Version classiqueVersion mobile

Les préfets de Maine-et-Loire

 | 
Jean-Luc Marais

Première partie. Dictionnaire du personnel préfectoral du département du Maine-et-Loire

Les sous-préfets de Baugé

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Lemaignan de boiserie (Louis Antoine)

1Né à Baugé le 24 août 1747 et mort le 5 février 1835. Il a épousé Françoise Sophie Poulet, et en secondes noces, Henriette Eulalie Lenoir de la Motte.

2Il est maître particulier de la maîtrise de Baugé quand éclate la Révolution. Il devient alors administrateur du district puis commissaire du gouvernement près le tribunal correctionnel de Baugé.

Sous-préfet de Baugé, 3 floréal VIII (23 avril 1800) - 2 thermidor XII (juin 1804).

3Il prend son poste après avoir prêté serment : « je promets d’être fidèle à la constitution », comme le feront tous les préfets et les sous-préfets, quelque soit le régime politique, jusqu’en 1870. Tenu en estime par le préfet, il donne sa démission en 1804 pour raison de santé.

4Il se présente aux élections législatives à Baugé le 14 août 1815 mais sans succès.

5F1bI 156/29. AD 2M12.

Duclaux (Augustin)

6Né à Tulle (Corrèze) le 18 mars 1764 de Pierre Gabriel, membre du conseil d’arrondissement puis conseiller de préfecture de Cahors, et de Catherine Marie Duclaux. Il a eu deux enfants, mais on le sait veuf en 1830. Il est décédé le 6 janvier 1850.

7Il apparaît, selon la terminologie du siècle dernier, dans « la vie publique » le 17 juillet 1789, comme membre de la Garde parisienne. Il était destiné à la magistrature mais les événements vont en décider autrement. Un an plus tard, il est élu député de la Corrèze. Il devient alors contrôleur du timbre extraordinaire dans le département de la Corrèze. Parallèlement, en 1793, il s’engage comme chasseur à cheval dans l’armée révolutionnaire du Rhin puis il est adjoint aux adjudants généraux de l’armée des Pyrénées occidentales. Capitaine du 12e régiment de hussards, il démissionne à l’époque où le corps est dirigé vers la Vendée. Le 6 floréal VIII, il est nommé secrétaire général de la préfecture de la Gironde ; puis sous-préfet de Lesparre, 2 fructidor X.

Sous-préfet de Baugé, 2 thermidor XII - 30 juin 1808.

8En 1808, une lettre de Bourdon de Vatry au ministre de l’Intérieur fait l’éloge des compétences de Duclaux.

9À cette date, il est élu député de Maine-et-Loire au Corps législatif. Le 8 avril 1813, il est nommé sous-préfet de Marennes, mais il démissionne le 20 mai 1815. Il est ensuite payeur du département du Var puis du Puy-de-Dôme, entre janvier 1816 et juillet 1821 ; secrétaire général du Haut-Rhin, 7 septembre 1828 ; secrétaire général de Maine-et-Loire, 16 juin 1831. Il occupe ce poste jusqu'à la date de sa suppression, 30 avril 1832. Il était officier de la Légion d’Honneur.

10F1bI 158/31.

Duranteau (Pierre Louis)

11Né à Bordeaux en 1766 de Joseph, avocat, et de Marie Anne Pauline de Kates. Il s’est marié le 14 frimaire an VI avec Elisabeth Jehard, dont il eut deux enfants. Il est décédé le 7 décembre 1810.

12Il entre dans les bureaux de l’administration centrale de Bordeaux lors de la création des districts, en germinal an II. En 1808, on sait qu’il est chef de la comptabilité après de nombreuses années de service.

Sous-préfet de Baugé, 14 mars 1808 - 7 décembre 1810.

13Il est mort en fonction à Baugé et le préfet Hély d’Oissel déplore sa perte auprès du ministre de l’Intérieur.

14F1bI 158/39.

Perrin du Lac (François Marie)

15Né à Anzy le 23 décembre 1767 et mort le 12 juillet 1824.

16Il commence sa carrière comme sous-préfet de Sancerre, 25 mars 1807.

Sous-préfet de Baugé, 19 mai 1811 - 6 avril 1815 et 25 juillet 1815 - 2 août 1815.

