décès nous est inconnue. Il était célibataire.

32Titulaire d’une licence en droit, il est d’abord employé pendant trois ans comme surnuméraire au ministère de l’Intérieur, mais son domicile est en Maine-et-Loire.

Sous-préfet de Beaupréau, 23 août/1er septembre 1830 - 17 mars 1848.

33Peu de temps après son installation, il est confronté au soulèvement légitimiste de 1832. En 1837, le préfet Gauja sollicite auprès du ministre la Légion d’Honneur pour Merlet. Il invoque son attitude lors de ces événements, et affirme qu’on lui doit la prise de MM. de Civrac et de Cathelineau au château de la Chaperonnière, prise qui fit en très grande partie échouer le soulèvement. Pourtant, le préfet était plus réservé sur son action : bien que le jugeant instruit et efficace, il lui reproche son manque d’influence auprès des populations de cet arrondissement où « la domination des prêtres et la voix des nobles est écoutée ».

34Il est remplacé en mars 1848, révoqué par un arrêté de Grégoire Bordillon.

35F1bI 167/20.

Renaud de Saint-Amour (Charles-Émile)

36Né le 11 juin 1809 à Strasbourg, mort en 1868. Il était marié et eut quatre enfants.

37Formé à l’École des Mines (1828-1830), il est employé à la préfecture de la Loire-Inférieure en juillet 1830. En septembre 1832, il est nommé chef du bureau des ponts-et-chaussées de cette préfecture, puis chef de la division de l’intérieur et des ponts-et-chaussées entre 1838 et 1846. Parallèlement, le 16 janvier 1838, il est nommé membre de la commission de surveillance de l’Ecole gratuite de dessin de Nantes ; secrétaire du Comité supérieur d’instruction primaire de l’arrondissement de Nantes (1840-1846). En octobre 1846, il devient ingénieur civil et exerce diverses fonctions relatives aux travaux publics dans le département de Loire-Inférieure.

Sous-commissaire de la République à Beaupréau, 17 mars 1848, puis sous-préfet, 9 août 1848 - 4 septembre 1848.

38Il a d’abord été nommé par Grégoire Bordillon, puis confirmé dans ses fonctions par un arrêté du Président du Conseil des ministres.

39Il est ensuite sous-préfet de Chateaudun, 11 octobre 1848, sous-préfet d’Issoire, 29 septembre 1849, sous-préfet d’Ambert, 26 octobre 1849, et remplacé le 27 février 1850.

40F1bI 173/1.

Chollet (Alphonse Jean)

41Né le 5 juillet 1816.

42Le 13 avril 1842, il est nommé sous-préfet de Figeac puis sous-préfet de Chateaulin, 15 mars 1846. Il est remplacé en février 1848.

Sous-préfet de Beaupréau, 4 septembre 1848 - 29 septembre 1849.

43Le 4 octobre 1849, il est nommé sous-préfet de Dole, et remplacé en 1851.

44F1bI 157/23.

Voirol (Louis Théophile Alfred, baron de)

45Né à Gap le 2 août 1821, fils du général Voirol, ancien gouverneur général de l’Algérie par intérim et ancien pair de France, mis à la retraite à la Révolution de 1848.

46Il débute sa carrière administrative comme conseiller de préfecture du Doubs, puis il est nommé sous-préfet de Castelnaudary ; sous-préfet de Saint-Pons, 19 août 1848.

Sous-préfet de Beaupréau, 29 septembre 1849 - 31 mai 1852.

47Il est maintenu à son poste au moment du coup d’état du 2 décembre 1851. Dans une lettre au préfet du 9 décembre, il prouve son adhésion au nouveau régime en affirmant que c’était la seule solution pour le « salut du pays ». Le 3 avril 1852, le préfet de Maine-et-Loire écrit au Ministre pour demander le déplacement de Voirol. Il vante ses compétences et son esprit conciliateur, mais déplore sa lenteur. En fait, il pense que Voirol se déplait dans la petite commune de Beaupréau où il vit seul, et qu’il serait bon pour lui comme pour l’arrondissement qu’il change de poste.

48Il devient ensuite sous-préfet de Gray, 31 mai 1852 ; sous-préfet de Chateaulin, 17 avril 1855, non acceptant.

49F1bI 176/16.

Saulnier de Pierrefonds (Jean Félix)

50Né à Maurice (Port-Louis) le 8 novembre 1825. Il était marié.

51Il est d’abord conseiller de préfecture du Pas-de-Calais, 28 février 1849, puis secrétaire général de l’Yonne, 27 juin 1849 ; sous-préfet de Nyons, 29 juillet 1849, sous-préfet de Saint-Pol, 10 avril 1851, de Clamecy, 20 juillet 1851, d’Epernay, 16 décembre 1851.

Sous-préfet de Beaupréau, 1er juin 1852 - 16 mars 1853.

52Il est ensuite sous-préfet de Neufchâtel, et remplacé le 27 avril 1853.

53F1bI 173/9.

Servatius (Edmond Charles Nicolas)

54Né à Paris (8e) le 30 avril 1824 du baron de Servatius et de Jeanne de Massias. Célibataire, il est décédé le 14 juillet 1890.

55D’abord avocat à la cour d’appel de Paris, il effectue un stage à la préfecture de l’Indre en 1848. Il est nommé conseiller de préfecture de Saône-et-Loire le 2 janvier 1850, puis sous-préfet de Castellane, 27 mars 1851.

Sous-préfet de Beaupréau, 16 mars/14 avril 1853 - 31 octobre 1854.

56Sous-préfet de Montargis, 31 octobre 1854, de Lodève, 11 juin 1860, de Béziers, 12 avril 1862. Le 29 décembre 1866, il est nommé préfet de l’Allier. Il est mis a la retraite le 7 septembre 1870. Chevalier de la Légion d’Honneur et de Saint-Sylvestre.

57F1bI 173/15.

Quirielle (Jean Xavier, de)

58Né le 22 septembre 1817 à Montbrisson (Loire), marié, deux enfants.

59Il a été maire de Marcilly. Titulaire d’une licence en droit, il est d’abord nommé sous-préfet de Neufchâtel, 27 avril 1853.

Sous-préfet de Beaupréau, 31 octobre/3 décembre 1854 - 16 novembre 1857.

60Il a été le dernier sous-préfet de Beaupréau.

61Sous-préfet de Villeneuve-sur-Lot, 16 novembre 1857 ; secrétaire général de Saône-et-Loire, 8 novembre 1868 ; sous-préfet de Lapalisse (Allier). Il prend sa retraite le 22 mai 1872.

62F1bI 171.

Tharreau (Henry Félix)

63Né à Nantes, le 21 août 1826. Mort aux Grèsillères, à Basse-Goulaine (Loire-Atlantique), le 14 août 1909.

64Secrétaire de la présidence du Corps législatif, 12 mars 1852 - 20 juillet 1854.

65Sous-préfet de Ruffec, 17/26 juillet 1854 ; d’Ancenis, 15/26 décembre 1856.

Sous-préfet de Cholet, 16/30 novembre 1857 - 14 décembre 1860.

66Il est le premier sous-préfet de Cholet. Du jour de son arrêté de nomination dans le département, date aussi le décret impérial transférant le chef-lieu d’arrondissement de Beaupréau à Cholet.

67Il est ensuite sous-préfet de Sedan, 14 décembre 1860/4 janvier 1861 ; préfet de la Haute-Saône, 22 juin/8 juillet 1863 ; de l’Ariège, 21 mars 1865, sans suite ; de la Creuse, 19 avril/ 3 mai 1865 ; des Pyrénées-Orientales, 18 janvier/2 février 1868 ; du Puy-de-Dôme, 31 janvier/25 février 1870. Pension le 26 février, à compter du 6 septembre 1870.

68F1bI 174/5.

Bony (Marie Jean, vicomte de)

69Né le 5 mai 1816.

70D’abord nommé sous-préfet de Pontarlier, 19 février 1852, puis de Langres, 19 juillet 1859.

Sous-préfet de Cholet, 23 janvier 1861 - 19 septembre 1862.

71Puis sous-préfet de Saint-Gaudens, 19 septembre 1862, sous-préfet de Bayeux, 18 août 1866. Remplacé le 22 septembre 1870.

72F1bI 156/34.

