Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

3e partie. Le monde rural et la Résistance

La Résistance au village

Jean-Marie Guillon

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Est-il possible de définir la Résistance hors du contexte dans lequel elle s'inscrit ? Le cadre villageois permet de mesurer combien c'est difficile. Le discours varie entre le rien et l'épopée. Tout dépend du village — il y a des communautés sans histoire, c'est-à-dire hors de l'Histoire même dans ce moment-là - et des témoins, mais plus encore du lieu où l'on se place. La Résistance au village ne correspond pas à la même chose vue du dehors et vue du dedans. La remarque vaut pour toute histoire d'un groupe relativement fermé, mais elle a son importance.

  • 1 La Résistance et les Français. Le Midi et la France, pré-actes du colloque des 16-18 décembre 1993 (...)

2Cette question a commencé à être abordée au colloque de Toulouse1. Le titre - référence, devenue banale, à l'œuvre « varoise » de Maurice Agulhon — indique à quel village nous ferons référence, celui de la France du Sud pour qui la guerre est restée lointaine, qui n'est occupé qu'en novembre 1942, un village plutôt méditerranéen, communauté de plusieurs centaines d'habitants et souvent plus du millier, serrée autour de sa place, souvent juchée sur une éminence. Mais, la montagne n'étant jamais loin, on regardera aussi un peu plus haut et un peu plus loin.

Entre les anecdotes et l'Histoire

  • 2 Par exemple, d'Aragon (Charles), La Résistance sans héroïsme, Paris, Le Seuil, 1977, mais qui n'a (...)
  • 3 Rien qu'un village de France, Gap, Ophrys, 1945, p. 70.

3Cette résistance, l'historien en trouve souvent peu de traces. Le grand témoin la regarde avec une sympathie ironique2. Le maquisard est souvent dédaigneux, sauf pour le lieu qui l'a abrité. Le regard extérieur relativise ce que les autochtones ou les réfugiés, les acteurs ou leurs héritiers mettent volontiers en scène. Vue du dedans, l'attitude du village apparaît tout autrement. Charles de Richter, écrivain parisien, réfugié à Toulon, puis à Saint- Donat (Drôme), relève ce contraste entre l'impression externe d'un village qui « n'a pas pris sa part de la grande détresse nationale » et sa réalité propre que l'on ne peut saisir que de l'intérieur3. La tendance est alors inverse. Elle est à l'héroïsation et à la dramatisation.

  • 4 Feuillets d'Hypnos (1943-1944) 128 et 138, Paris, Gallimard, 1946.

4René Char, responsable des parachutages dans les Basses-Alpes, évoque l'investissement de Céreste par des agresseurs qui sont nécessairement des Waffen SS et des miliciens. Il décrit « la marée des femmes, des enfants, des vieillards, se rendant au lieu de rassemblement, suivant un plan concerté », ruisselant sur eux, le protégeant, lui, le chef que pourtant tout le monde connaît et qui, quelques jours après, refusera l'embuscade pour libérer l'un des siens car « ce village devait être épargné à tout prix. Qu'est ce qu'un village ? Un village pareil à un autre ? »4.

  • 5 Prison de la Gestapo. Cellule 5. Les Beaumettes, Avignon, Imp. Barthélémy, 1945, p. 92.

5Le docteur Garnier, ancien conseiller général radical-socialiste d'Avignon, célèbre son village natal de Vialas, dans les Cévennes, où il s'est réfugié à sa sortie de prison : « Ici tout le monde pense de la même façon ; il n'y a pas de collaborateurs, pas de dénonciateurs. Le boche est l'ennemi numéro 1 avec lequel on ne peut pactiser sans se déshonorer. Le gouvernement de Vichy donne des ordres, on n'en a que faire : « Nous serons toujours en République, quel que soit le régime que nous subissons » tel est le raisonnement de ces braves populations cévenoles »5.

  • 6 Carte d'identité. Récit de l'Occupation, Paris, Albin Michel, 1945.
  • 7 Un village du Vaucluse, Paris, Gallimard, 1968.

