Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

4e partie. Épuration, enjeux politiques et mémoire

Construction des mémoires collectives dans l'Eure : enjeux et protagonistes (1944-1954)1

Julien Papp

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Namer (G.), Mémoire et société, Klincksieck, 1987, 242 p. ; Papp (j.), Mémoires de la Seconde Guer (...)
  • 2 Rousso (H.), Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Points/Seuil, 1990, 418 p.

1La décennie de l'après-guerre présente un intérêt particulier pour une approche de la mémoire résistante. Avec la renaissance des libertés publiques, c'est alors que les débats mettent à jour les fractures et les solidarités issues des épreuves, « la récurrence ultérieure des crises du souvenir prend sa source dans ces années-là »2.

  • 3 Bulletin des Compagnons de la Résistance normande (CRN), n° 7, 1948, M. Baudot.
  • 4 Le Pont-Audemer (LPA), 7 mai 1950.

2La proximité des événements confère à la période, surtout aux années 1944-1947, une forte charge passionnelle et une solide unité entre le vécu récent et ses représentations, bien que la Libération soit ressentie par tous comme le début d'un temps nouveau. Car si l'oppression a cessé, à l'occupation succède le temps des deuils, des litiges et la recherche du sens à donner à ce qu'on vient de connaître. Aussi, le sentiment de la continuité est-il vif dans tous les milieux. Dans le monde résistant, s'y ajoute l'idée que l'on a de sa mission : pour les uns celle-ci a été accomplie avec la libération de la France et de l'Europe, pour d'autres, « le Combat n'était pas fini le 25 août »3 : clivage donc, au sein même d'un groupe soudé entre ceux qui sont déjà « anciens combattants » et ceux pour lesquels seule la nature du combat a changé. « Pendant l'occupation...l'ennemi c'était la Gestapo avec ses fusillades, ses tortures, ses incendies, dit un « compagnon ». Maintenant, tout joue encore contre nous. L'ennemi c'est l'ancien attentiste »4.

  • 5 Frank (Robert), « Colloques : La Résistance et les Français », Le Bulletin de l'IHTP, mars 1994, p (...)

3Pour une bonne part, l'opinion publique se constitue également dans la continuité ; elle se réfère à la fois aux représentations des années noires et à la situation nouvelle, et il importe donc de l'envisager en deux temps. Dans cette perspective, les résistants apparaîtront d'abord comme objet de l'opinion publique, puis comme sujets actifs face au camp de l'oubli5. Ils seront ensuite présentés à travers les lieux de mémoire focalisant des éléments de solidarités ou des situations concurrentes.

Résistance et opinion publique6

Représentations contemporaines (1940-1944)

4Dans les rapports officiels, l'état de l'opinion publique envers la clandestinité est pratiquement absent. Des témoignages montrent le prestige des actions « propres » liées à l'action militaire alliée, même dans les milieux « attentistes ». De la nature des actions clandestines dépendent très souvent les jugements sur les qualités personnelles sinon les motivations des résistants, ainsi que leur isolement ou l'intensité de leurs liens avec la population. Aussi le repérage de secteurs d'opinion selon les types d'action est-il plus à la portée d'une démarche empirique que la quête d'une opinion publique globale.

5Avant la naissance de toute organisation (plus de vingt réseaux auront des ramifications dans l'Eure, ainsi que 6 à 7 mouvements, le maquis Sur- couf en regroupant plusieurs depuis la fin de 1942) et avant que la presse ne se transforme en instrument de propagande, les premiers sabotages (dont celui du 20 août 1940 ayant entraîné une exécution et une déportation) sont condamnés avec virulence par tous les journaux, de droite et de gauche. Leur ton semble traduire des sentiments largement présents. C'est que les sabotages perturbent la quiétude de l'armistice, et on redoute la répression : à Évreux, le Feldkommandant n'a-t-il pas menacé de raser la ville et d'interner les habitants.

  • 7 AD Eure, FFI/78 : lettre sd des habitants de Bouquelon.

6Si la propagande officielle est suspecte quand elle dénonce le « terrorisme », l'opinion des résistants paraît un indice sûr, dans la mesure où ils observent « de l'intérieur » : du fait de la sédentarité beaucoup n'échappent que par l'action à leurs rapports sociaux et politiques habituels. Outre les sabotages pouvant attirer des représailles, les « attentats contre les biens » aliènent des sympathies dans un département rural aisé et placent les acteurs devant un choix difficile : comment alerter les hommes à leur « devoir envers la patrie » tout en cherchant à préserver leur paix et leurs bénéfices, une certaine légitimité résistante étant à ce prix. D'autre part, en voulant installer une légalité dans l'illégalité (« la justice du maquis ») par l'exécution notamment de jeunes « hors-la-loi », les chefs clandestins risquaient de se montrer protecteurs des « voleurs volés » et de s'écarter de leurs bases les plus populaires7.

