Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

3e partie. Le monde rural et la Résistance

La Résistance et les structures professionnelles agricoles dans l'Aveyron

Jean-Philippe Marcy

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Les structures professionnelles agricoles avant 1944

1L'économie et la société aveyronnaise sont marquées par l'importance de la vie rurale, l'opposition entre les grands propriétaires fonciers membres de la bourgeoisie et les petits ou moyens exploitants.

  • 1 Sifreys (G.) dans La Longue marche de l'agriculture aveyronnaise - Histoire des hommes, de l'agric (...)

2Le début du xxe siècle voit l'apparition des organisations agricoles. Cette mise en place est liée à l'histoire politique du département où l'Église intervient sans cesse. « Les instituteurs dans les villages et les curés aussi dans les paroisses vont aussi devenir les chevilles ouvrières »1 des organisations qui vont se développer.

  • 2 Bory (Maurice), Ce Rouergue que nous aimons, p. 143.
  • 3 La longue marche op. cit., p. 19.
  • 4 Duby (G.) et Wallon (A.) (s. d.), Histoire de la France rurale, Points Histoire, Le Seuil, vol. 4, (...)

3En 1905 apparaît le premier syndicat du « Plateau Central » fondé par Maurice Anglade, inspecteur de la Société Générale2. Les organisations du « Plateau Central » sont nombreuses, elles se réclament du christianisme social, défendent les valeurs et les principes traditionnels.3 « Le Plateau Central » va se rattacher à la Société des agriculteurs de France, rue d'Athènes. Pour les organisations de la rue d'Athènes, le monde paysan « constitue la base d'une communauté hiérarchisée, reposant sur l'héritage des biens, de la culture et du pouvoir »4.

  • 5 Histoire de la France rurale, volume 4, op. cit., p. 423.

4La gauche s'organise aussi. Le groupe dit de « la rue Pasteur » (à Rodez) se met en place, il va collaborer avec des Caisses Régionales du Midi, puis se placer dans la ligne des « organisations du boulevard Saint-Germain, c'est-à-dire d'organisations républicaines peu à peu teintées de radicalisme5.

  • 6 La Longue marche op. cit., p. 32.

5Après la guerre de 1914-1918, on note une évolution des structures agricoles. « Les services agricoles officiels, les deux organisations paysannes (« Plateau Central », « rue Pasteur ») commencent à faire des efforts pour sortir les gens d'une routine fortement ancrée et promouvoir des méthodes nouvelles »6.

  • 7 Enjalbert (H.) (s. d.), Histoire du Rouergue, éditions Privat, Toulouse, p. 368.
  • 8 Lablanquie (Michel), Le Ségala aveyronnais,, octobre 1992, CEMAGREF, p. 5.

6Si dans les années 1920 la situation agricole s'améliore, il n'en est plus de même en 1931. Des banques font faillite et on assiste à « la déroute du « Plateau Central »... Les notables, les grands propriétaires perdent des sommes considérables »7. « Profitant de la chute de la Caisse de crédit du « Plateau Central » et de l'affaiblissement de l'union qui s'ensuit, le mouvement de « la rue Pasteur » met sur pied en 1933 la Fédération des syndicats agricoles de l'Aveyron »8. Cette Fédération souhaite une intervention plus grande de l'État dans les marchés des produits agricoles, mais l'idéologie qu'elle représente est loin d'être dominante dans la société rurale aveyronnaise.

  • 9 Revue de la Solidarité aveyronnaise, novembre 1951. À la mémoire du docteur Joseph Ayrignac, Archi (...)

7Une autre force va apparaître, issue de la Solidarité aveyronnaise, dirigée par un notable aveyronnais, gastro-entérologue à l'hôpital Saint Joseph à Paris. Les principes de ce mouvement amicaliste sont fortement teintés d'une idéologie conservatrice, souvent contre-révolutionnaire. Le docteur Ayrignac n'accepte pas la situation syndicale d'avant-guerre. En 1951, lorsqu'il meurt, son fils déclare : « Trois tendances recherchaient (avant la guerre) l'audience paysanne : une tendance commerciale qui n'avait de syndicale que le nom, « le Plateau Central », une tendance politique qui ne pouvait grouper qu'une fraction de l'opinion, la Fédération des syndicats agricoles dits de « la rue Pasteur », une tendance... aux ressources extérieures à la paysannerie... l'Effort Paysan » (de Camille Laurens)9.

  • 10 Bulletin de la Solidarité aveyronnaise, op. cit., mars/avril 1939.

8Le 18 décembre 1938 est créée l'Union départementale des syndicats paysans du Rouergue10. Le docteur Ayrignac veut bannir toute politique et tout commerce dans la nouvelle organisation. Sa volonté de bannir toute politique ne l'empêche pas d'évoquer « la situation catastrophique dans laquelle a jeté la France malade, l'arrivée au pouvoir en 1936 de la coterie marxiste que nous avons vue à l'œuvre et dont nous subissons les effets désastreux. Aux pauvres masses aveuglées d'égoïsme, de jouissance matérielle immédiate, de jalousie et d'envie, il était impossible d'abandonner l'avenir du pays. La Solidarité a estimé qu'elle se devait de contribuer au regroupement discipliné des masses paysannes seules aptes à se sauver elles- mêmes, à sauver la France de la décomposition finale et à ramener les masses ouvrières à l'exacte compréhension des nécessités et des besoins communs à tous les Français. » On retrouve là tous les thèmes qui vont fleurir sous la Révolution Nationale.

  • 11 Bulletin de la Solidarité aveyronnaise, op. cit., juillet 1940.

9Le 24 juin 1940, Ayrignac s'adresse directement au Maréchal Pétain. Partisan d'un pouvoir fort et autoritaire qui privilégie le retour aux traditions, il redoute des troubles sociaux et la Révolution : « Le Salut de la France ne se réalisera que par un pouvoir qui frappera vite et fort pour ne pas laisser aux embusqués de l'Armée Rouge, la France, le temps de se ressaisir et de préparer une nouvelle Commune sous le regard des Allemands. Les Français n'ont pas besoin d'aller chercher hors de leurs frontières, ni des doctrines, ni des exemples pour conduire leurs affaires ; ils n'ont qu'à regarder dans leur passé et reprendre leurs anciennes traditions »11.

