Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

4e partie. Épuration, enjeux politiques et mémoire

Tensions et rivalités entre les pouvoirs issus de la Résistance en Maine-et-Loire

Marc Bergère

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Le poids de la Résistance en Anjou

  • 1 M. Fourré-Cormeray de août 1944 à mai 1945, puis M. Piton.
  • 2 ADML 19 W 13 : rapport du préfet du Maine-et-Loire au ministère de l'Intérieur.
  • 3 ADML 19 W 13 : rapport du préfet du Maine-et-Loire au commissaire de la République pour le mois de (...)
  • 4 ADML 19 W 13 : rapport du préfet au commissaire de la République pour le mois de mai 1945.

1Le département du Maine-et-Loire ne dispose pas d'une forte identité résistante. En effet, sans nier le mérite de certaines organisations comme Honneur et Patrie de Victor Chatenay à partir de la fin de l'année 40 ou le Front National après mars 1942, ni oublier le sacrifice de certains engagements individuels, il apparaît que la Résistance angevine est peu structurée. Les rapports des préfets1 à la Libération soulignent souvent ce fait. Ainsi dans son rapport du 3 septembre 1944, le préfet précise que « le département du Maine-et-Loire ne comportait qu'une infime minorité de collaborateurs et de gens à la solde de l'Allemagne ou gagnés par les idées allemandes. La majorité des habitants n'approuvait pas la politique de Laval. En revanche, la plupart des habitants n'étaient jamais entrés dans un mouvement de Résistance et ignoraient totalement ce que fut notre œuvre au cours des quatre dernières années »2. Plus tard, Michel Fourré-Cormeray note que « la Résistance n'existait que très sporadiquement dans le département »3. Son successeur M. Piton confirme ce jugement et apporte quelques explications en juin 1945 : « il faut constater que l'occupation n'a pas été particulièrement pénible dans cette région où les habitants continuent à vivre à peu près normalement et convenablement. Tout en demeurant antiallemand, on a supporté l'occupation sans souffrance, surtout dans les campagnes. La Résistance n'a donc pas trouvé, dans un milieu semblable, un champ très favorable à son développement ; elle est donc demeurée à l'état embryonnaire, en tant que mouvements organisés, avant la Libération »4. La libération du Maine-et-Loire s'effectue sur le mois d'août 1944. Les troupes américaines pénètrent notre département par le Segréen à partir du 5 août. Le nord de la Loire retrouve assez rapidement la liberté, à l'image de la ville d'Angers le 10.

  • 5 ADML 19 W 13 : rapport du préfet du 3 septembre 1944.
  • 6 Dans ses mémoires, Michel Debré, Commissaire de la République en poste à Angers, insiste sur cette (...)

2La Loire reste cependant un obstacle sérieux et il faut attendre la fin du mois pour que les régions au sud du fleuve connaissent la délivrance : « Saumur et Cholet ont vu les Allemands se retirer dans les journées du jeudi 31 août et du vendredi 1er septembre »5. L'apport de la Résistance à ces opérations reste limité à la partie sud du département6. L'action d'une résistance armée, sensible depuis le début de l'année 44, s'intensifie après le débarquement et dans la phase de libération de la rive gauche, tout au long de la vallée et plus particulièrement dans le Choletais marqué par l'épisode tragique du Bois d'Anjou.

  • 7 « Pour la grande majorité des hommes et des femmes la Libération apparaît, non comme la naissance (...)
  • 8 ADML 19 W 13 : rapport du préfet pour le mois de novembre 1944. « Une certaine dissociation peut ê (...)

3L'absence de courants résistants fortement structurés est importante dans le cadre de notre propos. En effet, elle conditionne largement la composition et les difficultés futures du CDL et elle permet de mieux appréhender l'enjeu de la Libération tel que la majorité de la population départementale a pu le percevoir. À cet égard, les mémoires de Michel Debré recoupent les rapports de 44-45 pour affirmer que l'opinion publique majoritaire est assez peu sensible à la « mystique résistante »7. Ici la Libération est avant tout perçue comme un retour à l'ordre et à la prospérité8.

La Résistance au pouvoir

  • 9 « L'équipe » de la Libération (M. Fourré-Cormeray et M. Debré) laisse la place à « l'équipe » de l (...)
  • 10 C'est René Brouillet qui était prévu pour le poste d'Angers selon le décret d'Alger du 3 octobre 1 (...)
  • 11 Debré (M.), op. cit., p. 325.

