Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

3e partie. Le monde rural et la Résistance

Montagnes en résistance : réflexions sur des exemples en Rhônes-Alpes

Gilbert Garrier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 L'ouvrage de Jantzen (René), Montagne et Symboles (Lyon, PUL, 1988) analyse assez bien quelques am (...)
  • 2 Prélevés par coups de mains sur les dépôts des Chantiers de Jeunesse. Le choix de ces fournitures (...)

1Bien des éléments incitent à établir une étroite liaison entre le maquis et la montagne : l'air pur et la liberté1, les tragiques épopées des Glières ou du Vercors, les notions complémentaires de refuge et d'inexpugnabilité qui paraissent s'imposer, les tenues des maquisards avec leurs brodequins, leurs pantalons de golf et leurs bérets2. Et pourtant ! Les premiers refuges de 1941 comme les premiers maquis de l'automne 1942 ne furent pas montagnards mais campagnards. Et en juin 1944, il y a deux fois plus de maquisards armés en Bretagne que dans les Alpes.

2Avec ses huit départements, l'actuelle région Rhône-Alpes correspond assez bien à la région R1 de l'Armée Secrète puis du COMAC : elle offre aussi l'éventail le plus large de cadres montagnards naturels, des hautes cîmes de la Haute-Savoie ou de l'Oisans aux serres boisées des Cévennes et aux plateaux herbeux du Vercors ou du Jura. La montagne granitique ou schisteuse riche en eau et en couverts forestiers est un milieu totalement différent de la moyenne montagne calcaire plus sèche mais qui recèle d'autres abris naturels (gorges, reculées et grottes).

3D'où le pluriel : il y a des montagnes comme il y a des maquis. Il s'agira bien certes de montrer les spécificités d'un milieu montagnard, différent des régions de plaines ou de collines, qu'elles soient d'openfield ou de bocage. Mais la basse montagne, de 500 à 1 200 mètres, offre une forte densité humaine car l'activité industrielle des vallées y est jointe à une ancienne polyculture nourricière. Les massifs et les hauts plateaux d'élevage transhumant n'offrent qu'un habitat temporaire et peuvent même être déserts à l'égal des très hautes vallées de l'Oisans. Or un maquis, doit être à la fois à l'écart et proche d'une présence humaine permanente, village, hameau ou ferme isolée, aussi faible soit-elle.

4D'où le plan qui tiendra aussi compte de la dimension chronologique et distinguera soigneusement la formation des maquis, le choix des sites, l'existence quotidienne et le rôle stratégique.

Montagnes-refuges

  • 3 Premier objectif : l'anéantissement du camp Rosan au Pied de la Vallée, en Trièves (19 octobre 194 (...)

5On ne se réfugie en montagne, ou ailleurs, que pour se dérober à des poursuites redoutées ou entamées. En Rhône-Alpes, les traqueurs ne sont jusqu'en novembre 1942 que les zélés serviteurs de l'ordre vichyssois ; dans les trois départements alpins de l'Isère, de la Savoie et de la Haute-Savoie, se joignent alors à eux des Italiens peu empressés et peu redoutés ; les Allemands n'interviennent qu'en septembre 1943, mais très vigoureusement puisqu'il s'agit de gagner les résistants de vitesse dans la récupération des armes italiennes et de traquer aussitôt les maquisards3. Les forces allemandes et la police du Reich sont en place depuis novembre 1942 dans le Jura méridional et sur le revers oriental du Massifcentral, des Cévennes ardéchoises aux Monts du Beaujolais. Ce décalage chronologique est essentiel.

  • 4 La Direction des Centres d'Accueils est aussitôt rebaptisée « Défense contre les Allemands » (DCA  (...)
  • 5 Commission Inter-Mouvements auprès des Évacués.

6Le poids de la chronologie détermine tout autant la nature des poursuivis et les motivations de leur quête d'un refuge. À l'origine, on trouve des proscrits individuels recherchés par les autorités de Vichy : communistes, Juifs, réfugiés étrangers qui ont échappé aux camps d'internement de la IIIe République finissante, ex-républicains espagnols enrôlés dans l'armée française puis placés de force dans les Groupements de Travailleurs Étrangers. Les ordonnances discriminatoires du gouvernement de Vichy, les initiatives de recensement et de contrôle prises par le Commissariat Général aux Questions Juives, dès mars 1941, et les premières grandes rafles allemandes de l'automne 1941 en zone occupée incitent beaucoup de Juifs à se cacher : ils sont aidés, en région Rhône-Alpes, par des catholiques, comme l'abbé Glasberg et ses centres d'accueils4, ou le père Chaillet, et par des protestants, comme les pasteurs De Pury à Lyon, Westphal à Grenoble, Trocmé et Theis au Chambon-sur-Lignon ; la Cimade5 a son siège à Valence. L'Amitié Chrétienne regroupe au début de 1942 tous ces mouvements.

  • 6 Organisé par des prêtres anciens combattants réunis par l'abbé Vincent, un camp juif est mis en pl (...)
  • 7 On peut se reporter, entre autres, à l'ouvrage collectif Cévennes, terre de refuge, 1940-1944 (P. (...)

7S'il y a des structures d'accueil un peu partout6, les montagnes cévenoles vont être la terre de refuge exemplaire. Nous ne détaillerons pas ce phénomène, bien connu au demeurant7. Deux remarques cependant : il n'y a pas de maquis juif, mais une dispersion dans les familles, les hôtels et les établissements d'accueil ; le « refuge » est un « non-événement », une attitude permanente dictée depuis la Révocation de l'édit de Nantes par le double devoir de résister et de cacher les proscrits.

  • 8 Maquis FTP, à cause de l'influence d'Otto Kühne, ancien député communiste de 1933, et de Ernst But (...)
  • 9 Broes (Evelyne et Yvan), Un maquis d'antifascistes allemands en France (1940-1944), Montpellier, 1 (...)

