Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

4e partie. Épuration, enjeux politiques et mémoire

L'impossible mouvement politique des Prisonniers, Déportés, et Rapatriés dans la Marne : le temps des malentendus (1945-1947)

François Cochet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1En mai et juin 1945, la Marne, comme tous les départements français, voit affluer des milliers de rapatriés d'Allemagne : prisonniers de 1940, déportés survivants de l'univers concentrationnaire, travailleuses et travailleurs volontaires ou contraints du STO. Toutes ces femmes et ces hommes rentrent dans la Marne avec des projets politiques plus ou moins consciemment exprimés. Au nom de la souffrance endurée — fort variable — ils veulent faire entendre leur voix et purifier la vie politique locale. Vont-ils pouvoir le faire, d'une part, face à ceux que j'appelle les « Français de l'intérieur », qui n'ont pas connu les affres de la captivité ou de la déportation, d'autre part, face à ceux qui incarnent officiellement la Résistance ? Un certain nombre de malentendus surgissent.

Premier malentendu : malgré les projets, on ne les attend pas pour organiser les municipales de 1945

2L'éventuel poids politique des rapatriés a été précocement mesuré.

  • 1 Cette analyse — globalement fausse sur le court terme - prend une dimension assez savoureuse sur l (...)

3À Alger, dès le 3 juillet 1944, Michel Cailliau, dit « Charette », neveu du général de Gaulle, rapatrié précocement du stalag XIB de Fallingbostel puis passé à Londres, insiste sur « La force formidable que représente politiquement pour les élections et pour le gouvernement la masse de 3 millions de prisonniers et de déportés, à laquelle se joindra le nombre des parents et amis de prisonniers et des déportés ou des personnes sur lesquelles ils exercent leur influence. Cette force est d'autant plus considérable que les prisonniers et les déportés sont réellement liés entre eux par un même esprit de corps, fait des mêmes souffrances, des mêmes intérêts et des mêmes aspirations longuement méditées pendant l'exil. D'autant plus qu'un certain nombre de prisonniers et de déportés seront placés par les élections ou par leurs fonctions à la tête de responsabilités capitales dans la nation.1 »

  • 2 Synthèse d'information régionale, le commandant Lehucher, directeur régional des Services Techniqu (...)

4Les rapatriés qui rentrent ne voient pas forcément la même France. « Au contact des « mœurs nouvelles » qu'ils n'imaginaient pas, les rapatriés éprouvent une cruelle déception, mêlée du désir de travailler énergiquement au redressement du pays... La plupart des rapatriés sont « écœurés » par la mentalité française actuelle. Ils opposent souvent l'égoïsme qui, selon eux régnerait en maître en France, à la « belle solidarité des camps »2.

5Si tant est que les Renseignements Généraux puissent réellement rendre compte de l'opinion publique, les rapatriés semblent animés d'une volonté de rénovation de la vie politique locale, comme nationale : « Us n'admettent pas les discussions politiques et ils envisagent l'union comme au temps de la Résistance », affirment les inspecteurs des RG interrogeant des déportés politiques à Revigny.

6Les termes essentiels des comportements des PDR viennent d'être lâchés : Union et Solidarité. Ces sentiments, réels ou recréés, sanctifiés, à tout le moins, leur servent de programme et de mots d'ordre. Il convient que la vie politique de la Nation, renouvelée et revivifiée par leur expérience de solidarité, change de cap par rapport aux vieux comportements stéréotypés de l'avant-guerre. Pour cela, il convient impérativement que le pays légal les attende afin que les PDR participent aux premières consultations électorales de l'après-guerre.

  • 3 AD Marne, Rapporté par les RG de Châlons-sur-Marne, MM 2187.

7Le chef du Gouvernement Provisoire, le général de Gaulle, avait fait connaître son opinion le 25 avril 1945 : « Il faut avant de procéder à des élections sur le plan départemental attendre le retour complet des prisonniers et déportés.3 »

  • 4 AD Marne, rapports des préfets, M 6369.
  • 5 Idem.

