Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

3e partie. Le monde rural et la Résistance

La Résistance en Basse-Normandie : définition et sociologie

Michel Boivin et Jean Quellien

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Sainclivier (Jacqueline), « Sociologie de la Résistance : quelques aspects méthodologiques et leur (...)
  • 2 Guillon (Jean-Marie), La Résistance dans le Var. Essai d'histoire politique, thèse de doctorat d'É (...)

1Les dossiers des combattants volontaires de la Résistance sont parfois utilisés pour étudier le milieu de la Résistance et notamment ses contours sociologiques1. Certains, cependant, s'interrogent sur la validité de cette source2. Après avoir dépouillé les fichiers des titulaires de la carte CVR pour deux départements bas-normands (le Calvados et la Manche), nous tenterons d'en dégager les grandes caractéristiques, mais aussi d'en évaluer la fiabilité.

2Il reste qu'au-delà de cette première investigation, portant essentiellement sur des hommes ou des femmes ayant appartenu à un mouvement ou un réseau, il conviendra de se demander si le phénomène de la Résistance s'inscrit uniquement et totalement dans ce cadre ou s'il n'est pas nécessaire d'envisager une autre dimension.

Les Résistants Bas-Normands vus au travers des fichiers CVR

3Pour l'étude sociologique des résistants calvadosiens et manchois de l'intérieur, engagés dans la lutte avant le 6 juin 1944, nous avons utilisé 1 336 dossiers de titulaires de la carte de combattant volontaire de la Résistance (soit 762 calvadosiens et 574 manchois). En plus des exposés plus ou moins détaillés sur les activités de l'individu, cette source contient les données essentielles pour mener une enquête sociologique : date et lieu de naissance, profession et domicile pendant l'occupation.

4Afin de conférer à cette étude une signification, il est nécessaire d'opérer une comparaison avec l'ensemble de la population départementale âgée de 15 ans et plus (actifs et inactifs). Bien que ce choix ne soit pas totalement satisfaisant, nous avons préféré retenir comme terme de comparaison le recensement de 1936, de préférence à celui de 1946 en raison des ravages causés dans ces deux départements bas-normands au cours des combats de l'été 1944 et de l'altération de certaines données, en raison notamment de changements de domicile, voire de profession.

5Nous nous bornerons ici à retenir quelques constatations générales portant sur la répartition par sexe, par âge, catégorie socio-professionnelle et espace géographique. Nous renvoyons pour un examen plus détaillé aux tableaux fournis en annexe.

La répartition par sexe

  • 3 Et dans la réalité des années 1940-1944 moins encore, en raison de l'absence des prisonniers de gu (...)
  • 4 Dans l'Ille-et-Vilaine, « les hommes représentent 87,2 % de la population résistante alors que, da (...)

6Les populations résistantes du Calvados et de la Manche sont composées principalement d'hommes, qui représentent plus de 88 % de l'effectif alors qu'ils constituent à peine 46 % de la population départementale3. Cette sur-représentation masculine est très voisine de celles constatées dans d'autres départements4.

7Toutefois, si l'on considère que résister, c'est accomplir un geste à la fois politique et militaire, la présence de plus de 10 % de femmes dans la Résistance est plutôt remarquable dans deux départements où elles sont encore mineures, non seulement politiquement, mais aussi socialement.

La répartition par âge

8Les 20-49 ans sont sensiblement sur-représentés dans la population résistante. Dans le Calvados, ils représentent 80,9 % des titulaires de la carte CVR et seulement 58,2 % de la population départementale. Dans la Manche, la sur-représentation des classes d'âges intermédiaires est encore plus nette : 83 % des CVR contre 58 % de la population du département. À l'inverse, les 15-19 ans et les 50 ans et plus sont sous-représentés.

9On pourra cependant observer que la jeunesse de la population résistante est moins affirmée dans le Calvados et la Manche qu'elle ne l'est en Ille-et-Vilaine. Les 15-29 ans, qui représentent environ 30 % de la population dans les trois départements, constituent 31 % des CVR du Calvados et 30,8 % de ceux de la Manche contre 44,9 % en Ille-et-Vilaine.

