Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

2e partie. Le monde catholique et l'engagement dans la Résistance

Les ouvriers, l'Église et la Résistance

Diana Cooper-Richet et Guy Groux

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Rudelle (O.), « Le rétablissement de la légalité républicaine, un projet de colloque », Espoir, Fo (...)
  • 2 Plerrard (P.), L'Église et les ouvriers en France, 1940-1980, Hachette, 1991, 444 p.
  • 3 Adam (G.), La CFTC. 1940-1958. Histoire politique et idéologique, Armand Colin, FNSP, 1964, 304 p. (...)
  • 4 En parallèle aux sources documentaires, l'essentiel de cette communication s'appuie sur diverses e (...)

1Pour la société française de l'après-guerre, l'entrée de certains milieux catholiques dans la Résistance entraîne une conséquence politique majeure. « Pour la première fois depuis les années 1880, les catholiques pourront participer de plein droit à l'espoir d'une République nouvelle. Associés au préalable du 'rétablissement républicain', ils espèrent avec un meilleur succès qu'en 1848, réussir à la transformer en fondation constitutionnelle »1. L'histoire des grandes figures catholiques de la Résistance — de Mounier à Chaillet, de Bidault à Tessier — est aujourd'hui bien connue. L'est beaucoup moins, malgré certains travaux notoires2, celle des résistants catholiques de l'ombre et notamment des ouvriers souvent issus des mouvements de jeunesse et qui, à leur mesure, apporteront leur concours à la clandestinité. Pourtant, leur action prolongea largement les conséquences politiques qu'eut l'association de certains milieux catholiques au rétablissement de la légalité républicaine. Il contribua d'abord à donner à la future démocratie chrétienne - le MRP - une authentique base populaire qui restait, jusqu'alors, largement l'apanage des partis traditionnels de gauche (SFIO, PCF). En outre, il eut aussi pour effet d'engendrer une « prolétarisation du catholicisme social » et plus particulièrement du syndicalisme chrétien (la CFTC) souvent confiné, jusqu'à la veille de la Seconde Guerre mondiale aux milieux d'employés3. Le cas est particulièrement vrai pour la région du Nord et les mineurs dont l'engagement dans la Résistance face au nazisme fut, pour l'essentiel, marqué par deux traits : un rapport à une « légalité imposée » et à laquelle s'opposait des représentations qui se définissaient en termes de légitimité - la légitimité de la clandestinité ; et au sein de cette dernière, un rapport entre la foi et les pratiques liées à l'action directe4.

La « légalité imposée » et « l'illégalité »

  • 5 Duquesne (J.), Les catholiques français sous l'occupation, Grasset, 477 p., p. 167-186.
  • 6 Entretien avec Georges Montaron, mars 1994. Voir aussi Delaby (L.), La trouée, Liévin, Imprimerie (...)
  • 7 Plus tard, Mounier renonce à la stratégie qui consistait à respecter formellement la « légalité de (...)

2Le vote constitutionnel du 10 juillet 1940 confère à Vichy un « semblant de légalité » qui conduit rapidement à une législation d'exception s'appliquant à divers domaines parmi lesquels le travail et le mouvement syndical. Le 9 novembre 1940 est publié un décret d'interdiction frappant les confédérations ouvrières — CFTC et CGT. Face à Vichy, l'univers catholique reste profondément divisé5. Du côté de la hiérarchie et de l'épiscopat, il s'agissait d'abord de sauvegarder l'institution catholique et ce faisant d'agir au sein de la « nouvelle légalité imposée par Vichy »6. Mais par-delà les simples préoccupations dues à la sauvegarde de l'institution catholique, les positions de la hiérarchie ou de divers ordres pouvaient parfois déboucher sur une adhésion à certaines des mesures prises dans le cadre de la « Révolution nationale ». La politique de Vichy par rapport à l'enseignement privé et confessionnel renforce encore le camp de ceux qui au sein de l'Épiscopat prônent le respect de la « légalité imposée ». Sauf exception — p.e. Mgr Liénart à Lille -, les Évêques soutiennent les divers décrets instituant le STO (Service du Travail Obligatoire). Les jésuites de l'Action populaire adhèrent aux principes de la « Charte du travail ». Naturellement, le débat déborde les seules instances de la hiérarchie. Il s'étend à certains intellectuels et militants catholiques de premier plan : au père Chaillet, jésuite germanophile et qui par amour de l'Allemagne dénonce le nazisme et plaide pour l'action illégale « s'opposent » — au moins dans un premier temps — le philosophe Mounier et l'équipe de Temps présent7 ou Terrenoire.

