Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

4e partie. Épuration, enjeux politiques et mémoire

Le CGE face à l'épuration

Laurent Ducerf

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Introduction : un comité suspect

1Le CGE constitue un organisme à part au sein de la Résistance intérieure. Créé par Jean Moulin en 1942, il reçoit une triple mission :

2« Le comité des experts a été institué en juin 1942 sur l'initiative du général de Gaulle. Il a pour objet :

  1. De prévoir et de proposer les premières mesures qui seront à prendre par le gouvernement du général de Gaulle.
  2. De proposer les diverses personnalités qui pourront être chargées des diverses fonctions politiques et administratives.
  3. D'établir les grandes lignes de la politique future du gouvernement du général de Gaulle »1.

3C'est à la deuxième mission du CGE que cette communication se consacre, la mise en place de listes de personnes à écarter et leur remplaçant éventuel.

  • 2 Bellescize (Diane de), Les neuf sages de la Résistance. Le comité général d'études dans la clandes (...)

4Les conditions du fonctionnement du CGE ont donné lieu à une polémique qui éclate très tôt. Dès février 1943, le CGE doit faire face aux accusations exprimées par Henri Frenay2. Elles portent sur deux points, la coupure entre le CGE et le reste de la Résistance intérieure et sa composition sociologique et politique. La polémique ne se limite pas à un simple échange de courrier entre Henri Frenay et François de Menthon :

  • 3 Lettre de François de Menthon à Jean Moulin, 11 mars 1943, Archives du CGE.

« Cette lettre a été communiquée par Lefèbvre très largement à l'intérieur des mouvements et en dehors, ouvrant ainsi une sorte de débat public qui doit se clore très rapidement dans l'intérêt général »3.

  • 4 Bourdet (Claude), L'aventure incertaine. De la Résistance à la restauration, Paris, Stock, 1975, p (...)

5Claude Bourdet a souligné que le CGE était isolé au sein de la Résistance intérieure, du fait de ses liens privilégiés avec Jean Moulin et de la progressive mise à l'écart des anciens membres de Liberté au sein de Combat4.

  • 5 Teitcen (Pierre-Henri), op. cit., p. 73-77.

6La réponse de François de Menthon a été plusieurs fois reproduite5 ; on peut ajouter que le CGE n'a pas eu pour but de représenter la Résistance, à l'instar du CNR, mais de fournir, sur la demande de la France Libre, des études techniques. Cela justifie la forte prédominance d'universitaires au sein du comité. L'accusation de manque de pluralisme politique ne se justifie pas pleinement puisque le comité, parmi ses membres fondateurs, comprend un radical, Paul Bastid, et un socialiste, Robert Lacoste. Le principal grief reste l'absence de tout membre communiste. Le reproche ne concerne pas directement les membres du CGE : dès sa création, ils font part de cette éventualité à Jean Moulin mais celui-ci s'y montre hostile.

  • 6 Hostache (René), « L'organisation de la résistance au printemps de 1944 », in La Libération de la (...)
  • 7 Ces archives ont été remises en 1945 à François de Menthon et elles appartiennent actuellement à s (...)

7Il n'en reste pas moins que l'impartialité de ce « Conseil d'État clandestin de la Résistance »6 ne peut être établi que par un examen détaillé de son fonctionnement. L'existence d'archives inédites du CGE le permet7. Que cet organisme fondé officiellement pour résoudre des questions techniques doit assumer un rôle politique croissant, nul ne le nie. Ce rôle est à son apogée lorsque Alexandre Parodi assume les fonctions de secrétaire du CGE et de délégué général du CFLN puis du GPRF en France. L'examen de deux documents significatifs du CGE, concernant l'épuration, permet d'envisager concrètement le fonctionnement du CGE, son intégration dans la Résistance, les influences auxquelles il est soumis et sa méthode de travail. Ces deux documents ont été choisis en fonction de leur intérêt mais aussi pour l'image négative du CGE qu'ils accréditent. Pour mieux les comprendre, il convient de les mettre en relation avec les buts, les méthodes et l'environnement du CGE tout en insistant sur les relations qu'il entretient avec la Résistance.

Un ministère de l'Information de papier

Un document accablant ?

8Le dossier « Mouvements administratifs » du CGE recèle une liste du personnel du ministère de l'Information et de la Propagande à mettre en place à la Libération (annexe 1). Cette liste, qui date de l'automne 1943, complète les propositions de désignation des administrateurs provisoires des départements ministériels.

  • 8 Pour d'autres ministères, comme celui de l'Agriculture ou le commissariat à la Famille, le CGE se (...)

9Ce document suscite plusieurs remarques. Son but est clair : permettre au futur gouvernement de nommer rapidement un nouveau personnel au sein du ministère de l'Information et de la Propagande. Il entre dans le cadre de l'épuration administrative, dans la mesure où les personnes citées remplacent évidemment les fonctionnaires vichystes. Le CGE juge inutile, pour le ministère de l'Information, de distinguer, parmi les hauts fonctionnaires les bons des mauvais : il est évident que ce ministère, éminemment politique ne peut qu'être remodelé de fond en comble8.