La répartition par catégorie socio-professionnelle

  • 5 Dans le Calvados, la légère sur-représentation des ouvriers tient à la présence parmi ceux-ci des (...)

10Les catégories socio-professionnelles dominantes sont, dans l'ordre décroissant, les employés, les patrons de l'industrie, de l'artisanat et du commerce, les ouvriers5 et les cadres (qu'il n'est d'ailleurs pas toujours facile de distinguer des employés). Chacune d'entre elles est sur-représentée ; mais ce sont les cadres et les employés qui se sont, proportionnellement, le plus engagés. Plus de 40 % des résistants manchois et plus d'un tiers de ceux du Calvados appartiennent à ces deux catégories, qui forment ensemble moins de 15 % de la population départementale. À noter que plus d'un tiers des employés-résistants appartiennent aux PTT ou à la SNCF. Les professions libérales et les marins-pêcheurs sont également sur-représentés, mais leur poids est beaucoup plus faible.

  • 6 Dans l'Ille-et-Vilaine, J. Sainclivier a dénombré 6,5 % d'agriculteurs parmi la population résista (...)
  • 7 Queluen (J.), « Le département du Calvados à la veille du Débarquement », Normandie 44, Paris, Alb (...)

11En revanche, les exploitants et salariés agricoles, qui composent près de 30 % de la population du Calvados et plus de 40 % de celle de la Manche, ne forment que 10 % de la population résistante. Leur forte sous- représentation confirme une apparente passivité paysanne, constatée dans d'autres départements6 et face à d'autres engagements, comme la collaboration7.

La répartition géographique

  • 8 Le critère retenu étant celui d'une population de 2 000 habitants au moins.

12Elle met en évidence, au sein des résistants, la prépondérance bien connue du recrutement urbain et la nette sous-représentation des ruraux : 65 % des CVR du Calvados et 59,3 % des CVR de la Manche habitent des villes8, alors que celles-ci ne regroupent que 39,2 % des Calvadosiens et 27,4 % des Manchois.

Les fichiers CVR sont-ils représentatifs ?

13Parallèlement au dépouillement du fichier CVR, une dizaine d'années de recherches sur la période de l'Occupation en Basse-Normandie nous ont permis de constituer progressivement un second fichier, comprenant des résistants ne détenant pas la carte CVR ; soit parce qu'ils ne l'ont pas demandée (cas le plus fréquent) ; soit parce qu'elle leur a été refusée, bien que leur participation à la lutte contre les Allemands ne fasse pas - historiquement sinon juridiquement - de doute9.

14Quoique ce travail de longue haleine ne soit pas encore totalement achevé, le nombre d'individus d'ores et déjà recensés (825 pour le Calvados, 525 pour la Manche) suffit à démontrer que les dossiers CVR ne sauraient en aucun cas être retenus pour déterminer l'importance exacte de la Résistance, puisqu'ils la minorent au moins de moitié et vraisemblablement davantage encore.

15Cette première conclusion n'étant pas réellement une surprise, nous nous sommes surtout attachés à vérifier si le fichier CVR constituait bien — du moins — un échantillon représentatif en termes sociologiques.

16La comparaison des deux fichiers (voir les tableaux en annexes) apporte globalement une réponse affirmative en dépit de quelques différences, à dire vrai mineures par rapport aux concordances qui ressortent de cette confrontation.

17Elle corrobore ainsi la part très largement prépondérante des hommes au sein de la Résistance. L'étude des structures par âge montre quelques discordances dans la répartition par tranches d'âge, surtout pour le Calvados, mais confirme que l'essentiel des résistants ont entre 20 et 49 ans.

18En termes de structures socio-professionnelles, les données des deux fichiers sont très proches. On observera tout au plus que quelques catégories socio-professionnelles sont proportionnellement légèrement mieux représentées au sein des CVR : principalement les cadres, les employés, les professions libérales (pour le Calvados). La constatation est inverse pour les patrons de l'industrie et du commerce et les agriculteurs pour lesquels l'écart entre les deux fichiers peut atteindre quelques points.