  • 8 Le Courrier du Plateau du Neubourg et du Pays d'Ouche (CN) 4 octobre 1945.

7A partir de 1943, le réfractariat affecte un grand nombre de gens, mais une partie des déracinés du STO venant des zones urbaines (Paris, Rouen, Le Havre), des heurts se produisent avec le monde des bocages. Cela d'autant plus, que souvent ils sont encadrés par les FTP et que les lieux d'accueil propices correspondent à la moitié ouest, plus conservatrice de l'Eure. Mais dans l'ensemble, le STO aurait modifié favorablement l'opinion du monde paysan envers les résistants, dont les démarches supposaient contacts personnels et climat de confiance. Cette image est malmenée plus tard quand on aborde les motivations : « beaucoup de gros agriculteurs » exploitaient les réfractaires et leur « double jeu a bien servi à blanchir ce qui était noir. Une minorité seulement a fait son devoir de Français », affirme un protagoniste8.

8L'image des résistants se modifie également quand l'action ouverte des FFI succède à la clandestinité.

L'après-guerre (1944-1954)

9On repère ici l'opinion publique selon deux plans : action civile et action militaire des FFI, à travers les exemples comportant des éléments de rapports officiels et la perception des intéressés.

  • 9 Porte Nomande (PN), 27 octobre 1944 er Résistance Normande (RN), 3 septembre et 14 octobre 1944.
  • 10 AD Eure, 11 W 16, 8 novembre 1944.
  • 11 Le Patriote de l'Eure (PE), 21 septembre 1946.
  • 12 AD Eure, 11 W 16, 19 octobre et 18 décembre 1944.
  • 13 Chez Nous, n°5, mai 1945.
  • 14 AD Eure, 11 W 16, 16 février 1945.

10L'action civile est rejetée par les milieux hostiles pour lesquels les FFI « ne sont que le rebut de la société » ; la masse passive est critique : les FFI ont fait trop ou n'en ont pas fait assez9. Le sous-préfet de Bernay, ancien résistant, parle de « lourdeur, lenteur, mollesse, apathie, égoïsme » pour décrire l'état d'esprit de ses administrés, et les « résistants actifs qui voudraient modifier cet état de choses sont considérés comme des trublions. Leur activité est mal vue, mal jugée »10. À trop écouter ces voix, il n'y aurait eu de résistants que de la dernière heure ; voix de la mauvaise conscience probablement, qui traduit à la fois la gêne et l'effort de se justifier. Comme le dit Thérèse au chef du maquis Surcouf, dans le livre de fiction du sous- préfet précité, Ch. Rickard : « Les gens d'ici ne sont pas prêts à vous pardonner de leur avoir fait honte ». Ce vaste ressentiment de « ceux qui étaient devenus subitement braves »11 pèse sur l'opinion publique. Dans les campagnes, on en saisit les effets par la gendarmerie, qui attribue « l'atmosphère de malaise » à des « interventions irrégulières d'éléments non qualifiés »12, ou par tel bulletin interparoissial ironisant sur « les individus ou les comités, ni élus, ni nommés, qui prétendent un peu partout remplacer l'autorité »13. Si dans l'ordre économique on réclame de toutes parts des « réformes de structure », le message résistant est sévèrement jugé quand il se superpose au vieux conflit de classe. Pour expliquer les faibles rendements dans les usines, le commissaire de police de Vernon rend responsable « la persistance de l'esprit de résistance ». Trop d'éléments ne veulent pas se souvenir, dit-il, que la lutte était exclusivement dirigée contre l'ennemi et non contre les employeurs : « L'on veut toujours se permettre des choses illégales »14.

  • 15 AD Eure, 142 T, Vernon, Brionne, Étrépagny, mars 1946.

11Quant aux grands projets civiques, ils ont laissé dans l'opinion l'image d'un échec : les profits illicites ou l'épuration apparaissent tôt comme des « affaires de Résistance », sans intérêt pour le grand public15.

  • 16 AD Eure, 11 W 16, 4 novembre 1944.
  • 17 PN, 27 octobre 1944.

12L'image des FFI en tant que forces armées cadre en partie avec celle de leur action civile. À Vernon où « les divers groupes de résistants et leurs partisans » représenteraient 75 % des habitants16, le départ des FFI suscite « une joie malsaine » dans le « bloc » hostile, leur présence dans la ville faisant « peser sur la conscience élastique de ces messieurs un poids énorme »17.