  • 9 Delbreil (Jean-Claude), Centrisme et Démocratie-Chrétienne en France. Le Parti Démocrate Populaire (...)
  • 10 Témoignage de M. Jean Sangnier du 23 mars 1994.
  • 11 Delbreil (Jean-Claude), op. cit., p. 67.

10C'est ce qui donne à cette liste son importance pour juger de l'impartialité du CGE. Le choix des hauts fonctionnaires pressentis pour ce ministère-clé n'a aucune neutralité : seuls André Stibio et Louis Merlin n'appartiennent pas au milieu démocrate-chrétien. Paul Simon, Ernest Pezet et Robert Buron sont membres du PDP9. Jean Sangnier, Pierre Moreau, Pierre Corval et Roger Lardenois viennent de la Jeune République (JR)10. Quant à Francisque Gay, Alfred Michelin, Alphonse Juge, Georges Hourdin et Louis Terrenoire, ce sont avant tout des journalistes étroitement liés à l'une ou l'autre des tendances démocrates chrétiennes. Émilien Amaury, fondateur de l'OPG, a dirigé la publicité de plusieurs journaux démocrates chrétiens, dont le Petit Démocrate, proche du PDP11. Un tel document semble justifier les soupçons et les reproches faits aux membres du CGE ; fermés sur eux-mêmes, oligarques technocratiques, ils se montrent politiquement partisans et cherchent à verrouiller le futur ministère de l'Information et de la Propagande en y plaçant exclusivement ou presque des hommes de leur esprit. Les violentes critiques des communistes à l'égard du CGE reçoivent ici une justification. Cette analyse ne peut être totalement réfutée mais elle doit être largement nuancée.

Pour un ministère de l'Information efficace :

  • 12 Témoignage de M. Sangnier Jean, du 23 mars 1994.

11Le CGE n'a pas lui-même regroupé cette élite démocrate-chrétienne, ces hommes de média ayant été déjà réunis sous l'égide d'Émilien Amaury, toujours directeur de l'OPG ; il utilise son agence, située rue de Lille, comme couverture pour une organisation de Résistance et tous les noms cités dans le document du CGE sont ceux de membres du Groupe de la rue de Lille12. La présence d'André Stibio et de Louis Merlin s'explique puisqu'il s'agissait de relations personnelles d'Émilien Amaury.

  • 13 Duquesne (Jacques), Les Catholiques français sous l'Occupation, Paris, Grasset, 1986, p. 316.

12Le dénominateur commun fondamental de ces hommes n'est donc pas tant la démocratie chrétienne que leur compétence journalistique et leur engagement résistant. Le Groupe de la rue de Lille, qui dispose d'une imprimerie située dans les anciens locaux du Sillon, se consacre à l'impression et la diffusion de la presse clandestine de la Résistance. On y imprime aussi bien les Lettres Françaises que Défense de la France13.

  • 14 Témoignage de M. Sangnier Jean, du 23 mars 1994.
  • 15 Note du Groupe de la rue de Lille, p. 6, Institut Marc-Sangnier.

13Le CGE estime que le Groupe de la rue de Lille constitue l'organisme le plus à même de gérer le ministère de l'Information : sa tâche la plus urgente est le renouvellement complet de la presse quotidienne. À la Libération, lors de l'intérim assuré par Jean Guignebert au ministère de l'Information, Jean Sangnier reçoit la mission de distribuer un million de francs à chacun des quinze quotidiens reconnus14. Plusieurs facteurs permettent de comprendre comment le CGE est entré en relation avec le Groupe de la rue de Lille. Le CGE a recours à ses services afin de faire imprimer le Rapport économique. Il en est imprimé cinquante tirages « luxe » et trois sur papier du Japon avec ex-libris15.

14Francisque Gay se situe à la jonction du Groupe de la rue de Lille et du CGE : le CGE utilise les bureaux de Bloud et Gay, rue Garancière, pour y entreposer ses archives et lui a confié une importante mission sur la presse.

15En composant un tel organigramme du ministère de l'Information, le CGE vise à une efficacité immédiate. Il fait doublement confiance au Groupe de la rue de Lille : ce sont des résistants au service de la Résistance tout entière et cela constitue une garantie d'impartialité ; ce sont aussi des personnalités que le CGE connaît bien et en qui il a toute confiance. Ce document illustre bien les critères retenus par le CGE pour la désignation des responsables provisoires au sein des ministères.

L'étroite marge de manoeuvre du CGE

  • 16 Lettre de Rousseau [ G. Bidault ] à Joyeuse [ F. de Menthon ], 23 juin 1944, AN BB30 1726.
  • 17 Brouillon de note sur la désignation des administrateurs provisoires des départements ministériels (...)
  • 18 Lettre au CGE, 16 décembre 1943, Archives du CGE.
  • 19 Hostache (René), « L'intérim du Gouvernement provisoire pendant la période insurrectionnelle d'aoû (...)
  • 20 Ibid.