19En fait, la seule disparité, digne d'être vraiment soulignée, provient de la répartition entre urbains et ruraux, avec un écart d'une dizaine de points entre les deux fichiers. La sous-représentation des ruraux est sensiblement plus marquée au sein des CVR, tout comme elle l'est pour les agriculteurs ; ce qui peut constituer - mais seulement pour partie — un élément d'explication.

20Globalement donc, la confrontation des deux sources montre des similitudes incontestables et démontre ainsi la représentativité du fichier des CVR dans le cadre d'une étude sociologique de la Résistance.

Résistance et « esprit de Résistance »

21Mais la perception que nous avons de la Résistance à l'occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale n'est-elle pas trop étroite ?

22Trop souvent, nous avons tendance à l'assimiler exclusivement à l'ensemble formé par les hommes et les femmes, ayant appartenu à un mouvement ou un réseau.

23Cette définition, à notre sens trop stricte et trop catégorique, présente d'abord l'inconvénient de tronquer par la base l'appréhension du phénomène étudié, en se focalisant sur ses formes supérieures et en éludant totalement la question des « limites inférieures de la Résistance » (M. de Boüard). On occulte ainsi des sentiments, pouvant se concrétiser par des actes, fortement significatifs d'un état d'esprit, mais qu'on ne s'accorde généralement pas d'ordinaire à assimiler à la « Résistance » ; ils constituent pourtant les manifestations évidentes d'un « esprit de Résistance ».

24Au-delà, la non prise en compte de cette réalité, que l'on pourrait également qualifier de « péri-Résistance » ou encore d' « infra-Résistance », engendre un risque majeur en contribuant à entretenir une vision de l'opinion publique sous l'occupation aussi caricaturale que tenace : celle d'une masse de Français prudents et « attentistes », voire « indifférents », encadrée de deux infimes minorités engagées et coupées d'elle : d'un côté les collaborateurs, de l'autre les résistants.

25L'exemple de la Basse-Normandie — région confrontée dès l'été 1940 à une occupation particulièrement lourde et pesante - permet de démontrer l'existence de cet esprit de Résistance, assez profondément ancré au cœur des populations et débordant très largement du cadre — effectivement étroit - de ceux qui adhérèrent à une organisation pour lutter contre les Allemands ou les Français qui avaient fait le choix de se ranger dans leur camp.

26Cet « esprit de Résistance » a pu revêtir des formes multiples. Individuelles d'abord, et parfois naïves, comme cette femme de Deauville qui circula imperturbablement pendant quatre ans sur un vélo dont le guidon était peint en bleu, le cadre en blanc et le garde-boue arrière en rouge. Cet ouvrier boulanger de Livarot dont la brouette s'ornait d'une superbe croix de Lorraine. Ce châtelain du Cotentin qui, en juillet 1940, refusa de laisser sa demeure à la disposition du vainqueur et dut être évacué manu militari. À Caen, Lisieux, des hommes et des femmes arborent ostensiblement à la boutonnière ou sur leur corsage des broches en forme de croix de Lorraine, d'ailleurs vendues librement dans certaines boutiques, du moins avant que la police n'ait mis un terme à ce commerce singulier.

27Par des gestes simples, des attitudes dénuées d'ambiguïté, la population affiche son hostilité envers l'occupant ; ce que celui-ci d'ailleurs reconnaît, comme ici, en juillet 1941, l'officier de renseignement de l'état-major du 84e corps d'armée, stationné en Basse-Normandie : « Le comportement de la population est, comme d'habitude, réservé et défavorable, voire parfois rebelle. On considère toujours l'Anglais comme l'ami et l'allié dont on espère qu'il apportera la victoire et qu'il libérera le pays du joug allemand ». Et il poursuit en août : « Des visages désobligeants et des attitudes peu aimables sont à l'ordre du jour. Les gens quittent les rues et les places lors des concerts militaires. On a même pu constater que certains fermaient les fenêtres en signe de refus ». Effectivement, à Saint-Lô, le 1er janvier 1941, alors que les Allemands ont organisé un défilé pour fêter l'année nouvelle, à grand renfort de tambours, timbales et trompettes, les habitants marquent leur défiance en rentrant ou en restant chez eux.