17Il prend son poste après plusieurs mois d’intérim exercé par Bardet-Fillon et par Lofficial, qui se trouvera nommé à ce même poste quelques dizaines d’années plus tard. Le 6 avril 1815, Perrin du Lac, fervent royaliste, est révoqué pour « provocation à la guerre civile » car il appelait à résister aux bonapartistes. C’est à nouveau Bardet-Fillon, secrétaire de la sous-préfecture, puis Lofficial, qui assurent alors l’intérim. Perrin du Lac part pour Paris et ne revient à Baugé que le 25 juillet, où il est acclamé. Il occupe le poste pendant un mois et apprend très vite son déplacement et la nomination de son successeur.

18Il est ensuite sous-préfet de Rambouillet et meurt en fonction.

19AD 2M12.

Persac (Charles Thibault)

20Né le 14 novembre 1781 à Saumur, il était marié et eut trois enfants. Il est mort à Saumur en 1854.

21D’abord percepteur à Montsoreau et à La Plaine, il est adjoint à la mairie de Saumur en 1810 et nommé maire en 1813.

Sous-préfet de Baugé, 15 août - 19 décembre 1815.

22Il est ensuite maire de Brain-sur-Allonnes, 1821-1823, à nouveau maire de Saumur, 1823-1827 et membre du conseil d’arrondissement de Saumur, 1825-1833.

23F1bI 170/10.

D’Heseque de France (Félix Charles Alexandre Francois)

24Né le 31 juillet 1774 à Radinghem (Pas de Calais), il était célibataire. Il est décédé le 25 août 1835.

25Page du roi sous l’Ancien Régime, il émigre pendant la Révolution. Pendant l’Empire, il est maire et membre du collège électoral de Doullens.

Sous-préfet de Baugé, 19 décembre 1815 - 14 août 1830.

26Resté en poste à Baugé pendant toute la durée de la Restauration, il est destitué par le nouveau régime issu de la Révolution de Juillet 1830.

27Il est renommé le 7 août 1833, comme sous-préfet de Saint-Sever. Il est mort en fonction. Il était chevalier de l’Ordre de Saint-Louis.

28F1bI 162/5.

Berger-Lointier (François)

29Né le 24 juillet 1797 à Durtal, mort en 1879. En 1822, il épouse à Angers Rosalie Lointier dont il eut deux enfants.

30Avant d’entrer dans l’administration, il exerce la profession d’avocat.

Sous-préfet de Baugé, 14 août 1830 - 20 septembre 1833.

31À cette date, il est déplacé de manière autoritaire par le gouvernement. Le préfet s’en plaint vivement auprès du ministre de l’Intérieur et avoue ne pas connaître les motifs de cette mesure. Berger-Lointier appartenant à une famille influente et fidèle à la monarchie, le préfet craint que cela ne porte à conséquence pour les prochaines élections dans l’arrondissement.

32Il est ensuite nommé sous-préfet de Saint-Claude. Il reste à ce poste jusqu’en 1834. Il fut conseiller général du Lion d’Angers entre 1842 et 1848, conseiller général de Durtal, 1842-1848, conseiller général, 1848-1870 et maire de Briollay, 1837-1878. Il était chevalier de la Légion d’Honneur.

33F1bI 156/17. AD 2M12.

Moreau (Joseph)

Sous-préfet de Baugé, 7/22 août 1833 - 7 mars 1846.

34Il était auparavant sous-préfet de Segré. On trouvera sa notice avec celles des sous-préfets de Segré.

35F1bI 167/30.

Daligny (Maurice Victor)

Sous-préfet de Baugé, 7 mars 1846 - 24 février 1848.

36Il vient de Segré, et l’on trouvera sa notice parmi celles des sous-préfets de cet arrondissement.

37F1bI 158/1.

Lofficial (Jacques)

38Né le 3 avril 1777, fils d’un futur conventionnel, il a été élève de Polytechnique. Il est mort au Vieil-Baugé le 5 mars 1855.

