Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

4e partie. Épuration, enjeux politiques et mémoire

Résistance et épuration sauvage en Bretagne

Christian Bougeard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Rousso (Henry), « L'épuration en France : une histoire inachevée », Vingtième siècle, n° 33, janvi (...)
  • 2 Baudot (Marcel), « L'épuration : bilan chiffré », Bulletin de l'IHTP, n° 25, septembre 1986, p. 37 (...)
  • 3 La Loire-Inférieure étant l'un des 3 départements non étudiés, nous ne pouvons pas l'inclure dans (...)
  • 4 Sainclivier (Jacqueline), La Bretagne dans la guerre 1939-1945, éd. Ouest-France, 1994 et Bougeard (...)

1« Histoire inachevée » comme l'écrivait Henry Rousso en 19921, l'étude de l'épuration dite « sauvage » ou « extrajudiciaire » à la Libération a suscité polémiques et flots de publications partisanes dont les enjeux politiques ont souvent occulté les débats scientifiques. Notre propos ici n'est pas de rouvrir le dossier du nombre des victimes d'ailleurs pratiquement clos pour 84 départements par les enquêtes menées par les correspondants du Comité d'histoire de la 2e Guerre mondiale et de l'IHTP2, mais de préciser certains aspects du processus de cette épuration dans le cadre de la Bretagne3. À partir des deux formes, d'inégale importance, qui ont marqué la mémoire des contemporains, les tontes de femmes et les exécutions sommaires, il s'agit de définir l'ampleur, les rythmes, la chronologie et la géographie de cette épuration en cherchant à en préciser les rapports avec la Résistance quand c'est possible. Mais il va de soi qu'on ne peut entreprendre cette étude, avec toute la sérénité souhaitable, sans rappeler le climat de 1944. Dans une région précocement anglophile et gaulliste, où le rejet de l'occupant est fort et la Résistance en plein essor, la répression allemande se durcit4. Rafles, arrestations, déportations, attaques de maquis en formacréent un climat de terreur faisant des « collaborateurs » de l'occupant et autres délateurs présumés des ennemis à éliminer. À l'été 1944, dans une région stratégiquement importante pour les deux camps, à la lutte de libération nationale aux côtés des Alliés se mêlent des aspects de guerre civile franco-française. L'opinion publique, qui aspire à la délivrance tout en la craignant, partage largement la thématique du « châtiment des traîtres » qui revient comme un leitmotiv dans la presse résistante.

Remarques sur le phénomène des femmes tondues

  • 5 Séminaire animé par Danièle Voldman et François Rouquet à l'IHTP et communication de François Rouq (...)
  • 6 Brossat (Alain), Les tondues. Un carnaval moche, 2e éd. Hachette/Pluriel, 1994.

2Des travaux en cours s'interrogent sur une approche sexuée de la guerre et des périodes de crise en mettant en lumière ce qui est perçu aujourd'hui comme « un épisode honteux de la Libération » (Henry Rousso)5. L'étude de ce « carnaval moche »6, a d'ailleurs souvent été évacuée ou minorée dans les travaux antérieurs sur la guerre. On y insistait sur les pressions et les débordements de « la foule » dans les journées de la Libération, et sur le caractère d'exutoire difficile à contrôler visant des femmes qui avaient eu des relations sentimentales ou autres, notamment économiques, avec l'occupant. Il est vrai que lors d'enquêtes orales, les responsables résistants interrogés gomment ou condamnent des pratiques dont on trouve la trace dans les sources écrites.

  • 7 Bougeard (Ch.), Le choc de la guerre dans un département breton : les Côtes-du-Nord des années 192 (...)
  • 8 AD Côtes-d'Armor, 1 W 9.

3Des exemples pris dans les Côtes-du-Nord, sans étude exhaustive, montrent l'implication de résistants dans la tonte des femmes avant et après la Libération. Au début de 1944, des femmes sont brutalisées à Mûr-de-Bretagne dans une zone où un maquis de l'Armée secrète (AS) vient de se former. Mais sous réserve d'inventaire, des opérations de « tontes » de femmes à domicile sont signalées à partir de mai 1944 dans la région de Guingamp, celle où les FTP qui ont reçu des parachutages d'armes en février- mars sont très actifs7. Le 5 mai, une trentaine d'individus rase les cheveux de cinq filles à Carnoët. C'est le début d'une série d'opérations du même genre qui semblent répondre à un mot d'ordre, en ville à Guingamp, mais aussi dans des villages où existent des groupes ou des maquis FTP, à Plouisy, Locarn, Lanrivain. Le 22 mai, le sous-préfet signale que « des individus armés ont coupé les cheveux à un certain nombre de femmes »8. L'origine résistante des auteurs ne fait aucun doute. Dans les campagnes où ne stationnent pas de troupes allemandes, ces tondaisons visent sans doute la collaboration économique. Elles s'inscrivent dans un mouvement d'essor de l'action de guérilla : attaques d'Allemands (2 tués, 3 blessés), sabotages de voies ferrées, attaques de fermes et de mairies, propagande en ville, 17 exécutions sommaires en deux mois.