4Au-delà de cette réserve, il n'en demeure pas moins que dans une commune volonté d'ordre et animés du même esprit républicain, les résistants s'installent au pouvoir à Angers le 10 août 44. Ce pouvoir résistant dispose dans l'enthousiasme de la Libération d'une influence trop éphémère pour ne pas susciter une certaine amertume. Le rayonnement de ses pouvoirs « exceptionnels » se limite à l'année 45, encore faut-il signaler que le printemps 45, marqué par les premières élections, le renouvellement du personnel préfectoral9 et la démission collective de 8 des 20 membres du CDL, représente une rupture. Les résistants, aux commandes du département au mois d'août 1944, incarnent deux légitimités. Michel Fourré-Cormeray comme préfet et Michel Debré10 en tant que commissaire de la République représentent une autorité désignée par le GPRF. Outre leur amitié et leurs racines régionales, ils ont en commun le même attachement au général de Gaulle. Ces deux hommes symbolisent l'autorité centrale. Michel Debré lorsqu'il évoque sa fonction indique : « je ne suis pas seulement un administrateur, je suis un responsable politique issu de la Résistance et désigné par le général de Gaulle »11.

  • 12 Foulon (C.-L.), op. cit., p. 127. « La même volonté autoritaire fait que pendant les trois premier (...)
  • 13 Maintenu dans ses fonctions, il quitte rapidement la région pour travailler auprès de M. Bouhey, c (...)

5Cette identification à l'État restauré dans une France en proie pendant de nombreuses semaines à des difficultés de communication, confère à sa mission une orientation active et autoritaire12. Michel Debré et Michel Fourré-Cormeray ont préparé ensemble la libération du département. À cette occasion, ils ont dans la clandestinité et avec la complicité du secrétaire général de la préfecture, M. Gey,13 pris des contacts avec des membres du futur CDL dont Blanchoin (démocrate chrétien), Le Tétour (Libération-Nord), Fleury (CFTC), Rouyer (CGT) et Cardin (PC). Face aux fonctionnaires d'autorité, le CDL symbolise une Résistance militante.

  • 14 ADML 19 W 13 : rapport du préfet du 3 septembre 1944. « Le CDL que j'avais formé au cours de ma pé (...)

6Le faible effectif de départ du comité de Libération et l'impossibilité pour certaines personnes de le rejoindre rapidement éclairent sur les circonstances de la désignation de Le Tétour à sa tête14. Ce dernier, chef de bureau au contrôle des prix et membre de la Fédération des fonctionnaires, est socialiste et affilié au mouvement Libération-Nord. L'étiquette politique des sept membres du CDL présents pour l'élection du président le 12 août lui facilite les choses : on dénombre, outre Le Tétour, deux démocrates-chrétiens (Blanchoin, Poisson), un adhérent au PCF (Cardin), un responsable SFIO (Ascencio) et deux syndicalistes (Fleury CFTC, Rouyer CGT). Michel Debré dans ses mémoires ne cache pas sa préférence rétrospective pour l'ex-député Albert Blanchoin mais le poids des circonstances en a décidé autrement.

Le CDL, une minorité agissante expression de la majorité ?

  • 15 Foulon (C.-L.), op. cit., p. 224. Il indique que 8,6 % des membres des CDL (sur 73 étudiés) sont a (...)

7Dès le mois de septembre, le CDL est au complet, il compte désormais vingt membres. Une étude rapide de sa composition fournit des indications révélatrices des rapports Résistance-société dans notre département. En effet, le CDL témoigne de la faible implantation d'une résistance structurée en Maine-et-Loire puisque seuls trois membres sont affiliés à un mouvement national (1 Libération-Nord, 1 MLN, 1 Front National) ; pour tous les autres, la mention « personnalité résistante » ou « résistant individuel » est utilisée. Ces résistants « indépendants » sont surtout représentatifs de tendances politiques (4 conservateurs, 4 MRP, 2 radicaux-indépendants, 2 radicaux-socialistes, 1 SFIO, 1 PCF) ou d'organisations syndicales (1 CGT, 1 CFTC, 1 Fédération des fonctionnaires). Malgré une présence de représentants des campagnes supérieure à la moyenne établie par C.-L. Foulon15, le poids des villes est écrasant dans un département majoritairement rural (60 %) : 14 membres sur 20 sont citadins dont douze pour l'agglomération angevine et deux pour Cholet.

  • 16 La droite modérée ou conservatrice contrôle cependant 10 sièges, ce qui représente une proportion (...)
  • 17 ADML 19 W 13.

