Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

2e partie. Le monde catholique et l'engagement dans la Résistance

L'Action catholique et la Résistance dans les Landes : l'exemple de l'abbé Bordes

Vincent Adoumié

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1L'affaire Paul Touvier a remis en lumière une série de polémiques concernant le rôle de l'Église durant la Seconde Guerre mondiale. Si l'attitude de l'Institution a été bien analysée dans son engagement pétainiste, le refus de la collaboration d'une partie des fidèles et des clercs n'a pas donné lieu à une véritable approche socioculturelle exhaustive. Peut-on comparer le cheminement des quelques prélats ou prêtres qui s'engagèrent dans La Résistance ? Ont- ils eu la même formation spirituelle, la même analyse de la situation contemporaine ? Se sont-ils engagés dans le combat contre l'occupant pour des raisons locales, par idéologie ou par simple respect des fondements de l'éthique chrétienne ?

2L'étude du comportement de l'abbé Bordes, vicaire général du diocèse d'Aire et Dax à ce moment, permet d'éclairer d'un jour nouveau le cheminement de certains membres de l'Action catholique. Héros de la Première Guerre mondiale, responsable — reconnu au niveau national-des Jeunesses Agricoles Chrétiennes, il est certes pétainiste (ainsi que l'immense majorité des Français) en 1940, mais s'oriente peu à peu vers la Résistance, n'acceptant pas la nouvelle politique de Vichy envers la jeunesse, et plus particulièrement envers les adolescents qu’il avait formés dans les mouvements chrétiens. Il reste l'un des membres les plus élevés de la hiérarchie épiscopale française à avoir été fusillé en déportation.

3Cinquante ans après sa disparition, l'abbé Bordes demeure, dans le diocèse d'Aire et Dax, une figure emblématique et atypique. Emblématique car elle illustre le rôle d'une partie des responsables de l'Action catholique, aux prises avec la réalité du pétainisme dont ils comprirent assez vite le danger. Atypique car elle ne représente en aucune manière l'attitude générale de la hiérarchie catholique. Le cheminement intellectuel qui conduisit ce vicaire général vers la Résistance et qui le poussa au sacrifice de sa vie, n'est ni linéaire, ni évident. L'homme a hésité, tiraillé entre son sens de la hiérarchie, l'admiration qu'il vouait au maréchal Pétain et la nécessité de sauvegarder la fragile construction des mouvements d'Action catholique qu'il venait d'entreprendre dans les Landes. Lorsqu'il accepte volontairement de se laisser arrêter, ce soir du 23 décembre 1943, l'abbé Bordes n'a pas vraiment conscience qu'il suit la ligne de conduite d'une partie des aumôniers de l'Action catholique. Il veut simplement sauver quelques vies humaines, celles de jeunes chrétiens qu'il a formés et qui sont, à ce moment, traqués par la Gestapo. À partir de cet instant, c'est un homme seul qui découvre les affres des geôles françaises puis allemandes. Sa captivité qui dure près d'un an est entourée d'un silence épais et troublant : « L'affaire Bordes » commence. Il faut attendre plus de six mois après son exécution pour que celle-ci soit évoquée à mots couverts, comme si son itinéraire, anormal, gênait plus qu'il ne réjouissait les autorités ecclésiastiques. Comme si son sacrifice au lieu de rehausser l'image de l'Église catholique, ne faisait que souligner, par sa rareté même, la passivité de l'institution tout entière face à l'occupant.

L'abbé Bordes avant la Seconde Guerre mondiale

4L'itinéraire personnel de l'abbé Bordes est déterminant pour mieux comprendre son engagement dans la Résistance, pendant la Seconde Guerre mondiale, et expliquer par là, comment son attitude différa de celle des autres responsables catholiques de son entourage.

Un « poilu »

5Né à Tartas le 31 janvier 1880, au moment de la première offensive laïque des républicains opportunistes, il se destine très vite à la prêtrise, et rentre au séminaire en 1897. Celui-ci est dirigé, à l'époque, par l'énergique chanoine Gieure, futur évêque de Bayonne. Lorsqu'il est ordonné prêtre le 15 juillet 1904, il laisse déjà une impression de résolution et de droiture qui ne se démentira pas :

  • 1 Gaye (Félix), L’abbé Bordes, Imprimerie monastique Saint-Julien-l'Ars, 1966.

6« Tout en lui avait du style et du caractère, son visage, sa voix, sa démarche. Sa voix semblait frapper un résonateur d'ivoire. Sa supériorité était faite d'un ensemble : de la piété, de la distinction, de la courtoisie, de l'affabilité, du tact, de la simplicité, de la culture, de la jovialité, mais surtout du cœur. Il avait un art de débattre, de s'exprimer avec justesse et à propos, qui le plaçait au-dessus de ses condisciples et en imposait immanquablement. »1

7La Première Guerre mondiale exalte ses qualités de courage. Nommé aumônier du 34e RI le 5 mai 1915, il s'illustre de nombreuses fois dans les combats. Il est cité à l'ordre de l'armée par le général Nivelle à Douaumont en 1916, puis à Craonne en mai de la même année et enfin en 1918 où le général Gouraud lui remet la Légion d'Honneur ainsi que la troisième palme de sa Croix de guerre. Blessé à plusieurs reprises, il est très gravement atteint le 24 septembre 1918 par un éclat d'obus qui ne pourra jamais être extrait.

  • 2 L'abbé Boyreau comparait tout l'est de Paris à une sorte de « Chine », où le christianisme serait (...)