16Le poids des démocrates chrétiens à la fin de 1943 au sein du CGE est limité du fait du départ de François de Menthon pour Alger. L'influence démocrate-chrétienne est extérieure : après le départ de François de Menthon, Georges Bidault s'occupe directement du CGE pour toutes les affaires relevant à la fois du comité et du CNR16, et, notamment, de la désignation des administrateurs provisoires des départements ministériels17. Il est probable que Georges Bidault a eu un poids particulier pour la désignation du Groupe de la rue de Lille comme ossature du futur ministère de l'Information. Mais ni le CGE, ni Georges Bidault, ne peuvent imposer leurs choix, le CFLN gardant toute liberté de les entériner. Une crise s'ouvre en décembre 1943 à ce propos, Emmanuel d'Astier estimant que le CGE outrepasse ses compétences en dressant ces listes de manière trop précoce et sans en avoir été expressément chargé par le CFLN ; la réponse du CGE met l'accent sur la nécessité d'établir rapidement ces attributions si le CFLN ne veut pas « favoriser les éléments hostiles à toute tentative d'organisation de prise du pouvoir »18. À la suite de cette crise, le CFLN donne raison au CGE ; Alexandre Parodi, en cumulant à partir d'avril 1944 les fonctions de rapporteur du CGE et de délégué général du CFLN puis du GPRF peut proposer l'ensemble des responsables provisoires des différents départements ministériels à Alger, qui garde toute latitude pour les reconnaître19. Le CGE apparaît comme tout puissant dans cette désignation : il est en fait le seul organisme connaissant les experts susceptibles de gérer les ministères, comme l'a reconnu Jacques Bingen20.

  • 21 Témoignage de M. Teitgen (Pierre-Henri), 18 mai 1994.
  • 22 Parodi (Alexandre), Dossier Quartus, Archives du CGE.
  • 23 Hostache (René), « L'intérim... », op. cit., p. 28.

17Il est clair que le CGE, en établissant la liste des membres du ministère de l'Information comme en désignant les administrateurs ministériels provisoires n'agit pas avec le pluralisme attendu, mais le comité possède une marge de manœuvre limitée puisque Jean Moulin a refusé qu'un communiste y siège, malgré le souhait de Pierre-Henri Teitgen21. Son absence de contact avec la Résistance communiste, l'hostilité de celle-ci à son endroit, la crainte d'une insurrection, sont autant d'explications à l'absence de communistes dans les listes du CGE. Il essaye de compenser cette évidente lacune en recrutant des techniciens à l'efficacité avérée, tel Émilien Amaury, espérant ainsi cantonner leur décision à un niveau strictement technique et non politique. Le deuxième garde-fou, toujours récurrent dans les notes des débats du CGE22, se trouve dans l'affirmation réitérée que la tâche du comité ne concerne que le provisoire, et que ce provisoire doit être le plus court possible. Claude Serreulles a confirmé cette orientation23. C'est pourquoi le CGE met à la première place de ses préoccupations l'organisation d'élections et la mise sur pied d'un gouvernement élu.

18Devant des choix nécessairement politiques, le CGE, conscient de la voix étroite qu'on lui a désignée, veut donner l'image d'un comité de techniciens au service de la République. Il désigne avant tout des personnalités avec lesquelles il est entré en relation et à qui il a confié des travaux : comment peut-il en être autrement puisque le CFLN lui demande des hommes sûrs, dont il puisse répondre, et qui connaissent les dossiers qu'ils devront traiter ? Mais l'accusation portée contre le CGE peut être retournée : à défaut de se montrer partial dans la désignation des futures élites administratives de la France, le CGE peut abuser de sa fonction dans l'élimination des éléments compromis. Le cas de l'épuration de l'épiscopat est en cela exemplaire.

De la liste du 2 septembre 1943 aux listes A et B

Bons et mauvais clercs

19Le dossier « épiscopat (personnel) » du CGE contient un ensemble de quatre listes numérotées de I à IV (reproduites dans la seconde annexe).

20Cette liste est datée du 2 septembre 1943 et existe en deux exemplaires dans les archives du CGE. Un certain nombre de noms ont été ajoutés de manière manuscrite (Beaussart, Grente, Richaud, Bergey, Villain, Bigo, Patenne ainsi que Maydieu et d'Ouince mais pour une seule de ces listes). Deux erreurs ont été également corrigées : Auvity devenu Aunty et Sorel devenu Soul.

21La logique de cette liste se comprend aisément : la première catégorie désigne les archevêques et évêques, en charge d'un diocèse, visiblement rejetés par la Résistance ; la seconde désigne, à travers trois diocèses, trois évêques ou archevêques appréciés (l'évêque de Bayonne est Mgr Vansteenberghe, mort en décembre 1943, celui de Montauban, Mgr Théas et l'archevêque de Toulouse est Mgr Saliège). Cette interprétation n'est guère contestable du fait de la présence de certains noms qui permettent de bien identifier les catégories : Auvity, Dutoit, du Bois de la Villerabel, pour les réprouvés, Mgr Théas, Mgr Saliège, pour ceux dont l'attitude est la plus proche de la Résistance.