6Le village est unanime, solidaire, bloc sans faille, subissant avec dignité la terreur imposée comme celui de Haute-Garonne que décrit Roland Dor- gelès6. Il est patriote disent ceux qu'il a adoptés. Les commémorations et les discours le présentent ainsi aux yeux du monde. Les divisions et les troubles sont refoulés, car il est des choses qui se gardent pour soi. On ne dit rien d'emblée à Laurence Wyllie enquêtant à Roussillon (Vaucluse), d'autant qu'il est américain et que l'on est au début des années cinquante7. Peu de monographies locales osent aborder la période de front. La communauté ne craint rien tant que la division. La mémoire intime est réservée à ceux que l'on connaît suffisamment pour leur révéler drames et haines, trahisons et dangers encourus, réels ou exagérés (souvent). Le village se présente toujours comme une grande famille qui entend faire bonne figure devant « les autres » qui forcément le jugent comme chacun le fait au sein du groupe. Les tensions internes ne doivent pas s'étaler, pas plus que ne doivent être mises « sur la place publique » les querelles de famille.

  • 8 Joutard (Philippe), Poujol (Jacques) et Cabanel (Patrick), Cévennes, terre de refuge 1940-1944, Mo (...)
  • 9 Idem, op. cit. p. 26.

7Cette attitude varie selon les lieux, les gens et les moments, selon le poids des porteurs de la mémoire et l'attitude des autorités. Les communes que la tragédie a traversées (représailles des occupants, exécutions) sortent difficilement du silence ou des gestes convenus. Ailleurs, la présence de hors-la-loi et les actions de 1944 ont amené une « maquisardisation » de la mémoire8 qui oblitère non seulement les réticences, hésitations, etc., mais aussi les épisodes résistants non conformes à la norme guerrière, comme si le village s'adaptait aux représentations dominantes, comme les individus eux-mêmes l'ont fait en remplissant les attestations après-guerre, comme s'il y avait ce qui relève de l'Histoire — le combat, le spectaculaire — et l'anecdote qui mérite à peine d'être évoquée, hors usage interne9.

  • 10 Pour une analyse plus détaillée, Guillon (J.-M.), La Résistance dans le Var, Aix, thèse, 1989, tom (...)

8Les réponses faites par les mairies à l'enquête nationale menée entre 1949 et 1951 par la Commission d'histoire de l'Occupation et de la Libération de la France disent moins ce qui s'est passé que ce que l'on veut en retenir. Les 136 réponses varoises conservées (sur 151 communes) sont parfois bâclées et erronées, en général laconiques et lacunaires. Elles donnent une image sélective et souvent sommaire de la Résistance, réduite à l'appellation passe-partout de FFI, rarement active avant la Libération, sauf s'il y a eu fait digne d'être mémorisé et présenté au regard de l'autre : parachutage, action du maquis, combats. Elles avouent surtout une résistance « passive » (y compris lorsque ce n'est pas tout-à-fait le cas) et « civile » : refus de la collaboration, adhésion aux thèses de la Résistance, attachement à la République, refus de la servilité, indiscipline aux ordres de l'occupant, etc.10. Le légendaire est déjà en place : promotion de certains épisodes (l'été 1944), occultation (volontaire ou non) d'épisodes, surtout s'ils sont le fait d'étrangers à la commune, mise en avant d'un unanimisme patriotique. La fréquente modestie apparaît comme une façon de compenser le peu que l'on trouve à dire de valorisant : on a sans doute peu fait au regard des modèles dominants, mais au moins ne s'est-on pas compromis, on est resté fidèle aux valeurs nationales et, de ce fait, résistant. La répartition des commémorations communales est significative : la Résistance, la patentée, a ses cérémonies propres autour de monuments qui se situent le plus souvent en périphérie (car liés aux maquis ou à des parachutages), la résistance ordinaire ne peut en avoir, mais participe à des cérémonies non spécifiques, unifiantes, nationales qui rappellent que, même si la Résistance n'a fait que l'effleurer, le village en était.

D'un temps à l'autre

  • 11 Voir Boulet (F.), op. cit., sur la difficulté du passage du refuge au maquis.