Marbotin-Sauviac (Charles Jeanne, baron de)

73Né le 3 octobre 1827 à Bordeaux de Pierre François Joseph Marie -1790-1879, capitaine commandant au 2e régiment d’infanterie de la garde royale, et de Marie Marguerite Françoise Geneviève Clotilde Labac-Lauzac de Savignac. En 1841, il épouse Magdeleine Sophie Berthe Lebas de Girangy de Clayé, dont il eut deux filles.

74Après un doctorat en droit, il est avocat stagiaire, puis nommé conseiller de préfecture dans le Lot-et-Garonne, 27 septembre 1851. Il est ensuite sous-préfet de Sisteron, 23 novembre 1855, de Castelnaudary, 10 mars 1857.

Sous-préfet de Cholet, 19 septembre 1862 - 23 mars 1867.

75Il est alors nommé secrétaire général du Nord, 31 janvier 1870, poste auquel il est remplacé le 5 septembre 1870 ; conseiller de préfecture de la Gironde, 21 décembre 1873. Entre 1871 et 1873, il est maire de Sauviac. Il est promu secrétaire général de la Gironde, 16 décembre 1874 ; secrétaire général du Gard, 24 mai 1876, mais il n’est pas installé et mis en disponibilité sur sa demande. Il est réintégré comme préfet des Landes, 19 mai 1877, et remplacé sept mois plus tard, le 18 décembre. Il est mis en disponibilité et obtient sa retraite en juillet 1888. Il a été décoré de la Légion d’Honneur le 14 août 1860.

76F1bI 167/5.

Guerbois (Louis Charles)

77Né le 19 février 1823.

78Le 10 décembre 1851, il est nommé sous-préfet de Vire, puis de Pont-Audemer, 28 juin 1856 ; de Ruffec, 17 décembre 1856 ; de Sainte-Menehould, 25 octobre 1865.

Sous-préfet de Cholet, 23 mars 1867 - 18 janvier 1868.

79Secrétaire général de l’Isère, 18 janvier 1868. Il démissionne le 3 novembre 1870.

80F1bI 161/21.

L’angle de Beaumanoir (Tristan Louis Anne, de)

81Né le 3 mars 1828 à Paris de Louis Joseph Théophile de Combe (1802-1878), sous-préfet de Quimperlé, député (1842-1846), officier de la Légion d’Honneur, et de Claire Emilie Elisabeth Sourdeau. Il a épousé Louise Marie Antoinette de Gourdon, fille de l’amiral, dont il eut deux enfants. Il est décédé le 6 décembre 1895.

82En 1844, il entre à l’École navale et devient officier d’ordonnance de l’amiral Duclos. Mais sa carrière change d’orientation et le 25 novembre 1855, il intègre l’administration comme sous-préfet de Brignoles. Le 19 juillet 1859, il est nommé sous-préfet d’Arcis-sur-Aube, puis sous-préfet de Tournon, 4 octobre 1862.

Sous-préfet de Cholet, 18 janvier 1868 - 16 mars 1870.

83Il est ensuite nommé sous-préfet de Coutances, poste dont il démissionne en septembre 1870, mais sa démission est annulée. Le 19 mai 1877, il est promu préfet des Côtes-du-Nord et remplacé en décembre 1877. Plus tard, il sera élu par deux fois sénateur des Côtes-du-Nord (1885 et 1894). Il était officier de la Légion d’Honneur.

84F1bI 155/5.

Vaissiere (Beraud, Marie de)

85Né le 25 décembre 1823.

86Il débute sa carrière comme conseiller de préfecture de la Loire, 13 août 1857. Puis il est nommé sous-préfet de Lapalisse, 23 septembre 1858, de Mauriac, 11 mars 1864.

Sous-préfet de Cholet, 16 mars 1870 - 11 septembre 1870.

87À cette date, il est remplacé et quitte définitivement l’administration.

88F1bI 176/1.

Villedieu (Eugène)

89Publiciste, originaire de l’Ardèche.

Sous-préfet de Cholet, 11 septembre 1870 - octobre 1870.

90Sa révocation à la demande du préfet Engelhard fut déplorée par Mgr Freppel. Ce fut son unique poste. Il a publié des souvenirs sur cette période, sous le titre La liberté républicaine, 1871.

91F1bI 176/16.

Dugue (Joseph, Théodore)

92Né en 1827, ancien avoué.

Sous-préfet de Cholet, octobre 1870 - 13 mai 1871.

93Ce fut son unique poste.

94F1bI 158/33.

Boiteau (Dieudonné Alexandre Paul)

95Né le 25 novembre 1830.

Sous-préfet de Cholet, 13 mai 1871 - 31 mai 1871.

96Sous-préfet de Neufchâtel, 31 mai 1871 ; sous-préfet de la Châtre, 15 février 1873, et remplacé le 9 juin 1873.

97F1bI 156/30.

Souchon de Chevallard (Jules Lucien Marie)

98Né à Mornand (Loire) le 10 avril 1840 de François Lucien, propriétaire, magistrat, recteur de l’académie de la Loire, conseiller général, et de Jeanne Félicie Michon de Vougy. En 1873, il épouse N. Morand de Jouffrey, dont il eut un enfant. Il est décédé au château de Vougy le 28 mars 1905.

99En 1860, il obtient une licence en droit. Puis il est attaché au cabinet du préfet de l’Ain, 20 août 1862, remplissant les fonctions de secrétaire particulier et de chef de cabinet. Il est ensuite nommé conseiller de préfecture de ce même département, 3 novembre 1865, puis de l’Aisne, 30 octobre 1867. Il est ensuite secrétaire général de l’Ain, 2 janvier 1869, mais il est écarté de ce poste le 5 septembre 1870 par le nouveau préfet. Il s’engage alors dans un corps de franc-tireur pour combattre les Prussiens, puis dans un régiment de ligne. Il est promu lieutenant le 23 janvier 1871, mais ne tarde pas à réintégrer l’administration :

Sous-préfet de Cholet, 31 mai 1871 - 14 juin 1871.

100Il est ensuite nommé sous-préfet de Thiers, 14 juin 1871, de Valenciennes, 28 mai 1873, puis préfet de l’Ardèche, 19 décembre 1873, de l’Allier 13 mai 1876. Le 5 janvier 1877, il obtient une disponibilité avec traitement, et le 19 mai 1877, il est nommé préfet de la Manche. Il était également conseiller général de la Loire, administrateur des Aciéries et forges de Firminy, et décoré de la Légion d’Honneur.

101F1bI 157/22.

Boby de la Chapelle (Alphonse Marie Étienne)

102Né à Quimper le 12 janvier 1841 d’Alphonse Charles, préfet, et de Louise Joséphine Boullé. Il a épousé Cécile Jaume.

103Avant même d’avoir obtenu sa licence en droit (1864), il est attaché au cabinet, 18 avril 1860 puis chef de cabinet de son père, préfet de la Vendée, 14 février 1821. Il occupe ensuite le même poste auprès des préfets de l’Aveyron, 19 février 1862, et de la Haute-Vienne, 5 août 1865. Il est ensuite conseiller de préfecture de la Creuse, 25 novembre 1866, et promu vice-président du conseil de cette préfecture en 1869. Le 13 mai 1870, il est nommé sous-préfet de Sarlat, mais relevé de ses fonctions le 6 septembre 1870.

Sous-préfet de Cholet, 14 juin 1871 - 18 février 1877 (révoqué).

104Il est nommé préfet du Jura deux mois plus tard, mais démissionne le 15 décembre 1877.

105F1bI 156/28.

Jourdan (Guillaume Charles Marie Louis)

106Né à Uzès (Gard) le 7 juillet 1842 de Pierre Victor Louis, juge à Uzès, président du tribunal de Florac et de Louise Françoise Augustine Annat. Le 16 juin 1874, il a épousé Louise Ballandier dont il eut un enfant.

107Il est d’abord avocat stagiaire à Paris puis avocat à Lyon (1867-1870). Il débute sa carrière administrative comme secrétaire général de la Lozère, 1er octobre 1870, puis sous-préfet de Largentière, 1er août 1873.

Sous-préfet de Cholet, 21 février/8 mars 1877 - 16 mai 1877 (révoqué).

108Il est ensuite nommé secrétaire général de la Loire, 26 décembre 1877 et promu préfet de la Lozère, 3 septembre 1879. Le 30 mars 1881, il est mis en disponibilité sans traitement.

109F1bI 350.