  • 18 AD Eure, 11 W 16, 19 octobre, 21 novembre, 1er et 22 décembre 1944, 12 avril et 28 juillet 1945.

13Le prestige des « Forces armées de la Résistance » est faible, elles n'entraînent pas la jeunesse, qui « semble indécise, quelque peu apathique » manquant d'enthousiasme « pour les mouvements patriotiques et autres »18. Les demandes de sursis d'appel sont nombreuses.

14Tout ce qui est signe de départ et de discipline est reçu avec soulagement. Les défilés des Bataillons de marche « ont soulevé sur leur passage une émotion patriotique réelle » ; les succès de « notre armée » en Alsace provoquent dans le public un « ardent sentiment patriotique ». Population, milieux résistants et militaires semblent unis par l'espoir d'une participation française à l'occupation de l'Allemagne, aspirant « à venger les affronts, privations et horreurs commis par les Allemands ».

Il ne faut plus en parler...

15Dans l'ordre de l'opinion publique, le souvenir est en lui-même un objet : il existe une volonté explicite de se souvenir contre une volonté d'oublier. Chez les résistants elle se confond avec l'engagement dans la vie publique au lendemain de la Libération ; elle se renforce avec le retour des déportés survivants, au moment où l'essoufflement de l'épuration préfigure « l'oubli juridique ». L'inventaire des souffrances concourt à une identité commune. Dans un raccourci bien senti, le chef du maquis Surcouf, R. Leblanc, parle de « nos morts avec qui nous ne faisons qu'un », donnant un éclairage spontané de la mémoire de groupe : « présence du passé », suppression du temps qui sépare.

  • 19 che d'Evreux (DE), 28 avril 1945 et CN, 3 mai 1945.
  • 20 PE, 9 novembre 1946.

16La « présence » des compagnons disparus et l'idée que la résistance n'a pas achevé sa mission, imposent le souvenir à la fois comme obligation morale et devoir politique. Certains titres de la presse nouvelle ne laissent à cet égard aucun doute : « N'oubliez jamais »19, « Oublier c'est trahier »20.

  • 21 AD Eure, FFI/93, 9 novembre 1945.

17Le discours résistant est d'autant plus âpre et passionné que, dans l'oubli, la volonté délibérée agit avant l'usure du temps : « Vous avez fait de la résistance, écrit à son employée un ancien vichyssois élu maire en mai 1945, vous avez fait votre devoir, n'en parlez plus, vous ne devez pas en parler, il ne faut plus en parler »21. Si l'exemple d'un vœu aussi clair est unique en son genre, on repère constamment ce désir dans l'indignation du camp opposé : « Que voulez-vous, dit R. Leblanc qui fournit avec M. Baudot les meilleurs exemples, tout cela est de l'histoire ancienne... Oradour, Bu- chenwald, Dachau... il ne faut plus en parler..., on en arrive à se demander si ce n'est pas une erreur, pire, un crime, que de ne pas vouloir oublier ! ».

  • 22 Le Républicain de l'Eure (RE), 18 mai 1946.
  • 23 Idem, 17 et 24 mai 1947.

18L'oubli prend le plus souvent des voies détournées, il a ses lieux ou plutôt ses « non lieux » de mémoire : commémorations, inaugurations, honneurs, décès... Le 8 Mai notamment, « qui a réhabilité la France »22 a connu beaucoup d'abstentions ou souffert d'un « manque de mémoire »23.

  • 24 LPA, 3 septembre 1950 et 17 mai 1953.
  • 25 Le Démocrate Vernonnais (DV), 17 juillet 1953.

19À plus forte raison, dans les cas individuels, les occasions insignes peuvent fonctionner comme lieux d'oubli. De grands résistants, tels C. Lesage ou M. Huchon, par exemple, ont été passés sous silence, alors que l'on s'attendait au renouvellement public de leur souvenir24. Dans le même registre, mais en sens opposé, l'éloge funèbre municipal a complètement occulté l'activité « pendant les heures tragiques » du maire vichyssois de Vernon25, que les résistants avaient voué à la potence.

  • 26 DE, 28 avril 1945.

20Les silences cachent l'un des enjeux de la mémoire : le rôle de chacun pendant les années noires doit être ou non une affaire publique. Déjà, la veille des municipales de 1945, La Dépêche, successeur de L'Eure Libérée, a insisté auprès des membres de « l'ex-administration vichyssoise » d'Évreux, qui « ne soufflent mot (dans leur liste d'« Entente républicaine ») d'un passé encore présent dans toutes les mémoires », pour « qu'ils nous rendissent compte de leur activité pendant la durée de leur trop longue délégation »26.

