Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

4e partie. Épuration, enjeux politiques et mémoire

Les lieux de mémoire de la Résistance dans l'Orne : la construction d'une identité résistante

Gérard Bourdin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Boivin (Michel) « le Gaullisme dans l'Orne », le Pays bas-normand, 1979.

1Pour la date du 15 octobre 1943, dans l'Orne, 3 350 résistants sont recensés1. En juin 1944, l'Armée Secrète regroupe environ 1 500 hommes considérés comme moralement prêts pour le combat. La Résistance ornaise comprend trois groupes essentiels : l'OCM qui, tout en élargissant son champ de recrutement, a trouvé beaucoup d'échos dans une droite majoritaire, le groupe Libé-Nord, principalement à Fiers, et enfin les FTP dans les villes ouvrières de Fiers et d'Argentan, dans le canton de Bellême où existe un jacobinisme rural.

2La Résistance ornaise, certes la mieux armée des trois départements bas- normands, a chèrement payé : d'avril à août 1944, plus de 200 Ornais, résistants, rebelles, ou otages, sont morts au combat ou exécutés. Rappelons que l'Orne a compté 400 déportés dont plus de 200 ne sont pas rentrés.

3L'étude des lieux de mémoire de la Seconde Guerre n'est pas évidente. La problématique pour la Première Guerre est bien établie (sémiologie, proximité ou non de l'église et de la mairie, symbolique plus nationaliste ou plutôt d'esprit pacifique) ; pratiquement chaque commune a son monument et celui-ci a un rôle officiel évident. Au contraire, la Seconde Guerre n'a pas toujours une mémoire spécifique : ses morts sont reportés sur le monument de la guerre précédente ; la sémiologie n'est donc pas la sienne.

4Même les fameux lieux de mémoire de Pierre Nora n'abordent pas directement la Seconde Guerre.

5Y a-t-il une mémoire de la Seconde Guerre, ou plutôt plusieurs qui peuvent, s'entrecroiser, se conforter, se heurter : mémoire des tués de 1940 (700 soldats, 70 civils dans l'Orne), des déportés politiques ou raciaux, des victimes des bombardements et combats (2 100 pour l'Orne) aux requis du travail et aux prisonniers morts en Allemagne ou à leur retour, dont le décompte reste à faire. Que comptent, parmi ces victimes, les morts de la Résistance ? La réponse est claire : 57 monuments spécifiques sont dédiés aux Résistants, 20 à « l'armée Leclerc », 13 aux Alliés, 12 aux victimes civiles (sur 513 communes).

6La mémoire de la Résistance apparaît donc favorisée. Cependant, sur 57 lieux de mémoire, 17 seulement sont des stèles ou monuments élaborés. La simple plaque reste majoritaire et les lieux de mémoire n'ont pas, pour la plupart, l'ampleur de ceux de la Première Guerre. Mais à l'image de la Résistance, dans laquelle l'engagement individuel, volontaire est totalement différent de l'enrôlement obligatoire des soldats de 14-18, l'établissement ou non des monuments a été laissé au libre arbitre des collectivités, familles, associations de résistants. Aucune codification préalable n'a été établie.

7Enfin, pour l'historien, il est parfois difficile d'écrire sur une mémoire sacrée, tant on attend de lui davantage un travail de célébration qu'une prise de recul nécessaire à un travail scientifique, tant il est vrai que la « sueur, le sang et les larmes » ne sont toujours pas séchés.