Grimouard (Jacques Raoul, comte de)

110Né le 8 avril 1845.

111Le 12 avril 1871, il est nommé secrétaire général de la Vendée et le 30 mai 1873, secrétaire général du Finistère, poste auquel il est remplacé le 21 février 1877.

Sous-préfet de Cholet, 24 mai 1877 - 30 décembre 1877.

112F1bI 161/20.

Chartier (Henry Marie Victor)

113Né le 12 octobre 1838.

114Il débute sa carrière administrative comme sous-préfet de Mortagne, 18 septembre 1870, puis il est secrétaire général du Cher, 8 avril 1874, secrétaire général de Saône-et-Loire, 31 août 1874, sous-préfet de Moissac, 21 février 1877, d’Ambert, 31 mai 1877, de Villefranche, 8 juin 1877.

Sous-préfet de Cholet, 30 décembre 1877 - 3 septembre 1879.

115Il est ensuite promu secrétaire général de Maine-et-Loire, 29 avril 1878, et mis en disponibilité le 3 septembre 1879.

116F1bI 157/18.

Brunet (Jules Alexandre Paul)

117Né le 20 mai 1843 et mort le 4 avril 1880.

118Il est d’abord sous-préfet de Saint-Calais, 27 février 1870 puis conseiller de préfecture des Pyrénées-Orientales, 23 avril 1871, des Hautes-Alpes, 4 août 1873, de la Haute-Loire, 24 mai 1876 ; secrétaire général de la Haute-Loire, 24 mai 1876, de la Marne, 21 février 1877, poste auquel il est remplacé le 21 mai 1877. Le 26 décembre 1877, il est nommé secrétaire général de l’Aube puis des Côtes-du-Nord, 23 mars 1879.

Sous-préfet de Cholet, 3 septembre 1879 - 4 avril 1880.

119Il est mort en fonction.

120F1bI 156/48.

Savoureux (Guillaume Émile Auguste)

121Né le 7 mai 1844.

122Il débute sa carrière comme sous-préfet de Céret, 30 décembre 1877.

Sous-préfet de Cholet, 22 avril 1880 - 22 mai 1885.

123Les postes qu’il occupe ensuite nous sont inconnus.

124F1bI 383.

Simon (Georges Émile)

125Né le 11 janvier 1847 à Saarbrück (Prusse), de parents français.

126Il est d’abord sous-préfet de Bernay.

Sous-préfet de Cholet, 22 mai 1885/1er juin - 26 décembre 1885.

127Il est ensuite sous-préfet de Villefranche.

128AD 2M14.

Cauro (Félix Bonaventure)

129Né à Ajaccio (Corse-du-Sud) le 18 mars 1852 de Félix, 54 ans, secrétaire de l’académie de la Corse et de Flaminie Zacarello, 34 ans, propriétaire.

130Il obtient une licence en droit et devient avocat stagiaire à Montpellier en 1873 puis avocat à Ajaccio, le 1er janvier 1877. Il est ensuite nommé chef de cabinet du préfet de la Corse, 27 décembre 1877 ; conseiller de préfecture de la Haute-Savoie, 12/29 janvier 1880 ; de la Seine-Inférieure, 17/27 novembre 1880.

Sous-préfet de Cholet, 26 décembre 1885/1er janvier 1886.

131Puis il est sous-préfet d’Yvetot, 10/23 janvier 1888, secrétaire général de la Seine-Inférieure, 8/11 juin 1891 ; préfet de Tarn-et-Garonne, 5/18 mars 1896 ; conseiller de préfecture de la Seine, 31 mars/10 avril 1899. Il obtient sa retraite comme conseiller de préfecture honoraire le 31 mai 1902.

132F1bI 453.

Peyre (Jean Édouard Joseph)

133Né à Calvignac (Lot) le 26 juin 1854 de N. 43 ans, maire et de Rosalie Trémoulet. Marié à Marie Antoinette Celières, fille d’un médecin de l’hôpital des Quinze-Vingts à Paris. Ils ont eu trois enfants. Il « Serait décédé à Breville-sur-Mer (Manche) le 27 mai 1928 » (mention marginale à l’acte de naissance).

134Titulaire d’une licence en droit, il devient avocat puis secrétaire du sénateur F. Hérold en 1878. Il est ensuite attaché au cabinet du même, préfet de la Seine, 28 février 1879 ; sous-préfet de Charolles, 4/9 avril 1883.

Sous-préfet de Cholet, 10/23 janvier 1888 - 16 novembre 1895.

135À cette date, il est nommé sous-préfet de Saumur, puis sous-préfet de Coutances, 1er/15 mai 1897 ; préfet de l’Yonne, 5 septembre/1er octobre 1904. Il est appelé à d’autre fonctions et préfet honoraire le 5 décembre 1907. Il devient alors trésorier payeur général de l’Indre, 13 novembre 1907/1er janvier 1908 ; du Calvados, 23 mai/1er août 1911. Il prend sa retraite le 3 juin 1916 et obtient le titre de trésorier payeur général honoraire en 1927.

136F1bI 513. SAEF 1C 5573. AD 2M14.

Lemoine (François Jules)

137Né à Metz le 7 novembre 1852.

138Il est d’abord conseiller municipal et maire à Montigny-aux-Amagnes (Nièvre). Le 5 octobre 1884, il est nommé sous-préfet de Bellac ; puis sous-préfet de Saint-Ambert, 7 août 1888 ; sous-préfet de Saint-Claude, 11 juillet 1893 ; sous-préfet de Gray, 21 octobre 1895, mais il n’est pas installé.

Sous-préfet de Cholet, 16 novembre/1er décembre 1895 - 9 septembre 1902.

139Il est ensuite appelé sur sa demande à d’autres fonctions et devient receveur des finances à Montmédy (Meuse).

140AD 2M14.

Hudelo (Louis Eugène Albéric)

141Né à Paris (4e) le 4 octobre 1868 de Louis Albéric, ingénieur civil et de Marie Catherine Eugénie Aubagnac. Marié à Dunkerque (Nord) le 5 mars 1894, à Blanche Jeanne Marie Dalinval née à Dunkerque le 8 décembre 1867 d’Edmond Edouard employé de la mairie et de Blanche Hortense Catherine Plaideau dont il eut un enfant. Il est mort à Niort (Deux-Sèvres) le 9 septembre 1945.

142Après des études à l’École libre des sciences politiques, il obtient une licence en droit. Il occupe d’abord un poste d’attaché au cabinet du ministre des travaux publics. Chef de cabinet du préfet des Basses-Alpes (15 mars 1890), sous-préfet de Castellane (22 décembre 1891), de Bellac (31 décembre 1893), de Briançon (14 décembre 1895), de Chatellerault (13 octobre 1896)

Sous-préfet de Cholet, 9 septembre/1er octobre 1902 - 5 septembre 1904.

143Il est ensuite sous préfet de Langres, préfet des Hautes-Alpes (13 juin 1908), du Var (25 mai 1909), du Gard (31 décembre 1913), Préfet de police (3 juin 1917), de Loire-Inférieure (23 novembre 1917). Appelé à d’autres fonctions (13 août 1919), trésorier payeur général de la Manche. Directeur de la Santé publique et de l’Hygiène sociale (3 septembre 1921), directeur au ministère du Travail (16 octobre 1921), puis conseiller d’État (19 décembre 1921), préfet du Nord (2 août 1924). Il prend sa retraite le 19 février 1929.

144AD 2M14.

Bechade (Martial Marcellin)

145Né le 4 novembre 1852 à Limoges. Il s’est marié avec la fille d’une victime du Coup d’État de 1851 et a adopté une petite fille.

146Entre 1881 et 1891, il est adjoint au maire de Limoges et conseiller d’arrondissement. Il entre dans le corps préfectoral comme sous-préfet de Lombez le 8 juin 1891. Il est ensuite sous-préfet de Mortagne, 18 mars 1895, de Monfort, 6 janvier 1897, de Saint-Flour, 21 février 1903.

Sous-préfet de Cholet, 5 septembre/1er octobre 1904 - 11 juin 1912.

147En 1907, il est victime d’un incident : il est blessé à la tête lors de l’évacuation du petit séminaire de Beaupréau : il est récompensé pour sa belle conduite. En 1909, il arbitre avec succès le conflit qui oppose à Cholet les ouvriers du textile et les patrons des manufactures, à propos des salaires.