8L'opinion publique marnaise connaît, sur ces sujets, une « évolution vraiment inattendue », selon les termes mêmes du préfet en juillet 1945. À propos des élections à la Constituante, l'opinion est « accablée plutôt que surexcitée »4. Dès le mois de mars, « les maires en ont terminé avec les opérations de révision des listes électorales5 ». Comment est-ce véritablement possible, puisqu'à cette date, le ministère des Prisonniers, Déportés et Réfugiés d'Henri Frenay est incapable de dresser d'une manière définitive la liste des déportés qui vont rentrer ? Cela suppose, d'entrée de jeu, un sacrifice accepté des votes et des voix de l'univers du retour, de ces 12 500 Marnais qui rentrent d'Allemagne face aux « Français de l'intérieur ».

  • 6 Idem.

9Le discours est encore plus clair dans ce même dossier des Archives départementales de la Marne. « La majorité de l'opinion publique désire cependant avoir le plus tôt possible, des élections à sens politique, qui fassent connaître la volonté populaire, seraient-elles entachées d'erreur du fait que les prisonniers et déportés ne sont rentrés qu'en très petit nombre.6 »

  • 7 AD Marne, MM 2187.
  • 8 Au plus fort de l'agitation contre le ministère d'Henri Frenay, à l'été de 1945, les RG de la Marn (...)
  • 9 AD Marne, Renseignements Généraux, MM 2191.

10Les évolutions de court terme sont, dès lors, faciles à identifier et impressionnantes. Le 15 avril 1945, les RG notent que « la population serait désappointée si, comme on le croit, les élections devaient être retardées. Elle voit en effet dans ce retour à l'ordre républicain la solution du malaise qui pèse sur le pays. Elle considère que si les représentants du peuple sont légalement élus, ils remplaceront avantageusement les autorités de facto qui lui déplaisent. La population est lasse du CDLN, des comités locaux de libération, qu'elle n'est pas loin de considérer comme les embryons d'une dictature inavouée.7 » Ainsi, si l'on en croit les RG, c'est la désaffection du département pour les pouvoirs issus de la Résistance qui pousserait les Marnais à souhaiter des élections précoces. Cette démarche rejoint trois logiques : celle du comportement traditionnel du département, toujours mesuré, qui n'aime pas les soubresauts8, celle des Gaullistes soucieux de limiter le poids du PCF, et celle du Parti Communiste, qui souhaite entériner son rapport de force favorable. Il faut faire vite. Tant pis pour les rapatriés. Il est vrai aussi que les conditions physiques de ces derniers, surtout les concentrationnaires, ne leur permettent pas de se lancer dans les joutes politiques : ainsi le mouvement Libération-Nord compte-t-il au 26 mai 1945, 47 déportés à Reims et pour 40 d'entre eux, on ne dispose d'aucune nouvelle à cette date. « Deux seulement sont de retour, mais dans un état tel qu'ils ne pourront pas reprendre leurs activités avant plusieurs mois.9 »

  • 10 Cité par Rioux (Jean-Pierre), « Cette immense joie pleine de larmes », dans 8 Mai 1945, La Victoir (...)
  • 11 D'après Detin (Jean-Louis), L'évolution politique du département de la Marne à travers la Quatrièm (...)

11Le 8 mai 1945, le commissaire de la République à Châlons note, « la fin de la guerre permet d'affirmer plus nettement qu'il n'est plus nécessaire de se sacrifier pour les besoins militaires. Les récriminations et les jalousies sont plus violentes que jamais »10. La campagne électorale a comme piédestal la question du ravitaillement11. Face à ces préoccupations, celles des PDR sont occultées. En d'autres termes, le quotidien reprend tous les droits qu'il n'a sans doute jamais perdus.

12Et le pays oublie une première fois les rapatriés. Les municipales d'avril- mai 1945 sont leur première double défaite. D'une part parce que la plupart d'entre eux ne peut pas prendre part au scrutin, mais aussi parce que ceux qui sont rentrés, ne réussissent pas à s'imposer comme force politique alternative.

Deuxième malentendu : le discours dominant est unitaire, les comportements sont segmentés

  • 12 AD Marne, 3 Z 1028.
  • 13 AD Ardennes, 1M 128.

