Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

2e partie. Le monde catholique et l'engagement dans la Résistance

Engagement intellectuel des catholiques français et Résistance : l'exemple de l'abbé Jean Batiffol (1907-1945)

François Boirel

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1« France prends garde de perdre ton âme » titraient, en 1941, les Cahiers de Témoignage Chrétien. Ainsi, la Résistance fut un temps de réflexion sur l'avenir de la France.

  • 1 Zamansky (Marc), « Essai sur la vie des intellectuels déportés au camp. » dans Cahiers de la Paroi (...)

2Résister dans un contexte de privation de liberté s'inscrivit dans cette démarche. Des prisonniers et déportés insistèrent sur la nature et l'avenir de la Personne face à la barbarie des camps. Nombreux furent ceux qui s'engagèrent dans un seul but : sauver l'Homme, faire qu'il demeure Personne à visage humain, lui éviter l'état d'abrutissement qui chaque jour risquait de l'éloigner de ce qui le constituait intrinsèquement1.

  • 2 La Paroisse Universitaire naît en 1910, lorsqu'en décembre de cette année Joseph Lotte, professeur (...)
  • 3 Mousel (Jean), « La vie spirituelle en captivité », dans CPU, décembre 1945, p. 30-36, p. 30.
  • 4 Ibid., p. 33.

3Des membres de la Paroisse Universitaire2, dans ce contexte particulier, furent de ce combat le seul souvent possible : ultime résistance face à la mort tant morale et spirituelle que physique3. Méditant les mystères de la Croix et de l'Humanité du Christ4, ces chrétiens fondèrent de nouvelles bases communautaires permettant l'existence d'espaces de liberté, garanties de leur humanité et de leur courage.

  • 5 Il s'agit d'un des points les plus caractéristiques de la spiritualité de la Paroisse Universitair (...)

4L'abbé Jean Batiffol fut sans doute l'une des meilleures illustrations de cette résistance à l'avilissement humain. Ses seules armes furent sa culture intellectuelle, son sens pédagogique qui s'appuyaient sur une foi et une méditation vécue au cœur des événements5. Résister au vide, au découragement, aux structures inhumaines et au mépris tels furent ses espoirs et réalisations.

Apostolat et ligne Maginot

  • 6 Bulletin Joseph Lotte, mai 1937 (Supplément JU 1937).

5Jean Batiffol, neveu de Mgr Batiffol, professeur agrégé d'histoire au lycée de Mayence, fut à partir de 1930 un membre actif de la Paroisse Universitaire. C'est dans le cadre des Journées Universitaires de Paris (1937) qu'il fut ordonné sous-diacre par le Cardinal Verdier6. Ordonné prêtre en juin 1938, il passa sa première année de vie ecclésiastique au presbytère de Saint-Etienne du Mont partageant son temps entre l'animation spirituelle des groupes parisiens de la Paroisse Universitaire et la préparation d'une thèse de doctorat en théologie.

  • 7 « L'abbé Batiffol » dans CPU, janvier 1946, p.17-20, p. 17.
  • 8 Bulletin Joseph Lotte, mars et avril 1940 (Lettres et nouvelles du « front »).

6Mobilisé en septembre 1939, il fut affecté au 26e régiment d'artillerie qui prit position dans la ligne Maginot7. Le jeune abbé, trouva dans cette période l'occasion d'exercer ses talents d'organisateur au service du spirituel. Il créa en quelques semaines un groupe d'études semblable à ceux de l'Action catholique. Ce groupe entretint le moral et l'activité de ses membres livrés à l'inaction et permit l'organisation de liturgies pour Noël 1939 et Pâques 19408.

  • 9 « L'abbé Batiffol », op. cit., p. 18.

7En juin 1940, après des jours de retraite militaire, le 26e RA fut capturé dans les Vosges. Après un séjour à l'Oflag VI A (Munster), Jean Batiffol fut transféré à l'Oflag XVIII A (Linz-Autriche)9.

  • 10 Ibid.