8Dans ces mêmes montagnes cévenoles se dissimulent aussi les nouveaux proscrits que deviennent après 1940 les ex-républicains espagnols et les réfugiés allemands antifascistes. Dès le printemps 1942, les deux groupements espagnols de travailleurs étrangers de l'Ardèche méridionale (Saint- Maurice d'Ibie et Les Sallèles) sont menacés d'être transférés comme travailleurs en Allemagne. Ils gagnent les flancs du Tanargue (Valgorge) et trouvent des emplois auprès d'entreprises d'exploitation forestière : bûcherons ou charpentiers le jour, jouissant d'une bonne sécurité et de conditions d'existence fort convenables, ils se transforment en saboteurs nocturnes dans les groupes francs de l'AS dès le printemps 43. En décembre 1943, à l'initiative de l'Agrupacion de Guerilleros Espanoles de Cristino Garcia Grandas, ils forment la 19e Brigade espagnole de Juan Pujadas qui mènera en 1944 une guerre indépendante de guérilla. Beaucoup d'Allemands antifascistes avaient été assignés à résidence, dès 1938, dans la Lozère, le Gard et l'Ardèche ; en 1941 et 1942, ils montent s'embaucher et se cacher dans les chantiers forestiers ; comme les républicains espagnols, ils rejoignent, en 1943, des maquis français pour combattre8, ne parviennent pas à créer le corps franc « Allemagne libre » mais constituent le gros des effectifs du maquis « Montaigne », à La Fare, en décembre 1943, puis, après l'attaque et le dynamitage du hameau par les GMR le 12 février, au Galabardès, près de Reynols ; ils finiront par former la 104e Compagnie « allemande » de FFI pour les combats de la libération9.

9Pour les premiers résistants français des années 1941 et 1942, la montagne ne paraît pas être le refuge idéal. Elle est souvent trop éloignée d'objectifs qui sont prioritairement urbains. Elle n'est familière qu'à une minorité.

  • 10 La somme de Ducros (Louis), Montagnes ardéchoises en guerre (3 vol., Romans, 1974-1981) relate par (...)
  • 11 Silvestre (Paul et Suzanne), Chronique des maquis de l'Isère (Grenoble, Éd. des 4 Seigneurs, 1978) (...)

10On lui préfère les fermes d'accueil qui hébergent temporairement les « cousins de la ville », lorsqu'ils sont recherchés. Il arrive cependant que de tout petits groupes se rassemblent en un lieu reculé : ainsi, en Ardèche, le « maquis-refuge » de la Chave de Fialon, près du Mont-Gerbier-de-Jonc (décembre 1942) puis celui de la Cula, au-dessus de Tournon, plus proche des objectifs stratégiques de la vallée du Rhône (mai 1943)10. Le premier camp du Vercors, qui rassemble des Juifs et des résistants recherchés, est créé par le docteur Samuel (de Franc-Tireur) à la ferme d'Ambel, près de Bouvantes- le-Haut, le 6 janvier 1943. Un autre camp est ouvert, le 10 janvier 1943, au Collet d'Allevard (massif de Belledonne) : il accueille deux douzaines de jeunes ouvriers des forges d'Allevard, dont une majorité de communistes, recherchés après un dépôt de gerbe au monument aux morts d'Allevard, le 11 novembre 194211 ; le peu de zèle apporté à leur recherche par la gendarmerie iséroise et les forces italiennes les incite à regagner assez rapidement la vallée. Ils remonteront en mars, plus nombreux, devant la menace de leur réquisition pour le STO. Ce phénomène d'aller et retour incessant entre montagne et vallée se retrouve aussi en Savoie et Haute-Savoie ; il exprime cette contradiction entre le refuge et l'action et il résulte encore plus des énormes difficultés à vivre et survivre en milieu montagnard.

  • 12 Gay-Lescot (Jean-Louis), Sport et Éducation sous Vichy (1940-1944) Lyon, PUL, 1991, p. 44.
  • 13 Lui-même maquisard de Haute-Savoie dans l'été 1944. Expérience relatée dans Le versant du Soleil, (...)
  • 14 Rochers, neiges et sable, Paris, Fernand Lanore éd., 1978, p. 171.
  • 15 Cara (carabin), dans la clandestinité, « Des hommes dans la forêt », dact., s.l.n.d., 185 p.

11Ce milieu montagnard est en effet très mal connu de la jeunesse française. La pratique du ski ou de l'alpinisme n'est encore, en 1939, que le fait d'une élite : depuis 1936, les congés payés se passent massivement à la campagne et au bord de la mer. Paradoxalement, c'est Vichy et son Commissariat Général à l'Éducation physique et sportive qui tentent et réussissent une véritable promotion de la montagne, ce « site exemplaire »12 ; les « directives » de 1942 attendent de l'alpinisme « une éducation morale tant personnelle que communautaire ». En janvier 1941, a été ouverte à Chamonix l'École Supérieure (puis Nationale) de Ski et d'Alpinisme, dirigée par les prestigieux Édouard Frendo et Émile Allais. En 1943, le film de Louis Daquin Premier de Cordée amplifie le succès du roman de Roger Frison-Roche13. Pour une minorité de jeunes gens, la montagne est un terrain de dépense physique, d'exaltation de la camaraderie et de dépassement de soi. Un Pierre Dalloz, pionnier des maquis du Vercors, s'était tourné vers l'alpinisme en 1918, car il était trop jeune pour être mobilisé : « Elle [la montagne] nous fut un moyen de nous hausser au niveau de notre rêve, de nous prouver notre valeur et, contre l'événement qui nous avait privés de la guerre, une permission de goûter aux plaisirs exaltants de la vie héroïque »14. En 1944, comme en écho, un jeune étudiant en médecine, Noël Gayet15 raconte son exaltation en rejoignant son frère dans le maquis de l'Ain : « Nous respirons avidement l'air de la montagne pur de toute fétidité, de toute souillure. Là-haut, bien au-dessus des vallées ouvertes à l'envahisseur, vivent les hommes de la forêt dans leurs repaires : nous allons percer le mystère de leur existence extraordinaire et presque légendaire, en marge de la soumission et de la servitude ». Jean Prévost, peu avant sa mort, a relevé cet enthousiasme des jeunes gens qui « montaient » au Vercors en bandes joyeuses après le 6 juin 1944.

  • 16 Cette distinction est fort bien décrite dans les romans de C.-F. Ramuz, en particulier La Séparati (...)

12Mais, pour la majorité des proscrits et des résistants, ouvriers, employés et paysans des plaines, la montagne est une inconnue qui inquiète, déconcerte et souvent décourage. Pour les paysans dauphinois et savoyards eux- mêmes, la « montagne » ce sont les alpages familiers, entretenus, humanisés, où ils « emmontagnent » chaque été et d'où ils « démontagnent » chaque automne. Au-dessus, commence l'univers inhospitalier des rochers, des neiges et des glaces où ne s'aventurent que quelques fous, chasseurs, cristalliers ou guides. Dans les faits, les sites que privilégient les premiers camps appartiennent au premier étage montagnard, entre 800 et 1 500 mètres, entre les villages et les alpages ; c'est la montagne utilitaire, antichambre d'un « autre monde » inhospitalier16. Ceux qui, par nécessité, s'aventurent plus haut, n'y restent pas.