8Le caractère dominant de la préfecture est impressionnant : plus de 50 % des délégués au CDL pour à peine 20 % de la population départementale au recensement de 1946. L'implantation géographique des militants du CDL confirme le poids du fait urbain. En effet, les arrondissements d'Angers et secondairement de Cholet sont sur-représentés (14 sièges pour Angers, 4 pour Cholet) alors que les arrondissements de Saumur et de Segré semblent presque oubliés avec un représentant chacun (le Baugeois est absent). La sociologie du CDL révèle par ailleurs la poussée des fonctionnaires (20 %), l'absence notable des ouvriers, la présence d'un religieux du Choletais et d'une femme en remplacement de son mari mort en déportation. Les anciens élus occupent un tiers des sièges avec un député, un sénateur, trois maires et deux conseillers municipaux. Au niveau idéologique, la gauche ou les éléments progressistes apparaissent comme sur-représentes par rapport au paysage politique traditionnel du département. Ces forces (radicaux, radicaux-socialistes, SFIO, PCF, CGT, Front National) occupent dix sièges dont la présidence. Cette place est supérieure à leur poids électoral antérieur au conflit. En effet, la gauche angevine ne disposait avant-guerre que d'un seul député sur 7 (radical-socialiste) et de 8 conseillers généraux sur 34 (tous radicaux-socialistes ou radicaux indépendants). De par ces caractéristiques, le CDL semble fréquemment en décalage avec les structures sociologiques et politiques du département16. Il n'est donc pas surprenant que l'opinion publique majoritaire du département ne se reconnaisse pas totalement dans ce comité, qui suscite rapidement la méfiance. Le préfet constate, d'ailleurs avec réalisme, dans son rapport de janvier 45, que le CDL « ne jouit pas d'un extrême crédit dans le département et qu'il est surtout influent à Angers17 ».

Les enjeux politiques de l'après-Libération : rénovation ou innovation ?

  • 18 Rioux (J.-P.), La France de la IVe République : l'ardeur et la nécessité (1944-1952), Seuil, 1983, (...)

9Deux conceptions s'affrontent quant à la nécessité de réformer le pays par « le haut » ou par « le bas ». Les dossiers qui cristallisent les passions dans notre département touchent à la presse, au nouveau paysage politique et à l'épuration. Il me paraît cependant essentiel de préciser qu'en Anjou comme dans de nombreux départements, le débat ne se pose pas en terme de choix entre restauration et révolution. « L'enjeu est limité à la part d'ardeur réformatrice »18 et au degré d'autonomie et d'initiative laissé à la base par le pouvoir central et ses commis locaux.

  • 19 Tirage moyen 80 000 à 100 000 numéros pour une population de 477 690 habitants au recensement de 1 (...)
  • 20 Cette question envenime les rapports au sein du CDL dans le cadre d'un clivage droite-gauche.
  • 21 Les statuts proposés par le CDL à P.-H. Teitgen (à Angers en janvier) sont refusés le 8 février 19 (...)
  • 22 ADML 30 W 197 : correspondance ministère de l'Information-CDL (8 mars 45).
  • 23 ADML 30 W 197 : PV des séances du CDL (8 mars 45).

10La question de la presse empoisonne pendant de longs mois les rapports CDL-Etat. Suite à sa confiscation, Le Petit Courrier, quotidien local bien implanté au niveau départemental avant et pendant le conflit19, est l'occasion d'une sévère bataille pour son contrôle. La majorité du CDL20 pense que la Libération doit permettre un renouvellement des hommes mais aussi de la tendance du journal, jusqu'ici conservateur. Après un éphémère Bulletin d'information préfectoral du 15 au 21 août, Le Courrier de l'Ouest apparaît mais ses statuts restent à déterminer. La voix du CDL qui souhaitait une ouverture des colonnes et du conseil d'administration au pluralisme n'est pas entendue21, pire (aux yeux des contestataires) les statuts définitifs sont imposés par le ministère avec l'approbation des autorités préfectorales et de certains membres du CDL. La désillusion est grande pour ces hommes qui croyaient, en vertu de leur engagement, peser davantage au niveau local. Le choix du ministère de l'Information s'inscrit dans une certaine continuité pour rassurer l'opinion publique majoritaire du département. Il indique en effet que le journal doit répondre « à l'ambiance politique du département » et qu'en conséquence la direction doit être confiée « à une majorité cohérente, catholique, progressiste et républicaine »22. Lorsqu'il justifie le choix de E. Amaury comme administrateur, il précise que « c'est à dessein qu'il n'a pas été choisi d'Angevin en général et de membre du CDL en particulier pour remplir ces fonctions » et rappelle « la place importante de E. Amaury dans la presse clandestine ». Le CDL « proteste contre la façon de faire »23 regrettant le manque de concertation et au- delà de considération. Le comité déplore l'orientation politique du journal, lui qui « ne voulait voir en ce dernier qu'un quotidien d'information ».

  • 24 ADML 30 W 197 : PV des séances du CDL (8 mars 45).
  • 25 ADML 30 W 197 : PV des séances du CDL (15 mars 45).
  • 26 ADML 30 W 197 : PV des séances du CDL (23 mars 45).
  • 27 Lebrun (F.), (sd), Histoire d'Angers, 2e édition, Toulouse, éd Privat, 1984, p. 297.

11Constatant que Ouest-France diffuse assez largement sur le Maine-et- Loire, la fraction progressiste du CDL crie à la mainmise d'une presse d'inspiration catholique sur le département : « pourquoi cette tendance au seul quotidien local actuel alors que les autres partis, vu la crise actuelle du papier ne pourront avoir de journal ? »24, « pourquoi attribuer ce journal à un seul parti ? »25. Les mêmes dénoncent les liens qui unissent certains de leurs collègues démocrates-chrétiens du CDL à P.-H. Teitgen et s'étonnent de « la nomination à des postes importants de la nouvelle société de membres du comité qui n'ont pas cru devoir aviser le CDL avant de donner leur acceptation »26. Il est vrai que la promotion de l'ex-député Jeune République, Albert Blanchoin et du responsable CFTC, P. Fleury à la direction générale, confirme « malgré les protestations de ses représentants locaux (que) le journal devient de fait celui du MRP »27 ou du moins entre dans sa mouvance.