148Il est ensuite nommé secrétaire général de l’Ille-et-Vilaine, poste qu’il occupera pendant plus de dix ans.

149Il était officier d’académie, décoré de la médaille des services d’hygiène et officier de l’instruction publique.

150AD 2M14.

Lambry (Jean Raymond Gustave Barthélemi)

Sous-préfet de Cholet, 20 mai/11 juin 1912 - 10 mai 1913.

151Il a été préfet de Maine-et-Loire entre 1922 et 1924. Voir notice biographique au chapitre préfets.

Buloz (Émile Marie Hilarion)

152Né à Toulon (Var) le 19 octobre 1866 d’Eugène Émile Alexandre né à Paris, capitaine d’artillerie, mort en 1872, et de Marie Rose Antoinette Philippine Bertin.

153Après son baccalauréat ès sciences et en droit, il est exempté de service militaire et devient commis auxiliaire des chemins de fer du PLM à Aix, 24 juin 1885-12 octobre 1887. Puis il est publiciste et nommé parallèlement comme attaché au ministère, 25 octobre 1891. Il intègre véritablement l’administration comme chef de cabinet du préfet des Basses-Alpes, janvier 1892, puis il est attaché rémunéré au cabinet du Président du Conseil, ministre de l’Intérieur (A. Ribot), 18 mars/1er avril 1893 ; rédacteur à ce ministère, 16 novembre. Le 10 avril 1894, il est sous-préfet d’Embrun ; d’Avallon 31 juillet 1894 ; de Châteaudun, 13 septembre 1897. Placé en disponibilité le 19 juillet 1898, il demande une recette des finances en 1902 et en 1910.

Sous-préfet de Cholet, 17 mai/6 juin 1913 - 5 décembre 1914.

154Il est ensuite nommé sous-préfet de Vendôme pour la durée de la guerre, 5/13 décembre 1914 ; de Boulogne-sur-Mer, 10/25 mars 1918 ; préfet des Deux-Sèvres, 17/22 janvier 1920 ; de la Vienne, 27 juillet/10 septembre 1922. Il est mis en disponibilité sur sa demande le 8 juillet 1924. Sa carrière se termine mal puisqu’il est accusé de détournement d’archives et d’objets mobiliers (rapports de Rouvier inspecteur général du 8 mars 1923 et d’lmbert chef de l’inspection générale du 22 juin 1924), cité devant la cour d’appel d’Orléans pour « abus de confiance ».

155Il a été décoré de la Légion d’Honneur, 26 juillet 1919 et de la Croix de Guerre 14-18.

156FlbI 599.

Besques (Paul Léon)

157Né à Paris 5e le 8 Juin 1876 de Paul Léon Alfred, professeur au lycée Louis-le-Grand et d’Anna Palu. Il se marie à Paris le 2 janvier 1904 avec Charlotte Lucie Marie Madeleine Busson née le 7 avril 1876, dont il eut une fille. Il est mort à Paris (6e) le 15 novembre 1958. En 1897, il obtient une licence ès lettres puis est appelé sous les drapeaux. En 1899, il est diplômé d’études historiques et admissible à l’agrégation d’histoire en 1904. Il effectue ensuite une première année de droit, 1905-06. Le 24 juillet 1907, il est nommé sous-préfet de Rochechouart ; de Ruffec, 5 juillet 1910 ; de Cognac, 28 janvier 1914. Il est mis en disponibilité sur sa demande mais aussitôt nommé chef de cabinet du ministre de l’Agriculture (M. Raynaud), 31 janvier/2 février 1914. Il est mobilisé du 1er septembre au 23 novembre 1914, et réformé. Il devient alors secrétaire de F. Buisson, député.

Sous-préfet de Cholet pour la durée de la guerre, 5/13 décembre 1914 - 20 mars 1918.

158Il est ensuite nommé secrétaire général de l’Oise pour la reconstitution des régions libérées, 20 mars/1er avril 1918 ; Le 30 juin 1920, il est à la disposition du Président du Conseil ministre des Affaires étrangères. En juillet, il est placé en service détaché auprès du ministère des Régions libérées, faisant fonction de contrôleur général. Il est ensuite nommé préfet des Landes, 28 mai/2 juillet 1929 et maintenu en service détaché, 23 mai/3 juillet 1929. Il prend sa retraite sur sa demande pour invalidité comme préfet honoraire le 1er mars 1934.

159Il a été décoré de la Légion d’Honneur le 30 octobre 1920.

160F’bI 723 et F4 3277. AD 2M14.

Bertrand (Léon Lucien Marie)

161Né le 5 mai 1885 à Séderon (Drôme).

162Licencié en droit, il est avocat avant de devenir en 1905 attaché au ministère de la Marine pendant trois ans. Le 13 juin 1908, il est nommé sous-préfet de Pont-Audemer ; sous-préfet de Fougères, 9 juin 1911 ; de Vire, 20 octobre 1911 ; de Clamecy, 10 mai 1913 ; de Doullens pour la durée de la guerre, 5 janvier 1917.

Sous-préfet de Cholet, 20 mars/6 avril 1918 - 13 octobre 1922.

163Il était manifestement apprécié de ses administrés car à son départ, on trouve plusieurs pétitions des conseillers municipaux de Cholet pour demander son maintien.

164Il est ensuite nommé secrétaire général de la Charente-Maritime.

165En 1921, il a été décoré de l’Ordre du mérite agricole.

1662M14.

Vieillescazes (Pierre Antoine Joseph)

167Né à Montauban (Tarn-et-Garonne) le 26 août 1882 de Claude Pierre Joseph dit Armand, contrôleur des contributions directes et de Renée Plantade. Marié à la Réole (Gironde) le 16 décembre 1920 à Louise Suzanne Marie Jeanne Charlot dont il eut un fils qui devint préfet. Il est mort à La Rochelle (Charente-Maritime) le 26 novembre 1946.

168Titulaire d’une licence en droit, il devient chef adjoint de cabinet du préfet de la Haute-Garonne, le 1er février 1908 puis chef de cabinet du préfet de la Haute-Savoie, 1er août 1909 ; de l’Ardèche, 21 mars 1912. Il est mobilisé pendant toute la durée de la guerre, du 8 août 1914 au 15 mars 1919. Il est ensuite attaché au cabinet du président du Conseil (G. Clemenceau) juin-octobre 1918 puis nommé sous-préfet de Rocroi, 8/17 août 1918 ; Châteaulin, 27 septembre/15 décembre 1921.

Sous-préfet de Cholet, 13 octobre/10 novembre 1922 - 12 février 1929.

169Il est ensuite secrétaire général de la Loire-lnférieure, 12 février/4 mars 1929 ; préfet de la Haute-Saône, 29 mai/3 juin 1936 ; de Loir-et-Cher, 23 mars/1er juin 1938 ; de la Loire-lnférieure, 8/25 août 1940. Retraite, 17 septembre/1er octobre 1940. Préfet honoraire, 20 décembre 1940. Il a été décoré de la Légion d’Honneur le 20 mars 1934.

170F1bI 861 et 1123.

Musso (Fernand Jérôme)

171Il vient de Segré, où il était sous-préfet depuis 1922.

Sous-préfet de Cholet, 2 février/5 mars 1929 - 15 novembre 1934.

172Voir sa notice aux sous-préfets de Segré.

Landel (Joseph)

173Né le 5 mai 1889 à Bain-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine). Il s’est marié le 23 mars 1920. Il était père de cinq enfants.

174Après des études supérieures à l’Ecole Nationale des Langues Orientales, il est nommé, le 11 octobre 1912, adjoint principal des services civils de l’AOF. Appelé sous les drapeaux pendant la guerre, il est ensuite nommé chef adjoint du cabinet du préfet de l’Hérault, 1er avril 1920. Puis sous-préfet de Saint-Sever, 31 décembre 1921 ; de Barcelonnette, 2 mai 1923 ; de Marennes, 13 février 1925 ; rattaché à la préfecture de Charente-Inférieure, 22 septembre 1926 ; rattaché à la préfecture de la Seine, 20 mars 1927 ; secrétaire général de la préfecture de Constantine, 17 décembre 1931.

Sous-préfet de Cholet, 15 novembre/15 décembre 1934 - 6 juillet 1939.

175Il est ensuite nommé sous-préfet de Cambrai, qui sera son dernier poste.