  • 8 Entretien avec Augustin Viseux, janvier 1991 et Viseux (A.), Mineur de fond. Fosses de Lens, Soixa (...)

3À la base, le débat traverse le milieu catholique pratiquant pour lequel la notion même de « Résistance » est parfois imprégnée de profonds stigmates et où les jugements de valeur liant « clandestinité » et « bolchevisme » n'étaient pas rares, loin de là : « on sentait de fortes divisions parmi les catholiques ; dès l'instant où l'on parlait de résistance, on pensait que vous étiez communiste »8.

4Dans ce contexte, la position des syndicalistes chrétiens n'est pas toujours dénuée d'ambiguïtés. Une part de militants de la CFTC se rallie aux thèses de l'Épiscopat. Et jusqu'en 1944, l'organe : Circulaire de liaison des syndiqués chrétiens, portera sur des textes et des projets issus de l'évolution du droit du travail sous l'occupation (cf. infra, aussi). Reste que pour de larges pans du syndicalisme chrétien, s'impose une réalité. Par le biais du décret de novembre 1940 et de la promulgation de la « Charte du travail », la « légalité » de Vichy rend illégale l'existence institutionnelle de la CFTC. Il ne s'agit donc plus d'œuvrer à la sauvegarde de la seule institution catholique mais aussi - et surtout - d'agir en faveur de la réhabilitation de l'institution syndicale quitte à opter pour la voie « illégale ». Tôt, la CFTC et la CGT entrent en relation. En juillet 1940, une première correspondance est échangée entre les deux centrales. À l'automne de la même année, est publié un Manifeste des douze qui réunit Zirnheld, Tessier et Bouladoux pour l'organisation catholique et du côté cégétiste Gazier, Lacoste, Pineau et Saillant. C'est la première fois qu'un texte fondamental est rédigé en commun par des syndicalistes chrétiens et cégétistes. Il entraîne à terme « l'entrée en résistance » des deux grandes centrales françaises qui participeront, ensemble, aux activités du CNR où elles disposeront d'une forte influence. Jusque dans le mouvement ouvrier, la conjoncture apparaît donc fort contradictoire. À la base, les militants restent partagés voire déchirés entre les positions de la hiérarchie catholique et l'opposition à une « légalité » qui viole l'un des principaux acquis sociaux et républicains, le droit d'exercice syndical. Dans certaines régions et notamment le Nord où la CFTC est depuis longtemps implantée, certains d'entre eux adopteront une ligne de rupture par rapport à Vichy ou aux autorités de l'occupation qui sera — souvent sinon toujours - caractérisée par des traits singuliers : des traits où se mêlent l'identité régionale, le poids de la condition ouvrière et le rapport à la foi chrétienne.

Les traits de l'engagement

5Dans l'univers de la résistance ouvrière et catholique, le Nord d'où émergent les figures emblématiques de Louis Delaby ou de Jules Catoire, a pu remplir un rôle particulier mais aussi éminent. À l'évidence, jouent ici des raisons immédiates liées aux conditions de la guerre, de la défaite et de l'occupation ou des raisons plus structurelles qui renvoient au contexte sociologique et aux tissus de solidarité qui traversent depuis longtemps l'univers ouvrier local.

  • 9 Launay (M.), « Les syndicats chrétiens du Nord de la France de 1940 à 1944 », dans Églises et chré (...)

6Peu avant la défaite, le Nord (avec l'Est) constitue un immense champ de bataille et les exactions des troupes allemandes y sont nombreuses. Plus qu'ailleurs, peut-être, le sentiment de l'occupation et de la défaite y est cruellement perçu. Mais le Nord, c'est aussi un lieu où depuis longtemps se mêlent de fortes traditions politiques et populaires qui au niveau des représentations symboliques, des comportements électoraux ou des modes d'association et d'adhésion confortent des forces telles que la SFIO, le PCF et le catholicisme social, vu le poids local du phénomène religieux. La Jeunesse ouvrière chrétienne, le Mouvement populaire des familles et la CFTC y exercent un rôle influent. Enfin, le Nord c'est alors le « pays de Germinal », l'un des principaux bassins ouvriers de France ; les sites miniers regroupent à eux seuls près de 200 000 ouvriers9. Ainsi se dessine au niveau régional une configuration dans laquelle s'activent maints réseaux, s'érigent des rapports collectifs de connivence sociale, se définissent des liens d'affinités culturelles et qui — ensemble — contribuent, à divers degrés, à la formation d'un creuset d'où surgissent souvent les premiers ouvriers résistants.

