Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

3e partie. Le monde rural et la Résistance

Les paysans et la Résistance, le modèle aveyronnais ?

Christian Font

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Dans le sillage des festivités célébrant les divers anniversaires de l'année 1944, on rencontre, aussi bien dans les écrits que dans les images, une vision qui risque de donner une image fausse du rôle joué par les différents groupes sociaux dans la Résistance ou d'évaluer de manière incorrecte l'importance respective de ceux-ci.

  • 1 Lavisse (E.), Histoire de France pour cours élémentaire, Armand Colin 1947, p. 184.

2Faisant fi des multiples nuances apportées par la communauté scientifique, cette version réductrice est encore véhiculée par la plupart des médias. Dans la presse et les publications grand public, on en reste encore largement à la représentation que donnait, en 1947,l'Histoire de France du cours élémentaire d'Ernest Lavisse. Ainsi au paragraphe consacré à « la Résistance des Français pendant l'occupation », on peut lire : « Pendant tout le temps qu'ils occupent la France, les Allemands veulent obliger les habitants de notre pays à travailler pour eux, dans nos usines ou dans les leurs. Mais les Français sont patriotes. Un grand nombre d'entre eux refusent d'obéir aux envahisseurs. Ils se cachent dans les montagnes ou dans les bois, dans le « maquis » comme on dit... ».1

  • 2 Dans son étude des milieux résistants azuréens, Jean-Louis Panicacci affirme que « le phénomène ré (...)
  • 3 Dans l'ouvrage, Bourderon (R.) et Willard (G.), La France dans la tourmente, éditions sociales, 19 (...)
  • 4 Voir tout particulièrement, l'Aveyron et le nouvel État, p. 69 à 110 du mémoire de maîtrise de Gen (...)
  • 5 Dumora-Ratier (Hélène), « Paysans et Résistance : étude d'un milieu et de processus d'entrée en Ré (...)

3S'il est probablement exact d'affirmer que la Résistance n'a pas été l'apanage d'un groupe social déterminé ou d'une classe d'âge particulière, on en conclut, trop souvent hâtivement, que la Résistance est interclassiste et intergénérationnelle.2 Nous ne retrouvons pas, dans un département comme l'Aveyron, cette vision unifiante. Comme R. Bourderon le faisait remarquer « la Résistance n'est pas non plus une auberge espagnole, et des arbres isolés ne sauraient cacher la forêt... ».3 Le milieu social en Aveyron est, en 1940, politiquement et idéologiquement très conservateur ; il l'est encore au printemps 1944 lorsque se pose, avec une plus grande intensité, la question d'une éventuelle participation aux combats de la Libération. Divers travaux révèlent que dans ce département, l'approbation à Vichy du monde rural a été quasi générale et particulièrement enthousiaste.4 Pourtant une masse importante de témoignages démontre que l'aide des paysans à la Résistance a été importante et que la survie de maquis aveyronnais aurait été impossible, sans le soutien logistique et moral de nombreux paysans. Si l'on accepte l'idée que résister « c'est se reconnaître dans une mouvance hostile à l'Occupation et au régime de Vichy, et tout faire pour que ses objectifs collectifs s'accomplissent en acceptant les risques éventuels »,5 alors seule une petite minorité de paysans mérite le label de résistant. L'étude des interrelations entre la Résistance, les paysans et les structures rurales aveyronnaises, restant encore un aspect parmi les plus ignorés, les orientations de cette étude peuvent se résumer à quelques questions simples.

4Quel était le degré d'adhésion des paysans aveyronnais au régime de Vichy ?

5En fonction de quelle conjoncture et de quels événements les paysans ont-ils progressivement ou brutalement changé d'attitude et/ou de stratégie à l'égard du pouvoir en place ?

6Pourquoi la Résistance a-t-elle exercé une attraction moins forte sur le monde paysan pris dans son ensemble que sur les autres groupes de la société aveyronnaise ?

  • 6 Font (Ch.), « Résistance et Résistants dans l'Aveyron en guerre », numéro spécial de la revue Rési (...)
  • 7 AD Aveyron Série 201W 69 à 76.
  • 8 Grâce aux liens tissés depuis plusieurs années avec l'ANACR-Aveyron, nous avons pu utiliser des fo (...)
  • 9 De nombreux renseignements ont été fournis par les journaux d'information tels que l'Union Catholi (...)

7Quelle(s) motivation(s) certains paysans ont-ils pu trouver pour s'engager en Résistance ?6 Réalisée à partir d'un ensemble de sources composites : archives préfectorales,7 fonds privés,8 presse,9 volumineux dossiers de

  • 10 Depuis 1989, quatre enquêtes orales ont été menées au plan départemental avec le concours des memb (...)

8demande de carte CVR et d'une série d'enquêtes orales menées depuis 198910, notre étude a pour objectif de mesurer le poids et l'ampleur des spécificités aveyronnaises. Celles-ci semblent, de prime abord, bien réelles. Mais s'agit-il de spécificités profondes qui permettent de révéler l'existence d'un modèle aveyronnais reproductible à d'autres départements ruraux ? Ou bien de simples particularités régionales ? Dans ce dernier cas de figure, les variables économiques et sociales très différenciées en Aveyron par rapport à l'armature nationale, se déclineraient et se combineraient de manière différente, mais toujours dans le moule d'une même problématique hexagonale.

Des paysans qui adhèrent facilement et massivement à Vichy

  • 11 Bulletin de la Solidarité Aveyronnaise, numéro spécial, 1938.
  • 12 Enjalbert (Henri), Causse de Rodez et Ségala Central, 1955.
  • 13 Béteilie (Roger), L'Aveyron. Notes et Études documentaires, décembre 1983, p. 11.

9Département vaste, au cinquième rang national, l'Aveyron appartient au Massif central, mais il fait figure d'arrière-pays pour le Languedoc viticole ou la région toulousaine. En 1939, l'Aveyron c'est 3 arrondissements, 47 cantons et 307 communes ; sa population s'élève à 311 700 habitants, dont un dixième vit dans le bassin minier et industriel du Nord-Ouest. Il n'y a pas de grandes villes, Rodez (20 300 hab.) et Millau (19 200 hab.) font, à elles deux, moins du 1/7e de la population. Malgré la présence, à l'Ouest, du bassin houiller de Decazeville, une dominante rurale ressort de ce département où six actifs sur dix sont des travailleurs de la terre et dans lequel trois habitants sur quatre vivent de l'agriculture.11 Considéré comme un espace rural traditionnel et archaïque, l'Aveyron a peu profité des grands bouleversements économiques et sociaux de la période de l'Entre-deux- guerres.12 La lenteur avec laquelle les progrès techniques et culturaux se sont généralisés amène l'agriculture aveyronnaise à des performances qui se situent, en 1939, assez loin des grandes régions agricoles françaises.13

  • 14 En 1935-1936, il se fit en Rouergue un retour vers la droite alors que le Front Populaire prenait (...)
  • 15 Font (Ch.) et Moizet (H.), La fin d'un monde ? Le Sud Aveyron et la guerre de 1914-1918, CRDP de T (...)
  • 16 Cité par Moizet (H.), « Vichy avant Vichy en Aveyron », Résistance en Rouergue, 3e tri. 1993, p. 1 (...)