22Les troisième et quatrième catégories établissent la même distinction pour des membres du clergé.

  • 24 Comte (Bernard), « Les catholiques dans les nouvelles institutions de la Jeunesse, Vichy, 1940 », (...)
  • 25 Droulers (Paul), « Catholiques sociaux et Révolution nationale », in Églises et chrétiens dans la (...)
  • 26 Duquesne (Jacques), op. cit., p. 88.
  • 27 Droulers (Paul), op. cit.,,p. 213-224.
  • 28 Duquesne (Jacques), op. cit., p. 334.
  • 29 Barrai, (Pierre), « Le clergé lorrain sous l'Occupation », In Églises et chrétiens..., la France, (...)
  • 30 Duquesne (Jacques), op. cit., p. 80.
  • 31 Closon (Francis-Louis), Note au sujet de « Volontaires pour la Cité chrétienne », in Églises et ch (...)

23Les clercs de la catégorie III sont avant tout des hommes proches de Vichy et de certains aspects de la Révolution nationale, par conviction, mais surtout pour servir les intérêts de l'Église : les PP. Doncœur et Forestier sont aumôniers des Scouts de France24 ; ce dernier devint aumônier des Chantiers de Jeunesse. Le P. Villain se montra favorable à la Charte du Travail25. Le P. Garrigou-Lagrange, dominicain, mit son éloquence au service de l'enseignement privé26. Quant au P. Desbuquois, il s'efforça de faire pression sur le gouvernement de Vichy afin que soient adoptés les projets sociaux de l'Action Populaire27. D'autres se montrèrent plus engagés dans les combats politiques de Vichy : c'est le cas du P. Samson, éminent oratorien et pourfendeur ardent de la Franc-Maçonnerie, tout comme l'abbé Sorel, assassiné le 20 décembre 194328, de l'abbé Polimann, favorable à la LVF29, et du bien connu abbé Bergey, directeur de la publication Soutanes de France et très proche d'Henriot30. On relève curieusement le nom du P. Bigo, dont l'engagement résistant l'a conduit à la mort31.

  • 32 Comte (Bernard), « Initiatives de théologiens face à la persécution antisémite à Lyon en 1941- 194 (...)
  • 33 Duquesne (Jacques), op. cit., p. 119-120, 324-325 et 327.
  • 34 Ibid, p. 256 et 322.

24La catégorie IV se montre plus éclectique. On y trouve des clercs résistants, animateurs de Témoignage Chrétien, qui nourrissent leur action d'une réflexion théologique, comme les PP. de Lubac, Fessard, Riquet, l'abbé Richard32. D'autres sont proches de mouvements de Résistance laïcs, comme Défense de la France pour Mgr Chevrot ou Combat pour le P. Maydieu et le P. Delos33, alors chargé de mission au cabinet de François de Menthon à Alger. Enfin, certains sont surtout connus par la résistance locale : Mgr Terrier en Tarentaise, l'archiprêtre Costedoat à Orthez, l'abbé Pezet à Hir- son. On remarque encore une fois l'imprudence du CGE qui, contrairement aux consignes, garde une liste avec des noms en clair. L'anonymat des catégories est bien facile à percer et une telle liste aurait pu mettre en danger bien des vies. Pour mémoire, il faut rappeler que l'abbé Richard, professeur de théologie à la faculté catholique de Lyon fut déporté, tout comme le P. d'Ouince et le P. Riquet. L'abbé d'Aussac était déjà arrêté en 194334.

25Cette liste ne concerne pas l'ensemble des archevêques et évêques mais seulement une minorité. Une personnalité aussi importante que le cardinal Liénart n'y est pas citée. On ne sait si les personnes omises le sont du fait du manque d'informations claires sur elles ou d'une conduite ni blâmable, ni digne d'éloge.

  • 35 Latreille (André), De Gaulle, la Libération et l'Église catholique, Paris, Le Cerf, 1978, 176 p.
  • 36 Ibid., p. 26.
  • 37 Dalloz(Jacques), Georges Bidault, biographie politique, Paris, L'Harmattan, 1993, p. 111.