39Il commence sa carrière comme juge suppléant au tribunal de première instance d’Angers, puis juge au tribunal de Baugé à partir de 1806. En 1815, il assure l’intérim à la sous-préfecture de Baugé, sollicité par les habitants de Baugé. Il subit des tracasseries pour son opposition sous la Restauration. Il est notamment traduit devant une cour prévôtale. Il espérait être nommé à Baugé en 1830, mais un malentendu empêcha cette nomination. Il devient alors membre du conseil d’arrondissement de Baugé et membre du Conseil général ; maire de Vieil-Baugé, 1841-1848.

Sous-commissaire du gouvernement de Baugé, 24 février 1848, sous-préfet de Baugé, 9 août 1848 - 7 février 1850.

40Choisi par Bordillon en février, il est confirmé en août à cette fonction par le gouvernement. Bordillon l’avait chaudement recommandé, dans un style semi-télégraphique : « […] Relations agréables avec ses maires, réservées avec le curé de Baugé, plus officielles que cordiales avec les chefs du parti légitimiste. Beau-père de deux gendres très autorisés, l’un à Angers, l’autre à Saumur. Conduite privée irréprochable. Par traditions, par intérêts et habitudes de toute sa vie conservateur-libéral, centre gauche 1847. Très considéré même de ses adversaires. Très influent sur toute la partie patriote de la population. Il n’a de défaut que son âge, dont la vigueur d’esprit n’accuse, au reste, aucune atteinte […] ».

41Révoqué en 1850, il écrit au préfet pour solliciter son appui pour la Légion d’Honneur. Il espère obtenir cette décoration car il ne veut pas que cette révocation soit perçue publiquement comme une disgrâce. Il est mort sans avoir obtenu la décoration.

42F1bI 166/34. AD 2M12.

De Beaumont (Athanase Édouard)

43Né le 24 octobre 1815 à Laignes (Côtes d’Or). Son père était percepteur receveur à Laignes. Destitué par la Restauration, il vécut de ses rentes. Il s’est marié à la petite fille d’un lieutenant général de l’Empire, baron du Verger. Ils eurent deux enfants.

44De 1841 à 1848, il est secrétaire particulier et chef de cabinet du préfet des Basses-Pyrénées. En mai 1848, il est nommé sous-commissaire du gouvernement puis sous-préfet d’Orthez le 23 juillet 1848.

Sous-préfet de Baugé, 7/28 février 1850 - 20 septembre 1870.

45Il est resté à ce poste pendant tout le Second Empire, alors qu’il manifeste plusieurs fois son désir d’être affecté à une sous-préfecture plus importante. Il est cependant élevé à la 1re classe en 1868.

46Il est relevé de ses fonctions, et nommé sous-préfet de Bergerac en 1871. Il prend sa retraite le 8 mars 1878.

47F1bI 156/11.

Benoist (Albert Mathurin)

48Né le 11 juin 1842 à Saint-Mathurin sur Loire, il est mort à Angers le 2 septembre 1910.

49Clerc de notaire à Angers, il ne songeait guère à la politique, mais était ami d’Allain-Targé.

Sous-préfet de Baugé, 20 septembre 1870 - 15 avril 1871.

50C’est son amitié avec Allain-Targé qui lui permit d’être nommé à ce poste. Il est révoqué pour la même raison.

51Dès 1871, il est élu conseiller général du canton de Baugé, jusqu’en 1895. En 1876, il est député de l’arrondissement de Baugé et le restera jusqu’en 1885. Il était membre de la commission des hospices d’Angers.

52F1bI 156/16.

Ferriere (René Victor)

53Né le 9 mars 1920 à Baugé, de René et de Marie Victorine Guillot de la Houssaye. Il a épousé Louise Eulalie Juchereau. Il est mort le 20 août 1907.

54Il entre dans la vie publique comme maire du Vieil-Baugé, 1848-1855 puis de Baugé, 1855-1860 et 1870-1871. C’est à ce poste que les Baugeois garderont un souvenir de René Victor Ferrière, car il avait, d’après le Petit Courrier, « commencé l’embellissement de la ville ». Il est d’abord sous-préfet de Baugé par intérim, 19 avril 1871, puis nommé à titre définitif.

Sous-préfet de Baugé, 19 avril 1871 - 16 octobre 1873.

55Il a démissionné.

56F1bI 160/05. AD 2M12.

Leroy de la Briere (Léon Albert Marie)

57Né à Bordeaux le 14 janvier 1845. Mort à Vif (Isère) en 1899.