10À la veille de la guerre, le département de l'Aveyron ressemblait politiquement à ce qu'il était au début du siècle et les notables y gardaient une position et une influence à peu près inchangées depuis la période pré-révolutionnaire. Le seul élément nouveau se localisait dans le bassin industriel et houiller de Decazeville avec la présence, depuis la fin du xixe siècle, d'un prolétariat combatif et nettement marqué à gauche. En 1939, les villes du département sont bourgeoises et à tendance conservatrice : sur huit parlementaires, l'Aveyron est représenté par sept conservateurs.14 Jusqu'en 1940, le paysan est constamment décrit comme une victime. Qu'ils soient de Droite ou de Gauche, les discours politiques ne voient qu'injustice et manque de reconnaissance pour une catégorie ayant contribué à la victoire de novembre 1918.15 Tous contribuent à répandre l'image du paysan taxé, grugé, spolié et surtout méprisé. De plus, face au péril hitlérien et à la menace de guerre, la confusion s'amplifie à cause du choc des représentations mentales : le « paysan pacifiste » mais condamné à être en première ligne ; « l'ouvrier belliciste » mais planqué à l'usine en cas de conflit.16 Choisis parmi d'autres, il semble que de tels faits ne pouvaient que préparer les paysans aveyronnais à adhérer facilement et massivement au régime autoritaire de Vichy. D'autant que les paysans allaient entendre du nouveau régime un discours et un langage auxquels ils n'étaient pas habitués.

  • 17 Moizet (H.), « Vichy avant Vichy en Aveyron », communication orale au congrès de l'ANACR à Capdena (...)
  • 18 Font (Ch.) et Moizet (H.), Les Juifs et l'antisémitisme en Aveyron pendant la Seconde Guerre mondi (...)

11Dans ce département chrétien, pauvre, traditionaliste au sens plein du terme, et politiquement très conservateur, il existe bien, en 1940, un terreau économique et social favorable à cette idéologie.17 L'aveuglement derrière Pétain s'explique largement par le poids des antériorités idéologiques : antiparlementarisme, ordre moral, discours passéistes, cléricalisme, anti-laïcité, hostilité à la modernité, valeurs rurales exaltées et constamment opposées aux valeurs urbaines, xénophobie souvent virulente. Suite à des cheminements plus ou moins conscients, divers types d'engrenages ont, par glissements successifs, détourné, par pans entiers, l'opinion publique du département des repères démocratiques et des valeurs républicaines. Vichy n'a eu qu'à récupérer un courant idéologique préexistant. L'amalgame juif-franc-maçon-communiste-étranger, par exemple, a été largement pratiqué avant 1940.18 Au moins dans ces domaines, les lois de Vichy apparaissent comme une maturation après une incubation, peut-être inconsciente mais bien réelle.

  • 19 Les dignitaires de l'Église aveyronnaise apportent leur soutien inconditionnel à Pétain, notamment (...)
  • 20 La LFC est particulièrement bien implantée dans les campagnes. En 1942, on peut recenser 13839 lég (...)
  • 21 Pour la mise en évidence de ces relais, voir Moizet (G.), Presse, Église catholique et Opinion pub (...)
  • 22 Divers rapports du préfet ou des RG attestent que la germanophobie est largement répandue dans les (...)
  • 23 On retrouve une justification de la collaboration non seulement dans l'Union Catholique, mais auss (...)
  • 24 Font (Christian), « Résistance et résistants dans l'Aveyron en guerre », Numéro spécial de Résista (...)
  • 25 Laborie (P.), L'opinion française sous Vichy, Seuil, 1990, p. 248-282. Sur ce point, les éléments (...)

12Qu'elle était l'idée de Pétain ? Il voulait restaurer une société corporative, familiale, rurale et chrétienne. En Aveyron, cela au moins n'est pas douteux, elle lui assurait l'adhésion du clergé, des officiers de carrière, des notables politiques et administratifs, des propriétaires fonciers et surtout des masses paysannes. Cette approbation fut particulièrement enthousiaste dans le monde rural et catholique. Les relais qui favorisèrent la transition et l'implantation des nouvelles valeurs vers une opinion paysanne, a priori très réceptive, sont nombreux : les notables administratifs, l'évêque de Rodez, Mgr Challiol,19 la majeure partie du clergé paroissial, l'école privée largement présente dans les campagnes, les mouvements catholiques, la Légion Française des Combattants20, la presse dans son ensemble (tout particulièrement la Revue Religieuse du diocèse de Rodez et l'Union Catholique), et enfin la Corporation Paysanne.21 Disposant d'un journal, le Rouergue Paysan et bénéficiant de nombreuses connivences et réseaux dans la plupart des cantons, cette dernière organisation exerce une importante influence sur les milieux paysans. C'est pourquoi, bien que la société aveyronnaise soit germanophobe,22 la politique de collaboration est parfois approuvée23 et l'adhésion à Vichy semble être la règle. Il est patent qu'en Aveyron, mis à part pour les militants communistes et certains réfractaires au STO, les premiers signes de désaffection à l'égard de Vichy sont bien tardifs et ne concernent généralement qu'une petite frange de l'élite intellectuelle et sociale.24 L'opinion publique y évoluera avec une faible amplitude et de manière moins spectaculaire que dans d'autres régions. C'est ainsi que le détachement de l'année 1941 et les ruptures (printemps 1942, hiver 1942-1943), décrits par Pierre Laborie, ne sont observables que pour une petite minorité urbaine.25

  • 26 Font (Ch.) et Moizet (H.), Articles mensuels dans la Dépêche du Midi, édition régionale, janvier à (...)
  • 27 AD Aveyron. 201W75.

13Etayés par l'étude des archives préfectorales et de la presse aveyronnaise, divers travaux montrent que la société rurale aveyronnaise restera imprégnée de maréchalisme militant pratiquement jusqu'au début de l'été 1944.26 En février 1944, l'image de la Résistance manque encore d'éclat et la clarification politique est loin d'être accomplie. À ce moment là, si la fidélité au régime de Vichy se fissure ou s'effrite dans certains milieux, c'est l'attentisme qui reste la règle dans le monde rural.27 Le clergé et les notables, faiseurs d'opinion s'il en est, dénoncent toujours les erreurs du passé et n'ont de cesse d'appeler à l'union, à la discipline et à l'attachement envers le

  • 28 « Revenons à l'obéissance » est l'idée centrale explicitée par l'évêque de Rodez, dans sa lettre p (...)
  • 29 Rapport du préfet Dupiech, février 1944. AD Aveyron. 201W 75.