26Quant à l'utilité de cette liste, elle demeure implicite. Tout laisse à supposer qu'elle préfigure une épuration du clergé, les listes I et III désignant les personnalités à écarter, voire à juger, les listes II et IV devant permettre de reconstituer l'épiscopat et de promouvoir certains clercs. Cette liste évoque immédiatement les listes A, A bis et B du 26 juillet 1944 qu'Adrien Tixier, ministre de l'Intérieur, soumit à André Latreille, alors directeur des Cultes. Ces listes et leur histoire sont bien connues grâce au livre d'André Latreille sur son action à la direction des Cultes35. La liste du CGE comporte 20 archevêques ou évêques dans la catégorie I et les listes A et A bis 23. Quatorze noms reviennent dans chacune de ces deux listes. La liste B énumère tout d'abord les évêques n'ayant pas failli, susceptibles de devenir archevêques et les clercs susceptibles de devenir évêques. Il n'est pas possible de comparer de manière stricte cette liste avec les catégories II et IV de la liste du CGE ; cette dernière est en effet vague et se contente d'énumérer les clercs dont l'activité pendant la guerre fut louable. Rien ne permet de dire qu'elle constitue un véritable répertoire des clercs susceptibles de devenir évêques, comme en témoigne la présence du P. Teilhard de Chardin dont personne ne pouvait légitimement penser qu'il puisse le devenir. La comparaison des deux listes, bien qu'elles aient visiblement un rôle différent, n'en demeure pas moins révélatrice : Mgr Théas, Mgr Bruno de Solages, Mgr Terrier, l'abbé Pezet, l'abbé Richard, le chanoine Pezet et le chanoine Costedoat se trouvent sur les deux listes. André Latreille voit dans la liste du 26 juillet et la note qui la précède l'œuvre de son ministre36 mais il ne sait à partir de quelles sources Adrien Tixier l'a élaborée. Jacques Dalloz affirme, sans preuve à l'appui, qu'elle émane de Georges Bidault37. Il se peut donc que la liste du 2 septembre 1943 soit, en partie, à l'origine de celles du 26 juillet 1944. Bornons-nous à cette hypothèse car il est hors de notre propos d'examiner la portée de la liste du CGE dans l'épuration de l'épiscopat français à la Libération.

  • 38 d'Aragon (Charles), La Résistance sans héroïsme, Paris, Le Seuil, 1977, p. 77.

27Cette liste, avec la longue énumération de la première catégorie, évoque la menace de Georges Bidault à l'encontre de l'épiscopat français38. Devenu ministre des Affaires étrangères, Bidault fut soucieux d'épurer rigoureusement l'épiscopat français, malgré l'opinion réservée du ministre de la Justice et du directeur des Cultes.

28André Latreille reproche à la liste que lui a présentée Adrien Tixier de n'évoquer que vaguement les chefs d'accusation, en préambule, et de ne jamais signaler les actes condamnables de chacun dans les listes A et A bis. Le même reproche peut être fait pour les listes I et III du 2 septembre 1943. Elles peuvent apparaître comme arbitraires et hâtives. En cela, elles correspondent aux critiques faites au CGE d'être partial. Les démocrates chrétiens, parce que catholiques et républicains, sont particulièrement choqués par l'attitude du haut clergé qu'ils jugent indigne et souffrent de ne pas se sentir soutenus par la hiérarchie catholique. Bidault illustre parfaitement cette volonté vindicative, alors qu'il est très difficile de faire la part des choses (le cas de Mgr Piguet est en cela exemplaire), voire d'établir un acte d'accusation solide contre les prélats incriminés. Par la liste du 2 septembre 1943, le CGE semble succomber à ce ressentiment, très largement partagé chez les chrétiens résistants, en dressant une liste de prélats et de clercs tacitement désignés comme suspects sans motif explicite. Le CGE quitte son rôle et se révèle partial et partisan, profitant de sa situation pour régler des comptes.

Le CGE à l'écoute de la Résistance

29Là encore, un examen approfondi du document, replacé dans l'ensemble du contexte des archives du CGE permet de nuancer le propos.

  • 39 Farces (Yves), Rebelles, soldats et citoyens. Souvenirs d'un commissaire de la République, Paris, (...)

30Nulle part, le CGE n'exprime sa volonté d'épurer le haut clergé de manière brutale. Ce n'est pas sa mission proprement dite. Une telle liste présente des analogies avec les listes de préfets, de conseillers d'États ou de hauts fonctionnaires regroupés selon leur valeur mais ces dernières correspondaient véritablement à un travail en profondeur bien connu. Michel Debré, qui établit ces listes, travaille avec le délégué général du CFLN et le CNR39. La liste du 2 septembre 1943, avec ses omissions et son caractère parfois arbitraire tranche avec la précision des autres travaux préparatoires à l'épuration.

  • 40 Latreille (A.), op. cit., p. 49.
  • 41 Ibid, p. 52.

31Un autre élément donne à cette liste un aspect marginal, sa date. Elle est postérieure au départ de François de Menthon à Alger. De Menthon est le responsable des questions religieuses au CGE qu'il traite avec beaucoup d'attention et d'investissement personnel. Plusieurs éléments montrent qu'il est très attaché à gérer l'épuration de l'épiscopat lorsqu'il devient ministre de la Justice en 1944 : il demande le rattachement de la direction des Cultes à son ministère40. Mais, malgré un très vif ressentiment personnel contre le haut clergé français dont témoigne son action au sein du comité des catholiques résistants, il reste modéré en tant que ministre de la Justice : alors que Bidault réclame encore douze évêques, Paul Coste-Floret, directeur de cabinet de François de Menthon, fait savoir à André Latreille qu'il n'envisage la démission que de quatre ou cinq évêques41.

  • 42 Archives du CGE.

32Il est donc peu probable que le CGE décide de traiter après le départ de son fondateur un dossier qui lui tient particulièrement à cœur. Dans sa lettre à de Menthon du 3 décembre 1943, Pierre-Henri Teitgen décrit les récents travaux du CGE dont il envoie des doubles à son ami mais n'évoque à nul moment ces listes42.