Sous-préfet de Baugé, 16 octobre 1873 - 15 octobre 1875.

58En 1874, il participe aux côtés de Mgr Freppel à la pose de la première pierre de l’Institution Saint-Joseph à Baugé. Une discussion s’élève entre les deux hommes au sujet de la bulle latine de cette cérémonie : le sous-préfet demande que l’on ajoute un épithète flatteur au Duc de Mac-Mahon, qui dirige alors le pays. Mgr Freppel réclame que l’on appose « revisibilem » – révisable, comme pour la constitution – au mot « republicam » présent dans la bulle. Le sous-préfet doit accepter le compromis.

59Il est ensuite nommé sous-préfet de Vitré. Il est ensuite sous-préfet de Gaillac, 31 mai 1877, et révoqué le 23 décembre 1877.

60F1bI 166/29.

De Joly (Alfred Desire)

61Né le 2 juillet 1839.

62Il commence sa carrière le 23 novembre 1855 comme conseiller de préfecture du Jura. Il est ensuite conseiller de préfecture et secrétaire général d’Indre-et-Loire, 26 mars 1859 ; sous-préfet de Mauriac, 28 mai 1861 ; de Chinon, 11 mars 1864 ; de Doullens, 28 février 1866 ; de Chateaugontier, 6 août 1868 ; de Marennes, 23 octobre 1869 ; de Brignoles, 16 mars 1870. Il démissionne le 5 septembre 1870. Le 1er juin 1871, il est nommé sous-préfet de Saint-Calais.

Sous-préfet de Baugé, 15 octobre 1875 - 24 mai 1876.

63Il est ensuite sous-préfet de Rethel, 24 mai 1876 et de Château-Thierry, 30 décembre 1877. Il est remplacé le 3 septembre 1879.

64F1bI 164/5.

Bucailles de Litinières (Charles)

65Né le 22 avril 1844.

66Il est d’abord conseiller de préfecture de l’Ariège, 2 février 1870 ; puis de Lozère, 9 octobre 1870 ; de la Vienne, 7 novembre 1870 ; secrétaire général des Deux-Sèvres, 14 avril 1871 ; sous-préfet de Domfront, 7 juin 1873.

Sous-préfet de Baugé, 24 mai 1876 - 24 mai 1877.

67Il devient alors sous-préfet de Barbezieux et demande sa mise en disponibilité en décem-bre 1877.

68F1bI 156/49.

De Clebastel (Lucien)

69Né le 12 octobre 1842.

70Il est d’abord conseiller de préfecture du Jura, 15 mai 1874 ; conseiller de préfecture du Loiret, 24 mai 1876.

Sous-préfet de Baugé, 24 mai 1877 - 15 décembre 1877.

71Il a donné sa démission.

72F1bI 157/25.

Gerodias (Eugène François)

73Il est né le 22 décembre 1845 et mort le 29 janvier 1887.

Sous-préfet de Baugé, 30 décembre 1877 - 6 novembre 1881.

74Il est ensuite sous-préfet de Morlaix, mais nous ignorons la suite de sa carrière.

75F1bI 341.

Chevalier (Anatole Léon)

76Né le 20 mars 1853 à Tours. Il était célibataire.

77Bachelier ès lettres et sciences, il commence sa carrière comme secrétaire particulier des préfets d’Indre-et-Loire, Alpes-Maritimes et Gironde, entre août 1872 et mai 1877. Il est ensuite chef de cabinet des préfets de la Vienne puis de la Meurthe-et-Moselle.

Sous-préfet de Baugé, 6/19 novembre 1881 - 12 février 1890.

78Resté près de dix ans à Baugé, ce poste marque la fin malheureuse de sa carrière. En effet, le 30 janvier 1890, il est interné à l’asile psychiatrique de Sainte-Gemmes. Cette affaire fit grand bruit dans les journaux à l’époque, les uns invoquant une « crise passagère », un « accès de folie », et les autres un « délire de persécution ». Le sous-préfet aurait été arrêté à Angers, place de la Madeleine, après avoir crié « Constans veut me tuer ». Constans était le ministre de l’Intérieur. Le journal Le Ralliement affirme que Chevalier était la victime des attaques des chefs républicains de Baugé. Ces derniers virent d’un très bon œil l’arrivée d’un nouveau sous-préfet, réputé « républicain sincère et sachant rallier tous les partis ».