8Cet intellectuel portait en lui le poids de la responsabilité face à la défaite militaire tout autant que spirituelle. Relisant les écrits de Lotte, l'avenir lui semblait bouché : qu'allaient devenir les institutions françaises et l'Université en particulier ? Cette génération était-elle destinée à demeurer « les vaincus de 40 »10 ?

9Une possibilité aurait été de laisser faire, se renfermer dans le travail intellectuel. Le camp devint pour lui, dans une optique opposée, l'occasion d'exercer son ministère même si celui-ci ne devait être qu'unique.

L'Oflag XVIII A

10« Trois masses d'hommes se sont rapidement constituées. La plus importante fut celle que je désigne le cœur serré par les bêtes. Les conditions de la vie étaient telles que la chute rapide suivait de quelques jours l'arrivée au camp (...). Caractère de cette première masse de nos camarades : l'impossibilité d'établir une échelle de valeurs adaptée à cette vie.

11(...) Un autre groupe plus restreint se composait de ceux qui ne vivaient que pour la vengeance. (...) Ce groupe fut marqué par une charité de clan, très restreinte, très égoïste qui ne fit que s'amplifier dans ce sens et aboutit finalement à maintenir la vie de ses membres mais en tuant tout amour.

  • 11 Zamansky (Marc), op. cit., p. 38-39.

12(...) Enfin, s'est non pas constitué, mais imposé par sa tenue un petit noyau de déportés, ceux que je veux appeler les hommes. (...) Trait commun : maintien d'un minimum de pensée active. »11.

  • 12 Fidèle en cela à l'enseignement du père Paris souhaitant enraciner la foi dans l'acte liturgique.

13Cette vision, exprimée par Marc Zamansky, membre de la Paroisse Universitaire et afin de mettre au point une véritable pédagogie adaptée à la vie de prisonnier dans un camp d'officiers, fut celle qui guida l'action et le ministère de l'abbé Batiffol de 1940 à 1945. Les trois premières années de captivité lui permirent d'approfondir sa foi, de la communiquer et enfin de mettre au point une véritable pédagogie adaptée à la vie de prisonnier. Si ses premières actions s'orientèrent vers la constitution et la tenue de groupes de réflexion théologique ainsi que liturgique12 afin d'améliorer et de soutenir la foi de ses « paroissiens », son sens apostolique le guida rapidement vers une action plus profane permettant de toucher le plus grand nombre. C'est vers l'action éducative, que tout naturellement, se pencha cet agrégé d'histoire.

  • 13 Témoignages de Marc Zamansky et de Jean Mousel, op. cit.
  • 14 Mousel (Jean), op. cit., p. 30.

14Ses cours furent pratiquement les seules activités intellectuelles à subsister tant la lassitude était grande13. Ainsi, durant trois années consécutives, il fit un cours d'histoire de France et un cours d'histoire de l'Eglise persuadé qu'il était que seule l'action intellectuelle pouvait permettre à l'homme de chercher ses racines et rester intrinsèquement humain dans des camps où tout était fait pour que l'homme perde ses repères : « Ce qui nous caractérise, c'est probablement notre séparation absolue du monde réel »14.

15En ces temps de mise en question de toutes les valeurs, les déportés et prisonniers n'avaient pas de tâche plus urgente que la recherche d'un sol ferme. Cela était nécessaire s'ils ne voulaient pas être passifs face aux événements d'autant qu'après la défaite les fondements de leur vie intellectuelle s'étaient évanouis faute de racines profondes. Jean Batiffol fournit, ainsi, à ces hommes les bases d'une renaissance, ferment d'une résistance spirituelle forte.

  • 15 « L'abbé Batiffol », op. cit., p. 20.
  • 16 Zamansky (Marc), op. cit., p. 40.
  • 17 Le Bulletin Joseph Lotte continua de paraître épisodiquement durant la période d'occupation (un nu (...)
  • 18 Mousel (Jean), op. cit., p. 31.