7En-deçà des traits contextuels généraux, « l'entrée en résistance » des ouvriers catholiques découle aussi des pratiques immédiates issues de l'action collective et des conditions objectives de travail telles qu'elles se situent durant l'occupation. L'interdiction du syndicat par le décret de novembre 1940 n'entraîne pas seulement un sentiment d'indignation face à la mise en cause du principe de liberté syndicale auquel sont, depuis longtemps, attachés les militants de la CFTC. Elle est d'autant plus violemment ressentie que dans les mines en particulier, les conditions d'exploitation faites par l'occupant s'exacerbent et se renforcent (cf. infra). Défendre l'existence des libertés syndicales ne se résume donc pas - ou ne se réduit plus — au seul attachement aux principes qui ont pu fonder en France, l'institutionnalisation légale des syndicats ; à la défense des principes s'agrège « la défense de l'instrument de défense » — concret et pratique - que représente l'instance syndicale (alors interdite). Dès lors, les revendications matérielles contiennent souvent en germes des revendications plus politiques qui conduiront certains à l'action clandestine.

  • 10 Rappelons que Maurice Thorez était originaire de Noyelles-Godeau.
  • 11 Marcel Poimboeuf accède à la direction de Libération-Sud en 1941.
  • 12 Velléités qui impliqueront, un temps durant, de vraies dissonances entre l'Épiscopat et le régime (...)

8À ces divers aspects qui touchent autant les ouvriers catholiques que les non-croyants, s'ajoutent d'autres traits qui demeurent plus typiques des diverses formes de l'engagement chrétien et populaire au sein de la clandestinité. Du côté de l'insertion des mineurs communistes dans la Résistance, entrent souvent en jeu le rôle d'une organisation politique (déjà) clandestine et structurée, une forme de discipline collective admise comme un principe, une détermination idéologique élevée10. Pour les mineurs catholiques, l'existence d'organisations collectives apparaît beaucoup moins déterminante. Semble plus important, le poids des déterminations individuelles. En d'autres termes, les structures organisées du catholicisme social qui existaient avant-guerre ne formèrent quasiment jamais la matrice immédiate des futurs réseaux de Résistance. Dans la zone occupée, la CFTC n'opère une rupture complète avec Vichy qu'en juin 1943 même si Gaston Tessier fait partie du groupe fondateur de Libération-Nord, dès novembre 194011. Pour la plupart fort jeunes, nombreux étaient les mineurs catholiques résistants qui adhéraient également à la JOC. Mais les mouvements de jeunesse placés sous la tutelle de l'Église se maintenaient eux-mêmes dans la légalité vichyssoise. Œuvrant à la propagation de l'Évangile et à l'organisation d'activités sociales et religieuses, ils se paraient des traits de l'organisation de masse par nature incompatible à l'action clandestine. Beaucoup de militants restaient attachés à la vocation de masse des organisations de jeunesse y compris parmi ceux qui étaient le plus convaincus de la nécessité de l'engagement dans la clandestinité. À leurs yeux, il fallait d'autant plus pérenniser l'action des organisations catholiques de jeunesse que cel- les-ci étaient toujours potentiellement menacées par les velléités de Vichy qui visaient à une unification des mouvements de jeunes12. Ainsi, les structures catholiques existantes affirmaient et reflétaient pour l'essentiel, le vécu de la communauté religieuse parmi les ouvriers. Les premiers résistants chrétiens qui y adhéraient, n'étaient rattachés aux réseaux clandestins qu'à titre individuel et masquaient fréquemment - ici comme ailleurs - leur appartenance à la Résistance. Celle-ci ne fut presque jamais la conséquence d'un choix (ou de contraintes) collectif. Elle fut plutôt liée à des cheminements individuels issus d'opportunités diverses : certains adhèrent au mouvement clandestin par révolte viscérale contre les agissements des troupes allemandes dans un Nord précocement envahi ; d'autres parce qu'au sein de leurs familles, vivaient des résistants ; d'autres enfin, par le biais de relations de travail (ou plus simplement amicales).

  • 13 Mayeur (J.-M-). Des partis catholiques à la Démocratie chrétienne. xixe-xxe siècles, Armand Colin, (...)

