Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

2e partie. Le monde catholique et l'engagement dans la Résistance

La JOC en zone occupée, d'après de nouveaux témoignages

Michel Lagrée

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Gioulitto (P.), Histoire de la jeunesse sous Vichy, Perrin, 1991, 698 p.
  • 2 Jocistes dans la tourmente, Paris, les Éditions ouvrières, Éditions du Témoignage chrétien, 1989, (...)
  • 3 Duquesne (J.), Les catholiques français sous l'occupation, Grasset, 1966, p. 211-221 ; J. Vinatier(...)
  • 4 Molette (Ch.), En haine de l'Évangile, Fayard, 1993.
  • 5 Coutrot (A.), « Chrétiens de France dans le Grand Reich », rapport général, Églises et chrétiens p (...)

1Deux chantiers historiographiques ont connu conjointement un important développement durant la dernière période : la vie des Églises chrétiennes durant la Seconde Guerre mondiale, le développement des mouvements de jeunesse confessionnels, forme nouvelle d'expression et d'organisation pour ces Églises. Comme en outre le régime de Vichy a porté une attention spéciale à la jeunesse1, on ne s'étonnera pas que l'histoire des mouvements de jeunesse catholique durant la guerre, et spécialement celle de la JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne), fasse l'objet d'un intérêt croissant2. S'agissant de la JOC, plusieurs questions ont focalisé en général l'attention : la réaction de ce mouvement, à la fois religieux et sociologiquement spécialisé, vis-à-vis des tentatives vichystes de création d'une organisation unitaire/uniforme de jeunesse3 ; son attitude vis-à-vis du STO, le problème crucial de 1943, dont les célèbres déclarations du cardinal Liénart constituent l'aspect le plus connu ; le rôle d'un certain nombre de jocistes, qui dans la Résistance, qui surtout au titre de la persécution religieuse dans les camps de travailleurs en Allemagne, que des mesures de béatification ont récemment remises en lumière4. Au-delà de ces questions devenues en quelque sorte classiques, on voudrait ici approfondir les conditions particulières vécues par l'appareil national de la JOC en zone occupée, devenue la zone nord à partir de novembre 1942 jusqu'à la réunification du mouvement, à la fin du printemps 1943. C'est donc une contribution supplémentaire à l'histoire des clivages entre les zones, souvent rappelés5, en même temps qu'un regard porté sur une période en réalité antérieure au grand déploiement de la Résistance. Ceci est rendu possible par la production récente de témoignages ou de documents par des anciens du mouvement.

  • 6 Ce que je dois à la JOC, (décembre 1993), 16 p. multigr., complétées par « Quelques réflexions apr (...)
  • 7 Racines jocistes. Douze années de participation à la vie de la JOC : 1931-1944, 42 + 7 p. multigr.
  • 8 Ce que fut, pour moi, la JOC... 1934-1944, 25 p. multigr. s.d. (1992). Complété par Madeleine Maie (...)
  • 9 Entretien recueilli à Laval le 28 juin 1994. Henri Bourdais achève lui aussi un témoignage écrit, (...)
  • 10 Églises et chrétiens, op. cit., p. 415. On notera qu'E. Poulat nuançait le propos de R. Rémond pou (...)
  • 11 Bédarida (R.), « La hiérarchie catholique », dans Vichy et les Français, sous la dir. de J.-P. Azé (...)
  • 12 Boucault (P.), Le Père Guérin, témoignage à la journée d'études du 14 novembre 1992, Lyon, p. 6.
  • 13 La Jeunesse ouvrière chrétienne pendant la Guerre. Témoignage et discussion (13 juin 1979), 46 p. (...)
  • 14 Ibid., p. 39.
  • 15 Plerrard (P.), L'Église et les ouvriers en France, 1940-1990, Paris, 1991, p. 122.

2Il convient d'abord de resituer les conditions de production de ces témoignages, qu'on ne peut guère séparer. Marcel Montcel, militant d'origine stéphanoise, a été président national de la JOC de 1938 jusqu'à son mariage en 19436. Pierre Boucault, après sa formation de jociste à Blois et un statut de permanent régional pour la région ouest de janvier 1938 à août 1939, est permanent national de septembre 1940 à août 19447. Armand Maïer, après des responsabilités fédérales (1935-1937), puis régionales (1938-1939), rejoint le secrétariat national en novembre 194l8. On y ajoutera le témoignage oral du Mayennais Henri Bourdais, vice-président national de la JOC et responsable de l'équipe de zone occupée jusqu'à la Libération9. Ces témoignages s'inscrivent dans l'actuel travail de mémoire, originellement suscité par les historiens des mouvements de jeunesse. Ils sont à l'évidence coordonnés, et s'insèrent explicitement dans une volonté de rectifier certaines interprétations proposées antérieurement. Il n'est pas avéré qu'ils visent les remarques de René Rémond : l'historien et ancien jéciste notait que la Résistance chrétienne aurait recruté davantage dans les milieux intellectuels, et moins, en proportion, dans les milieux populaires : ceux-ci, tant dans la JOC que la CFTC, auraient été davantage portés au conformisme, à la fois parce que plus vulnérables, intellectuellement, aux effets des propagandes, et du fait de la constante aspiration, bien connue des historiens du monde ouvrier, à être intégré dans la société10. Or on n'insistera sans doute jamais assez sur la révolution introduite par le fait que de jeunes militants ouvriers étaient devenus, depuis moins d'une décennie, les interlocuteurs des évêques ou de figures notables du catholicisme social, comme les PP. Desbuquois et Villain, les uns et les autres, comme l'on sait, dans leur majorité plus ou moins sensibles aux attraits du régime de Vichy11. Il est facile d'imaginer les pesanteurs exercées ici par le simple jeu de la déférence, pour reprendre une catégorie chère à l'histoire sociale britannique. P. Boucault rappelle significativement la surprise des sœurs de Saint-Cloud, quand les dirigeants jocistes ne tenaient pas compte de leurs plans de table, soigneusement conçus pour préserver les convenances hiérarchiques, lors des déjeuners avec le cardinal Suhard12. Plus sûrement, les trois témoignages s'inscrivent implicitement en opposition à celui d'André Villette, ancien membre du secrétariat national de la JOC (1938-1948). Avec le poids que donne un discours tenu devant un aréopage d'historiens du Comité d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale, et publié par leurs soins13, celui-ci, militant de la zone sud, a mis naguère en cause à la fois la désorganisation profonde du mouvement dans la zone nord et l'influence du « style » de Vichy sur un certain nombre de ses dirigeants, supposés fascinés par « l'attrait d'une certaine liberté qu'ils n'avaient plus14 ». Notons qu'à l'inverse, Henri Bourdais évoque la surprise, voire la gêne, des dirigeants jocistes de la zone nord, habitués aux petites réunions de l'ombre, devant le « style » donné en zone sud aux manifestations du quinzième anniversaire de la JOC, en juin 1942 : vues de Paris, les parades spectaculaires organisées à Alger, Grenoble, Limoges, Lyon, Marseille, Saint- Etienne et Toulouse, risquaient d'apparaître, aux yeux de l'opinion, comme bien proches de la morphologie des festivités officielles. Comme souvent en ces matières, l'historien a le sentiment d'être convié à un difficile arbitrage entre anciens compagnons d'idéal, entre lesquels les enjeux de mémoire ont introduit la distance. On se contentera ici de verser au débat ces pièces nouvelles, en ce qu'elles permettent d'approfondir les trois aspects qui ont pu aboutir, dans la JOC de zone occupée, de 1940 à l'hiver 1942- 1943, aux conditions de possibilité d'« une résistance, au moins spirituelle, au nazisme certes, mais à Vichy aussi15 ». La première est le regard sur le fait de l'occupation allemande elle-même, phénomène inconnu en zone sud jusqu'à novembre 1942. La seconde, et sans doute la plus décisive, est l'effort pour maintenir la structure elle-même, au prix de comportements qui, toutes choses égales bien sûr, s'apparentent à la clandestinité. La troisième est le renforcement de la formation des responsables et l'ancrage dans l'identité ouvrière, qui augure le tournant d'après la Libération.