9Les récits, ceux des écrivains comme ceux des témoins, écrasent le temps et l'uniformisent alors que le village n'est englobé dans la Résistance qu'en bout de processus. Elle ne sort des villes que dans le courant de 1942 pour s'accrocher d'abord à des bourgades/relais. Son extension au village correspond à un mouvement « naturel » de développement, formidablement accéléré par le choc du STO et, avec lui, par la démultiplication des hors-la- loi. Sauf exception (qui concerne moins le village que quelques individus), elle ne s'y implante inégalement qu'à partir de 1943 et, le plus souvent, en 1944 seulement. Cette chronologie tient moins à l'occupation — qui n'est qu'intermittente, passagère — qu'à la ruralisation de la Résistance. Zone de repli pour les réfractaires, le milieu rural l'est aussi et dans le même temps pour d'autres réprouvés. Le Refuge, cévenol, ardéchois ou alpin, ne date nullement de 1940 ou 1941 et à peine de la 2e moitié de 1942. Arrivent ensuite les évacués volontaires ou imposés, fuyant les bombardements des villes et du littoral. Ces diverses vagues de réfugiés apportent la Résistance ou lui donnent une consistance nouvelle s'il existait déjà un noyau local (parfois constitué autour d'un réfugié politique). C'est alors que le village, s'il est pris dans ce grand mouvement, s'intègre à l'histoire nationale ou plutôt que celle-ci se surimpose à sa propre histoire, à son propre temps. Ce processus explique le regard, parfois condescendant, que les gens du dehors portent sur le village, de même que les rejets ou les réticences que ces « étrangers » peuvent rencontrer, surtout s'ils sont perçus comme des perturbateurs11 Tout dépend donc du grand retournement forcé des villes vers leur arrière-pays et, avec lui, du repli de la Résistance à la recherche d'abris pour ses hommes et ses émetteurs-radio, de terrains pour ses parachutages ou d'hommes pour ses unités de combat. La rapidité du contact dépend de la proximité de la ville (géographique ou assurée par des filières particulières), de la facilité des communications (train ou car) et de l'appartenance à une zone refuge.

  • 12 Cévennes, terre de refuge, op. cit., p. 142.

10Le discours du village ou sur lui évoque seulement le temps très bref où tout a changé, où la Résistance a, plus ou moins, le pouvoir, celui de 1944, celui surtout de la période de « l'effervescence maquisarde »12 du printemps et de l'été, des maquis de la « 2e génération » auxquels participent les jeunes du lieu. En dépit des craintes, des réticences devant une action qui pouvait mettre la communauté en danger, des exaspérations provoquées par les imprudences juvéniles ou des violences considérées comme inutiles, c'est le temps de l'unanimisme contre ceux qui, de toute façon, sont les agresseurs - les occupants et leurs séides - contre lequel la communauté fait bloc, à quelques brebis galeuses et souvent « étrangères » près. C'est parfois aussi le temps du drame qui mure certains dans le silence.

11Ce moment où l'histoire du village rejoint l'Histoire occupe dans la mémoire collective et individuelle une place disproportionnée par rapport à sa durée réelle. Sont refoulés les longs mois pour lesquels il n'y a rien à dire car il ne s'est « rien » passé, ceux qui vont de 1940 à 1942 alors qu'il n'y a pas d'occupation et souvent ceux qui suivent et qui ne sont pas encore mémorables.

Un temps à soi

12Mais réduire la Résistance au village aux seuls moments de la Libération et aux seuls actes patentés du combat ne serait-ce pas passer à côté de l'essentiel pour lui ?

  • 13 Belle évocation du village du Lot-et-Garonne dans La France sensible, Champ Vallon, 1985, notammen (...)
  • 14 Le cadran solaire, R. Laffont, 1980, p. 221.

13Sauf exception de communes isolées, recroquevillées sur leur quotidien et des milieux, non négligeables, de travailleurs essentiellement accaparés par leur existence, on ne se pense pas hors de l'Histoire. Les événements sont suivis. On se bat, comme en ville, par armées interposées. Mais l'Histoire se fait toujours ailleurs. Pierre Sansot témoigne de cette existence « à plusieurs niveaux », entre le ciel - la radio, le monde — et « les entrailles de la terre »13, l'inertie de lieux où finalement peu de choses ont changé, où l'on vit comme avant, en s'enfonçant davantage, par la force des pénuries, dans un passé que l'on n'a jamais quitté. Philippe Lamour, alors installé dans le Gard, témoigne de cette humble réalité : « La vie d'un village français, au début de l'année 1943, n'est pas ce qu'imaginent les émigrés de New-York et de Londres. Ils pensent que nous devons passer notre temps, chaque jour, et du matin au soir, à résister à l'occupation ennemie ; mais les années ont 365 jours et les jours 24 h., et il faut, avant tout, s'occuper à vivre, à subsister »14.