  • 9 Leroux (Roger), Le Morbihan en guerre, J. Floch éd., Mayenne, 1978, p. 526.

4Après le débarquement, le mouvement gagne les campagnes du pays gallo. Déjà, la tonte de deux jeunes filles soupçonnées de délation a provoqué le 4 juin une rafle de la Feldgendarmerie à Landéhen, près de Lamballe, au moment où les hommes du commandant Gilles (FN) montent au maquis. En juillet, le phénomène prend de l'ampleur et des maquisards y participent : deux femmes à Mégrit le 4, deux autres le 6 à Ploumagoar près de Guingamp par le maquis de Kerloch. Des attaques nocturnes de fermes (117 en avril- mai) relèvent plus du banditisme que de l'épuration. Dans la nuit du 22 au 23 juillet selon les RG, quatre fermes sont attaquées à Quévert et Aucaleuc aux portes de Dinan : une dizaine d'hommes « armés de mitraillettes et de revolvers », ce qui signe leur origine, emporte 207 000 F. Dans une ferme, les deux filles sont tondues (cheveux et pubis), leur visage est marqué au fer rouge ; dans une autre, on a brûlé la plante des pieds des paysans, sans doute pour connaître la cachette de l'argent. De tels actes sont signalés dans le Morbihan à la mi-juillet. À Saint-Nicolas-du-Tertre, six hommes de la compagnie FFI du capitaine de Montfort volent du linge et 26 000 F. Le chef les oblige à en restituer 9 000, promettant de reprendre l'affaire plus tard9.

5Les scènes publiques de tontes de femmes dans les villes lors des journées de la Libération sont parfois préparées à l'avance par l'affichage de listes de femmes qui se sont compromises avec les Allemands (collaboration sentimentale ou/et économique). Dans les Côtes-du-Nord, dès le 4 juin à Rostrenen, une liste de 29 noms dénonce les « femmes à tondre », « les poules » et autres bistrotes. Les 6 et 8 juillet, une autre « liste de poules de Dinan » (une dizaine de noms) voisine avec des listes de collaborateurs.

  • 10 Guilloux (Louis), Carnets 1, Gallimard, 1978, p. 405 et 410-414.

6Dans les journées de fièvre de la Libération, des tontes publiques et des arrestations se déroulent sous la conduite d'hommes en armes à Saint-Brieuc. L'écrivain Louis Guilloux dessine un portrait emblématique de la tondue servant de bouc émissaire dans ses Carnets 1 : « La tondue, sa robe blanche, sa tête en poire pelée, son air ahuri. Les deux hommes qui l'encadrent avec leurs fusils. La foule qui suit ». L'écrivain raconte deux exemples concrets de femmes âgées ayant eu une liaison avec des soldats allemands (un professeur au collège et une marchande de poisson), à la fin août, plus de 20 jours après la libération de la ville10. Des équipes de tondeurs en armes, donc des FFI, circulent en ville malgré les appels à l'ordre du CDL. Le préfet Gamblin dénonce « ces scènes sandaleuses » quand le sous-préfet de Guingamp signale placidement le chiffre de 24 tondues dans sa région, dans un rapport du 12 octobre. Au total, quelques dizaines de femmes ont été tondues dans ce département.

