Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

4e partie. Épuration, enjeux politiques et mémoire

La construction du mythe résistancialiste : identité nationale et représentations de soi à la Libération (Bretagne, 1944/1945)

Luc Capdevila

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Nora (P.) « Gaullistes et Communistes », Les Lieux de Mémoire III-1, dans Nora P. (dir), Paris, Ga (...)

1« Toute la guerre a été, autant qu'une opération militaire et diplomatique, une opération de mémoire. Il s'agissait bien de laver la honte... de faire oublier la culpabilité générale de l'été 1940... de faire apprendre à un peuple d'attentistes, de prisonniers, de débrouillards, la leçon de son propre héroïsme »1.

  • 2 Rousso (H.), Le syndrome de Vichy, Paris, Seuil, 1987, 414 p.

2En présentant l'écart réalisé entre la mémoire et l'histoire de l'Occupation, considéré comme une entreprise de déculpabilisation, P. Nora traite du faire croire. Il s'intéresse à la production et à la diffusion du mythe résistancialiste, et aborde dans cet article les émetteurs des deux versions dominantes, la version patriotique apolitique des gaullistes et la version antifasciste/lutte des classes des communistes. Ce mythe existe... avec d'autres. Il se développe des lendemains de la guerre au début des années 70. Mais il est produit et diffusé par des élites qui accaparent le champ des médias et ont pour vocation de tramer un tissu national : hommes politiques, enseignants, fabricants d'imaginaires2.

3Comment la base organisait sa mémoire de la guerre avant que le résistancialisme s'installe ? En faisant émerger les représentations mentales de l'Occupation et de la Libération produites par la base en 1944-1945 en

  • 3 Cette étude repose sur une confrontation de sources permettant de saisir l'opinion moyenne et les (...)

4Bretagne3 on est en mesure de connaître le terreau mental qui pourra accueillir ce mythe, et ainsi vérifier :

  • quelle version du mythe est la plus proche de l'imaginaire de la base,
  • si la base n'était pas en train d'élaborer un autre mythe. Ce qui pose le problème de la culpabilité telle qu'elle était ressentie par l'opinion au sortir de l'Occupation, et non telle qu'elle avait été vécue par la France Combattante fondatrice du mythe.

Représentations collectives de la Libération

5Le mythe résistancialiste consiste dans l'illusion que la Nation restée unie toute l'Occupation ne s'est pas compromise à l'égard des Allemands ; les Français résistants dans l'âme soutenant chacun à leur manière la Résistance. Pour comprendre comment le mythe a germé dans les têtes, il faut vérifier que l'opinion moyenne s'approprie la victoire et s'identifie aux acteurs nationaux de la Libération.

Images de La victoire

6Le mythe de la France libérée par elle-même est largement partagé par la base dès la fin de l'été 44. Dans l'imaginaire de l'époque le mérite de la Libération revient surtout au général de Gaulle mais aussi aux FFI, secondairement aux FFL et aux Alliés. La Libération est vécue comme une résurrection ; de fait, l'opinion a le sentiment que la France redevient une puissance. Mais cette représentation est en partie décalée par rapport au discours gaullien sur le Rang. À l'automne 44, le retour parmi les grands est perçu comme un droit légitime au vu des souffrances endurées pour libérer le territoire (bombardements, sacrifice des résistants, FFI déguenillés en faction autour des poches de l'Atlantique), et non au titre de la puissance retrouvée. C'est donc l'image d'un peuple martyr et non d'un peuple combattant qui domine. C'est seulement en 1945 que l'équation : la France = une grande puissance car victorieuse, apparaît dominante.

Images du général de Gaulle

7Comme la base projette son renouveau au travers du général de Gaulle et en partie des FFI, il est légitime d'envisager que la grande majorité de la population adhère au nouveau régime. L'opinion distingue le nouveau régime en quatre éléments : le général de Gaulle, le GPRF, l'administration et la Résistance. Cette fois les images sont multiples et ambivalentes, en raison de la pluralité des situations vécues et des liens dialectiques reliant l'imaginaire au réel. Plus les acteurs de la victoire sont lointains, de Gaulle, les Patriotes de la poche de Lorient, les Russes et les Anglais, plus ils sont idéalisés ; par contre la proximité physique émousse très vite les stéréotypes qui s'étaient constitués, dès septembre les images de l'administration, des groupes FFI, des comités locaux, des Américains, se dégradent.