  • 15 Dumora-Ratier (H.), opt. cit., p. 405.
  • 16 Vingt ans de fascisme, F. Maspéro, 1960, p. 124 (3 janvier 1942, à Palalda).

14On attend, on suppute, on adopte « une stratégie de défense locale par le repli sur soi »15, car le « dehors », les « autres » sont plus dangereux que jamais. Les municipalités, surtout si elles sont solidement installées, adhèrent d'autant plus aisément au discours du Maréchal qu'elles entendent, comme lui, protéger leur communauté des dangers du dehors. On en juge par les professions de foi et les inaugurations de places au nom du Maréchal, y compris chez les républicains. En fait, dans ce cadre, la vie continue comme avant, comme sous une République dont on n'est pas vraiment sorti. Pietro Nenni le constate dans le village des Pyrénées-Orientales où il est relégué : les gens « sont rouges, mais amorphes »16.

15S'il y a consensus et si l'on cherche moins qu'avant la polémique dans le jeu normal des discussions au café ou sur le banc, la continuité signifie aussi que les clivages persistent. En dépit du brouillage apporté par les circons-

16S'il y a consensus et si l'on cherche moins qu'avant la polémique dans le jeu normal des discussions au café ou sur le banc, la continuité signifie aussi que les clivages persistent. En dépit du brouillage apporté par les circonstances, des rapprochements momentanés et des prudences obligées, Blancs et Rouges continuent à rivaliser, surtout si les « réactionnaires » entendent prendre leur revanche et le pouvoir local, là où ils ne l'ont plus depuis longtemps. La poussée « blanche », par Légion des combattants interposée, ravive la tension. Devant l'offensive, les républicains font le dos rond, cèdent la place en protestant de leur fidélité au Maréchal ou, s'il s'agit de notables reconnus, s'arc-boutent avec l'appui fréquent d'une administration préfectorale irritée par les empiètements de la Légion et soucieuse d'ordre. Evincés ou non, les élus républicains « résistent » et invoqueront cette attitude lorsque, à la Libération, la Résistance cherchera à les évincer s'ils se sont tenus à l'écart de son action.

  • 17 Voir le portrait d'un maire radical de l'Isère, prêt à l'union sacrée, évincé par les cléricaux, a (...)

17La querelle des Blancs et des Rouges ne débouche pas forcément sur la Résistance, mais lui offre un terreau favorable là où les seconds, chassés ou non du pouvoir, sont en butte à la pression d'adversaires à qui l'évolution des sentiments fait perdre assez vite toute légitimité. Au fil des mois, la Résistance en vient à se greffer sur les clivages antérieurs, se nourrit de l'opposition à Vichy, même si elle est née parfois en dehors, chez les marginaux (selon les lieux et les majorités, les communistes ou les socialistes), même si tous les évincés n'y participent pas et même si, en bout de course, émerge une nouvelle carte politique où anciens adversaires — le maire déchu et le curé — se retrouvent du même côté17.

18Autrement dit, le village vit à son rythme. L'épisode Vichy ne le bouleverse pas, surtout si l'on a le sentiment qu'il est provisoire. On s'y adapte par l'accommodement ou par une opposition qui reste dans le registre classique (joutes verbales, recours à l'autorité supérieure, repli sur le cercle d'amis) en attendant que revienne le temps des élections, seule activité politique reconnue dans un univers où les partis n'existent guère. Résister, c'est moins s'opposer au régime qu'aux adversaires de toujours, ceux du lieu, c'est maintenir la République, y compris en s'appuyant sur l'administration, c'est essayer de préserver la cohésion du groupe, c'est biaiser avec les contraintes imposées par l'extérieur (l'État, les intermédiaires, l'occupant, les « autres »). Résister, c'est ensuite et parallèlement passer, si les contacts le permettent, à un autre type d'activité qui, lui, ressort de la Résistance.