  • 16 Oriol (C.), Marcel Montcel, militant ouvrier chrétien (période 1912-1960), Mémoire de maîtrise d'h (...)

3Président du Comité national de la JOC depuis 1937, le Stéphanois Marcel Montcel, sitôt démobilisé après son séjour sur le front des Alpes, reprend ses fonctions dans l'état-major jociste de Lyon, puis dans le Service National Jociste de Chômage (SNJC), qui s'émancipe de Vichy en septembre 1941 sous l'appellation de « Moissons nouvelles »16. Par ailleurs, il est chargé d'assurer les contacts avec la JOC de zone occupée, et il effectue à ce titre plusieurs missions au-delà de la ligne de démarcation. Le rapport qu'il rédige en mai 1941, après un séjour d'un mois l'ayant conduit de Rennes à Nancy, via Lille, plus de 3 000 km, des centaines d'entretiens, fournit un témoignage de premier ordre, compte tenu de la personnalité de son auteur et de son retentissement potentiel. Il ne distingue pas vraiment entre ce qu'il décrit comme l'opinion en général, observée au fur et à mesure du périple, et celles des militants jocistes rencontrés, qui lui fournissent sans doute l'essentiel de son information. À ce titre, le rapport, bon exemple de mise en oeuvre du « voir » et du « juger », fournit un éclairage de premier ordre sur les sensibilités à l'œuvre en zone nord, au bout de près d'un an d'occupation. À maintes reprises, il insiste sur les sentiments anti-allemands de la population. À Corbie, Montcel est le témoin, dans des débits de boisson, d'une ostensible hostilité à l'égard des soldats allemands. De toutes ses observations, il tire la conclusion que « la presque totalité de l'opinion a fait son unité contre l'occupant ». Avec lucidité, il note que ce sentiment tient du patriotisme germanophobe, spécialement en Lorraine, sinon même de la réaction aux difficultés de l'existence quotidienne, du ravitaillement, des déplacements, etc. car « bien peu, je crois, voient les raisons profondes et spirituelles d'une résistance aux doctrines nationales-socialistes ». Qui se soucie du fait que « l'objectif dernier et essentiel d'Hitler, c'est l'avènement d'une civilisation nouvelle qui exclut le Christ » ? Son constat est même fréquemment pessimiste : c'est sur une base « matérialiste » que se développe l'opposition à l'occupation allemande, présentée sur le mode de la fronde plus que sur celui de la résistance proprement dite. On reconnaît sans peine ici le militant déjà formé à la réflexion sur l'encyclique Mit brennender Sorge.

4Dans ces conditions totalement inédites, il lui paraît difficile de parler de ce qui a fait, depuis dix ans, la spécificité du discours jociste : la formation, l'éducation, la conscience professionnelle, sauf à paraître « comme prenant parti pour une cause qui reste éminemment injuste et inhumaine aux yeux de la masse ». La tâche du mouvement catholique, à valeur pédagogique, serait « d'entretenir cet esprit de résistance, en l'orientant d'ailleurs sur les raisons véritables et profondes qui peuvent seules le justifier ». Le président de la JOC observe en particulier avec inquiétude que pas mal de gens estiment « qu'après tout ce n'est pas une si mauvaise affaire que de secouer un peu les Juifs qui sont venus s'installer chez nous pour nous exploiter ». Et d'ajouter que, « pour nous », c'est-à-dire la JOC, les terribles affiches rouges attestant l'aryanisation aux devantures de magasins, sont humiliantes.

5À l'époque, c'est l'expérience alsacienne, rapportée à Montcel par un aumônier de Mulhouse, qui permet d'entrevoir ce que serait une réelle tentative de nazification de la société : délation organisée parmi les enfants des écoles, surveillance des prêtres et de leurs sermons, instauration de la jeunesse hitlérienne, avec réunions placées systématiquement aux heures des offices. Montcel se montre particulièrement outré par le contenu de la presse parisienne, avec « toutes ces signatures de gens qui se disent Français et qui vantent à longueur d'article les beautés et les avantages du paganisme hitlérien. » Et il en va de même pour la radio et le cinéma, « entièrement nazifiés », vantant la gloire et la grandeur du Grand Reich, et n'évoquant la France que pour sa contribution, modeste, au nouvel ordre européen.

  • 17 Cf. Sainclvier (J.), L'Ille-et-Vilaine dans la guerre, 1939-1945, Le Coteau, Horvath, 1986, p. 121 (...)
  • 18 Sur l'attitude, controversée, du cardinal Liénart, Cf. les actes du colloque : Églises et chrétien (...)

