Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

Conclusions

Jacqueline Sainclivier et Christian Bougeard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La diversité et la richesse des études du présent ouvrage consacré aux rapports de la Résistance et de la société française, pendant et après la guerre, permettent de dégager quelques lignes de forces. Elles éclairent des aspects encore mal connus de cette période et surtout ouvrent de nouveaux champs de recherche prometteurs.

2En premier lieu, l'histoire militaire n'étant plus très en vogue, les enjeux stratégiques de la guerre sont éclairés par la confrontation des sources françaises (les archives du BCRA) et des sources britanniques et américaines. Deux problèmes majeurs se dégagent : celui de l'articulation entre la Résistance intérieure et la Résistance extérieure d'une part, celui de la place de la (des) Résistance(s) française(s) dans la stratégie alliée d'autre part. Ces interrogations reviennent à préciser, par delà la diversité, le cloisonnement, l'opacité et les enjeux de pouvoir des organisations (de l'intérieur et de l'extérieur), comment la Résistance française dans son ensemble a été prise en compte par les Alliés anglo-saxons dans la préparation du débarquement.

3Renouvelant l'approche de l'histoire de la Résistance française, Dominique Veillon et Laurent Douzou nous appellent à surmonter la coupure, voire la dichotomie qui existe aujourd'hui dans l'étude des deux mondes résistants, de l'intérieur et de l'extérieur. L'unification, d'ailleurs incomplète de ces deux mondes qui se connaissaient mal, ne se fit qu'à l'issue d'un long cheminement, entrepris avec l'établissement tardif (fin 1941) de relations souvent conflictuelles (envoi des missions Morandat et Moulin en France). Jusqu'alors, on s'attachait surtout à l'un ou l'autre versant, mais sans une étude dynamique de la construction de relations qui doivent tenir compte des perceptions des uns par les autres. En proposant une « nouvelle grille de lecture », il ne s'agit rien de moins que de « penser autrement qu'on ne le faisait les relations historiquement construites des deux résistances », en dépassant les visions mythiques construites a posteriori.

4D'un autre point de vue, celui des Alliés, et sous un autre angle, la vision des services secrets et des politiques, Steve Weiss analyse dans une étude très dense la place et la prise en compte tardive et partielle des Résistances françaises par les Alliés anglo-saxons dans les plans des débarquements de Normandie et de Provence. D'une certaine manière, il confirme, avec les sources américaines, la vision que les Résistants de l'intérieur ont eue, concernant la méfiance des services secrets alliés à leur égard. L'explication tient à plusieurs facteurs : les fluctuations de la politique étrangère américaine jouant successivement la carte de Vichy, puis de Darlan et de Giraud en Afrique du Nord, pour contrer l'influence du général de Gaulle et celle de la France Libre ; l'ambivalence des relations Churchill-de Gaulle faites de nombreuses crises, et en dernier ressort l'alignement des Britanniques sur les Américains ; une mauvaise connaissance par les services secrets américains de l'état réel de l'opinion publique en France. Un rapport de 1943 n'affirme-t-il pas que « 95 % des Français sont anti-allemands mais que 95 % ne sont pas gaullistes » !

5Mais les Britanniques qui accordent une grande importance à la « guerre subversive » en Europe occupée, avec la création du SOE dès juillet 1940, ont une vision plus pragmatique de la situation. Repoussant, pour des raisons d'efficacité jusqu'au printemps 1944, l'unification de leurs services secrets avec l'OSS américain, les Britanniques s'efforcent de s'appuyer, pour le renseignement ou l'évasion d'aviateurs, sur des réseaux en France occupée. Mais dans les états-majors, la prise en compte dans la préparation des débarquements de l'apport de la Résistance intérieure n'est que partielle et très tardive. Tout au plus, s'agit-il d'un « bonus » sur lequel il ne faut pas compter dans une guerre classique. Aussi, en 1944, les parachutages seront-ils 13 fois plus importants dans les Balkans qu'en France. À Londres, il y a la volonté d'instrumentaliser la Résistance française, considérée au mieux comme une force d'appoint, sans lui reconnaître une réelle autonomie. Les Alliés s'opposent à une centralisation-unification de la Résistance, sans doute pour mieux la contrôler politiquement et militairement. Mais, après les débarquements, les FFI prendront toute leur place dans les combats de la Libération, ce que les chefs militaires Alliés reconnaîtront après coup. Pour Steve Weiss, en raison des préjugés des militaires, les Alliés se sont privés des moyens d'une Résistance militaire importante et assez efficace sur le terrain.