7Mais ce ne sont pas seulement des « éléments incontrôlables » (Louis Guilloux) qui se livrent à cette forme d'épuration. Les mouvements de Résistance et les nouvelles autorités locales assument totalement ces actions. Plusieurs responsables, interrogés 35 ans après, dénoncent les abus, mais c'est pour ajouter comme Yves Lavoquer, chef de Libé-Nord, responsable de l'épuration au CDL : « les tondues ? Elles ne le méritaient pas toutes ». Le Front National, le plus puissant mouvement de résistance dans les Côtes-du-Nord, dirigé par Jean Devienne, un socialiste alors proche du PC, expose dans la vitrine de sa permanence à Saint-Brieuc « plusieurs photos de femmes arrêtées ou ayant eu les cheveux coupés ». Selon les RG, à la mi- septembre, cette exposition d'un genre un peu particulier fait l'objet de la curiosité de la population qui « en général approuve ces mesures » car elle exige une épuration complète. Une semaine plus tard, la situation s'apaisant ou s'étant fait rappeler à l'ordre par ses chefs, le rédacteur se sent obligé de préciser que « cette pratique n'a d'ailleurs jamais été appréciée de la partie saine de la population ». Au plus haut niveau donc, le FN, très influent au CDL et dans l'administration, revendique la tonte comme un châtiment réservé aux femmes.

  • 11 Cahier du CDL conservé aux AD des Côtes-d'Armor et 1240 W 26.
  • 12 Voir la communication de Luc Capdevila.
  • 13 Des scènes de tontes à la Libération ont eu lieu dans plusieurs communes où se sont déroulés des c (...)

8C'est vrai aussi à la base. Dans le Trégor, le comité local de Libération de Trégastel, issu du FN, décide des premières sanctions lors de sa première réunion le 10 août 1944 : arrestation de trois femmes qui doivent au minimum être tondues et condamnation de six autres à la même peine. Même réaction, le même jour en pays gallo à Yvignac, dans une commune qui a abrité un maquis et dont le maire a démissionné sous la pression allemande en 1941. Dans une première réunion commune, le conseil municipal présidé par le maire d'avant-guerre réinstallé et le comité civil de Résistance adressent un message de félicitations au gouvernement d'Alger puis dressent deux listes : l'une des personnes ayant aidé l'ennemi, l'autre « des femmes qui ont eu une conduite indigne »11. À Trégastel, les neuf femmes désignées furent effectivement tondues en place publique12. À la Libération, décider froidement de punir par la tonte des relations féminines avec l'occupant paraît aussi « normal » que d'arrêter et d'interner des suspects13. Mais ces comportements, envers des fêtes de la Libération, s'inscrivent-ils pour autant dans les mentalités ?

  • 14 Leroux (R.), op. cit., p.583 et 632.

9Trois exemples au moins, dans le Morbihan et en Ille-et-Vilaine, témoignent de cas isolés plusieurs mois après la Libération14. Premier exemple de violence des sexes injustifiée commise sans doute au cours d'une beuverie : le 23 octobre 1944, à Hennebont, des FTP venus des Côtes-du-Nord sur la poche de Lorient, tondent trois jeunes filles qu'ils ne connaissent pas et qui n'ont rien eu à voir avec l'occcupant. En revanche, le 1er février 1945, quatre hommes et une femme armés et masqués enlèvent à Redon une femme de Malestroit qui a eu des relations avec un officier allemand, ainsi que son ami, un lieutenant FFI. La femme, accusée d'avoir dénoncé deux patriotes, sera tondue puis attachée à un arbre dans la campagne. C'est un cas parmi d'autres de contestation d'une épuration judiciaire jugée insuffisante. De même, le 1er mars 1945, une femme de Guiscriff est giflée et tondue par sept ou huit hommes. L'épuration fait resurgir au grand jour des comportements troubles. Mais, à côté des tondaisons occultées, pour beaucoup l'épuration dite sauvage reste liée aux exécutions sommaires.

L'ampleur inégale des exécutions sommaires en Bretagne

  • 15 Étude menée par R. Leroux pour le Morbihan, op. cit., Alain Le Grand (Finistère), Roger Huguen (Cô (...)

10De septembre 1943 à 1945, l'enquête minutieuse montre de fortes disparités d'un département à l'autre15. Les exécutions sommaires oscillent entre 11 victimes en Ille-et-Vilaine et 243 dans les Côtes-du-Nord. Le Morbihan compte 214 tués et le Finistère 113, dont un disparu enlevé par la Résistance. De plus, un homme et une femme détenus par les FFI se sont suicidés dans leur cellule à Pont-Aven le 16 octobre 1944. Au total, 581 personnes ont trouvé la mort en Bretagne soit environ 7,2 % des victimes françaises (sur les 84 départements étudiés). Ces chiffres placent les Côtes- du-Nord et le Morbihan au 8e et au 9e rang national, au niveau de départements très résistants et de maquis comme la Savoie (252 morts) ou la Haute- Vienne (250).