33On remarque également que cette liste n'a pas été placée dans le dossier « Affaires religieuses » mais à part. Cela peut inciter à croire que la liste du 2 septembre 1943 ne provient pas du CGE et qu'elle a été archivée dans un souci strictement documentaire. Le fait que la liste se trouve dans une chemise à part, sans aucune indication de provenance, en deux exemplaires doublement corrigés et complétés à la main, atteste que ce document est bien originaire du CGE. Dès lors, une hypothèse s'impose. Ce document pourrait être une simple synthèse des différents avis des membres des comités régionaux et départementaux d'études adressés au CGE, dans le but de sauvegarder la paix publique. En effet, le CGE s'appuie sur des organisations dans les différentes régions de zone sud, puis de zone nord, dès son fonctionnement effectif.

34C'est grâce à Combat que le CGE trouve son premier soutien logistique en province. La branche Études Politiques possède pour chaque région un délégué politique, adjoint du chef de région. Il travaille en collaboration avec les sections politiques et économiques mises en place par la note du 20 septembre 1942. La section politique doit comprendre au maximun cinq membres, représentant les principales tendances politiques de l'avant guerre ainsi qu'un syndicaliste et un juriste. Ces sections reçoivent pour mission entre autres, de préparer l'épuration :

  • 43 Note, 20/9/1942, Archives du CGE.

35« Préparer le remplacement des hommes investis de fonctions publiques dont l'attitude pendant la période d'armistice aura équivalu à une trahison »43.

36La mise en place de sections politiques se fait ensuite au niveau départemental de manière analogue.

37Cette organisation hiérarchisée ne doit pas faire illusion : les comités politiques ne couvrent pas l'ensemble de la France. Issus avant tout de Combat, ils restent principalement localisés dans la Zone Sud. Quant à leur fonctionnement, il se révèle aléatoire, au gré de l'état de la Résistance locale, des possibilités de réunion et des difficultés évidentes de communication. Les comités ne sont donc pas utilisés systématiquement par le CGE et les travaux qui en émanent frappent par leur caractère fragmentaire. Ceci pourrait expliquer l'absence d'exhaustivité de la liste du 9 septembre 1943 : elle synthétiserait les avis des divers comités politiques ayant répondu à une enquête du CGE sur l'état du clergé en France, en recueillant le sentiment de la Résistance intérieure. Une des tâches majeures du CGE, est de préparer un retour à la légalité républicaine qui exclut tout trouble et désordre. En établissant une telle liste, le CGE peut informer le futur ministre de l'Intérieur des troubles éventuels. À cette liste s'ajoute celle de clercs compromis, avec lesquels le futur gouvernement de la République doit refuser tout contact. La liste IV, elle, présente les clercs qui pourraient servir d'intermédiaires entre le futur gouvernement et le clergé dans son ensemble. Il ne s'agit là que d'une hypothèse mais il est de toute façon impossible de voir dans ce document une liste normative et stricte d'évêques à exclure, au contraire de la liste A et A bis, même si celle-là put influencer celle-ci.

Conclusion : un organe de techniciens face à une mission politique

38Un aperçu rapide et extérieur au CGE tend à accréditer l'idée que ce comité constitue une oligarchie, confisquant à son seul profit l'aspiration au changement de la Résistance pour mieux l'étouffer.

39Les arguments sont nombreux : composition sociologique du CGE, orientation libérale de ses travaux socio-économiques, ostracisme vis-à-vis de la Résistance communiste,... Un regard rétrospectif vient confirmer cette opinion : les fonctions d'Alexandre Parodi et des autres membres du CGE à la Libération donnent l'impression que le comité investit le pouvoir sans partage.

40L'examen approfondi des archives du CGE, à travers deux exemples significatifs, montre que des nuances doivent être apportées. Le CGE ne fonctionne ni en vase clos, ni sans contrôle.

41Le CGE n'a pu exister sans la Résistance dont tous ses membres sont issus. Le travail du CGE ne se résume pas à l'oeuvre d'une petite dizaine d'experts. Elle nécessite l'aide de résistants présents sur le terrain, aptes à fournir les renseignements nécessaires sur la radiodiffusion française ou le conseil municipal de Marseille. La question de la participation des communistes au CGE n'a pas été résolue en son sein mais de manière extérieure, par Jean Moulin. Les griefs contre ce manque de pluralisme n'ont pas à être entièrement endossés par le CGE.

42Le CGE n'a pas de blanc seing de la France Libre. Ses travaux sont envoyés à Londres puis Alger, sous forme de simples propositions. Les éventuels conflits de compétence entre le CGE et le CFLN ne signifient pas tant une volonté hégémonique du CGE mais participent plutôt de l'incompréhension qu'il y eut entre la Résistance intérieure et la France Libre.

