Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

3e partie. Le monde rural et la Résistance

Les Églises, les paysans et la Résistance. L'exemple des Cévennes et de la Lozère

Patrick Cabanel

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Cabanel (P.), « Résistance civile, résistance armée. Étude d'un cas : les Cévennes », La Résistanc (...)

1Le département de la Lozère et sa partie cévenole (l'arrondissement de Florac) constituent un intéressant champ d'étude pour deux des questions débattues dans ce colloque : les rapports qu'entretient la Résistance avec le monde rural d'une part, les Églises de l'autre. La région est essentiellement rurale, et même montagnarde (altitude moyenne de 1 000 mètres), avec un relief par endroits très tourmenté, un climat partout rude et enneigé, un réseau de communications des plus médiocres, un habitat dispersé, et enfin une relative proximité, par les voies ferrées Nîmes-Clermont-Ferrand et Béziers-Neussargues, avec les villes du Midi languedocien et provençal qui accueillent depuis quelques générations beaucoup de leurs émigrants : toutes choses propices au refuge de suspects, réfractaires et autres « terroristes » comme le noteront jusqu'à satiété les rapports officiels. Autre caractéristique, également notée par tous les responsables du maintien de l'ordre, la division confessionnelle entre protestants cévenols et catholiques du Causse, de l'Aubrac et de la Margeride : les premiers passent d'emblée pour anglophiles et gaullistes, les seconds se distinguent tout au contraire par leur attachement au gouvernement légitime et leur respect de toute autorité établie. C'est donc une approche comparative que j'ai cru pouvoir retenir pour cette communication, en passant toutefois plus vite sur les Cévennes, étudiées lors du récent colloque de Toulouse1, pour tenter d'apporter quelques lumières sur les liens entre la Résistance, les paysans et les clergés.

La Lozère : deux milieux

2La géographie est un premier facteur fort. La Lozère est le type même d'un arrière-pays, suffisamment reculé et suffisamment proche à la fois. Toutes sortes de « clientèles » viennent lui demander refuge et/ou subsistances, réfugiés de l'exode, émigrés récents, citadins à la recherche de ravitaillement, enfants des colonies de vacances, Juifs refluant des villes du littoral après l'invasion de la zone sud, réfractaires au STO. Tous trouvent en Lozère une paysannerie encore très nombreuse et dont l'agriculture de subsistance est capable de fournir des excédents parfois abondants au marché noir. Ce dernier est évidemment florissant, en dépit des objurgations de l'évêque : les villes-gares, notamment Langogne, Saint-Chély d'Apcher et Aumont-Aubrac, voient arriver dès les premiers beaux jours ce qu'un autochtone appelle avec mépris « la clique du Midi ». L'exode rural, à l'époque, a surtout frappé le fouillis de pentes qui forment les Cévennes : ce sont globalement les seuls cantons où l'on peut trouver des maisons délaissées ou ruinées en assez grand nombre, ainsi que des forêts de quelque étendue, châtaigneraie nourricière désormais exploitée pour le tannin ou replantations opérées à la fin du xixe siècle dans l'Aigoual et le Bougès. Elles sont parsemées de chantiers d'exploitation et de cabanes dressées par les Chantiers de jeunesse : ces travaux fournissent d'excellentes couvertures à un certain nombre de jeunes gens comme le montreront aux autorités les premières affaires de « maquis ».

  • 2 Témoignage de Pierre Delmas (1910-1970),Lozère nouvelle, 26 août 1944.

3Ainsi, sur le plan géographique, les Cévennes lozériennes se prêtent- elles mieux à l'organisation d'une Résistance. On peut aussi se demander si leur nature de « confins administratifs » n'a pas joué un rôle en créant un espace de moindre surveillance : Mende a quelque mal à maîtriser ces vallées lointaines alors que Nîmes vers laquelle elles penchent (à tous les sens) n'a pas juridiction sur elles. Les troupes allemandes, omniprésentes à Mende, mais aussi dans quelques villettes nord lozériennes, en sont absentes : un résistant mendois replié à Florac en mars 1944 y découvrira avec stupéfaction un monde sans Allemands, sans Gestapo mais avec le pastis2. Le même phénomène a joué aux frontières de la Lozère et de la Haute-Loire, du côté de Chambon-le-Château et de Saugues : est-ce un hasard si c'est dans cette zone que s'est déroulée l'une des premières grosses affaires de maquis en Lozère, avant la bataille du Mont Mouchet ? Et si, comme en Cévennes, l'histoire y a déjà fait rouler des groupes de dissidents ou de révoltés, au moment des Inventaires et des lois anticongréganistes du début du xxe siècle, ou sous la Révolution et l'Empire ?