13Le discours de façade est un discours unitaire. Les rapatriés sont dits par le ministère d'Henri Frenay, « le meilleur de la nation et vos intérêts d'internés ou de déportés sont semblables »12. Mais le mécontentement peut être également un ciment d'unité. Car les déceptions matérielles sont les mêmes pour les trois grandes catégories de rapatriés. La préfecture des Ardennes signale un manque de 10 000 chemises et d'autant de chaussures en juin 1945. D'où un rejet quasi unanime à l'égard des centres d'accueil mis en place par le ministère des PDR. Le mécontentement est soigneusement alimenté et attisé par le PCF. Le 24 septembre 1945, les RG de Charleville- Mézières préviennent : « Il est probable que l'hebdomadaire communiste Liberté va commencer incessamment la publication d'articles concernant l'action des chefs du Centre d'Accueil des prisonniers de Charleville. Un premier article traiterait des parties fines organisées à la frontière et en Belgique avec les victuailles du Centre, de trafic de cigarettes, etc. »13

  • 14 AD Marne, MM 364

14Le Parti Communiste Français, opère une véritable campagne de noyautage des rapatriés d'Allemagne. Les « Services Techniques » survivant à Vichy affirment dans la première semaine d'avril 1945, que le PCF organise une « action de réinscription ou d'adhésion auprès des PG et déportés rapatriés. Chacun d'eux fournira des renseignements sur les circonstances de sa capture ou de sa déportation, ses séjours dans les camps, les camarades connus en captivité, son activité personnelle et les conditions de sa libération. Il est spécifié qu'aucun prisonnier ou rapatrié ne pourra être utilisé avant décision « suivant le cas », du bureau régional ou du secrétariat du Parti14 »

15Pourtant, très rapidement le visage unitaire du monde des rapatriés s'écaille et les susceptibilités catégorielles apparaissent et se développent.

  • 15 AD Marne, 3Z 1028.

16« Les déportés politiques reviennent avec un esprit de lutte plus ardent que les prisonniers. Ils se sont intéressés dès la frontière aux événements qui se sont déroulés en France, depuis leur départ ». Ces mêmes déportés politiques regrettent que l'épuration ne se soit pas faite comme prévue et que des « listes noires » sur lesquelles ils auraient eu un droit de regard n'aient pas fonctionné15.

  • 16 Archives Nationales, série F9 3236.

17Les prisonniers de guerre, qui sont les grosses cohortes des rapatriés, considèrent parfois que les élections et la campagne électorale ressemblent trop à ce que la France a connu antérieurement. C'est en tout cas ce que laisse penser la lecture d'un rapport d'un des interrogateurs du centre d'accueil du Gaumont à Paris : « désapprobation complète de la campagne électorale : pénible impression produite sur les soldats en général, sur les officiers en particulier par la lecture des affiches électorales et, surtout des journaux actuels16 ».

  • 17 AD Marne, MM 2187.
  • 18 AD Ardennes, 1M 1/53.
  • 19 AD Marne, MM 364.

18Le débat sur l'épuration montre aussi des clivages notables. En mars 1945, les RG de la Marne signalent : « l'épuration semble insuffisante surtout dans les milieux qui comptent un déporté ou un fusillé. On y affirme que lorsque les déportés reviendront de captivité, il y aura certainement une nouvelle épuration à faire parce que les captifs rapatriés donneront de nouveaux éléments aux enquêtes »17. Encore cet avis date-t-il d'avant l'ouverture des camps de concentration et de la découverte de leur réalité. Ceux qu'un jugement n'a pas encore privé du titre de « déportés du travail » manifestent le même souci d'épuration, mais pas dans le même registre. Le 6 septembre 1945, une assemblée générale tenue à Sedan réclame une épuration vigoureuse à l'encontre des trafiquants de guerre et des patrons qui les ont envoyés en Allemagne18. Avant la découverte de ce que fut l'univers concentrationnaire - mais peut-on avoir la preuve que de telles attitudes disparurent après ? — les services de police de la Marne, dans leur synthèse d'information régionale du 24 au 30 novembre 1944, touchent à l'insupportable : « On se plaint aussi souvent des Juifs dont le retour n'est pas accueilli favorablement à cause de leur savoir-faire aussi bien en médecine qu'en politique »19.

19En fait, derrière les discours plus ou moins unificateurs, les lignes de partage sont nombreuses et croisées. Il convient d'en identifier quelques-unes.