19Mais, dans bien des communes, on reste au stade de l'attente et de l'opinion, plus franchement exprimée quand l'occupation resoude contre l'ennemi. Comme les autres, elles ont leurs « gaullistes » et quelques « collaborateurs », elles attendent les libérateurs et cette adhésion patriotique contribuera au sentiment final d'avoir été du « bon » côté. presque toujours liés à la présence du maquis, donc tardifs. Les parachutages sont l'une des spécialités des résistants ruraux, parfois la seule. Ils sont exceptionnels et toujours appendices de la résistance urbaine. Les combats, sauf attaque de réfractaires par les occupants, se concentrent entre juin et août 1944. Attentats et sabotages sont peu fréquents avant, touchent des cibles qui se trouvent hors de la localité même (voies de communication, lignes électriques ou téléphoniques, installations minières). Les exécutions n'interviennent qu'avec la radicalisation des événements (période de la Libération incluse) et sont réalisées par des « étrangers », tout comme les nombreuses « récupérations » (cartes d'alimentation, etc.) opérées par les maquis. Renseignements et appuis proviennent du village, mais l'acte, quel qu'il soit, lui est toujours quelque part extérieur.

20Ce n'est pas au village que circulent tracts et journaux. Les graffitis eux- mêmes ne sont pas légion. Il n'est pas non plus le lieu de la manifestation revendicative (hors bassins miniers) ou des grands gestes patriotiques. Là encore, les choses se passent plutôt dans la continuité : la sourdine mise par le régime au 14 juillet et au 11 novembre n'empêche nullement de faire comme avant et cette permanence plus ou moins discrète, municipalité en tête, peut prendre une coloration résistante avec le temps, à moins que, dans une bourgade déjà importante, les opposants et les évincés républicains/résistants ne soient capables d'organiser une manifestation nettement hostile au pouvoir (national et local).

21L'acte de résistance se situe dans ce qui apparaît, vue d'ailleurs, comme de l'infra ou du périphérique. C'est ce qui est devenu banalité, mais qui a été aussi précoce qu'ailleurs : l'écoute de la radio interdite, la prise de position publique avec, au fil du temps et des saisons, moins de discrétion, dès que l'on se sait entre soi. Ce sont les formes coutumières du charivari ou de la provocation juvénile : brocardage carnavalesque, cris et chants nocturnes avec jets de pierre, farandole prenant pour cible un « collaborateur » (président de délégation spéciale ou de la Légion), moqueries à l'égard de l'occupant, notamment italien. Dans la même lignée des comportements anciens, se place l'illégalité ordinaire : le non-respect des réglements, la fraude, le marché noir, le braconnage, autant de pratiques qui peuvent participer de l'aide aux réfugiés et aux maquisards et servir de relais éventuels vers d'autres actes.

  • 18 Guillon (J.-M.), op. cit., tome 1, p. 318.

22C'est aussi, à un niveau plus politique, la sauvegarde des symboles républicains (Marianne et noms de rue). Elle est revendiquée comme critère de résistance par les élus maintenus et évidemment par les évincés, surtout quand la Milice se met à leur faire la chasse. Cette fidélité peut prendre un tour plus significatif : à Villecroze, petit village varois « sans histoire » (quelques résistants, aucun acte marquant), le jour de Pâques de 1943, les hommes, joueurs de boules et spectateurs, s'opposent à la prise du buste de Marianne qui se trouve sur la fontaine publique par des miliciens, venus avec un véhicule de l'armée italienne18. Avec ce geste collectif, on sort de l'ordinaire sans être dans la Résistance. Il en va de même avec les obsèques de maquisards tués. Le contexte de 1943 -1944 (l'occupation, l'attente de la Libération) fait de ces défilés de solidarité classique dans le malheur - la population presque entière participe toujours aux enterrements - des actes patriotiques rassemblant le village derrière la cause pour laquelle l'un des siens a été tué.

23On reste dans le même registre avec la connivence, réelle, dont les hors- la-loi jouissent dès qu'ils commencent à refluer vers les campagnes. La discrétion n'est pas générale. Allées-venues et nouveaux venus ne peuvent passer inaperçus. Pourtant les dénonciations sont rares, même s'il y a menaces de représailles. Aux Mayons, autre petite commune varoise, située dans le massif des Maures, personne ne dénonce les maquisards FTP et ceux qui les aident, pas plus que l'on ne désigne le Juif qui se trouve parmi les hommes où les Allemands choisissent des otages le 11 novembre 1943. Comme dans le cas de R. Char à Céreste, c'est souvent le village entier — ex ou toujours pétainistes compris - qui se fait le complice des résistants dont la présence ne peut rester ignorée.