11Mais la « justice du maquis » ne visa pas que des « collaborateurs » de l'occupant. En effet, dans le Morbihan, il convient d'ajouter 30 hommes, dont 26 se faisant passer pour des résistants, exécutés pour pillage et indiscipline et 4 dans des réglements de comptes.

12La répartition par sexe montre que les femmes n'ont pas été épargnées. Elles représentent environ 1/3 des victimes sauf en Ille-et-Vilaine (2 jeunes filles à Monterfil accusées de délation) (voir le tableau 1).

Tableau 1 - Nombre, chronologie et composition par sexe des exécutions sommaires en Bretagne de 1943 à 1945.

Tableau 1 - Nombre, chronologie et composition par sexe des exécutions sommaires en Bretagne de 1943 à 1945.
  • 16 AD Morbihan. 41 J 75 et 41 J 77. Fonds Leroux.

13À part l'Ille-et-Vilaine où le phénomène apparaît tardivement le 24 juillet 1944, une semaine avant le début des combats de la Libération, les premières exécutions sont signalées entre septembre et novembre 1943 dans les trois autres départements. Elles traduisent la structuration des mouvements et surtout la montée en puissance des FTP. À la fin de l'année 1943, on en compte 5 dans le Finistère dont Yann Bricler, l'un des chefs du PNB à Quimper peut-être sur ordre de Londres (début septembre) et l'abbé Perrot, le fondateur du Bleun Brug à Scrignac (le 11 décembre), 5 dans le Morbihan (dont une femme) et 2 dans les Côtes-du-Nord. Les cibles choisies ne l'ont pas été au hasard. Dans le Morbihan, le délégué départemental à la propagande de Vichy est abattu à Muzillac le 15 novembre ainsi que deux agriculteurs, l'un à Malguénac le 28 décembre pour avoir dénoncé aux gendarmes le groupe FTP de Max Le Carrer de Bubry (7 résistants livrés aux Allemands dont 5 fusillés et 2 déportés), l'autre au début novembre pour collaboration économique. Un trafiquant du marché noir est aussi éliminé à Moréac16. Dans les Côtes-du-Nord, à Laniscat le 29 octobre, Marcel Cozic, « trafiquant notoire », proche du PNB et travaillant pour les Allemands qui lui ont délivré un port d'armes, subit le même sort. Puis un délateur présumé est abattu à Plougonver à la mi-décembre.

14Dans le Morbihan et les Côtes-du-Nord, la chronologie des victimes donne 19 et 9 tués fin mars dont 4 et 2 femmes. Par exemple, une comtesse qui était la maîtresse du commandant de la Feldgendarmerie de Plouaret est abattue dans une région où les FTP de la compagnie « la Marseillaise » livrent la « bataille du rail » (24 sabotages du 1er janvier au 9 mai). De plus, dans les Côtes-du-Nord, trois notables vichyssois sont aussi exécutés par des FTP opérant en groupes de 2 ou 3 : le maire de Trélévern (ex-PSF) qui aurait été « sympathisant » de l'occupant (fin janvier), celui de Glomel, militant du conseil départemental et de la Corporation paysanne (fin mai), et celui de Ploumilliau (début juin), auteur de lettres de délation à la gendarmerie.

15En avril-mai, dans les zones de forte résistance FN-FTP le mouvement s'amplifie : 32 dont 11 femmes dans l'ouest des Côtes-du-Nord où règne un climat semi-insurrectionnel, 31 dont 10 femmes dans le Morbihan. Dans ce département, des chefs de partis collaborationnistes ont déjà été pris pour cible dont celui du Francisme, Rivière, abattu chez lui à Vannes avec sa maîtresse (21 février) sur ordre du délégué militaire régional Abeille, et Le Part (26 mai), le chef d'arrondissement du PNB de Vannes qui a suivi la scission des ultras pro-nazis (initiateurs de la milice Perrot) de Célestin Lainé. De même, deux des chefs briochins du PPF mourront dans les journées de la Libération. Mais il ne faut pas exagérer le nombre de victimes parmi les membres de partis de collaboration. Ceux qui travaillent pour l'occupant sont visés. Il y eut 7 nationalistes bretons dont une femme abattus dans le Morbihan et 12 membres de partis collaborationnistes (4,9 % du total) dans les Côtes-du-Nord (3 militants du PNB dont un prêtre sympathisant, un RNP à Dinan) plus 3 vichyssois. Le plus souvent, il s'agit de « collaborateurs notoires », de délateurs avérés de résistants voire d'aviateurs alliés, et de commerçants ou de paysans enrichis grâce au marché noir. Ainsi, six hommes ont enlevé le 28 avril à Guingamp un individu qui aurait reconnu 80 dénonciations. Son cadavre est retrouvé avec l'inscription : « Avis aux agents de la Gestapo. Exécuté après aveux devant témoins par des Patriotes ».