6Néanmoins, l'exemple de la Bretagne permet de mesurer l'intérêt stratégique de cette région maritime pour les Alliés. Dans la bataille pour la maîtrise des mers et la bataille de l'Atlantique, la guerre aérienne a eu son rôle à jouer. Roger Huguen examine la stratégie, les phases et les rythmes des bombardements britanniques sur les ports militaires et les bases sous- marines de Bretagne. De 1940 à 1942, et avec une efficacité très limitée, sauf pour quelques bateaux de guerre allemands endommagés à Brest en 1941, la RAF bombarde successivement Lorient, Brest et Saint-Nazaire avant de se tourner en 1943 vers l'Allemagne, puis de revenir aux bases sous-marines avec la technique du « tapis de bombes ». La population civile trinque quand les ports bretons sont soumis à « une tactique d'écrasement délibéré » pour des résultats dérisoires.

7Autre aspect méconnu, c'est celui de l'importance des côtes bretonnes pour les opérations maritimes britanniques, étudiées par Michel Guillou. Non seulement, la côte nord ouvrant sur la Manche présente un intérêt majeur pour la dépose et la récupération d'agents, mais elle fut la cible d'un mini-raid de commandos britanniques, dans la nuit du 11 au 12 novembre 1942 sur le sémaphore de Plouézec, près de Paimpol. Cette opération Fahrenheit s'inscrit dans cette « guerre subversive », voulue par Churchill, dirigée par lord Mountbatten, qui doit tester et harceler les Allemands pour mieux préparer le débarquement. Outre le fait que cette opération est restée inconnue pendant cinquante ans, elle est intéressante car elle traduit l'articulation, sans doute unique, entre les deux versants du même combat, mené par la Résistance intérieure et les Anglais. En effet, avec le vol des plans du sémaphore par un membre du réseau de renseignement, « la bande à Sidonie », et son évasion par mer en Angleterre, on y voit fonctionner la chaîne renseignement-évasion par mer-action.

8De même, à partir du 6 juin, la Bretagne constitue un enjeu de taille pour les Alliés, comme base arrière allemande de la bataille de Normandie. Ne faisant guère confiance aux capacités militaires des FFI bretons, les Alliés parachutent 4 types de missions (paras SAS du commandant Bourgoin, 11 équipes Jedburgh, un groupe opérationnel de l'OG 's et la mission Aloès) pour mettre en œuvre les sabotages et encadrer les maquis. Arthur Funk montre le rôle des deux premières catégories de missions dans l'armement des maquis et FFI de la région, lors d'une coopération qui s'avère efficace dans les combats de la Libération.

9Les relations entre l'Église, les catholiques et la Résistance constituent depuis l'origine un point nodal des recherches sur la Résistance ; les prises de position spectaculaires de la hiérarchie en tant que groupe ou d'évêques, pris isolément, renvoient par un jeu de miroir à l'attitude des catholiques collectivement ou individuellement, et cela dans un pays où la population est à plus de 90 % catholique (pratiquant ou non). De nombreux colloques antérieurs ont déjà labouré le terrain (Lille, Lyon, Grenoble). Sans innover fondamentalement, deux thèmes ont été privilégiés à Rennes : la notion de Résistance spirituelle en France et en Italie, et, les liens entre les militants des mouvements d'Action Catholique spécialisée et l'engagement dans la Résistance. Les communications et les débats ont montré des interprétations parfois fortement contrastées. En même temps à travers ces deux approches se retrouve le phénomène classique du Résistant ou de la Résistante qui dans ses réactions et ses choix est à la croisée du groupe et de l'individu comme le montre Patrick Cabanel pour les catholiques et les protestants dans les Cévennes.