176Décoré de la Légion d’Honneur (1927).

177AD 2M14.

Foulquie (Adolphe Eugène)

178Né le 15 novembre 1896 à Prendeignes (Lot).

179Il est appelé sous-les drapeaux de 1915 à 1919. Titulaire d’une licence en droit et de deux diplômes d’études supérieures, il est d’abord rédacteur puis chef de bureau de préfecture dans les années 1920. Le 16 novembre 1932, il est nommé chef de cabinet du préfet du Var, puis secrétaire général de la Vendée, 17 décembre 1934.

Sous-préfet de Cholet, 6 juillet 1939 - 16 novembre 1940.

180À cette date, il devient secrétaire général du Maine-et-Loire, puis des Côtes-du-Nord, 6 mars 1943 ; sous-préfet de Nantua, 21 décembre 1943 ; sous-préfet d’Argentan, 21 février 1944. Le 16 septembre 1944, il est placé dans la position d’expectative, affecté à l’administration centrale, puis, le 1er juin 1945 détaché dans les fonctions de directeur régional des prisonniers de guerre, déportés et réfugiés à Limoges. Le 1er octobre 1945, il est remis à la disposition du ministre de l’Intérieur comme rapporteur au jury d’honneur des parlementaires. Il est ensuite nommé sous-préfet de Dax, 1er février 1946 ; sous-préfet de Saint-Malo ; détaché à la disposition du Commissariat général aux affaires allemandes et autrichiennes ; détaché en qualité de directeur du centre hospitalier de Moulins, 1er janvier 1954.

181Décoré de la Légion d’Honneur en 1952, il est admis à la retraite en 1959.

Husson (Georges)

182Né le 19 novembre 1906 à Paris, il était marié et père de trois enfants.

183Licencié en droit, il débute sa carrière administrative comme chef de cabinet auprès des préfets de la Drôme, 16 décembre 1931, du Morbihan, 30 décembre 1933, du Loiret, 31 janvier 1934, de la Vendée, 3 novembre 1934. Il est ensuite secrétaire général des Hautes-Pyrénées, 27 novembre 1935.

Sous-préfet de Cholet, 30 octobre 1940 - 18 décembre 1941.

184Son déplacement non justifié a provoqué une petite crise municipale à Cholet. Le maire de Cholet et le conseil municipal voyant dans sa mutation un désaveu de tous ceux qui soutiennent « les yeux fermés » les représentants du Maréchal.

185À cette date, il est nommé sous-préfet de Morlaix, puis sous-préfet des Sables d’Olonnes, 7 janvier 1943 ; secrétaire général de la Manche, 5 avril 1944. Il a dû être démis de ses fonctions à la Libération car il ne figure pas dans l’Annuaire du corps préfectoral de 1947.

186AD 2M14.

Gey (Marcel)

187Né à Ternant (Côte-d’Or) le 19 septembre 1908 de Claudius, inspecteur des eaux et forêts, et de Félicie Poinset. Marié à Semur-en-Auxois (Côte-d’Or) le 30 mars 1932 à Renée Marcelle Copréau née à Épernay (Marne) le 2 janvier 1908, dont il eut quatre enfants. Il est mort à Paris le 23 septembre 1989.

188Après des études secondaires à Saulieu et Semur-en-Auxois, il poursuit des études de droit à la faculté de Paris et de Dijon. Il obtient une licence. Il est d’abord rédacteur de préfecture, 11 janvier 1932, puis attaché au cabinet du ministre des PTT (R. Jardillier), 28 octobre 1936 ; du ministre M. Dormoy, 2 juillet 1937, rédacteur principal, 11 juillet 1937 et sous-préfet de Bar-sur-Aube, 20 novembre/16 décembre 1937. Il est mobilisé du 2 octobre 1939 au 30 juillet 1940.

Sous-préfet de Cholet, 23 mars/1er avril 1943 - 21 janvier 1944.

189À cette date, il ne quitte pas le département puisqu’il est nommé secrétaire général de Maine-et-Loire, 21 janvier/6 février 1944. Il est ensuite détaché dans les fonctions de secrétaire général pour les affaires économiques au commissariat de la République de la région de Dijon, 10 septembre 1944 ; détaché dans les fonctions d’inspecteur général de l’économie nationale pour la région de Dijon, 3 juin 1946 ; secrétaire général de la Seine-Inférieure, 23 août/1er septembre 1947 ; nommé préfet hors-cadre, 7 juillet/1er août 1949, directeur adjoint de cabinet de J. Moch, ministre, 12 juillet 1949, vice-président du conseil ministre de l’Intérieur, 28 octobre ; directeur de cabinet du secrétaire d’État (E. Thomas), 12 juillet 1949 ; directeur du personnel et du matériel de la police, adjoint au directeur général de la Sûreté nationale, 3 juillet/1er août 1951 ; directeur de cabinet du secrétaire d’État (M. Pic), 4 février 1956 ; préfet de l’Oise, 19 mars/16 avril 1957 ; secrétaire général régional à Oran, 13 février/5 mars 1959 ; préfet inspecteur général régional à Oran, 10 juillet 1959 ; détaché en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire, haut représentant de la République française auprès de la République malgache, 21 février 1961 ; conseiller maître à la Cour des Comptes, 4/7 février 1967. Il part en retraite le 1er février 1972. Il a été décoré de la Légion d’Honneur le 4 février 1949 et promu officier le 3 août 1956.

190AJ40 541/2 et 542/3. CAC 920178/2. Who’s Who, 55-56.

Versini

Sous-préfet de Cholet, 21 janvier 1944 - 13 décembre 1944.

191En réalité, il quitte son poste en août 1944, démis de ses fonctions par Michel Debré.

192Aucun renseignement.

Coiffard (Francis Jean-Baptiste)

193Né à Saint-Sébastien-sur-Loire (Loire-Atlantique) le 2 février 1912 d’Eugène, commerçant, et de Félicité Papin. Marié le 15 mai 1939 à Yolande Louvet. Mort le 12 octobre 1983 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine).

194Titulaire d’une licence en droit, il devient le 1er mars 1934 contrôleur stagiaire puis vérificateur des douanes. Mobilisé d’août 1939 à août 1940, il est nommé (mars 1941) contrôleur principal, inspecteur du contrôle des prix, puis chef des bureaux de la direction régionale du contrôle des prix à Angers, 1er janvier 1944.

Sous-préfet, 13 décembre 1944 à compter du 30 août - 15 janvier 1947.

195Il est ensuite sous-préfet de Vichy, 15/27 janvier 1947 ; de Saint-Nazaire, 2/11 mai 1949 ; chargé de mission au cabinet d’A. Morice, ministre de la Marine marchande, 20 janvier 1952, des Travaux publics, 8 mars 1952, 9 mars 1953 ; sous-préfet de Mulhouse, 30 juillet/ 16 août 1953. Détaché à la disposition du gouverneur général de l’Algérie, 28 mai ; chargé de mission au cabinet du ministre (Gilbert-Jules), 2 février. Préfet de l’Ariège, 6/21 septembre 1956 ; de la Creuse, 25 août/1er septembre 1958. Placé en congé spécial le 6 septembre 1960, il prend sa retraite en 1963. Légion d’Honneur : 2 mars 1954.

196CAC 920076/4. Who’s Who, 57-58.

Lethiais (Pierre Charles)

197Né à Rouen (Seine-Maritime) le 2 avril 1915 de Charles Ulysse Ferdinand, commerçant et d’Élisabeth Joret, antiquaire. Il s’est marié à Nice (Alpes-Maritimes) le 12 octobre 1942 à Andrée Nicole née à Paris 4e le 14 avril 1919.

198Après des études secondaires au lycée Janson-de-Sailly à Paris, il intègre l’ENFOM promotion 1935 puis le Centre des hautes études administratives. Titulaire d’un diplôme d’études supérieures de droit public, il doit effectuer son service militaire de 1936 à 1938 puis se trouve mobilisé, 23 mars 1939-31 décembre 1941. Il commence sa carrière comme administrateur des services civils en Algérie, 31 décembre 1941 ; il est ensuite placé à la disposition du préfet d’Alger, 9 juillet 1943, puis nommé chef de service au commissariat à l’Intérieur ; chef de cabinet du secrétaire général de ce commissariat, 1er décembre 1943 ; sous-préfet de Sartène, 27 juin/8 juillet 1944.