28Ici ou là, et dès les débuts de l'occupation, des slogans hostiles apparaissent sur les murs. En juillet 1940, à Avranches, une femme ne craint pas de lacérer en plein jour l'affiche appelant les populations à faire confiance au soldat allemand. À Cherbourg, en novembre, l'affiche « L'Angleterre ennemie de l'Europe » est recouverte d'une inscription vengeresse en gros caractères : « Ce sont les Allemands ! » À Fiers, le seul commerçant qui accepte de coller sur sa vitrine l'ordre de la Kommandantur locale prescrivant de servir les soldats allemands en premier... n'est autre que le directeur de l'entreprise de pompes funèbres !

  • 9 AD du Calvados, M 11 449 : rapport du 30 mai 1941.

29Devant cette situation, le commissaire de police de Bayeux ne cache pas son inquiétude : « Les autorités occupantes se montrent très mécontentes de l'état d'esprit de la population, de son incorrection envers les officiers par des gestes ou des paroles. Des sanctions interviendront prochainement si cette attitude ne change pas ! Les plus grands efforts sont faits par les autorités françaises pour mettre en garde contre de tels agissements. Mais la propagande anglaise est plus écoutée que leurs prescriptions »9.

30Certains habitants prennent des risques sérieux en répondant aux questionnaires portés par les pigeons voyageurs lancés par les Britanniques au- dessus de la région. D'autres coupent les câbles téléphoniques allemands. Ni les peines collectives infligées aux communes, ni les premières exécutions, n'empêcheront la persistance et la multiplication de ces sabotages à Caen, Cherbourg, Condé-sur-Noireau, Falaise, Granville, Honfleur... et dans bien d'autres villes, principalement entre l'automne 1940 et le printemps 1941.

31Mais, souvent, l'esprit de Résistance prend des formes plus collectives. Dès le mois d'août 1940, des manifestations ont lieu dans un cinéma de Caen, lors de la projection d'un film de propagande montrant les succès allemands. De bouche à oreille, le mot est donné et, pendant plusieurs jours, des jeunes de l'agglomération se retrouvent dans la salle pour lancer des bordées de sifflets dès qu'apparaissent sur l'écran les images montrant la Wehrmacht triomphante. Le 11 novembre de la même année, une poignée d'intrépides se rassemblent devant le monument aux morts... à vingt mètres de la Feldkommandantur. Ils sont dispersés sans ménagement ; ce qui n'empêche pas toutefois une semblable manifestation de se reproduire en 1941, dans les mêmes circonstances, rassemblant cette fois plusieurs centaines de personnes.

  • 10 AD du Calvados, M 11 588 : rapport du 28 août 1941.
  • 11 AN-F'c III 1166. Rapport du 30 juillet 1941.

32Au cours de l'été 1941, culmine la « bataille des « V ». La BBC, écoutée par une énorme majorité de la population, en dépit des interdictions réitérées, a lancé en mai le mot d'ordre de dessiner partout des « V » sur les murs. L'appel fut suivi en Basse-Normandie au-delà de toutes les espérances. « Aussitôt qu'il fut entendu », explique le commissaire de police, « il y eut à Caen — et à ce que j'ai entendu dire dans tout le département — une éclosion de « V » sur les murs, les trottoirs, les bâtiments publics, les véhicules »10. À Lisieux, la municipalité doit faire circuler dans les rues de la ville une voiture munie de haut-parleurs pour inciter la population à faire disparaître sans retard les inscriptions, par peur de représailles allemandes. À Bayeux, la police efface elle-même des centaines de « V »... qui réapparaissent instantanément dans les heures suivantes. La Manche est elle aussi touchée. Le préfet note en juillet, particulièrement à Cherbourg et Saint- Lô, « une recrudescence de graffitis, le plus souvent peints sur les murs, voire sur les immeubles occupés par les services allemands »11.

  • 12 AD du Calvados, M 11 588. Rapport du 4 août 1941. 14.Idem.
  • 13 Idem.
  • 14 Idem.