10La réflexion sur la « Résistance spirituelle » entraîne une révision qui pour Étienne Fouilloux touche les deux termes de ce concept. Le terme de « spirituel », dans ce contexte, pose la question d'une éthique d'opposition, voire d'une théologie de l'opposition conduisant à la notion des « armes de l'Esprit ». Le terme de Résistance est tout aussi problématique. On peut aussi effectuer des distinctions entre les groupes officiellement non confessionnels c'est-à-dire des chrétiens dans la Résistance où la solidarité de la Résistance est plus forte que la solidarité chrétienne, ceux issus des mouvements catholiques (Action Catholique spécialisée, syndicalisme chrétien, etc.) où la solidarité chrétienne l'emporte, enfin un troisième ensemble se cantonne dans la Résistance spirituelle stricto sensu. Olivier Wieviorka, à la fois dans sa communication et dans le débat, nuance cette approche en considérant que Défense de la France par exemple fut une Résistance chrétienne et laïque. Les communications de Jean-Dominique Durand et de Jean-Louis Clément permettent d'aborder la comparaison avec la situation italienne. Jean-Dominique Durand montre en particulier comment l'épiscopat italien a pu se montrer le Defensor Civitatis, dressé contre l'occupant nazi et le fascisme de la République de Salò. La population alors en retient l'image d'une Église protectrice entre 1943 et 1945. Cette attitude est générale à de très rares exceptions près et explique le prestige et la confiance envers l'épiscopat en Italie ce qui fut déterminant dans l'après-guerre. À la différence de l'épiscopat français qui sort de la guerre contesté, y compris par les plus hautes autorités de l'État. Cette attitude différente explique aussi les divergences entre les historiographies française et italienne auxquelles s'attache Jean-Louis Clément en relation avec le concept de Résistance spirituelle.

11Cette notion de Résistance spirituelle et les liens avec la hiérarchie sont au cœur des interventions qui lient l'action résistante et l'engagement dans les mouvements d'Action Catholique spécialisée. Vincent Adoumié montre bien comment le vicaire général du diocèse d'Aire et de Dax a pu se trouver écartelé entre son évêque et ses jeunes de la JAC, comment ce sont ces derniers qui le poussent à agir dans le cadre de la Résistance organisée. Pour cet Ancien Combattant de 14-18, intégré dans la hiérarchie de l'Église, entrer dans la Résistance c'est désobéir, se rebeller ce à quoi sa formation antérieure ne l'avait pas préparé. C'est désobéir non seulement vis-à-vis de l'autorité civile, mais aussi vis-à-vis de l'autorité religieuse (différence fondamentale avec la hiérarchie italienne telle que Jean-Dominique Durand la présente) et c'est là que le bât blesse. Ce parcours à tâtons vers la Résistance organisée est exemplaire en ce qu'il révèle les pesanteurs sociologiques et temporelles d'une part, et, d'autre part le cheminement individuel et spirituel.

12Ce paradigme est encore plus significatif lorsqu'on observe les laïcs engagés dans les mouvements d'Action Catholique spécialisée et en particulier dans la JOC. Leur attitude, qu'ils soient responsables nationaux de la JOC en zone occupée ou militants ouvriers catholiques du Nord, est fonction d'un certain nombre de facteurs où l'ancrage sociologique, religieux, régional est essentiel. Comme le rappelle Michel Lagrée, les militants ouvriers catholiques, en moins d'une décennie, étaient devenus les interlocuteurs des évêques, bouleversant la hiérarchie sociale à une époque où la place dans la société est lourde de symboles, où la déférence n'est pas un vain mot. Or, c'est bien cet environnement culturel qui pèse lourdement sur les attitudes des uns et des autres, sur la difficulté à faire des choix. En effet, au début de l'occupation, la hiérarchie épiscopale est très solidaire du régime de Vichy, ce qui dans la zone occupée ne leur apparaît guère d'un grand secours, ni une grande avancée. D'emblée, les responsables nationaux de la JOC en zone occupée se situent en opposition avec l'occupation comme patriotes et avec le nazisme comme militants imprégnés de l'encyclique Mit brennender Sorge, mais ils sont confrontés à la volonté, voire à la nécessité de maintenir leur mouvement en vie ce qui ne peut se faire que dans des conditions de clandestinité, mais est-ce faire acte de Résistance ? On retrouve là tout le débat classique sur la définition même de la Résistance et les étapes qui conduisent à celle-ci, d'autant plus que pour la JOC cette affirmation de la double identité catholique et ouvrière correspond également au passage de l'esprit de conquête à celui de témoin engagé qui domine après la guerre, l'occupation étant un moment d'accélération dans cette évolution. Les conditions particulières de la zone occupée ont favorisé ce passage, à la différence de la zone sud où la JOC pouvait encore s'exprimer publiquement.