8La popularité du général de Gaulle demeure grande pendant toute la période, les images multiples se répartissent en trois thèmes majeurs : le chef d'État, le chef de guerre, l'âme de la Résistance. La représentation dominante est celle du chef reconnu car il a donné l'exemple de la Résistance et su mobiliser pour donner la victoire au pays. On voit le mythe s'organiser. De Gaulle chef des Français car il a donné l'exemple de la Résistance. La Nation se reconstruit ainsi autour de l'image polysémique du général de Gaulle : le Rédempteur, le Résistant, le Soldat, le grand Français, le chef, l'incarnation de la Nation. Toutes ces images, très différentes, permettent à chacun de se reconnaître et de gagner sa place dans la Nation recouvrée. Certes, l'unanimité derrière de Gaulle ne colmate pas les brèches de la désunion. Les fractures restent vives. Les minorités agissantes demeurent vigilantes. Entre celles qui demandent à de Gaulle d'accélérer les réformes du CNR et celles qui lui font confiance pour redresser la France dans l'ordre, le champ de failles qui sépare la droite de la gauche travaille. Mais l'image du général de Gaulle instrumentalisée donne à la base l'illusion de l'unité. Alors que le GPRF et surtout l'administration sont dès septembre 44 contestés, l'opinion les rendant responsables du marasme économique et des ratés de l'épuration, de Gaulle est toujours épargné par ce faisceau de critiques, pour la base il est au pire mal conseillé.

Images de la Résistance

  • 4 Laborie (P.), « Opinion et représentations, la Libération et l'image de la Résistance », RH2GM n°1 (...)

9A la Libération, l'image de la Résistance devient elle aussi un instrument d'unité4. Mais à la différence du général de Gaulle dont la représentation est aisément dissociée du réel, celle de la Résistance est plus confrontée à la réalité. Ainsi voisinent deux représentations majeures de la Résistance : l'une idéale, élitaire, celle de la clandestinité ; l'autre prosaïque, celle du quotidien, elle ne fait pas l'unanimité, elle agace car elle se révèle parfois tapageuse, elle inquiète car son rôle se limite souvent à l'épuration.

  • 5 Cf. l'ensemble des analyses des préfets des quatre départements sur les résultats des municipales.
  • 6 Sainclivier (].), La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, Ouest-France, 1989, p. 143-144 ; Bougea (...)

10Les synthèses des préfets sont contradictoires quant à l'image de la Résistance dans l'opinion. La dualité des représentations explique cette contradiction, mais se rajoutent les sensibilités des rapporteurs dont la subjectivité très forte sur ce thème altère leur lecture de l'esprit public. Le commissaire de la République situe le maintien de l'ordre en tête de la hiérarchie des préoccupations de l'opinion, de septembre à novembre 44, en raison des exactions commises par des bandes FFI et des vengeances privées qui s'expriment à travers les CLL. Avec de légères variations dans la chronologie et des écarts de nuances dans le ton, on retrouve cette inquiétude dans les rapports des quatre préfets. Néanmoins rapportée à l'échelle communale la violence reste faible (voire inexistante) et relativement bien vécue par la population qui le plus souvent prend partie pour les agitateurs. Il existe donc un décalage important entre les représentations présentes dans les rapports et le vécu. Si on en croit les synthèses, l'image de la Résistance ne cesse de se dégrader fin 44/début 45. En février 1945, le préfet du Finistère juge que « les CLL jouissent de moins en moins de la faveur du public ». Les préfets insistent sur leur nervosité, leur absence de modération, leurs actions relevant de la vengeance et nient leur représentativité, d'autant plus discrédités qu'ils sont souvent composés de faux résistants. On observe le jeu de la dualité des représentations. Ce n'est pas la Résistance qui est discréditée mais les faux résistants qui lui portent préjudice, les faux résistants nommés ainsi pour mieux les condamner au nom d'une Résistance idéale implicite, la vraie. Ainsi, les préfets s'inquiètent du sort que les élections municipales vont réserver à la Résistance. « Puisse l'épreuve ne pas se traduire par une humiliation de la Résistance » écrit le préfet d'Ille-et-Vilaine en mars. Cela étant, les élections municipales de mai 1945 sont un bon révélateur de l'adhésion du corps électoral à ses libérateurs dans la mesure où, pour être élu dans trois départements sur quatre, il est préférable d'être issu de la Résistance, de se réclamer de la Résistance ou du gaullisme, ou pour le moins de constituer une liste comprenant des résistants. Les élections ne désavouent pas la Résistance5 mais elles sont délicates à interpréter dans ce sens6.