Sous-préfet de Cholet, 15/21 janvier 1947 - 24 juin 1948.

199Il est ensuite sous-préfet d’Aubusson, 24 juin/6 juillet 1948 ; secrétaire général des Basses-Pyrénées, 30 mars/25 avril 1950 ; secrétaire général de la Guadeloupe, 21 juin/1er juillet 1952 ; sous-préfet de Brive, 19 mai/26 juin 1953 ; de Douai, 14/23 mars 1955 ; préfet de la Creuse, 6/10 septembre 1960 ; préfet de police d’Oran, 26 juillet/1er août 1961 ; hors cadre, 3 janvier 1962. Directeur général des collectivités locales et de l’administration générale en Algérie, 6 janvier-mai 1962. En service détaché auprès de l’IGAME pour les départements de la 9e région militaire pour l’accueil des rapatriés d’Algérie, mai 1962. Préfet en mission, 28 août 1962. Adjoint au préfet chef du service national de la protection civile, 1er septembre 1962 à 1966. Trésorier payeur général des Hautes-Alpes, 31 décembre/15 mars 1967 ; de la Savoie, 1er janvier 1974. Il a été décoré de la Légion d’Honneur le 23 décembre 1957.

200CAC 920178/8. CAOM 1 Gg 245.

Taulelle (Jean Paul Auguste)

201Né à Alès le 15 avril 1914 d’Edmond Paul, agent voyer, architecte et de Lydie Vincent. Le 24 février 1940, il épouse à La Rochelle Lucie Guyon.

202Après des études secondaires au lycée à Alès, il intègre la faculté de droit de Montpellier, où obtient une licence. Il est d’abord avocat stagiaire à la cour d’appel de Montpellier, 15 juin 1935 puis attaché au cabinet d’É. Bollaert, préfet du Rhône, 15 octobre 1935. Il effectue son service militaire (1936-1938) et entame un doctorat dont la préparation fut interrompue par la guerre. Il est mobilisé du 25 août 1939 au 22 mai 1945 comme lieutenant d’infanterie. En 1945, il devient chef de cabinet d’Emile Bollaert, commissaire de la République de la région de Strasbourg. Il est ensuite nommé sous-préfet de Condom, 20 août/1er septembre 1946.

Sous-préfet de Cholet, 24 juin/6 juillet 1948 - 15 juin 1950.

203Puis il est sous-préfet de Saintes, 15 juin/15 juillet 1950 ; sous-préfet de Villefranche-sur-Saône, 31 juillet/16 août 1953 ; secrétaire général de la Seine-Maritime, 27 juillet/1er août 1955 ; préfet de Sétif, 19 février/10 mars 1960 ; de Bône, 5/11 mai 1961 ; de la Dordogne, 30 décembre/15 janvier 1962 ; de Saône-et-Loire, 21 décembre 1967/1er février 1968 ; de la région Languedoc-Roussillon et de l’Hérault, 31 décembre 1971/1er février 1972 ; de la région Haute-Normandie et de la Seine-Maritime, 11/22 décembre 1973 ; de Paris, 29 novembre/3 décembre 1974. Il prend sa retraite en juin 1977. Il est ensuite nommé conseiller d’État en service extraordinaire, 24 mars 1977-81 et occupe divers postes honorifiques : président de la Société des autoroutes du Nord et de l’Est de la France, 1977-81, président de l’Association du corps préfectoral, 1975-77, président du conseil départemental de Paris de la Croix-Rouge française, avril 1979. Il a été décoré de la Légion d’Honneur le 24 juin 1958, promu officier le 27 décembre 1969 puis commandeur le 27 mars 1975. Il a aussi obtenu la Croix de Guerre 39-45.

204CAC 930584/62. Who’s Who, 60-61.

Andre (Charles Albert)

205Né à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) le 12 décembre 1914. Il est mort à Paris (15e) le 8 novembre 1988.

206Après avoir fréquenté le lycée de Saint-Brieuc, il poursuit ses études supérieures à la faculté de droit de Rennes et obtient un doctorat en droit. Après un stage comme avocat à la cour d’appel de Rennes, 1936-38, il est appelé sous les drapeaux en 1938 pour effectuer son service militaire et se trouve mobilisé en 1939, jusqu’en 1945. Il a été prisonnier de guerre. Le 15 août 1945, il est nommé chef adjoint de cabinet du préfet du Finistère, puis chef de cabinet du préfet de la Manche, 1er janvier 1946. Il est ensuite chef adjoint de cabinet du Président du gouvernement provisoire (G. Bidault), 1er août 1946 ; chargé de mission au Secrétariat général du gouvernement, 22 décembre 1946 ; chargé de mission au cabinet du même, Président du Conseil, 28 octobre 1949.

Sous-préfet de Cholet, 15 juin/15 juillet 1950 - 6 janvier 1956.

207Puis il est nommé secrétaire général du Calvados, 6 janvier 1956 ; sous-préfet de Vienne, 5 décembre 1958/1er janvier 1959 ; de Meaux, 29 juillet/26 août 1959 ; préfet des Hautes-Alpes, 28 décembre 1966/6 janvier 1967. Il obtient un congé spécial, 8 janvier 1971 et part en retraite le 14 novembre 1975. Il a été décoré de la Légion d’Honneur en 1958 et promu officier en 1971.

208CAC 920266/4. Who’s Who, 69-70.

Arnaud (Raymond Félix Paulin Georges)

209Né le 26 avril 1908 à Mèze (Hérault).

210Licencié en droit, licencié es lettres, titulaire d’un diplôme d’études supérieures d’histoire, il est d’abord nommé chef de cabinet du préfet de la Corse, 1er février 1927, puis du préfet du Calvados, 7 juin 1930 et du préfet des Deux-Sèvres, 10 août 1932. Il est ensuite secrétaire général de la Corse, 28 septembre 1934 et sous-préfet de Chateaubriant, 10 août 1938. Il s’engage dans l’armée en décembre 1939 et un an plus tard réintègre le corps préfectoral comme secrétaire général des Pyrénées-Orientales. Il est ensuite conseiller au conseil de préfecture interdépartemental de Grenoble, 16 avril 1942 ; de Marseille, 11 juillet 1942 ; sous-préfet de Belley, 15 octobre 1942 ; détaché dans les fonctions de secrétaire général du service central d’approvisionnement en matériaux, 22 octobre 1942 ; sous-préfet de Carpentras, 6 juin 1943 ; sous-préfet de Tournon, 16 février 1945. Le 1er août 1946, il est nommé sous-préfet d’Arles. Après un congé d’un an il devient, le 1er décembre 1949, secrétaire général du centre administratif et technique interdépartemental de Rennes, puis sous-préfet de Provins, 20 septembre 1950 ; chef de cabinet du ministre des Travaux Publics, 20 janvier 1952.

Sous-préfet de Cholet, 6 janvier 1956 - 21 mai 1961.

211Le poste qu’il occupe ensuite nous est inconnu. Mais le 1er juin 1963, il est chargé de mission pour les affaires économiques auprès du préfet de l’Hérault, puis placé sur sa demande en congé spécial. Il est admis à la retraite en 1968.

212Il était chevalier de la Légion d’Honneur.

Gourin (Jean-Claude Maurice Émile)

213Né le 7 août 1920 à Paris (16e).

214Licencié en droit et titulaire de deux diplômes d’études supérieures, il est appelé sous les drapeaux d’octobre 1939 jusqu’en août 1940. Sa carrière ne débute qu’en avril 1944, où il est nommé rédacteur auxiliaire à l’administration centrale du ministère de l’Intérieur. Il est ensuite chef de cabinet du préfet de la Lozère, 19 janvier 1948 ; de la Corrèze, 1er octobre 1930 ; de la Haute-Marne, 10 février 1954 ; secrétaire général du Cantal, 21 décembre 1954 ; sous-préfet de Condom, 6 décembre 1956 ; secrétaire général des Deux-Sèvres, 1er novembre 1958.

Sous-préfet de Cholet, 2 mai 1961 - 18 juin 1966.

215À cette date, il est chargé des fonctions de secrétaire général du Calvados, puis des fonctions de sous-préfet de Rochefort, où il est confirmé le 1er juillet 1970. Le 19 juin 1975, il est nommé secrétaire général chargé du secrétariat général pour l’administration de la police à Versailles.