16De l'automne 1943 au 1er juin 1944, on recense entre 17 et 28 % des exécutions sommaires de toute la période selon les départements (voir le tableau 1), ce qui est conforme à la moyenne nationale. Les Côtes-du-Nord rattrapent leur retard relatif durant la période insurrectionnelle du 1er juin au début de la Libération avec 74,2 % du total (178). Avec 37 %, les femmes paient un lourd tribut. La courbe des morts suit le rythme de la montée et de l'armement des maquis et du durcissement de la répression nazie : destruction des bases de parachutistes SAS et résistantes de Duault (Côtes-du-Nord, 12 juin) et de Saint-Marcel (Morbihan, le 18 juin), puis attaque de nombreux maquis durant tout le mois de juillet. En juin, on en compte respectivement 41 dans les Côtes-du-Nord (après le 6 juin), 28 dans le Morbihan et 9 dans le Finistère ; 88, 62 (43,5 % de femmes) et 36 en juillet. Dans les Côtes-du-Nord, le paroxysme est atteint (44 cas) lors des combats du début août comme si l'on voulait solder les comptes avant l'arrivée des Américains.

17Il n'est pas toujours aisé de séparer les attentats survenus pendant et après la Libération. Dans le Finistère, partiellement libéré, on en compte 26 dans la 1ère quinzaine d'août et 7 dans la 2e, 12 du 10 au 31 août sur les 21 postérieurs à la Libération dans les Côtes-du-Nord. Avec près d'une cinquantaine, les exécutions sont beaucoup plus nombreuses dans le Morbihan où l'occupant aidé de miliciens a pourchassé les SAS et les résistants à partir de la mi-juin. De septembre à décembre 1944, lorsque les nouvelles autorités affirment leur pouvoir et que les tribunaux de l'épuration judiciaire se mettent en place, les cas de justice sommaire se font plus rares : 8 dans le Morbihan, 9 dans les Côtes-du-Nord, 2 en Ille-et-Vilaine à Redon en fin d'année, à 6 km de la poche de Saint-Nazaire. Les nombreuses arrestations et internements réalisés par les FFI en août et septembre 1944 ont permis de faire baisser la pression, mettant à l'abri des victimes potentielles.

18Mais l'impatience de l'opinion qui critique les lenteurs de la justice provoque un regain de tension lié à une première vague d'attentats contre les biens de collaborateurs présumés. À la fin de novembre, deux femmes sont abattues à Saint-Brieuc à leur sortie du camp de Langueux. L'une était la mère d'une jeune fille de Trémuson tuée en juillet pour délation et relations avec les Allemands. On compte encore trois meurtres à Tréguier (en décembre), à Callac (en avril 1945) et à Ploujean d'un gendarme muté dans le Finistère (20 août 1945). De même, un inspecteur de police du Finistère a été assassiné dans sa cellule dans un camp d'internement près de Quimper le 5 mars 1945. À chaque fois, ces assassinats sont clairement condamnés par les milieux résistants. Cette vingtaine de cas en Bretagne, nettement postérieurs à la Libération, représente 3, 5 % du total.

Lieux, motifs, auteurs et victimes des exécutions sommaires

19Comme la chronologie, la géographie laisse peu de doute sur l'origine des auteurs. La carte des exécutions extra-judiciaires en Bretagne reflète clairement les zones de force de la Résistance, en particulier des FTP puis des maquis. La coupure ouest-est, pays bretonnant-pays gallo, est conforme aux étapes du développement de la résistance armée, animée surtout par les FTP jusqu'au 6 juin. Ensuite, la localisation des maquis dans les forêts et le bocage du Centre Bretagne, à cheval sur les trois départements, explique le nombre important d'exécutions de délateurs présumés dans ces régions. A contrario, le faible nombre de victimes en Ille-et-Vilaine (3 pendus à Gahard au nord de Rennes le 2 août pour vol et relations avec la Milice) est le reflet de la faiblesse des maquis. Peut-être est-ce aussi le résultat du tempérament politique plus modéré de ce département ?