20D'une part le monde du retour, de ces milliers d'hommes et de femmes qui reviennent d'Allemagne n'est pas homogène, ni à leurs propres yeux, ni aux yeux de leurs contemporains restés en France.

  • 20 Voir sur ce sujet, notre communication « Le Sentiment de la défaite chez les prisonniers de guerre (...)

21À l'intérieur du monde du retour, des cascades de hiérarchisations grandes ou petites, existent. Au nom des souffrances endurées, d'abord. Les concentrationnaires se positionnent alors au sommet d'une échelle de valeurs, suivis par les prisonniers de guerre et les requis. Au nom des événements antérieurs à leur arrivée en Allemagne, en second lieu. Les prisonniers de guerre sont plus ou moins consciemment accusés de ne pas s'être battus avec la dernière énergie en mai et juin 1940, d'être les symboles de la défaite20. Les concentrationnaires résistants sont assez fréquemment présentés comme des communistes. Les requis du travail sont volontiers opposés aux réfractaires qui, eux, ont eu le courage de prendre des risques. Ces multiples évaluations plus ou moins péjoratives ne sont pas simples à constater, parce qu'elles sont souvent exprimées de manière suggérée, voire honteuse.

22Le bilan est dès lors simple à dresser. La population marnaise, comme, sans doute, l'ensemble de la population nationale, ne voit pas au nom de quelle spécificité s'exprimeraient les rapatriés. L'opinion publique, si difficile à définir et à cerner, qui refuse de se justifier de certaines attitudes dominantes de la période pétainiste, refuse, par contre-coup, aux différentes catégories de rapatriés de se poser en donneurs de leçon, en dépositaires de la moralité de l'union et de la solidarité des camps.

Troisième malentendu : l'entrée dans les partis politiques traditionnels malgré des revendications spécifiques

23Après l'échec d'un mouvement propre à leurs milieux, il ne reste plus aux différentes catégories de PDR qu'à minorer leurs revendications spécifiques et à se fondre dans les partis politiques traditionnels. Ce troisième malentendu passe par un débat interne au milieu de la captivité, de la déportation et de la réquisition. La ligne de partage sépare ceux qui considèrent que la participation à des partis politiques reviendrait à dévoyer « l'esprit des camps » de ceux qui souhaitent intervenir en politique. Ces derniers doivent alors obligatoirement se fédérer à des structures d'accueil plus larges que leurs organisations associatives, partis traditionnels, mais aussi organes de Résistance. Il faut alors rentrer dans certains détails des comportements politiques marnais.

  • 21 AD Marne, M 6369.

24Rappelons d'abord une attitude intéressante mais sans suite. Un rapport du préfet de la Marne indique, fin juillet 1945, que s'est constitué à Reims un « Syndicat de déportés victimes de la Gestapo » dont le premier but est de « vérifier le titre de résistant de personnalités en place ».21 Trop iconoclaste, trop peu structuré, le « syndicat » annoncé n'allait en fait pas dépasser le stade de la rumeur.

  • 22 AD Marne, MM 2191.
  • 23 AD Marne, MM 2187.

25Le premier véritable réflexe des organisations de Résistance est, dans la Marne en tout cas, de ne pas participer à la vie politique traditionnelle. Le 6 avril 1945, Libération-Nord et Ceux de la Résistance font connaître à la Fédération Rémoise des Anciens Combattants - qui pour sa part souhaitait aligner des candidats aux municipales - qu'ils entendent demeurer en dehors de toute politique et par conséquent ne pas présenter de candidats aux prochaines élections22. Preuve qu'il y a eu débats internes, Ceux de la Résistance prévoyait encore au mois de février 1945 de se présenter aux élections municipales dans le département arguant d'un chef de liste glorieux (le commandant Servagnat du CDLR) et d'un appui du MRP23.

  • 24 L'Union du 21 février 1945, n° 151, p. 1. L'allégation n'est d'ailleurs pas tout à fait exacte pui (...)