43Organe d'experts, le CGE définit toujours ses travaux comme un moyen et non une fin. Ceux-ci sont fondamentalement provisoires, destinés à être appliqués dans l'urgence. La République rétablie, ils doivent être soit reconnus comme légaux par la représentation nationale, soit remplacés par une véritable législation. Ce respect du fonctionnement démocratique se retrouve dans les débats même du CGE ; nul projet d'envergure n'est envisagé sans enquête préalable. Son rapporteur en présente une première version à l'ensemble des membres du CGE qui en discutent longuement. Ceux qui ne peuvent y assister renvoient le projet annoté de leurs modifications éventuelles. Une fois les différents points de vue exprimés, le rapporteur établit un projet définitif. Les notes manuscrites laissées par Alexandre Parodi témoignent de ces débats, avant tout techniques. Lorsque des divergences idéologiques apparaissent, comme c'est le cas pour la question syndicale, une note préalable est diffusée avec le projet du CGE, exposant les différents avis, laissant ainsi le débat ouvert.

  • 44 Teitgen (Pierre-Henri), « Le comité général d'études », in Il y a 45 ans, l'année 1942. Témoignage (...)

44L'examen des archives du CGE nous montre combien une vision monolithique du comité serait fausse. Le CGE, en contact avec la Résistance intérieure, dont il est issu, tout en étant soumis hiérarchiquement à la France Libre possède une marge de manœuvre étroite ; la tâche qui lui a été assignée, résoudre techniquement les futures questions, fondamentalement politiques, qu'aura à affronter le Gouvernement provisoire, ne peut que réduire cette marge. Le poids et l'influence du CGE dans la préparation de la Libération ne résultent pas d'une volonté hégémonique de ses membres mais du jeu des pouvoirs et légitimités au sein de la Résistance. Quant à une éventuelle partialité de ses propositions, il convient de reconnaître qu'elle était inhérente à son fonctionnement et que les « sept sages de la Résistance » cherchèrent à borner toute dérive de leur action par une subordination totale de leurs projets à une ratification démocratique à venir. La protestation émouvante de Pierre-Henri Teitgen44 est là pour nous le rappeler.

ANNEXES

Annexe 1 :

45« MINISTÈRE DE L'INFORMATION & de la PROPAGANDE

46Secrétariat général du Ministère. -Robert BURON

474 Directions : Presse - Éditions - Radio - Cinéma.

48Francisque GAY

49Alfred MICHELIN

50Alphonse JUGE

51Georges HOURDIN

52Louis TERRENOIRE

53Pierre CORVAL

54Jean SANGNIER

55Pierre MOREAU

56Roger LARDENOIS

57Services de Presse. - André STIBIO

58Services de la Radio. - Louis MERLIN

59L'Ouest-Éclair. - Paul SIMON

60Commissariat général pour la Propagande à l'Étranger : Europe centrale et balkanique : Ernest PEZET Office technique de Propagande auprès du ministère. - Directeur : Emilien AMAURY

61Commissariat général du Gouvernement auprès de l'Agence Havas - Publicité : Émilien AMAURY »

Annexe 245 :

  • 45 L'orthographe des noms propres a été respectée.

62« I : Suhard (Paris), Gerlier (Lyon), du Bois de la Villerabel (Aix), Béguin (Auch), Auvity (Mende), Sembel (Dijon), Piquet (Clermont), Feltin

63(Bordeaux), Marmottin (Reims), Girbeau (Nîmes), Martin (Le Puy), De- lay (Marseille), Duthoit (Arras), Caillot (Grenoble), Chollet, Guery (Cambrai), Harscouet (Chartres), Grente (Le Mans), Richaud (Laval), Beaussart (auxiliaire à Paris)

64: Bayonne, Toulouse, Montauban

65: Abbé Sorel, P. Forestier, P. Gorce, P. Roguet, Mgr Mayol de Luppé, Abbé Maillet, P. Doncœur, P. Sanson, P. Debuquois (Action Populaire) Abbé Polimann, P. Garrigou-Lagrande, P. Gillet, Abbé Bergey (ancien député, curé de St-Émilion, Pt des Prêtres anciens combattants), R.P. Villain (Action Populaire, Paris), R.P. Bigo (Action Populaire, Lyon)

66: Mgr Terrier (Tarentaise), Chevrot (Paris), Abbé Pezet (Hirson), Abbé Rome (Reims), Mgr Bruno de Solages (Toulouse), Abbé Mauries (Castres), Abbé dAussac (Montpellier), Abbé Richard (Lyon), P. Ducatillon, P. Delos, P. de Lubac, P. Fessard, P. Teilhard de Chardin, P. Riquet, archi- prêtre Costedoat (Orthez), Abbé Patenne (Curé de St Pierre de Montrouge)

67? R.P. Maydieu (Éditions du Cerf),

68? R.P. d'Ouince (Études) ? »

Notes

1 Note n° 1 pour les CRE, Archives du CGE. Par commodité, les initiales du comité général d'études désigneront indifféremment le comité des experts (CNE) et le comité général d'études proprement dit.