6Quant à la politique de collaboration, il la voit partout rejetée. C'est bien le Vichy collaborationniste, celui d'après Montoire, celui de Laval et Darlan, qui fait l'objet d'un rejet. À Nantes et à Rennes, « le Maréchal et son Gouvernement sont actuellement très impopulaires, depuis surtout la mise en application de la politique de collaboration »17. À Amiens, Montcel a « rencontré et discuté avec pas mal de cheminots qui sont tous violemment opposés à la collaboration. - Demandez le dernier engrais de choix, disent-ils, le fumier Darlan ! — ». Dès lors, Montcel a le sentiment que la majorité est de sentiment gaulliste : à Rennes, « tout le monde écoute la radio anglaise » et se défie, en particulier, des autonomistes appuyés par les Allemands, même si subsiste un évident sentiment régionaliste. À Amiens, il évoque le « trafic » organisé avec des avions anglais venant embarquer clandestinement, dans la campagne, de jeunes volontaires pour la France Libre. À Lille, les postes de radio ont été confisqués pour empêcher l'écoute de la radio anglaise, massive, comme l'a prouvé la manifestation le jour de la fête de Jeanne d'Arc. À Roubaix, tout le monde croit à une victoire anglaise. « Les ouvriers ne comprennent pas l'attitude du cardinal Liénart, qui parle du Maréchal toutes les fois qu'il prend la parole. Pour la masse, cette attitude est une véritable trahison envers le pays et l'Église perd donc tout crédit et toute confiance de la part des travailleurs : « Si le cardinal continue à parler de Pétain, je ne vais plus à la messe, dit une brave ouvrière »18

7Pour Montcel, la popularité initiale de Pétain l'avait fait mettre à part et au-dessus du gouvernement, à l'origine, mais les ambiguïtés sont désormais tombées aux yeux de l'opinion. Dès lors l'Église de France, « et notre mouvement si nous n'y prenons pas garde », encourt le risque que la situation actuelle soit perçue par les masses « comme étant une revanche du capitalisme et des curés sur les grèves de 1936 ». Se disant « absolument effrayé » par tout ce qu'il a vu et entendu, il appelle à reconsidérer les positions du catholicisme français vis-à-vis « d'un gouvernement qui gouverne contre 95 % au moins de l'opinion », et à s'inspirer de l'intransigeance observable en Belgique.

  • 19 Villette (A.), La Jeunesse ouvrière chrétienne..., op.cit., p. 40.
  • 20 Boucault (P.) corrobore : les sessions sont le lieu privilégié « d'affirmation physique » d'une JO (...)

8Ce serait dès lors le moyen d'une résistance vraiment spirituelle, issue des profondeurs du corps social, alors que le philo-gaullisme un peu partout observé se limiterait à une forme de réaction négative, « qui attend tout de l'extérieur, de l'étranger, sans rendre compte suffisamment que la France porte aussi en elle les possibilités de son propre relèvement. » Pénétré tout à la fois par le patriotisme et les grandioses ambitions régénératrices de l'Action catholique du temps, Montcel, involontairement, exprime un discours non sans connotations gaulliennes... C'est peut-être dans ce type de réaction qu'André Villette, rétrospectivement, a lu une influence vichyste : « Aux sessions de dirigeants de zone nord, on faisait le salut aux couleurs [...] On faisait l'éducation physique le matin ; il y avait un certain style — jeunesse — dont on s'était magnifiquement protégé en zone sud mais qui, en zone nord, avait marqué très profondément19. » Pour Armand Maïer, il y a confusion : les jocistes ont accoutumé, lors des rencontres de quelque importance en zone occupée, d'apporter et de déployer drapeaux fédéraux et fanions de sections, et compensent ainsi le déficit de visibilité symbolique que la contrainte allemande fait peser sur le mouvement20.

  • 21 « 1940-1944, la JOC sous l'occupation allemande » note d'Henri Bourdais (fin 1981).

9Les témoignages des anciens concordent tous en effet : le maintien de la JOC elle-même en zone occupée constitue, en soi, une forme de « résistance ». Pierre Boucault est démobilisé le 28 août 1940, jour même où est prise l'ordonnance allemande du 28 août, interdisant tous groupements et toutes associations, sans autorisation préalable. Alors que le secrétariat national s'est replié à Lyon, une équipe choisit de se maintenir à Paris, dans les locaux du 12, avenue Soeur-Rosalie, en dépit des nombreux conseils de soumission reçus. Le point de vue de l'équipe est clair : puisque le champ de l'ordonnance exclut les associations « fondées sur le droit public », donc régies par la loi de 1901, elle ne se sent pas concernée. « Dès ce jour-là, en ne répondant pas aux obligations imposées par l'ordonnance, la JOC a pris une attitude d'opposition, de refus d'obtempérer, sinon de résistance, dont le mot était totalement inconnu à l'époque21 ». C'est quelques semaines plus tard, les liens avec la hiérarchie et l'ACJF s'étant resserrés, qu'apparaît le raisonnement bien connu, plus théologique en quelque sorte, du mouvement d'Église, se situant donc « ailleurs » par nature. Le retour à Paris, fin septembre, de l'abbé Guérin, fondateur et aumônier général de la JOC, constitue à la fois un puissant renfort moral et une forme éclatante de légitimation. L'abbé Guérin forme avec le P. Bouche, dominicain, l'aumône- rie du secrétariat national de zone occupée. Une vie communautaire intense règne dans les locaux de « Rosalie », avec ses rites : messes matinales dans la chapelle au septième étage, sous le crucifix et le drapeau de la fédération de Strasbourg, transmis par les jocistes alsaciens pour éviter toute confiscation allemande, les repas, les temps de prière, de loisir, les soirées.

10Les autorités d'occupation surveillent de près la JOC et ne sont pas dupes. Un courrier du commandement militaire de Paris, le 18 décembre

  • 22 Note sur l'action catholique en zone occupée, Archives M. Montcel, cité par C. Oriol, op.cit., p. (...)

111940 dénonce le caractère « erroné » de l'interprétation donnée quant à la structure de droit public, et enjoint à la JOC de se soumettre. P. Boucaut envoie le 27 janvier une ostensible circulaire demandant aux équipes de stopper leurs activités, assortie de consignes orales disant exactement le contraire... Plusieurs visites de policiers attestent une inquiétante sollicitude de l'occupant. Montcel dénonce « cette politique sournoise, pernicieuse [...] premier pas vers la déchristianisation lente, progressive et méthodique de notre France22 ». Le mode de fonctionnement impose un certain nombre de contraintes, propres à la semi-clandestinité. Le port de l'insigne est abandonné dans la vie extérieure. On recourt à la correspondance personnelle avec les militants des fédérations locales. Faute de pouvoir diffuser le bulletin Équipe ouvrière, la JOC collabore avec son homologue maritime, la JMC, pour utiliser son bulletin destiné à la formation des militants, En Route. Trois numéros de Voix ouvrières sont diffusés en supplément du périodique Voix françaises, publié à Bordeaux. À l'occasion des fêtes de Noël et de Pâques, des magazines spéciaux sont diffusés, « navigant tous feux éteints », selon l'expression d'H. Bourdais. Le calendrier, emblème du mouvement et source essentielle de revenu, est diffusé envers et contre tout, en

  • 23 Boucault (P.), Racines jocistes..., op.cit., p. 26-27. H. Bourdais, de son côté, entrepose des arc (...)
  • 24 Témoignage d'A. Villette (zone sud) dans G. Cholvy et J.-P. Bonhotal, La JOC-JOCF : efficacité et (...)
  • 25 Bourdais (H.), fait état de deux rencontres seulement, en trois ans, avec Lamirand. L'une en novem (...)