21L'enjeu est d'autant plus crucial que les silences, accidentels en apparence, convergent vers l'oubli officiel, et que les bases même de la légitimité résistante risquent d'être niées par les forces que l'Occupation a de facto condamnées politiquement.

22Après la promulgation de la première loi d'armistice (16.8.47),

  • 27 CRN, n°6, février 1948, M. Baudot.
  • 28 Idem, abbé Le Renard.

23« la grande offensive des ex-collaborateurs tendant à l'octroi d'une mesure générale d'amnistie se poursuit... par la voie de la presse,... des salons... et d'une certaine magistrature,... les Cardinaux et Archevêques de France » y apportant leur contribution27. C'est dans ce contexte qu'un autre enjeu est formulé : le déshonneur d'accepter que le même oubli recouvre « cette armée clandestine des FFI et des FTP qui cherchaient partout le combat... et celle des trafiquants,... qui cherchaient partout le profit... Que le même voile tombe sur les pauvres corps martyrisés, décharnés, partis en fumée dans le ciel allemand, sur les fusillés de la Résistance, sur les otages massacrés... et sur les « salopards » qui donnèrent ces ordres ou dressèrent ces listes »28.

24Ces débats ont-ils contribué à maintenir vivants les souvenirs ou, au contraire, à en accélérer l'érosion ? À Pont-Audemer, un orateur constate dès 1949 que « les morts vont vite, l'oubli passe rapidement son éponge ». Face à ce processus irréversible, les lieux de mémoire se distinguent par leur diversité et leur dynamisme.

Lieux de mémoire de la Résistance

25Il s'agit, au sens large, de lieux « d'ordre matériel ou idéel » (P. Nora) : organisations, monuments et symboles, publications et témoignages.

Organisations

26On peut réunir sous ce vocable les associations spécifiques et certains aspects de la « mémoire officielle » : État, communes, Armée.

  • 29 AD Eure, FFI/93.

27Dans le premier ensemble, qu'il n'est pas question de décrire ici, la création des Compagnons de la Résistance normande est directement liée à la défense de la mémoire résistante. Elle eut lieu le 7 juillet 1946 à Bernay, en présence de « 700 participants en colère venus de toute la France », et de Guy Mollet, représentant de Fiers, où il avait pu renconter R. Leblanc, « qu'il admirait ». Les premiers orateurs donnèrent le ton : « Il ne suffit pas de nous souvenir, il faut sauver l'honneur ». Les CRN eurent leurs filiales dans l'Orne et le Calvados, ainsi qu'un Bulletin, « réservé à ses adhérents ». Le statut précise bien que les CRN sont tournés vers l'action pour atteindre les buts fixés dans la clandestinité29.

  • 30 PE, 7 octobre et 28 octobre 1944.
  • 31 Le Réveil, 22 juin 1946 et 12 juillet 1947.

28Si les autres associations (on en compte de 15 à 20 dans les années 1970) n'ont pas ce rôle fédérateur, elles n'en sont pas moins tournées vers une « mémoire active » : le FN qui affirme que « nous vivons une période révolutionnaire »30, ou les Réfractaires et Maquisards qui proclament : « Tant que la libération totale du Pays ne sera pas chose faite votre rôle n'est pas terminé »31.

  • 32 RE, 16 avril 1948, 17 janvier 1949,...

29On entretient à travers le pays des relations actives. Outre le Bulletin des Compagnons qui, on l'a vu, n'était pas une initiative isolée, la « Tribune libre de la Résistance » dans le journal du MRP traduit localement la naissance d'un comité d'action sous l'autorité du général Cochet pour défendre « notre patrimoine commun de la Résistance »32.

  • 33 PE, 12 décembre 1947, CRN n°7, mars-avril 1948.
  • 34 CRN, n°8 et 12, 1948 et 1949.
  • 35 RE, 25 juillet 1947.

30Pour rattacher les combattants de 39-40 à la mémoire résistante, on insiste sur la dimension politique de la guerre, sur ses origines et les causes de la défaite33. Mais certains pensent que les PG de 40 auraient dû être traduits en tribunal militaire pour s'expliquer34. D'ailleurs, une même mémoire ne pouvait souder les PG qui se sont engagés dans l'Armée Rouge et les « pro-allemands ». Enfin, qu'il s'agisse des AC de 40 ou des CVR, leur mémoire s'accorde mal avec celle des AC de 14-18, comme l'a révélé lors de la réunion constitutive de l'UFAC « un incident violent... provoqué par un ex-collaborateur vichyssois, qui se livra à une série d'injures et d'accusations contre un Résistant qui souffre encore... de son passage entre les mains de la Gestapo »35.