  • 3 Archives départementales de la Lozère, 2 W 3167.
  • 4 ADL, 2 W 3179.

4L'histoire fournit-elle des clefs qui complètent ou contredisent ce qu'enseigne la géographie ? La Lozère catholique a eu une forte tradition à la « vendéenne » de résistance au pouvoir établi, dès lors que celui-ci s'en prenait à l'Église et/ou appelait à la conscription. Mais cette tradition ne se retrouve nullement dans les années 1940. Les autorités sont certes sévères dans leur appréciation du caractère lozérien (scepticisme, apathie, passivité, égoïsme, médiocrité, selon le préfet le 30 avril 1943), mais elles concluent à une population apolitique, obéissante, résignée, incapable de toute opposition active et à plus forte raison de toute « résistance » : « Le Lozérien est calme, pondéré et évite l'aventure » (commissaire spécial de Mende, décembre 1940)3 ; « Le paysan veut qu'on s'intéresse à lui, qu'on lui donne de quoi travailler (ficelle, graisse, etc.). Il ne fait pas de politique, car il n'en a pas le temps. Il est très pieux, travailleur et sobre : c'est la meilleure partie de la race » (lettre écrite en août 1942 par un Héraultais venu encadrer des Compagnons de France à Rimeize). Etc.4.

  • 5 ADL, 2 W 3245.
  • 6 Le texte en a été publié par Philippe Joutard dans le premier numéro de L'Histoire, p. 63.
  • 7 ADL, 2 W 2133.
  • 8 ADL, 2 W 3243.
  • 9 ADL, 2 W 3179. L'allusion vise sans doute Ernest de Framond, directeur départemental de la Légion, (...)
  • 10 L'un des chefs des Chantiers de jeunesse de la Lozère aurait été déplacé à cause de son « étiquett (...)

5Le poids de la tradition camisarde dans les Cévennes, en revanche, est incontestable. Il est vrai que la lettre adressée à un gendarme trop zélé, en février 1944, l'informe de sa condamnation à mort édictée par le « groupe Camisard » et signée du « chef des Cévenols »5, et que la complainte du maquis cévenol écrite en mai 1944 fait rimer maquisards et Camisards, liberté et « Résister », France et Tour de Constance6, l'histoire semble rejoindre le présent. Le sous-préfet de Florac redoute des complications, en mars 1943, dans « les protestantes Cévennes, pays des "Camisards" »7. Au lendemain d'une première opération d'envergure des Allemands contre un maquis installé dans l'Aigoual, à Aire-de-Côte, le préfet note pour sa part : « Pour (cette population) protestante, et hostile à toute idée de collaboration, cette affaire a pris, du fait de l'intervention allemande, un tour inattendu où domine la crainte. Dans une région où le souvenir des luttes entre les Camisards et les soldats de la Royauté est loin de s'être effacé dans l'esprit des populations, il y a lieu de redouter que le contact avec les troupes allemandes, s'il se produisait à nouveau, puisse provoquer des regrettables incidents »8. L'actif commissaire des renseignements généraux de Mende, Rispoli, fera du protestantisme une obsession : à le lire il est la clef de tous les malheurs du régime dans les Cévennes, anglophilie, gaullisme, communisme, refus du STO, aide aux Juifs. « Le Cévenol, en majorité Protestant et Démocrate, n'a nullement confiance dans les hommes aux noms à rallonge que la doulce Église pousse au premier rang des autorités départementales », confirme un capitaine le 12 octobre 19429. Si la République laïque avait pu apparaître aux catholiques lozériens d'avant 1914 comme un régime « protestant », le Vichy marqué par le retour en force du catholicisme et des congrégations et par les aides financières à leurs écoles courait le risque d'apparaître aux protestants cévenols comme un régime clérical : adhésions et réticences locales peuvent pour une part se mesurer à cette aune politico-religieuse10.