LES EXECUTIONS EXTRA-JUDICIAIRES EN BRETAGNE A LA LIBERATION 1913 – 1015

LES EXECUTIONS EXTRA-JUDICIAIRES EN BRETAGNE A LA LIBERATION 1913 – 1015

20Pourtant le phénomène ne concerne pas que les campagnes. L'épuration frappe aussi en ville, souvent en pleine occupation (15 à Saint-Brieuc, 14 à Vannes, 11 à Quimper, 6 à Brest). Elle a touché sept villes et quatre bourgs du Finistère : 30 % des victimes, plus nombreuses dans les localités et les ports de la côte sud. Et il faudrait y ajouter les personnes enlevées par des commandos (au moins 3 à Guingamp, par les FTP de Baud...). À Saint-Brieuc, les FTP suppriment en juin et juillet une femme d'origine allemande et deux hommes, chauffeurs « de la Gestapo », y compris leur jeune sœur qui cherchait à s'interposer.

21Si les FTP semblent les plus déterminés à épurer — un jeune chef de maquis de la région de Maël-Pestivien (Côtes-du-Nord) reconnaît aujourd'hui 14 exécutions - ils ne sont pas les seuls responsables. Dans le Morbihan 34 % des exécutions sont le fait des FFI, 33 % des FTP, 27 % d'inconnus ou d'éléments incontrôlés. Mais 6 % des cas relèvent des parachutistes SAS ou des Américains après la Libération. La lutte contre les pilleurs de fermes y est sévère : les SAS en fusillent quatre à Bréhan-Loudéac le 21 juillet et tuent au moins deux collaborateurs à la Libération. La Résistance agit de même (4 à Mauron le 5 août). Un conseil de guerre a condamné trois FFI pour meurtre à Theix près de Vannes le 26 juillet. Le 5 août, à Josselin, un sous-lieutenant SAS ordonne même qu'on abatte sans jugement l'un de ses hommes qui l'avait menacé de son arme. Et un soldat américain abat trois prostituées à Vannes le 8 août. Il n'y a donc pas que les collaborateurs à faire les frais de cette justice expéditive. Même, à Duault, un agent de liaison du chef AS de Guingamp est tué par les SAS car on l'a pris pour un agent infiltré. Le 8 août, à Pluvigner dans le Morbihan, un résistant accusé de double jeu subit le même sort ; il sera réhabilité à titre posthume. Deux pilleurs de fermes sont fusillés dans les Côtes-du-Nord (Merdrignac) ainsi qu'un FFI dans le Finistère. La Libération en Bretagne est vécue comme une véritable guerre.

22On peut évaluer les raisons présumées de la mort pour 89 % des cas dans le Morbihan et 72 % dans les Côtes-du-Nord. « La collaboration avec l'ennemi », politique et militaire y compris les membres des partis, est le motif invoqué dans environ la moitié des cas (55,1 % dans le Morbihan). Dans les Côtes-du-Nord, c'est le motif dans 48,4 % des cas : un quart d'agents allemands dont 4,1 % de miliciens, et 17,1 % pour délation ou trahison. Dans ces deux départements, les victimes relèvent de la collaboration économique pour 11,7 % et 8,2 % et de la collaboration « sentimentale » pour 12,6 et 5,3 % ( 27 femmes dans le Morbihan, 13 dans les Côtes-du-Nord). Mais dans le Morbihan, 20 personnes innocentes ont péri (9,3 %).