Des abris pour les réfractaires

13Le réfractariat au STO change bien des choses au printemps 43. Moins par son ampleur que par les problèmes nouveaux qu'il pose.

  • 17 «  STO, maquis et guérilla dans l'Isère », Revue d'Histoire de la Deuxième Guerre mondiale et des (...)
  • 18 La Mure et la Motte d'Aveillans, surtout, mais aussi des mines d'altitude réouvertes : celle de Pr (...)

14Pour l'Isère, Paul Silvestre a chiffré les effectifs concernés17 ; ils se montent à 56 % des requis, environ 2 000 réfractaires. Sur ce total, les quatre cinquièmes choisissent des solutions individuelles de dissimulation ; la quasi- totalité des paysans restent chez eux et, avec la tacite complicité des maires et des gendarmes, ne répondent pas aux convocations ; la majorité des citadins, ouvriers, employés, étudiants, utilisent les attaches rurales de leur famille et s'abritent dans des fermes amies ou trouvent à s'embaucher, avec cartes et contrats de travail, dans des mines de charbon18, des usines protégées, des chantiers hydro-électriques, des entreprises d'exploitation forestière. L'interpénétration du monde rural et du monde ouvrier qui caractérise Rhône-Alpes est un facteur favorable.

  • 19 C'est l'estimation « haute » de Paul Silvestre. Il faudrait ajouter les réfractaires non isérois, (...)
  • 20 Dans sa préface au livre de P. et s. Silvestre.
  • 21 Jusqu'à un renouvellement assez général des brigades en juin 1943.
  • 22 À Grenoble, ils descendent du train, sac tyrolien au dos, sous l'œil assez indifférent des soldats (...)

15Trois à quatre cents réfractaires isérois rejoignent, en 1943, des camps montagnards19. C'est peu et beaucoup à la fois. Comme l'observe le général Alain Le Ray20, c'est « une tâche qui mobilise d'entrée un appareil étendu, complexe et vulnérable ». D'abord, on pare au plus pressé. A Grenoble, dès mars 1943, le jeune vicaire de Notre-Dame, Henri Grouès (le futur abbé Pierre), prend en pitié ce « bétail avant l'abattoir » ; il exhorte les requis à ne pas partir, les munit de faux papiers, les héberge dans la Jésuitière de la rue Haxo et les dirige par petits groupes vers la Chartreuse et son « Maquis Palace » des chalets de La Scia. C'est la « mise en alpage » que l'on espère provisoire dans l'attente générale d'un débarquement avant la fin de 1943. Dans l'Ardèche vivaraise, de petits camps se forment à l'automne 1943 à proximité de la vallée du Rhône : Lardois, le Tracol et Fortunière sur la commune de Toulaud. Dans l'Ain, les réfractaires d'Oyonnax et de Bourg, conseillés par la gendarmerie21, gagnent d'abord la ferme de Revers à Heyriat (février 1943) puis le camp Verduraz à Cerdon. Il s'agit presque toujours de camps trop visibles, trop vite saturés, trop peu actifs, difficiles à ravitailler. D'autant plus qu'après les réfractaires locaux arrivent des proscrits des autres régions, en particulier beaucoup d'étudiants informés et guidés par les réseaux22.

  • 23 De 400 à 900 m, une longue échine boisée entre le vignoble beaujolais et le Val d'Azergues ; une f (...)
  • 24 Sur la voie ferrée Lyon-Paray-le-Monial, entre Chauffailles et La Clayette, ce qui détourne les ré (...)

16Combien de ces réfractaires ainsi accueillis en 1943 vont se transformer en volontaires pour les actions de guérilla désormais prescrites aux maquis par l'état-major des MUR ? Le pourcentage est très élevé dans les maquis FTP. Ainsi, dans les « montagnes » de l'Azergues, se forment les camps Vendémiaire de Claveisolles (mars 1943) et Desthieux de Chamelet (oct. 1943)23 ; l'encadrement est assuré par des éléments lyonnais des « compagnies de ville », bien aguerris sinon bien armés, les consignes de sécurité sont strictes, le soutien de la population est acquis par le relais des maires, des curés, des instituteurs, des postières, et conservé par l'engagement tacite à mener assez loin les actions de guérilla24. Le maquis lui-même est entouré d'un essaim de « sédentaires », non clandestins, qui continuent à mener une existence normale dans leurs fermes, leurs ateliers ou leurs boutiques. Enfin, la mobilité est de règle, quand pointe une menace : le camp Desthieux utilise cinq cantonnements successifs en deux mois, d'octobre à décembre 1943.

  • 25 Et, semble-t-il, punitif pour indiscipline notoire. Poiteau menait « une guerre indienne » contre (...)

17D'autres solutions sont trouvées ailleurs. Dans le massif de Belledonne, Manhaudier (« Evreux ») relie chaque camp AS à une agglomération nourricière (Allevard, Pontcharra, Goncelin, Froges) ; il tolère mais contrôle les allers et retours entre le camp et la famille, il invente des objectifs mineurs pour maintenir la combativité, il contraint même des groupes à « nomadi- ser », comme le raid hivernal « formateur »25 imposé à la Compagnie « Stéphane » (capitaine Poireau) jusqu'au Désert-en-Valjouffrey et au refuge de Font-Turbat (nov.-déc. 1943).

18À l'approche tant redoutée de l'hiver 1943-1944, les ambiguïtés demeurent. La longue inactivité corrode les corps et les cœurs. Des camps se sont vidés d'eux-mêmes : d'autres, jugés plus « confortables » débordent. Claude Bourdet a dénoncé dans L'Aventure incertaine, « la lamentable déperdition » d'un potentiel militaire et « la carence inouïe de la France Libre », qui n'a pas su fournir à ces jeunes gens les armes, les chefs et surtout les objectifs de lutte. C'est, peut-être, sous-estimer la violence de la reprise en main allemande dans les Alpes après septembre 1943 et l'hécatombe des chefs dans la « Saint-Barthélémy grenobloise », de la fin novembre, qui disloque l'organisation locale des MUR.