  • 11 Rapport du commissaire spécial de Mende, 29 octobre 1940, ADL, 2 W 3167.
  • 12 ADL, 7 W 330.
  • 13 ADL, 2 W 3167.

6Les choix politiques de l'avant-guerre sont également instructifs. La droite cléricale domine sans partage la Lozère catholique, et la gauche radicale, socialiste ou communiste les Cévennes. Le Parti Communiste n'aurait compté que 130 adhérents en Lozère, dont 40 pour les seules Cévennes11. Détail intéressant, Rispoli remarque en mai 1943 que « seule la présence de militants communistes armés dans la région a délié les langues » à propos d'une affaire de réfractaires cachés dans la région de Chambon-le-Château12. De même la « phobie anticommuniste », selon les propres mots du commissaire de police de Mende qui s'épuise en vérifications infructueuses, ne semble-t-elle frapper qu'en milieu catholique : « On remarque dans certaines régions du département essentiellement cléricales que des personnes sont atteintes par la phobie du communisme. Telle personne qui ne suit pas les cérémonies religieuses est considérée comme communiste ; il s'ensuit des dénonciations plus ou moins fantaisistes »13.

  • 14 ADL, 2 W 3180.
  • 15 ADL, 2 W 3177.

7L'anticommunisme est l'une des valeurs les mieux partagées du clergé lozérien. Le curé de Saint-Chély d'Apcher se dit bouleversé en mars 1943 par la mentalité des Français qui ont « la sottise d'ignorer le péril communiste. (...) Que les hordes rouges dominent et nous connaîtrons les douceurs du père Staline Joseph, Maréchal des Armées Russes ». Huit jours plus tard l'un de ses confrères, vicaire à Prinsuéjols, dénonce auprès d'un professeur du Grand Séminaire les menées de l'instituteur de sa commune, accusé de réunir les jeunes pour leur faire de la propagande communiste. Le digne professeur lui répond : « Je sais que de divers côtés se monte déjà une redoutable campagne de propagande et d'agitation communiste. Le terrain, hélas !, n'est que trop bien préparé. Quand les gens souffrent, que les esprits sont aigris, il n'est pas difficile de cultiver la haine, et sous le couvert de la résistance aux Allemands, d'ouvrir toutes grandes les portes au Bolchevisme, comme à un libérateur ». La même lettre vante la conférence récemment donnée à Mende, « Contre le communisme », par « un instituteur, mais un bon celui-là et aussi un clairvoyant Français », le chef départemental de la Milice, Pouget, que le Père se propose de mettre en contact, au besoin, avec le jeune vicaire14. C'est donc non sans une certaine clairvoyance politique que le PPF de Jacques Doriot, qui mène une active campagne de propagande à l'intention du clergé lozérien en 1942 et 1943, table sur la haine partagée du communisme, même si un rapport du parti déçu finit par les juger anglophiles et judéophiles15.

  • 16 ADL, 2 W 2132 et 2 W 2133.

8Les attitudes des deux clergés apparaissent assez tranchées. Les pasteurs seraient des fauteurs de troubles, tel Marc Donadille, en poste à Saint- Privat de Vallongue, convaincu en juin 1943 d'aide aux réfractaires et condamné par le tribunal de Mende à trois mois de prison (le pasteur est déjà passé dans la clandestinité). Il est le seul ecclésiastique démasqué par la police française, mais les pasteurs Crespin au Pont-de-Montvert (futur membre du comité départemental de libération), Bourdon à Mende, Chazel à Vébron, Martin à Saint-Germain de Calberte, etc., sont tout autant compromis en faveur soit des maquis, soit des Juifs ou des uns et des autres. L'attitude du clergé catholique donne beaucoup plus de satisfaction. Le préfet note en février 1942 : « Le département paraît avoir adopté une position d'attente qui exclut toute activité subversive et toute réaction spéciale. Il faut noter que les autorités religieuses exercent en Lozère une influence marquée qui tend à l'apaisement des esprits et au respect des institutions traditionnelles ». En mai 1943, le commissaire de police fait chorus : « Le clergé catholique manifeste, à l'encontre du clergé protestant, des sentiments de loyalisme à l'égard du gouvernement. Son influence est très grande sur la population lozérienne » ; en septembre, il précise qu' « on reconnaît dans ces milieux que le gouvernement a beaucoup fait pour eux » : « Le clergé catholique, tout en se tenant dans l'expectative des événements se range néanmoins du côté de l'ordre et du gouvernement. Les quelques éléments d'idées plus avancées conservent la plupart du temps leurs opinions et suivent extérieurement les disciplines de leur état. Quant au clergé protestant, le manque d'unité favorise les initiatives privées et les sympathies anglo-saxonnes de la plupart de ses membres qui souvent manifestent ouvertement des opinions antigouvernementales »16.