14Maréchal et son gouvernement.28 Dans la presse aveyronnaise, par la relation de conférences ou d'expositions, la propagande bat son plein. Aussi, le combat pour la liberté demeure toujours mal compris de la majorité de la population rurale d'autant qu'il provoque souvent la peur chez beaucoup. C'est ce que constate Louis Dupiech, tout nouveau préfet de l'Aveyron, dans son premier rapport : « la répression du terrorisme est perçue comme un mal nécessaire, pour mettre un terme aux exploits de groupements qui inspirent un sentiment de terreur dans les masses paysannes ».29 De plus, la virulence des propos officiels contre « l'Anti-France » et les Anglo-Saxons imposait la prudence dans les choix ; si certains esprits sont de plus en plus résistants, l'acte l'est beaucoup moins.

  • 30 Font (Ch.) et Moizet (H.), Dossier sur l'Aveyron et le 6 juin. Office départemental des ACVG, juin (...)
  • 31 Rapport des RG, AD Aveyron. 201 W 75.
  • 32 Union Catholique, 7-10 juin 1944.
  • 33 « Les troupes anglo-saxonnes, anéanties dans tous les secteurs, subissaient de lourdes pertes cons (...)

15Face au débarquement du 6 juin 1944, l'opinion publique des milieux ruraux aveyronnais apparaît encore pour le moins divisée.30 Si cinquante ans après, les consciences sont difficiles à sonder, les nombreux indices récoltés montrent que la joie est loin d'être générale, et une fraction non négligeable des paysans aveyronnais (difficile à apprécier d'un point de vue quantitatif) ne voit dans le débarquement que le retour de la guerre sur le sol aveyronnais. Pour certains, « le salut de la France ne passe pas par la victoire des Alliés, antichambre de la victoire du bolchevisme, mais par la fidélité et le soutien inconditionnel à Vichy. »31 Le débarquement ne semble donc pas avoir perturbé outre mesure la vie quotidienne des paysans aveyronnais. D'autant que certains articles de la presse catholique s'efforcent d'occulter le nouveau rapport de force favorable aux Alliés et à la France Libre. Ainsi, l'Union Catholique, très lue dans les campagnes, accuse « les Français indisciplinés » qui, « oubliant la nécessaire obéissance au gouvernement, se laissent attirer par des mots d'ordre et des excitations venues de l'étranger ».32 À partir du 12 juin, triomphe la déformation voire la désinformation : pour le quotidien catholique, le seul danger guettant notre pays restait encore le bolchevisme « infernal ennemi de la France, de la civilisation chrétienne et de l'humanité ».33

16À la fin du printemps 1944, la désaffection à l'égard du régime est donc loin d'être générale.

17La vision d'un département totalement galvanisé par l'espoir d'une proche libération et adhérant sans réserve à la cause des Alliés, est fausse, et ne peut être sérieusement retenue par l'historien.

  • 34 Les questions étaient : quelle était l'attitude de votre famille à l'égard des pouvoirs locaux sou (...)
  • 35 Les qualitatifs supplémentaires apportés par de nombreux sondés semblent attester d'un malaise rét (...)

18Enfin, il n'est pas dérisoire de signaler que lors du traitement des 833 réponses d'une enquête orale menée dans le département en 1993, nous avons eu l'étonnement de compter un grand nombre de sondés attestant de sentiments indifférents, compréhensifs, cordiaux, amicaux, voire très amicaux à l'égard des pouvoirs locaux pendant l'occupation34 Les données chiffrées sont particulièrement nettes pour la catégorie des paysans, des salariés agricoles et des aides familiaux : 57 attitudes d'indifférence (33,7 %), 50 attitudes cordiales, amicales, très amicales ou compréhensives (29,6 %) et 62 attitudes hostiles, très hostiles, haineuses ou réservées (36,7 %)35 Ces réponses sont-elles mûrement réfléchies ? Attestent-elles d'un réel engagement ? Constituent-elles l'expression d'une naïve simplicité, ou bien une réponse honnête sur les sentiments réellement affichés par les familles paysannes pendant la Deuxième Guerre mondiale ?

Des freins nombreux et puissants à l'entrée en Résistance

  • 36 Cepede (M.), Agriculture et alimentation en France pendant la Deuxième Guerre mondiale, Paris, Gén (...)

19Dans un important livre sur la situation du ravitaillement pendant la guerre, un économiste porte l'appréciation suivante sur la Résistance paysanne : « Le développement de la Résistance dans les milieux ruraux n'a pas été différent de celui qui s'est produit dans tous les autres milieux en France comme dans les autres pays. »36 Assurément, cette thèse ne peut être retenue en l'état pour l'Aveyron et s'y applique mal. Si le milieu rural aveyronnais, par sa dispersion sur un vaste espace, a été le premier appelé à cacher les fugitifs de tous ordres et les réfractaires au STO, il n'empêche que les mots d'ordre de la Résistance ont été rarement pris en compte. Grande a été la réticence des ruraux aveyronnais à l'égard de la Résistance ; nombreux ont été les freins endogènes empêchant les paysans de franchir le pas de l'entrée en Résistance :

  • La plupart des communautés rurales37 sont isolées et insérées dans une vaste mosaïque de petites unités naturelles et fortement individualisées les unes des autres, dans un cadre de demi-montagne. L'isolement est tel que, pour quelques cantons, on peut se risquer à utiliser les termes d'isolats ou d'angles morts. En conséquence, ceux-ci seront peu accessibles et peu sensibles aux divers mouvements de la conjoncture politique et idéologique.
  • Une cellule familiale patriarcale figée dans laquelle l'espoir de reprendre les rênes de la ferme ou de l'affaire familiale ne pouvait pas se concrétiser avant 40 ans. La prépondérance économique et financière des « anciens » engendre la soumission de toute la « maison » et ne favorise pas, chez les « jeunes », l'émergence d'analyse et de comportement autonomes.
  • Un abondant et puissant clergé catholique exerce, sur les campagnes, un magistère moral sans faille. « Ici l'esprit porte soutane », « l'Aveyron catholique », « cette Bretagne du Midi »... sont autant de formules citées dans les travaux universitaires.38
  • L'horizon borné de la paroisse et la pression sociale intense au cœur même du village induisent une grande méfiance face aux idéologies nouvelles et à la peur du qu'en-dira-t-on.
  • Enfin, les conditions de vie, souvent difficiles et routinières sont peu porteuses d'engagement militant ou de capacité de révolte.

20En septembre 1944, l'instituteur Fournier décrit son village de Belmont dans le sud Aveyron en ces termes :

  • 39 Fournier (R.), La Fin du geste, éditions Jeanne Saintier, septembre 1944, p. 17-19.