216Chevalier de la Légion d’Honneur en 1973 ; décoré de l’Ordre national du Mérite.

Denis (Philippe Marie)

217Né à Cinqueux (Oise) le 16 juin 1921.

218Après des études aux lycées Henri IV et Jeanson-de-Sailly à Paris, il entre à l’École libre des sciences politiques et obtient une licence en droit. Il est d’abord rédacteur temporaire à l’Office des changes, mars-septembre 1943 puis chef adjoint de cabinet du ministre d’État (J. Jeanneney), avril 1945 ; chargé de mission au cabinet du Président du Gouvernement provisoire (général de Gaulle), novembre 1945 ; auprès du secrétaire général du gouvernement tunisien, avril 1946 ; chef de cabinet de Pisani, préfet de la Haute-Loire, 1er novembre 1946 ; de la Haute-Marne, 1er décembre 1947 ; du préfet de l’Hérault, 15/20 février 1951 ; de la Charente, 11/21 juin 1952 ; sous- préfet du Vigan, 30 juillet/1er septembre 1953, titularisé ; sous-préfet de Nogent-le-Rotrou, 19 janvier/6 février 1957 ; de Vire, 5 janvier/ 1er février 1959 ; de Chateaulin, 3 avril/16 mai 1963.

Sous-préfet de Cholet, 18 juin/11 juillet 1966 - 26 décembre 1969.

219Puis chargé des fonctions de sous-préfet de Cherbourg, 26 décembre 1969/13 janvier 1970, confirmé, 1er janvier 1971 ; de Valenciennes, 10/26 août 1973 ; préfet de l’Ariège, 15 août 1979 ; des Alpes-de-Haute-Provence, 7/31 août 1981 ; secrétaire général de la zone de défense de Paris, 22 juin/5 juillet 1982. Il obtient officiellement sa retraite le 23 octobre 1986. Officier de la Légion d’Honneur depuis 1984.

220CAC 930584/22. Who’s Who, 75-76.

Thill (Albert)

221Né le 19 juillet 1917 à Saint-Avold (Moselle).

222Il est mobilisé du 16 septembre 1939 au 30 novembre 1940. Titulaire d’un doctorat en droit et d’un certificat d’études supérieures de lettres, il est reçu au concours de rédacteur de l’administration centrale du Gouvernement général de l’Algérie et débute sa carrière en 1942 comme rédacteur stagiaire. En 1943, il est nommé au secrétariat général du Comité alsacien et lorrain auprès du CFLN (Alger). Puis il est de nouveau sous les drapeaux. Le 1er décembre 1944, il est nommé sous-préfet de Boulay. En 1947, il intègre le corps des administrateurs civils. Le 25 septembre 1950, il est directeur de cabinet du préfet de la Martinique, puis sous-préfet de Chateauneuf, 16 décembre 1950 ; chef de cabinet du ministre du Logement et de la Reconstruction, 1er janvier 1953 ; secrétaire général de l’Aube, 27 septembre 1954 ; détaché en qualité de chargé de mission de la protection civile, 16 juin 1955 ; sous-préfet du Vigan, 6 février 1957.

Sous-préfet de Cholet, 19 janvier 1970 - 1er octobre 1974.

223Sous-préfet de Haguenau, 1er octobre 1974 ; de Piteauville, 22 novembre 1978. Il prend sa retraite le 20 septembre 1983.

224Officier de la Légion d’Honneur, de l’Ordre national du Mérite. Décoré de la Croix de Guerre 1939-1945 et de la Médaille de la Résistance française.

Bonnelle (François)

225Né le 3 mai 1933 à Versailles (Seine-et-Oise). Après des études au lycée Michel-Montaigne et à la Faculté de droit de Bordeaux, où il obtient une licence, il poursuit sa formation à l’Institut d’études politiques de Bordeaux. Il est d’abord nommé chef de cabinet du préfet des Ardennes, 19 novembre 1959 puis détaché auprès du ministre d’État chargé des Affaires algériennes, 1er janvier 1962 ; chef de cabinet du préfet d’Eure-et-Loir, 11 août 1962 ; sous-préfet de Die, 11 décembre 1963 ; chef adjoint de cabinet du secrétaire d’État à l’Intérieur, 18 mai 1967 ; chargé de mission au cabinet du secrétaire d’État à l’Intérieur, 1er juillet 1969 ; secrétaire général des Vosges, 26 janvier 1970.

Sous-Préfet de Cholet, 1er octobre 1974 - 16 août 1976.

226À cette date, il devient chargé des fonctions de directeur du cabinet du préfet de la région Aquitaine et préfet de la Gironde. Le 16 mars 1979, il est nommé directeur adjoint du cabinet civil et militaire du ministre de la Défense puis secrétaire général des Yvelines, 9 novembre 1980 ; préfet, représentant du Gouvernement à Mayotte, 6 mars 1984 ; commissaire de la République délégué pour la police auprès du préfet, commissaire de la République des Bouches-du-Rhône, 6 mars 1986 ; directeur de l’administration pénitentiaire au ministère de la Justice, 11 novembre 1987 ; préfet de la Corrèze, 8 février 1989 ; préfet des Vosges, 26 novembre 1991 ; préfet du Haut-Rhin, 22 janvier 1994 ; haut fonctionnaire chargé des mesures de défense auprès du ministre de l’Intérieur et de l’Aménage-ment du territoire, 7 mai 1994 ; conseiller technique au cabinet du ministre de l’Intérieur (Jean-Louis Debré), novembre 1996.

227Il est officier de la Légion d’Honneur, commandeur de l’Ordre national du Mérite et décoré de la Croix de la valeur militaire.

Laufenburger (René)

228Né le 15 mai 1930 à Strasbourg et mort le 9 janvier 1981.

229Il effectue son service militaire entre octobre 1955 et mars 1957, après des études de droit (licence) et à l’ENFOM. Le 15 mars 1857, il débute une carrière d’administrateur de la France d’Outre-Mer. Il est d’abord adjoint au commandant de différents cercles de Guinée. Le 29 novembre 1958, il est nommé chef de district de Ouango et président du paysannat mécanisé de Gaigné (République Centrafricaine). Le 1er avril 1960, il est adjoint au directeur du plan de Haute-Volta puis chef du Service des investissements privés de la direction du plan de Côte d’Ivoire, 21 octobre 1960 ; détaché en qualité de chargé d’études à la SEDES, 1er novembre 1961 ; chargé de mission auprès du préfet de la région Alsace, 1er mai 1965 ; administrateur civil de 1re classe, affecté à la Caisse des dépôts et consignations, 1er mai 1968 ; directeur de cabinet du préfet des Pyrénées Orientales, 1er décembre 1969 ; secrétaire général des Hautes-Pyrénées, 20 juin 1972 ; secrétaire général du Tarn, 4 juillet 1975.

Sous-préfet de Cholet, 8 septembre 1976 - 6 octobre 1978.

230Le 1er novembre 1978, il est mis à la disposition du Premier Ministre puis réintégré dans le corps des administrateurs civils et détaché en qualité de secrétaire général de la Nouvelle Calédonie. Il est mort en fonction.

231Il était chevalier de la Légion d’Honneur et décoré de l’Ordre national du Mérite.

Vaux (Marc Antoine)

232Né le 28 décembre 1931, à Casablanca (Maroc).

233Il effectue ses études supérieures à l’Institut des Hautes Etudes marocaines et à l’IHEDN.

234Le 25 novembre 1952, il est nommé rédacteur temporaire au Service du Plan de la ville de Casablanca. Il est ensuite attaché du ministre marocain de l’Intérieur, 6 avril 1954. Après deux années sous les drapeaux, il réintègre l’administration le 1er janvier 1958 comme attaché de préfecture. Quelques mois plus tard, il devient coopérant technique. Le 26 juin 1970, il est chargé des fonctions de directeur du cabinet du préfet de la Dordogne, puis sous-préfet de Mortagne, 16 juillet 1973 ; chargé de mission auprès du préfet du Var, 1er février 1975.

Sous-préfet de Cholet, 6 octobre 1978 - 1er septembre 1980.

235Il est ensuite détaché en qualité de chef du service de sécurité de défense au Secrétariat général de la Défense nationale ; commissaire adjoint de la République de l’arrondissement de Roanne, 15 juin 1987 ; secrétaire général de la préfecture de la Somme, 19 février 1990. En retraite le 3 août 1992.