  • 17 Semaine catholique de Mende, 16 janvier et 4 décembre 1942. La première lettre est reprise dans la (...)
  • 18 ADL, 2 W 3177.
  • 19 « L'évêque est à Mende le Roi devant qui l'on s'efface » (surveillant d'une colonie de vacances du (...)
  • 20 Ibidem.

9Il est vrai que l'évêque de Mende, Mgr Auvity, multiplie les gages. Deux textes épiscopaux de 1942, Nos devoirs vis-à-vis du pouvoir civil (janvier) et Le devoir des catholiques en ces jours de détresse nationale (décembre) appellent à une « fidélité loyale et dévouée au chef de l'État » : « les sujets ont le devoir de se soumettre à toute autorité légitime, puisque l'autorité légitime vient de Dieu... Les Français ont le devoir strict de lui (Pétain) obéir et de lui marquer fidélité »17. Dans une lettre interceptée en janvier 1942 Mgr Auvity avoue crûment : « Dans mon diocèse, certains éléments étrangers font une campagne gaulliste, dans les diocèses voisins également (...) ; j'ai été à ce sujet obligé de préciser le devoir de chacun, d'une façon très nette »18. Aussi un puissant souffle d'ordre moral passe-t-il sur le diocèse, et les lettres contrôlées dénoncent un « pays dominé par la "curetaille" »19. Louis Jean, délégué départemental à la Jeunesse, note : « Je suis dans un département très clérical. La Lozère est un pays où le clergé est roi autant que chez nous [Puy- de-Dôme] ; sinon plus, parce que c'est un pays arriéré. Il ne manque aux curés que le traitement de l'État, et ce serait complet » (28 janvier 1943).20

  • 21 Courtois (J.-F.), L'engagement des laïcs dans un diocèse rural. L'exemple de la Lozère au travers (...)

10Le règlement de la question du Service du Travail Obligatoire ne souffre pas d'ambiguïté. Mgr Auvity publie le 2 juillet 1943, à quelques jours de visites médicales concernant près de 300 appelés, une lettre À un groupe de Lozériens relativement à la réquisition de la main-d'œuvre pour l'Allemagne : il invite ses jeunes diocésains à partir en Allemagne afin, dans l'ordre, de prendre leur part de l'épreuve nationale, d'aider à la relève des prisonniers, d'éviter ainsi qu'à leur famille la répression, et de contribuer à l'évangélisation de leurs « frères de travail ». Le document jouit d'une audience inattendue, puisqu'il est reproduit ou cité par l'évêque de Rodez, la Croix de Paris du 3 août 1943 ou encore le Bulletin du Centre d'Information du Travail Français en Allemagne du 24 juillet 1943. Les jeunes gens les plus directement soumis aux consignes de l'évêché, grands séminaristes et responsables des mouvements de jeunesse, partent nombreux : pas moins de 52 séminaristes selon une lettre interceptée en novembre 1943, pas moins de vingt-trois membres ou anciens membres de la JAC, de la JOC et des Scouts parmi 166 anciens du STO dont Jean-François Courtois a pu consulter la fiche sociale : soit 14 % de ce contingent21. Le vicaire général dira en janvier 1944 que la JOC et la JAC sont particulièrement touchées. L'évêque, en revanche, refusera en juin 1944 de donner l'un de ses jeunes prêtres pour aumônier au maquis.

  • 22 ADL, 2 W 3245.
  • 23 ADL, 2 W 3179.