L'émotion du lendemain de la guerre : les sanctuaires

Les fusillés : 19 lieux de mémoire pour 77 noms

8Dans l'Orne, huit lieux revêtent un caractère particulièrement sacré. Tout d'abord quatre carrières : la carrière d'Aulnays à Saint-Germain-du- Corbeis (Alençon Ouest) où ont été fusillés 12 résistants, 6 le 27 avril, 6 autres le 12 mai, pour la plupart FTP ; la carrière de la Galochère à Condé- sur-Sarthe (Alençon Ouest), où ont été fusillés le 12 juin, 4 résistants du maquis de Trun, le 30 juin, 15 autres maquisards ; le 28 juin Étienne Panthou, responsable de l'Armée Secrète du secteur d'Argentan est fusillé avec un camarade, dans sa propre carrière de Fleuré ; le même jour, 9 membres de son groupe sont à leur tour exécutés aux Riaux, à Boucé, commune toute proche. Quatre autres lieux revêtent aussi une importance particulière. Les 3 mai, 12 et 26 juin, sont fusillés à Trun, Saint-Lambert-sur- Dive, Neauphe-sur-Dive 7 résistants liés au même groupe Vengeance. Le 4 août, à Appenai-sous-Bellême et Saint Cyr-la-Rosière sont exécutés dans un champ et en bord de route 9 membres du même maquis FTP, ainsi que le boulanger ravitaillant ce groupe. Le 9 août, à l'Hôme-Chamondot (canton de Longny), 5 chefs de la Résistance départementale sont exécutés : Jean Mazeline et François Bouilhac dirigeants successifs des FFI dans le secteur d'Alençon, Albert Frémiot du Bureau des Opérations Aériennes de

9Sées, Jean Moreau, chef du groupe régional des FTP. Le 17 août, 3 résistants d'Argentan sont tués dans un combat à Moulins-la-Marche.

10Enfin trois plaques ou stèles, apposées plus tardivement, sont particulièrement vénérées non plus en l'honneur d'un groupe de fusillés, mais d'un ou deux individus particulièrement héroïsés : Joseph Scheidt et Jacques Renard aux Aspres (Moulins-la-Marche), Albert Giroux à Tanville (Sées), Auguste Lefebvre à Sainte-Gauburge (Canton-du-Merlerault).

11Ces divers sanctuaires sont tout d'abord l'expression du deuil ; aux Aulnays on a dressé un socle à l'endroit où chaque maquisard a été fusillé et un autre au-dessus de la fosse commune. Le deuil est aux Corbinières (Appenai-sous-Bellême) renforcé par la colonne brisée : c'est la vie de la jeunesse que l'on abat ; la jeunesse des fusillés impressionne. Dans les carrières, le deuil se renforce d'une impression d'éternité : ainsi au Lordon (Fleuré), une simple plaque est apposée sur un rebord de la carrière couverte de genêts au printemps ; on pense quelque peu au « dormeur du val » de Rimbaud ; on se dit que la nature ne meurt pas, qu'il doit en être de même pour la Résistance.

12Le sentiment de deuil est renforcé lors des exhumations et des enterrements. Ainsi, en septembre 1944, aux Aulnays, six des victimes sont exhumées ; les obsèques sont célébrées au cimetière en présence du préfet, des maires d'Alençon et de Saint-Germain-du-Corbeis, d'une section de FFI, des enfants des écoles. Toujours à Saint-Germain-du-Corbeis, le corps de René Philipeaux, fusillé à Boucé, est inhumé en août 1944. Par l'intermédiaire de cette cérémonie, est affirmé l'enracinement de la Résistance dans la commune ou le lieu de travail, l'identification de la Résistance avec la jeunesse du pays, valeur glorifiée en comparaison avec le vieillard de Vichy.

13Autour de ces fusillés, se développent deux idées essentielles. Tout d'abord, le résistant est certes un soldat sans uniforme, héritier des soldats de l'armée française, mais de plus c'est un héros, un volontaire.

14De plus, les résistants appartiennent à une élite. Lors de l'inauguration du monument de Champfrémont en août 1944, M. Bizot, conseiller général déclare : « Certes tout notre pays était profondément anti-allemand et la plupart de nos compatriotes ont résisté aux exigences allemandes, mais une élite a fait plus et s'est groupée clandestinement pour attaquer nos adversaires et préparer sur le plan militaire la Libération ». Emile Janvier, conseiller général d'Alençon-Ouest, futur suppléant de Louis Terrenoire, acquiesce à cette phrase. Cette élite doit désormais appliquer ses projets, participer à la direction du pays, représenter l'avenir grâce à sa jeunesse.