13À l'échelon régional, des repères culturels encore plus rigoureux provoquent les mêmes tâtonnements, d'ailleurs partagés par beaucoup de futurs Résistants et on retrouve les mêmes ambiguïtés ; l'exemple des ouvriers catholiques du Nord est révélateur. L'ancrage dans une région déjà occupée en 1914-1918, le poids de la condition ouvrière, le syndicalisme chrétien et le rapport à la foi chrétienne pèsent sur le choix de ces militants. Pour Diana Cooper-Richet et Guy Groux, ces militants, même en situation de rupture, sont partagés entre l'attitude de la hiérarchie catholique et leur refus d'une « légalité » insupportable pour des raisons patriotiques et républicaines. C'est pourquoi, ils en viennent à entrer « en résistance » à la fois pour des raisons régionales, mais aussi en raison de leurs habitudes d'action collective et de leurs conditions de travail. Cependant, ces raisons socio-culturelles sont communes aux ouvriers croyants et non croyants. À ces considérations communes, les ouvriers catholiques ajoutent le rejet du nazisme et une entrée en résistance au cheminement particulier. En effet, il semble bien qu'à la différence des communistes, le rôle des organisations collectives ait été moins important que le poids des déterminations individuelles, ce qui rejoint l'analyse d'Adoumié sur la solitude de l'abbé Bordes. Ce ne sont pas les organisations catholiques d'avant-guerre qui ont été en elles-mêmes l'élément de passage vers la Résistance ; comment auraient- elles pu l'être avec le maintien de liens officiels avec Vichy, restant ainsi dans la légalité de ce régime ? Ces choix individuels conduisent à une insertion dans de multiples réseaux ou mouvements de résistance et non dans un seul comme dans le cas des ouvriers communistes. En même temps, cet engagement entend se faire dans le respect d'un rapport à la foi qui exclut les pratiques « terroristes » et privilégient une résistance spirituelle, non violente ; dans ce milieu, l'action violente est marginale. A la lumière de cet exemple, d'autres questions méritent d'être posées : en a-t-il été de même dans des régions également fortement imprégnées de catholicisme comme la Bretagne et plus largement le grand Ouest ? A priori, le maillage catholique (enseignement, patronages, Action Catholique spécialisée, etc.) y est aussi dense et l'extrême diversité des réseaux et mouvements de résistance qui s'y sont implantés donnent les mêmes possibilités que dans le Nord. Les études faites jusqu'à présent sur ces régions n'ont pas abordé explicitement cette problématique culturelle et religieuse. Cependant, il semble bien que le choix de la non violence ne soit pas systématique de la part de ces militants catholiques. Pourquoi ? Est-ce parce qu'avant la guerre, l'action collective catholique associée à un milieu social déterminé est peu importante et n'entraîne pas de réactions communes sous l'occupation ? Est-ce parce que le phénomène de la clandestinité, la relative inorganisation des catholiques, ou plutôt, leur éparpillement (en partie pour des raisons sociologiques) dans de multiples organisations avant la guerre rendent impossible le « choix » d'une organisation de résistance non violente, en tout cas à milieu sociologique comparable ? Mais, d'autre part, peut-on comparer un milieu ouvrier catholique du Nord et celui de la Bretagne par exemple ? Cela veut-il dire que l'analyse pour le Nord ne peut se transposer ? Ou n'est-ce possible que dans des milieux catholiques sociologiquement très définis comme les ouvriers ou les patrons, mais, dans ce cas, qu'en est-il des agriculteurs ?

  • 1 Cf. Sainclivier (Jacqueline), La Résistance en Ille-et-Vilaine, 1940-1944, thèse de 3e cycle soute (...)

14Les hésitations, les passages ou transitions ménagés pour « entrer en résistance », quand on provient d'un milieu totalement ou partiellement flatté par le régime de Vichy, se retrouvent, accentués, dans le milieu agricole. Si l'approche sociologique de la Résistance n'est pas nouvelle1, le troisième axe du colloque centré sur les ruraux et la Résistance a permis à travers les communications et les débats d'affiner la définition de la Résistance et le rôle des agriculteurs.