  • 28 ADML 140 W 16 : PV des séances du CDL.

12Au delà de la presse, le CDL souffre de son impuissance à rénover et de son rôle de plus en plus secondaire. Sa fonction d'assemblée consultative est d'autant plus difficile à assumer, que les fonctionnaires d'autorité entendent l'exercer pleinement. Dès le 26 août 1944, le président du CDL se plaint des mauvaises relations avec les services du commissaire de la République et de la préfecture qui « ne lui apportent pas toute l'aide désirable dans sa tâche »28. Le mois suivant, le CDL « considérant que de nombreuses décisions importantes interviennent sans qu'il soit consulté, émet le vœu que les autorités régionales et départementales ne prennent aucune décision importante sans avoir demandé au préalable l'avis du comité ». Dans sa réponse, Michel Debré est clair « j'entends travailler de concert avec le comité de Libération » mais le comité se doit d'accepter « la liberté de décision que j'entends me réserver ». Selon C.-L. Foulon, « Michel Debré a eu avec les comités de Libération des rapports très ambigus » qui, sans conflit excessif, ne pouvaient se baser sur un rapport d'égalité.

13En effet, le retour à la légalité affermissait sa fonction d'autorité et vouait à l'échec l'espérance résistante de s'associer davantage à la vie politique du

  • 29 ADML 30 W 197 : vœu du 25 novembre 1944.
  • 30 Rioux (J.-P.). op. cit., p. 70.
  • 31 Durand (Y.), la France dans la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), A. Colin, 1989, p. 162.
  • 32 ADML 30 W 197 : PV de la séance du 12 décembre 1944.
  • 33 Dualité des pouvoirs que la gauche du CDL souhaite voir se maintenir alors que la droite demande l (...)
  • 34 Foulon (C.-L.), op. cit., p. 219.
  • 35 ADML 48 W 18 : correspondance CDL-commissaire de la République (lettre du 26 septembre 1945).

14La réorganisation de la nouvelle France offre de nombreux sujets d'opposition. Ainsi le CDL, trouvant par ce biais un moyen d'attaquer l'autorité de Michel Debré, se prononce pour une division administrative départementale. Selon le comité, « la division en région ne correspond pas à une réalité économique et géographique. Elle a augmenté considérablement le nombre des hauts fonctionnaires. Elle diminue l'autorité des préfets et constitue un facteur de lenteur dans la transmission des ordres et des instructions »29. Cette intervention démontre que le CDL a bien saisi l'importance des commissaires de la République qui incarnent « le pouvoir de droit » face aux « pouvoirs de fait ». Leur tâche de restauration de l'ordre et de la légalité transforme ces agents de l'État en des responsables « d'une unanimité qui ne se résume plus désormais à l'unité de la Résistance »30. L'impression que la situation lui échappe de plus en plus conduit le CDL à s'élever contre l'organisation jugée trop précoce des premières élections. La gauche du comité, qui connaît le champ politique traditionnel du département, a compris que « l'appel aux électeurs » pouvait achever l'œuvre de marginalisation « des militants »31. Le vœu émis à ce sujet insiste d'ailleurs sur l'affaiblissement du poids de la « meilleure part » de l'électorat. « Considérant que des élections ne peuvent susciter qu'une atmosphère de trouble et de discorde incompatible avec le redressement du pays, considérant que les cas d'indignité nationale ne seront pas examinés avant plusieurs mois, considérant que trois millions de prisonniers et déportés se trouveront dans l'impossibilité de voter, considérant que les meilleurs fils de la France se trouvent sous les drapeaux et qu'ils n'ont pas en conséquence le droit de vote ; le CDL déclare qu'il est inopportun de procéder à une consultation électorale et émet le vœu que les élections soient différées »32. Le retour à la légalité condamne à plus ou moins brève échéance le CDL, dès lors qu'il était entendu que la Résistance ne pouvait disposer d'institutions parallèles33. C.-L. Foulon parle « des résistants noyés dans la légalité »34. Il est vrai qu'à partir des municipales, le CDL, remanié suite à une ruptur interne, n'est plus que l'ombre de lui-même. Dès lors il vivote jusqu'en 1946 et l'amertume, partagée en France par beaucoup de résistants domine : le président du CDL dans un courrier à Alain Savary, commissaire de la République, parle même de « défiance vis-à-vis des organisations de la Résistance »35.