79AD 2M12.

Cordelet (Louis Henri)

80Né le 6 juin 1864 au Mans de Louis Auguste, avoué, maire, président du Conseil général de la Sarthe, sénateur (gauche républicaine), et de Marie Louise Lébert. Il était célibataire. Il est mort à Villiers-sous-Mortagne (Orne) le 6 décembre 1952.

81Il effectue ses études secondaires aux lycées du Mans et à Louis-le-Grand à Paris. Il commence sa carrière en 1887 comme chef de cabinet de la Marne.

Sous-préfet de Baugé, 12/17 février 1890 - 6 janvier 1897.

82Après le tragique événement subi par son prédécesseur, son arrivée est bien accueillie. Dans une lettre de 1898 adressée au ministre de l’Intérieur, le député Coudreuse fait l’éloge de l’action du sous-préfet en faveur du camp républicain dans son arrondissement : « En se rendant dans nos communes, en se mettant souvent en contact avec nos municipalités, il a joué sur les maires une influence qu’il exerce au mieux des intérêts de la République. Il a d’autant plus de mérite qu’à son arrivée dans l’arrondissement, les réactionnaires étaient tout puissants et les républicains profondément divisés ».

83Il est ensuite sous-préfet de Vendôme, 13 juin 1897 ; de Saumur, 31 mai 1902. Le 30 juillet 1906, il est nommé préfet de la Mayenne. Il est fait chevalier du Mérite agricole en 1903 et préfet honoraire en 1911. Il devient ensuite trésorier-payeur-général. de Seine-et-Marne, 23 mai/1er juillet 1911 et prend sa retraite le 1er juillet 1918.

84F1bI 459. SAEF 1C 7536.

Dumoulin (Jean)

85Né le 25 août 1856 à Hennebont (Morbihan) et mort à Baugé en 1898, il était marié et père de deux garçons.

86Titulaire d’une licence en droit, il est d’abord chef de cabinet du préfet de Corse en 1884 ; de l’Oise en 1885 ; conseiller de préfecture de la Corrèze, 15 mars 1881 ; de la Nièvre, 5 mars 1887 ; vice-président du conseil de préfecture de la Nièvre, 25 juillet 1890 ; conseiller de préfecture de l’Aisne, 8 juin 1891 ; conseiller de préfecture de Maine-et-Loire, 31 décembre 1892.

Sous-préfet de Baugé, 6 janvier 1897 - 19 juillet 1898.

87Il est mort en fonction.

88AD 2M12.

Guillemot (Georges André)

89Né le 6 juin 1862 à Paris.

90Licencié en droit, il est d’abord chef de cabinet du préfet du Rhône. Il est nommé sous-
préfet de Murat le 6 janvier 1897.

Sous-préfet de Baugé, 19 juillet 1898 - 1er avril 1904.

91Il est ensuite secrétaire général de Charente-Inférieure ; des Pyrénées-Orientales, 13 mai 1908 ; sous-préfet d’Argentan, 10 juin 1909 ; de Tournon, 16 mai 1912. Il l’est encore en 1914, puis il disparaît des Annuaires du corps préfectoral.

92AD 2M12.

Lamy-Boiroziers (Jean Joseph)

93Né à Limoges (Haute-Vienne) le 17 novembre 1866 d’Hippolyte Chiboys, marchand de bois, proscrit du 2 décembre 1851 et de Marie Anne Lamy Boiroziers, il était célibataire. Par un décret du 5 mars 1898 et jugement du tribunal civil de Limoges du 8 juin 1899, il fait remplacer son nom de Chibois par Lamy-Boiroziers.

94Après des études à l’Institut national agronomique de Paris, il devient ingénieur agronome. Le 16 juillet 1895, il est nommé attaché au cabinet du préfet de la Haute-Vienne. Il est ensuite chef de cabinet du préfet du Gard, 25 juillet 1898 ; de l’Oise, 5 février 1900 ; de Regnault, préfet de la Charente, 16 août 1901 ; de la Charente-Inférieure, 1er octobre 1902.