9Durant longtemps, sous l'occupation, le jeu des cheminements individuels marque les voies prises par les ouvriers résistants catholiques. C'est massivement que les ouvriers communistes s'organisent dans les FTP. Au contraire, les modes d'adhésion des mineurs catholiques aux mouvements clandestins restaient extrêmement variés. Au départ, ceux-ci rallient indifféremment et selon les circonstances le Front national, Libération-Nord ou les réseaux de Témoignage Chrétien (cf. infra) ; plus tard, certains d'entre eux rejoignent les Jeunesses chrétiennes combattantes. Quant aux mineurs polonais, ils se regroupent dans leur propre communauté, la langue et la culture jouant - ici - un rôle fédérateur. Ce n'est que vers la fin de l'occupation que certaines convergences organisationnelles s'établissent. Mais elles se feront surtout en faveur des mouvements gaullistes et au détriment des choix de certains dirigeants politiques catholiques qui, au niveau national, oeuvraient déjà à la construction d'une démocratie chrétienne à la française13 : « les mineurs catholiques du Nord furent surtout influencés par le gaullisme ; Bidault, c'était bien sûr l'homme de l'Aube mais beaucoup de camarades l'ignoraient » (entretien avec un mineur, dirigeant clandestin local puis après-guerre responsable de la CFTC).

De la légitimité de l'engagement aux choix de pratiques légitimes

  • 14 Clauwaert (J.), 1940-1946, Pèlerins de la Liberté, De Lens à Paris avec Us mineurs, Préface de Lou (...)

10Contre « la légalité imposée de Vichy », l'engagement des mineurs dans la Résistance entraîne la production d'une légitimité politique que celle-ci puise son inspiration dans la France combattante et dans le gaullisme ou dans des réseaux d'affinités locales, sociales et culturelles. Mais, à elle seule, la légitimité politique ne résout pas la question de la légitimité des pratiques clandestines, mises quotidiennement en œuvre dans l'effort de résistance. Pour la plupart des mineurs catholiques, « la fin ne justifie pas (tous) les moyens ». Malgré leur choix souvent fondé sur des cheminements individuels, un trait plus général marque en effet l'engagement des ouvriers chrétiens dans la Résistance : il s'agit d'une part du rapport à la foi — au nom même du « Christ ouvrier, leur Chef »14 ; et ce faisant du lien entre la foi et les actes de résistance. Pour eux, l'important dans l'acte de résistance est de ne pas perdre leur « âme et leur dignité ». Dans ce contexte, diverses formes de pratiques (symboliques ou non) s'érigent selon l'ordonnancement d'une gamme régie par des principes confessionnels et par des perceptions plus singulières qui renvoient aux modes de conscience. Au départ, existe un consensus qui sera d'ailleurs largement porté par les réseaux de Témoignage Chrétien et qui s'appuie sur une nécessité : celle de constituer un « Front de résistance spirituelle » contre le nazisme. Il implique des initiatives symboliques qui connotent simultanément l'esprit de la foi et l'esprit de la Résistance. Il en est ainsi par exemple, du Serment fait dès 1940 par des militants qui refusaient la Charte du Travail et s'engageaient à accomplir un pèlerinage au Sacré-Cœur de Paris, dès la libération de la France. De la même manière, des mineurs bénévoles construisent dans la ville de Lens, une chapelle qu'ils baptisent, de façon révélatrice, « Notre- Dame de Liberté ». Et des messes à la mémoire des fusillés sont également organisées.

  • 15 Courtois (S.), Peschanski (D.), Rayski (A.), Le sang de l'Étranger : les immigrés de la MOI dans l (...)
  • 16 « Le maquis contre le terrorisme », Courrier français du Témoignage Chrétien. Lien du Front de rés (...)