  • 19 Cévennes, terre de refuge, op. cit., p. 22.

24Pour la Résistance, le village occupe une place spécifique. Il offre caches et services nécessaires à la survie des groupes urbains qui s'y replient. Elle suscite les complicités qui lui sont nécessaires, enrôle ceux dont elle a besoin : bûcherons, boulangers, gendarmes, paysans, etc. qui, sans ça, n'auraient probablement jamais été des résistants. « Je ne suis pas allé au devant. Quand les choses se sont présentées, j'ai fait mon devoir » dit le secrétaire de mairie du Vigan19. Il révèle ainsi le mécanisme essentiel de la diffusion de la résistance organisée (et, par-delà ce temps court, celui de bien des phénomènes collectifs) qui est moins choix volontariste que réponse à une sollicitation plus ou moins tardive. Par lui, le maquis intègre des zones qui s'en tenaient à l'écart au fur et à mesure de ses pérégrinations.

25Cet ancrage est facilité par l'attitude de protection que le village a pu offrir aux persécutés et réfractaires venus s'y établir avant la mutation maquisarde. Maires et secrétaires de mairie fournissent les papiers nécessaires. D'autres habitants procurent ravitaillement et hébergement, non sans y trouver parfois un intérêt, matériel ou moral (s'ils se sont mis en avant en faveur du régime). Des armes sont cachées (fusils de chasse, armes italiennes lors de la débâcle) qui iront aux résistants. Aviateurs rescapés d'un atterrissage forcé, maquisards blessés trouvent toujours de l'aide et une filière. C'est ainsi que certains « Blancs » - curés et médecins notamment - sont amenés à « faire » de la résistance. Cette solidarité active est l'un des aspects importants de l'action du village à la jonction de la Résistance et de l'autre, celle qui n'est pas toujours considérée ainsi.

  • 20 Voir par exemple Silvestre (Paul et Suzanne), Chronique des maquis de l'Isère, Grenoble, éd. des 4 (...)

26C'est autour de ces gestes de nature diverse, mais souvent humbles que s'organise le groupe de résistance. En général unique et unitaire, il est rattaché à l'organisation qui, la première, a pris contact (celle du maquis ou du réseau) ou cumule simultanément ou successivement plusieurs appartenances qui ne font que renseigner sur sa polyvalence20. De toute façon, son activité est intermittente et exceptionnelle. S'affichant presque à découvert après le 6 juin, il devient groupe FFI, sauf s'il a une identité plus forte (FTP surtout), et entraîne dans le mouvement les jeunes gens, les gendarmes, les réfugiés récents qui forment le gros des « mobilisés » venus gonfler les effectifs maquisards. Les clivages anciens sont souvent dépassés.

27Attitudes courantes du village devenu refuge ou appoint logistique, signes d'attachement à une tradition, manifestations archaïques se révèlent résistance lorsque l'époque les saisit et que le terroir devient terrain de bataille. Ramassée sur quelques jours ou quelques semaines, réduite à quelques gestes, à beaucoup d'angoisse et autant d'espoir, centrée sur quelques hommes, la résistance au village est minuscule vue de loin. Marginale pour l'extérieur, elle est évidemment centrale vue de l'intérieur.

Le village-monde

28Même ouvert, le village se conçoit comme clos et rêve de l'autonomie perdue à l'âge d'or. Sa façon de résister révèle sa cohésion et ses fractures, mais aussi ses inerties.

  • 21 Revelli (Nuto), Le monde des vaincus, F. Maspéro, 1980, à propos de la guerre des partisans dans l (...)

29Elle s'inscrit dans un terroir. Son horizon s'y limite et l'unité de la communauté pousse à refuser ce qui tend à la déchirer sur des conflits qui ne sont pas d'abord les siens. C'est pourquoi la réaction est lente et nécessite une stimulation externe. C'est celle du pouvoir dont traditionnellement on supporte mal les ingérences, que l'on rejette car il est de plus en plus exigeant, menaçant, « étranger », illégitime. C'est aussi celle de la Résistance qui lie le village au mouvement général et renverse en sa faveur le conformisme naturel d'un groupe où l'on ne craint rien tant que de se faire remarquer. Mais elle doit être connue pour être acceptée. Elle ne doit pas mettre en péril le groupe, car « la population (amie) est pour l'immobilisme, pour la « résistance passive, pour la « non-guerre » des « insoumis » »21.