  • 26 Faussement, parfois. En janvier 1944, le maquis ORA de Malleval, dans le Vercors septentrional, où (...)

19Paradoxalement, ces coups durs et le dur hiver qui suit clarifient la situation et lèvent en partie les ambiguïtés du refuge montagnard. Un peu partout, l'encadrement est renforcé par des officiers et des sous-officiers d'active, majoritairement issus des anciens bataillons de chasseurs alpins, bien formés à la vie montagnarde (27e, 6e et 7e BCA). En Oisans, en Chartreuse, en Vercors sud, des camps s'endorment dans un hivernage inconfortable mais sécurisant26 ; en Vercors nord, en Haute-Savoie et surtout dans Belledonne un début de regroupement s'opère. Dans l'Ain, Romans- Petit parvient à mener de front le spectaculaire défilé de ses maquisards à Oyonnax, le 11 novembre 1943, et la réorganisation totale de ses effectifs dans des campements forestiers plus confortables à proximité des possibilités de ravitaillement et d'action. Les maquis-silos des réfractaires du printemps 1943 sont en train de devenir des maquis-commandos. Pour la guérilla ou pour la guerre, la question n'est pas encore tranchée.

La vie quotidienne du maquisard montagnard

20Jusqu'au printemps 1944, c'est donc la survie des proscrits, et leur transformation en combattants qu'il s'agit d'assurer. La spécificité du milieu montagnard est évidente : elle peut s'envisager à trois points de vue, celui de l'hébergement, celui de l'équipement, celui du ravitaillement.

  • 27 Multiples coupures de la voie ferrée Grenoble-Valence, embuscades sur les routes et même attaque d (...)

21À l'individu comme au tout petit groupe, la cache peut suffire. La meilleure est chez l'habitant, paysan ou bûcheron le jour, saboteur ou guérillero éventuel la nuit. La montagne, partiellement vide d'habitants permanents, se prête mal à un tel usage. Dans l'Isère, les maquisards les mieux abrités et les plus efficaces en 1943 furent ceux des collines boisées du Bas- Dauphiné : au camouflage individuel succède, en avril 1943, lorsque se présentent par dizaines des réfractaires viennois et lyonnais, la ferme Téry à La Fayta de Villeneuve de Marc ; jusqu'à un effectif de cinquante, ce camp « Améthyste » éparpille ses membres dans les fermes ; devenu trop « visible » avec 80 réfractaires dans l'été, il doit se déplacer à Chatonnay puis éclater. De la même façon, le camp AS du Chambarand, près de Tullins, bien dissimulé sous le manteau forestier de l'été, doit se disloquer à l'automne et renforcer les groupes francs fort efficaces de la vallée de l'Isère27. Dans le Jura méridional et la Haute-Savoie, les épaisses forêts de résineux offrent une couverture permanente et, sous la hache des bûcherons, permettent la confection de cabanes en rondins qui remplacent les toiles de tente à l'automne 1943. Plus haut, sur les pâturages du Vercors méridional comme sur les alpages savoyards, c'est l'habitat temporaire des chalets d'estive qui constitue le repaire tout désigné des maquisards.

22Peut-on esquisser un bilan sécuritaire de ce milieu montagnard ? Même si on laisse de côté les « tragédies » des Glières et du Vercors, on reste frappé par la fréquence des surprises et des captures. Des maquis se sont trop souvent établis dans de véritables souricières, au fond d'une vallée en cul de sac ou sur des rebords dominés par de hautes crêtes. Il ne faut pas oublier que plusieurs compagnies d'Alpenjäger autrichiens et bavarois, excellents grimpeurs encore aguerris par leur campagne du Caucase, font partie de la 157e division d'infanterie du général Pflaum. Avec leurs tenues blanches, ils réussissent à passer inaperçus dans leurs manœuvres d'encerclement hivernal ; aussi à Malleval en janvier 1944, alors que le maquis d'Esparron (Trièves), prévenu, réussit à décrocher à temps le 3 février, la surveillance aérienne des massifs dénonce les mouvements humains dans les forêts défeuillées, les alpages dénudés et les sommets enneigés. Trop confiants dans les barrières naturelles des gorges et des crêtes, des maquis ont négligé la reconnaissance et l'aménagement d'itinéraires de fuite. C'est, en revanche, un des soucis prioritaires de Romans-Petit pour installer ses camps dans le Jura méridional ; il fait tailler des sentiers de repli dans les taillis de buis.

  • 28 Margot (François), « La Résistance et la population, Jura, 1944 : relations d'une avant-garde et d (...)
  • 29 Op. cit., p. 29.
  • 30 Elles sont punies de mort, le plus souvent. « Le silence est d'or, la parole est de plomb, le plom (...)

23En haute et moyenne montagne, l'absence ou la faible densité de la population contribuent paradoxalement à cette insécurité. Les informateurs sont rares ou doivent accomplir un long trajet. En moyenne et basse montagne comme en plaine, les maquis bénéficient d'un cordon protecteur de paysans, postières et souvent gendarmes, qui les avertissent de l'arrivée des colonnes allemandes28. Relisons les souvenirs de Cara : « À côté du maquis gravitaient nombre d'associations locales de résistance. C'étaient en majorité des paysans ou de petits commerçants des villages et villes voisines qui venaient au camp subir des périodes d'entraînement... Elles assuraient le renseignement et le ravitaillement. Nous avions des hommes à nous dans chaque village et aussi à Saint-Claude et Oyonnax ».29 Plus généralement cependant, la présence d'un maquis signifie la guerre, les destructions et surtout les représailles ; pourtant, les paysans répugnent à renseigner les autorités vichystes ou allemandes et les dénonciations sont très rares30.

  • 31 Mouthon (Pierre), Haute-Savoie 1940-1945. Résistance, occupation, collaboration, Épinal, éd. du Sa (...)