15Héroïsation de l'individu, du groupe, du maquis, de la Résistance : les monuments sont certes ceux du deuil, d'où leur érection au lieu de la mort, mais ils sont aussi ceux de l'exemple : aux Aulnays, une stèle est construite, en plus, en bord de route ; à Appenai-sous-Bellême, deux monuments ont été construits, l'un en plein champ, l'autre en plein bourg.

La mémoire des déportés

16À cette héroïsation des fusillés, dont l'émotion se fait sentir dès le lendemain de la guerre, suit l'émotion envers les déportés non revenus. Les lieux de mémoire envers les résistants déportés sont plus nombreux : 36 lieux de mémoire. Mais le nombre des victimes inscrites est moins important, le monument s'adresse plus à l'ensemble des déportés, dont le nom est inscrit sur le monument aux morts, qu'à tel ou tel individu. Cependant, le résistant déporté, réparti sur tout le département et non regroupé dans quelques endroits d'exécution, permet une héroïsation communale. La plupart des villes ou gros bourgs se doivent d'honorer leurs morts. La Résistance chrétienne est tout d'abord valorisée. Le déporté est le Christ souffrant. La mémoire chrétienne s'attache aux individus. Le souvenir est particulièrement vivace à Mortagne, centre du réseau Hector, animé par des démocrates chrétiens. La plupart des membres du réseau sont arrêtés pendant l'été et l'automne 1942 ; une plaque inaugurée par le RP Riquet rappelle la déportation mortelle de quatre membres de ce réseau originaires de la ville, ainsi que celle des quatre autres déportés, tous liés au courant chrétien ; parmi eux les frères Vallée, l'un, Roger, séminariste requis au STO, l'autre André, typographe à l'imprimerie de Montligeon, président fédéral de la JOC, volontaire pour l'Allemagne à la place d'un de ses camarades père de famille ; un vitrail apposé en 1988 dans l'église de Mortagne rappelle leur mémoire et une procédure de béatification est en cours. Ils sont morts à Mauthausen et Flossenburg, âgés de 23 à 25 ans, pour « Action Catholique ».

17L'autre grand lieu du souvenir de la Déportation se trouve dans la salle du souvenir du musée de Fiers et les portraits de 23 déportés, morts ou non en concentration, y sont exposés. Parmi d'autres souvenirs de la Libération, y figure aussi une robe de déportée, Juliette Cosnard envoyée à Ravens- brück le 19 juillet 1943. Dans cette salle figurent dans une même unité les portraits de Henri Véniard, communiste fusillé à 26 ans le 12 novembre 1941, le premier fusillé de l'Orne dans lequel Vichy ait quelque responsabilité, d'autres de communistes, de socialistes, de gaullistes... La diversité de la Résistance et de la Déportation est donc respectée, mais la principale figure est Paulette Duhalde, modèle de résistante catholique, née en 1921 à Fiers, entrée au service de renseignement Jeanne en février 1941, arrêtée le 9 décembre 1942, morte le 28 avril 1945 en déportation. Une sculpture la représente en buste, en prière, au centre de la salle : elle est aussi la seule résistante ornaise à avoir droit à une sculpture, autre qu'une simple effigie. La robe de déportée et, cette sculpture, les beaux dessins de Jean Chaudeurge transcendent la salle.

18Dans d'autres villes, L'Aigle, Alençon, Argentan, Tessé-la-Madeleine, Bagnoles, dans les endroits du souvenir collectif, on ne s'attache pas à un nom en particulier, mais à l'ensemble des déportés. Le monument représente alors le déporté en général, au corps nu et, souffrant, torturé. De l'individualisation (Fiers et Mortagne), on passe à l'allégorie, mettant en scène la souffrance, la torture et la mort, à l'abstraction presque totale, les cendres, la mort (urne funéraire). À Domfront, une simple plaque, apposée en 1991, rappelle la mémoire des déportés. Cette globalisation explique que seulement le tiers des déportés non rentrés aient leur nom inscrit sur un monument autre que le traditionnel monument aux morts.