33Les appels lancés sur les ondes, soit par les Britanniques, soit par la France Libre, connaissent généralement un grand succès. Tel fut le cas de celui qui invitait la population à déambuler dans les rues le 14 juillet 1941 en revêtant les couleurs nationales. « Dans les rues de Caen », observe le préfet, « un grand nombre de promeneurs, dont un fort pourcentage de femmes, arboraient des insignes tricolores sur leurs vêtements. Les femmes rivalisaient d'ingéniosité dans leurs toilettes où se mêlaient le bleu, le blanc et le rouge »12. Le sous-préfet de Bayeux n'est pas moins surpris : « Il semble bien que l'arrondissement tout entier ait suivi le mot d'ordre. Le lieutenant de gendarmerie, qui a fait ce jour-là une tournée dans l'arrondissement, a eu nettement cette impression. Des fleurs bleu-blanc-rouge apparaissaient à de nombreuses fenêtres et les commerçants s'ingéniaient à grouper à leurs étalages leurs marchandises de façon à rappeler les couleurs de la France »13. À Lisieux, « 60 % des promeneurs arboraient des insignes tricolores sur leurs vêtements » et « un grand nombre d'étalages étaient décorés aux couleurs nationales »14.

34L'une des formes les plus intéressantes prise par cette « infra-Résis- tance » est certainement le comportement des populations à l'égard des aviateurs alliés abattus au-dessus de la région. Il est rare que les rescapés soient dénoncés aux autorités allemandes. Le plus souvent de larges connivences se font jour et des contacts sont pris avec les responsables de réseaux d'évasion pour leur permettre de regagner l'Angleterre ; preuve, si besoin en était, que la Résistance organisée n'est pas coupée du reste de la population.

  • 15 AD du Calvados, M 11620. Rapport du 26 août 1942.

35Lorsque les malheureux ont péri dans la chute de leur appareil, leur inhumation est presque toujours l'occasion pour les Bas-Normands d'affirmer leurs sentiments. Ainsi, en septembre 1940, l'enterrement d'un pilote britannique à Honfleur donne lieu à une démonstration impressionnante. Plusieurs centaines de personnes défilèrent devant sa tombe, qui disparut rapidement sous un amas de gerbes de fleurs. En avril 1941, un bombardier de la RAF en difficulté s'écrase sur le petit bourg de Saint-Sever, dans le Bocage. Lorsque les cinq membres de l'équipage sont portés en terre, ils sont suivis par un cortège d'un millier de personnes, dont beaucoup sont venues des campagnes alentour. Le mois suivant, des incidents sérieux ont lieu dans un cimetière de Caen entre la foule venue fleurir les sépultures d'aviateurs abattus dans les environs et les soldats allemands qui tentent de les en empêcher. En juillet 1942, des centaines de personnes se pressent dans les rues de Vire, malgré les barrages, pour suivre le cortège funèbre de quatre aviateurs. « Il est certain qu'elles ont voulu, par ce geste », commente le commissaire de police, « faire montre de sentiments anglophiles... Quelques personnes vinrent encore sur les tombes les jours suivants et des fleurs furent à nouveau déposées. Les autorités allemandes ont retenu l'attitude de la population, tant pour son empressement à assister au passage du convoi que pour les fleurs déposées sur les tombes »15. En novembre, deux bombardiers américains sont abattus par la chasse allemande au-dessus des Pieux, non loin de La Hague. Les dix membres d'équipage sont tués. Les habitants entretiendront pieusement les tombes, allant jusqu'à apposer deux plaques de marbre, fruits d'une quête, portant l'une l'inscription « Éternels regrets » et l'autre les vers de Victor Hugo : « Ceux qui pieusement sont morts pour la Patrie — Ont droit qu'à leur tombeau la foule vienne et prie ». En 1943, des scènes semblables se produisent à Saint- Martin-des-Entrées près de Bayeux, où les Allemands procèdent à une série d'interpellations dans le cimetière puis d'arrestations ; dans le petit village du Rozel, sur la côte occidentale du Cotentin, à Pont-l'Évêque, Lisieux où le maire réglemente l'entrée du cimetière pour empêcher les habitants de venir déposer des fleurs sur les tombes. Quelques semaines avant le Débarquement, une foule rassemblée sur les quais du petit port d'Isigny, applaudit bruyamment le pilote que les Allemands viennent de repêcher, sain et sauf, dans la baie des Veys.