  • 36 RE, 5 octobre 1946.

31Il est des lieux, partis ou assemblées d'élus, dont le propre est de mettre à jour les vieilles fractures et donc la fragilité du consensus du monde résistant. C'est ainsi que la restitution du palais épiscopal (rendu à l'évêque par le Maréchal), proposé par le radical Chauvin (résistant déporté) lors de la première session du Conseil général, a posé la question de la laïcité, avant que ne fût soulevée celle de la légalité républicaine à travers le débat sur l'école. « Où est l'heureux temps d'avant les élections municipales ? À ce moment on était tous frères... maintenant les doigts se replient, les poings se ferment », écrit Le Réveil le 17 novembre 1945. Même regret à la suite d'un débat politique entre un résistant du PRL, celui-ci « restant — quoi qu'il veuille — le refuge des ex-pétainistes, petits et grands », et celui du PCF : « Et nous assistons à un débat extrêmement pénible entre deux hommes qui... ne peuvent retrouver leur ancienne fraternité d'armes »36.

  • 37 CRN, n°7, mars-avril 1948.

32Bien avant la guerre froide, la présence dans la presse (issue de la Résistance) d'expressions comme « mangeurs de curé », « pacte honteux », « fascisme rouge », « cagoulards »... traduisent les divisions du monde résistant. S'y ajoute « la pléthore de croix et de médailles, distribuées à tort et à travers » à des amis politiques37.

33À une autre échelle, la « mémoire officielle », surtout l'action de l'État accentue la dimension politique de la mémoire. L'exemple le plus éclatant en est la mise en place de « l'oubli juridique ». Par ailleurs, toute une série de mesures légales en faveur de morts et des vivants impliqués dans les drames des années 40-44, participent au mouvement lent de dévitalisation du message résistant. Ce mouvement agit aussi à travers les symboles et les stéréotypes.

Monuments et symboles

  • 38 Feuille d'Informations Locales de Port-Audemer (FIL), 11 juillet 1945.

34Rendre visible le souvenir des martyrs résulte d'un vœu spontané. En érigeant des stèles sur les lieux même et « dans tous nos villages meurtris », dit un orateur, on marquerait en même temps, par « le sens et le nombre » de ces monuments, la trace des « crimes allemands (qui) ne doit jamais être effacée »38.

35Les années 1946, 47 et 48 sont les moments forts des inaugurations. C'est alors que furent réalisés les 2/3 des quelque 120 ouvrages (stèles, monuments, plaques) que nous avons recensés jusqu'en 1986. Les différentes catégories de martyrs de la Résistance en constituent la moitié, dont 36 fusillés ou tués, 17 déportés et 6 déportés fusillés. Les objets désignent toujours des lieux réels, lieux de massacre ou de départ vers la déportation. Quelques monuments collectifs (maquis Surcouf, Carré des Maquisards, Stèle du réseau Prosper), des objets symboliques propres à la 2e Guerre (urne de Buchenwald, mémoriaux...) et les monuments aux morts de 1914-1918 perpétuent également le souvenir des morts de la Résistance.

  • 39 RE, 23 janvier 1948.

36Parmi les stèles, plusieurs sont dédiées aux soldats alliés, leurs noms figurent sur les monuments de 14-18 et, parmi les rues rebaptisées, un bon nombre portent les noms de leurs chefs. Dès décembre 45, les « vieux vernonnais » regrettaient que l'avenue d'Évreux soit débaptisée et, en 1948, l'attribution des noms du général Leclerc et du colonel Fieschi soulève des désapprobations de « nos amateurs d'ancien »39.

  • 40 AD Eure, FFI/52, 17 février 1947.
  • 41 PE, 29 décembre 1945.
  • 42 PE, 21 décembre 1946.
  • 43 RE, 5 octobre 1946.
  • 44 CN, 2 août 1945.