23Dans les Côtes-du-Nord, des maquis FTP ne font pas le détail : 8 tués dans la région de Rostrenen-Plougernevel et 7 par celui de Kerfot près de Paimpol, dont 6 du 1er au 8 août. Huit bavures ou crimes déguisés (3,2 %) plus 5 % de cas suspects ont pu être identifiés. Il s'agit souvent de dérapages lors d'attaques de fermes ou de commerce. Parfois, des familles refusant de donner leur argent sont éliminées (un père et ses deux filles à Trébeurden le 8 mai), voire des enfants témoins de la scène (un jeune de 14 ans à Méllionnec le 30 mars). Replié à Plévin (fin janvier 1944), en Haute-Cornouaille, des maquisards FTP du Finistère, incontrôlés, font ripailles dans une ferme, agressent le fermier et abattent deux voisins venus lui porter secours, ce qui déclenche une grande rafle franco-allemande. À Plouasne, le 5 mai, une famille de trois personnes est liquidée pour avoir dénoncé ses agresseurs du mois précédent. En juin, une opération à Plorec tourne au carnage : trois hommes ont l'ordre d'abattre un paysan enrichi s'il refuse de verser 50 000 F au maquis. Son épouse meurt d'une crise cardiaque pendant l'opération laissant cinq orphelins tandis que le beau-frère est tué en tentant de s'enfuir. Une famille de notables, pétainiste, les Le Minthier de Plénée-Jugon (cinq personnes dont la femme de chambre alsacienne), est ainsi enlevée et liquidée à la mi-juillet par un groupe non identifié. C'est sans doute là, l'un des rares cas de la « justice de classe » dénoncée après la guerre. Parmi les victimes des Côtes-du-Nord, on ne trouve en effet que 4,9 % de membres des milieux dirigeants (patronat, propriétaires, professions libérales, cadres) pour 10 % de commerçants et 13 % d'agriculteurs. Les ouvriers (agricoles), employés et petits fonctionnaires comptent pour 11,1 % et les forces de l'ordre avec les miliciens pour 7 %. Les sans profession, notamment les ménagères (30) travaillant souvent pour l'occupant sont plus nombreux, 16,1 %, mais la profession est inconnue dans 38 % des cas. Si cette épuration dite sauvage n'a épargné aucun milieu, elle a souvent visé des gens dangereux pour la Résistance lors de la multiplication des parachutages pour armer les FFI (10 en juin, 54 en juillet dans les Côtes-du-Nord).

24En fait, en juin-juillet 1944, les maquisards éliminent des individus et des miliciens qui tentent de s'infiltrer (2 miliciens au maquis AS-FFI de Coat-Mallouen près de Plésidy ; 3 à Callac, 3 à Paule-Plévin, 1 à Squiffiec par des maquis FTP...). Rappelons que des agents des nazis comme Zeller (chef de la LVF des Côtes-du-Nord) se déguisent en maquisard pour traquer dans les fermes du Morbihan les SAS après la dislocation de la base de Saint-Marcel. Les rôdeurs et autres curieux sont suspects car les attaques de maquis suivent souvent leur passage. Dans les Côtes-du-Nord, trois nomades porteurs d'une grosse somme d'argent sont ainsi condamnés à Coat- Mallouen en juillet par le chef départemental FFI, un SAS et le chef de l'équipe Jedburgh. Cinq autres sont passés par les armes à Canihuel par le bataillon FFI-FTP Valmy de Corlay, après l'aveu de leur délation du maquis de Coat-Mallouen attaqué le 27 juillet. Mais un idiot du village à Eréac le 16 juillet peut aussi faire les frais de sa curiosité au nom des impératifs de sécurité.

25Peu de tribunaux de fait fonctionnent après le 6 juin 1944 (huit cas dans le Finistère). Mais des chefs FTP ou FFI ont décidé de nombreuses exécutions. L'image du collabo abattu à la sauvette, la nuit au coin d'un bois, ne correspond pas à la réalité. Toutes les méthodes sont utilisées, depuis l'enlèvement dans les villes et les bourgs occupés jusqu'à l'exécution à domicile en plein jour par un petit groupe. Parfois comme à Saint-Brieuc, on étrangle la victime et on maquille l'exécution en suicide. Certains sont fusillés par un peloton au maquis, d'autres retrouvés une balle dans la nuque. La pendaison est parfois pratiquée (un milicien et une jeune femme dans le Morbihan, trois personnes au nord de Rennes). On repêche aussi des cadavres de noyés : l'oncle et le neveu avec une pierre au cou soupçonnés d'avoir trahi un maquis à Saint-Thuriau (Morbihan), un jeune homme ligoté dans le Léguer pour avoir « donné » le maquis de Pluzunet (Côtes- du-Nord), durement attaqué le 16 juillet. Mais les scènes d'exécutions publiques à la Libération sont rares sauf une à Plouay dans le Morbihan. Le 7 août, les FTP rassemblent 500 personnes sur la place de l'église pour assister à la mort de quatre condamnés (deux agents des Allemands, un délateur

26et la maîtresse de l'ex-commandant allemand de la place qui pourtant avait tenté de limiter la répression). La population est choquée quand les maquisards refusent de faire venir un prêtre, alors qu'au maquis de Squiffiec en mai 1944, le chef FTP en avait fait quérir un avant de fusiller le milicien condamné.