11La base partage le mythe de la France libérée par elle-même et s'identifie, avec des nuances, à certains de ses libérateurs. L'opinion a-t-elle pour autant le sentiment de participer d'un peuple résistant ? Essayer de lire dans les têtes permet d'envisager une réponse.

Représentations de soi

12Si l'opinion s'approprie aisément le mythe de la France victorieuse libérée par elle-même en se reconnaissant dans une image du général de Gaulle et dans une idée de résistance, pour s'identifier à une communauté française qui aurait continué d'exister malgré la défaite et qui n'aurait pas démérité malgré l'Occupation, il faut soi-même ne pas avoir démérité. C'est donc à partir de l'étude de l'image de soi que l'on est en mesure d'observer la manière dont se construit l'identité nationale à la Libération. L'image de soi est au cœur du système de représentations que chacun organise. En effet, l'image de soi se construit avec et contre l'image des autres : les résistants, les Allemands, les Français sous l'Occupation. De l'image de soi découle ainsi toute une reconstruction de la mémoire de l'Occupation. Pour organiser ces systèmes de représentations, ont été utilisées essentiellement des lettres adressées aux préfets, au CDL des Côtes-du-Nord et des déclarations faites aux gendarmes, à la police, ou aux comités d'épuration. Quatre systèmes de représentations majeurs apparaissent en août 44. Tous revendiquent une identité nationale. Personne ne se construit une identité de collabo.

Le système bon Français

13Etre un bon Français c'est pouvoir se rattacher à la Nation, pavoiser avec la communauté, participer aux rites patriotiques. Ainsi, être un bon Français c'est d'abord se fondre dans la masse.

14Le schéma dominant repose sur une représentation de soi patriotique. Quatre éléments composent le noyau central de la représentation. Le premier est celui d'un patriotisme anti allemand incontestable, souvent construit par l'appropriation de la mémoire d'un autre : l'épouse évoque son mari qui s'est battu en 14/18, le fils rappelle son père combattant de 70, la mère signale son fils parti au maquis. Il s'agit de signifier que l'on sait, quand il le faut, sacrifier à la Nation. Le second relève de la morale : il affirme l'espérance dans la victoire jamais éteinte depuis juin 40 ; élément patriotique car l'acceptation de la défaite est le premier pas vers la collaboration, il peut relever également du domaine religieux le désespoir étant un péché capital. Le troisième élément porte sur la nature même de celui qui a vécu sous l'Occupation, en faisant une victime, on met toujours en avant le « moi aussi j'ai souffert ». Affirmer la souffrance partagée, permet à la fois de se dégager des profiteurs, mais aussi, de se rehausser auprès des résistants et des déportés. Ces trois éléments réunis déclinent l'identité du bon Français dont le caractère premier correspond au quatrième élément qui apparaît en creux : il n'a pas mal agi car il n'a rien fait.