37De son côté, l'État joue un rôle ambigu dans la gestion des symboles. Ainsi, la loi sur les monuments commémoratifs de la Résistance exclut tout représentant des intéressés de la Commission départementale prévue pour statuer sur les projets40. Sous bénéfice d'inventaire, il n'existe dans l'Eure que deux stèles (dédiées à des FTP), qui ne comportent pas la Croix de Lorraine. C'est encore la mémoire officielle qui est à l'œuvre pour exclure des honneurs les militants FTP, « qui se sont montrés bien souvent les plus combatifs, les plus courageux »41. Le FN tient le haut du pavé dans les réunions publiques et les comités, mais ceux que « l'ennemi qualifiait de terroristes communistes » font figure de bannis : deux ans après la Libération, pas un seul membre du FN ou des FTP ne figure parmi les décorés de la médaille de la Résistance, précise M. Greffier dans un éditorial intitulé « À la peine, mais pas à l'honneur »42. M. Baudot soulève le même problème lors d'une réunion du mouvement Vengeance43, et les maquisards, ces « terroristes... qui eurent le courage de refuser l'infâme besogne » du STO, se sentent écartés des honneurs et des avantages au profit des PG et des travailleurs rapatriés44.

  • 45 AD Eure, 4 W 28, 14 août 1948.
  • 46 RE, 13 avril 1946.

38L'attribution des honneurs collectifs est le domaine propre à l'État, comme la citation à l'ordre de l'Armée45 de 7 villes de l'Eure (Beaumont-le-Roger, Évreux, Gisors, Les Andelys, Louviers, Pont-Audemer et Vernon), qui font figure de haut-lieux, à la fois pour les épreuves subies et par l'honneur que les mouvements clandestins ont fait rejaillir sur elles : « L'honneur qui leur est fait, écrit le journal après les citations de Mademoiselle Corvaisier et de Madame Cressy à Vernon, c'est aussi un honneur pour notre cité. Il prouve que chez nous, la flamme a brûlé... et cela rachète largement la honte de quelques collaborateurs que nous avons connus »46.

  • 47 Prost (A), dans La Mémoire des Français. Quarante ans de commémoration de la Seconde Guerre mondia (...)
  • 48 Papp (J.), dans ibidem, p. 194-198.
  • 49 DK,6 et 14 mai 1954.

39Par les célébrations du 11 Novembre qui leur sont liées, les monuments de 14-18 ont fourni tout le rituel et restent au centre des commémorations de la 2e Guerre47, qui en ont tout de même enrichi le répertoire musical (chant des Partisans, hymnes alliés) et les thèmes de discours. Les monuments de la Grande Guerre ont montré aussi leur puissance assimilatrice : ils accueillent les ouvrages déplacés et détournent le sens du 8 Mai, dont la célébration fut un enjeu permanent de la mémoire résistante48. L'année de Diên Biên Phu illustre l'apogée de ce processus à Vernon lorsque le 8 Mai devient à peu de chose près l'anniversaire de « la grande bataille de la Marne »49.

  • 50 La vie diocésaine, 29 décembre 1945.
  • 51 RE, 11 mai 1946.

40Dans le jeu des symboles, l'Église joue un rôle essentiel, dont le leitmotiv est le miracle. Une bonne partie des 33 monuments religieux (calvaires, plaques) dressés jusqu'en 1951 (dont 28 entre 1944-1947) exprime la gratitude d'avoir été rapatrié ou sauvé « miraculeusement » lors des bombardements. Les inaugurations sont ici des actions de grâce collectives. Il y a ensuite la coïncidence des événements : « Avez-vous remarqué les dates de la cessation des combats, rappelle l'évêque d'Évreux : 8 mai, fête de Jeanne d'Arc, pour l'Europe ; 15 août, fête de l'Assomption, pour l'Extrême- Orient ? »50. L'histoire est également détournée vers les grands rassemblements catholiques (congrès mariai, grand Pardon, croisade de l'Amour...), qui mobilisent des foules énormes. Si, visiblement, il n'y a pas eu dans l'Eure d'arrêtés municipaux interdisant les manifestations religieuses sur la voie publique, comme ce fut le cas ailleurs (Eure-et-Loir, Ardèche, Hte- Vienne), le journal du MRP signale « deux ou trois pêcheurs en eau trouble », qui ont menacé de contre-manifestation lors du « grand retour de la Vierge de Boulogne »51. À Gaillon, après « Le Calvaire du Vœu » un lecteur a fait observer que si la ville fut préservée « ce fut à la Résistance qu'elle le dut », ce à quoi le journal catholique répondit que « la Résistance fut l'instrument dont se servit la Providence » (Le Gaillonais, 21 octobre 1944). D'autres altercations eurent lieu entre résistants locaux au sujet des plaques (église ou place publique) ; à Pacy-sur-Eure, par le truchement de la SFIO et du MRP, à St-Christophe-sur-Condé autour de « clans » : curé, mairie et amis de M. Ferey de Coudray, employeur des réfractaires déportés.