11Pourtant au fil des mois, un débat s'engage entre les tenants d'une ligne uniquement fondée sur la Résistance spirituelle et ceux qui pensaient qu'il fallait désormais dépasser celle-ci pour s'engager dans un combat et une lutte plus ouverts, plus formels, plus actifs. Issus des mouvements de jeunesse, les Jeunes Chrétiens Combattants (JCC) incarnent - entre autres organisations — la ligne nouvelle. Mais la notion même de « Combat » ne saurait pour beaucoup de mineurs résistants catholiques, s'affranchir des contraintes éthiques qu'impose la morale chrétienne (et l'esprit de la Foi). Même s'ils ne le condamnent pas publiquement, rares sont ceux qui justifient « le terrorisme armé » auguré par le colonel Fabien et pratiqué par les FTP et la MOI15 La grande majorité des mineurs résistants se rallie aux thèses de Témoignage Chrétien qui dénonce « l'épouvantail du terrorisme » et légitime contre ce dernier l'existence des maquis car « le maquis enseigne la discipline, la rigueur ; il n'est pas hors-la-loi (parce qu') il a ses propres lois » ; il est compatible avec les convictions qui relèvent de l'ordre de la foi alors que le terrorisme demeure moralement condamnable16.

Un choix massif : la non-violence. Ses aspects pratiques

12Bien sûr, le maquis constitue ici, pour les ouvriers concernés un modèle idéal et éthique plus qu'une réalité pratique. Réquisitionnés dans les puits de mine, attachés à leur région d'origine, insérés dans des liens sociaux et culturels qui structurent le milieu des mineurs, peu d'entre eux rejoindront les zones de maquis surtout établis dans la zone sud (ou l'ouest). S'inspirant des « principes du maquis », les mineurs catholiques et résistants opteront localement pour des modes d'action et de combat fondés sur le métier et l'action revendicative, les pratiques de solidarité immédiate ou la propagande et la diffusion de la presse résistante.

13Leurs formes de résistance s'adaptent à leurs convictions chrétiennes et à leur refus de la violence. « Tu ne tueras point ». Dans le Nord fortement marqué par l'occupation et la mono-industrie, la résistance des mineurs catholiques revêt des aspects particuliers et bien délimités.

  • 17 Delaby (L.), op. cit., p. 129.

14Très fortement liés à leur environnement professionnel, les mineurs situent, en premier lieu, leurs activités clandestines dans le cadre de l'exploitation. Le métier que l'on possède bien dans un milieu aussi complexe que la fosse permet de tromper l'ennemi et d'exercer naturellement certaines formes d'action. À Lens, les mineurs catholiques contraints à travailler le dimanche, ne pouvaient assister à la messe ; afin de faire connaître leur désapprobation mais aussi leur foi, ils descendaient dans les fosses « avec leurs habits du dimanche ». Plus tard, le 10 octobre 1943, les mineurs de Lens arrêtent le travail pour protester contre les « dimanches obligatoires » imposés par les Allemands. La production se poursuit pendant l'occupation, mais pour beaucoup d'ouvriers le problème qui se pose est celui de résister « en ayant l'air de produire ». Jusqu'en 1943, les luttes ouvrières sont surtout revendicatives. Les mineurs souffrent de leurs conditions de vie et de travail (vêtements de travail inexistants, ravitaillement insuffisant). En mai 1941, dans le Pas-de-Calais, une grève d'une semaine se termine par l'obtention pour les mineurs de matériels et de rations supplémentaires17. Ils protestent, au début de 1942, contre les cadences de production (notamment contre le système de chronométrage de l'ingénieur Bedaux mis en place en 1932). Les militants chrétiens participent à ces mouvements même s'ils n'en sont pas toujours les instigateurs.

15Fin 1943, les mouvements dans les puits ne sont plus seulement revendicatifs. Ils deviennent « patriotiques ». Ils sont destinés à « nuire à l'ennemi ». Les rendements diminuent en dépit des heures supplémentaires. Aux Allemands qui s'en inquiètent, il est répondu que « le gisement est mauvais, le matériel défectueux, le personnel fatigué et sous-alimenté » ; on invoque des incidents techniques de toute nature. Les ouvriers sont de plus en plus réticents à produire « pour les boches ». Les actes de sabotage se multiplient. Ils vont du simple blocage d'un convoyeur, à la poudre de coke placée dans les essieux des wagonnets de transport du charbon.

16Les puits permettent beaucoup d'autres pratiques. On peut y cacher des réfractaires du STO ou « installer dans une galerie à l'écart quelques élèves ingénieurs que les Allemands ont mis à la production ». À quelques-uns, il sera demandé de subtiliser du matériel, au fond ou en surface. La Résistance fait également fabriquer certaines pièces par les ouvriers des ateliers. Mais ce sont les explosifs qui sont le plus recherchés. Bien que surveillées, les réserves de dynamite des houillères serviront souvent aux résistants. Si les mineurs catholiques acceptent de participer à ces vols d'explosifs — un camion de 300 kilos de dynamite est ainsi détourné à Lens —, rares sont ceux qui prennent part aux attentats qui s'ensuivent. C'est une violence à laquelle peu d'entre eux adhèrent. L'action hors des puits renvoie beaucoup plus à des formes de solidarité et de secours dont certaines nécessitent un courage proche de l'abnégation.