Héroïsations municipale, régionale, départementale, nationale

L'héroïsation municipale

19La mémoire des déportés, collectivement entretenue, met en avant le patriotisme municipal, le fait que la commune a participé aux combats pour la libération de la France. Trois communes ont reçu la Croix de Guerre, en raison de leur participation à la libération : à Tanville presque tous les hommes en 1944 gagnèrent le maquis de la forêt d'Écouves et deux hommes, le maire, Camille Ollivier, retenu par ses responsabilités, et un invalide, Joseph Laudrin, sont fusillés et leur nom se trouve sur le monument aux morts. À Domfront, la citation rappelle les victimes des bombardements et la participation à la Résistance. A Alençon, la citation rappelle le nombre de déportés (80, le chiffre le plus important du département) et la participation aux combats de « l'armée Leclerc ».

20Les communes savent honorer leurs propres employés. A Sainte- Gauburge (canton du Merlerault), une plaque est apposée en l'honneur du secrétaire de mairie, Auguste Lefevre, fusillé le 8 juillet 1944. A Alençon, à l'entrée de l'hôtel de ville, une plaque est apposée en l'honneur de Jean Sellin, employé de police, et de Pierre Hattet, architecte de la ville, mort en déportation...

21A Sées, le grand héros, avec Jean Mazeline, est Édouard Paysant, chef- adjoint de l'OCM, grand organisateur du BOA ; en juillet 1943, son père et sa mère sont arrêtés et meurent en déportation ; sa femme et sa fille sont aussi arrêtées ; lui-même est tué en Bretagne en juin 1944 : il était devenu chef du BOA de la région. A Vimoutiers, à la mairie subsiste ainsi la mémoire de Joseph Laniel, député de Lisieux, industriel local, sous-secrétaire d'État dans le cabinet Paul Reynaud, membre fondateur du CNR, où il représentait l'Alliance Démocratique, président du conseil du 28 juin 1953 au 12 juin 1954 ; la plaque commémorative a été précisément apposée en 1954.

22Cette héroïsation communale est très visible à Aubusson (canton de Fiers) ; le 11 janvier 1944, Henri Laforest, instituteur, dirigeant de Libé- Nord, y est arrêté ; il meurt en Allemagne. Sur la place bien entretenue de ce petit bourg, le nom de ce résistant figure sur le monument aux morts, sur la façade de la mairie, (après avoir figuré sur celle de l'école) et sur le gymnase. À Forges, dès 1946, la municipalité et les résistants font élever une grande stèle en l'honneur de Pierre Rossignol (1913-1945), qui cachait des réfractaires dans les chantiers forestiers. La stèle, comme le monument aux morts, se trouve au cimetière, bien visible du centre du bourg ; le portrait du défunt est apposé, sculpté par Godard, un des deux artistes qui ont mis en valeur le monument départemental d'Argentan.

23Cette héroïsation communale est d'autant plus remarquable que toutes les communes n'ont pas fait le même effort de mémoire envers leurs morts. A Fiers on recence cinq lieux de mémoire pour la Résistance, à Argentan quatre, à Alençon dix, à L'Aigle et Domfront deux. Il est vrai qu'au lendemain de la guerre, des villes ont été dirigées par des maires anciens résistants : Ernest Voyer, maire de L'Aigle de 1944 à 1965, député radical puis gaulliste ; Wladimir Martel et Pierre Couinaud, respectivement maires d'Argentan d'octobre 1944 à octobre 1947 et de 1953 à 1965 ; Marcel Hébert, maire d'Alençon de 1947 à 1959, secrétaire départemental du RPF ; Émile Janvier, maire de Saint-Denis-sur-Sarthon et, conseiller général d'Alençon- Ouest de 1945 à 1970, suppléant de Louis Terrenoire et en conséquence député de février 1960 à octobre 1962 ; André Rougeyron à Domfront.