121941 à 600 000 exemplaires. Les fichiers de correspondants, de sections, d'abonnés, sont mis en sécurité à l'extérieur de la centrale, d'une part dans les locaux annexes de l'église Saint-Hippolyte, dans le XIIIe arrondissement, d'autre part dans un appartement inoccupé d'un immeuble de l'avenue La Motte-Picquet, grâce à la complicité de la concierge, mère d'un des dirigeants23. À l'été 1942, le Comité national décide de créer des secrétariats provinciaux, pour parer à toute éventualité de bloquage de l'échelon parisien ou de fermeture des zones par les opérations militaires. Une « province » est formée par une ou plusieurs régions limitrophes. Ceci confère à la JOC de zone occupée un caractère beaucoup plus décentralisé que l'appareil officiel de zone sud24. Parallèlement, pour assurer une meilleure sécurité aux permanents du secrétariat national, certains d'entre eux, grâce à une collaboration avec l'abbé Rodhain, deviennent des salariés de l'aumônerie des prisonniers de guerre, et peuvent donc exhiber une carte de travail, revêtue du cachet de l'aumônerie, lors des contrôles de la police. Ce jeu de cache-cache avec l'occupant réduit tout autant les occasions de contacts avec l'appareil d'État vichyste : la présence de milieux notablement plus collaborationnistes, par rapport à la zone sud, à l'antenne parisienne du secrétariat d'État à la Jeunesse, est dissuasive25.

  • 26 Ibid, p. 34. C'est évidemment encore plus net pour E. Descamps, à Lille, qui souligne les liens tr (...)

13Compte tenu des possibilités de déplacement, le trajet Paris-Bruxelles comporte moins de risques que Paris-Lyon, des liens étroits se tissent avec la JOC belge. En avril 1942, P. Boucault participe à des réunions, tant avec la JOC flamande que la JOC wallonne, en présence de Cardijn. « La séance de clôture est marquée par l'arrivée des Allemands, civils et militaires, avec contrôle systématique de l'identité de chacun, nous sommes 150 environ. Les dirigeants belges ont conscience de la difficulté de notre état de Français et, très vite, Jeff Deschueffeler, secrétaire général de la KAJ, a l'initiative : discrètement, il fait sortir les cinq Français, un par un. » Il serait intéressant de mesurer la façon dont les militants français prenaient conscience de l'originalité de l'Action catholique belge, laquelle n'avait pas à se situer, à la différence de son homologue française, par rapport à une entité politique « légitime », mais directement face à une autorité militaire allemande. Ces liens avec les Belges se renforcent en 1943, cette fois dans l'autre sens, par le contact avec les jeunes Belges requis sur les chantiers Todt en France. « Au fond, pendant quatre ans, en zone occupée, les faits nous conduisent à penser, à agir — JOC internationale — »26.

  • 27 Maïer (A.), Ce que fut pour moi... op.cit., p. 14.

14Vue la difficulté de faire circuler les informations, les déplacements à l'intérieur du territoire français sont plus indispensables que jamais, mais ils font eux-mêmes épouser peu à peu aux dirigeants jocistes les ruses et les risques de tous les clandestins : cet aspect affleure à maintes reprises dans les témoignages. Armand Maïer, en charge de la France de l'Est, doit se rendre tant dans les Ardennes, rattachées à l'administration allemande de Bruxelles, que surtout en Lorraine annexée, à raison de deux ou trois fois par mois. « Parfois, il fallait se glisser sous une banquette, parfois s'aplatir derrière la porte des W.C., parfois s'accroupir sur le marchepied opposé au quai, sauf si une sentinelle se trouvait justement là, parfois descendre du train et remonter derrière le feldgendarme dès qu'il avait contrôlé les premiers compartiments, parfois vaquer à travers les voies, et remonter au moment précis du départ27... » Montcel lui-même aura effectué treize passages clandestins en zone occupée. Il est d'ailleurs arrêté le 6 janvier 1942 lors d'un franchissement de la ligne de démarcation, à Montceau-les-Mi- nes. Après six heures d'interrogatoires, « portant sur la JOC et le gaullisme », il est condamné à six semaines de prison.

  • 28 Maïer-Vaxelaire (M.), Ce que nous a fait découvrir..., p. 8-9.
  • 29 Encore qu'il conviendrait peut-être de faire la part, chez les jocistes issus de l'enseignement ca (...)

15Les militantes féminines ne sont pas logées à meilleure enseigne. Madeleine Vaxelaire, fiancée d'Armand Maïer et responsable de la zone est, avant de militer au secrétariat général de Courbevoie, de 1942 à 1944, devait passer la ligne environ une fois par mois. En juin 1942, pour représenter la zone occupée au congrès de Lyon, elle fait le trajet entre Dole et Ambérieu avec la complicité de cheminots, « sous la locomotive à vapeur, en plein air, adossée au cendrier, plutôt chaud, les jambes étendues sur une barre de fer, sans bouger évidemment », et elle effectue le retour dans le coffre à outils du tender, « un genre de cercueil en métal avec couvercle28 ». Il y a là une incontestable prise de risques, qui n'est pas sans rappeler — les intéressés ne s'en doutant probablement pas29 — les gestes des catholiques réfractaires, tant clercs que laïcs, durant les phases de répression sous la Révolution française.

16Du 11 au 21 janvier 1943, la session de dirigeants nationaux est encore limitée aux seuls responsables des zones nord et interdite. Cependant, au printemps, le passage entre les zones sud et nord devient possible sur seule présentation de la carte d'identité, et dès lors la réunification des deux Comités nationaux devient possible. Un comité de réunification se tient à Buzenval, les 13 et 14 juin. Il n'y a plus, à proprement parler, de JOC de zone occupée : le centre de gravité du mouvement, plutôt lyonnais jusqu'ici comme pour beaucoup d'institutions catholiques à l'époque, est revenu à Paris. Ce qui n'exclut nullement, bien au contraire, comme le montrent les événements d'août 1943, arrestation de l'abbé Guérin et fermeture de la Centrale, la diminution des risques.

  • 30 Boucault (P.), Racines jocistes..., op.cit., p. 41.