17La solidarité existe traditionnellement dans le milieu minier ; liée aux dangers et à la difficulté du métier, elle s'exerce plus particulièrement lorsque les situations sont dramatiques. Chez les catholiques, la solidarité est également un des éléments majeurs de la doctrine et de la pratique militante. Dans la Résistance, les mineurs catholiques recourent ainsi, et tout naturellement, aux pratiques de solidarité. « Maintenir le moral » est une préoccupation importante pour les militants catholiques surtout à partir de 1943-1944 lorsque la situation s'aggrave et que se multiplient les exécutions. Les mineurs s'organisent pour visiter les familles en détresse. En liaison ou non avec des instances officielles (la « Croix-Rouge » p.e.), ils recueillent du matériel et en assurent la distribution. Souvent, ils tentent de se procurer des tickets de ravitaillement supplémentaires ce qui ne va pas sans risque : les voies choisies ne sont pas toujours « légales » notamment pour les « Jeunes Chrétiens Combattants ». Lorsque les bombardements se feront plus fréquents, les activités de sauvetage qui parfois se déroulent dans des conditions périlleuses, passent au premier plan.

  • 18 Vingt-neuf cahiers paraîtront entre novembre 1941 et juillet 1944. Chacun d'eux est consacré à un (...)

18L'engagement intervient à un autre niveau avec les réseaux de Témoignage Chrétien. Après la dissolution des syndicats par Vichy en 1940, la CFTC poursuit son activité dans une semi-clandestinité. Des réunions du MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien) sont organisées ; elles regroupent des militants d'organisations distinctes (CFTC, JOC, Mouvement populaire des familles). Au milieu de l'année 1941, Vichy met en place le « Secours national » afin d'améliorer le ravitaillement des populations. À Lens, les services de cet organisme serviront de « couverture » aux mineurs résistants ; c'est par les camions du « Secours national » qu'arriveront régulièrement les brochures et journaux de la presse chrétienne clandestine. La CFTC diffuse pendant la guerre ses propres bulletins, les « Bulletins du Comité de liaison ». Mais dans les mines de Lens, les ouvriers — militants jocistes ou CFTC — se souviennent plutôt de tracts furtivement « glissés sous les portes » et surtout des publications de Témoignage Chrétien. Témoignage Chrétien n'est ni une organisation, ni un mouvement structuré. C'est un mouvement qui met à la disposition des fidèles des instruments de propagande afin de les guider dans leur action quotidienne, leur « résistance spirituelle » et l'activité clandestine18. Mais si le mouvement Témoignage Chrétien reste peu structuré, il n'en contribue pas moins à façonner largement l'identité des mineurs dans la Résistance, jusqu'à l'ultime période de l'occupation.

*

19Revendications liées à la condition ouvrière, actions de solidarité et diffusion de la presse résistante, forment ainsi l'essentiel des pratiques des mineurs catholiques. Dans ce contexte, la foi est d'abord une source d'incitation à l'action ; mais dans le même temps, elle en limite le champ tout en lui offrant une autre dimension. Dans les rangs de la résistance ouvrière catholique, le terrorisme et la violence armée constituent un fait marginal, l'œuvre de quelques militants isolés et souvent désapprouvés par leurs camarades. Le choix des armes reste un choix extrême limité à la seule légitime défense. Ou il est symbolique, simple outil d'intimidation appelé à ne pas servir lors d'actions de détournements à des fins de solidarité collective (détournement par les JCC de bons de ravitaillement ou de pièces vierges d'identité).

20D'autres pratiques priment qu'elles concernent des luttes revendicatives mais qui nécessairement prennent, dans le contexte d'alors, un sens politique manifeste ; des opérations tendant à saboter une production minière détournée par l'occupant nazi ; des actions locales de secours et de propagande. Elles font tout autant appel à des valeurs ouvrières ou chrétiennes : l'altruisme, la solidarité, l'esprit de communauté voire la fraternité. Leur efficacité ne relèvent pas forcément de « l'ordre du militaire ». Elles sont avant tout porteuses de symboles et « actions pédagogiques », et pour cause : liées au double héritage de la foi et de l'esprit de résistance, elles se veulent exemplaires d'une éthique d'opposition au nazisme, à Vichy mais aussi au principe qui stipule que « la fin justifie les moyens ».