  • 22 Wyllie (L.), op. cit., p. 52. Ailleurs, c'est-à-dire dans un autre village...

30La menace contre ceux que l'on protège, surtout s'ils sont du groupe, accélère et radicalise la tendance, renforce la solidarité. La résistance est d'autant plus forte qu'elle est ressentie comme autodéfense. Elle se méfie du nomade, qui n'est pas attaché au lieu, mais s'en sert, alors que les résistants du village sont généralement contrôlés et ne rompent pas la solidarité élémentaire. À Roussillon où il n'y a eu ni exécutions, ni dénonciations, ils sont allés « faire leurs farces » ailleurs22.

  • 23 « Le village et les pouvoirs » in Fauvet (Jacques) et Mendras (Henri), Les paysans et la politique (...)
  • 24 Un exemple dans le « roman » de Michel (Henri), Quatre années dures, Grasset, 1945, avec la figure (...)

31Encore faut-il, pour que la greffe résistante réussisse, qu'il y ait des médiateurs reconnus par la communauté. Comme toujours, ils se recrutent d'abord dans les couches rurales supérieures qui forment les hétairies que Charles d'Aragon reconnaît comme élément du gouvernement villageois23. Le rôle des notables en général, des élus en particulier, est essentiel. Leaders d'opinion, c'est autour d'eux que l'on s'organise, les évincés continuant à tenir des cénacles plus ou moins discrets et triant dans la Résistance ce qui leur convient pour revenir au pouvoir24. Ce sont aussi ceux que leur fonction place naturellement comme intermédiaires (fonctionnaires, commerçants, pasteurs), souvent militants, syndicaux ou politiques, qui possèdent des contacts étendus hors du groupe. Ils unissent la communauté à l'extérieur, la ville et les organisations de Résistance, les clandestins ou semi- clandestins qui se cachent sur le pourtour. La curieuse cartographie de la résistance villageoise tient pour beaucoup à l'action de ces quelques individus. Leur défaillance se traduit par l'atonie, le rejet, le déchirement si d'autres moins légitimes tentent d'y remédier.

  • 25 Wyllie (L.), op. cit., p. 249.

32Un autre groupe, celui des jeunes, assure l'intégration du village à la Résistance. Habituel élément subversif, il peut réinvestir là, selon les rapports de force locaux, les fonctions contestataires qui sont rituellement les siennes (par exemple au moment de la conscription). Il exprime souvent tout haut le rejet d'un régime de contrainte et de ceux qui le soutiennent. Il forme la base de la résistance locale, les FFI. Mais il n'est que l'auxiliaire du pouvoir nouveau, accepté seulement s'il est reconnu par les médiateurs et s'il ne pousse pas trop loin le jeu. Les libérateurs ne sont adoptés que s'ils ne sont pas une minorité marginale. Le rejet du pouvoir communiste instauré par le maquis FTP dans certains villages à la Libération est aussi le rejet d'un pouvoir où les jeunes et les « étrangers » (quelle que soit leur origine, mais a fortiori si elle n'est pas française) tiennent trop de place pour être légitime, surtout si la violence dépasse les bornes admises. En revanche, à Roussillon, le maire communiste de la Libération est facilement accepté : il est du village, « bon » propriétaire, résistant notoire et héros reconnu par tous pour avoir refusé d'obéir aux injonctions épuratrices venues de l'extérieur25.

33Le village est un monde en soi. La libération est d'abord la sienne. Il rêve de se suffire à lui-même et paraît réaliser cet idéal pendant les quelques jours de la Libération. Micro-république autogérée, satisfaisant aux besoins de sa population, il se passe du Ravitaillement général, voire de tout autre institution extérieure. Il possède même une garde communale avec les FFI. Le retour au lot commun est vivement ressenti, surtout dans le domaine de l'approvisionnement où tout allait si bien quand les denrées restaient sur place, quand les taxations et les réquisitions étaient décidées « en bas », quand ceux « du dehors et d'en haut » ne se mêlaient pas des affaires du pays (qui est en l'occurrence le village).