15Afin d'analyser finement l'articulation entre le milieu rural et la Résistance, Jean-Marie Guillon fait ressortir l'importance de l'environnement culturel : le poids du passé politique et religieux, le conformisme du groupe, de la communauté qui n'a pas le même impact en zone d'habitat groupé ou en zone d'habitat dispersé. Toutes les contributions insistent sur la nécessité d'une chronologie fine, mais prennent conscience qu'il existe un « temps » spécifique à la Résistance et au Résistant, en prenant acte de la lente construction de la Résistance. Elle n'est pas sortie du cerveau de tel ou tel responsable de la Résistance sous forme d'un « prêt-à-agir », mais elle est un ajustement permanent aux nécessités du moment. En France, la Résistance est une construction ex nihilo ; sauf dans le Nord, il n'y a pas de longue tradition de résistance à l'oppresseur. Dès lors, aucune tentative de compréhension, d'explication de la Résistance ne peut se faire sans prendre en compte les tâtonnements de la construction de la Résistance tant à Londres qu'en France même avec des différences entre les zones nord et sud, même si la « démarcation » n'est pas systématique puisque partout, on retrouve les mêmes interrogations, les mêmes débats sur le type d'action à mener (propagande, sabotages, lutte armée, etc.), sur le type d'organisation.

16Ces hésitations, cette construction par à-coups expliquent que la Résistance ne présente pas un schéma de développement linéaire dans le temps et dans l'espace. Qu'il s'agisse de l'Aveyron, de la Franche-Comté ou de la Bretagne, il est acquis que la Résistance est d'abord urbaine ou liée aux installations militaires et se ruralise peu à peu suivant les voies de communication, la géographie (rôle des montagnes), la culture politique, ruralisation qui s'accélère en 1943. Ce passage d'une Résistance urbaine à une Résistance rurale est du à la fois à des facteurs exogènes (bombardements croissants sur les villes, densité d'occupation et répression accrue) et à des facteurs endogènes c'est-à-dire les besoins de la Résistance ce que François Marcot appelle le fonctionnalisme de la Résistance. C'est là une piste de recherche qui conduit à réfléchir au « système », à l'articulation entre intentionnalité et fonctionnalité (Robert Frank).

17Cette transformation spatiale de la Résistance avec une rupture chronologique amène à une approche renouvelée de la sociologie de la Résistance abordée directement par Christian Font, Michel Boivin et Jean Quellien. En effet, dès les premiers travaux sur celle-ci, l'on s'est heurté à un double problème : celui des sources et celui de la définition du terme de « Résistant ». En un sens, c'est un double faux problème : la critique serrée des premières conduit à une analyse sociologique consciente des limites qu'elles imposent obligeant à une définition extrêmement précise (voire restrictive lorsqu'elle s'appuie sur les dossiers CVR). Dès lors, toute vision manichéenne est rejetée (opposant 1 à 2 % de Résistants à une masse attentiste) à supposer qu'elle ait jamais existée dans l'esprit des historiens de la période. On assiste alors à un réexamen de la place des paysans dans la Résistance et de leur « sous-représentation ». Celle-ci est réelle si l'on ne tient compte que de la Résistance organisée et que de la période 1940-1943 compte tenu aussi des innombrables freins à leur entrée précoce. En revanche à partir de 1943, voire du début de 1944, les paysans sont de plus en plus nombreux aux côtés de la Résistance mais plus souvent sous la forme d'une Résistance « a-organisationnelle » ou d'une « Résistance — mouvement ». En effet, l'on est aujourd'hui plus attentif à ce qui se passe aux marges de la Résistance organisée et structurée. Les historiens, en particulier au cours de ce colloque, se sont efforcés de mieux cerner le cheminement vers une structure de la Résistance, non plus seulement de groupes

18comme dans les analyses sociologiques précédentes, mais d'individus. Ils ont cherché également à saisir comment le futur résistant agit ponctuellement avant un « engagement » dans une structure car résister c'est agir, en sachant que le passage ne se fait pas à un jour J mais progressivement. Dès lors, plusieurs historiens ont tenté de différencier les éléments constituant la Résistance : distinguant soit des cercles, soit une Résistance pyramidale, distinguant entre Résistance pré-organisationnelle, a-organisationnelle et Résistance organisée, entre une Résistance - organisation et une Résistance— mouvement. Quels que soient les termes, ces expressions montrent une volonté de prendre en compte le phénomène non plus seulement selon les groupes, mais selon les individus ce qui après tout est essentiel dans une Résistance où la liberté individuelle, le cheminement individuel sont déterminants. Le colloque a bien montré que le choix de « l'entrée en Résistance » se situe effectivement à la croisée du groupe et de l'individu. En même temps de nouvelles pistes s'ouvrent pour mieux appréhender la Résistance, la société résistante et les Résistants dans leur complexité. C'est là nous semble-t-il une avancée historiographique importante de ce colloque.