Mémoire et histoire résistante

41Les années de la « guerre idéologique » (1948-1954) se caractérisent par le rejet du PCF, la présence plus sensible des Vichyssois et un certain enracinement de la mémoire résistante.

  • 52 RE, 16 avril 1948.

42Pour le premier aspect, ce n'est pas le lieu de décrire les répercussions locales de la guerre froide. L'effacement de l'image positive des communistes, composante majeure de la Résistance, ainsi que l'offensive des pétainistes à partir de 1948 (en avril, un dîner à la Porte de Versailles ne réunissait-il pas « plus de deux mille ans d'indignité nationale »52, ne peuvent qu'inciter les nostalgiques de l'ordre nouveau à se manifester : « affaire des couvents », inscription à Giverny sur la maison de R. Mayer, ministre de la Justice... À cette offensive répondent les attentats renouvelés contre d'anciens collaborateurs. Si la défaite idéologique de la Résistance finit alors par se consommer, ce retour du passé revitalise les associations. Cela d'autant plus que divers aspects de la clandestinité se réinscrivent dans des publications et que par le cinéma un vaste public se familiarise avec les grands thèmes de la 2e Guerre mondiale.

  • 53 AD Eure, FFI/79, 28 août 1944.
  • 54 DE, 28 août 1954.

43On a publié dès novembre 44 des témoignages, et il n'est guère d'anniversaire de la Libération qui ne comporte dans la presse des chroniques et des précisions. G. André par exemple, rectifie avec minutie l'article du Démocrate sur la relève de la municipalité à Vernon : « Il s'agit là d'événements historiques, au point de vue local, qu'il importe de fixer dès maintenant dans la plus stricte vérité »53 ; un autre protagoniste, A. Mandle, résistant déporté et maire d'Évreux, relève la facilité avec laquelle on a pu faire de la Résistance soit une mythologie soit un roman noir54. Ces préoccupations prouvent combien la mémoire résistante est proche dès ses origines de la mémoire historique. Il est certain aussi que l'effort de rendre intelligible le passé s'accorde mal avec le mythe unitaire, d'où les innombrables tensions qui traversent les commémorations.

44Pourtant, aucun livre proprement dit n'a été écrit sur la Résistance entre 1944-1954. Les auteurs d'ouvrages publiés (M. Fliecx, R. Levasseur, L. Maury et J.-P. Petel) étant des résistants déportés, ils relatent ce qu'ils ont vécu dans les camps. C'est cette expérience qu'ils ont fait connaître aussi au cours de conférences publiques.

  • 55 AD Eure, FFI/65, 18 juillet 1944.

45L'abstention des résistants sur ce terrain semble traduire le refus de revenir sur le « lieu » des désenchantements. On perçoit aussi une certaine gêne : il y a souvent, pour les jeunes générations surtout, un décalage énorme entre l'enthousiasme, la volonté d'agir et l'action réelle qu'on a pu accomplir (manque d'armes, réticences des chefs, manque d'occasion...) ; or, dès la clandestinité, beaucoup se considèrent comme des soldats et mesurent la résistance à l'aune des régiments d'une armée régulière. « Nous devons faire la guerre car nous sommes d'abord des militaires », écrivent deux maquisards à R. Leblanc en critiquant l'inaction55.

46Il y a enfin la difficulté de se faire éditer. La une d'un Bulletin des CRN que M. Baudot consacre à ce problème sous le titre de « La revanche des valets » comporte ce passage significatif :

  • 56 CRN, n°9, 1948.

47« Les meilleurs artisans de la Résistance ne trouvent pas d'éditeurs pour publier les exploits de nos maquis, il n'y a, paraît-il, plus de lecteurs pour ces récits ; je ne sais s'il y a vraiment plus d'amateurs pour la littérature néo-vichyssoise ; ce qu'il y a de certain, c'est qu'il a davantage d'argent pour en assurer l'édition. On était mieux payé à la solde de la Propagandastaffel qu'en faisant les coups de mains dans les guérillas »56.

48Il est possible que les exploits de résistant réduits à des clichés aient tôt fini par lasser les gens, sans parler des affaires de faux résistants (dont les ennemis des vrais ont fait grand cas). Pourtant, tout récit qui comporte une certaine véracité semble avoir gardé aux yeux des lecteurs toute sa fraîcheur. En témoigne l'intérêt qu'ils portent aux « épisodes » et autres « récits véridiques » de la clandestinité. Cela est plus visible encore dans le cas des films documentaires ou de ceux qui ont été tournés avec des interprètes anonymes survivants. Tout film portant sur la guerre et la résistance jouit d'une grande popularité, qu'il se passe en France ou ailleurs. On peut même se demander si la mémoire de la Résistance ne s'est pas acclimatée en s'éloignant de ses réalités locales. Il semble plutôt que les films puis les livres ont répondu à un besoin réel d'historiciser les événements locaux. L'histoire aurait donc fécondé sainement la légende pour fonder une mémoire résistante. En même temps, l'oubli organisé a entretenu des soupçons et créé un consensus éloigné des traditions républicaines.