Le poids de la nécessité : l'épuration mais l'union

15L'épuration apparaît rapidement comme un dossier sensible et complexe tant il est difficile d'en définir les limites. Le discours du CDL est relativement simple. Il consiste pour l'essentiel à dénoncer la lenteur et l'insuffisance de la répression et réclame « pour tous ceux qui ont trahi, non des condamnations théoriques mais un châtiment effectif ». L'incompréhension est souvent totale face à cette épuration jugée globalement clémente, forte avec les faibles mais faible avec les forts. La position des responsables préfectoraux est étroitement liée à leurs responsabilités, qui les conduisent à être les représentants de toute une population et non les porte- paroles d'une minorité agissante. Au sujet de l'opinion publique départementale, il est intéressant de signaler que l'enthousiasme de la Libération retombe assez vite. L'hiver 1944-1945 est marqué par le retour des préoccupations matérielles liées à la situation économique. Le rapatriement des prisonniers et déportés ravive pour un temps les passions.

  • 36 ADML 19 W 13 : rapports du préfet du Maine-et-Loire pour avril-mai-juin 1945.

16Le préfet du Maine-et-Loire note dans son rapport d'avril 1945 « l'épuration est redevenue un problème actuel » et ajoute en mai « l'opinion réclame avec plus de véhémence le châtiment des traîtres et des collaborateurs ». Dès le mois de juin cependant, il constate que « l'opinion demeure divisée entre ceux qui trouvent insuffisantes les peines prononcées et ceux qui estiment au contraire qu'on devrait en avoir fini avec l'épuration » mais que « les tribunaux d'exception ne semblent plus offrir pour le public le même intérêt »36. La sensibilité de l'opinion majoritaire conditionne sûrement en partie le zèle épurateur du pouvoir.

  • 37 Debré (M.), op. cit., p. 334.
  • 38 Debré (M.), op. cit., p. 325.
  • 39 ADML 22 W 2 : circulaire du commissaire de la République envoyée le 14 septembre 1944 aux préfets (...)

17La ligne de conduite des fonctionnaires d'autorité peut se résumer ainsi « tourner la page en agissant promptement afin de ne pas laisser de séquelles »37. Les séquelles redoutées portent sur la nécessaire union des Français pour reconstruire. Comme l'avoue Michel Debré en évoquant cette période dans ses Mémoires « je fais le procès de la collaboration mais je n'insiste pas, car l'histoire et l'opinion publique ont déjà condamné »38. Cette position induit parfois une certaine bienveillance, dans un souci d'apaisement. Les consignes du commissaire de la République au sujet du Groupe Collaboration sont assez explicites. Ce mouvement représentatif d'une « collaboration de salon » recrutant dans les milieux aisés était très bien implanté en Maine-et-Loire : « Toutefois, certains membres ne se sont livrés à aucune activité réelle. Leur appartenance à ce mouvement est une simple preuve de lâcheté. Pour ceux-ci lorsque leur âge, leurs titres anciens, notamment militaires, leur absence totale de politique militante incitent à l'indulgence, vous pouvez vous borner à une assignation à résidence ou même ne prendre aucune mesure de rigueur »39.

  • 40 ADML 22 W 2 : lettre de Michel Debré aux maires des communes de la région d'Angers (20 octobre 194 (...)
  • 41 Rousso (H.), Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Seuil, 2e édition, 1990, p. 30-32.
  • 42 Wieviorka (O.), Nous entrerons dans la carrière. De la Résistance à l'exercice du pouvoir, Seuil, (...)

18La politique de Michel Debré répond à une logique administrative d'un pouvoir qui doit s'imposer : « La République est le régime de l'union (...). La République, qui est sûre de sa force ne répondra pas au sectarisme de Vichy par un nouveau sectarisme (...). L'avenir de notre patrie est liée à une condition première : l'union faite autour de la primauté, acceptée par tous, de l'intérêt national »40. La vision de Michel Debré est assez unanimiste : il faut punir les collaborateurs (éléments égarés d'une population saine) pour très vite travailler à la reconstruction d'une identité nationale. De cette manière, il participe à ce que Henry Rousso appelle « les premières visions rétrospectives de l'occupation » commandées par « la nécessité de liquider les séquelles », et à la création du mythe fondateur « du résistancialisme gaullien »41, véritable acte purificateur de la nation. Sa lettre d'octobre 1944 aux maires de la région d'Angers est instructive sur la question. « La France est un vieux pays, tant habitué aux divisions politiques qu'elle paraît s'y plaire. Les années que nous venons de vivre sous la défaite et l'arbitraire ont accru nos divisions. Mais dans le malheur (...), nous avons senti une vérité que trop de querelles intestines avaient dissimulée, c'est que tous les Français étaient d'accord sur deux nécessités fondamentales : la grandeur de leur patrie et le respect de la personne humaine (...). Les Français... et il faut le dire très haut tous les Français, lorsque les traîtres et les criminels auront été châtiés, il ne doit plus rester entre nous les séquelles des divisions passées, ni même celles des divisions plus récentes ». Grâce à son abstraction sur un accord théorique des Français, il efface la défaite et légitime la vision d'une nation victorieuse. Dans le récent ouvrage d'Olivier Wieviorka42, Michel Debré persiste et signe estimant que la rhétorique du Général en 1944 « a donné à la France une bonne conscience qui était indispensable ».