24Vivre et survivre en montagne nécessitent de bons équipements individuels. Il est demandé à tous ceux qui « montent » de s'habiller et de se chausser en conséquence. Mais il faut toujours compléter. À proximité des repaires montagnards se trouvent heureusement des dépôts de l'intendance militaire et des magasins des Chantiers de Jeunesse ; des raids fréquents y prélèvent brodequins, blousons de cuir, pantalons de golf, chandails, bérets, couvertures, ceinturons, sacs tyroliens, skis, raquettes à neige, toiles de tente, outils. De mai à septembre 1943, le groupement 11 de Villards de Lans subit huit « prélèvements ». Le 10 septembre 1943, le pillage systématique des magasins d'Artemare permet d'habiller de façon uniforme les 150 maquisards de l'Ain qui défileront à Oyonnax, le 11 novembre. En août et septembre 1943, les Italiens en débandade se laissent prendre ou abandonnent beaucoup d'équipements militaires. Les hôpitaux civils livrent facilement les « costumes Pétain » prévus pour habiller les prisonniers malades rapatriés par la Relève. Pour les transports, plutôt que de se constituer un « parc automobile » difficile à entretenir et surtout à dissimuler, des emprunts ponctuels (parfois forcés) sont faits à des entreprises ou aux Ponts-et- Chaussées : en Haute-Savoie, le « vol » de 75 voitures légères, de 75 camions et camionnettes, de quatre cars et d'une vingtaine de motos et side-cars a été signalé en un an (juillet 1943-juin 1944) au préfet par la gendarmerie31.

  • 32 Op. cit., passim. Dans son récit picaresque Bande à Part, le romancier Jacques Perret a décrit ave (...)
  • 33 Le paiement se fait en argent liquide, quand il y en a, ou en bons qui seront honorés à la Libérat (...)
  • 34 Dans l'Isère et sans doute ailleurs, on assiste à une véritable épidémie de veaux « mort-nés », ve (...)

25La nourriture reste la grande affaire. Le milieu montagnard ne peut pas, à lui seul, être un bon nourricier. Les habitants y vivent en autosuffisance et ne commercialisent que les produits de l'élevage. C'est pourquoi les maquis de l'Ain et des deux Savoies n'ont jamais manqué... de fromage : les meules de gruyère ou de bleu de Gex ont souvent constitué l'unique nourriture, d'autant plus fastidieuse et indigeste que le pain ne l'accompagnait pas toujours ; l'étudiant en médecine Cara en signale les graves conséquences sur l'appareil digestif32. Les légumes frais manquent et ne peuvent être toujours remplacés par les légumes secs pillés dans les dépôts de l'Intendance et des Chantiers ou « vendus » par les épiceries ou l'importante coopérative de Saint-Claude, la Fraternelle33. L'approvisionnement en viande dépend des opportunités (accident, don, achat, réquisitions) et des possibilités d'abattage, de transport, de stockage et de cuisson : des orgies de viande succèdent à des jours d'abstinence. A Corrençon en Vercors alternent ainsi les « semaines-carottes » et les « semaines-veau »34.

  • 35 Les Obstinés, Lille, éd. Janicot, 1946.
  • 36 Ainsi, par exemple, les cinq millions de francs mensuels accordés en 1943 par les Américains, aprè (...)

26En montagne, la survie du maquis dépend donc de l'attitude de la population et des ressources locales. Comme ces dernières sont plus réduites qu'ailleurs, il faut compenser et multiplier les sources d'approvisionnement. Cette quête incessante mobilise parfois entièrement l'activité des groupes. Romans-Petit, chef des maquis de l'Ain, ne cesse de s'en préoccuper et d'envier « les maquis de la plaine, gavés de volailles et de légumes »35. Elle peut aussi conduire à des conflits, à des imprudences qui révèlent la localisation des camps, à des pillages aussi. Dans les montagnes rhône-alpines comme ailleurs mais peut-être plus qu'ailleurs, on constate une différence de traitement, donc de comportement entre les maquis de l'ORA ou de l'AS, soutenus par des autorités locales (surtout pour la fourniture des tickets) et bénéficiaires des aides de la NAP et surtout de la totalité de « l'argent de Londres »36, et les maquis FTPF, contraints de « se débrouiller » et de trouver de l'argent en plaçant souvent de force les bons du comité d'aide au maquis.

27Il faut mentionner enfin le problème, spécifiquement montagnard, de l'eau. Paradoxalement, elle est rare ou trop polluée dans les massifs calcaires du Jura méridional et des Préalpes. Selon l'étudiant Cara, le camp « Tony » de Viry (maquis du haut-Jura rattaché aux maquis de l'Ain) doit se contenter d'une seule source, « un trou d'eau de couleur peu engageante, d'où coulait un filet boueux ». Il faut organiser des corvées d'approvisionnement en eau vers le village voisin. Il est interdit de se laver ou de laver son linge. Les poux envahissent le camp d'avril à juillet 1944.

  • 37 Dans l'Isère dès 1942, c'est la plaine du Bas-Dauphiné (secteur III des Chambarand, organisé par G (...)

28Trop accidentée et trop boisée, la montagne ne se prête guère à l'atterrissage des avions Lysander de liaison : le terrain de Vassieux ferait exception, si les Allemands n'en avaient pas été les premiers utilisateurs. Cela ne facilite pas les contacts, cela retarde et souvent décourage les missions alliées de reconnaissance. Mais la grande affaire, ce sont les parachutages, indispensables pour armer et équiper les hommes, toujours réclamés, sans cesse promis et sans cesse différés pour des raisons techniques et météorologiques impérieuses37. Si l'opération a lieu, une très forte mobilisation d'hommes, de mulets et de véhicules est nécessaire pour transporter et stocker les fournitures. Beaucoup de containers sont perdus lors des parachutages de nuit hors des zones balisées. Ces opérations vitales ont des conséquences néfastes sur la sécurité : elles aident à la localisation des maquis ; les parachutes en soie blanche sont réutilisés comme toiles de tente terriblement visibles ; les demi-capsules d'aluminium des containers sont transformées par les paysans en abreuvoirs à bestiaux, ce qui suffit parfois à les dénoncer comme complices des « terroristes ».

Réduit ou guérilla en montagne

29C'est l'intensification, enfin jugée nécessaire, de ces parachutages qui est à l'origine du « drame » des Glières.

  • 38 Chef régional de l'AS pour l'Ain et la Haute-Savoie, en accord avec la mission alliée du lieutenan (...)
  • 39 Le mauvais temps (neige et brouillard) en est la cause ; un petit parachutage opéré dans la nuit d (...)
  • 40 Partisan d'un réduit libéré, au nom de la conception gaullienne de la guerre politique et de la né (...)
  • 41 Cinq mille fusils et fusils mitrailleurs qui incitent le capitaine Anjot à mettre en place une déf (...)