17Y avait-il, en zone occupée, des gestes symboliques, de portée plus ou moins spectaculaire, attestant un esprit de résistance, au-delà du seul fait de faire vivre, envers et contre tout, une organisation clandestine ? C'est lors des sessions que, l'effet de groupe aidant, ces signes apparaissent. La Marche Lorraine est chantée plusieurs fois, y compris, à Bordeaux, dans des locaux partiellement occupés par les Allemands. Lors d'une session à Lille, en juillet 1941, une vingtaine de participants s'allongent sur le gazon, formant une croix de Lorraine, photographiée depuis les étages. Lors d'une semaine d'études régionales à Tours, en 1941, le délégué départemental à la Jeunesse, présent à la séance de clôture, « intervient et demande aux participants de se lever en hommage au maréchal Pétain. Le P. Druaux, aumônier régional, et moi-même sommes sur l'estrade et restons assis. La salle reste assise !... Silence glacial !30 »

  • 31 Maïer (A.), op.cit., p. 18.

18A. Maïer et P. Boucault rappellent le choix systématique des jocistes de monter dans le dernier wagon des rames de métro, seul autorisé, à partir de mai 1942, aux porteurs de l'étoile jaune. La centrale JOC découvre progressivement l'horreur de la rafle du Vel'd'Hiv. Quelques jours après, lors d'une session d'études de Châlons-sur-Marne, A. Maïer stigmatise l'événement dans son « laïus de conclusion », non sans avoir vérifié auparavant que « fenêtres closes, les sons produits par notre réunion et nos discours n'étaient pas audibles de la rue qui bordait l'institution Saint-Étienne qui nous abritait. Il ne pouvait en effet être question de s'attirer des ennuis, ayant la responsabilité d'une centaine de jeunes gens31. » Il est félicité par l'abbé Guérin, présent à la rencontre. Il est vrai que, du fait de son anthroponyme, Maïer a fait l'objet, à diverses reprises, de soupçonneuses vérifications d'identité de la part de l'occupant.

  • 32 Maier (A.), Une création de la JOC en zone occupée en 1942 : une Université populaire à Marly-le- (...)
  • 33 Pelletier (D.), Aux origines du tiers-mondisme catholique. De l'utopie communautaire au développem (...)
  • 34 Garreau (L.), L'expérience fondatrice de la pensée et de l'action du Père Lebret (1929-1939), mémo (...)
  • 35 Montcel, Ce que je dois..., p. 9. Rien n'indique qu'il y ait eu des liens entre les deux dominicai (...)
  • 36 Comte (B.), Une utopie combattante. L'École des cadres d'Uriage, 1940-1942, Fayard, 1991, p. 327- (...)
  • 37 Ibid, p. 199 et 449.
  • 38 La JOCF, un peu plus tard, crée une structure du même genre à Saint-Cloud. Cf. G. Cholvy et J.- P. (...)

19Le troisième aspect qui ressort de ces témoignages concerne le tournant apporté dans la formation des militants, à la fois dans la forme et dans le contenu. Depuis leurs origines, les mouvements d'Action catholique ont vocation à former une élite issue de « la masse » à transformer. La spécificité des mouvements à recrutement populaire, JOC, JAC ou JMC, tient dans l'adaptation de cette formation à un public nouveau. Tout se passe comme si les contraintes de la zone d'occupation (nécessité de renouveler les cadres d'un mouvement décimé par la captivité et la dispersion, conjointe aux difficultés de circulation de l'information) conduisaient à renforcer cet effort de formation, et à multiplier les journées d'études, sessions régionales, sessions intensives de dirigeants fédéraux, ainsi que les retraites et récollections. Mais le caractère nouveau de la période, marqué en particulier par l'affrontement des diverses idéologies, nazisme, fascisme, révolution nationale, communisme, conduit à envisager un pas supplémentaire, avec la création d'une « Université populaire » vouée à mettre en perspective intellectuelle, grâce aux rencontres avec des sociologues, économistes, pédagogues, dirigeants d'entreprise, militants ouvriers, etc. l'expérience acquise sur le tas32. En un sens, l'initiative n'est pas entièrement nouvelle, et s'inscrit dans une tradition déjà ancienne du catholicisme social : on peut penser aux Semaines sociales, mais aussi aux Semaines rurales, développées à partir des années 20. En revanche, le P. Bouche envisage, dès l'hiver 1941, de mettre en place un Institut permanent de formation, avec son équipement et son encadrement propre. On pense ici davantage aux formules expérimentées à Saint-Malo par le père Lebret, dominicain comme le P. Bouche, s'agissant des milieux maritimes, et qui ont abouti, à la faveur des bouleversements de 1940, à la création à Lyon d'Économie et Humanisme33. Il n'est pas jusqu'à l'emprunt explicite à une formule de la tradition laïque et démocratique : université populaire, qui ne rappelle le précédent de Saint-Malo dans les années trente, l'« École Normale » sociale vouée à l'étude des problèmes du monde maritime34. On notera cependant que le P. Lebret, s'il a eu d'étroits contacts en zone sud avec Montcel, au point de devenir un véritable « maître à penser », n'a pas participé à l'Université populaire35. Il est difficile enfin de ne pas établir un parallèle avec les écoles des cadres de la jeunesse, en particulier celle d'Uriage. On sait que la JOC n'a pas éprouvé les mêmes réticences que l'ACJF devant le style particulier et les méthodes pédagogiques en vigueur à Uriage36. Or on retrouve à Marly- le-Roi, simple coïncidence ou référence implicite ? un certain nombre des ingrédients typiques d'Uriage : appels à des intervenants très divers, climat de communauté fervente, jusqu'au compagnonnage, sentiment de participer à un effort de relèvement collectif. Le jeune inspecteur des finances Paul Delouvrier, un des intervenants de Marly-le-Roi, n'a-t-il pas été lui- même, l'année précédente, stagiaire à Uriage, avant d'en devenir un des formateurs37. De même l'accent est-il mis, à Marly-le-Roi, sur un style pédagogique, fondé sur les méthodes de participation active. Tout cela est en rupture avec le modèle scolaire traditionnel, au point que l'équipe nationale récuse, après quelques mois de préparation, le premier responsable de l'Université populaire, René Minguet, ancien rédacteur de La Jeunesse ouvrière38.

20Si l'initiative vient clairement de la zone nord, et les témoignages la revendiquent explicitement, la coordination avec la zone sud est assurée par Marcel Montcel, à qui revient la direction des deux premières sessions de juillet et août 1942, regroupant une cinquantaine de responsables fédéraux. Montcel abandonnant ses responsabilités pour se marier, c'est Armand Maïer qui prend sa suite (session d'octobre 1942), avant de passer la main à Henri Bourdais, vice-président de la JOC, lors de la réunification de juin 1943. Le problème du financement est résolu par la création d'une association, placée sous l'invocation de Jean Bosco, pour collecter des dons et permettre d'accorder des bourses pour cette sorte de formation continue.