L'impossible recomposition politique

  • 43 ADML 19 W 13 : rapport du préfet du Maine-et-Loire pour le mois de mai 1945.
  • 44 ADML 19 W 13 : rapport du préfet du Maine-et-Loire pour le mois de février 1945.
  • 45 ADML 30 W 197 : lettre de démission de huit membres du CDL (De la Grandière, ex-sénateur conservat (...)

19L'étude de l'après-Libération en Maine-et-Loire révèle que les forces neuves de la Résistance sont assez vite rattrapées par le poids des habitudes et le jeu des mécanismes institutionnels et administratifs traditionnels. Dès lors, les pouvoirs issus de la Résistance enregistrent un double échec, marqué par la difficulté à peser en tant qu'alternative politique spécifiquement résistante et par l'impossibilité de maintenir une cohésion entre résistants. Le retour à une vie politique normale durant l'année 1945 ravive rapidement les querelles récurrentes (question scolaire) et les vieilles divisions. Une rupture intervient au sein du CDL en mars 1945, consommant du même coup un divorce rapide entre l'opinion publique du département et l'organe censé la représenter. Depuis la Libération, le CDL était déjà plus à gauche que le département, glissement renforcé en décembre 1944 par l'exclusion de Alleton (MRP) immédiatement remplacé par Floquet (responsable local du Front National). Les éléments modérés ou de droite avaient rapidement pris conscience de cette orientation, mais avaient échoué dans leur tentative de recentrage en proposant un élargissement de 20 à 23 membres le 28 septembre 1944. L'analyse des procès-verbaux des séances du CDL laisse rapidement transparaître un clivage entre une dizaine de membres progressistes ou de gauche (radicaux, SFIO, PCF, CGT, Libération Nord, Front National,..) et une dizaine de délégués modérés (MRP ou sympathisants) et conservateurs. Parmi les motifs de conflits entre ces deux factions, le plus sensible porte sur la question de la laïcité qui focalise les passions autour d'une ligne de fracture catholique-laïque. Ce dernier élément doit être considéré comme déterminant dans notre département « où l'emprise de l'Église demeure incontestablement très forte. Elle s'exerce par le clergé, agissant par l'école privée qui existe partout (...) »43. La rupture de mars 1945 s'organise autour de la question scolaire, que le préfet présente dans son rapport de février comme le problème politique majeur : « la question politique importante est celle des subventions aux écoles privées »44. Dans ce contexte d'incompréhension et d'opposition quasi systématique, l'affaire du droit de vote des religieuses cloîtrées n'est plus qu'un prétexte. En effet, dans sa séance du 15 mars 1945, le CDL adopte à la majorité un vœu présenté par Floquet, président du Front National, invitant le gouvernement à priver de droit de vote les sœurs cloîtrées. Huit membres du CDL (MRP ou proche, CFTC, conservateur...) saisissent cette occasion, vécue comme une provocation, pour démissionner le 22 mars 1945. « Nous considérons qu'une telle manifestation, tendant à priver des femmes éminemment honorables d'un droit qui n'est pas contesté aux pires prostituées dénote un parti pris de nature à attirer sur le CDL tout entier le discrédit des populations de l'Anjou et que ce discrédit risque d'atteindre par ricochet le gouvernement du général de Gaulle que nous respectons et entendons soutenir pour notre part. Nous étions entrés au CDL, sans arrière- pensée, avec la conviction que nous pourrions servir la cause de l'unité française. C'est dans cet esprit que malgré de nombreuses déceptions et non sans quelque mérite nous avons continué notre collaboration. Nous sommes au regret de constater que notre sentiment n'a pas été partagé : le dernier incident en est une nouvelle preuve. Bien qu'appartenant à des tendances différentes mais ne voulant pas nous solidariser plus longtemps avec une assemblée qui heurte trop souvent les opinions de la grande majorité de nos concitoyens qu'elle prétend représenter, nous avons l'honneur de vous donner notre démission »45. À la lecture de cette lettre, il est facile de constater les allusions aux reclassements politiques qui sont en train de s'opérer en Anjou comme au niveau national. De même, il n'échappe à personne, au-delà du prétexte qui peut paraître futile, que cette démission coïncide avec le débat national sur la suppression des subventions aux écoles libres.

  • 46 Sur les 4 683 élus municipaux de mai 45, 12 sont répertoriés en tant que résistants (1 Front Natio (...)
  • 47 ADML 19 W 13 : rapport du préfet du Maine-et-Loire pour le mois de mai 1945.