21« Le village est là. Et des hommes vivent dans ce village, qui semblent n'avoir jamais connu autre chose que la peine... Force d'habitude d'une vie lourde, terre jusqu'aux genoux... On va aux champs. On palpe la terre. On mange... On boit. On fume. On travaille... On se couche, on se lève... On revient aux champs. On travaille. On recommence comme on a fini. Le lendemain et l'an d'après. Le dimanche on va à l'église... On retourne à la maison. On va au travail. On va au champ. On recommence. On ne va vers rien. On n'attend rien... On a les gestes de tous les jours dans les bras comme dans les jambes comme des malédictions ».39

  • 40 Bouladou (Gérard), Les Maquis du Massif Central Méridional (1943-1944), Thèse, Montpellier, 1975, (...)
  • 41 Font (Christian), « Le temps des restrictions : 1939-1949, à travers les principaux résultats d'un (...)
  • 42 AD Aveyron. 201W 71 à 75.

22Paradoxe apparent, un frein important semble avoir été constitué par la prospérité relative engendrée par la nouvelle donne économique. Par une sorte de compensation, ce département, laissé pour compte en période de prospérité, a été moins sensible aux séquelles de la guerre que des régions plus riches et plus favorisées. À la différence du littoral languedocien où les difficultés alimentaires ont été criantes, les campagnes aveyronnaises ne semblent pas avoir eu de gros problèmes. Dans sa thèse, Gérard Bouladou, bon connaisseur de la réalité aveyronnaise, précise le trait en écrivant qu'on « n'y a été guère plus touché par les restrictions, que ce qu'on avait été nanti jadis par l'abondance... il avait suffi que tout manque partout pour que le peu qu'on possédait ici obtienne du coup une valeur inestimable ».40 Même si l'on ne peut se contenter de l'image d'un pays de cocagne vers lequel lorgnent avec envie les départements limitrophes, et réduire l'Aveyron à un espace rural traditionnel épargné par la guerre et peu sensible à la conjoncture économique et politique, nombreux sont ceux qui, aujourd'hui, considèrent « ces temps-là » comme l'âge d'or de l'agriculture aveyronnaise.41 À l'évidence, le mode rural aveyronnais a su, bien souvent, tirer parti de la situation pour s'enrichir. Rares sont les rapports du préfet qui ne dénoncent pas statistiques des caisses d'épargne et rapports des services de fraude à l'appui, l'enrichissement, la cupidité et l'égoïsme des ruraux. Dans les analyses du contrôle postal, les paysans font l'objet de représentations peu amènes et d'accusations sordides revenant comme une antienne : « profiteur », « égoïste », « réaliste et âpre au gain », « il cherche à se soustraire aux restrictions qui atteignent le reste de la population », « favorisé du régime », « saboteur », « affameur », « rapace à fusiller ».42

  • 43 Moizet (Geneviève), Presse, Église catholique et Opinion publique en Aveyron 1939-1945, op. cit., (...)
  • 44 Celles-ci sont fréquentes dans les rapports de gendarmerie consultés.

23Si on s'interroge sur les liens éventuels entre le mécontentement lié aux pénuries et l'audience et le développement de la Résistance, et si on accepte l'idée que le problème du ravitaillement se pose « moins en terme de pénurie qu'en terme de liberté des prix et de circulation des denrées »,43 on arrive à la conclusion suivante : ce n'est pas par hostilité idéologique mais par un attachement viscéral à la liberté de produire et de vendre que s'expliquent les multiples critiques et récriminations du monde rural à l'égard de l'administration.44 Nous pouvons donc affirmer que les facteurs explicatifs du lâchage progressif de Vichy sont plus matériels qu'idéologiques. Plus que les convictions, l'intérêt égoïste de la grande majorité de la population paysanne, semble avoir été, bien souvent, le moteur de la fidélité au régime ou de l'attentisme.

  • 45 Dans le sud Aveyron, au moins dans un premier temps, ce fut le cas de Léon Freychet, directeur de (...)

24Même si sous la pression des nouvelles conditions créées par la guerre, certains cadres sociaux traditionnels ont volé en éclats, il est nécessaire d'insister fortement sur les freins constitués par l'attitude des « faiseurs d'opinion ». Dans l'aboutissement idéologique décrit dans la première partie de notre communication, les élites aveyronnaises qu'elles soient laïques ou religieuses portent une lourde responsabilité. Dans cette société rurale à la recherche de références, l'attitude des notables était déterminante. Représentant, pour le village, les trois branches du savoir, le docteur, le prêtre et l'instituteur exerçaient une véritable « dictature » sur l'opinion publique villageoise. Leurs attitudes n'incitaient guère les paysans aveyronnais à entrer en Résistance. Pourtant certains avaient, sans le montrer, des convictions anti-Révolution nationale, et participaient même, secrètement, à des embryons de Résistance. Si les premiers groupes de Résistance se constituent autour d'un, de deux ou de trois d'entre eux, en apparence au moins, ces personnages jouent le jeu du régime, deviennent membres de la LFC et occupent longtemps des fonctions à caractère politique.45

  • 46 Font (Ch.), « Résistance et Résistants dans l'Aveyron en guerre », Numéro spécial de Résistance en (...)
  • 47 En Aveyron, une forte xénophobie se conjugue avec un antisémitisme latent. Font (Ch.) et Moizet (H (...)

25Dans ce bain idéologique, sans repères politiques sûrs et sans guide, au moins dans un premier temps, il n'était donc pas facile pour les paysans aveyronnais d'avoir une analyse lucide de la situation et de sauter le pas vers la rebellion active. D'autant que la montée en puissance de la Résistance est, pour l'ensemble du département, bien tardive.46 De plus, il semble capital de souligner la présence, dans la résistance armée aveyronnaise, de gros bataillons d'étrangers : Espagnols, Tchèques, insoumis italiens, réfugiés ou mineurs polonais, Allemands antifascistes... Souvent massive, cette présence étrangère ne pouvait qu'être dissuasive. Car en Aveyron, l'étranger quel qu'il soit, fait peur et l'opinion publique paysanne est largement pénétrée de xénophobie.47

26Au total, on ne peut ni écarter, ni retenir un frein unique comme cause de l'imperméabilité à la Résistance. Définir avec exactitude le comportement du monde paysan aveyronnais, ne peut se réduire à mettre l'accent uniquement sur le poids de structures sociales et mentales archaïques ou sur la domination culturelle et idéologique qu'ils subissent. Pour chaque frein, des contre-exemples existent ; on pourrait multiplier les exceptions locales et il y aurait nécessité de nuancer, selon les cantons, les appréciations. Il n'y a pas, en la matière, de théorie simple et convaincante, mais une série de facteurs endogènes et exogènes convergents qui montrent que la perméabilité à Vichy et l'imperméabilité à la Résistance semblent bien être les caractéristiques comportementales dominantes du monde paysan aveyronnais.

27Toutefois, il est manifeste que pour la période étudiée, les paysans aveyronnais ne furent pas toujours des témoins muets et inactifs.

Les paysans en Résistance : une grande ou une petite minorité ?