36Des attitudes comparables peuvent être observées à l'égard des otages fusillés par les Allemands. En octobre 1941, une collecte est organisée à Sourdeval-la-Barre pour l'achat d'une gerbe, portant sur le ruban l'inscription : « Aux fusillés de Châteaubriant, Nantes et Bordeaux ». À Blainville- sur-Orne, toute la population se rassemble en décembre 1941 pour assister à une messe dite à la mémoire de deux militants communistes exécutés quelques jours plus tôt à Caen.

37L'instauration du STO va clairement démontrer l'importance d'autres formes de Résistance face aux exigences de l'ennemi. Sans parler du choix des réfractaires eux-mêmes, ni de l'aide qui leur fut apportée par des mouvements tels que le Front National, l'OCM, l'ORA... il convient surtout de noter l'ampleur des complicités dont ils bénéficièrent au sein de la population. La majorité des gendarmes préviennent à l'avance les jeunes gens qu'ils ont reçu l'ordre d'appréhender ; ce qui leur donne le temps de s'éclipser dans la nature. L'établissement de faux papiers permet de souligner le rôle de maires, conseillers municipaux, secrétaires de mairie. Les paysans fournissent des « planques » en hébergeant chez eux les réfractaires, d'autant plus volontiers il est vrai qu'à la ferme la main-d'œuvre fait souvent défaut. Il n'est pas rare que le curé du village ou l'instituteur serve d'intermédiaire pour placer chez des gens « sûrs » tous ces garçons, de plus en plus nombreux, qui affluent de toute la Normandie mais aussi de la région parisienne. Les coups de main, organisés par des commandos de résistants en vue de dérober des tickets de rationnement dans les mairies sont le plus souvent « arrangés à l'avance » avec la complicité de leurs « victimes ».

Conclusion

38On a trop souvent présenté la Résistance comme un fait ultra-minoritaire, et parfois - à la limite - comme un « corps étranger » à la population. Sans verser à l'inverse dans le mythe « résistancialiste », en faisant de l'ensemble des Français des résistants, il nous apparaît néanmoins indispensable de redonner au phénomène la totalité de sa dimension en soulignant l'importance de cette infra-Résistance, large et multiforme.

39S'il fallait représenter schématiquement la Résistance - dans son acception la plus large - ne pourrait-on l'imaginer sous l'aspect d'une pyramide Le sommet, étroit, en serait constitué par les résistants organisés en réseaux ou en mouvements ; cette pointe reposant sur une série de strates de plus en plus larges ; d'abord, le cercle des relations sûres qui fournit aux premiers renseignements, aides, secours et abris ; puis ces hommes et ces femmes qui n'hésiteront pas le cas échéant à affirmer leurs convictions en dessinant des graffitis sur les murs, en lacérant des affiches, en fleurissant les tombes des aviateurs alliés, en aidant les réfractaires ; enfin — et pourquoi pas - à la base, tous ceux, fort nombreux, qui suivront chaque jour, avec anxiété d'abord, puis le cœur rempli d'espoir, les nouvelles de Radio Londres.

Annexes

Tableau n°l
Répartition par sexe de la population résistante et de la population dé partementale

Tableau n°lRépartition par sexe de la population résistante et de la population dé partementale

1. Population âgée de 15 ans et plus, actifs et inactifs

Tableau n°2
Répartition par âge1 de la population résistante et de la population départementale

Tableau n°2Répartition par âge1 de la population résistante et de la population départementale

Age calculé en 1944.
Population âgée de 15 ans et plus, actifs et inactifs.

Tableau n°3
Répartition par C.S.P. de la population résistante et de la population départementale

Tableau n°3Répartition par C.S.P. de la population résistante et de la population départementale

1. Population âgée de 15 ans et plus, actifs et inactifs.

Tableau n°4
Répartition géographique de la population résistante et de la population départementale

Tableau n°4Répartition géographique de la population résistante et de la population départementale

1. Population totale.
2. Résidant dans une commune de 2 000 habitants ou plus.

Notes

1 Sainclivier (Jacqueline), « Sociologie de la Résistance : quelques aspects méthodologiques et leur application en Ille-et-Vilaine », Revue d'Histoire de la Deuxième Guerre mondiale ; n°117, janvier 1980, p. 33-74.