20Suite aux élections d'avril-mai 1945, la vie politique angevine se restructure en partie sur des cadres anciens. Le préfet ne cesse dans ses rapports successifs d'insister sur cet apparent immobilisme : en avril il s'étonne du peu de candidats sous l'étiquette Résistance46 et en mai il signale que « les forces qui de tout temps ont guidé ici les hommes, reprennent de leur influence »47.

  • 48 ADML 19 W 13 : rapport du préfet du Maine-et-Loire pour le mois de mai 1945.
  • 49 Wieviorka (O.), op. cit., p. 32-34.

21Son jugement apparaît même très pessimiste lorsqu'il écrit que « la résistance n'a pas exercé une notable influence politique, ni déclenché de grands courants favorables à un renouvellement de l'esprit public »48. À ce sujet, le décalage entre la Libération et la victoire représente sans doute un facteur qui a contribué à briser l'enthousiasme et la dynamique de la Libération, favorisant par là même le retour des réflexes traditionnels. Doit-on alors, à l'image d'Olivier Wieviorka, parler « d'une incapacité de la Résistance à recomposer le champ politique » et « d'un primat des clivages hérités sur les solidarités issues de la clandestinité »49 ? Le débat reste ouvert car certains signes témoignent du poids indirect de la Résistance, non pas en tant qu'organisation mais sur les hommes et en terme d'esprit. Le clivage droite-gauche demeure assez net dans notre département qui reste très majoritairement ancré à droite et au centre droit, mais cette apparente permanence mérite une analyse plus fine. En effet, si l'on assiste à peu de changements dans les campagnes, les bouleversements sont déjà plus sensibles dans les villes. D'autre part, l'immobilisme apparent des « blocs » droite- gauche, cache des reclassements internes à chaque famille.

  • 50 Cette étude s'inscrit en complément de l'ouvrage : Buton (P.) et Guillon (J.-M.) (s. d.), Les pouv (...)

22Le Maine-et-Loire, qui était sorti plus républicain de la Première Guerre mondiale, semble se reconstruire plus progressiste au lendemain de la seconde. Si l'innovation ne l'emporte pas, il paraît cependant possible d'évoquer une rénovation politique et sociale50.

Notes

1 M. Fourré-Cormeray de août 1944 à mai 1945, puis M. Piton.

2 ADML 19 W 13 : rapport du préfet du Maine-et-Loire au ministère de l'Intérieur.

3 ADML 19 W 13 : rapport du préfet du Maine-et-Loire au commissaire de la République pour le mois de novembre 1944.

4 ADML 19 W 13 : rapport du préfet au commissaire de la République pour le mois de mai 1945.

5 ADML 19 W 13 : rapport du préfet du 3 septembre 1944.

6 Dans ses mémoires, Michel Debré, Commissaire de la République en poste à Angers, insiste sur cette faiblesse. Lorsque il évoque le dispositif mis en place pour s'emparer de la capitale régionale, il signale « qu'aucune troupe sérieuse, pas même une dizaine d'hommes, n'a pu être réunie ». Il est vrai que c'est presque seul qu'il prend possession de la préfecture, cf Debré (M.), Trois Républiques pour une France, tome 1 Combattre, Albin Michel, 1984, p. 291.

7 « Pour la grande majorité des hommes et des femmes la Libération apparaît, non comme la naissance d'un nouveau régime, encore moins comme l'aube d'une révolution, mais bien plus comme la fin d'une époque déplorable et l'espoir d'un retour à des temps pacifiques », cf. Debré (M.), op. cit., p. 309.

8 ADML 19 W 13 : rapport du préfet pour le mois de novembre 1944. « Une certaine dissociation peut être constatée entre les villes et les campagnes. Dans les villes, la population réclame avec énergie une amélioration du ravitaillement et l'application rapide du programme du CNR. Dans les campagnes, la population demande surtout le maintien de l'ordre et se montre relativement inquiète des mesures qui seraient prises à l'instigation d'éléments extrémistes ».

9 « L'équipe » de la Libération (M. Fourré-Cormeray et M. Debré) laisse la place à « l'équipe » de la Victoire (M. Piton, préfet en mai et M. Savary, commissaire de la République en mars).

10 C'est René Brouillet qui était prévu pour le poste d'Angers selon le décret d'Alger du 3 octobre 1943. Michel Debré apparaît dans la liste du 20 mars 1944 alors que R. Brouillet après avoir été directeur du cabinet de G. Bidault au CNR deviendra directeur-adjoint du cabinet de De Gaulle jusqu'en 46. Michel Fourré-Cormeray avait été un moment pressenti pour occuper la fonction de commissaire de la République à Lyon. Foulon (C-L), Le pouvoir en province à la Libération, A. Colin, 1975,301 p.

11 Debré (M.), op. cit., p. 325.

12 Foulon (C.-L.), op. cit., p. 127. « La même volonté autoritaire fait que pendant les trois premiers mois, à Angers tout passe au niveau de M. Debré ». Lui-même dans ses mémoires évoque le pouvoir de s'imposer à tous « en ces temps où la France était commandée par les commissaires de la République ». Debré (M.), op. cit., p. 305.