16De ces cours fut possible ce que nous pouvons nommer une création de liberté qui progressivement instaura une nouvelle échelle de valeurs15. Cette démarche était difficile. Elle exigeait de la ténacité et une réflexion ; il fallait se dégager des emprises puissantes du quotidien, pour enfin faire l'expérience de ce que certains déportés ont nommé la « liberté des camps »16. Ce que vécurent ces hommes de l'Oflag XVIII A est à rapprocher de ce que déclarèrent plusieurs anciens prisonniers et déportés de la Paroisse Universitaire, dont les témoignages portant sur des cours et des « cercles » théologiques, matrices d'une résistance primitive à l'entreprise de destruction de l'Homme, fournirent la matière première de nombreux numéros des Bulletins Joseph Lotte puis Cahiers de la Paroisse Universitaire parus entre 1940 et 194717 : « Car il y a eu une grâce de la captivité (...). Je me souviens de certains jours où (...) nous avons vu un composé par la juxtaposition de groupes ennemis devenir une véritable communauté française et chrétienne, oui : chrétienne, même pour ceux qui n'ont jamais mis les pieds à la chapelle. Il est certain que bien peu (...) oublieront ce qu'ils y ont connu. Je revois ce collègue, philosophe et protestant, tout bouleversé par l'expérience qu'il venait de vivre me dire : « Quand je parlerai de la grâce, maintenant je saurai de quoi je parle ». Cette grâce de la captivité, on l'a trop vantée sans doute dans les camps, au début surtout, et devant des hommes incapables d'en profiter. J'ai moi-même protesté à plusieurs reprises contre l'abus qu'on en faisait, au nom de tant de camarades incapables de dépasser leurs souffrances. Mais aujourd'hui (...) au risque de choquer, je vous assure que lorsque j'embrasse d'un coup d'œil ces cinq années, le premier mot qui me monte aux lèvres est un « merci »18.

  • 19 Zamansky (Marc), op. cit., p. 40

17C'est de cette liberté, que l'abbé Jean Batiffol essaya de créer trois ans durant à l'Oflag XVIII A., que purent sortir les premières révoltes et les premiers gestes, limités dans un contexte de déportation, de refus et de résistance : « Enfin nous avons pu « leur » dire ce que nous pensions d'eux et de la guerre. Là est l'explication du sentiment de liberté absolue que n'entame pas l'obligation de telle ou telle corvée, la crainte du pistolet qui abat un prêtre bénissant un mourant, qui lui donne l'audace de dire à un Sturmführer SS portant la distinction des vieux membres du parti : l'Allemagne périt parce qu'elle a rejeté Dieu. »19

Du Stalag XVIII A à Mauthausen

  • 20 « L'abbé Batiffol », op. cit., p. 19.

18En juillet 1943, l'abbé Jean Batiffol fut envoyé comme aumônier au Stalag XVIII A. Trois mois après son arrivée, l'aumônier général, le père Gaillard, fut arrêté par les Allemands20. Il avait eu le temps de désigner, l'abbé Batiffol, comme son successeur.

  • 21 Cf. Bulletin Joseph Lotte mai

19« Curé » de 20 000 paroissiens, aidé de dix vicaires, il fut qualifié pour donner l'impulsion d'une vie chrétienne au sein du camp. Sa longue expérience aux Équipes Sociales21 et auprès des hommes du 26e RA lui avait donné l'expérience des milieux populaires. C'est ainsi que, visitant les différents prisonniers, il encouragea les laïcs à catéchiser, il donna le baptême et conféra la confirmation. Il lutta contre les ravages du quotidien, lutte à renouveler chaque jour : « son » lit, « son » étagère, « ses » affaires étaient d'autant plus chères qu'elles étaient moins nombreuses.

  • 22 « L'abbé Batiffol », op. cit., p. 19.

20Son action finit comme celle de son prédécesseur par être remarquée par les Allemands, d'autant qu'elle commençait à s'étendre aux travailleurs français déportés dans la région de Linz. Dénonçant le Service du Travail Obligatoire et invitant les ouvriers français à réfléchir sur le sens de leurs tâches, il fut arrêté par la Gestapo, en février 1945, comme « suspect en raison de son activité » et fut déporté, par mesure de sécurité, au camp de Mauthausen22.