15Les autres éléments du système ne sont là que pour étayer l'image de soi, ce sont les représentations périphériques au noyau central. La Nation a survécu, les Français ont commis des fautes qui ne remettent pas en cause leur identité, ils ont souffert sous l'Occupation. Les résistants sont des combattants apolitiques admirés pour leur courage, auréolés de mystère, ils ont agi sans la complicité de la masse qui les connaît mal, c'est à la Libération qu'ils se sont découverts. Les collaborateurs, très minoritaires, sont des traîtres qui ont mal agi en jouant l'Allemagne contre la France. Les Allemands sont des occupants, parfois cruels, parfois corrects, quand ils ne sont pas des « braves pépères », ce qui permet de justifier des petits écarts. Leur image relève des domaines militaire et humain, non du politique.

16Voilà le schéma dominant. Ensuite, suivant les positions propres à chacun, les images périphériques se nuancent à la différence du noyau central qui ne bouge pas. Les fautes de la masse peuvent être accentuées pour mieux se déculpabiliser, l'image du collaborateur noircie pour mieux se démarquer, l'image des résistants ternie, c'est la fonction du résistant de la dernière heure, pour mieux se rehausser. Mais la structure de la représentation ne change pas.

Le système des exclus de la Libération

17Le système de représentations des exclus de la Libération est plus dynamique que le précédent. Les locuteurs en position d'accusés, il leur est nécessaire de s'impliquer davantage dans le processus de libération, d'affirmer plus fort leur patriotisme pour faire admettre leur identité. Si les bons Français ont le sentiment de ne pas avoir désespéré, les exclus de la Libération affichent la conviction de ne pas avoir trahi. L'image de soi est plus active, même s'il s'agit de se fondre dans la masse des Français. L'accusé de collaboration tente d'apporter la preuve d'un passé de résistance en acte. Tout en valorisant sa propre image, l'exclu de la Libération détruit la représentation de la Résistance locale en lui opposant une Résistance héroïque à laquelle il se rattache. En général les Allemands sont humanisés, la collaboration plutôt occultée sauf si elle est utilisée dans le système de défense pour accuser afin de mieux se déculpabiliser.

  • 7 ADCA 1140W5, Plestin-les-Grèves, novembre 1944.
  • 8 ADCA 2W95.

18Mademoiselle G. accusée d'avoir eu des relations intimes avec les Allemands se défend devant le comité d'épuration7. Elle rattache son itinéraire sous l'Occupation à celui de la masse, prétend avoir souffert à l'identique de la collectivité mais précise que des pulsions résistantes la hantaient. Elle voulait dire boche mais elle n'osait pas. Elle aurait aimé ne pas serrer la main des Allemands qui fréquentaient sa boutique mais elle n'en n'avait pas le courage. À ce titre l'image qu'elle donne des Allemands est double. « C'étaient des hommes comme les autres, mais comme militaire, c'était épouvantable ». L'« épouvantable » associé à « militaire » suggère qu'elle n'a pas trahi et nuance son manque de courage, le « comme les autres » atténue la gravité de la faute des relations suivies. Elle ajoute, « nous n'étions pas du tout collaborateur et nous écoutions la radio anglaise ». Le collaborateur a agi et le bon Français n'a rien fait. Quant à la radio, l'écouter était interdit, le seul fait de chercher à l'entendre était vécu comme une forme de risque potentiel, donc de résistance. Le président lui demande pourquoi les FFI l'ont tondue, elle répond qu'ils l'accusaient d'avoir parlé aux Allemands et précise : « comme presque tout le monde ». Ainsi son système repose sur la fusion de son attitude et de ses sentiments avec ceux de la masse. Ceux qui intègrent dans leur système les collaborateurs afin de mieux se rattacher à la masse des bons Français construisent leur image sur l'opposition à des stéréotypes. Madame B. d'Eréac précise qu'elle est veuve de guerre et affirme qu'elle a « certainement beaucoup moins fait avec les boches que ceux qui cherchent à (lui) nuire »8. La représentation de soi devient équivoque, elle a trafiqué avec l'occupant mais moins que les autres, ce qui l'autorise à conclure crâne : « ce n'est pas les plus coupables qui ont des ennuis. À quand la vraie épuration. » La lettre est datée du 31 août 1944. Dans son système elle dénigre la Résistance locale, celle qui lui nuit, mais pour mieux se rattacher à la Résistance héroïque : « je n'ai rien à me reprocher au contraire je détiens des certificats et attestations de la part des maquisards et des travailleurs obligatoires pour l'Allemagne que j'ai hébergés et nourris gratuitement. » Ce système de représentations est très répandu. Madame L. de Trévou-Tréguignec inquiétée par une bande FFI, raconte que son fils est parti rejoindre le général de Gaulle dès le 19 juin 40. Elle l'aurait entendu une fois à la BBC. Son mari ? Il serait un agent de renseignements mais elle ne peut en dire plus.