11Une minorité de prêtres prend toutefois ses distances avec le pétainisme et manifeste sa sympathie à la Résistance : citons le chanoine de Montgros, qui sera membre du CDL, ou le jésuite Paloc, déporté par les Allemands en 1943. À en croire les milieux proches de la collaboration, le clergé lozérien serait majoritairement gaulliste. Un sympathisant du RNP estime en avril 1943 que les jeunes de l'Aubrac ont été convertis au gaullisme par un abbé dans les réunions de la JAC : « Les mouvements confessionnels sont nos adversaires acharnés (ACJF - JOC - JEC - JECF - etc.) »22. Le nouveau chef Compagnon du Gévaudan note pareillement, en décembre 1943 : « La grosse résistance vient du clergé, à l'intérieur duquel une révolution serait bien nécessaire »23. Voici le maître clivage : la jeunesse. L'évêque lui-même n'entend pas transiger sur ce point : les mouvements catholiques doivent garder leur pleine autonomie, et les indices sont nombreux d'une hostilité tantôt sourde, tantôt ouverte, allant jusqu'à des échauffourées, envers les Compagnons de France (surtout) et les Éclaireurs de France, le mouvement neutre. Mais ces prêtres gaullistes sont minoritaires, et cette vigilance épiscopale se réduit aux seules organisations de jeunesse.

La Résistance : deux modèles d'implantation

  • 24 Cordesse (H.), Histoire de la résistance en Lozère. 1940-1944, Montpellier, Presses du Languedoc, (...)

12Restent à voir les conséquences sur la formation et la vie quotidienne de la Résistance. La démarche comparative me paraît aider à dessiner le portrait de deux résistances. On est frappé, à suivre notamment l'ouvrage publié par Henri Cordesse24, de l'isolement relatif des résistants dans quatre petites villes lozériennes, Marvejols, Saint-Chély d'Apcher, Mende et Langogne. On y trouve une poignée d'hommes, dont une part importante de fonctionnaires et de notables urbains qui ont été approchés en novembre 1941 par deux émissaires de Combat envoyés de Montpellier par Teitgen : ainsi les anciens maires de Mende et Langogne révoqués par Vichy, l'architecte départemental, le directeur de l'Office du Travail ou un dentiste. On trouve à leurs côtés deux rejetons de la noblesse marvejolaise, Gilbert de Chambrun, le fils cadet du sénateur Pierre qui refusa les pleins pouvoirs au maréchal Pétain et intervint à deux reprises au moins en faveur de Juifs inquiétés par Vichy, et Olivier de Framond, le propre neveu du chef départemental de la Légion, mort en déportation à Dora en 1944 ; on joindra à leurs noms celui du fils du marquis de Brion, à Fournels, accusé d'héberger des Juifs et des réfractaires contre l'avis paternel. Les instituteurs laïques sont nombreux aux origines de la Résistance : citons notamment le directeur du Cours Complémentaire de Langogne (Gilles, agent de l'Intelligence Service), Henri Cordesse (futur chef départemental et préfet de Lozère à la Libération), Louis Veylet (fils d'un instituteur lozérien, communiste replié depuis la banlieue parisienne, mort au combat en 1944), Joseph Huber (d'origine alsacienne), Marcel Pierrel (professeur au Cours Complémentaire de Marvejols, déporté avec de Framond), Émile Peytavin (fils d'instituteur, directeur d'École Pratique, futur chef départemental FFI).

  • 25 Cévennes, terre de refuge. 1940-1944, Textes et documents rassemblés par Philippe Joutard, Jacques (...)

13Ces hommes restent longtemps très isolés ; en mars 1943 ils réussissent bien à monter un premier « maquis » dans une cabane isolée sur l'Aubrac, à Bonnecombe, pour y abriter une poignée de communistes allemands trop exposés à l'usine de Saint-Chély d'Apcher où ils étaient officiellement embauchés, mais après un coup de filet de la Gestapo en août 1943, ils doivent l'exiler en Cévennes. Henri Cordesse a tenté d'expliquer ce choix : « En tant que Lozérien du Nord, je peux dire que les Cévennes nous apparaissaient à nous, gens du Nord, comme le refuge ! Historiquement ? Je ne sais pas pourquoi. C'est ce qui explique que, lorsque, après notre malheur du 30 août 1943, le support du maquis des Allemands se désagrégea, nous les avons déplacés vers les Cévennes, parce que le refuge, pour nous, il existait dans les Cévennes. Nous avons appris après, par les contacts avec le pasteur Crespin (...), le pasteur Donadille et tant d'autres, mais au départ, c'était la notion générale du refuge cévenol que nous pressentions ! »25.