Notes

1 Namer (G.), Mémoire et société, Klincksieck, 1987, 242 p. ; Papp (j.), Mémoires de la Seconde Guerre mondiale dans l'Eure, Épinal, éd. du Sapin d'Or, 1991, 428 p. ; Rickaird (Ch.), la Justice du Maquis, J.-P. Gisserot, 1988, 159 p.

2 Rousso (H.), Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Points/Seuil, 1990, 418 p.

3 Bulletin des Compagnons de la Résistance normande (CRN), n° 7, 1948, M. Baudot.

4 Le Pont-Audemer (LPA), 7 mai 1950.

5 Frank (Robert), « Colloques : La Résistance et les Français », Le Bulletin de l'IHTP, mars 1994, p. 28.

6 Laborie (P.), L'opinion française sous Vichy, Paris, Seuil, 1990, 410 p.

7 AD Eure, FFI/78 : lettre sd des habitants de Bouquelon.

8 Le Courrier du Plateau du Neubourg et du Pays d'Ouche (CN) 4 octobre 1945.

9 Porte Nomande (PN), 27 octobre 1944 er Résistance Normande (RN), 3 septembre et 14 octobre 1944.

10 AD Eure, 11 W 16, 8 novembre 1944.

11 Le Patriote de l'Eure (PE), 21 septembre 1946.

12 AD Eure, 11 W 16, 19 octobre et 18 décembre 1944.

13 Chez Nous, n°5, mai 1945.

14 AD Eure, 11 W 16, 16 février 1945.

15 AD Eure, 142 T, Vernon, Brionne, Étrépagny, mars 1946.

16 AD Eure, 11 W 16, 4 novembre 1944.

17 PN, 27 octobre 1944.

18 AD Eure, 11 W 16, 19 octobre, 21 novembre, 1er et 22 décembre 1944, 12 avril et 28 juillet 1945.

19 che d'Evreux (DE), 28 avril 1945 et CN, 3 mai 1945.

20 PE, 9 novembre 1946.

21 AD Eure, FFI/93, 9 novembre 1945.

22 Le Républicain de l'Eure (RE), 18 mai 1946.

23 Idem, 17 et 24 mai 1947.

24 LPA, 3 septembre 1950 et 17 mai 1953.

25 Le Démocrate Vernonnais (DV), 17 juillet 1953.

26 DE, 28 avril 1945.

27 CRN, n°6, février 1948, M. Baudot.

28 Idem, abbé Le Renard.

29 AD Eure, FFI/93.

30 PE, 7 octobre et 28 octobre 1944.

31 Le Réveil, 22 juin 1946 et 12 juillet 1947.

32 RE, 16 avril 1948, 17 janvier 1949,...

33 PE, 12 décembre 1947, CRN n°7, mars-avril 1948.

34 CRN, n°8 et 12, 1948 et 1949.

35 RE, 25 juillet 1947.

36 RE, 5 octobre 1946.

37 CRN, n°7, mars-avril 1948.

38 Feuille d'Informations Locales de Port-Audemer (FIL), 11 juillet 1945.

39 RE, 23 janvier 1948.

40 AD Eure, FFI/52, 17 février 1947.

41 PE, 29 décembre 1945.

42 PE, 21 décembre 1946.

43 RE, 5 octobre 1946.

44 CN, 2 août 1945.

45 AD Eure, 4 W 28, 14 août 1948.

46 RE, 13 avril 1946.

47 Prost (A), dans La Mémoire des Français. Quarante ans de commémoration de la Seconde Guerre mondiale, CNRS, 1986, p. 25.

48 Papp (J.), dans ibidem, p. 194-198.

49 DK,6 et 14 mai 1954.

50 La vie diocésaine, 29 décembre 1945.

51 RE, 11 mai 1946.

52 RE, 16 avril 1948.

53 AD Eure, FFI/79, 28 août 1944.

54 DE, 28 août 1954.

55 AD Eure, FFI/65, 18 juillet 1944.

56 CRN, n°9, 1948.

Auteur

Correspondant IHTP-CNRS de l'Eure

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540