  • 23 Ibid.
  • 24 Témoignage d'un scout présent au camp ; « L'abbé Batiffol », op. cit., p. 20.

21L'enfer d'un camp « mixte » (travail et extermination) l'y attendait. Blessé des suites d'un bombardement américain survenu en décembre 1944, il fut placé à l'infirmerie échappant de cette manière aux travaux de la carrière mais non à la faim : « À certains jours on apportait pour cent hommes un bouteillon de soupe qui pouvait en nourrir dix ; et c'était la ruée bestiale. »23 L'abbé Batiffol continua de militer afin que, même dans les pires souffrances, l'homme puisse demeurer debout : « S'il m'arrivait d'oublier mes devoirs de prêtre en essayant de récupérer une soupe, avertissez-moi. »24

  • 25 Témoignage d'un médecin, ibid.

22Toujours, malgré les morts et l'affaiblissement physique, il continua de réconforter et de lutter contre une fin promise à l'Humain : « Il nous aidait, à nous sentir redevenir des hommes dans cette entreprise de dégradation morale autant que physique. »25

23Le 5 mai 1945, le camp fut délivré par les Américains ; pris par la dysenterie qui ravageait le camp, il devait mourir deux jours plus tard.

24Il resterait à dégager quelques lignes de force qui éclaireraient le sens de la marche de la Paroisse Universitaire au cours de la période allant de 1939 à 1945.

  • 26 Nous nous sommes attachés essentiellement à des sources imprimées liées à la Paroisse Universitair (...)

25Peut-être cependant aurons-nous éclairé quelques points et aidé à formuler quelques questions au travers de l'exemple de l'abbé Batiffol, même si à son sujet les sources demeurent discrètes26 : comment la Paroisse Universitaire a-t-elle réussi à faire respecter la liberté du chrétien dans un contexte de déportation ? Comment a-t-elle trouvé et vécu sa spiritualité ? Comment a-t- elle compris et pratiqué la volonté de témoignage et de Résistance ? Quel sens a pris pour elle le devoir apostolique alors que nombreux étaient ceux qui abdiquaient face à cette entreprise de démolition mentale et physique ?

26Une seule réponse nous semble possible : le vécu d'une foi ancrée dans le quotidien et les événements qui, de Joseph Lotte à Pierre Dabosville, a constitué la pierre angulaire de ces catholiques de l'Université.

27Entre 1939 et 1945, l'abbé Jean Batiffol a préfiguré un engagement-type des intellectuels catholiques, « modèle » destiné à être systématisé entre 1945 et 1963 alors que la Paroisse Universitaire devant affronter les crises que constituaient l'affaire des Prêtres-ouvriers, la guerre d'Algérie ou la question scolaire. Pour son aumônier national, Pierre Dabosville (1907-1976), l'engagement intellectuel passait par la médiation sociale : les intellectuels catholiques ne pouvant agir directement sur le politique (méfiance née de la condamnation de l'Action française), il leur incombait d'agir sur l'Etat par le biais des actions sociale et pédagogique qui seules étaient en mesure d'offrir une réflexion assez large, base de tout engagement politique et de résistance active.

Notes

1 Zamansky (Marc), « Essai sur la vie des intellectuels déportés au camp. » dans Cahiers de la Paroisse Universitaire (CPU), décembre 1945, p. 37-42, p. 38.

2 La Paroisse Universitaire naît en 1910, lorsqu'en décembre de cette année Joseph Lotte, professeur au lycée de Coutances et ami de Charles Péguy prend l'initiative d'adresser une circulaire aux enseignants catholiques de l'Université pour les inviter à se rassembler autour d'un bulletin. L'initiative trouve un écho limité : en 1914, le Bulletin compte un peu plus de cinq cents abonnés. Après la mort à la guerre de son fondateur, l'idée est reprise, à Lyon en 1919, par Pierre Heinrich, professeur au Lycée du Parc. C'est en 1929, aux Journées Universitaires de Caen qu'est donné, par le sulpicien Pierre Paris, le nom de Paroisse.