  • 26 Prévost (Alain), Grenadou, paysan français, Le Seuil, 1966, Zonabend (Françoise), La mémoire longu (...)

34Ce portrait méridional appelle la comparaison avec les autres France, celles des zones plus tôt occupées. Mais l'ont-elles été au point que leurs villages en ont été directement affectés ? Ont-ils plus tôt et si différemment réagi ? L'engagement précautionneux de Grenadou, les réticences de Minot, les préoccupations de Plozevet26 m'amènent à penser que, dans le domaine de la Résistance au village au moins, la ligne de démarcation n'a pas été la ligne principale.

Notes

1 La Résistance et les Français. Le Midi et la France, pré-actes du colloque des 16-18 décembre 1993 : en particulier boulet (François), « Montagne et résistance en 1943 » et Dumora-Ratier (Hélène), « Paysans et Résistance ».

2 Par exemple, d'Aragon (Charles), La Résistance sans héroïsme, Paris, Le Seuil, 1977, mais qui n'a pas recueilli des témoignages de ce type ?

3 Rien qu'un village de France, Gap, Ophrys, 1945, p. 70.

4 Feuillets d'Hypnos (1943-1944) 128 et 138, Paris, Gallimard, 1946.

5 Prison de la Gestapo. Cellule 5. Les Beaumettes, Avignon, Imp. Barthélémy, 1945, p. 92.

6 Carte d'identité. Récit de l'Occupation, Paris, Albin Michel, 1945.

7 Un village du Vaucluse, Paris, Gallimard, 1968.

8 Joutard (Philippe), Poujol (Jacques) et Cabanel (Patrick), Cévennes, terre de refuge 1940-1944, Montpellier, Presses du Languedoc/Club cévenol, 1987, p. 34 et 53.

9 Idem, op. cit. p. 26.

10 Pour une analyse plus détaillée, Guillon (J.-M.), La Résistance dans le Var, Aix, thèse, 1989, tome 2, p. 717-720.

11 Voir Boulet (F.), op. cit., sur la difficulté du passage du refuge au maquis.

12 Cévennes, terre de refuge, op. cit., p. 142.

13 Belle évocation du village du Lot-et-Garonne dans La France sensible, Champ Vallon, 1985, notamment p. 104.

14 Le cadran solaire, R. Laffont, 1980, p. 221.

15 Dumora-Ratier (H.), opt. cit., p. 405.

16 Vingt ans de fascisme, F. Maspéro, 1960, p. 124 (3 janvier 1942, à Palalda).

17 Voir le portrait d'un maire radical de l'Isère, prêt à l'union sacrée, évincé par les cléricaux, auditeur de la BBC, aidant le maquis en 1943 et s'apercevant à la Libération que le curé en était aussi in Scize (Pierre), Vingt dieux de République. Récits, Lyon-Paris, Éd. Lugdunum, 1945.

18 Guillon (J.-M.), op. cit., tome 1, p. 318.

19 Cévennes, terre de refuge, op. cit., p. 22.

20 Voir par exemple Silvestre (Paul et Suzanne), Chronique des maquis de l'Isère, Grenoble, éd. des 4 Seigneurs, 1978, p. 80.

21 Revelli (Nuto), Le monde des vaincus, F. Maspéro, 1980, à propos de la guerre des partisans dans le Piémont, p. 43, note 84.

22 Wyllie (L.), op. cit., p. 52. Ailleurs, c'est-à-dire dans un autre village...

23 « Le village et les pouvoirs » in Fauvet (Jacques) et Mendras (Henri), Les paysans et la politique dans la France contemporaine, PNFSP/A. Colin, 1958, p. 489.

24 Un exemple dans le « roman » de Michel (Henri), Quatre années dures, Grasset, 1945, avec la figure d'un potentat qui vise le sénateur Sénès, « l'un des 80 », ancien président du Conseil général du Var. Exemple plus positif in P. Scize, op. cit.

25 Wyllie (L.), op. cit., p. 249.

26 Prévost (Alain), Grenadou, paysan français, Le Seuil, 1966, Zonabend (Françoise), La mémoire longue. Temps et histoire au village, PUF, 1980, Burguière (André), Bretons de Plozevet, Flammarion, 1977.

Auteur

Professeur d'histoire contemporaine
Université de Provence/Aix-Marseille 1

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540