  • 48 Nous disposons, en ce domaine, d'un nombre important de traces écrites et de témoignages oraux.
  • 49 Gaffard (G.), Témoignage écrit, Fonds Foucras, archives privées, 1981.
  • 50 Ce nombre est atteint à la fin de l'année 1991. Les conditions requises pour l'obtention de la car (...)

28Combien de paysans dans la Résistance aveyronnaise ? Voilà une réalité statistique qui est bien difficile à appréhender. Pour cerner celle-ci, on peut distinguer deux positions : l'une maximaliste, l'autre minimaliste. Si l'image d'une paysannerie aveyronnaise majoritairement résistante est, comme on vient de la voir, fausse, peut-on refuser la qualité de résistant aux paysans dont le silence et le ravitaillement ont permis la survie des maquis ? À ceux qui accueillirent les évadés, les réfractaires au STO et les fugitifs de tous ordres ?48 Comme les réquisitions d'animaux et les impositions de livraisons de récolte furent souvent le fait des troupes d'occupation, la germanophobie s'est généralisée et l'esprit de révolte paysan a pris de la vigueur. Mais peut-on pour autant parler, comme ce syndic du canton de Rieupeyroux, de « Résistance économique » ?49 On peut retenir comme principe que toute estimation du nombre de paysans résistants, si on la veut basée sur des documents irréfutables, est en deçà de la réalité. Apparemment, le seul outil dont nous disposons pour répondre à cette question est le nombre de cartes de « combattants volontaires de la Résistance » délivrées après la guerre. En Aveyron, 930 personnes en ont bénéficié50 (250 000 environ pour la France entière), mais ne sont pas comptabilisés les nombreux ouvriers agricoles étrangers, tous ceux qui ont refusé de prendre une carte, par discrétion ou par pudeur, tous les complices d'un jour ou d'une nuit et tous les sympathisants en nombre croissant à partir de 1943. À l'opposé, combien d'erreurs et même combien d'abus ? Il est patent que certaines cartes n'ont pas toujours récompensé d'authentiques résistants ; il serait donc absurde et injuste d'apprécier, à partir de cette seule donnée, l'importance de la résistance paysanne en Aveyron. Néanmoins, comme pour les autres groupes sociaux, on peut approcher un ordre de grandeur en comptabilisant ceux qui ont eu un engagement précis et vérifiable, (voir tableau).

Structure socio-professionnelle de la Résistance aveyronnaise

Structure socio-professionnelle de la Résistance aveyronnaise
  • 51 Pour des raisons de compatibilité statistique, nos résultats ont été confrontés à ceux du recensem (...)

29L'analyse des professions, au moment de l'engagement en Résistance, permet de déceler une sociologie résistante fort différente de celle de la population active masculine départementale51 :

  • Une sur-représentation des employés, des fonctionnaires (souvent de jeunes instituteurs), des professions libérales et des patrons.
  • Une participation de la classe ouvrière à la Résistance quasi identique à son poids relatif lors du recensement de 1954 (21 % contre 22 % en 1954).
  • Une sous-représentation manifeste des paysans : 7 % d'agriculteurs et 0,5 % de salariés agricoles52 (10 % et 2 % de salariés dans l'enquête orale) contre 45 % d'agriculteurs et 11 % de salariés agricoles dans la population active masculine de 1954.53 Même si l'on imagine qu'une proportion notable d'agriculteurs et d'ouvriers agricoles, n'ont pas constitué de dossier pour demander leur carte de CVR et qu'à l'inverse les catégories tertiaires ont été plus motivées pour demander leur carte, la forte amplitude de l'écart statistique constaté est révélatrice d'un apport résistant bien faible. L'étude des origines sociales effectuée pour certains maquis FTP et AS corrobore la faible participation à la Résistance du monde paysan. Pour le maquis AS Duguesclin, parmi un échantillon de 200 maquisards ayant fourni des renseignements crédibles, on remarque : 33 % d'ouvriers, 8,5 % d'employés, mais aussi 18 % de policiers, de gendarmes et de militaires, 17 % d'artisans, 4 % de fonctionnaires et seulement 10 % d'agriculteurs.54 L'étude de la composition socio-professionnelle de quatre compagnies du maquis FTP d'Ols, montre, elle aussi, une faible proportion de paysans : 8,7 % pour la 4 201e compagnie (10 paysans pour 114 maquisards), 10,1 % pour la 4 206e compagnie (13 paysans pour 128 maquisards), 10,4 % pour la 4209e compagnie (12 paysans pour 115 maquisards) et enfin 3,4 % pour la compagnie de commandement (4 paysans sur 118 maquisards).55 Le croisement avec l'origine géographique renforce notre analyse, ainsi sur 39 paysans recensés dans ce maquis, 8 sont des étrangers,56 22 proviennent d'autres départements et seulement 9 d'entre eux, sont des Aveyronnais. Par ailleurs, dans le martyrologe aveyronnais constitué de 358 noms, si l'on trouve de nombreux paysans dans la liste des victimes « civiles » et des otages, on n'en trouve qu'un très petit nombre dans celle des victimes pour fait de Résistance.57
  • 58 Nous n'avons utilisé, pour cette communication, que quelques éléments d'une étude en cours.
  • 59 50 % de moins de 30 ans et aucun de plus de 45 ans, 3/4 de moins de 25 ans pour les autres catégor (...)
  • 60 19 % en 1942, 33 % en 1943 et 48 % en 1944.
  • 61 Alors que le poids de la Résistance sous direction communiste est dans l'Aveyron considérable, 13  (...)

30Une étude rapide des 19 variables mises au point pour traiter quantitativement les dossiers de demande de carte CVR permet de préciser quelques spécificités de la Résistance paysanne.58 Comparativement aux autres groupes sociaux, le paysan résistant aveyronnais est moins jeune,59 entre en Résistance plus tardivement,60 intègre difficilement un maquis et, rarement, un maquis FTP.61 La Résistance paysanne est généralement une Résistance de proximité, elle ne participe que médiocrement à l'action immédiate ou aux opérations de type militaire. Même si les formes de l'action sont nombreuses et variées, elles se situent presque exclusivement dans le domaine de la logistique. Dans les argumentaires des demandes de carte CVR, on retrouve de manière invariable et quasi uniforme, les mentions suivantes : « fabrication habituelle et non rétribuée de pièce d'identité », « hébergement », « ravitaillement », « agent de liaison », « cache d'armes, d'explosifs, de matériels radio... », « camouflage de résistants », « accueil de blessés et de réfractaires au STO », « presse-tract »....

31Il est donc utile et équitable d'ajouter, qu'en Aveyron, la constitution et la survie des maquis auraient été impossibles sans le soutien logistique et moral de nombreux paysans.

  • 62 Après le décès d'un titulaire de la carte CVR, le dossier individuel correspondant est déposé au a (...)