Sous-préfet de Baugé, 16 mars 1908 - 9 avril 1911.

95Il devient alors secrétaire général de Maine-et-Loire ; du Rhône pour la police, 20 octobre 1911. Il est promu préfet de la Haute-Saône pour la durée de la guerre, 7 avril 1917 et à titre définitif le 2 janvier 1918 ; de Saône-et-Loire, 10 janvier 1919 ; de Constantine, 22 octobre 1920. Il est prend sa retraite comme préfet honoraire le 14 avril 1927. Officier de la Légion d’Honneur.

96F1bI 3294. CAOM 1G 1492.

Gaussorgues (Louis André)

97Né le 9 octobre 1879 à Sommière (Gard).

98Il obtient un doctorat en droit et devient avocat.

99Le 1er novembre 1903, il est nommé conseiller de préfecture du Gard, puis il est sous-
préfet de Saint-Pons, 8 juillet 1907.

Sous-préfet de Baugé, 9 avril 1911 - 15 juillet 1914.

100À cette date, il devient sous-préfet de Castelsarrasin, mais dès le 8 octobre suivant, il est mobilisé. Au sortir de la guerre, le 3 mars 1919, il est nommé sous-préfet de Bernay. Le 24 octobre 1915, il est promu préfet de l’Ariège ; préfet du Cantal, 4 février 1916 ; préfet de l’Aisne, 19 mai 1929. En 1933, il devient préfet de Charente-Inférieure. Il était chevalier de la Légion d’Honneur.

101F1bI 702 et 1075. AD 2M12.

Vanney (Albert)

102Nous ne connaissons pas sa date de naissance. Il est décédé le 9 novembre 1914 à Amiens, après un accident d'automobile.

103Il commence sa carrière en 1912, comme sous-préfet de Mortagne.

Sous-préfet de Baugé, 15 juillet - 10 octobre 1914.

104À cette date, il est mobilisé comme aide-major vétérinaire de réserve, peu de temps avant son décès accidentel.

105AD 2M12.

Hervieu (Henri)

106Né à Coutances le 26 décembre 1869.

107Il est d’abord avocat à la Cour de Paris puis attaché au cabinet du ministre du Commerce. Il est nommé conseiller de préfecture de la Haute-Marne, 3 juin 1904 ; de l’Eure-et-Loire, 30 juin 1906 ; des Côtes du Nord, 6 février 1909 ; sous-préfet de Nérac, 30 juillet 1912. Au début de l’année 1914, on le sait sous-préfet de Vitré, puis secrétaire général des Deux-Sèvres.

Sous-préfet de Baugé, 10 octobre 1914 - 15 janvier 1915, nommé pour la durée de la guerre.

108À cette date, il est nommé sous-préfet de Lannion.

109AD 2M12.

Vignon (Pierre)

110Il est né le 20 juillet 1870 à Montcorbon (Loiret).

111Diplôme de l’École libre des Sciences politiques, il commence sa carrière comme administrateur adjoint de commune mixte en Algérie, entre 1895 et 1912. Le 21 février 1912, il est nommé conseiller de préfecture de l’Yonne. Le 2 août 1914, il est appelé sous les drapeaux.

Sous-préfet de Baugé, 20 février/1er mars 1915 - 15 novembre 1915, pour la durée de la guerre.

112À cette date, il est mis à la disposition du Résident général de France au Maroc comme lieutenant de réserve d’infanterie. Le 10 septembre 1919, il est nommé sous-préfet d’Arcis-sur-Aube ; puis de Joigny, 22 octobre 1920 ; de Miliana, 8 septembre 1923. Il restera au moins dix ans à ce poste. En 1927, il est fait chevalier de la Légion d’Honneur.

113AD 2M12.

Onfroy (Eugène)

114Né le 4 juin 1880 à Brest, il a épousé Anne Mancier dont il eut un enfant.

115Il obtient une licence de droit. Le 1er octobre 1904, il est nommé sous-chef de cabinet du préfet de Seine-et-Oise. Il est ensuite conseiller de préfecture des Ardennes, 8 avril 1908 ; du Finistère, 22 décembre 1908 ; sous-préfet de Saint-Calais, 4 octobre 1914.