26Le second réflexe tient dans la tentation de la liste unique : le mardi 21 février 1945, dans le numéro 151 de L'Union, organe de presse issu de la Résistance et possédé par douze associations, le Front National propose à divers groupes de la Résistance de participer à des « listes républicaines uniques ». Le président du CDL, le communiste Michel Sicre déclare alors : « Il faut apporter au gouvernement de la République, présidé par le général de Gaulle, l'appui de tout un peuple uni sans distinction de tendance politique ou religieuse, pour l'application du programme du CNR... Nous avons un programme commun, c'est celui du Conseil National de la Résistance, auquel tous les mouvements et partis de la Résistance ont donné leur adhésion24 ».

  • 25 L'Union du 22/2/45, n° 152, p. 1.
  • 26 L'Union du 5/3/45, n° 161.

27La réponse ne se fait pas attendre. Dès le lendemain, François Fandre, délégué régional du MRP, lui aussi membre du CDL, répond dans les mêmes colonnes de L'Union. « Voter pour une liste unique n'est pas démocratique puisqu'il n'y a pas de choix possible pour l'électeur. Est-ce à dire que s'il y a plusieurs listes on reverra forcément les luttes électorales du passé ?... Nous faisons donc la proposition suivante. Chaque mouvement et chaque parti présenterait sa liste propre au premier tour. C'est le seul moyen de se compléter.25 » La réponse de Libération-Nord est plus nette encore : « Mouvement de Résistance, Libération-Nord n'est pas et ne sera pas un parti politique, pas plus qu'il n'entend se substituer dans ses actes à aucun parti politique. C'est pourquoi, Libération-Nord ne participera pas en tant que tel aux luttes électorales26 ».

28Nous évoluons déjà entre les deux garde-fous que l'on va retrouver bien plus tard encore. La stratégie du PCF qui, sous des dehors d'unification des listes, essaie de toucher les dividendes de sa résistance depuis 1941. La réticence - c'est le moins que l'on puisse dire - des autres organisations de Résistance à entériner les points marqués par le « Parti des fusillés ». Tout ceci est maintenant bien connu.

29Localement, il faut comprendre qu'il y a dans la Marne une longue tradition de catholicisme social (depuis Albert de Mun et Léon Harmel) dans laquelle se reconnaît le MRP, qui explique les succès de ce dernier. Son anticommuniste le rapproche du parti socialiste, ce d'autant plus que dans la Marne, la SFIO reste sourde aux esquisses de rapprochement avec le PCF, tentées au niveau national.

  • 27 AD Marne, dossier M 6369.
  • 28 AD Marne, dossier MM 2187.

30L'autre composante locale est la rapide remise en cause des pouvoirs issus de la Résistance. Dès le mois d'octobre 1945, le préfet de la Marne signale : « Les organisations de Résistance n'ont plus grande influence sur la vie politique du département ; seul le CDLN s'efforce de survivre27 ». Les Renseignements Généraux de Châlons renchérissent : « Il n'est pas douteux maintenant que la population refuse ses sympathies à la Résistance et aux pouvoirs nés d'elle. Si elle conserve admiration et respect pour certains combattants du Vercors ou de Savoie, elle n'a plus semble-t-il, aucune considération pour les résistants de la région. Inhabituée qu'elle est à faire des distinctions, elle fait entrer en bloc dans son mépris tout ce qui a de près ou de loin à la lutte clandestine (sic) dans le département, et surtout ceux qui se réclament aujourd'hui de cette lutte pour en tirer gloire et profit... Peut- être n'est-il pas exagéré de dire que la population du département est gaulliste et contre la Résistance28 ». Il existe sans doute une réelle désaffection des populations marnaises pour les « résistants de la 25e heure ». Les rapatriés pâtissent, eux aussi de cette détérioration d'image. Le cas est particulièrement flagrant chez les résistants concentrationnaires qui furent de vrais héros et qui trouvent la place de commandant FFI du département occupée, à leur retour des camps, par un chef d'entreprise ayant rompu tardivement avec Vichy.

31Reste alors la chronologie des consultations électorales et leurs résultats. Elles montrent la rapide disparition de la représentation de la Résistance et des valeurs d'union et de solidarité des Prisonniers, Déportés et Rapatriés.

  • 29 « On considère M. Sicre comme un militant communiste bien stylé, mais n'ayant pas l'envergure néce (...)
  • 30 AD Marne, dossier M 6369. Dans le même temps l'Union, organe issu de la Résistance affirme : « Les (...)
  • 31 AD Marne, MM 2187, Renseignements Généraux de Châlons, 14 mai 1945.