19Mieux connus, les problèmes de l'épuration et les enjeux politiques de l'après-Libération sont approfondis par des études thématiques ou régionales. « L'histoire inachevée » de l'épuration (Henry Rousso) est remise sur le chantier. Appelant à une lecture sexuée de la guerre, des crises politiques et des phénomènes de violence en liaison avec leurs représentations, François Rouquet trace de nouvelles pistes de recherche qui dépassent la simple analyse du phénomène des femmes tondues, par exemple. Ne faut-il pas resituer cette violence sexuée, à forte fonction sacrificielle et expiatoire, dans un temps plus long, dans des pratiques plus anciennes ? Au moment où cette violence s'abat sur de nombreuses femmes (notamment en Bretagne), dans les cérémonies officielles se forgent des représentations de femmes résistantes en héroïnes « désexualisées ». En quoi la guerre, fait-elle évoluer les rapports traditionnels hommes-femmes, fait-elle bouger les rôles ? Autant de questions qu'il conviendra de creuser.

20Cette violence de l'épuration dite « sauvage » s'exprime particulièrement en Bretagne à la fin 1943 et en 1944. Il est possible, sereinement, « d'écrire l'histoire de ces zones d'ombre de la Libération » (Christian Bougeard). Dans les Côtes-du-Nord, les « tontes » de femmes commencent plusieurs mois avant la Libération et il ne fait guère de doute que c'est un châtiment exercé par des Résistants en armes. Après la Libération, loin d'être le fait « d'éléments incontrôlés », ces opérations sont assumées par des comités locaux de libération et par le mouvement le Front National. De même, les exécutions sommaires, nombreuses dans l'Ouest de la région, ne sont pas le fruit du hasard. Le choix des victimes, les motifs, la chronologie et la géographie de ces exécutions, surtout dans les zones de maquis, souvent pour des raisons de sécurité, traduisent une forte implication de la Résistance, dans ses diverses composantes.

21Dans une tout autre perspective, bien avant la Libération, le comité général d'études, le CGE, composé de personnalités résistantes, a préparé l'épuration et la reconstruction du pays, notamment dans les milieux de la presse ou de la hiérarchie catholique. À travers des archives du CGE, Laurent Ducerf tente de montrer que cet organisme n'est pas contrôlé uniquement par des démocrates-chrétiens, futurs dirigeants du MRP, et qu'il cherche à jouer un rôle d'expertise uniquement technique. Mais, il est difficile d'ignorer les enjeux politiques sous-jacents.

22En effet, les enjeux de pouvoir à la Libération ne sont pas minces, apportant souvent leur lot de déceptions pour les résistants les plus engagés. Dans le Maine-Loire, département de l'Ouest rural à la Résistance peu structurée, placé sous la houlette du commissaire de la République Michel Debré, Marc Bergère montre que les choses rentrent vite dans l'ordre. Dans le CDL élargi après la Libération, la gauche (minoritaire électoralement avant-guerre) et la droite s'équilibrent pendant un temps. Mais une crise interne conduit à son éclatement et à l'isolement de la gauche résistante. Si les hommes changent, les cartes sont redistribuées (au profit du MRP à droite) sans que le rapport droite-gauche en soit très modifié électoralement.

23La même déception attend, en 1945, les anciens prisonniers (PG), déportés et rapatriés (PDR) qui aspirent à jouer un rôle dans la reconstruction et la rénovation politique du pays, au nom des valeurs d'union et de solidarité forgées en Allemagne. Pour François Cochet, à partir de l'exemple champenois, cet échec est le résultat d'un triple malentendu : on ne les attend pas pour organiser les premières élections (municipales) ; derrière un discours unitaire, les anciens PG sont incapables de s'unir ; certains s'engagent individuellement dans les partis, scellant l'éclatement d'une communauté d'intérêt. En ce sens, l'évolution des anciens PDR rejoint celle des résistants et des responsables des mouvements qui avaient rêvé jouer leur rôle propre, par delà les partis politiques, après le retour à la démocratie.

24En étudiant comment se sont construits les systèmes de représentations collectives, comment s'est forgée la mémoire de la Résistance, dès la Libération et dans la décennie qui suit, plusieurs contributions ouvrent un très vaste champ d'étude.

  • 2 Laborie (Pierre), dont la participation au colloque a été enrichissante, n'a malheureusement pas p (...)