  • 26 ADL, 2 W 3153.
  • 27 Cf. Note 1.
  • 28 Voir Cévennes, terre de refuge, op. cit.
  • 29 Cité, sans référence, par H. Cordesse, op. cit., p. 25. Le 10 octobre 1942 le pasteur de Mende, Bo (...)
  • 30 Allusion à celle de Suhard dans une lettre du sénateur de Chambrun intervenant en faveur d'un réfu (...)

14Minoritaire dans une Lozère catholique longtemps maréchaliste, toujours anticommuniste et attentiste, la Résistance apparaît quasiment majoritaire dans les Cévennes protestantes. Le détachement à l'égard du maréchalisme y est plus précoce. Un incident retentissant intervient à Florac au cours d'une réunion de la Légion, en septembre 1941 : le nom de l'ancien député cévenol, le très populaire Charles Pomaret, est traîné dans la boue par un futur milicien, représentant en liqueurs de Mende qui passe pour avoir appartenu au milieu marseillais. Dès lors le réseau de notables républicains des Cévennes se tient sur la réserve : la Légion connaît là son premier échec26. Ce sont ensuite les premiers incidents liés à la question des Juifs (été 1942 - printemps 1943), sur lesquels j'ai eu l'occasion d'insister27 : la collusion des protestants cévenols, emmenés par leurs pasteurs, et des Juifs devient sous la plume des autorités une constante, que des enquêtes orales menées dans les années 1980 ont largement confirmées28. Le clergé catholique semble s'être montré en revanche beaucoup moins philosémite, si l'on en juge par ce rapport du directeur départemental de la Propagande, le 30 septembre 1942 : « sur le plan local, signalons à nouveau que les mesures prises à l'encontre des Israélites n'ont provoqué aucune réaction défavorable, même auprès du clergé lozérien. Ainsi que je l'ai dit, on souhaite que cette épuration soit poursuivie judicieusement »29. Les protestations contre les déportations émises dans l'été 1942 par les cardinaux Suhard et Saliège sont pourtant connues30.

  • 31 Même remarque pour la montagne du Goulet, ADL, 2 W 3245.
  • 32 ADL, 7 W 330 pour les deux affaires.

15Les réfractaires au STO occupent par la suite le devant de la scène avec une géographie très contrastée. On ne note en 1943 qu'une affaire en Lozère catholique : un maquis animé par des communistes évadés de la prison du Puy-en-Velay et installé aux limites de la Haute-Loire et de la Lozère ; les réfractaires arrêtés au cours d'une importante opération des forces de l'ordre françaises (fin avril 1943) sont presque tous originaires de la région de Saint-Étienne. On a d'abord le sentiment d'un maquis artificiellement « plaqué » sur une région rurale choisie arbitrairement depuis les milieux communistes stéphanois pour son isolement, et qui n'en peut mais31 ; le commissaire des RG juge son attitude « très correcte » lors de l'intervention policière. Toutefois, aux dires du même Rispoli, la population a ravitaillé les jeunes gens et gardé le silence sur leur présence, maires, gendarmes et président de la section communale de la Légion en tête. Un peu plus d'un an plus tard, le 17 juillet 1944, le même maire du Chambon- le-Château dénoncera les abus du maquis accusé de régenter toute la commune et de tenir la population dans l'angoisse : il se dit prêt à faire avertir l'autorité allemande si besoin est32. L'historien peine à réaliser la synthèse entre ces deux moments des relations entre la société rurale et le maquis : à moins que les paysans, pris entre le marteau et l'enclume de deux violences qui leur paraissent également étrangères, subissant les excès contraires de réquisitions qui concourent pareillement à les appauvrir, ne se soient efforcés de donner des gages aux uns et aux autres, jusqu'à ce que la mesure fut pleine.

  • 33 Il s'agit du maquis d'Aire de Côte, trahi et décimé par les Allemands au moment où la police franç (...)
  • 34 Rapport cité, sans référence, par Henri Cordesse, op. cit., p. 78.