  • 12 Moizet (G.), Presse, Église catholique et opinion publique en Aveyron, 1939 - 1945, mémoire de maî (...)

10Le 1er décembre 1941 a lieu l'assemblée générale constitutive de l'Union régionale corporative du Rouergue. L'Union régionale corporative dépend de la Corporation paysanne, seul organisme représentatif de l'agriculture (loi du 2 décembre 1940). Les responsables aveyronnais de l'Union régionale corporative paysanne du Rouergue se recrutent essentiellement parmi les notables, souvent liés à l'Église aveyronnaise. Le docteur Ayrignac va être nommé délégué régional, son adjoint le docteur Touzery appartient à la famille Touzery qui dirige le principal journal de l'Aveyron, l'Union Catholique, journal totalement engagé et développant les thèses de la Collaboration12.

11Très rapidement l'Union régionale corporative du Rouergue se présente comme le soutien ferme de la Révolution Nationale, mais par ailleurs elle ne veut pas ou ne peut soutenir toutes les décisions de Vichy en matière de prix, de taxations, de réquisitions. Elle ne veut pas affronter directement les paysans contestataires et ne redoute pas de s'opposer au préfet de Vichy, Marion, en 1943.

  • 13 AD 201 W 75 Rapport concernant la semaine du 3 au 9 janvier 1944.
  • 14 AD 201 W 75. Rapport concernant la semaine du 10 au 16 janvier 1944.
  • 15 AD 201 W75. Sous-préfet de Villefranche, 27 janvier 1944.

12Le docteur Ayrignac poursuit son attaque contre tous ceux, pouvoirs publics, presse, qui oseraient s'attaquer aux paysans et mettre en doute leur honnêteté. Le 11 décembre 1943, l'assemblée générale des syndics de la Corporation paysanne le réélit triomphalement. Le préfet est désavoué. Cette victoire n'empêche pas la Corporation de poursuivre sa volonté de défense systématique des paysans. Leur attitude est jugée avec beaucoup de sévérité. Le commissaire de police, chef du service départemental des Renseignements Généraux parle de « profiteurs du régime »13, de personnes « attirées par l'appât du gain de plus en plus portées à pratiquer le marché noir. Ces procédés (leur) attirent la rancœur de la population urbaine... »14. Le sous-préfet de Villefranche parle de désaccord persistant entre la Corporation et les municipalités15.

  • 16 AD 201 W 75. Directeur des services agricoles, 29 janvier 1944.
  • 17 Albinet (Josian), Le Pouvoir en Aveyron à la Libération, mémoire de maîtrise sous la direction de (...)
  • 18 AD 201 W 75. Directeur des services agricoles, 29 janvier 1944.

13Par ailleurs les départs massifs de jeunes paysans requis par le STO suscitent des réactions hostiles de la part du monde paysan16. Le 30 et 31 décembre 1943, le directoire départemental des MUR est décapité par la Gestapo17. Ces arrestations sont condamnées18.

  • 19 AD 201 W76. Cabinet du préfet,4 août 1944.

14La population rurale désapprouve les opérations de représailles menées par l'Intendant de police Marty dans le Sud-Aveyron. Au début du mois d'août 1944, le cabinet du préfet indique : « l'ensemble de l'opinion publique est persuadé que les autorités occupantes disparaîtront, que les FFI prendront possession de toutes les communes. Dans les milieux ruraux, seules les notabilités appréhendent ce changement »19.

La Libération

15Le 9 juillet 1944, une première rencontre a lieu entre une délégation des MUR et le PC afin d'étudier la composition du Comité Départemental de la Libération.

  • 20 Albinet (Josian), Le Pouvoir en Aveyron à la Libération, op. cit., p. 81.
  • 21 Albinet (Josian), Le Pouvoir en Aveyron à la Libération, op. cit., p. 104 à 110.

16L'opposition entre communistes et socialistes est vive20. Le PC par ailleurs ne veut pas la présence de Subervie, responsable radical. Le 17 août 1944, le CDL se réunit à nouveau pour constituer son « noyau actif »21. Le CDL présidé par Moisset comprend trois représentants des MUR dont deux socialistes, deux représentants du Front National (issus du PC), deux représentants du parti communiste, deux de la SFIO, deux représentants de la CGT (un sympathisant communiste et un socialiste), deux représentants du FUJP (communistes), deux représentants du MNPGD (modérés) et Ramadier.

  • 22 Albinet (Josian), Le Pouvoir en Aveyron à la Libération, op. cit., chapitre 11, p. 96-143.
  • 23 Albinet (Josian), Le Pouvoir en Aveyron à la Libération, op. cit., p. 137.

17La composition du comité départemental montre le poids des communistes et des socialistes, l'importance des représentants de la fonction publique, d'ouvriers ou des professions libérales. Le parti radical est absent et aucun représentant du monde rural n'y siège. Le 24 août 1944 le préfet Laguerre prend ses fonctions dans un département où les conflits entre organisations de la Résistance et pouvoirs politiques sont très vifs22. Le 10 septembre, deux nouveaux sous-préfets sont nommés, un communiste à Villefranche, ami personnel du Commissaire de la République, et un socialiste à Millau23.

  • 24 AD 201 W 76. Directeur des services agricoles, 30 septembre 1944.
  • 25 AD 201 W 76. Sous-préfet de Villefranche, 2 octobre 1944.

18Quelles sont les réactions des paysans ? Les agriculteurs espèrent beaucoup du nouveau gouvernement, mais ils veulent aussi la fin des impositions et des taxations trop basses24. Le sous-préfet de Villefranche constate que dans les petites communes rurales, les organisations et les partis de la Résistance n'existent pratiquement pas25.

  • 26 AD 201 W 76. Préfet, 4 octobre 1944.
  • 27 Le Villefranchois libéré, 9 septembre 1944.

19La perception du préfet n'est pas très positive : « le paysan âpre, attaché à sa terre, ne comprend pas que les troupes françaises puissent agir comme la Gestapo ». Il fait ainsi allusion aux relations parfois conflictuelles entre maquis FTP et la population dans l'arrondissement de Villefranche26. Quelles sont les réactions de la presse de la Résistance ? Le 9 septembre dans le Villefranchois libéré, hebdomadaire publié sous le patronage du comité de libération de l'arrondissement de Villefranche, Bouscayrol insiste pour que les paysans livrent immédiatement leur blé27.