Sous-préfet de Baugé, 4/18 janvier 1916 nommé pour la durée de la guerre, puis à titre définitif, 19 avril 1918 - 1er mai 1920.

116Il est ensuite sous-préfet de Saint Brioude puis il disparaît de nos sources.

117AD 2M12.

defosse (Jean Ludovic Albert)

118Né le 26 mai 1881 à Rosendaël (Nord).

119Licencié en droit, il fut répétiteur de collège (1902-1905) avant de devenir avocat au barreau de Lille en 1905. Le 24 avril 1915, il est nommé conseiller de préfecture du Finistère pour la durée de la guerre ; de Maine-et-Loire, 27 janvier 1916 ; de Mortain, 18 avril 1917 ; secrétaire général des Ardennes, 8 août 1918.

Sous-préfet de Baugé, 22 octobre 1920 - 16 juillet 1921.

120Il est alors nommé secrétaire général de Maine-et-Loire. Le 2 mai 1923, il est nommé sous-préfet de Lure, puis sous-préfet de Redon, 20 novembre 1926.

Giraud (Joseph Antoine Jean Camille)

121Né à Bellac (Haute-Vienne) le 22 février 1893 d’Antoine, instituteur, et de Marie Ciouffre. Il est marié le 28 octobre 1916 à Marguerite Lauterie dont il eut un enfant. Il est décédé à Vieille-Brioude (Haute-Loire) le 3 février 1985.

122Licencié en droit, il commence sa carrière en octobre 1911 comme secrétaire de la sous-préfecture de Saint-Yrieix. Il est ensuite rédacteur à la préfecture de la Haute-Vienne, 1er novembre 1911 ; attaché au cabinet du préfet, 2 août 1914 ; chef de cabinet du préfet du Loiret, 1er septembre 1916 ; sous-préfet de Blaye, 26 septembre 1918.

Sous-préfet de Baugé, 16 juillet/10 août 1921 - 5 juin 1923.

123À cette date, il est nommé secrétaire général de Maine-et-Loire. Le 16 juillet 1932, il est appelé à d’autres fonctions et devient contrôleur des Habitations Bon Marché au ministère du Travail. Le 28 mai 1935, il est nommé préfet des Hautes-Alpes, mais maintenu en service détaché auprès du ministre de la Santé publique. Nommé préfet de la Charente le 19 octobre 1937, il est remis à la disposition du même ministre et maintenu en service détaché comme contrôleur des HBM. Le 27 août 1939, il est détaché au ministère de l’Armement comme inspecteur général adjoint de la main d’œuvre. Il est remplacé le 9 mai 1940. Le 27 mars 1940, il avait été nommé directeur de cabinet du ministre, M. Roy. Le 15 mai 1940, il est nommé directeur des affaires départementales de la Seine, avec un statut de détaché. Le 26 août 1944, il est suspendu de ses fonctions et remis à la disposition de son administration d’origine. Interné au camp de Drancy le 1er septembre 1944, il est révoqué le 2 juin 1945. Il avait obtenu la Légion d’Honneur en 1935.

124F1bI 775 et 1077. AJ40 542/3.

Gardas (Émile Auguste)

125Né à Nantua (Ain) le 25 janvier 1893 de Jean-François, avocat et conseiller général, et de Marie Joséphine Laure Martin. Le 16 juillet 1932, il épouse à Moulins Jeanne Damour, fille d’un avoué, avocat de Moulins. Il eurent une fille et un fils.

126Il obtient sa licence de droit en juillet 1914 et est aussitôt mobilisé. Il sera sous les drapeaux jusqu’en 1919, comme capitaine d’artillerie. Le 4 novembre 1919, il est nommé conseiller de préfecture de l’Ain. Le 26 février 1921, appelé sur sa demande à d’autres fonctions, il devient chef de cabinet du préfet de la Saône-et-Loire. Il est ensuite conseiller de préfecture de l’Allier, 10 septembre 1922 ; du Finistère, 3 novembre 1922.

Sous-préfet de Baugé, 5/21 juin 1922 - 15 novembre 1923.