  • 39 Note citée par A. Maier, op.cit., p. 6.
  • 40 Laborie (P.), L'opinion publique sous Vichy, Paris, Seuil, 1990, p. 262 sq.
  • 41 Ce qui permet aussi des échanges dans l'autre sens : ainsi M. Truptil, directeur général adjoint d (...)
  • 42 Témoignage de H. Bourdais.
  • 43 Cf. J.-P. Le Crom, « L'échec de la Charte du Travail », Les ouvriers en France..., op.cit., p. 238 (...)
  • 44 Cf. les remarques sur ce sujet d'A Coutrot, E. Poulat et F. Bédarida (Églises et chrétiens... op.c (...)

21Les témoignages s'étendent surtout sur les conditions matérielles d'organisation, forcément acrobatiques dans les conditions du temps, et sur les méthodes pédagogiques (exposés généraux, suivis d'entretiens et mises en commun en petits groupes), ayant laissé un « souvenir inoubliable », par exemple à Paul Cornière et Louis Renoult, de la fédération du Havre39. Ceci contraste avec la crise du moral, dans l'opinion publique en général, que les historiens associent en général au milieu de l'année 194240. Ils sont plus évasifs sur le contenu intellectuel proprement dit. Les programmes relevés permettent de relever les principaux points forts. L'idéal communautaire et anti-individualiste du catholicisme, dans la tradition intransigeante et néo-thomiste, est bien représenté et revient en leitmotiv : communauté de quartier, de travail, de loisir, communauté chrétienne. Des données positives sur l'économie générale et la vie des entreprises, sur le salaire, sont mises en relation par le P. Villain, de l'Action populaire, avec la doctrine pontificale sur le sujet. Ceci passe nécessairement par l'appel à contribution de hauts responsables, tant dans l'administration que dans les entreprises : directeur des études économiques de la Banque de France, directeur du Comité central des Allocations familiales, directeur de l'École coloniale, etc. Pour beaucoup de ces jeunes issus des classes populaires, habitués à une relation, quand elle existe, disparitaire avec les classes dirigeantes, Marly-le-Roi est le lieu d'une première relation paritaire. H. Bourdais souligne que les conditions exceptionnelles de la guerre ont permis à la JOC de tisser des relations avec des milieux « bourgeois », tels les groupements diocésains d'Action catholique41. Cela passe aussi par l'étude de certains thèmes névralgiques du moment : le déséquilibre entre l'agriculture et l'industrie, la Charte du Travail, l'Empire français... Comment en parlait-on ? Pour Louis Renoult et Paul Cornière, « c'était sous l'occupation ; nous avons parlé de Vichy, de la Charte du Travail, du fascisme ; il y avait des cours, et des discussions après les cours : aucune trace de collaboration là-dedans. Comme disait le P. Bordet, un aumônier national, — Vichy soit qui mal y pense — ». Il conviendrait évidemment de multiplier les témoignages de ce type. S'agissant par exemple de la Charte du Travail, il serait intéressant de savoir comment en étaient présentées les structures, en évolution constante. On a vu ainsi se succéder à Marly-le-Roi le P. Villain, de l'Action Populaire, pour le point de vue « officiel » sur la Charte du Travail, suivi de Marcel Poimbœuf, de la CFTC, dénonçant la suppression du syndicalisme libre42. Est-on allé jusqu'à évoquer les conflits internes d'appréciation, tant dans les anciens syndicats que dans les sphères vichystes elles-mêmes43 ? En savoir un peu plus permettrait de mesurer de plus près la marge séparant l'approche plus « politique » des problèmes, traditionnellement accolée aux mouvements d'action catholique à recrutement plus intellectuel (JEC, ACJF) et l'approche plus « apostolique » de mise à la JOC44.

  • 45 Militer, p. 36-37.
  • 46 Marcel Montcel est à l'origine un menuisier du bâtiment, dans une entreprise artisanale, Armand Ma (...)
  • 47 Watrebled (R.), Stratégies catholiques en monde ouvrier dans la France d'après-guerre, Paris, les (...)
  • 48 Delporte (Ch.), « L'image des ouvriers dans le dessin de presse de la collaboration », dans Les ou (...)
  • 49 Cholvy (G.), Comte (B.), Feroidi (V.),Jeunesses chrétiennes au xxe siècle, Paris, les Éditions ouv (...)

22L'élément le plus significatif est peut-être cependant le rôle dévolu aux perspectives d'Édouard Dolléans sur l'histoire du mouvement ouvrier. Le P. Bouche présente l'histoire du mouvement ouvrier, depuis le xixe siècle, son évolution au xxe, en y replaçant la JOC elle-même. A. Maïer n'avait « pas réalisé jusque-là combien la JOC nous insérait dans le combat collectif de la classe ouvrière, dans un ample courant, pour une libération, pour une promotion, pour un épanouissement, pas seulement d'une élite, mais d'un peuple ». Eugène Descamps a, lui aussi, été sensible à ce tournant de 1943, occupé à la recherche de « filiation » de la JOC par rapport au mouvement ouvrier dans son ensemble45. Tout cela s'insère dans un courant en train de se constituer : revendication de l'autonomie ouvrière face à la Charte du Travail, prise de conscience du caractère souvent périphérique du recrutement de l'Action catholique par rapport au « prolétariat » spécifiquement industriel dont le prestige va croissant46, création de la Mission de France, à la veille de la publication du célèbre France, pays de mission ? des abbés Godin et Daniel47. Pierre Boucault a été sensible à cette évolution. Il rappelle que l'abbé Godin, par ailleurs aumônier de la fédération JOC de Paris-nord, a vécu au secrétariat général pendant l'occupation, qu'il y avait son bureau, sa chambre, qu'il partageait fréquemment le déjeuner avec l'équipe des permanents. De même le P. Bouche a-t-il mûri le projet de la revue Masses ouvrières durant cette période. Il n'est pas indifférent d'observer que ce recentrage sur le monde ouvrier stricto sensu est en proportion inverse de l'intérêt porté par la presse officielle aux ouvriers, laquelle s'en écarte, passés les premiers enthousiasmes de la Révolution nationale48. En un certain sens, il n'est pas exagéré de dire que ce sont les contraintes très particulières de la zone occupée qui ont peut-être, en quelque sorte, anticipé sur le tournant, opéré à partir de 1943 pour l'action catholique spécialisée, de la perspective de conquête, tous oriflammes déployés comme en 1937, ce qui était resté possible en zone libre, à celle du « témoin engagé » et de « l'enfouissement » qui caractérise davantage la période suivante49.

  • 50 Dermenjian (G.), « Les femmes du Mouvement populaire des familles », dans Les ouvriers en France.. (...)
  • 51 Sur ces possibilités de convergences, surtout en 1940-1941 et par l'entremise de Lamirand, via un (...)
  • 52 Descamps (E.), Militer, op. cit., p. 39-40 ; P. Pierrard, l'Église et les ouvriers..., op. cit., p (...)