19Dans tous ces cas, l'univers d'Ici Londres étaie les représentations de la Résistance, l'Angleterre, le 18 juin 40, les renseignements, l'aide aux évadés, la protection des réfractaires au STO, sont des thèmes qui ont été largement traités par la BBC. Les systèmes de représentations s'organisent sur le terrain du patriotisme exclusif, la dimension idéologique de la guerre et de la collaboration est absente.

Le système gaulliste

  • 9 ADIV 43W142.

20Le système gaulliste repose sur le refus du déshonneur et la conviction que la France n'a pas perdu son identité malgré la débâcle. Les représentations diffèrent des systèmes précédents, surtout, de Gaulle devient un élément à part entière. Le gaulliste n'a pas agi en tant que tel, ou très peu, et le moi-je est fondu dans la masse. C'est une conception collective du refus de la défaite qui prime, le gaulliste a gardé l'espoir et conservé son identité de Français. Le général de Gaulle, à la fois chef reconnu et incarnation des valeurs patriotiques, agit comme le principal repère identitaire. Les « Gaullistes sans défaillance de la première heure à la fin » de Pléneuf se considèrent comme la majorité silencieuse. Le comité de Salut Public de Lorient qui ne représente qu'une poignée de patriotes fervents développe cette conception : « le général de Gaulle, représentant depuis 1940 l'immense majorité du peuple français qui ne voulait pas s'agenouiller sous la botte de l'envahisseur... »9. L'Occupation vécue comme une humiliation est située uniquement sur le terrain militaire. Les Allemands sont des envahisseurs, la France est passée sous leur joug. Les collaborateurs glissent sur le terrain de la trahison, ils sont haïs dans ce système beaucoup plus que dans les précédents. Ils sont la souillure qu'il faut épurer. L'image de la Résistance est toujours duale. Elle se développe entre l'idéalisation d'une Résistance héroïque, « cette magnifique Résistance qui a tant fait pour aider nos admirables alliés » et la dévalorisation de la Résistance locale, celle des « Résistants de la dernière heure ». Parfois elle est absente. Majoritairement elle occupe un second plan et se situe à la traîne du général de Gaulle et des Alliés. Le système gaulliste est dans le prolongement du système bon Français. Néanmoins plus tonique il donne plus de force morale à la Nation tout en déléguant la libération à autrui, les Alliés, de Gaulle, secondairement la Résistance.

Le système résistant

21Le système de représentations résistant se construit sur l'acte et le fait d'avoir risqué sa vie. Le sentiment identitaire est très fort, presque exacerbé et donne la conviction d'appartenir à un groupe restreint, c'est une identité de caste. Celui qui dit avoir résisté est à la recherche des stigmates nécessaires pour afficher sa différence. Il a besoin de titres, lieutenant, chef de groupe. Il a besoin de préciser ses actes, de les valoriser par le nombre, le danger, le témoins. Il est à l'affût de la reconnaissance et développe un véritable fétichisme des armes. La mitraillette Sten affirme plus son identité que le brassard FFI. C'est aussi une identité construite contre les autres et d'abord contre les faux résistants puisqu'on fait partie de la vraie. Les groupements résistants s'orientent vers une casuistique empirique de la Résistance. Le CDL du Morbihan rassemblant les candidatures pressenties pour le rétablissement des conseillers généraux en janvier 45 reconnaît cinq types de résistants : de sentiments résistants, attitude résistante, résistant, très résistant, résistant de la première heure. De fait, ceux qui se disent de la Résistance authentique développent une véritable obsession des faux résistants qui les flétrissent aux yeux de l'opinion mais qu'ils utilisent pour construire leur identité.