24Le rôle de Marcel Hébert est particulièrement net à Alençon. Très tôt, il fait donner des noms de rues ou de places significatives : place du Général- de-Gaulle en juillet 1947, boulevard du Maréchal-Leclerc, places Desmeulles, Palmier, rue Marcel-Mezen, trois importants résistants alençonnais. Mais surtout en 1954, il fait ériger un nouveau monument aux morts, l'ancien, meurtri, mais réparable, ne suffisant plus : la France Victorieuse est au sommet d'un glaive de onze mètres de haut, glaive de la souffrance, mais aussi glaive de la Libération ; au pied quatre bas-reliefs ont été sculptés en l'honneur des victimes de la 1ère guerre, des soldats de la 2e guerre, de la Résistance et de la Déportation, des victimes civiles. La Seconde Guerre mondiale, dans ce monument aux morts, représente l'axe essentiel de la mémoire, l'aboutissement des guerres contre l'Allemagne, et, Marcel Hébert, le dit lui-même dans son discours d'inauguration, la victoire définitive de la France à laquelle les soldats de la Résistance sont largement associés.

L'héroïsation régionale, départementale, nationale

25Tout le département veut montrer qu'il a participé au combat. Le culte de la Résistance est même un moyen de faire oublier les erreurs du passé. Ainsi à Fiers, en septembre 1945, pendant la messe, lors de la cérémonie d'hommage à Paulette Duhalde, Georges Roulleaux-Dugage, député vichyste de nuance traditionaliste, catholique, est présent. Mais la région dans laquelle les lieux de mémoire sont les plus nombreux correspond aux Plaines, plaine d'Alençon, de Trun, vallée de la Dive, dans laquelle a eu lieu la fameuse capitulation, le 21 août, de la 7e armée allemande à Tournai. Quinze des 34 communes avec lieu de mémoire spécifique se trouvent dans ces Plaines. Cette densité a trois raisons. Les cantons les plus touchés par la collaboration constituent un étau dont la mâchoire supérieure correspond à une ligne La Ferté-Macé, Argentan, Vimoutiers ; l'autre mâchoire inférieure correspond à la ligne Alençon, Courtomer, L'Aigle ; entre ces deux mâchoires, les dénonciations ont eu des conséquences terribles. Les Plaines ne sont pas la région où les membres de l'Armée Secrète, en 1944, étaient les plus nombreux ; les cantons du bocage avaient davantage de résistants, mais, dans et autour de la forêt d'Écouves, se trouvaient des maquis assez bien organisés. Le BOA y a organisé de nombreux terrains de parachutage. Dans les Plaines subsiste un vieux jacobinisme rural, frondeur, républicain, bien représenté par le socialiste Granger, maire de Macé, les radicaux Panthou, adjoint au maire d'Argentan et Chevreuil, maire de Mortrée, les Mazeline étaient fils d'instituteur du Ménil-Broût (Mêle-sur-Sarthe) ; rappelons aussi

26que les communistes étaient relativement nombreux à Argentan et même dans les campagnes. Ajoutons enfin qu'à Alençon, ville préfectorale, sise dans cette région, des fonctionnaires surent prendre leurs responsabilités. Dans cet ensemble, se trouvent 86 des 200 fusillés ou tués au combat du 1er avril au 30 août 1944.

27Le souvenir de la Résistance y est vif, la Plaine a été la région ornaise libérée par « l'armée Leclerc ». Alençon est « la première ville française (du continent) libérée par une armée française » et, ici, la volonté de De Gaulle, la France qui se libère par elle-même, est particulièrement exaucée. Ici se constitue la France Combattante, alliance des armées de la France Libre et de la France Résistante. Non loin du monument aux morts, à Alençon, se trouve le monument à Leclerc et la France Victorieuse du premier regarde dans la direction du second. Monuments à la Résistance, anciens chars, stèles aux endroits où ont succombé des soldats de la 2e DB, plaques aux victimes civiles, se succèdent les uns aux autres, constituant entre Alençon et Ecouché, Argentan et Mont-Ormel, ce que nous pouvons appeler la voie ornaise de la liberté. À Fleuré, une stèle est dressée à l'endroit où Leclerc a impatiemment, entre le 13 et 22 août, attendu l'ordre de foncer sur Paris ; une effigie de Leclerc est précisément tournée vers la capitale ; non loin, à une dizaine de kilomètres, un monument de même grandeur, matériau, facture, se trouve à la carrière des Riaux, à Boucé, en l'honneur de résistants fusillés. Le monument de Fleuré domine Argentan où se trouve le monument départemental à la Résistance et à la Déportation.