16En Cévennes aussi bon nombre de réfractaires sont montés au maquis depuis les plaines et les villes, ici gardoises. Mais la connivence profonde avec l'ensemble de la population devient évidente en 1943. Après la découverte d'explosifs dans une ferme de la région de Saint-Germain de Calberte, en février 1943, les rapports du commissaire Rispoli annoncent en juin la naissance d'une organisation clandestine d'accueil des réfractaires en Cévennes ; au début de ce mois un floracois lié au pasteur Donadille a été arrêté avec une liste de personnes de la région de Saint-Privat de Vallongue susceptibles d'héberger des réfractaires (des familles communistes sont nommément désignées à l'automne) et une vingtaine de gendarmes ont fait une première descente, restée vaine, dans deux hameaux de la Vallée Française. Deux inspecteurs des RG se faisant passer pour des réfractaires parviennent à délier quelques langues dans la région de l'Aigoual (commune de Bassurels). Aubergistes, maire, garde-forestier, exploitants forestiers semblent compromis : « Nous avons pu déduire que la quasi-totalité des habitants de cette région est entièrement opposée au Service Obligatoire du Travail, et ceux- ci sont prêts à aider de tous leurs efforts les jeunes défaillants venant chercher refuge dans le pays » (rapport du 19 juin). L'inspecteur réitère ses accusations le 26 : « (outre le maquis de Bassurels) des éléments isolés sont toutefois signalés un peu partout dans la région. Ces jeunes gens sont pris en subsistance dans des fermes, où ils sont également occupés. La population leur est presque entièrement acquise »33. Un autre rapport cite la dénonciation d'un habitant de Saint-Germain de Calberte selon lequel de nombreux hameaux de la région abriteraient des réfractaires que l'on pourrait voir, comme à Thonas, « attablés et se restaurant chez les habitants »34.

  • 35 ADL, 7 W 80 et 81.

17Les Cévennes deviennent, à partir de l'été 1943, une terre de désordres autour de foyers virulents, dans la vallée de Saint-Germain de Calberte et la Vallée Longue, outre le Pont-de-Montvert : Rispoli y comptabilise neuf actes de banditisme entre mars 1943 et janvier 1944, ou selon un autre comptage effectué dans un rapport du 17 mars 1944, 26 forfaits depuis le 26 novembre 1943, allant du simple vol de tabac à l'assassinat. Le reste de la Lozère semble presque entièrement épargné : onze sur treize des actes de terrorisme et attentats commis en Lozère en janvier 1944 concernent les seules Cévennes, douze sur treize en février, douze sur seize en mars, vingt- trois sur trente-et-un en avril, la violence ne gagnant vraiment le Nord qu'en mai et juin35. On comprend alors la rumeur qui veut qu'il y ait un autre Vercors dans les Cévennes. Après l'opération allemande contre le maquis de l'Aigoual, une lettre interceptée parle de quarante morts, de 20 000 jeunes gens armés et cachés dans la montagne, d'une insurrection en Cévennes telle que celle que la Haute-Savoie a connue. À trois reprises, en juillet et décembre 1943 et en mars 1944 le bruit courra que des troupes allemandes allaient venir explorer, nettoyer ou même « occuper » les Cévennes : la conquête aura bien lieu le 12 avril, avec près de 2 000 hommes, mais sera interrompue par un rappel précipité sur les côtes languedociennes où les Allemands redoutaient un débarquement.

18Que retenir en conclusion de cette rapide plongée dans les sources ? Deux chronologies et deux sociologies me paraissent discernables. Dans le premier cas, Causses, Aubrac et Margeride, il semble que la Résistance et le monde rural restent, jusqu'au printemps 1944 presque, continûment étrangers l'une à l'autre : étrangers, mais non systématiquement hostiles. Les maquisards y ont trop souvent une odeur communiste, alors même que les FTPF sont complètement absents de la région, et leurs réquisitions sont peut-être plus impopulaires encore que celles du Ravitaillement. Et le clergé, de l'évêque aux prêtres de paroisse, pèse dans un sens qui ne leur est guère favorable. À l'opposé, la compénétration est grande entre la Résistance (majoritairement FTPF, outre un maquis de la MOI) et les Cévennes rurales : ces dernières n'oublient pas (si l'on peut dire, dans un pays qui en est saturé) qu'elles ont été à la fin du xviie et au début du xviiie, terre de clandestinité et de résistance. Les maquisards y sont chez eux, outre quelques dizaines de familles juives. Et les pasteurs jouent ici, dans l'éducation et la conduite de l'opinion publique, un rôle assez exactement contraire à celui des prêtres, quand ils ne sont pas fondateurs et chefs de maquis, comme Georges Gillier et Laurent Olivès dans les proches Cévennes gardoises.