32Les caractéristiques particulières de la Résistance paysanne et sa faiblesse statistique (la présence de nombreux paysans dans les stalags ne saurait être un argument suffisant) sont peu aisées à expliquer, sauf si nous considérons que des freins particulièrement puissants ont paralysé la société paysanne et anihilé, dans celle-ci toute velléité d'engagement résistant effectif. Ainsi, nous pouvons affirmer que le paysan aveyronnais n'a été ni un élément moteur, ni une catégorie fortement représentée dans la Résistance. Alors qu'il est largement majoritaire dans la société aveyronnaise, le paysan est très minoritaire dans l'engagement résistant et seule une poignée a eu un rôle militaire.62

  • 63 Ce document de 100 000 noms environ, avait pour but de signaler le nom des individus suspects ou d (...)
  • 64 Bourderon (R.) et Wiliard (G.), La France dans la tourmente, op. cit., p. 417-422. Guillon (J.- M. (...)
  • 65 Les maquis ne sont pas toujours bien reçus, ainsi dans un rapport du 28 juillet 1944, le colonel J (...)
  • 66 Gayraud (P.), La Guerre du brassard, éditions Jeanne Saintier, 1946, p. 147-148.
  • 67 Gayraud (P.), La Guerre du brassard, éditions Jeanne Saintier, 1946, p. 147-148.

33Mis à part chez quelques paysans notabilisés, les divers mouvements de collaboration n'eurent, eux aussi, que peu d'attraits dans le monde rural. C'est ainsi que dans « la liste des collaborateurs, des suspects et des douteux », publiée avec la mention « très secret » par le 5e Bureau au lendemain de la guerre, on peut relever 187 habitants de l'Aveyron ; sur ce nombre, les paysans ne se retrouvent qu'en petit nombre.63 À juste titre, l'historiographie actuelle remet en cause l'idée selon laquelle les résistants ne furent jusqu'au bout qu'une petite minorité et qu'il n'y aurait à l'opposé qu'une poignée de collaborateurs.64 Même s'il est vrai qu'à la fin août et comme dans d'autres départements (c'est un fait que nous avons largement contribué à établir), la résistance aveyronnaise a été un phénomène de masse, la réalité est, pour le monde paysan pris dans son ensemble, sensiblement différente avant juillet 1944.65 L'image du paysan choisissant l'attentisme de neutralité, mais très souvent exclusivement préoccupé par ses activités productrices semble bien correspondre à la réalité aveyronnaise. Bien que reconnu par les Résistants eux-mêmes, l'attentisme de solidarité ou de connivence semble peu répandu dans les campagnes aveyronnaises ?66 Cependant, comme l'expose un témoin privilégié, l'attitude des villages rouergats, à l'été 1944, ne se ressemble pas : « À Lavernhe, le maquis est en garnison, à Magrin (PC départemental), l'instituteur et le curé sont pour la résistance... À deux ou trois heures de marche de Lavernhe, au contraire on peut rencontrer une commune dont presque tous les habitants, au mois de juillet 44, croient encore à la victoire allemande. »67 II y avait en Aveyron, encore au début de l'été 1944, de nombreuses communes rurales dans lesquelles on ne comptait pas encore de résistants.

34Nos conclusions nous semblent confirmées par le jugement de Moisset, préfet provisoire du département à la Libération, répondant aux inquiétudes du monde paysan face au nouveau régime, le 13 octobre 1944, dans L'Aveyron Libre :

  • 68 L 'Aveyron Libre, 13 octobre 1944.

35« D'aucuns se sont émus... de l'absence de représentation paysanne au sein du Comité Départemental de la Libération... il ne s'agit ni d'une omission regrettable ni d'une exclusion injuste ou maladroite, mais de l'application d'un grand principe et d'une règle formelle du CNR qui exigeait que ne soient représentés dans les comités que les groupements ou partis politiques ayant fait de la Résistance en tant que collectivité. Or, les paysans aveyronnais ne se sont jamais groupés pour faire de la Résistance organisée. On peut même affirmer qu'ils n'ont adhéré aux mouvements résistants que d'une façon réduite. » Il ajoute cependant : « Tous les camarades de la Résistance qui comme moi ont été obligés... d'échapper à la Gestapo... savent quel accueil leur ont réservé les paysans rouergats qui n'ignoraient pas les dangers qu'ils couraient ».68

Conclusion

36Pour décrire les comportements des différentes couches sociales à l'égard de la Résistance, les stéréotypes souvent évoqués : caractère intergénérationnel, présence de toutes les professions, de toutes les conditions sociales, de toutes les confessions, attitudes politiques et idéologiques conditionnées par les variations conjoncturelles du ravitaillement, glissement pour la majorité de l'opinion publique d'un attentisme de neutralité vers un attentisme de solidarité... peuvent-ils s'appliquer à l'Aveyron ? Pour ce département, l'étude des rapports entre les paysans et la Résistance s'est révélée d'une grande complexité. La situation alimentaire, économique, sociale et donc politique du microcosme rural aveyronnais a été complexe et riche d'une grande diversité ; elle nous impose donc des analyses plus nuancées que sur le plan national. Ainsi, si les grandes tendances nationales sont parfois confirmées, les spécificités aveyronnaises restent bien réelles tant du point de vue des conditions socio-économiques, que des choix idéologiques et des attitudes comportementales face à la Résistance.

37Qu'en est-il d'un modèle aveyronnais ? Peut-on ériger l'exemple aveyronnais, en un modèle reproductible à d'autres départements ? C'est ce que pourrait confirmer ou infirmer une étude comparée, notamment sous la forme d'une analyse factorielle des correspondances ou plus modestement une analyse en composante principale qui s'appliquerait aux départements à forte ruralité. En attendant, jugera-t-on insensé de prétendre en dégager les grandes lignes de force ?

38La lourdeur et la pesanteur des composantes sociales, économiques et politiques étaient telles que l'image d'un département rural, conservateur et catholique n'a pas été modifiée par la guerre. Pendant ces cinq années, la population paysanne dans sa grande majorité fut apathique du point de vue politique et idéologique, et comme anesthésiée par l'ampleur des tâches quotidiennes. La lutte pour la survie, et parfois pour l'enrichissement, suçant littéralement toutes les énergies. Un égoïsme quasi physiologique guidé par la lancinante obligation quotidienne du primum vivere, a suffi, en Aveyron, à rendre les consciences muettes.

  • 69 Enquête de l'IHTP : « Les pouvoirs locaux 1935-1953 ». L'effritement des positions résistantes est (...)