23Que cela ait coïncidé avec la période de l'occupation et de la Résistance n'épuise pas le débat sur la qualification exacte à donner à l'engagement militant pour maintenir en vie un mouvement catholique dont les référents étaient assurément à l'opposé de ceux du national-socialisme. Il en va de la JOC comme du Mouvement populaire des familles50, et d'autres organisations catholiques, écartelées entre ce qui était ressenti comme un devoir de survie d'organisation, pour des militants lui ayant tout donné depuis souvent des années, et, le sentiment patriotique aidant, le risque évident de conjonction involontaire, du moins au début, avec les entreprises officielles du régime de Vichy, ou plus exactement de certains de ses secteurs, en matière de jeunesse51. Le témoignage précis fourni par les anciens responsables de zone occupée fait entrevoir que les ambiguïtés ont été rapidement levées, et que les conditions de possibilités d'un engagement dans la Résistance proprement dite, avéré pour un certain nombre de militants de la JOC52, ont été créées. En novembre 1943, le Conseil National de la Résistance prend d'ailleurs officiellement contact avec le secrétariat national. Ces données n'en renforcent pas moins la spécificité identitaire du mouvement jociste, branche la plus populaire, sociologiquement parlant, de l'Action catholique, par rapport à la JEC et l'ACJF. Cinquante ans après, Pierre Boucault le rappelle avec force : il a entendu maintes fois entre 1940 et 1944 l'abbé Guérin répéter la phrase : « acceptation des liens qui nous unissent aux autres », et ne l'a jamais entendu prononcer le mot « engagement », « tant usité dans divers milieux catholiques ». Même si l'on peut légitimement soupçonner dans cette insistance, comme souvent dans le témoignage à longue distance, l'effet de débats postérieurs à l'époque invoquée, ceci correspond sans doute à une réalité profonde.

Notes

1 Gioulitto (P.), Histoire de la jeunesse sous Vichy, Perrin, 1991, 698 p.

2 Jocistes dans la tourmente, Paris, les Éditions ouvrières, Éditions du Témoignage chrétien, 1989, 351 p ; F. Richou, « La JOC : vie du mouvement et relations avec les autorités de Vichy », dans D. Peschanski, J.-L. Robert (dir.), Les ouvriers en France pendant la Seconde Guerre mondiale, CNRS- CRMSS, 1992, p. 409-417. Sur la perspective d'ensemble des mouvements de jeunesse, Cf. Y.- M. Hilaire, « La jeunesse dans l'Église : un renouveau spirituel et intellectuel (vers 1938-vers 1950) », Spiritualité, théologie et résistance. Yves de Montcheuil, théologien du maquis du Vercors ; Colloque de Biviers, sous la dir. de P. Bolle et J. Godel, Grenoble, 1987, p. 275-291.

3 Duquesne (J.), Les catholiques français sous l'occupation, Grasset, 1966, p. 211-221 ; J. Vinatier, Le cardinal Suhard, l'évêque du renouveau missionnaire, 1874-1949, Le Centurion, 1983, p. 125-136.

4 Molette (Ch.), En haine de l'Évangile, Fayard, 1993.

5 Coutrot (A.), « Chrétiens de France dans le Grand Reich », rapport général, Églises et chrétiens pendant la Seconde Guerre mondiale, sous la dir. de X. de Montclos, M. Luirard, F. Delpech, P. Bolle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, p. 314.

6 Ce que je dois à la JOC, (décembre 1993), 16 p. multigr., complétées par « Quelques réflexions après un séjour d'un mois en zone occupée » (rapport de M. Montcel, dactyl., mai 1941, 8 p.). Documents aimablement transmis à l'auteur par E. Fouilloux (Centre André-Latreille, université Lumière-Lyon II).

7 Racines jocistes. Douze années de participation à la vie de la JOC : 1931-1944, 42 + 7 p. multigr.

8 Ce que fut, pour moi, la JOC... 1934-1944, 25 p. multigr. s.d. (1992). Complété par Madeleine Maier (Vaxelaire), Ce que nous a fait découvrir la JOC/F, 1936-1944, 9 p.

9 Entretien recueilli à Laval le 28 juin 1994. Henri Bourdais achève lui aussi un témoignage écrit, qui sera mis à disposition des historiens.

10 Églises et chrétiens, op. cit., p. 415. On notera qu'E. Poulat nuançait le propos de R. Rémond pour ce qui concerne les grandes insurrections urbaines (ibid., p. 456).

11 Bédarida (R.), « La hiérarchie catholique », dans Vichy et les Français, sous la dir. de J.-P. Azéma et F. Bédarida, Fayard, 1992, p. 444-462. Cf. aussi, sur un mode nettement plus polémique, « La véritable histoire des évêques sous l'Occupation »,Golias, n° 29, printemps 1992, p. 35-118. Il existe, comme l'on sait, de notables exceptions, tel Mgr Vansteenberghe (Bayonne), lequel, à l'occasion d'une session JOC à Bayonne, à l'été 1942, s'oppose à ce que Pierre Boucault prenne le train entre Hasparren et Bayonne, dans un secteur étroitement contrôlé par les Allemands, lui offre une place dans sa voiture et, à l'arrivée, prend un moment pour lui faire visiter la cathédrale et le cloître.

12 Boucault (P.), Le Père Guérin, témoignage à la journée d'études du 14 novembre 1992, Lyon, p. 6.

13 La Jeunesse ouvrière chrétienne pendant la Guerre. Témoignage et discussion (13 juin 1979), 46 p. multigr.

14 Ibid., p. 39.

15 Plerrard (P.), L'Église et les ouvriers en France, 1940-1990, Paris, 1991, p. 122.

16 Oriol (C.), Marcel Montcel, militant ouvrier chrétien (période 1912-1960), Mémoire de maîtrise d'histoire, université Jean-Monnet, St-Étienne, juin 1993, p. 100 sq.

17 Cf. Sainclvier (J.), L'Ille-et-Vilaine dans la guerre, 1939-1945, Le Coteau, Horvath, 1986, p. 121 sq. ; La Bretagne dans la guerre, 1939-1945, Rennes-Caen, Ouest-France, Mémorial Caen Normandie, 1994, p. 127 sq.

18 Sur l'attitude, controversée, du cardinal Liénart, Cf. les actes du colloque : Églises et chrétiens pendant la Seconde Guerre mondiale dans le Nord-Pas-de-Calais, Revue du Nord, 1978, n° 237 et 238.