  • 10 ADCA 1J16 n°6342, CLL de Trégastel.

22L'image des Allemands est plus noire dans ce système. C'est toujours la dimension militaire qui domine, lorsque l'image des Allemands se développe c'est en tant que soldats. La plupart des Résistants ont une conception combattante de leur mission plus que politique, il s'agit de botter les boches hors de France. Quand un Résistant parle de la barbarie nazie, ce qui est rare, le ton est emprunté. L'image la plus négative est réservée aux collaborateurs qui apparaissent comme les ennemis directs et les plus dangereux. Cette représentation différente des systèmes précédents signale la fracture de la Nation. Mais dans l'imaginaire résistant la déchirure est cicatrisée car les collaborateurs, miliciens, nationalistes du PNB, délateurs, profiteurs apparaissent comme ayant renié leur identité de Français, par cupidité, par veulerie, par adhésion à une autre identité. Les rapports à la Nation sont ambigus. Si les résistants ont la conviction de s'être battus pour la France, ils n'ont pas le sentiment d'avoir évolué dans la communauté tels des poissons dans l'eau. Éléments d'un groupe à part, ils étaient isolés. Certes, la collaboration minoritaire s'oppose à la masse des bons Français, mais cette image relève plus du discours résistant que de l'imaginaire résistant, la Résistance renvoie à la base l'image que celle-ci attend d'elle. Tous ont souffert, il y a ceux qui ont réagi et ceux qui ont supporté la souffrance. C'est en ces termes que le président du conseil de gérance de Trégastel s'adresse aux habitants de la localité fin août 44 : « Je fais appel à tous... sans distinction... nous sommes... des Français qui avons souffert physiquement et moralement ». Dans un autre document est écrit qu'il faut punir « ceux qui ont favorisé l'Allemand au détriment de la famille française sans défense »10.

23Ces quatre systèmes de représentations ne sont pas contradictoires. Ils coïncident sur les représentations périphériques de la Nation, du collaborateur et du résistant, sans pour autant fusionner, les noyaux centraux des systèmes de représentations reposant sur l'acte et le non-acte ne peuvent pas se confondre. Les femmes construisent leur identité en projetant leur sentiment national sur l'action de l'homme dominant. Elles s'intègrent par leur identité d'épouse ou de mère dans le processus de recomposition du groupe. La mise en scène de ces représentations permet d'observer l'intervention du mythe dans le réel.

Le mythe dans le réel

24Si l'identité nationale se construit sur l'image de l'unité dans la souffrance et dans le refus de l'acceptation de la défaite, l'identité de soi, pour le plus grand nombre, en reposant sur le non-acte est d'une grande fragilité. Désigner nommément des collaborateurs et les isoler de la masse était une nécessité, pour se reconnaître soi, pour offrir une identité en creux à la masse attentiste.

Le mythe instrumentalisé

  • 11 ADCA 1140W4 et 5.