  • 28 Le Patriote Rouergat, 10 septembre 1944.
  • 29 Le Patriote Rouergat, 16 septembre 1944.

20Le Front National commence une campagne comprenant plusieurs thèmes : les paysans doivent vivre honorablement, mais leurs « frères des villes » doivent manger28. Les trusts doivent être dénoncés ; or la Corporation paysanne était dans les mains des gros exploitants et les prix imposés par les trusts n'étaient pas accessibles aux petits exploitants29.

  • 30 Le Patriote Rouergat, 23 septembre 1944.
  • 31 L’Aveyron libre, organe hebdomadaire du MLN, 29 septembre 1944.
  • 32 Le Patriote Rouergat, 7 octobre 1944.

21À la fin de septembre, les attaques Au Front National se font plus vives. Le directeur des services agricoles est accusé de liens avec le chef de la milice dans le département. Ayrignac est dépeint comme quelqu'un d'« incompétent... de paranoïaque (qui) a pu satisfaire son incommensurable ambition, son charlatanisme pronazi et sa haine profonde de la démocratie »30. La Corporation paysanne et la direction des services agricoles sont accusés d'avoir collaboré avec l'ennemi. L'Aveyron libre, organe hebdomadaire du MLN s'interroge sur l'absence de représentants des agriculteurs au sein du CDL. Le journal adopte des positions proches de celles du Patriote Rouergat. L'Aveyron libre traite Ayrignac de « conducator » en carton pâte de l'agriculture aveyronnaise »31. Le 7 octobre 1944, Ayrignac répond en prenant la défense d'un syndicalisme purement professionnel « sans politiques, sans affaires »32.

22Toute la polémique porte effectivement sur deux points : le rôle de la Corporation paysanne sous Vichy et l'absence de représentants de l'agriculture au sein du CDL.

  • 33 L'Aveyron libre, 6 octobre 1944.
  • 34 L'Aveyron libre, 13 octobre 1944.

23Pour l'Aveyron libre, les notables qui se sont compromis n'ont pas leur place au CDL, mais le comité départemental aurait dû trouver des agriculteurs. Le journal expose les revendications paysannes : relèvement du taux des produits agricoles, simplification massive de la paperasserie vichyssoise, assouplissement puis suppression de nombreux organismes créés par Vichy, nécessité d'une large consultation des agriculteurs33. Le 13 octobre 1944, Moisset, président du CDL, aborde le rôle des paysans dans la Résistance aveyronnaise : « les paysans aveyronnais ne se sont jamais groupés pour faire de la Résistance organisée. On peut même affirmer qu'ils n'ont adhéré au mouvement résistant que d'une façon réduite et assez timide ». Par ailleurs, il affirme : « Sans l'appui, sans l'adhésion quasi générale de la population rurale, la Résistance eût été impossible ». Ceci explique l'absence de paysans au sein du CDL34.

  • 35 AD 201 W 76. Sous-préfet de Villefranche, 8 novembre 1944.

24Le sous-préfet de Villefranche souhaite que l'on écoute davantage les revendications des paysans. Tous les paysans ne sont pas à l'aise. « S'il (le paysan) n'a pas souffert comme les gens des villes, il n'a pas non plus accumulé un surprofit réel considérable ». Il faut opérer une révision radicale et rapide des impositions, « celles-ci ont été établies au temps de Vichy en dépit du bon sens, selon le bon plaisir des syndics ou selon les évaluations très approximatives du Ravitaillement »35.

Les polémiques autour de la création du comité d'action agricole

25La création du comité d'action agricole chargé de remplacer la Corporation paysanne va susciter toute une polémique. Le Gouvernement provisoire a déclaré nuls tous les textes relatifs à l'organisation corporative de l'agriculture (ordonnance du 26 juillet 1944).

  • 36 L'Aveyron libre, 20 octobre 1944.

26En octobre 1944, le Gouvernement provisoire prévoit le mise en place d'une organisation professionnelle de l'agriculture. L'Aveyron libre s'interroge et manifeste son scepticisme et son inquiétude. Que va-t-il se passer lorsque l'on sait que le directeur des services agricoles qui exercera les fonctions de Commissaire du Gouvernement s'est compromis avec la Corporation paysanne36. Le journal dénonce l'excessive temporisation des pouvoirs publics. Trop de conseils d'administration, de coopératives, de caisses de crédit conservent des responsables ayant exercé leurs fonctions sous Vichy. La composition du comité départemental d'action agricole chargé de gérer et de liquider les services de la Corporation paysanne suscite un véritable tollé de la part de l'Aveyron libre (annonce de la composition le 13 octobre).

  • 37 L'Aveyron libre, 3 novembre 1944.
  • 38 Albinet (Josian), Le Pouvoir en Aveyron à la Libération, op. cit., p. 127.
  • 39 Le Villefranchois libéré, 13 novembre 1944.
  • 40 Le Villefranchois libéré, 11 novembre 1944.

27Le journal dénonce le fait que selon lui l'annonce de la composition ait été faite de façon confidentielle. Trois de ses membres faisaient partie du Conseil Régional corporatif « de feu la Corporation paysanne du Rouergue » où « ils siégeaient à côté de l'ex-chef départemental de la Milice dite Française ». L'un de ces trois est le père du gendre du docteur Ayrignac, l'autre est Marius Bouscayrol37. Ainsi, sur les huit membres nommés, six sont originaires de la Corporation paysanne. Pour mieux étayer sa démonstration, l'Aveyron libre rappelle l'attitude adoptée par la Corporation paysanne vis-à-vis de Vichy. Ces attaques violentes doivent être interprétées comme effectivement une volonté de rupture par rapport à la Corporation. Mais il y a aussi des enjeux politiques importants. Ainsi, Ernest Solery, président du comité départemental a été syndic communal de la Corporation. Nommé par le préfet Marion, maire de Foissac en 1941, il a aidé en février 1944 le commandant « Marc », cherchant un emplacement pour son maquis FTP, sur le Causse d'Ols38. Solery dispose donc d'appuis importants du côté FTP. Si Bouscayrol est attaqué par le journal du MLN, c'est aussi parce qu'il est radical. L'Aveyron libre omet de signaler qu'il a été un des fondateurs de la Fédération des Syndicats agricoles de l'Aveyron39. Les autres journaux de la Résistance n'ont pas les mêmes accents polémiques, le Villefranchois libéré déclame cependant : « Ici c'est un comité départemental qui n'ose pas incriminer un fonctionnaire haut placé... À côté c'est un bon résistant chef d'un service important (le Ravitaillement) qui subit encore les directives occultes et néfastes d'une compétence vichyssoise »40.