30Le maquis des Glières ne devait pas se constituer en réduit mais seulement préparer et tenir un terrain pour le parachutage massif annoncé pour février 1944 ; c'est strictement la mission confiée par Romans-Petit38 au lieutenant Tom Morel et à 120 hommes à la fin de janvier 1944. Cette initiative tactique d'une mission ponctuelle coïncide avec un renforcement de la répression policière vichyste, à l'initiative de l'intendant de police Lelong et de ses GMR. Comme le parachutage tarde à venir39, d'autres groupes « montent » aussi aux Glières pour se cacher et surtout être présents lors du délicat partage. La rumeur amplifie le phénomène et, à la demande de Cantinier40, la voix de Maurice Schumann à la BBC le fait savoir sur un ton épique à la France entière : « Alerte à la Haute-Savoie ! » (2 février 1944) et, surtout, « SOS, SOS, Savoyards, Savoyards... Sédentaires armés, rejoignez d'urgence » (6 février 1944). Malgré un contre-ordre le 7 février (« Décrochez, dispersez-vous »), le mouvement est lancé et c'est la réussite du parachutage dans la nuit du 10 au 11 mars41 qui déclenche à la fin du mois la riposte allemande. On connaît la suite et la fin tragique.

  • 42 Dalotel (Alain), Le Maquis des Glières, Paris, Plon, 1992. Mouthon (Pierre), op. cit.

31La tragédie des Glières reçoit alors deux interprétations qui ne sont pas absolument contradictoires : c'est bien une défaite sanglante, l'échec d'une stratégie de guerre classique défensive, où les avantages du terrain montagnard pèsent peu en regard de la supériorité de l'adversaire en effectifs, en armes lourdes et en aviation ; mais c'est aussi un symbole, une résistance de type militaire, au grand jour, les armes à la main, effaçant les humiliations de juin 194042.

32Cette idée du réduit montagnard entrait dans les enseignements de l'École de Guerre avant 1939. Elle fut illustrée en Alsace par le « hérisson » du Donon, constitué en juin 1940 par le 43e corps d'armée du général Lestanne dont faisait partie le jeune capitaine Henri Frenay. Le mythe ressurgit à Grenoble en novembre 1942 : le général Laffargue met en place le 27 novembre 1942 le « hérisson de Vizille », pour laisser le temps aux artilleurs du 2e RAM de transporter leurs pièces à la Bérarde ; la neige précoce fait heureusement renoncer à une entreprise qui pouvait conduire à la perte de milliers d'hommes enfermés dans le cul-de-sac de la vallée déserte du Vénéon bouchée par les avalanches en amont de Saint-Christophe, sans nourriture et sans fourrage pour les mulets. On sait aussi que le général De Lattre s'efforça de constituer au même moment le « hérisson » de la Montagne Noire.

  • 43 Guillin (François), (secrétaire de Charles Delestraint) au colloque « Jean Moulin et la Résistance (...)
  • 44 « Le chamois des Alpes bondit » (nuit du 5 au 6 juin). On peut se référer à Pierre Dalloz, Vérités (...)

33L'idée de « la forteresse du Vercors » avait été conçue à la fin de 1941 par l'alpiniste Pierre Dalloz ; elle mûrit au long de l'année 1942 et elle est communiquée au début de 1943 à Jean Moulin et au général Delestraint (Vidal), qui l'approuvent. Il s'agissait alors, selon le capitaine Alain Le Ray, de repérer et de préparer des terrains de parachutage et d'atterrissage de planeurs pour le transport de troupes alliées sur les arrières de l'ennemi, de prévoir des éboulements à l'explosif sur les routes d'accès (Grands et Petits Goulets, gorges d'Engins, tunnel du Rousset) et d'installer des groupes armés de maquisards à proximité des points stratégiques (routes et cols). Ce plan Montagnard est confirmé après une visite des lieux par Delestraint en avril 194343. La « citadelle du Vercors » devait être tenue avec de petits effectifs le temps nécessaire aux opérations aériennes, mais il fallait « en sortir et pousser dans tous les sens ». Le Vercors non plus, à l'origine, n'était donc pas un réduit classique. Mais il reçut tout au long de 1943, nous l'avons montré, un afflux imprévu de réfractaires à cacher et à instruire. Comme aux Glières, les ondes appelèrent le 6 juin tous les résistants de la région à y monter44, comme aux Glières l'appel fut entendu et largement suivi, malgré le contre-ordre (comme aux Glières !) diffusé le 10 juin par le général Kœnig, commandant en chef des FFI (« Freinez au maximum ! »). Comme pour les Glières, on sait ce qu'il advint du Vercors.

  • 45 Voir l'ouvrage récent d'Eugène Martres, Le Cantal de 1939 à 1945, Cournon d'Auvergne, De Borie, 19 (...)

34Pas de stratégie de « réduit alpin » donc. Mais sous la pression des faits, où les contraintes matérielles pesèrent autant que les motivations psychologiques, une tactique largement improvisée et très facilement mise en échec par la puissance allemande ; les Glières et le Vercors, deux réduits « forcés », aux deux sens du terme. La différence est importante avec la « concentration » méthodique du Mont Mouchet en avril et mai 1944 : le 20 mai, Coulaudon (Gaspard) donne l'ordre non seulement aux maquisards et aux « sédentaires », mais aussi à « tous les hommes valides » de R6, de « joindre immédiatement le maquis-réduit ». Après la dispersion devant l'attaque allemande du 10 juin, le colonel Mondange constitue l'éphémère réduit de la Truyère. C'est un double échec, tactique (un rapport de pertes de 8 pour 1) et surtout stratégique, puisque les troupes allemandes rassemblées par le général Von Brodowski étaient des « troupes d'occupation de l'intérieur », non destinées à renforcer le front de Normandie45.

  • 46 Ducros (Louis), op. cit., t. II et Pierre Fournier, Communication sur la bataille du Cheylard au c (...)
  • 47 Sept camps pour 250 maquisards en octobre 1943, plus le centre de triage de la ferme du Mont (près (...)

35En dehors des Glières et du Vercors, le milieu montagnard en Rhône- Alpes resta en 1944 terrain de guérilla. En Ardèche, Pierre Fournier, responsable de l'AS, décida, le 17 mai, après quatre heures de discussion avec le commandant Descours (Bayard), chef régional des MUR, qu'« il n'y aurait pas de réduit, toutes forces rassemblées en Ardèche »46. Dans le Rhône, les maquis AS des Monts du Lyonnais et FTP de la vallée d'Azergues furent volatiles et insaisissables. En Savoie et Haute-Savoie, la priorité resta acquise au harcèlement et aux sabotages sur les voies de communication des grandes vallées alpines. Dans l'Ain enfin, la précocité (avril) et la violence des actions répressives allemandes, justifièrent la dispersion encore accentuée par Romans-Petit à l'automne 194347.