Notes

1 Rudelle (O.), « Le rétablissement de la légalité républicaine, un projet de colloque », Espoir, Fondation et Institut Charles de Gaulle, 1994, p. 18.

2 Plerrard (P.), L'Église et les ouvriers en France, 1940-1980, Hachette, 1991, 444 p.

3 Adam (G.), La CFTC. 1940-1958. Histoire politique et idéologique, Armand Colin, FNSP, 1964, 304 p. ; Groux (G.), Mouriaux (R.), La CFDT, Économica, 1989, p. 24-51 et « Le syndicalisme chrétien en France : son essor, ses limites », Analyses et documents économiques, février 1993, p. 76-82.

4 En parallèle aux sources documentaires, l'essentiel de cette communication s'appuie sur diverses enquêtes réalisées selon la méthode d'entretiens semi-directifs ou non-directifs auprès d'anciens résistants mineurs et catholiques de la région de Lens. Ont aussi été interrogés MM. Louis Beugniez devenu après-guerre député MRP et maire de Noyelles-Godeau ; Georges Montaron, aujourd'hui directeur de Témoignage Chrétien ; Augustin Viseux, mineur, porion puis ingénieur divisionnaire (Viseux, 1991).

5 Duquesne (J.), Les catholiques français sous l'occupation, Grasset, 477 p., p. 167-186.

6 Entretien avec Georges Montaron, mars 1994. Voir aussi Delaby (L.), La trouée, Liévin, Imprimerie artésienne, 1977, 318 p.

7 Plus tard, Mounier renonce à la stratégie qui consistait à respecter formellement la « légalité de Vichy ».

8 Entretien avec Augustin Viseux, janvier 1991 et Viseux (A.), Mineur de fond. Fosses de Lens, Soixante ans de combat et de solidarité. Plon, 1991, 601 pages.

9 Launay (M.), « Les syndicats chrétiens du Nord de la France de 1940 à 1944 », dans Églises et chrétiens pendant la Seconde Guerre mondiale dans le Nord-Pas-de-Calais, Revue du Nord, avril-juin 1978, p. 475-492.

10 Rappelons que Maurice Thorez était originaire de Noyelles-Godeau.

11 Marcel Poimboeuf accède à la direction de Libération-Sud en 1941.

12 Velléités qui impliqueront, un temps durant, de vraies dissonances entre l'Épiscopat et le régime pétainiste. À propos des politiques sur la jeunesse dans la période, voir Coutrot (A.), « Quelques aspects de la politique de la jeunesse », dans Le Gouvernement de Vichy, 1940-1942. Institutions et politiques, Armand Colin, FNSP, 1972, p. 265-284.

13 Mayeur (J.-M-). Des partis catholiques à la Démocratie chrétienne. xixe-xxe siècles, Armand Colin, 1980, p. 161-174.

14 Clauwaert (J.), 1940-1946, Pèlerins de la Liberté, De Lens à Paris avec Us mineurs, Préface de Louis Delaby, Lens, Éditions de la Centrale, 1948, 110 p., p. 15.

15 Courtois (S.), Peschanski (D.), Rayski (A.), Le sang de l'Étranger : les immigrés de la MOI dans la Résistance, Fayard, 1989, 472 p. et Ganier-Raymond (Ph.), L'Affiche rouge, Fayard, 1975, 250 p.

16 « Le maquis contre le terrorisme », Courrier français du Témoignage Chrétien. Lien du Front de résistance spirituelle, n° 10, s.d., p. 1.

17 Delaby (L.), op. cit., p. 129.

18 Vingt-neuf cahiers paraîtront entre novembre 1941 et juillet 1944. Chacun d'eux est consacré à un thème particulier : « Droits de l'homme et du chrétien » ; « Antisémites », etc. ; il s'agit là de textes de réflexion et de doctrine. En outre, douze courriers seront publiés de mai 1943 à août 1944 ; véritables journaux, ils appellent à l'action et au combat : incitations pour les réfractaires du STO à rejoindre le maquis ; et pour le simple lecteur à rejoindre les mouvements de résistance organisée.

Auteurs

Maître de conférences Université de Saint-Quentin-en-Yvelines
Cevipof, FNSP, CNRS, Paris

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540