2 Bellescize (Diane de), Les neuf sages de la Résistance. Le comité général d'études dans la clandestinité Paris, Plon, 1979, p. 96-102 et Teitgen (Pierre-Henri), Faites entrer le témoin suivant, 1940-1958. De la Résistance à la V République, Rennes, Ouest-France, 1988, p. 64-79.

3 Lettre de François de Menthon à Jean Moulin, 11 mars 1943, Archives du CGE.

4 Bourdet (Claude), L'aventure incertaine. De la Résistance à la restauration, Paris, Stock, 1975, p. 135.

5 Teitcen (Pierre-Henri), op. cit., p. 73-77.

6 Hostache (René), « L'organisation de la résistance au printemps de 1944 », in La Libération de la France, Paris, Éditions du CNRS, 1976, p. 376.

7 Ces archives ont été remises en 1945 à François de Menthon et elles appartiennent actuellement à ses descendants.

8 Pour d'autres ministères, comme celui de l'Agriculture ou le commissariat à la Famille, le CGE se charge de distinguer le bon grain de l'ivraie.

9 Delbreil (Jean-Claude), Centrisme et Démocratie-Chrétienne en France. Le Parti Démocrate Populaire des origines au M.R.P., 1919-1944, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 28, 34 et 354.

10 Témoignage de M. Jean Sangnier du 23 mars 1994.

11 Delbreil (Jean-Claude), op. cit., p. 67.

12 Témoignage de M. Sangnier Jean, du 23 mars 1994.

13 Duquesne (Jacques), Les Catholiques français sous l'Occupation, Paris, Grasset, 1986, p. 316.

14 Témoignage de M. Sangnier Jean, du 23 mars 1994.

15 Note du Groupe de la rue de Lille, p. 6, Institut Marc-Sangnier.

16 Lettre de Rousseau [ G. Bidault ] à Joyeuse [ F. de Menthon ], 23 juin 1944, AN BB30 1726.

17 Brouillon de note sur la désignation des administrateurs provisoires des départements ministériels, 12 janvier 1944, Archives du CGE.

18 Lettre au CGE, 16 décembre 1943, Archives du CGE.

19 Hostache (René), « L'intérim du Gouvernement provisoire pendant la période insurrectionnelle d'août 1944 », in De Gaulle et le rétablissement de la légalité républicaine, Espoir, N° spécial, juillet 1994, p. 28.

20 Ibid.

21 Témoignage de M. Teitgen (Pierre-Henri), 18 mai 1994.

22 Parodi (Alexandre), Dossier Quartus, Archives du CGE.

23 Hostache (René), « L'intérim... », op. cit., p. 28.

24 Comte (Bernard), « Les catholiques dans les nouvelles institutions de la Jeunesse, Vichy, 1940 », in Églises et chrétiens dans la Deuxième Guerre mondiale : la région Rhône-Alpes, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1978, p. 126-127.

25 Droulers (Paul), « Catholiques sociaux et Révolution nationale », in Églises et chrétiens dans la Deuxième Guerre mondiale : la France, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1982, p. 224.

26 Duquesne (Jacques), op. cit., p. 88.

27 Droulers (Paul), op. cit.,,p. 213-224.

28 Duquesne (Jacques), op. cit., p. 334.

29 Barrai, (Pierre), « Le clergé lorrain sous l'Occupation », In Églises et chrétiens..., la France, op. cit., p. 97.

30 Duquesne (Jacques), op. cit., p. 80.

31 Closon (Francis-Louis), Note au sujet de « Volontaires pour la Cité chrétienne », in Églises et chrétiens..., la France, op. cit., p. 242.

32 Comte (Bernard), « Initiatives de théologiens face à la persécution antisémite à Lyon en 1941- 1942 », Bulletin de l'institut catholique de Lyon, Octobre-décembre 1993, p. 7-23.

33 Duquesne (Jacques), op. cit., p. 119-120, 324-325 et 327.

34 Ibid, p. 256 et 322.

35 Latreille (André), De Gaulle, la Libération et l'Église catholique, Paris, Le Cerf, 1978, 176 p.

36 Ibid., p. 26.

37 Dalloz(Jacques), Georges Bidault, biographie politique, Paris, L'Harmattan, 1993, p. 111.

38 d'Aragon (Charles), La Résistance sans héroïsme, Paris, Le Seuil, 1977, p. 77.

39 Farces (Yves), Rebelles, soldats et citoyens. Souvenirs d'un commissaire de la République, Paris, Grasset, p. 326.

40 Latreille (A.), op. cit., p. 49.

41 Ibid, p. 52.

42 Archives du CGE.

43 Note, 20/9/1942, Archives du CGE.

44 Teitgen (Pierre-Henri), « Le comité général d'études », in Il y a 45 ans, l'année 1942. Témoignages pour l'histoire, Paris, Institut d'histoire des conflits contemporains, 1989, p. 149 et Olivier Wieviorka, Nous entrerons dans la carrière. De la Résistance à l'exercice du pouvoir, Paris, Le Seuil, 1994, p. 79.

45 L'orthographe des noms propres a été respectée.

Auteur

Université de Lyon III

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540