36On concluera brièvement sur la diversité du milieu montagnard, la quasi- impossibilité d'y faire vivre convenablement de trop fortes concentrations d'hommes, les contradictions difficilement surmontables entre la fonction de refuge pour les proscrits et les réfractaires et la fonction de base d'action pour la guérilla. On insistera sur l'idée fausse que l'altitude crée la distance et que les barrières naturelles valent sécurité absolue. Et sur le nécessaire rappel que les Alpenjàger aguerris du général Pflaum étaient beaucoup plus aptes à combattre en montagne que des réfractaires de vingt ans.

  • 48 Préface au livre d'Aimé Vielzeuf, Et la Cévenne s'embrasa, Nîmes, 1965.
  • 49 Cité par André-Georges Fabre dans Les Cévennes (direction Philippe Joutard, Toulouse, Privat, 1985 (...)

37Ce bilan peut donc apparaître négatif. Il faut le rectifier en introduisant l'extraordinaire valeur symbolique, acquise puis conservée, et même amplifiée par la suite, du milieu montagnard. C'est la connivence entre l'homme et la nature. Maquisard FTP du Bougés, Jean-Pierre Chabrol écrit en 196548 : « Je me croyais Cévenol pur sang, mais seul le maquis m'a appris ma Cévenne ». Un autre ouvrage cévenol, le roman de Jean Doin, Le sang n'est jamais heureux49, explicite la même idée : « La montagne ! Celle qui les avait accueillis avec ses bois et ses genêts et le bouclier de ses rochers, Cévenne maternelle, toujours hospitalière, toujours complice, toujours guerrière... Cévenne secourable, dans les caches imprenables de tes combes et de tes vallées, un soldat en valait vingt ». Des Camisards de 1702- 1704 aux maquisards de 1942-1944...

Notes

1 L'ouvrage de Jantzen (René), Montagne et Symboles (Lyon, PUL, 1988) analyse assez bien quelques ambiguïtés et contradictions de l'univers montagnard.

2 Prélevés par coups de mains sur les dépôts des Chantiers de Jeunesse. Le choix de ces fournitures témoigne que Vichy entendait bien faire mener aux jeunes Français une dure existence de montagnards.

3 Premier objectif : l'anéantissement du camp Rosan au Pied de la Vallée, en Trièves (19 octobre 1943).

4 La Direction des Centres d'Accueils est aussitôt rebaptisée « Défense contre les Allemands » (DCA !). Voir F. Delpech, « La Persécution des Juifs et l'Amitié Chrétienne », in Églises et Chrétiens dans la IIe Guerre mondiale. La région Rhône-Alpes, PUL, 1978, p. 143-179.

5 Commission Inter-Mouvements auprès des Évacués.

6 Organisé par des prêtres anciens combattants réunis par l'abbé Vincent, un camp juif est mis en place à Corrençon en Vercors dès le printemps 1941. Il reçoit des réfugiés juifs d'Allemagne et d'Europe Centrale envoyés par l'œuvre de Notre-Dame de Sion.

7 On peut se reporter, entre autres, à l'ouvrage collectif Cévennes, terre de refuge, 1940-1944 (P. Joutard, J. Poujoi. et P. Cabanel, Presses du Languedoc/Club Cévenol, 1987) et à la récente publication des Actes du Colloque du Chambon-sur-Lignon (1990), Le Plateau Vivarais-Lignon. Accueil et Résistance, 1939-1944, Le Chambon, société d'Histoire de la Montagne, 1992.

8 Maquis FTP, à cause de l'influence d'Otto Kühne, ancien député communiste de 1933, et de Ernst Butzow, ancien des Brigades Internationales.

9 Broes (Evelyne et Yvan), Un maquis d'antifascistes allemands en France (1940-1944), Montpellier, 1987.

10 La somme de Ducros (Louis), Montagnes ardéchoises en guerre (3 vol., Romans, 1974-1981) relate par le détail toutes les péripéties de ces installations. Une communication de Raoul Galataud, ancien responsable départemental des FTP de l'Ardèche, au récent colloque de Privas (18 juin 1994) sur « Maquis et Guerre de guérilla en Ardèche » a judicieusement insisté sur ces contradictions précoces entre le « refuge » et l'action.

11 Silvestre (Paul et Suzanne), Chronique des maquis de l'Isère (Grenoble, Éd. des 4 Seigneurs, 1978), c'est l'un des meilleurs ouvrages sur les formes de la résistance en milieu montagnard.

12 Gay-Lescot (Jean-Louis), Sport et Éducation sous Vichy (1940-1944) Lyon, PUL, 1991, p. 44.

13 Lui-même maquisard de Haute-Savoie dans l'été 1944. Expérience relatée dans Le versant du Soleil, Paris, Flammarion, 1981.

14 Rochers, neiges et sable, Paris, Fernand Lanore éd., 1978, p. 171.

15 Cara (carabin), dans la clandestinité, « Des hommes dans la forêt », dact., s.l.n.d., 185 p.

16 Cette distinction est fort bien décrite dans les romans de C.-F. Ramuz, en particulier La Séparation des races, écrit en 1922, publié en 1979 par Marianne Ouvieri Ramuz.

17 «  STO, maquis et guérilla dans l'Isère », Revue d'Histoire de la Deuxième Guerre mondiale et des conflits contemporains, n° 130, av. 1983, p. 1-49. Voir aussi P. et S. Silvestre, Chronique des maquis de l'Isère, op. cit., p. 32-45.

18 La Mure et la Motte d'Aveillans, surtout, mais aussi des mines d'altitude réouvertes : celle de Préclos en Valjouffrey, celle de la Boutière en Grésivaudan, celle de l'Herpie en Oisans.

19 C'est l'estimation « haute » de Paul Silvestre. Il faudrait ajouter les réfractaires non isérois, peu nombreux. Les requis lyonnais de 1943 trouvent à s'abriter dans les forêts de plaine du Bas-Dauphiné ou gagnent le Jura méridional ou les Monts du Beaujolais.

20 Dans sa préface au livre de P. et s. Silvestre.

21 Jusqu'à un renouvellement assez général des brigades en juin 1943.

22 À Grenoble, ils descendent du train, sac tyrolien au dos, sous l'œil assez indifférent des soldats italiens et, la moitié d'un billet de 5 francs à la main, demandent le chemin de leur refuge montagnard (P. et S. Silvestre, op. cit.).