19Il ne s'agit pas d'établir un palmarès, d'autant que des attitudes à contre-courant ont existé dans les deux milieux. Mais il a paru intéressant de mesurer, dans les conditions très particulières de cette région du Massif central où court encore la frontière religieuse du xvie siècle, le poids de la mémoire dans les choix effectués par chacune des deux chrétientés rurales, celle du granit et celle du schiste, la réformée et la romaine.

Notes

1 Cabanel (P.), « Résistance civile, résistance armée. Étude d'un cas : les Cévennes », La Résistance et les Français. Histoire et mémoires. Le Midi et la France, colloque international, université de Toulouse le Mirail, 1993, p. 363-373.

2 Témoignage de Pierre Delmas (1910-1970),Lozère nouvelle, 26 août 1944.

3 Archives départementales de la Lozère, 2 W 3167.

4 ADL, 2 W 3179.

5 ADL, 2 W 3245.

6 Le texte en a été publié par Philippe Joutard dans le premier numéro de L'Histoire, p. 63.

7 ADL, 2 W 2133.

8 ADL, 2 W 3243.

9 ADL, 2 W 3179. L'allusion vise sans doute Ernest de Framond, directeur départemental de la Légion, ou le général de La Porte du Theil, né à Mende.

10 L'un des chefs des Chantiers de jeunesse de la Lozère aurait été déplacé à cause de son « étiquette de protestant », à la demande de l'évêque et des directeurs des Séminaires de Mende, comme croit pouvoir l'écrire sa mère à des amis protestants, 2 W 3179.

11 Rapport du commissaire spécial de Mende, 29 octobre 1940, ADL, 2 W 3167.

12 ADL, 7 W 330.

13 ADL, 2 W 3167.

14 ADL, 2 W 3180.

15 ADL, 2 W 3177.

16 ADL, 2 W 2132 et 2 W 2133.

17 Semaine catholique de Mende, 16 janvier et 4 décembre 1942. La première lettre est reprise dans la Croix de Paris (4 février) et la France catholique (26 février).

18 ADL, 2 W 3177.

19 « L'évêque est à Mende le Roi devant qui l'on s'efface » (surveillant d'une colonie de vacances du Secours national de l'Hérault, 17 août 1942), ADL, 2 W 3179.

20 Ibidem.

21 Courtois (J.-F.), L'engagement des laïcs dans un diocèse rural. L'exemple de la Lozère au travers de sa jeunesse (1880-1965), thèse, Montpellier, Mende, 1992, p. 500.

22 ADL, 2 W 3245.

23 ADL, 2 W 3179.

24 Cordesse (H.), Histoire de la résistance en Lozère. 1940-1944, Montpellier, Presses du Languedoc, 1989.

25 Cévennes, terre de refuge. 1940-1944, Textes et documents rassemblés par Philippe Joutard, Jacques Poujol et Patrick Cabanel, Montpellier, 3e éd., 1994, p. 101.

26 ADL, 2 W 3153.

27 Cf. Note 1.

28 Voir Cévennes, terre de refuge, op. cit.

29 Cité, sans référence, par H. Cordesse, op. cit., p. 25. Le 10 octobre 1942 le pasteur de Mende, Bourdon, déplore dans une lettre adressée à un collègue suisse que le clergé catholique de Mende « ne voulant pas se compromettre ne s'occupe pas des étrangers et surtout des Chrétiens de race juive qui pourraient être en danger », ADL, 2 W 3180.

30 Allusion à celle de Suhard dans une lettre du sénateur de Chambrun intervenant en faveur d'un réfugié juif de Marvejols (13 août 1942, ADL, 7 W 203), à celle de Saliège dans une lettre venant du Gard et interceptée le 5 septembre 1942, ADL, 2 W 3180.

31 Même remarque pour la montagne du Goulet, ADL, 2 W 3245.

32 ADL, 7 W 330 pour les deux affaires.

33 Il s'agit du maquis d'Aire de Côte, trahi et décimé par les Allemands au moment où la police française se préparait à intervenir, ADL, 2 W 3243 et 3245.

34 Rapport cité, sans référence, par Henri Cordesse, op. cit., p. 78.

35 ADL, 7 W 80 et 81.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540