39La paysannerie par conservatisme et par intérêt s'est parfaitement accommodée d'un régime qui la flattait et qui favorisait d'une certaine manière, son enrichissement réel ou relatif. En Aveyron, après quelques mois « d'agitation résistante », le limon conservateur a très vite recouvert la mince pellicule des valeurs et des idéaux issus des combats de la Libération, et les conservateurs et les notables ne subirent pas, une éclipse aussi totale que dans le reste de la France.69

Notes

1 Lavisse (E.), Histoire de France pour cours élémentaire, Armand Colin 1947, p. 184.

2 Dans son étude des milieux résistants azuréens, Jean-Louis Panicacci affirme que « le phénomène résistant a bien été intergénérationnel et interclassiste ». Pré-actes du colloque de Toulouse, décembre 1993, p. 456. Réalisée pour le département de l'Ille-et-Vilaine, l'étude de Jacqueline Sainclivier infirme ce type d'analyse. « Sociologie de la Résistance » : quelques aspects méthodologiques et leur application en Ille-et-Vilaine, Revue d'histoire de la Seconde Guerre mondiale, n°l17/1980, p. 44-45.

3 Dans l'ouvrage, Bourderon (R.) et Willard (G.), La France dans la tourmente, éditions sociales, 1982.

4 Voir tout particulièrement, l'Aveyron et le nouvel État, p. 69 à 110 du mémoire de maîtrise de Geneviève Moizet, Presse, Église catholique et opinion publique 1939-1945, sous la direction de Pierre Laborie, Toulouse, 1993.

5 Dumora-Ratier (Hélène), « Paysans et Résistance : étude d'un milieu et de processus d'entrée en Résistance ». Pré-actes du colloque de Toulouse, décembre 1993, p. 403.

6 Font (Ch.), « Résistance et Résistants dans l'Aveyron en guerre », numéro spécial de la revue Résistance en Rouergue, mars 1993.

7 AD Aveyron Série 201W 69 à 76.

8 Grâce aux liens tissés depuis plusieurs années avec l'ANACR-Aveyron, nous avons pu utiliser des fonds d'archives privées de première importance et donc indispensables à la connaissance et à la compréhension de l'histoire de la Résistance aveyronnaise : les fonds Foucras, Fournier et Boutet.

9 De nombreux renseignements ont été fournis par les journaux d'information tels que l'Union Catholique ou le Journal de l'Aveyron, par la presse religieuse émanant de l'Évêché ou des paroisses, par le journal de la Corporation Paysanne et les journaux de la Libération.

10 Depuis 1989, quatre enquêtes orales ont été menées au plan départemental avec le concours des membres de la commission « Connaissance de l'histoire de la Résistance » : sur la sociologie résistante, les anciens des chantiers de jeunesse, le STO et le ravitaillement. Seuls quelques éléments de ces enquêtes orales ont été utilisés dans la présente contribution.

11 Bulletin de la Solidarité Aveyronnaise, numéro spécial, 1938.

12 Enjalbert (Henri), Causse de Rodez et Ségala Central, 1955.

13 Béteilie (Roger), L'Aveyron. Notes et Études documentaires, décembre 1983, p. 11.

14 En 1935-1936, il se fit en Rouergue un retour vers la droite alors que le Front Populaire prenait le meilleur dans le reste de la France. Seul Ramadier, élu du Bassin, représentait la gauche à la chambre. Il entra aussitôt dans le gouvernement de L. Blum, cependant que les quatre autres députés de l'Aveyron étaient dans l'opposition.

15 Font (Ch.) et Moizet (H.), La fin d'un monde ? Le Sud Aveyron et la guerre de 1914-1918, CRDP de Toulouse, 1987.

16 Cité par Moizet (H.), « Vichy avant Vichy en Aveyron », Résistance en Rouergue, 3e tri. 1993, p. 16.

17 Moizet (H.), « Vichy avant Vichy en Aveyron », communication orale au congrès de l'ANACR à Capdenac, 12 juin 1993.

18 Font (Ch.) et Moizet (H.), Les Juifs et l'antisémitisme en Aveyron pendant la Seconde Guerre mondiale, publication du CRDP de Toulouse, 3e trimestre 1994.

19 Les dignitaires de l'Église aveyronnaise apportent leur soutien inconditionnel à Pétain, notamment par leurs prédictions. De nombreux documents et témoignages confirment notre analyse. Par exemple, dans un rapport du préfet de l'Aveyron, en date du 4 octobre 1944, au commissaire régional de la République à Montpellier, on peut relever le passage suivant : « L'Évêque de Rodez ayant eu une attitude nettement favorable à Vichy et à la collaboration, son départ serait une mesure bien vue de l'opinion résistante du département ». AD Aveyron. 201W 76.

20 La LFC est particulièrement bien implantée dans les campagnes. En 1942, on peut recenser 13839 légionnaires et 1 633 volontaires.

21 Pour la mise en évidence de ces relais, voir Moizet (G.), Presse, Église catholique et Opinion publique, op. cit., p. 76-83.

22 Divers rapports du préfet ou des RG attestent que la germanophobie est largement répandue dans les milieux ruraux dès la fin de l'année 1942. AD Aveyron. 201W 72-75.

23 On retrouve une justification de la collaboration non seulement dans l'Union Catholique, mais aussi dans certains bulletins de paroisses rurales (Mur-de-Barrez, Prades-d'Aubrac...).

24 Font (Christian), « Résistance et résistants dans l'Aveyron en guerre », Numéro spécial de Résistance en Rouergue, mars 1993.

25 Laborie (P.), L'opinion française sous Vichy, Seuil, 1990, p. 248-282. Sur ce point, les éléments d'analyse apportés par Moizet (G.), Presse, Église catholique et Opinion publique 1939-1945, op. cit.

26 Font (Ch.) et Moizet (H.), Articles mensuels dans la Dépêche du Midi, édition régionale, janvier à juin 1994.

27 AD Aveyron. 201W75.

28 « Revenons à l'obéissance » est l'idée centrale explicitée par l'évêque de Rodez, dans sa lettre pastorale n° 175, texte d'une longueur de huit pages, lu en chaire le dimanche 11 février 1944. Mgr Challiol invite, une fois de plus, ses ouailles à la soumission et au respect des autorités françaises.

29 Rapport du préfet Dupiech, février 1944. AD Aveyron. 201W 75.

30 Font (Ch.) et Moizet (H.), Dossier sur l'Aveyron et le 6 juin. Office départemental des ACVG, juin 1994.

31 Rapport des RG, AD Aveyron. 201 W 75.

32 Union Catholique, 7-10 juin 1944.

33 « Les troupes anglo-saxonnes, anéanties dans tous les secteurs, subissaient de lourdes pertes consécutives à des contre-attaques allemandes disposant encore de toutes les réserves stratégiques ». Union Catholique, 12-16 juin 1944.

34 Les questions étaient : quelle était l'attitude de votre famille à l'égard des pouvoirs locaux sous l'occupation et des Pouvoirs publics à la libération (été 1944) ? Font (Ch.), « Ravitaillement et vie quotidienne en Aveyron pendant la Seconde Guerre mondiale », enquête de l'IHTP : Ravitaillement et Pénuries dans la France occupée, 1994.