25Aux exclus de la Libération les stigmates patriotiques sont refusés. Pavoiser leur est interdit ; le jour de la Libération les FFI, ou la foule, arrachent les drapeaux tricolores étendus par les mauvais Français à l'entrée de leur logis. Par contre on les dote d'attributs identifiables par tous. Les femmes sont tondues, souvent sur ordre du CLL, dix sur la place publique à Trégastel ; à Merdrignac le FN leur impose de faire le tour du bourg sans foulard. Des croix gammées au goudron sont tracées sur les maisons des « kollabos ». Des listes nominatives sont placardées dans les bourgs et publiées dans la presse locale et la base émet des propositions pour que les collabos soient tenus de porter un insigne ostensible. Fêtes et cérémonies sont conçues pour réunir la communauté autour de la Résistance, par le culte des martyrs et les célébrations de la victoire, en excluant les collaborateurs. Le bal-banquet qui clôt la commémoration du 11 novembre à Trégastel est interdit « aux individus pour lesquels le bureau d'épuration a établi un dossier ». A. Hélo, maire radical-socialiste de Merdrignac et président du CLL, organise une cérémonie le 1er novembre 44 en l'honneur « des soldats de la Résistance morts pour la France », le cortège part de l'église après les vêpres et se rend au cimetière pour se recueillir sur les tombes des 12 victimes du 3 août. Scandalisés, les instituteurs publics organisent un contre défilé, refusant toute cérémonie commune avec les cléricaux. Or A. Helo est un laïque. C'était par souci d'unité qu'il avait associé l'Église à cette cérémonie11. Illusion de l'unité, de la Nation retrouvée autour des morts de la Résistance puis de la victoire, le mythe est instrumentalisé par des mouvements, des municipalités, pour contraindre à l'union. A Goudelin, lors d'une manifestation patriotique consacrée au souvenir d'une « victime de la barbarie nazie », le maire et un déporté font pression sur les administrés pour qu'ils participent à la cérémonie, proférant que « les familles non représentées seront considérées comme collaboratrices ». Les 300 personnes présentes visualisent autant de bons Français réunis par le culte de la Résistance.

Le mythe agissant

  • 12 ADCA 2W95.

26Le mythe a peut-être pris dès cette époque, la violence contre les collaborateurs ou supposés tels, en est une des principales manifestations. L'histoire de cette violence en 1944/1945 se découpe en trois époques. La première, d'août à novembre 44, correspond à la violence FFI, mi-spontanée mi-contrôlée, elle est le fruit de ce groupe qui agit au vu de tous. De novembre 44 à mai 45 agissent, anonymes, les frustrés de l'épuration, en général en posant des bombes. Les auteurs des attentats identifiés sont surtout des jeunes hommes qui n'ont pas fait de résistance. À Guingamp, un officier de la P.J. parvient à infiltrer un groupe de plastiqueurs, il découvre un univers proche de la clandestinité, « Il m'a déclaré qu'il existait plusieurs groupes d'exécutants... ces groupes s'ignoraient, seul le chef de groupe avait des relations avec leur état-major, que la discipline du « maquis » subsistait..., c'est-à-dire que l'exécutant qui parlerait serait immédiatement exécuté »12. Pour compenser leur rendez-vous manqué avec l'histoire ils s'inventent la Résistance. Ces jeunes gens projettent dans le réel leur représentation de la Résistance héroïque.

  • 13 ADCA 2W94, 1140W3 et ADIV 43W135.

27Dans la première période, la base est en retrait. Les violences FFI l'inquiètent mais elle y consent. Les tontes choquent mais sont admises. Les exécutions sommaires sont en général acceptées. Dans la seconde période la base est toujours spectatrice mais elle adhère aux attentats, elle se fait complice des poseurs de bombes. Les enquêteurs se heurtent toujours au mur du silence, les témoins ayant plus à dire sur le passé des victimes que faire part d'un éventuel soupçon. L'opinion fait bloc. Dans la troisième période, juin-juillet 1945, la violence s'enflamme à nouveau au grand jour, cette fois la base devient actrice, se soude aux agitateurs qui sont des déportés. Or, la représentation des déportés repose sur deux caractères : la résistance et la souffrance. À Dinan cinq jeunes garçons sont arrêtés fin mai pour avoir posé des bombes. Une dizaine d'attentats ont été commis à Dinan-ville en avril et mai. Le 2 juin 1945, un appel lancé par des déportés rassemble 4 000 à 5 000 personnes, soit près d'un Dinannais sur deux. La prison est assaillie, les cinq jeunes libérés sont portés en triomphe au son de la Marseillaise de la prison au monument aux morts. Les Pouvoirs publics sont inquiets mais dès la fin de la journée la tension est retombée. Le lendemain, les cinq jeunes retournent d'eux-mêmes en prison. Les déportés déclarent publiquement leur confiance au général de Gaulle et la population déplore les incidents de la veille13. Le discours, plus que l'affaire elle-même, a provoqué l'événement. Depuis la fin 44 des tracts dénoncent nommément les traîtres libérés et le retour de la 5e colonne. Le discours des déportés est encore plus décalé avec la réalité. L'appel à la manifestation commence ainsi :