28Ce dernier monument, très élevé, est inauguré en 1957. Argentan, située au cœur des Plaines est considérée comme le cœur de la Résistance ornaise. Le 17 mai, un coup de filet décapite la Résistance locale dont dix membres sont envoyés en Allemagne. Le monument, érigé en l'honneur de tous les résistants ou déportés, y compris ceux pour lesquels aucune plaque n'a été apposée, permet donc de corriger un oubli. Situé dans un quartier reconstruit moderne, il montre, comme les monuments d'Alençon, la projection de la Résistance dans l'avenir, l'actualité de ses valeurs ; à Argentan est en même temps inauguré le nouvel hôtel de ville. Comme à Alençon, le monument est inauguré par une personnalité nationale et l'héroïsation nationale est affirmée. La commune... une région... le département... la nation..., mais aussi un regard plus vaste : l'inauguration du monument correspond au jumelage d'Argentan avec la commune britannique d'Abingdon. Sur la face orientale, au soleil levant, une femme, allégorie de la France, est entourée du peuple, peuple résistant, mâle, en arme, mais aussi du simple peuple resté en famille, prêt à suivre l'élite résistante ornaise, chargé d'enfants, décidé à assurer l'avenir du pays. La France à la tête entourée, en auréole, d'une date « 18 juin 1940 », est surmontée d'une Croix de Lorraine. Or lors de l'inauguration du monument, la presse locale, le Journal de l'Orne, n'hésite pas à demander pour la France un gouvernement qui soit fort. De l'héroïsation nationale au souhait de retour au pouvoir du général de Gaulle ? Les lieux de mémoire de la Résistance sont liés aux vies politiques des IVe et Ve Républiques. La mémoire de la Résistance est liée

29au retour au pouvoir du général de Gaulle. Enfin est inauguré en 1965, en pleine période de la politique sourcilleuse du Général vis-à-vis des Anglais et des Américains, le site de Mont-Ormel qui a pour but de commémorer la victoire des Alliés. Il domine un immense paysage et est le plus grand monument de l'Orne. Le monument est constitué par un mur ouvert par la porte de la Paix et de la Liberté. Parmi les écussons des vainqueurs sont représentés ceux de la 2e DB et des CVR de Normandie : la Résistance est à égalité avec les Alliés.

La reconstruction de l'État

30Après la Libération, de Gaulle, chef de gouvernement, veut réaffirmer l'unité et la continuité nationale, montrer que les fonctionnaires n'ont pas failli. Postiers, cheminots, enseignants, fonctionnaires de la préfecture, gendarmes, sont glorifiés. Une plaque est apposée à l'intérieur de la préfecture en l'honneur de Marcel Palmier, le plus jeune chef de division de France, organisateur en faveur des réfractaires d'un trafic de faux-papiers, pressenti pour être préfet à la Libération, mais arrêté en mars 1944 et mort en déportation. À Alençon, Daniel Desmeulles, professeur agrégé d'histoire, chef départemental de la Résistance, arrêté en juin 1944, et mort en Allemagne, est honoré d'une plaque portant son effigie apposée dans sa salle de classe. Sept autres membres de l'enseignement sont aussi honorés : ils peuvent être montrés en exemple à la jeunesse.

31En décembre 1947, en présence du colonel Pruvost, une plaque est scellée dans l'hôtel des postes en l'honneur des cinq postiers fusillés, des six déportés, des quatre morts au champ d'honneur, des neuf victimes civiles. Fernand Chasseguet, contrôleur des postes, responsable de la Résistance en juin-juillet, a été exécuté à l'Hôme-Chamondot. Pons, directeur départemental, Brousse, inspecteur technique ne sont pas revenus des bagnes nazis.