  • 41 La Volonté paysanne de l'Aveyron, organe du comité départemental d'action agricole, 1er novembre 1 (...)

28Un nouveau journal apparaît, La Volonté paysanne de l'Aveyron, organe du comité départemental d'action agricole, publié par l'imprimerie du Rouergue Paysan, journal de la Corporation. Dans son premier numéro41, Solery rappelle un certain nombre de principes : les agriculteurs doivent rester unis (« ce n'est pas dans la multiplicité des organisations syndicales d'avant guerre qu'est le salut du monde rural »), les intermédiaires sont inutiles et il dénonce les « trusts qui monopolisent les richesses de la nation ». Par ailleurs, le comité tient à exprimer son respect envers les nouvelles institutions.

29Ces positions expriment d'une part une certaine continuité avec la Corporation paysanne, mais aussi la volonté d'écouter les revendications de la Résistance (condamnation des trusts).

30Le comité tient par ailleurs à exprimer la défense des intérêts des paysans. Les « réquisitions de bovins et d'ovins... prennent chaque jour un caractère plus alarmant et qui indisposent vivement l'opinion agricole ». L'Aveyron n'a pas non plus vocation à nourrir toute la région de Montpellier.

31Le problème de l'unité du monde rural est aussi abordé par d'autres journaux.

  • 42 Le Patriote Rouergat, 21-27 octobre 1944. La Renaissance du Peuple, organe hebdomadaire du Front N (...)
  • 43 Le Rouergue républicain, 28 octobre 1944.
  • 44 Albinet (Josian), Le Pouvoir en Aveyron à la Libération, op. cit., p. 174 et 175.

32Le Front National refuse que l'on essaie de dresser les ouvriers contre les paysans42. Les comités de défense et d'action paysanne commencent à s'exprimer dans la presse43. Regroupant de petits paysans, ils ont une audience qui dépasse celle du Parti Communiste44. D'une part ils se présentent comme les défenseurs des petits paysans, d'autre part ils n'acceptent pas la composition du comité départemental d'action agricole.

  • 45 Albinet (Josian), Le Pouvoir en Aveyron à la Libération, op. cit., p. 153.
  • 46 AD 201 W 76. Rapport du préfet, novembre 1944.

33Le comité départemental de libération est obligé de tenir compte du mécontentement rural. À la fin du mois de septembre, il s'était élargi ; dans la première semaine de novembre, il nomme trois délégués paysans : Ricard agriculteur et maire de Moyrazes (modéré), Cazes (URD) et Saurel, agriculteur, communiste, représentant du CDAP. Quelques jours plus tard vont être nommés, un commandant FFI, un radical socialiste et Louis Pécourt, représentant du MLN qui va être élu président du CDL en remplacement de Jean Moisset45. Les nominations des agriculteurs montrent que le CDL est obligé de tenir compte de la composition politique du monde rural aveyronnais. Le CDL par ailleurs « encourageait plutôt les paysans à ne pas obéir aux ordres donnés pour la livraison du bétail »46.

  • 47 L’Aveyron libre, 1er décembre 1944.
  • 48 Le Patriote Rouergat, 2-8 décembre 1944.
  • 49 Le Patriote Rouergat, 9-15 décembre 1944.
  • 50 Renaissance du Peuple, 17 décembre 1944.

34Au mois de décembre, les polémiques sont de plus en plus vives. L'Aveyron libre affirme que les responsables de la Corporation continuent à détenir les rênes du pouvoir. Il affirme avoir reçu de la part de ses lecteurs de nombreuses lettres de soutien47. Le journal veut toujours montrer que le préfet de l'Aveyron n'a pas respecté les consignes venant de Paris. Le Front National continue sa défense des petits exploitants mais n'adopte pas une position tranchée concernant les structures agricoles48. « Le Plateau Central » est vivement attaqué, car il est accusé de ne pas respecter le véritable esprit corporatif49. Renaissance du Peuple s'en prend violemment aux chefs de district nommés par Vichy et indique qu'il y a des risques de colère paysanne50. Le comité départemental de libération manifeste son mécontentement. En novembre, il avait déjà exprimé au préfet ses réserves concernant la composition du comité départemental d'action agricole.

  • 51 Le Rouergue républicain, 13 décembre 1944.
  • 52 Le Villefranchois libéré, 30 décembre 1944.

35Le 10 décembre 1944, le CDL lance une très vive attaque contre Ayrignac et Cambonié. Une enquête devra être menée51. Par ailleurs, le CDL condamne le sort fait par la région au département de l’Aveyron. Pour le Villefranchois libéré, les comités locaux de libération doivent disposer des pleins pouvoirs pour vérifier les impositions, ainsi de nombreuses injustices pourront être rattrapées52.

  • 53 La Volonté paysanne, 14 décembre 1944.
  • 54 AD 201 W 76. Rapport mensuel du préfet, décembre 1944.

36Le comité d'action agricole au même moment veut montrer qu'il est capable de défendre les intérêts de l'agriculture aveyronnaise. « Le comité a protesté énergiquement, notamment auprès de Monsieur Ramadier... contre la décision de Monsieur le Commissaire régional de la République fixant pour novembre l'imposition de l'Aveyron à 30 000 quintaux de viande nette. À la suite de cette intervention, l'imposition en question a été réduite au chiffre fixé par l'Administration centrale du ravitaillement général ». Le message est clair : le comité départemental est efficace et Ramadier est capable de défendre l'agriculture de son département53. En même temps, le comité lance un pressant appel aux agriculteurs afin qu'ils souscrivent aussi largement que possible à l'Emprunt de la Libération. Mais cet emprunt est un échec. Les paysans souscrivent peu54.

Vers l'unité

  • 55 Le Villefranchois libéré, 13 janvier 1945.