28« APPEL AUX PATRIOTES, ANCIENS PRISONNIERS ORGANISATIONS DE RÉSISTANCE, DÉPORTÉS Les Collaborateurs sont dans la joie, les derniers... libérés

29Et pour que leur bonheur soit complet, on vient d'arrêter de jeunes patriotes Dinannais... »

30Les mots n'ont plus de sens. Les poseurs de bombes sont devenus des patriotes, les Dinannais des résistants. La guerre continue contre les collaborateurs. L'illusion du discours a projeté l'imaginaire dans le réel. La foule a suivi les résistants-déportés dans leur volonté de libérer les patriotes. Le mythe a agi, ce n'était pas un mouvement insurrectionnel, les habitants ont été dépassés par leur imaginaire.

31Ainsi les représentations que la base construit à la Libération sont à même de recevoir le mythe résistancialiste. Le mythe de la France libérée par elle-même est déjà présent, ainsi que l'image de la nation qui n'a pas déméritée. Même si les identités des bons Français et des résistants de base ne peuvent pas fusionner, elles coïncident sur les représentations périphériques, seuls les noyaux centraux des systèmes ne peuvent pas se confondre. Mais le « moi aussi j'ai souffert » et le « moi aussi je n'ai pas désespéré et suis resté patriote » peuvent aisément glisser vers le « moi aussi j'ai résisté à ma manière » ; d'autant plus que les mouvements résistants diffusent le mythe résistancialiste à l'échelle locale dès la fin de l'été 44. La dimension patriotique et apolitique de la représentation du conflit, ainsi que la césure manifeste entre la Résistance et la majorité de bons Français, rattachent plutôt l'imaginaire de la base à la version gaulliste ou conservatrice du mythe. Cependant, plus qu'un peuple en résistance, c'était le mythe d'une nation victime que la base organisait en sortant de la guerre ; mais il n'a pas bénéficié des relais suffisants pour s'installer durablement.

Notes

1 Nora (P.) « Gaullistes et Communistes », Les Lieux de Mémoire III-1, dans Nora P. (dir), Paris, Gallimard, 1992, p. 347-383.

2 Rousso (H.), Le syndrome de Vichy, Paris, Seuil, 1987, 414 p.

3 Cette étude repose sur une confrontation de sources permettant de saisir l'opinion moyenne et les représentations mentales d'individus types. Ce sont d'une part les enquêtes d'opinion des Pouvoirs publics, d'autre part des documents provenant de la base (courriers au CDL ou aux préfets, P.-V. de gendarmerie, archives de CLL...), tous versés aux Archives départementales d'Ille-et-Vilaine et des Côtes-d'Armor et consultés sous dérogation.

4 Laborie (P.), « Opinion et représentations, la Libération et l'image de la Résistance », RH2GM n°131, 1983, p. 65-91.

5 Cf. l'ensemble des analyses des préfets des quatre départements sur les résultats des municipales.

6 Sainclivier (].), La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, Ouest-France, 1989, p. 143-144 ; Bougeard (C.), Le choc de la guerre dans un département breton, thèse d'État, Rennes 2, 1986, p. 17- 21 ; foulon (C.-L.), « L'opinion, la Résistance et le pouvoir en Bretagne à la Libération », RH2GM, n°13, 1983, p. 65-91.

7 ADCA 1140W5, Plestin-les-Grèves, novembre 1944.

8 ADCA 2W95.

9 ADIV 43W142.

10 ADCA 1J16 n°6342, CLL de Trégastel.

11 ADCA 1140W4 et 5.

12 ADCA 2W95.

13 ADCA 2W94, 1140W3 et ADIV 43W135.

Auteur

Correspondant IHTP-CNRS pour l'Ille-et-Vilaine

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540