32En juillet 1946, une plaque est apposée à l'intérieur de la gare d'Alençon, en présence des responsables de Résistance-Fer, en l'honneur d'un fusillé et de cinq tués pour fait de guerre. Des plaques sont apposées dans d'autres gares, à Argentan, Surdon, L'Aigle. Le nom de nombreux communistes y est apposé.

33L'action des gendarmes est aussi mise en valeur. À Sées, leur action est liée à celle d'Édouard Paysant et de Jean-Pierre Granger ; en juillet 1943, comme eux, actifs au sein du BOA, ils ont participé à la cache des aviateurs alliés ; quatre gendarmes sont arrêtés en juillet 1943, seul l'un d'entre eux devait revoir la France. A Courtomer, deux gendarmes du groupe Vengeance sont arrêtés ; ils meurent en déportation. La mémoire se perpétue : en 1994, la caserne de gendarmerie d'Alençon devra recevoir le nom de René Nicolas, arrêté le 3 février 1944, pour avoir aidé des réfractaires du STO.

Débats autour des monuments

34La mémoire est enjeu politique. La sémiologie des monuments le prouve. Contrairement aux monuments édifiés après la première guerre, la croix religieuse n'apparaît que très rarement (une croix se trouve ainsi à Saint- Cyr la Rosière) même s'il s'agit de la Résistance chrétienne ; les chrétiens peuvent-ils transférer leurs sentiments sur la croix de Lorraine ? De même aucun sigle ne rappelle l'appartenance de fusillés (Condé-sur-Sarthe et Saint- Germain-du-Corbeis) ou de cheminots aux groupes des FTP. En 1946, lors de l'inauguration du monument de Saint-Germain-du-Corbeis (Alençon-Ouest), un message est lu au nom de Charles Tillon, chef national des FTP pendant la guerre, alors ministre de la Guerre, message jugé tendancieux par beaucoup, dont Mme Desmeulles. La mémoire de la Résistance doit-elle être engagée dans le combat politique du moment ? Les inaugurations de plaque ou monument sont en 1945-1947, l'occasion de demander pour les uns une épuration plus efficace, mais, le plus souvent pour les autres, un appel à l'unité et à l'effort, une critique contre l'agitation sociale entretenue par les communistes. La croix de Lorraine, symbole gaulliste, mais aussi symbole de l'unité nationale, est en fait le seul signe présent.

35Lors des inaugurations, on sent parfois la rivalité entre FNDIR et FNDIRP, certes située dans la mouvance communiste, mais ouverte aux déportés raciaux. En 1947, à la Chapelle Montligeon, une plaque est apposée en l'honneur d'André Vallée, membre de la JAC, déjà présenté, d'abord requis du travail, envoyé ensuite dans un camp en raison de ses activités catholiques ; il est surtout honoré comme déporté par la FNDIRP.

36Autre problème : les monuments à la Résistance sont-ils l'image conforme de la Résistance ? Ils sont plutôt, et c'est logique, d'abord l'image de ses fusillés, ensuite de ses déportés ; de ce fait ils valorisent certaines régions : alors que l'Ouest du département était la région qui comprenait le plus de résistants, il n'y a que peu de monuments. A Tanville, la stèle à Albert Giroux, fusillé le 10 août 1944, rappelle l'existence de maquisards mais aucune plaque celle de l'ensemble du maquis. Une seule plaque, située à Athis, inaugurée seulement en 1983, rappelle l'existence d'un maquis pour lequel il n'y a pas eu de morts ; à notre connaissance, aucun autre lieu de mémoire ne rappelle l'existence des autres maquis ornais. Dans l'ensemble, les monuments sont souvent plus urbains que ruraux.