23 De 400 à 900 m, une longue échine boisée entre le vignoble beaujolais et le Val d'Azergues ; une forte densité de population mais aussi de fermes abandonnées par l'exode rural de l'Entre-deux-guerres. Voir Roger Chavanet, Histoire vécue des maquis de l'Azergues, Lyon, chez l'auteur, 1982.

24 Sur la voie ferrée Lyon-Paray-le-Monial, entre Chauffailles et La Clayette, ce qui détourne les réactions répressives des forces de l'ordre vichystes et allemandes sur le maquis AS de Beauberry !

25 Et, semble-t-il, punitif pour indiscipline notoire. Poiteau menait « une guerre indienne » contre le maquis voisin Bernard, lui dérobait des armes et débauchait ses instructeurs slovènes (P. et S.Silvestre, op. cit.).

26 Faussement, parfois. En janvier 1944, le maquis ORA de Malleval, dans le Vercors septentrional, où le commandant de Reyniès s'efforce de reconstituer « son » 6e BCA, est attaqué par surprise et anéanti. Le village est incendié. C'est, selon l'abbé Pierre qui y envoyait des réfractaires, « le premier Oradour ».

27 Multiples coupures de la voie ferrée Grenoble-Valence, embuscades sur les routes et même attaque du camp d'aviation de Saint-Étienne de Saint-Geoirs, le 25 septembre 1943. Devfaux (Paul), Bataillon des Chambarand, Saint-Siméon, chez l'auteur, 1987.

28 Margot (François), « La Résistance et la population, Jura, 1944 : relations d'une avant-garde et des masses », Revue d'Histoire de la Deuxième Guerre mondiale et des conflits contemporains, n°146, avril 1987, p. 3-22.

29 Op. cit., p. 29.

30 Elles sont punies de mort, le plus souvent. « Le silence est d'or, la parole est de plomb, le plomb de 12 balles dans la peau », La Libre Comté, juillet 1944, in F. Marcot, article cité.

31 Mouthon (Pierre), Haute-Savoie 1940-1945. Résistance, occupation, collaboration, Épinal, éd. du Sapin d'Or, 1993.

32 Op. cit., passim. Dans son récit picaresque Bande à Part, le romancier Jacques Perret a décrit avec humour ces indigestions de fromage.

33 Le paiement se fait en argent liquide, quand il y en a, ou en bons qui seront honorés à la Libération.

34 Dans l'Isère et sans doute ailleurs, on assiste à une véritable épidémie de veaux « mort-nés », vendus aux maquis et portés sur les registres des mairies (P. et S. Silvestre, op. cit., à partir de la comptabilité du maquis AS de Sollières (Grésivaudan) dissimulée dans un carnet de la Caisse des Écoles).

35 Les Obstinés, Lille, éd. Janicot, 1946.

36 Ainsi, par exemple, les cinq millions de francs mensuels accordés en 1943 par les Américains, après une rencontre à Berne entre le commandant Vallette d'Osia et Allan Dulles, représentant personnel de Roosevelt. Cette somme permet d'assurer « l'entretien de 5 000 hommes à raison de 1 000 francs par homme et par mois » (Charles Rickard, La Savoie dans la Résistance, Rennes, Ouest-France, 1986).

37 Dans l'Isère dès 1942, c'est la plaine du Bas-Dauphiné (secteur III des Chambarand, organisé par Gaston Valois, maire de Tullins) qui reçoit sur son terrain de Parménie la quasi-totalité des parachutages. Le Vercors n'est servi qu'en novembre 1943 avec le « grand » parachutage de la prairie d'Arbounouze.

38 Chef régional de l'AS pour l'Ain et la Haute-Savoie, en accord avec la mission alliée du lieutenant- colonel Heslop (Xavier) et du capitaine Jean Rosenthal (Cantinier). Cremieux-Brilhac (Jean-Louis), « La bataille des Glières et la guerre psychologique », Revue d'Histoire de la Deuxième Guerre mondiale, n° 99, juillet 1975, p. 45-72.

39 Le mauvais temps (neige et brouillard) en est la cause ; un petit parachutage opéré dans la nuit du 13 au 14 février incite à patienter.

40 Partisan d'un réduit libéré, au nom de la conception gaullienne de la guerre politique et de la nécessité de convaincre les Alliés qu'il existe bien en France une « Résistance militaire » organisée.

41 Cinq mille fusils et fusils mitrailleurs qui incitent le capitaine Anjot à mettre en place une défense du plateau.

42 Dalotel (Alain), Le Maquis des Glières, Paris, Plon, 1992. Mouthon (Pierre), op. cit.

43 Guillin (François), (secrétaire de Charles Delestraint) au colloque « Jean Moulin et la Résistance en 1943 », Cahier, n' 27 de l'IHTP, juin 1994, p. 37-43. Voir aussi sa thèse, Le général Delestraint dans la Résistance, premier chef de l'armée secrète, université Lyon II, oct. 1992, 3 vol. dact., en cours de publication, (Plon, éd.).

44 « Le chamois des Alpes bondit » (nuit du 5 au 6 juin). On peut se référer à Pierre Dalloz, Vérités sur le drame du Vercors, Paris, Fernand Lanore, 1979 et aux actes du colloque de Grenoble (1975) publiés en 1985, Grenoble et le Vercors. De la résistance à la libération, Lyon, La Manufacture.

45 Voir l'ouvrage récent d'Eugène Martres, Le Cantal de 1939 à 1945, Cournon d'Auvergne, De Borie, 1993.

46 Ducros (Louis), op. cit., t. II et Pierre Fournier, Communication sur la bataille du Cheylard au colloque de Privas, 18 juin 1994.

47 Sept camps pour 250 maquisards en octobre 1943, plus le centre de triage de la ferme du Mont (près de Nantua), où les interrogatoires d'identité et de motivation sont conduits par l'étudiant lyonnais d'histoire, Jean Bouvier (Hibou).

48 Préface au livre d'Aimé Vielzeuf, Et la Cévenne s'embrasa, Nîmes, 1965.

49 Cité par André-Georges Fabre dans Les Cévennes (direction Philippe Joutard, Toulouse, Privat, 1985, p. 417).

Auteur

Professeur d'histoire contemporaine
Université de Lyon 2

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540