37Une commission nationale d'unité paysanne est créée « constituée par les représentants des organisations françaises jusqu'à ce jour les plus représentatives du monde agricole. Ainsi apparaît le principe de la création d'une Confédération générale de l'Agriculture ». Le 20 décembre 1944, Bouscayrol envoie sa lettre de démission du comité départemental d'action agricole : « le comité départemental de libération fait observer que dans divers comités concernant l'agriculture figurent des noms de personnes qui n'ont d'agriculteur que le nom. Je ne suppose pas que cette note me vise spécialement, mais elle repose sur un principe général devant lequel je suis heureux de m'incliner : confier aux seuls agriculteurs pratiquants, la gestion de toutes les organisations agricoles »55.

  • 56 AD 201 W 76. Sous-préfet de Villefranche, 20 janvier 1945.
  • 57 AD 201 W 76. Renseignements Généraux, 13 février 1945.

38Il ne faut pas interpréter cette démission comme un aveu d'échec, car il a une situation solide dans les milieux paysans56, n'oublions pas qu'il est un des responsables du parti radical qui manifeste son autonomie par rapport aux mouvements de Résistance57.

39En février 1945, l'unité se réalise, le 26 février 1945 a lieu la réunion du comité départemental de coordination syndicale. Dans ce comité, on retrouve d'anciens membres de la Corporation paysanne, mais aussi Andurand, représentant des CDAP. Solery, président du CDAA en fait aussi partie. Il faut noter la présence à cette réunion des responsables de la Mutualité agricole, du Crédit Agricole Mutuel de l'Aveyron, du secrétaire administratif du CDAA.

  • 58 La Volonté paysanne, janvier/février 1945.

40Les « membres ont été choisis par le comité départemental d'action agricole parmi les agriculteurs représentant les différentes tendances syndicales ». Soulenq, maire de Thérondels, a été élu comme président et Caussanel, directeur adjoint de la Mutualité agricole, comme secrétaire. Le discours se veut profondément unitaire. « Les voici, les paysans décidés à prendre en main leurs propres intérêts ; les voici fermement décidés à choisir dans leurs rangs, et non ailleurs, leurs propres représentants »58.

  • 59 Le Villefranchois libéré, 12 février 1945.

41L'unité ne signifie pas l'absence de conflits. Le comité de libération de l'arrondissement de Villefranche se montre méfiant vis-à-vis du CDAA59. Les socialistes s'expriment à leur tour : il faut lutter contre les trusts des engrais, de l'électricité, des fabricants de machines agricoles. « Le parti socialiste veut que les paysans soient groupés en véritables coopératives ».

  • 60 AD 201 W 76. Sous-préfet de Villefranche, février 1945.

42Les syndicats agricoles communaux se mettent en place. Le sous-préfet de Villefranche constate : « Cette reconstitution ne se fait pas toujours avec clarté... elle donne lieu à de véhémentes protestations des comités locaux ou des nouvelles municipalités. Il y aurait lieu de faire disparaître le malaise par un accord entre le CDL et le CDAA »60.

43Malgré l'unité, les paysans continuent à se plaindre. Il y a une pénurie de main-d'œuvre due à la mobilisation des classes 40, 41, 42. Les oppositions contre les opérations de réquisition sont de plus en plus marquées. Certains chefs de district ont été injuriés et des incidents ont eu lieu à Saint Geniez d'Olt, Laguiole, Pont de Solars, Moissac, Gaillac.

  • 61 AD 201 W76. Renseignements Généraux, 13 février 1945.
  • 62 AD 201 W76. Renseignements Généraux, 10 mars 1945.

44Par ailleurs, les problèmes ruraux sont de plus en plus abordés par les partis politiques. « L'influence du parti (socialiste) sur la population s'accroît chaque jour depuis que le monde paysan s'est familiarisé avec le mot socialisme »61. À la même époque, une note des Renseignements Généraux indique : « Les milieux ecclésiastiques conservent le même état d'esprit et ne semblent pas orienter leur activité vers la politique. Toutefois, dans les milieux ruraux où les prêtres touchent de plus près les fidèles et la population en général, on constate une certaine influence de leur part en vue des prochaines élections »62.

45Au mois de mars 1945, la situation est marquée par le développement du mécontentement et de l'agitation, la montée sans frein du marché noir et par le congrès d'unité paysanne.

  • 63 AD 201 W76. Renseignements Généraux, 10 avril 1945.
  • 64 AD 201 W 76. Direction des services agricoles, 27 mars 1945.

46Le monde paysan est observé de façon contradictoire. Les Renseignements Généraux continuent de dresser le portrait d'un monde paysan privilégié, uniquement préoccupé par ses problèmes et se désintéressant de la situation intérieure. « Le paysan réalise avec lenteur les changements de la situation. Il est en majorité favorable au Gouvernement mais sans grande conviction »63. Le ton du rapport du directeur des services agricoles est très différent. « Les paysans aveyronnais auxquels on ne peut faire le reproche de manquer de patriotisme se montrent actuellement très irrités de l'aggravation de la crise de main-d'œuvre agricole ; la plupart considèrent que le gouvernement est responsable de cette situation »64.

  • 65 AD 201 W76. Renseignements Généraux, 10 mars 1945.

47Les rapports journaliers des Renseignements Généraux montrent en tout cas le développement du mécontentement. « On constate depuis plusieurs jours une résistance à la livraison des impositions du ravitaillement »65.

  • 66 AD 201 W 76. Renseignements Généraux, 10 avril 1945.
  • 67 Le Rouergue républicain, 1er mars 1945.
  • 68 Le Villefranchois libéré, 10 mars 1945.
  • 69 AD 201 W 76. Renseignements Généraux, 4-5 mars 1945.
  • 70 Mazenq (Lajoie), Marcel Bruel et le défi agricole, Imprimerie Guibert, 205 pages, p. 27-28.
  • 71 La Volonté paysanne, mars 1945.
  • 72 Le Patriote Rouergat, 24 mars 1945.
  • 73 Le Patriote Rouergat, 8-14 avril 1945.