32À Reims, au deuxième tour des municipales, le 14 mai 1945, c'est la liste « D'Unité patriotique républicaine et antifasciste » qui est élue en entier, par 24 230 voix contre 17 931 voix à la droite. Cette liste comprend 17 communistes, 11 socialistes et 8 indépendants. Elle est dirigée par le communiste Michel Sicre, président du CDL, qui est loin de faire l'unanimité, même au sein de son propre parti29. En tout état de cause, la victoire de la gauche, et particulièrement du Parti Communiste, est patente. Le parti lui-même ne s'attendait pas à une telle victoire à Reims, dans une ville tenue par un radical-socialisme - ancré en fait dans une droite bon teint, surtout avec Paul Marchandeau qui prit position contre le Front populaire - depuis 1919. Les rapports du préfet constatent : « Les élections municipales n'ont ni agité, ni troublé l'opinion publique. Les électeurs avaient perdu l'habitude ou le goût du tournoi électoral. On ne s'attendait pas à une poussée de la gauche aussi nette dans les grands centres ». et ils ajoutent perfidement que cette poussée de la gauche est « sans nul doute due au vote des électrices »30. On trouve le même type de réactions à Châlons-sur-Marne où la gauche remporte l'essentiel des sièges du conseil municipal. « Sur 27 élus, un seul candidat de la liste opposée à la gauche, l'Abbé Gillet réussit de justesse à passer31 ».

33Le seul moment où les PDR sont partiellement représentés en tant que tels se situe en octobre 1945. Les associations d'anciens combattants ont présenté, pour les élections à la première Constituante, une « liste républicaine d'Union d'Anciens Combattants, Prisonniers, Combattants de la Libération et Victimes des deux guerres ». Constituée sous le signe d'une union un peu trop large peut-être, elle était animée, en fait par l'UNC, dont on sait les sentiments globalement maréchalistes sur la période la guerre. Elle ne recueillit que 4 433 voix.

  • 32 AD Marne, M 6453.

34Passée cette date, plus aucune force des PDR ou de la Résistance n'est présente en tant que telle. Même si, aux cantonales des 23 et 30 septembre 1945, le préfet constate à propos de la Résistance : « Personne ne s'est réclamé d'un mouvement pour sa propagande mais tous les candidats ont mis en avant leur activité clandestine »32. Les élections à la deuxième Constituante du 2 juin 1946 se déroulent dans le calme le plus complet. On retrouve, de manière tout à fait exemplaire, un partage des voix extrêmement orthodoxe, qui donne les résultats suivants, à Reims :

  • MRP : 62 461 voix
  • PCF : 48 045 voix
  • SFIO : 33 134 voix
  • Rassemblement des Gauches républicaines : 19 662 voix
  • Parti républicain de la liberté : 14 108 voix33.

35La renaissance des partis politiques traditionnels se confirme ensuite.

36Dans les élections suivantes, on retrouve, dans la Marne, les mêmes orientations qu'au niveau national, mais amplifiées. (Voir le tableau).

37Les élections à la première Constituante, qui eurent lieu le même jour que le référendum du 21 octobre 1945 sur le retour éventuel aux institutions de la IIIe République, sont marquées, dans la Marne, par un véritable triomphe du MRP, qui obtient des scores pratiquement doubles de ceux qu'il glane, en moyenne, dans le pays. Le renforcement du PCF, dans un département où il n'avait jamais dépassé 8,8 % des suffrages exprimés, constitue la deuxième ligne de ces élections.

  • 34 D'après Husson (Jean-Pierre), La Marne et les Marnais à l'épreuve de la Seconde Guerre mondiale, t (...)

Tableau : Les scrutins d'après-guerre dans la Marne34

Tableau : Les scrutins d'après-guerre dans la Marne34
  • 35 Comme par exemple Marcel Falala, ancien de Dachau-Allach, qui allait être élu comme député gaullis (...)
  • 36 Husson (Jean-Pierre), op. cit., p. 785.