37La petite résistance populaire, non organisée dans un mouvement structuré, est-elle aussi reconnue ? Sur la cinquantaine d'hommes, non enrôlés dans un mouvement officiel de Résistance, fusillés par les Allemands, presque tous en août 1944, qu'ils soient otages ou qu'ils aient montré une quelconque hostilité aux Allemands, seuls quatre monuments sont à relever. Le premier se situe à Tourouvre, où un grand tombeau est édifié en l'honneur des 18 otages tués les 13 et 14 août 1944 ; mais ici nous sommes aux limites de la Résistance, au sens combatif du terme. Le second se situe à Condeau (canton de Rémalard) où une plaque est apposée en l'honneur de deux jeunes de la commune, porteurs d'une arme, fusillés par les SS le 11 août 1944. Le troisième se trouve à Condé-sur-Sarthe (canton d'Alençon-Ouest) où en 1948 fut édifié un calvaire à la mémoire, entre autres, de deux employés du château de Verveines, siège de la Feldgendarmerie, abattus par celle-ci. Un quatrième monument, à Radon (Alençon-Est), correspond à une stèle érigée sur le lieu où fut exécuté, le 23 septembre 1940, Michel Coupry, pour avoir simplement édifié, sur la route, une barricade de branchage ; ce monument n'a été édifié qu'en 1978.

38En fait, la stèle érigée en l'honneur de Michel Coupry est liée à l'extravagante affaire de « premier fusillé » de l'Orne. Pendant longtemps le premier fusillé fut considéré comme étant Henri Véniard, FTP, exécuté le 12 novembre 1941. Les communistes surent le répéter, au point d'agacer les non-communistes qui découvrirent, à la suite de recherches dans les archives, un « premier fusillé » plus précoce en la personne de Coupry, et lui élevèrent donc une stèle à la mémoire du « premier fusillé » (pourquoi la famille ne s'est-elle pas manifestée plus tôt ?). Or depuis, lors d'une exposition à Argentan, sur la mémoire communiste, le nom d'un fusillé encore plus précoce a été ressorti : Pierre Baudu, exécuté le 16 juillet 1940 à la suite d'une détention d'armes. Or, ni la famille ni les militants communistes ni les CVR ne se sont manifestés pour que lui soit reconnu le titre de premier fusillé. Mémoire de la Résistance et rigueur historique vont-elles de paire ? Est-il souhaitable de remettre les mythes en cause, comme si c'était la Résistance elle-même qui y perdait la crédibilité ?

39Faut-il voir aussi un symbole de la Résistance dans le vitrail de Jean Chaudeurge, installé dans l'église de la Corneille (Athis), inauguré en 1942, représentant « le Christ inauguré en la personne de Saint Etienne » le persécuteur, Saul, représente les Allemands ? Le persécuté représente-t-il la population française ?

40Pour terminer, un débat s'est engagé au niveau artistique. La plupart des monuments sont de simples plaques ou stèles sans figure humaine. Cependant sur quelques plaques les portraits des héros apparaissent ; le visage de Paulette Duhalde est sculpté dans la salle du souvenir de Fiers. Mais la grande figure qui apparaît est bien celle du déporté en général. À cet égard, le monument d'Argentan est révélateur : en 1957, le sculpteur Pierre, de la Ferté-Macé, sculpteur des plus beaux monuments départementaux consécutifs de la Première Guerre mondiale, représente, sur la face nord, des résistants, dans une situation réaliste au combat ; sur la face est, il représente une famille française et des paysans, fusil à la main, entourant l'Allégorie de la France. Dans les commentaires de presse, l'œuvre plaît, mais sans plus ; on la trouve même maladroite. En revanche, sur la face sud, Godard, ancien élève du Lycée d'Alençon, issu des nouvelles générations, a représenté la souffrance à l'état pur, passe à l'abstraction, se refuse à délivrer d'autre message que le rappel de la douleur due à la guerre.

41Ce témoignage fait à nouveau débat. Est-il supportable pour la sensibilité des nouvelles générations ? À Bagnoles-de-l'Orne, station thermale et touristique, on a récemment préférer enlever les deux gisants.

Notes

1 Boivin (Michel) « le Gaullisme dans l'Orne », le Pays bas-normand, 1979.

Auteur

Correspondant départemental IHTP-CNRS de l'Orne

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540