48Les commissions de réquisition sont fortement critiquées et les paysans dénoncent une fois de plus l'incompétence de certains chefs de district du Ravitaillement Général, nommés par le régime de Vichy66. Mais par ailleurs le marché noir est florissant. Louis Pécourt, président du CDL refuse toute analyse facile et finalement très simple. Selon lui les causes sont tout simplement physiques et géographiques (département contigu à d'autres où l'agriculture est moins diverse, proximité de villes importantes : « Toulouse, Montpellier, Nîmes, Béziers, Perpignan, voire Marseille... Du fait de ce voisinage exposé plus haut, la demande qui est faite à ce département est infiniment plus forte que l'offre qu'il peut proposer... »)67. Les socialistes s'expriment aussi dans Le Villefranchois libéré. Le paysan s'est enrichi certes, mais il rencontre aussi de grandes difficultés68. Mais le mois de mars est aussi le mois de la création de la nouvelle organisation syndicale professionnelle unitaire. Les membres mandatés officiellement pour le congrès d'unité paysanne qui va se tenir à Paris sont Soulenq, président du comité de coordination, Andurand, représentant des CDÀP, Viguier, Fabre et Séguret. Par ailleurs, sont invités Soléry, président du CDAA, Saurel et Marcel Bruel69. Ce dernier est issu de la JAC. Selon ses propos, il avait été partisan que la JAC s'engage dans la Résistance. « Cela n'avait pas toujours été, disons, l'idée de tout le monde »70... Cette arrivée d'un militant issu de la JAC annonce l'arrivée d'une nouvelle génération de responsables qui, quelques années plus tard, prendra en main la direction de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles. L'unité paysanne est donc réalisée les 16, 17 et 18 mars. Le ministre de l'Agriculture, le socialiste Tanguy-Prigent déclare : « Nous ne songeons pas à vous imposer plus longtemps des organismes nommés »71. Andurand, responsable des CDAP lance un appel : « le moment est venu pour tous les travailleurs de la terre, de s'organiser solidement au point de vue professionnel... Transformez les CDAP en syndicats d'exploitants agricoles... Il faut que la Direction départementale soit assurée demain par de vrais paysans vivant de leur labeur des champs »72. Soulenq et Andurand sont intervenus au congrès pour demander la suppression des régions économiques administratives créées par Vichy, la fixation des prix rémunérateurs à la production, des impositions progressives, surtout en viande, ainsi que le « nettoyage » des commissions d'achat. Malgré l'unité, les affrontements entre les résistants et les autres continuent. Charbonnier, militant communiste, représentant le Front National au CDL regrette à propos de la constitution des syndicats que dans certains cas « les élections aient pris des allures de véritables batailles électorales. Ce qui nous effraie, c'est de voir que, presque partout, les élus eux- mêmes se sont contentés de prendre la succession de la Corporation paysanne avec les mêmes activités et les mêmes méthodes »73.

  • 74 Le Villefranchois libéré, 24 mars 1945.

49Le mouvement Jeune République reprend les thèses du Front National et défend la conception d'un syndicalisme « constitué par des paysans authentiques et non par des hobereaux ». Il faut une véritable politique du fermage et du métayage et « briser les trusts constitués par l'entente de gros acheteurs et gros commerçants qui détiennent le marché, réalisent des bénéfices scandaleux »74.

La Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles

  • 75 AD 201 W76. Note émanant de la Direction de l'Agriculture, 12 juin 1945, reprise par le cabinet du (...)
  • 76 La Volonté paysanne, devenue organe de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants ag (...)

50Le 29 avril 1945, environ 260 syndicats sont convoqués pour élire dans chaque canton, à bulletin secret, un délégué cantonal. Le 30 avril est formé le bureau de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles75. Jean Lacombe, ancien membre de la Corporation paysanne, ancien maire destitué par Vichy, radical, est élu président. On retrouve nombre d'anciens de la Corporation paysanne dont Chayrigues, le père du gendre du docteur Ayrignac76.

51Le 5 mai, Tanguy-Prigent, ministre paysan selon l'expression de La Volonté paysanne, s'adresse aux agriculteurs du Rouergue à Rodez. Il exalte le rôle des FFI et surestime le rôle des paysans dans la Résistance : « Vous avez participé à cette résistance et fait le maximum avec les camarades qui luttaient dans l'armée secrète ». Puis, il définit les principes de l'économie agricole de demain qui devra reposer sur la coopération agricole. Par ailleurs, il condamne le dirigisme. « Il ne faut pas conserver le faux économisme dirigé imposé par Vichy, ni ce système bureaucratique lourd, étouffant qui empêche les initiatives ».

52Le nouveau président de la Fédération rappelle que « le syndicalisme, la coopération, la mutualité et le Crédit Agricole avaient déjà, avant guerre, fait un grand pas en avant. Puis vint l'occupation, la confusion dans les esprits, et la Corporation paysanne qui réussit à grouper bon nombre d'entre nous, mais dont le caractère obligatoire heurtait notre tempérament d'hommes attachés aux institutions démocratiques ». « Selon Lacombe, les paysans aveyronnais ont apporté un concours actif aux Forces Françaises de l'Intérieur... ». « Ils ont résisté à l'envoi massif des jeunes en Allemagne, certains d'entre eux ont combattu ». Cette analyse exagère quelque peu la réalité.

  • 77 AD 201 W 76. Rapport du préfet 15 avril-15 mai.

53Mais la visite dans le département des ministres de l'Agriculture et du Ravitaillement a été ressentie de façon positive, Tanguy-Prigent ayant approuvé les nouveaux prix à la production pour le bétail. Mais les agriculteurs sont mécontents, la main-d'œuvre est insuffisante et les commissions d'achat du Ravitaillement éprouvent toujours de grosses difficultés pour la réalisation des contingents qui leur sont imposés77.

  • 78 AD 201 W 76. Sous-préfet de Villefranche, 15 avril-15 mai 1945.
  • 79 AD 201 W 76. Préfet de l'Aveyron au Commissaire régional de la République, 7 août 1945.

54Les élections municipales du 29 avril traduisent un net glissement à gauche dans les chefs lieux de cantons ruraux ainsi que dans la majorité des communes rurales de l'arrondissement de Villefranche78. Pour le préfet, « les élections municipales ont été un véritable succès, à quelques exceptions près, pour les listes « communes » composées des membres des groupements de Résistance et des partis de gauche. Le fait le plus symptomati- que réside dans l'évolution parallèle que présentent les municipalités rurales. Le nombre d'élus socialistes et même communistes, a augmenté dans des proportions importantes. Le nouveau parti MRP encore trop peu connu a réussi à s'assurer un nombre modeste de sièges dans le nord de l'arrondissement de Rodez et à Millau »79.