35 Les qualitatifs supplémentaires apportés par de nombreux sondés semblent attester d'un malaise rétrospectif : « content », « résigné », « attitude prudente » ou « hésitante », « attentif », « craintif »…

36 Cepede (M.), Agriculture et alimentation en France pendant la Deuxième Guerre mondiale, Paris, Génin, 1961, p. 95. L'argumentaire est essentiellement basé sur une étude d'Henri Michel, « Esquisse d'une évolution de la Résistance européenne », Cahiers d'Histoire de la guerre, n°3, Paris, février 1950.

37 À cause de la pénurie des moyens de transports et des carburants, les rapports des RG ou de gendarmerie analysent très rarement, voire jamais, l'évolution de l'opinion dans de nombreux cantons ruraux.

38 « Il suffit de parcourir l'Aveyron en tombant à chaque coin de rue sur quelque couvent, séminaire ou institution religieuse, pour comprendre ce qu'a pu être l'implantation catholique dans cette région. Le curé, surtout il y a trente ans, se trouvait investi d'un tel pouvoir moral qu'il était redoutable de s'attaquer à lui. - Tournier, Pattier, Santa-Maria, Littérature et Résistance dans l'Aveyron, Mémoire de Maîtrise, Montpellier, 1970.

39 Fournier (R.), La Fin du geste, éditions Jeanne Saintier, septembre 1944, p. 17-19.

40 Bouladou (Gérard), Les Maquis du Massif Central Méridional (1943-1944), Thèse, Montpellier, 1975, p. 41-48.

41 Font (Christian), « Le temps des restrictions : 1939-1949, à travers les principaux résultats d'une enquête orale menée en Aveyron depuis 1991 », Bulletin de l'IHTP, n°53, septembre 1993.

42 AD Aveyron. 201W 71 à 75.

43 Moizet (Geneviève), Presse, Église catholique et Opinion publique en Aveyron 1939-1945, op. cit., p. 157.

44 Celles-ci sont fréquentes dans les rapports de gendarmerie consultés.

45 Dans le sud Aveyron, au moins dans un premier temps, ce fut le cas de Léon Freychet, directeur de la société des caves de Roquefort et chef de l'AS, de Charles Dutheil, directeur de banque, d'Alfred Merle, initiateur de la Résistance dans le département, et d'autres encore comme l'instituteur Jean Birebent. Dans le Villefranchois, notable local parmi d'autres, Soléry, ancien combattant de la guerre 14-18, avait été élu au conseil d'arrondissement dans le canton de Villeneuve en 1937, sous l'étiquette assez floue de républicain. Socialement conservateur et victime du mirage Pétain, il avait été nommé maire de Foissac par le préfet Marion en juin 1941 avant de se mettre à la disposition du commandant Marc, durant l'été 1943, alors que celui-ci cherchait un emplacement pour implanter un maquis FTP sur le causse d'Ols.

46 Font (Ch.), « Résistance et Résistants dans l'Aveyron en guerre », Numéro spécial de Résistance en Rouergue, 1993, p. 5/6.

47 En Aveyron, une forte xénophobie se conjugue avec un antisémitisme latent. Font (Ch.) et Moizet (H.), Les Juifs et l'antisémitisme en Aveyron pendant la Deuxième Guerre mondiale, op. cit.

48 Nous disposons, en ce domaine, d'un nombre important de traces écrites et de témoignages oraux.

49 Gaffard (G.), Témoignage écrit, Fonds Foucras, archives privées, 1981.

50 Ce nombre est atteint à la fin de l'année 1991. Les conditions requises pour l'obtention de la carte CVR exigent d'avoir servi dans un mouvement de Résistance au minimum 3 mois avant le 6 juin, ou 90 jours dans une unité combattante, avec incorporation avant le 6 juin.

51 Pour des raisons de compatibilité statistique, nos résultats ont été confrontés à ceux du recensement de 1954.

52 Trois des quatre salariés agricoles comptabilisés sont polonais.

53 La population active masculine vivant de l'agriculture a constamment diminué depuis le milieu du xixe s. Cependant en 1946, la proportion d'actifs agricoles masculins a légèrement augmenté : 95 300 et 58,5 % en 1936, 99 100 et 60,1 % en 1946. Ce taux est 2 fois supérieur à la moyenne française de l'époque, soit 32,6 %.

54 Archives ANACR. Archives privées.

55 Archives Vittori et archives ANACR.

56 Un Roumain, un Russe, un Algérien et six Chinois de l'ambassade de Paris.

57 Font (Ch.), Liste établie pour le compte de l'ANACR. Mémorial de Résistance en Rouergue, printemps 1992.

58 Nous n'avons utilisé, pour cette communication, que quelques éléments d'une étude en cours.

59 50 % de moins de 30 ans et aucun de plus de 45 ans, 3/4 de moins de 25 ans pour les autres catégories sociales.

60 19 % en 1942, 33 % en 1943 et 48 % en 1944.

61 Alors que le poids de la Résistance sous direction communiste est dans l'Aveyron considérable, 13 % seulement des paysans résistants s'engagent dans un maquis FTP.

62 Après le décès d'un titulaire de la carte CVR, le dossier individuel correspondant est déposé au archives départementales. Accessibles qu'avec une dérogation difficile à obtenir, ces dossiers n'ont pu être consultés, ce qui explique le nombre important de « Non réponse ».

63 Ce document de 100 000 noms environ, avait pour but de signaler le nom des individus suspects ou douteux qui devaient faire l'objet d'une enquête approfondie de la part des services de police.

64 Bourderon (R.) et Wiliard (G.), La France dans la tourmente, op. cit., p. 417-422. Guillon (J.- M.), « Le Midi », in Jean Moulin et la Résistance dans Les cahiers de l'IHTP, juin 1994, n° 27, p. 103- 105.

65 Les maquis ne sont pas toujours bien reçus, ainsi dans un rapport du 28 juillet 1944, le colonel Journet, chef des maquis du nord Aveyron, note : « mécontentement de la population contre des opérations effectuées par un maquis des environs de Cassagnes-Begonhès, commandé par un capitaine ». Archives ANACR.

66 Gayraud (P.), La Guerre du brassard, éditions Jeanne Saintier, 1946, p. 147-148.

67 Gayraud (P.), La Guerre du brassard, éditions Jeanne Saintier, 1946, p. 147-148.

68 L 'Aveyron Libre, 13 octobre 1944.

69 Enquête de l'IHTP : « Les pouvoirs locaux 1935-1953 ». L'effritement des positions résistantes est perceptible dès les élections municipales du printemps 1945. Sur ce point, voir aussi, l'étude réalisée par Josian Albinet, dans son mémoire de maîtrise, Le Pouvoir en Aveyron à la Libération, sous la direction de P. Laborie, Toulouse, 1989.

Table des illustrations

Titre Structure socio-professionnelle de la Résistance aveyronnaise
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16374/img-1.png
Fichier image/png, 544k

Auteur

Correspondant IHTP- CNRS de l'Aveyron

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540