2 Guillon (Jean-Marie), La Résistance dans le Var. Essai d'histoire politique, thèse de doctorat d'État, Aix, 1989,912 p.

3 Et dans la réalité des années 1940-1944 moins encore, en raison de l'absence des prisonniers de guerre, déportés et requis au titre du STO.

4 Dans l'Ille-et-Vilaine, « les hommes représentent 87,2 % de la population résistante alors que, dans la population départementale, ils ne constituent que 46 % de la population âgée de 13 à 79 ans, que ce soit en 1936 ou en 1946 » J. Sainclivier, op. cit.). Dans l'Artois occidental, René Lesage a compté 85 % d'hommes parmi les résistants, Lesage (R.), « Quelques aspects de la Résistance en Artois occidental », Revue du Nord, n°288, 1990, p. 1 053-1 065. Pour le Var et les Alpes Maritimes, Jean-Marie Guillon donne respectivement 92 et 91 % d'hommes au sein des résistants (J.-M. Guillon, op. cit.).

5 Dans le Calvados, la légère sur-représentation des ouvriers tient à la présence parmi ceux-ci des cheminots du dépôt de Caen qui représentent, à eux seuls, près du tiers de l'effectif. Pour le reste, l'engagement des ouvriers dans la Résistance est ici plutôt modeste et plus encore pour les travailleurs de la grande industrie, largement dominés par les ouvriers de l'artisanat. Queluen (J.), « Les ouvriers du Calvados pendant l'Occupation : une classe sous l'éteignoir », Les ouvriers en France pendant ta Seconde Guerre mondiale, CRHMSS/IHTP, 1992, p. 129-139. Boivin (M.), et Boivini (M.) » Les résistants manchois 1940-1944. Sociologie, organisation et engagements des combattants volontaires de la Résistance », Recueil d'articles offerts à Yves Nédélec, 1994, p. 83-94.

6 Dans l'Ille-et-Vilaine, J. Sainclivier a dénombré 6,5 % d'agriculteurs parmi la population résistante, alors qu'ils constituent 52,4 % de la population active départementale, op. cit.

7 Queluen (J.), « Le département du Calvados à la veille du Débarquement », Normandie 44, Paris, Albin-Michel, 1987, p. 143-160.

8 Le critère retenu étant celui d'une population de 2 000 habitants au moins.

9 AD du Calvados, M 11 449 : rapport du 30 mai 1941.

10 AD du Calvados, M 11 588 : rapport du 28 août 1941.

11 AN-F'c III 1166. Rapport du 30 juillet 1941.

12 AD du Calvados, M 11 588. Rapport du 4 août 1941. 14.Idem.

13 Idem.

14 Idem.

15 AD du Calvados, M 11620. Rapport du 26 août 1942.

Table des illustrations

Titre Tableau n°lRépartition par sexe de la population résistante et de la population dé partementale
Légende 1. Population âgée de 15 ans et plus, actifs et inactifs
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16372/img-1.png
Fichier image/png, 177k
Titre Tableau n°2Répartition par âge1 de la population résistante et de la population départementale
Légende Age calculé en 1944.Population âgée de 15 ans et plus, actifs et inactifs.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16372/img-2.png
Fichier image/png, 374k
Titre Tableau n°3Répartition par C.S.P. de la population résistante et de la population départementale
Légende 1. Population âgée de 15 ans et plus, actifs et inactifs.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16372/img-3.png
Fichier image/png, 555k
Titre Tableau n°4Répartition géographique de la population résistante et de la population départementale
Légende 1. Population totale.2. Résidant dans une commune de 2 000 habitants ou plus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16372/img-4.png
Fichier image/png, 147k

Auteurs

Maîtres de conférences d'histoire contemporaine
Université de Caen
Maîtres de conférences d'histoire contemporaine
Université de Caen

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540