  • 80 AD 201 W 76. Sous-préfet de Villefranche, 10 avril 1945.

55Ces élections traduisent les efforts des partis de gauche. « D'une manière générale, le Parti Communiste fait un gros effort auprès de la paysannerie dont il étudie de très près les revendications. Il faut reconnaître qu'il obtient certains succès illustrés par le développement à la campagne de sa presse et en particulier du journal La Terre80.

L'été

  • 81 AD 201 W 76. Rodez 4 août 1945, rapport mensuel du préfet, 15 juin-15 juillet 1945.

56Les difficultés agricoles subsistent. Le préfet est obligé de rencontrer les maires. « Je n'ai pas manqué d'exposer devant les maires les vues du gouvernement, leur demandant de faire un gros effort de solidarité et de ne pas ménager leur peine en vue de la reconstruction du pays »81.

  • 82 AD 201 W 76. Rodez 4 août 1945, rapport du préfet.

57Un effort particulier est aussi réalisé par la Direction départementale du Ravitaillement général qui collabore avec la Direction des services agricoles et la Confédération générale agricole, le but recherché étant surtout d'améliorer le rendement des collectes82.

  • 83 AD 201 W 76. Rapport mensuel du préfet, 15 juin-15 juillet 1945, communiqué n°471 de la Direction (...)
  • 84 AD 201 W 76. Direction des services agricoles, 24 juin 1945.

58La Direction départementale du Ravitaillement général de l'Aveyron oblige les agriculteurs à répondre à l'appel des convocations, même dans les cas où ils sont dans l'impossibilité de délivrer les prestations qui leur sont demandées83. Mais le mécontentement est très grand. Le directeur des services agricoles écrit le 29 juin 1945 : « Ce mécontentement tient à la fois au jugement qu'ils portent sur la situation générale du pays et sur la situation de l'agriculture... ils considèrent que le gouvernement favorise trop les tendances revendicatives des ouvriers du commerce et de l'industrie. Le déséquilibre des denrées agricoles et ceux des produits indispensables à l'agriculture s'accroît chaque jour davantage... il faudrait de toute urgence redonner confiance à la paysannerie »84.

  • 85 AD 201 W76. Commissaire de police de Millau, 19 juin 1945.
  • 86 AD 201 W76. Ministre de l'Intérieur, 4 août 1945.

59Le Parti Communiste dénonce Ramadier, accusé de faire souffrir le peuple, et demande la création de comités de gestion où seront représentés les producteurs, les consommateurs et les détaillants85. Mais le gouvernement n'est pas sensible à tous ces signes de mécontentement, le cabinet du ministre de l'Intérieur rappelle sèchement au préfet que si « les besoins locaux en viande ont été en grande partie satisfaits, les exportations sur les centres non-producteurs accusent un déficit de 30 % environ. Je vous engage à poursuivre vos efforts pour que le rendement de la collecte soit encore amélioré et je vous prie de me communiquer les résultats obtenus »86.

  • 87 AD 201 W 76. Rapport mensuel du préfet, 15 septembre-15 octobre 1945.

60Pendant tout l'été les problèmes demeurent. Les élections cantonales de septembre traduisent la spécificité du monde rural aveyronnais. « Tandis que les cantons miniers et industriels élisaient des représentants communistes, socialistes ou MRP, les cantons ruraux s'en tenaient à des élus radicaux et les cantons montagnards restaient fidèles aux conseillers généraux sortants, tous purs conservateurs, bien qu'ils aient pris l'étiquette nouvelle de « Républicains indépendants ». À remarquer qu'au même moment l'activité des divers mouvements de Résistance est presque nulle87. Dans des cantons ruraux, on note les défaites de Fournier (ex-Commandant Charles, communiste), mais les victoires de Lacombe et Bouscayrol, responsables agricoles et radicaux, ainsi que de Touzery, ancien responsable de la Corporation paysanne.

Conclusion

61Ainsi cette étude permet de constater que la continuité l'emporte largement sur les ruptures. Les paysans aveyronnais sont davantage préoccupés par les problèmes quotidiens que par les débats idéologiques. Il y a encore un fossé entre le monde de la campagne et le monde de la ville. Les mouvements de Résistance sont surtout composés d'habitants de la ville. La mise en place des nouvelles organisations agricoles traduit bien ce climat. Les paysans ont voulu écarter les éléments les plus réactionnaires de la Corporation paysanne, mais on retrouve un grand nombre d'anciens de la Corporation dans les nouvelles structures. Les positions défendues par la Résistance et les CDAP ne rencontrent qu'un écho limité.

Notes

1 Sifreys (G.) dans La Longue marche de l'agriculture aveyronnaise - Histoire des hommes, de l'agriculture et des organisations de 1850 à 1989, document produit par la Chambre de l'Agriculture de l'Aveyron, CDAS, CIRAD, DSA, CIEPAC, p. 19.

2 Bory (Maurice), Ce Rouergue que nous aimons, p. 143.

3 La longue marche op. cit., p. 19.

4 Duby (G.) et Wallon (A.) (s. d.), Histoire de la France rurale, Points Histoire, Le Seuil, vol. 4, p. 426.

5 Histoire de la France rurale, volume 4, op. cit., p. 423.

6 La Longue marche op. cit., p. 32.

7 Enjalbert (H.) (s. d.), Histoire du Rouergue, éditions Privat, Toulouse, p. 368.

8 Lablanquie (Michel), Le Ségala aveyronnais,, octobre 1992, CEMAGREF, p. 5.

9 Revue de la Solidarité aveyronnaise, novembre 1951. À la mémoire du docteur Joseph Ayrignac, Archives départementales de l' Aveyron.

10 Bulletin de la Solidarité aveyronnaise, op. cit., mars/avril 1939.

11 Bulletin de la Solidarité aveyronnaise, op. cit., juillet 1940.

12 Moizet (G.), Presse, Église catholique et opinion publique en Aveyron, 1939 - 1945, mémoire de maîtrise sous la direction de P. Laborie, Toulouse, 1993, p. 157.