27Mais d'une manière générale, et d'après les sources disponibles (gendarmerie, police), la population accepte assez bien les verdicts des résistants quand il s'agit de collaborateurs connus ou de délateurs avérés. Sans doute y eut-il des excès pour des femmes, ayant travaillé ou vécu avec des Allemands, assimilées à des dénonciatrices. Mais il semble que le nombre élevé d'exécutions sommaires dans trois départements bretons n'ait pas traumatisé, ni même beaucoup marqué la mémoire des contemporains, tant on réclamait « le châtiment des traîtres ».

28Après la Libération, l'épuration judiciaire en Bretagne fut d'autant plus limitée que l'épuration extra-judiciaire avait été forte. Seuls les premiers condamnés à mort ou les cas les plus graves jugés à Rennes en 1945-1946 subirent le châtiment suprême : 31 hommes (1 à Vannes, 5 à Saint-Brieuc, 6 à Quimper, 19 à Rennes) sur 142 peines de mort prononcées par les Cours de Justice, dont plusieurs par contumace. L'épuration dite « sauvage » a été d'autant plus intense qu'elle est intervenue dans des zones résistantes dans un contexte d'occupation, de répression accrue, de guérilla et de combats à armes inégales dans une situation exceptionnelle. Il est possible d'écrire l'histoire de ces zones d'ombre de la Libération du pays à condition de ne pas oublier les victimes françaises de cette guerre mondiale. En Bretagne, sans la Loire-Inférieure, on dénombre près de 6 500 victimes civiles, 2 276 fusillés et 2 916 déportés dont la moitié ne rentra pas des camps de concentration.

Notes

1 Rousso (Henry), « L'épuration en France : une histoire inachevée », Vingtième siècle, n° 33, janvier- mars 1992, p. 78-105.

2 Baudot (Marcel), « L'épuration : bilan chiffré », Bulletin de l'IHTP, n° 25, septembre 1986, p. 37-53.

3 La Loire-Inférieure étant l'un des 3 départements non étudiés, nous ne pouvons pas l'inclure dans notre analyse.

4 Sainclivier (Jacqueline), La Bretagne dans la guerre 1939-1945, éd. Ouest-France, 1994 et Bougeard (Christian), Histoire de la Résistance en Bretagne, éd. J.-P. Gisserot, 1992.

5 Séminaire animé par Danièle Voldman et François Rouquet à l'IHTP et communication de François Rouquet.

6 Brossat (Alain), Les tondues. Un carnaval moche, 2e éd. Hachette/Pluriel, 1994.

7 Bougeard (Ch.), Le choc de la guerre dans un département breton : les Côtes-du-Nord des années 1920 aux années 1950, thèse d'État, université Rennes 2,1986, p. 1570-1572, publiée sous le titre Le Choc de la guerre dans les Côtes-du-Nord, éd., J.-P. Gisserot, 1995, p. 133-140

8 AD Côtes-d'Armor, 1 W 9.

9 Leroux (Roger), Le Morbihan en guerre, J. Floch éd., Mayenne, 1978, p. 526.

10 Guilloux (Louis), Carnets 1, Gallimard, 1978, p. 405 et 410-414.

11 Cahier du CDL conservé aux AD des Côtes-d'Armor et 1240 W 26.

12 Voir la communication de Luc Capdevila.

13 Des scènes de tontes à la Libération ont eu lieu dans plusieurs communes où se sont déroulés des combats ou des exécutions par les Allemands comme à Erquy, Merdrignac, Plémet, Loudéac...

14 Leroux (R.), op. cit., p.583 et 632.

15 Étude menée par R. Leroux pour le Morbihan, op. cit., Alain Le Grand (Finistère), Roger Huguen (Côtes-du-Nord) et Jacqueline Sainclivier (Ille-et-Vilaine), Bulletin du CH2e GM, n° 240, mars-avril 1980). Voir aussi bougeard (Ch.), thèse citée, p. 1 549-1 569.

16 AD Morbihan. 41 J 75 et 41 J 77. Fonds Leroux.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Nombre, chronologie et composition par sexe des exécutions sommaires en Bretagne de 1943 à 1945.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16387/img-1.png
Fichier image/png, 279k
Titre LES EXECUTIONS EXTRA-JUDICIAIRES EN BRETAGNE A LA LIBERATION 1913 – 1015
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16387/img-2.png
Fichier image/png, 452k

Auteur

Professeur d'histoire contemporaine
Université de Bretagne Occidentale

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540