25Par son questionnement problématique, Pierre Laborie2 pose des jalons essentiels : conditions historiques immédiates de la construction des images et des mythes de la Résistance, poids de la chronologie et de la conjoncture (rupture du tripartisme, guerre froide...), mise à jour des facteurs sur lesquels l'opinion s'est appuyée (vision de la Résistance, du rôle de De Gaulle pour reconstruire la nation, positions de l'opinion moyenne à l'égard de la Collaboration, de l'épuration...). Cette quête doit tenir compte aussi dans ce travail de mémoire des brouillages, et de la dégradation plus ou moins rapide, de l'image de la Résistance dans l'opinion.

26En réponse à ces propositions, plusieurs textes s'attellent à la tâche. Étudiant la presse catholique de l'Oise, en 1944-1946, Jean-Pierre Besse voit se constituer deux mémoires de la Résistance catholique. La première, celle de l'évêque et de la hiérarchie, évacue la Résistance réelle ou l'ignore ; la seconde, celle de prêtres résistants est beaucoup plus vivante et plus concrète. Mais à partir de 1947, des attaques du PCF et du FN contre l'évêque qui a béni la LVF, entraîne la fusion des deux mémoires au profit de la mémoire officielle. C'est la première étape vers la disparition de la mémoire résistante.

27Luc Capdevila étudie cette construction du mythe résistancialiste en Bretagne, dès 1944-1945, montrant qu'il est très tôt présent dans les têtes. Le nombre important de gens concernés, de près ou de loin par la Résistance, crée les conditions de son essor. L'auteur isole quatre systèmes de représentations pour l'opinion moyenne, c'est-à-dire celle qui n'a rien fait. Chez les attentistes, il convient d'affirmer, notamment dans les cérémonies commémoratives, son patriotisme et ses sentiments antiallemands, en se définissant comme de bons Français, qui n'ont pas trahi, même pour ceux qui sont mis en cause à la Libération. On se veut aussi de bons gaullistes. Seule, la minorité résistante tend à se constituer comme groupe à part. Dès la Libération, la reconstruction du passé se met en route, mais l'image de la Résistance reste positive, même si elle tend à se dégrader.

28Dans l'Eure en revanche, où son action a suscité des craintes (de représailles en 1944), la Résistance est souvent mal perçue par l'opinion moyenne dès la Libération. Dans la décennie suivante, selon Julien Papp, la volonté d'oubli se manifeste très tôt : « on ne veut plus parler de cela ». Face à cette volonté « d'oubli délibéré et codifié », y compris dans les cérémonies officielles, les associations d'anciens résistants sont sur la défensive. Il leur faut mener la bataille pour ancrer une mémoire résistante. Le cas de l'Eure constitue-t-il une exception ou un cas d'espèce ?

29Au contraire, dans l'Orne voisine, à travers les commémorations et les lieux de mémoire, Gérard Bourdin repère une mémoire locale vivace, religieuse ou laïque selon les lieux, en faveur des déportés mais aussi des résistants. L'héroïsation de la Résistance et des morts de la guerre est présente mais il existe souvent un décalage entre la mémoire et l'histoire. Ainsi, la géographie du souvenir, à travers les monuments, ne correspond pas obligatoirement à la géographie réelle de la Résistance. Mais dans l'Orne comme ailleurs, c'est aussi une mémoire conflictuelle qui n'échappe pas aux enjeux partisans, comme en témoigne « la course au 1er fusillé ».

30Les rapports de la Résistance avec la société française, sont sans doute plus complexes et moins manichéens qu'on ne le croit, et méritent toute l'attention des historiens comme les nombreuses études de cet ouvrage tendent à le montrer.

Notes

1 Cf. Sainclivier (Jacqueline), La Résistance en Ille-et-Vilaine, 1940-1944, thèse de 3e cycle soutenue en 1978 et publiée en 1993 aux PUR ainsi que « Sociologie de la Résistance : quelques aspects méthodologiques et leur application en Ille-et-Vilaine », Revue d'histoire de la Seconde Guerre mondiale, janvier 1980, p. 33-74.

2 Laborie (Pierre), dont la participation au colloque a été enrichissante, n'a malheureusement pas pu nous remettre son manuscrit.

Auteurs

Professeurs d'histoire contemporaine
Université Rennes 2 - Université de Bretagne Occidentale
Professeurs d'histoire contemporaine
Université Rennes 2 - Université de Bretagne Occidentale

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540