13 AD 201 W 75 Rapport concernant la semaine du 3 au 9 janvier 1944.

14 AD 201 W 75. Rapport concernant la semaine du 10 au 16 janvier 1944.

15 AD 201 W75. Sous-préfet de Villefranche, 27 janvier 1944.

16 AD 201 W 75. Directeur des services agricoles, 29 janvier 1944.

17 Albinet (Josian), Le Pouvoir en Aveyron à la Libération, mémoire de maîtrise sous la direction de P. Laborie, université de Toulouse-Le Mirail, octobre 1989, p. 36.

18 AD 201 W 75. Directeur des services agricoles, 29 janvier 1944.

19 AD 201 W76. Cabinet du préfet,4 août 1944.

20 Albinet (Josian), Le Pouvoir en Aveyron à la Libération, op. cit., p. 81.

21 Albinet (Josian), Le Pouvoir en Aveyron à la Libération, op. cit., p. 104 à 110.

22 Albinet (Josian), Le Pouvoir en Aveyron à la Libération, op. cit., chapitre 11, p. 96-143.

23 Albinet (Josian), Le Pouvoir en Aveyron à la Libération, op. cit., p. 137.

24 AD 201 W 76. Directeur des services agricoles, 30 septembre 1944.

25 AD 201 W 76. Sous-préfet de Villefranche, 2 octobre 1944.

26 AD 201 W 76. Préfet, 4 octobre 1944.

27 Le Villefranchois libéré, 9 septembre 1944.

28 Le Patriote Rouergat, 10 septembre 1944.

29 Le Patriote Rouergat, 16 septembre 1944.

30 Le Patriote Rouergat, 23 septembre 1944.

31 L’Aveyron libre, organe hebdomadaire du MLN, 29 septembre 1944.

32 Le Patriote Rouergat, 7 octobre 1944.

33 L'Aveyron libre, 6 octobre 1944.

34 L'Aveyron libre, 13 octobre 1944.

35 AD 201 W 76. Sous-préfet de Villefranche, 8 novembre 1944.

36 L'Aveyron libre, 20 octobre 1944.

37 L'Aveyron libre, 3 novembre 1944.

38 Albinet (Josian), Le Pouvoir en Aveyron à la Libération, op. cit., p. 127.

39 Le Villefranchois libéré, 13 novembre 1944.

40 Le Villefranchois libéré, 11 novembre 1944.

41 La Volonté paysanne de l'Aveyron, organe du comité départemental d'action agricole, 1er novembre 1944.

42 Le Patriote Rouergat, 21-27 octobre 1944. La Renaissance du Peuple, organe hebdomadaire du Front National, 5 novembre 1944 et 12 novembre 1944.

43 Le Rouergue républicain, 28 octobre 1944.

44 Albinet (Josian), Le Pouvoir en Aveyron à la Libération, op. cit., p. 174 et 175.

45 Albinet (Josian), Le Pouvoir en Aveyron à la Libération, op. cit., p. 153.

46 AD 201 W 76. Rapport du préfet, novembre 1944.

47 L’Aveyron libre, 1er décembre 1944.

48 Le Patriote Rouergat, 2-8 décembre 1944.

49 Le Patriote Rouergat, 9-15 décembre 1944.

50 Renaissance du Peuple, 17 décembre 1944.

51 Le Rouergue républicain, 13 décembre 1944.

52 Le Villefranchois libéré, 30 décembre 1944.

53 La Volonté paysanne, 14 décembre 1944.

54 AD 201 W 76. Rapport mensuel du préfet, décembre 1944.

55 Le Villefranchois libéré, 13 janvier 1945.

56 AD 201 W 76. Sous-préfet de Villefranche, 20 janvier 1945.

57 AD 201 W 76. Renseignements Généraux, 13 février 1945.

58 La Volonté paysanne, janvier/février 1945.

59 Le Villefranchois libéré, 12 février 1945.

60 AD 201 W 76. Sous-préfet de Villefranche, février 1945.

61 AD 201 W76. Renseignements Généraux, 13 février 1945.

62 AD 201 W76. Renseignements Généraux, 10 mars 1945.

63 AD 201 W76. Renseignements Généraux, 10 avril 1945.

64 AD 201 W 76. Direction des services agricoles, 27 mars 1945.

65 AD 201 W76. Renseignements Généraux, 10 mars 1945.

66 AD 201 W 76. Renseignements Généraux, 10 avril 1945.

67 Le Rouergue républicain, 1er mars 1945.

68 Le Villefranchois libéré, 10 mars 1945.

69 AD 201 W 76. Renseignements Généraux, 4-5 mars 1945.

70 Mazenq (Lajoie), Marcel Bruel et le défi agricole, Imprimerie Guibert, 205 pages, p. 27-28.

71 La Volonté paysanne, mars 1945.

72 Le Patriote Rouergat, 24 mars 1945.

73 Le Patriote Rouergat, 8-14 avril 1945.

74 Le Villefranchois libéré, 24 mars 1945.

75 AD 201 W76. Note émanant de la Direction de l'Agriculture, 12 juin 1945, reprise par le cabinet du préfet.

76 La Volonté paysanne, devenue organe de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles, avril-mai 1945.

77 AD 201 W 76. Rapport du préfet 15 avril-15 mai.

78 AD 201 W 76. Sous-préfet de Villefranche, 15 avril-15 mai 1945.

79 AD 201 W 76. Préfet de l'Aveyron au Commissaire régional de la République, 7 août 1945.

80 AD 201 W 76. Sous-préfet de Villefranche, 10 avril 1945.

81 AD 201 W 76. Rodez 4 août 1945, rapport mensuel du préfet, 15 juin-15 juillet 1945.

82 AD 201 W 76. Rodez 4 août 1945, rapport du préfet.

83 AD 201 W 76. Rapport mensuel du préfet, 15 juin-15 juillet 1945, communiqué n°471 de la Direction départementale du Ravitaillement général de l'Aveyron

84 AD 201 W 76. Direction des services agricoles, 24 juin 1945.

85 AD 201 W76. Commissaire de police de Millau, 19 juin 1945.

86 AD 201 W76. Ministre de l'Intérieur, 4 août 1945.

87 AD 201 W 76. Rapport mensuel du préfet, 15 septembre-15 octobre 1945.

Auteur

Correspondant départemental IHTP-CNRS de l'Aveyron

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540