3 Mousel (Jean), « La vie spirituelle en captivité », dans CPU, décembre 1945, p. 30-36, p. 30.

4 Ibid., p. 33.

5 Il s'agit d'un des points les plus caractéristiques de la spiritualité de la Paroisse Universitaire qui deviendra central en 1945 avec l'arrivée au poste d'aumônier de l'oratorien Pierre Dabosville (1907- 1976). « Quelle religion serait la nôtre si elle n'était pas insérée dans le réel historique ? Nous sommes des hommes, des êtres historiques, emportés dans le flot de l'histoire. » (M. Marrou, « Le renouveau dans la France et dans le Monde » dans CPU, décembre 1945, p. 6-15, p. 7.

6 Bulletin Joseph Lotte, mai 1937 (Supplément JU 1937).

7 « L'abbé Batiffol » dans CPU, janvier 1946, p.17-20, p. 17.

8 Bulletin Joseph Lotte, mars et avril 1940 (Lettres et nouvelles du « front »).

9 « L'abbé Batiffol », op. cit., p. 18.

10 Ibid.

11 Zamansky (Marc), op. cit., p. 38-39.

12 Fidèle en cela à l'enseignement du père Paris souhaitant enraciner la foi dans l'acte liturgique.

13 Témoignages de Marc Zamansky et de Jean Mousel, op. cit.

14 Mousel (Jean), op. cit., p. 30.

15 « L'abbé Batiffol », op. cit., p. 20.

16 Zamansky (Marc), op. cit., p. 40.

17 Le Bulletin Joseph Lotte continua de paraître épisodiquement durant la période d'occupation (un numéro par trimestre en moyenne pour la zone sud, puis sous forme de fiches de quatre pages seule possibilité de contourner la censure), il devint Cahiers de la Paroisse Universitaire dès 1945 afin de bien marquer le renouveau opéré par la Libération :

« Le moment est venu, parce que nos frères sortis de leur stalags et de leurs oflags, ou arrachés à leurs bagnes vont se trouver pris tout naturellement dans le réseau que nous tissons à nouveau. (...) Les mauvais jours ont été féconds. D'une fécondité que nous n'avons pas encore bien mesurée. Nous savons mal ce qu'ont fait nos prisonniers. Nous devinons parce que nous avons eu beaucoup d'échos, quelques témoignages, des confidences. Dans les camps, l'esprit de la Paroisse a opéré des merveilles ; il a rayonné, non seulement auprès des universitaires, mais partout ; il s'est enrichi aussi par le bénéfice de tant de souffrances acceptées, d'une réflexion si constamment poursuivie. (...) Nous devons les aider à garder (...) la flamme et l'intransigeance des camps ; il faut qu'ils nous sauvent des compromissions, des timidités, du manque de foi. (...) Saluons donc avec affection ce Bulletin dont les humbles feuillets portent la preuve de notre fidélité, le gage de notre vocation (...). » (Roger Pons, « Au sortir de l'épreuve. Chronique de la Paroisse Universitaire », dans CPU, juin 1945, p. 5-10, p. 6-7).

18 Mousel (Jean), op. cit., p. 31.

19 Zamansky (Marc), op. cit., p. 40

20 « L'abbé Batiffol », op. cit., p. 19.

21 Cf. Bulletin Joseph Lotte mai

22 « L'abbé Batiffol », op. cit., p. 19.

23 Ibid.

24 Témoignage d'un scout présent au camp ; « L'abbé Batiffol », op. cit., p. 20.

25 Témoignage d'un médecin, ibid.

26 Nous nous sommes attachés essentiellement à des sources imprimées liées à la Paroisse Universitaire afin de montrer dans quelle mesure son exemple était significatif d'une spiritualité de refus de l'avilissement humain, spiritualité que l'on retrouve dans les Bulletins Joseph Lotte durant la guerre et quelques années plus tard sous la plume de son aumônier national le père Pierre Dabosville (1945-1963).

Auteur

Allocataire moniteur
Université Lumière - Lyon 2

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540