38Passées les vagues MRP-PCF de 1945-1946, la Marne devient rapidement gaulliste. Dès les lendemains du discours de Strasbourg du 7 avril 1947 par lequel le général de Gaulle avait lancé le RPF, se met en place dans le département, un réseau de permanences dans toutes les villes marnaises, animé par Jacques Mansion, un ancien de la France Libre. Aux municipales d'octobre 1947, le raz-de-marée gaulliste déferle. Le RPF recueille 42 % des suffrages à Reims, 40 % à Châlons et enlève ces deux mairies. S'agit-il d'une victoire tardive des hommes de la Résistance non communiste ? Si l'on trouve dans ses rangs d'authentiques et précoces résistant35, on trouve aussi sur ces listes des hommes qui avant de s'engager dans la Résistance avaient d'abord apporté leur soutien à Vichy. « À Reims, la victoire du RPF ancrait le Rassemblement à droite avec l'élection d'Albert Réville comme maire, d'André Thiénot, d'Henry Choisnel et de Roger Jardelle comme adjoints. Tous les quatre figuraient déjà sur la liste d'union des radicaux et de l'Alliance républicaine conduite par Paul Marchandeau en 1935. Trois d'entre eux y avaient été maintenus par le gouvernement de Vichy : André Thiénot et Roger Jardelle comme adjoints par l'arrêté ministériel du 16 mai 1941, Albert Réville comme conseiller par l'arrêté ministériel du 22 avril 194136 ».

39Pour conclure, les trois malentendus que nous avons essayé de décrire, révèlent donc un double échec.

  • 37 Les PG devant la politique, Paris, éditions du Rond Point, in 16, 51 pages, 4e trimestre 1945, p. (...)
  • 38 Voir Les exclus de la victoire : histoire des PG, déportés, STO : 1945-1985, éditions SPM-Kronos, (...)

40Le premier est celui du monde du retour. Tous ceux qui rentrent d'Allemagne, porteurs de vécus extrêmement variés, mais tous traumatisants, n'ont pas réussi à se faire entendre socialement. « Est-il encore possible d'imposer politiquement dans la nation les valeurs acquises par près de deux millions d'hommes dans les oflags, stalags et kommandos ? » interrogeait François Mitterrand en 194537. De ce point de vue, l'échec est patent. J'ai tenté, dans d'autres travaux38, de montrer qu'il y avait un parallélisme avec l'échec de la génération des tranchées de régénérer la vie politique de l'Entre-deux-guerres.

  • 39 Serge Berstein (Serge) et Becker (J.-J.). « Modernisation et transformation des partis politiques (...)

41Le second échec est celui, plus largement encore, de la Résistance et de son intervention dans la vie politique ». Poser le problème de la novation des forces politiques au début de la IVe République, c'est s'interroger tout d'abord sur l'aptitude de la Résistance à se constituer de force combattante en force politique, ou tout au moins sur sa capacité à modifier profondément les forces politiques traditionnelles. Or à cet égard, une réponse négative est administrée »39. Le cas de la Marne conforte cette approche.

  • 40 Comme l'a montré récemment Alya Aglan dans un remarquable ouvrage consacré au réseau Jade- Fitzroy (...)

42Tout en affirmant que les vieux partis politiques sont dépassés, que l'œuvre de rénovation dépasse le cadre purement politique et électoral, qu'ils veulent lutter pour une nouvelle démocratie, le monde des PDR et les mouvements de Résistance s'intègrent, à titre individuel ou collectif, dans les partis politiques existants40. Le refus de la politique les conduit à la reconstitution de schémas politiques classiques. Leurs associations n'allaient d'ailleurs pas être épargnées par la guerre froide. Mais c'est une autre histoire.

Notes

1 Cette analyse — globalement fausse sur le court terme - prend une dimension assez savoureuse sur le long terme. Archives nationales, F9 3117.

2 Synthèse d'information régionale, le commandant Lehucher, directeur régional des Services Techniques de la région de Châlons-sur-Marne, au commissaire régional de la République et au général commandant la VIe Région, semaine du 24 mai au 5 juin, AD Marne, MM364.

3 AD Marne, Rapporté par les RG de Châlons-sur-Marne, MM 2187.

4 AD Marne, rapports des préfets, M 6369.

5 Idem.

6 Idem.

7 AD Marne, MM 2187.

8 Au plus fort de l'agitation contre le ministère d'Henri Frenay, à l'été de 1945, les RG de la Marne signalent qu'il n'y a « pas d'actions brutales à craindre de la part des rapatriés » et ajoutent que le foyer d'agitation est surtout parisien. AD Marne, MM 2186.