127Ensuite, il est sous-préfet de Gannat ; rattaché à la préfecture de l’Allier, 22 septembre 1926 ; sous-préfet de Lapalisse, 9 août 1930 ; d’Aubusson, 19 janvier 1934 ; de Roanne, 15 novem-bre 1934 ; de Langres, 30 octobre 1940 ; de Valenciennes, 10 août 1941 ; préfet de l’Yonne, 12 septembre 1942. Suspendu de ses fonctions le 17 novembre 1944 à compter du 18 août, il est placé en retraite d’office le 20 mai 1945. L’honorariat lui fut refusé en octobre 1958 et en février 1961. Il a été décoré de la croix de guerre 14-18.

128F1bI 1074. AJ40 541/2 et 542/1.

De Lacour (Gaston Albert André)

129Né le 3 avril 1884 à Mantes-sur-Seine.

130Il entre dans l’administration après avoir obtenu un baccalauréat ès lettres. De 1904 à 1920, il occupe différents postes dans l’administration des finances. Le 1er octobre 1919, il est sous-chef de l’Office des biens privés et attaché à l’ambassade de France à Berlin. Le 3 octobre 1922, il est nommé sous-préfet d’Ussel.

Sous-préfet de Baugé, 15 novembre 1923 - 1er novembre 1924.

131Il est ensuite sous-préfet de Trévoux, 11 octobre 1924 ; rattaché à la préfecture de l’Ain, 22 septembre 1926 ; sous-préfet de Sens, 14 juin 1927 ; de Tlemcen, 11 juillet 1930 ; de Mascara, 6 décembre 1934 ; de Château-Chinon, 14 novembre 1935, après quelques mois de disponibilité ; de Villeneuve-sur-Lot, 9 mai 1936 ; de Saint-Omer à titre temporaire, 5 juin 1940. Vraisemblablement, il quitte l’administration peu de temps après car il disparaît des annuaires du corps préfectoral.

Mayade (Armand Louis)

132Né le 20 juillet 1893 à Paris, il était marié.

133Diplôme de l’École libre des Sciences politiques, il devient chef de cabinet du préfet des Landes le 1er août 1914. Mais quelques jours plus tard, il s’engage volontairement dans l’armée, jusqu'à la fin de la guerre. Le 10 mars 1922, il réintègre l’administration comme chef de cabinet du préfet de la Charente-Maritime.

Sous-préfet de Baugé, 1er novembre 1924 - 30 janvier 1925.

134À cette date, il est nommé sous-préfet d’Ancenis. Il est ensuite rattaché à la préfecture de Loire-Inférieure, 22 septembre 1926 ; d’Indre-et-Loire, 7 août 1927 ; secrétaire général de la Creuse, 9 août 1929 ; sous-préfet de Largentière, 8 mars 1937 ; de Dinan, 18 janvier 1940 ; intendant de police de la région de Montpellier, 16 septembre 1942 ; de Clermont-Ferrand, 19 octobre 1943. Il a sans doute été destitué à la Libération, car nous n’avons plus de traces.

Mauleon (Pierre)

135Né le 8 février 1895 à Marennes (Charente-Maritime), il était marié et père d’un enfant.

136Il obtient une licence de droit, peu de temps avant que la première guerre mondiale n’éclate. Le 10 février 1916, il est appelé sous les drapeaux. Le 19 juillet 1919, il est nommé chef de cabinet du préfet de l’Ardèche ; conseiller de préfecture de l’Orne, 16 janvier 1920 ; conseiller de préfecture de la Manche, 8 septembre 1923.

Sous-préfet de Baugé, 30 janvier 1925 - 22 septembre 1926.

137Il est le dernier à avoir occupé ce poste. En effet, le décret du 10 septembre 1926 a supprimé la sous-préfecture de Baugé. Les cantons de Beaufort, Durtal et Seiches sont rattachés à l’arrondissement d’Angers, et ceux de Baugé, Longué et Noyant à Saumur.

138Il est alors rattaché à la préfecture de Maine-et-Loire. Le 9 septembre 1929, il devient sous-préfet de Mirande, puis secrétaire général des Basses-Pyrénées, 30 août 1938 ; sous-préfet de Morlaix, 6 juin 1939 ; secrétaire général du Rhône, 25 septembre 1940 ; intendant de police de la région de Lyon, 6 mai 1941 ; sous-préfet de Châlon-sur-Saône. Le 10 mai 1944, il est mis en disponibilité, et ne sera pas réintégré.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search