19 Villette (A.), La Jeunesse ouvrière chrétienne..., op.cit., p. 40.

20 Boucault (P.) corrobore : les sessions sont le lieu privilégié « d'affirmation physique » d'une JOC « peu perçue en zone occupée », d'où l'insistance sur l'uniforme, les drapeaux, les chants. Ceci rejoint au demeurant une tendance forte depuis les années trente, surtout si l'on tient compte du passé possible de Cœurs vaillants dans les années 30 d'un certain nombre de militants des années 40 (Racines jocistes..., op.cit., annexe A, p. 41). Il y a bien, en revanche, éducation physique et exercices tous les matins dans le parc lors de la session d'août 1942 de l'université populaire de Marly-le-Roi (C. Oriol op.cit., annexe 16, p. 224), le tout sous l'invocation de la méthode Hébert, très en vogue alors.

21 « 1940-1944, la JOC sous l'occupation allemande » note d'Henri Bourdais (fin 1981).

22 Note sur l'action catholique en zone occupée, Archives M. Montcel, cité par C. Oriol, op.cit., p. 127.

23 Boucault (P.), Racines jocistes..., op.cit., p. 26-27. H. Bourdais, de son côté, entrepose des archives dans un comble perdu de « Rosalie », accessible seulement en démontant des ardoises.

24 Témoignage d'A. Villette (zone sud) dans G. Cholvy et J.-P. Bonhotal, La JOC-JOCF : efficacité et postérité d'un mouvement d'action catholique de jeunesse, de 1927 à 1950, Actes du colloque de Lyon (déc. 1988), Lyon, Les Amis de la JOC-JOCF, 1991, p. 68.

25 Bourdais (H.), fait état de deux rencontres seulement, en trois ans, avec Lamirand. L'une en novembre 1942, à l'université populaire, où il vient « supplier » la JOC de participer à l'effort d'encadrement des quatre cinquièmes, inorganisés, de la jeunesse ; l'autre en mars 1943, pour solliciter un appui dans une campagne en faveur des personnes âgées, contre promesse d'une aide financière, également refusée.

26 Ibid, p. 34. C'est évidemment encore plus net pour E. Descamps, à Lille, qui souligne les liens très étroits de la JOC du nord avec Bruxelles : on appelait « propagandistes » les responsables, sur le mode belge, et non pas « permanents » (Eugène Descamps, Militer, Fayard, 1971, p. 32-34).

27 Maïer (A.), Ce que fut pour moi... op.cit., p. 14.

28 Maïer-Vaxelaire (M.), Ce que nous a fait découvrir..., p. 8-9.

29 Encore qu'il conviendrait peut-être de faire la part, chez les jocistes issus de l'enseignement catholique, des souvenirs de l'hagiographie du clergé réfractaire volontiers de mise dans ces écoles.

30 Boucault (P.), Racines jocistes..., op.cit., p. 41.

31 Maïer (A.), op.cit., p. 18.

32 Maier (A.), Une création de la JOC en zone occupée en 1942 : une Université populaire à Marly-le- Roi, 6 p. multigr. ( déc. 1992).

33 Pelletier (D.), Aux origines du tiers-mondisme catholique. De l'utopie communautaire au développement harmonisé : Économie et Humanisme et le Père Lebret (1944-1966), thèse de doctorat, univ. de Lyon II, 2 vol., 1991.

34 Garreau (L.), L'expérience fondatrice de la pensée et de l'action du Père Lebret (1929-1939), mémoire de maîtrise en sciences sociales, Institut catholique de Paris, 1988 ; Cf. aussi Cahiers des Amis du P. Lebret, n° 7 (oct. 1984) et 9 (mars 1990).

35 Montcel, Ce que je dois..., p. 9. Rien n'indique qu'il y ait eu des liens entre les deux dominicains, Bouche et Lebret (témoignage oral d'A. Maïer à l'auteur, 31.05.1994).

36 Comte (B.), Une utopie combattante. L'École des cadres d'Uriage, 1940-1942, Fayard, 1991, p. 327- 332.

37 Ibid, p. 199 et 449.

38 La JOCF, un peu plus tard, crée une structure du même genre à Saint-Cloud. Cf. G. Cholvy et J.- P. Bonhotal, La JOC..., op.cit., p. 40-44, avec indications sur les méthodes pédagogiques et la fin en 1950 de l'institut de culture ouvrière, héritier de Marly-le-Roi.

39 Note citée par A. Maier, op.cit., p. 6.

40 Laborie (P.), L'opinion publique sous Vichy, Paris, Seuil, 1990, p. 262 sq.

41 Ce qui permet aussi des échanges dans l'autre sens : ainsi M. Truptil, directeur général adjoint du Crédit Lyonnais et intervenant à Marly-le-Roi, invite-t-il H. Bourdais à venir s'exprimer sur la Charte du Travail dans son séminaire à l'École des Sciences Politiques.

42 Témoignage de H. Bourdais.

43 Cf. J.-P. Le Crom, « L'échec de la Charte du Travail », Les ouvriers en France..., op.cit., p. 238-239.

44 Cf. les remarques sur ce sujet d'A Coutrot, E. Poulat et F. Bédarida (Églises et chrétiens... op.cit, p. 315-316, 399-402)

45 Militer, p. 36-37.

46 Marcel Montcel est à l'origine un menuisier du bâtiment, dans une entreprise artisanale, Armand Maïer commis d'écritures dans une chaîne d'épiceries à succursales ; Pierre Boucault est également commis d'alimentation.

47 Watrebled (R.), Stratégies catholiques en monde ouvrier dans la France d'après-guerre, Paris, les Éditions ouvrières, 1990.

48 Delporte (Ch.), « L'image des ouvriers dans le dessin de presse de la collaboration », dans Les ouvriers en France..., op.cit., p. 443-456.

49 Cholvy (G.), Comte (B.), Feroidi (V.),Jeunesses chrétiennes au xxe siècle, Paris, les Éditions ouvrières, 1991.

50 Dermenjian (G.), « Les femmes du Mouvement populaire des familles », dans Les ouvriers en France..., op.cit., p. 331-333.

51 Sur ces possibilités de convergences, surtout en 1940-1941 et par l'entremise de Lamirand, via un discours populiste et moralisateur, voir les remarques éclairantes de b. Comte dans G. Cholvy et j.- P. bonhotal, La JOC..., op. cit., p. 102-104. Y.-M. Hilaire, contemporain des événements, au titre de la JEC, souligne le tournant de 1942-1943, qui réactive les réflexions de 1937-1939 sur le nazisme (ibid., p. 45).

52 Descamps (E.), Militer, op. cit., p. 39-40 ; P. Pierrard, l'Église et les ouvriers..., op. cit., p. 124. H. Bourdais souligne les difficultés objectives de l'engagement résistant précoce pour les jeunes travailleurs citadins : forte dépendance vis-à-vis de l'emploi, du logement familial, du rationnement alimentaire, etc.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540