9 AD Marne, Renseignements Généraux, MM 2191.

10 Cité par Rioux (Jean-Pierre), « Cette immense joie pleine de larmes », dans 8 Mai 1945, La Victoire en Europe, s. d. de Maurice Vaïsse, La manufacture-Histoire partagée, Paris, 1985.

11 D'après Detin (Jean-Louis), L'évolution politique du département de la Marne à travers la Quatrième République, Mémoire de maîtrise, Reims, 1993.

12 AD Marne, 3 Z 1028.

13 AD Ardennes, 1M 128.

14 AD Marne, MM 364

15 AD Marne, 3Z 1028.

16 Archives Nationales, série F9 3236.

17 AD Marne, MM 2187.

18 AD Ardennes, 1M 1/53.

19 AD Marne, MM 364.

20 Voir sur ce sujet, notre communication « Le Sentiment de la défaite chez les prisonniers de guerre » dans La Défaite, publication du Centre Arpège (Association pour la recherche sur la paix et la guerre), sous la direction de Maurice Vaisse, Presses Universitaires de Reims, 1994.

21 AD Marne, M 6369.

22 AD Marne, MM 2191.

23 AD Marne, MM 2187.

24 L'Union du 21 février 1945, n° 151, p. 1. L'allégation n'est d'ailleurs pas tout à fait exacte puisque le parti radical marnais avait refusé de s'engager sur ce programme du CNR, que les communistes et la SFIO avaient entériné.

25 L'Union du 22/2/45, n° 152, p. 1.

26 L'Union du 5/3/45, n° 161.

27 AD Marne, dossier M 6369.

28 AD Marne, dossier MM 2187.

29 « On considère M. Sicre comme un militant communiste bien stylé, mais n'ayant pas l'envergure nécessaire pour tenir l'emploi (de Maire de Reims, NdA). On s'interroge sur son passé. Certains communistes n'ont aucune sympathie pour M. Sicre et étaient allés à Paris plaider contre lui. Les socialistes ne peuvent le voir. Il en est de même des syndicalistes ». AD Marne, MM 2191.

30 AD Marne, dossier M 6369. Dans le même temps l'Union, organe issu de la Résistance affirme : « Les femmes voteront bien parce qu'elles voteront avec le souci de donner à chacun sa pan de bonheur- nous répond également une passante que nous arrêtons au hasard - elles resteront instinctivement au dessus des partis ». 28-29 octobre 1944).

31 AD Marne, MM 2187, Renseignements Généraux de Châlons, 14 mai 1945.

32 AD Marne, M 6453.

33 AD Marne, MM 2186.

34 D'après Husson (Jean-Pierre), La Marne et les Marnais à l'épreuve de la Seconde Guerre mondiale, thèse de Doctorat des universités, sous la direction de Maurice Vaïsse, Reims, 1993.

35 Comme par exemple Marcel Falala, ancien de Dachau-Allach, qui allait être élu comme député gaulliste en 1958.

36 Husson (Jean-Pierre), op. cit., p. 785.

37 Les PG devant la politique, Paris, éditions du Rond Point, in 16, 51 pages, 4e trimestre 1945, p. 4.

38 Voir Les exclus de la victoire : histoire des PG, déportés, STO : 1945-1985, éditions SPM-Kronos, Paris, 1992.

39 Serge Berstein (Serge) et Becker (J.-J.). « Modernisation et transformation des partis politiques au début de la IVe République », partie, « échec à la novation », Colloque « La France en voie de modernisation 1944-1952 », 4 et 5 décembre 1981, Fondation nationale des sciences politiques, AN, salle de lecture contemporaine, cote 5001.

40 Comme l'a montré récemment Alya Aglan dans un remarquable ouvrage consacré au réseau Jade- Fitzroy, Mémoires résistantes, Cerf, 1994.

Table des illustrations

Titre Tableau : Les scrutins d'après-guerre dans la Marne34
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16393/img-1.png
Fichier image/png, 478k

Auteur

Maître de conférences d'histoire contemporaine
Université de Reims

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540