236Il est officier de la Légion d’Honneur et officier de l’Ordre national du Mérite.

Coquet (Bernard-René)

237Né le 1er mai 1939 à Paris (14e).

238Titulaire d’une licence de droit et de sociologie, il poursuit ses études supérieures à l’IEP de Grenoble et entre à l’ENA (Promotion « Charles-de-Gaulle ») en 1970. Il débute sa carrière en juin 1972 comme administrateur civil de 2e classe au ministère de l’Intérieur. Le 12 juillet 1972, il est nommé directeur du cabinet du préfet du Var puis sous-préfet hors cadre, 15 août 1975 (chargé de l’arrondissement de Pontoise). Il est ensuite chargé de mission auprès du préfet du Val-d’Oise, 1er mars 1976 ; administrateur civil de 1re classe, 1er janvier 1977 ; administrateur civil au ministère des Universités, 1er août 1978 ; détaché au ministère des Affaires étrangères en qualité de conseiller des affaires étrangères de 2e classe, 1er décembre 1978.

Sous-préfet de Cholet, 20 septembre 1980 - 28 juin 1982.

239À cette date, il est nommé secrétaire général pour les affaires régionales de Bretagne. Puis il est secrétaire général de la préfecture du Rhône, 1er octobre 1986 ; préfet des Deux-Sèvres, 21 décembre 1989 ; préfet de la Drôme, 29 mai 1993 ; préfet de la Haute-Savoie, 7 octobre 1996 ; préfet hors-cadre le 31 août 1998. Il est depuis président de la mission pour l’implantation territoriale des emplois publics.

240Il est chevalier de la Légion d’Honneur et officier de l’Ordre national du Mérite.

Thull (Patrick Gérard Pierre)

241Né le 31 octobre 1946 à Metz (Moselle).

242Il obtient son baccalauréat au lycée Fabert à Metz et poursuit des études de droit à Nancy et Paris. Il est diplômé d’études supérieures spécialisées en sciences économiques et diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris. Il entre à l’ENA en 1973 Le 1er juin 1975, il est nommé administrateur civil de 2e classe au ministère de l’intérieur occupant le poste de chef du bureau de l’équipement à la sous-direction de l’administration générale puis de directeur du cabinet du directeur de la Sécurité Civile, chargé de la coordination administrative. Le 14 décembre 1977, il devient chef du bureau des Personnels de l’administration centrale. Le 30 mars 1979, il intègre la carrière préfectorale comme secrétaire général de la préfecture de l’Indre.

Commissaire adjoint de la République de l’arrondissement de Cholet, 20 juillet 1982 - 25 juin 1985.

243À cette date, il est nommé secrétaire général de la zone de défense Sud-Est et secrétaire général pour l’administration de la police de Lyon. Il est ensuite détaché en qualité de secrétaire général de la ville de Grenoble et directeur de cabinet d’Alain Carignon, 1er octobre 1986. Mis en disponibilité en décembre 1989, il occupe divers postes à responsabilité au sein de la société Dumez-France (filiale de Lyonnaise des Eaux-Dumez). Le 1er juin 1992, il est nommé directeur général des services de la région Lorraine. Il est ensuite conseiller technique chargé des affaires de la Lorraine du cabinet de Gérard Longuet, ministre de l’Industrie, des Postes et Télécommunications et du Commerce Extérieur, 7 avril 1993. En 1994, il est maintenu directeur général des services de la région Lorraine.

244Il est chevalier de l’Ordre national du Mérite et du Mérite agricole.

Guillot (Omer Henri Alain)

245Né le 14 avril 1925, à Vasles (Deux-Sèvres).

246Licencié en droit et licencié ès lettres, il est aussi titulaire d’un diplôme d’études supérieures de géographie et diplômé de l’ENFOM. Le 1er août 1948, il est élève administrateur de la France d’Outre Mer. Du mois de mai 1949 au mois de mai 1952, il occupe le poste de chef du Bureau des importations de Madagascar. Le 1er août 1950, il est nommé administrateur adjoint de la France d’Outre Mer. De 1950 à 1966, il remplit diverses fonctions à Madagascar. Le 4 mars 1966, il est intégré dans le corps des administrateurs civils en qualité d’administrateur civil de 1re classe et rattaché au ministère de l’Intérieur, maintenu en coopération Outre-mer. le 24 février 1968, il devient professeur au Département de perfectionnement administratif de l’École nationale de promotion sociale et à l’Institut de l’Université de Madagascar. Le 15 juin 1972, il intègre le corps préfectoral comme sous-préfet de Vouziers. Il est ensuite sous-préfet d’Issoudun, 10 juin 1976 ; de Montmorillon, 16 juin 1980 ; commissaire adjoint de la République de l’arrondissement d’Argentan, 5 novembre 1982.

Commissaire adjoint de la République de l’arrondissement de Cholet, 1er juillet 1985 - 28 octobre 1988.

247Sa carrière postérieure nous est à ce jour inconnue.

248Il est chevalier de l’Ordre national du Mérite.

Danel (Bernard-Charles-Jean-Joseph)

249Né le 11 décembre 1927, à la Madeleine (Nord).

250Entré à l’ENFOM, il devient élève administrateur en août 1949 puis administrateur adjoint de la France d’Outre Mer (1950). En janvier 1958, il est nommé administrateur des Affaires d’outre-mer. Il est ensuite promu administrateur en chef, janvier 1964 ; administrateur en chef de classe exceptionnelle, janvier 1970 ; sous-préfet de Pamiers, 7 avril 1977 ; sous-préfet de Mamers, 15 novembre 1979 ; secrétaire général de la préfecture de la Charente, 15 juillet 1982 ; secrétaire général de la préfecture du Var, 17 juin 1985.

Sous-préfet de Cholet, 28 octobre 1988 - 10 juin 1991.

251Sa carrière postérieure nous est à ce jour inconnue.

252Il est chevalier de l’Ordre national du Mérite.

Aubert (Gabriel)

253Né le 28 octobre 1946 à Saint-Etienne (Loire).

254Titulaire d’une maîtrise en droit, il devient inspecteur du Trésor le 1er janvier 1969. Dix ans plus tard, il est élève de l’ENA (Promotion « Droits de l’homme ») dont il sort en juin 1981, nommé administrateur civil de 2e classe affecté à la Caisse des Dépots et Consignations. Le 1er mai 1985, il est nommé directeur régional de la Caisse des Dépôts et Consignations des Pays-de-la-Loire, puis sous-préfet de 1re classe commissaire adjoint de la République de l’arrondissement de Lure, 16 décembre 1987 ; secrétaire général pour les affaires régionales de Lorraine, 21 mai 1990.

Sous-préfet de Cholet, 10 juin 1991 - 6 décembre 1993.

255À cette date, il est nommé directeur du cabinet du préfet de la région Pays-de-la-Loire, préfet de la Loire-Atlantique puis secrétaire général de la préfecture du Morbihan, 1er février 1996. Depuis le 28 mai 1999, il est sous-préfet de Cambrai.

256Il est chevalier de l’Ordre national du Mérite.

Barbier (Daniel Louis Charles)

257Né le 2 août 1941 à Arpheuilles (Indre).

258Titulaire de deux certificats d’études supérieures de lettres et diplômé de Cambridge.

259Il débute sa carrière comme attaché de préfecture, 1er novembre 1966. Le 1er janvier 1977, il est promu attaché principal. Il est ensuite chargé des fonctions de directeur de cabinet du préfet de la Haute-Loire, 1er décembre 1978, puis chargé des fonctions de directeur du cabinet du préfet de l’Eure, 6 octobre 1980 ; directeur de préfecture, 8 janvier 1981 ; commissaire adjoint de la République de l’arrondissement de Gourdon, 20 septembre 1982 ; commissaire adjoint de la République de l’arrondissement d’Oloron-Sainte-Marie, 29 novembre 1984 ; secrétaire général de la préfecture de la Creuse, 8 décembre 1986 ; détaché administrateur civil au ministère de la Défense, chargé des Affaires Civiles auprès du général commandant la 5e région de Lyon (mobilité), 12 septembre 1988 ; sous-préfet de Guingamp, 12 septembre 1990.

Sous-préfet de Cholet, 17 décembre 1993 - 25 mai 1998.

260À cette date, il est nommé sous-préfet de Compiègne.

261Il est chevalier de l’Ordre national du Mérite.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search