13 Maintenu dans ses fonctions, il quitte rapidement la région pour travailler auprès de M. Bouhey, commissaire de la République à Dijon.

14 ADML 19 W 13 : rapport du préfet du 3 septembre 1944. « Le CDL que j'avais formé au cours de ma période clandestine comportait des membres influents qui résidaient au sud de la Loire », mais au lendemain de la Libération « la fraction que j'ai pu réunir à Angers comportait surtout des éléments traditionnellement de gauche et des catholiques sociaux qui passent dans le pays pour être également de gauche (...). Les catholiques traditionalistes devaient être représentés par des éléments résidant au sud de la Loire. »

15 Foulon (C.-L.), op. cit., p. 224. Il indique que 8,6 % des membres des CDL (sur 73 étudiés) sont agriculteurs. En Anjou, on dénombre 2 cultivateurs, 2 viticulteurs, 2 propriétaires.

16 La droite modérée ou conservatrice contrôle cependant 10 sièges, ce qui représente une proportion non négligeable au regard des travaux de C.-L. Foulon (la droite ne détient la majorité que dans 11 départements, sur 73 étudiés), Foulon (C.-L.), op. cit., p. 224.

17 ADML 19 W 13.

18 Rioux (J.-P.), La France de la IVe République : l'ardeur et la nécessité (1944-1952), Seuil, 1983, p. 69.

19 Tirage moyen 80 000 à 100 000 numéros pour une population de 477 690 habitants au recensement de 1936.

20 Cette question envenime les rapports au sein du CDL dans le cadre d'un clivage droite-gauche.

21 Les statuts proposés par le CDL à P.-H. Teitgen (à Angers en janvier) sont refusés le 8 février 1945.

22 ADML 30 W 197 : correspondance ministère de l'Information-CDL (8 mars 45).

23 ADML 30 W 197 : PV des séances du CDL (8 mars 45).

24 ADML 30 W 197 : PV des séances du CDL (8 mars 45).

25 ADML 30 W 197 : PV des séances du CDL (15 mars 45).

26 ADML 30 W 197 : PV des séances du CDL (23 mars 45).

27 Lebrun (F.), (sd), Histoire d'Angers, 2e édition, Toulouse, éd Privat, 1984, p. 297.

28 ADML 140 W 16 : PV des séances du CDL.

29 ADML 30 W 197 : vœu du 25 novembre 1944.

30 Rioux (J.-P.). op. cit., p. 70.

31 Durand (Y.), la France dans la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), A. Colin, 1989, p. 162.

32 ADML 30 W 197 : PV de la séance du 12 décembre 1944.

33 Dualité des pouvoirs que la gauche du CDL souhaite voir se maintenir alors que la droite demande le retour rapide à la légalité républicaine.

34 Foulon (C.-L.), op. cit., p. 219.

35 ADML 48 W 18 : correspondance CDL-commissaire de la République (lettre du 26 septembre 1945).

36 ADML 19 W 13 : rapports du préfet du Maine-et-Loire pour avril-mai-juin 1945.

37 Debré (M.), op. cit., p. 334.

38 Debré (M.), op. cit., p. 325.

39 ADML 22 W 2 : circulaire du commissaire de la République envoyée le 14 septembre 1944 aux préfets départementaux.

40 ADML 22 W 2 : lettre de Michel Debré aux maires des communes de la région d'Angers (20 octobre 1944).

41 Rousso (H.), Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Seuil, 2e édition, 1990, p. 30-32.

42 Wieviorka (O.), Nous entrerons dans la carrière. De la Résistance à l'exercice du pouvoir, Seuil, 1994, 450 p.

43 ADML 19 W 13 : rapport du préfet du Maine-et-Loire pour le mois de mai 1945.

44 ADML 19 W 13 : rapport du préfet du Maine-et-Loire pour le mois de février 1945.

45 ADML 30 W 197 : lettre de démission de huit membres du CDL (De la Grandière, ex-sénateur conservateur, Douillard, religieux, Blanchoin, ex-député MRP, Pellaumail, industriel conservateur, De Kerviler, conseiller municipal conservateur, Poisson. conseiller municipal MRP, De la Morinière, maire MLN, Fleury, employé CFTC).

46 Sur les 4 683 élus municipaux de mai 45, 12 sont répertoriés en tant que résistants (1 Front National, 11 résistants).

47 ADML 19 W 13 : rapport du préfet du Maine-et-Loire pour le mois de mai 1945.

48 ADML 19 W 13 : rapport du préfet du Maine-et-Loire pour le mois de mai 1945.

49 Wieviorka (O.), op. cit., p. 32-34.

50 Cette étude s'inscrit en complément de l'ouvrage : Buton (P.) et Guillon (J.-M.) (s. d.), Les pouvoirs en France à la Libération, Belin, 1994, 590 p.

Auteur

Correspondant IHTP-CNRS du Maine-et-Loire

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540