8Son expérience directe des atrocités de la guerre, des tranchées, des souffrances physiques ont pour toujours marqué son imaginaire. L'abbé Bordes ne sera jamais — un va-t-en guerre — mais au contraire un pacifiste convaincu. Il appartient à cette génération de poilus qui accepterait jusqu'au renoncement munichois pour éviter le déclenchement d'un autre conflit. C'est en effet durant cette guerre meurtrière qu'il a ressenti pour la première fois la complexité de la société française, bien différente de l'image qu'on pouvait en donner au séminaire. La promiscuité des combats effaçant les barrières sociales, il a eu l'intuition d'une Église se coupant malgré elle de la société, et il a compris qu'il fallait s'adapter, aller vers ce que l'abbé Boyreau appelait, dès 1903, « la Chine »2. Son engagement dans l'aventure de l'Action catholique lui apparaît donc, dans les années trente, comme une nécessité.

Aux origines de l'Action catholique landaise

9C'est la rencontre de deux caractères complémentaires qui explique la grande aventure de l'Action catholique dans les Landes. Au milieu des années trente, le nouvel évêque d'Aire et Dax, Mgr Mathieu, décide de se lancer dans la construction de l'Action catholique et choisit l'abbé Bordes pour le seconder : d'abord directeur des œuvres en 1932, celui-ci est nommé vicaire général en 1936 avec pour mission d'implanter l'Action catholique dans tout le diocèse. Le soutien de l'évêque se révélera sans faille durant cette période, et on peut aller jusqu'à avancer le mot de — complicité — entre les deux hommes. Cette communion de pensée maintes fois attestée rend encore plus étrange le subit silence qui s'installe entre eux à partir de 1943.

  • 3 Les retraites fermées, qui durent parfois une semaine, attirent alors plusieurs centaines de jeune (...)

10Le succès de l'entreprise dépasse les espérances. Infatigablement, le nouveau vicaire général sillonne la campagne landaise, rencontre les jeunes agriculteurs et réussit à construire une Jeunesse Agricole Chrétienne forte de plus de mille adhérents, tous formés aux plus hautes valeurs spirituelles3. Cet enracinement dans le quotidien, dans la réalité et dans les problèmes des adolescents qu'il forme, empêche l'abbé Bordes de se couper des choses concrètes : jamais les idéologies ou les discours trop généraux n'auront de prise sur lui.

11Il tisse ainsi des liens très forts avec un grand nombre de jeunes agriculteurs pour lesquels l'abbé Bordes sera, en toutes circonstances, un guide spirituel. Celui-ci a conscience de son rôle et rappelle fréquemment sa responsabilité quant à la formation des jeunes qui adhèrent à l'Action catholique. Cette notion de responsabilité devient essentielle au moment de la guerre.

L'abbé Bordes et la Seconde Guerre mondiale : du pétainisme à la Résistance

12L'abbé Bordes accepte la guerre comme une fatalité et essaie d'éviter la disparition des mouvements d'Action catholique. En mai 1940, il fait partie, sans conteste, des quarante millions de pétainistes.

Les doutes de l'abbé Bordes

13Le maréchal Pétain parle visiblement au cœur du vicaire général. Son discours, simple, clérical, peut séduire un ancien poilu. Son enthousiasme est d'ailleurs à la hauteur des espérances qu'il met en Pétain. On sent que ce dernier a su habilement toucher la corde sensible, puisque le vicaire général remplit le mensuel L'Action Catholique landaise ou La Semaine religieuse de citations enthousiastes :

  • 4 « Mot de l'aumônier », ACL, février 1941.

14« Si les paroissiens avaient compris, ils se montreraient plus empressés à répondre aux appels du Pape et du Maréchal, qui chacun à leur manière, invitent à se ravitailler en forces spirituelles, à penser et à agir en chrétien et en Français, à se libérer des vieilles routines, à combattre l'égoïsme, à se dévouer, à prier »4.

15Cette ferveur commence à s'émousser lorsqu'il s'aperçoit de la distance qui s'installe peu à peu entre le discours officiel et les réalités de la vie quotidienne. Le directeur des Œuvres se tait, non pas pour manifester son accord tacite à la politique de Vichy, mais parce qu'il a saisi très vite les limites de la « révolution nationale ». Le temps de l'hagiographie pétainiste ne dure pas. Homme de terrain avant tout, il comprend l'inanité des déclarations voire des rodomontades officielles.

  • 5 Du moins ceux qui restent ; certains sont en captivité, mais beaucoup reviennent dès 1941.

16La cassure se produit durant l'été 1941 et ne cesse de s'amplifier. Pour la première fois l'évêque et son vicaire général ne sont plus en phase, ne se comprennent pas : l'abbé Bordes ressent profondément la désaffection d'une partie de la jeunesse landaise par rapport aux tentatives de récupération de Vichy. Département radical et socialiste, les Landes ne sont pas, en effet, un terrain propice à la nouvelle idéologie d'État, et ce sont ces mêmes jeunes, formés par les mouvements chrétiens d'avant-guerre, qui réveillent sa conscience5. Ceux-ci n'acceptent pas que le discours officiel des années trente ait pu, en quelques mois, se transformer aussi complètement. En juin 1941, le vicaire général avait difficilement accepté le musellement de son mensuel L'Action Catholique landaise par les autorités d'occupation et dès l'automne, ses diverses contributions écrites à la vie du diocèse (Mot de l'aumônier, sermons, discours de circonstance) évitent toute allusion au régime de Vichy et à ses préoccupations majeures. Si le temps de l'action n'est pas encore venu, celui du doute s'est installé.

  • 6 Le 18 mai 1947 à Gamarde (Sud-Ouest).
  • 7 Hubert Dupin est considéré comme un des héritiers spirituels de l'abbé Bordes. Il devient présiden (...)
  • 8 Félix Gaye s'est contenté de compiler un dossier de presse.

17Beaucoup plus tard, on expliquera fort simplement le cheminement de l'abbé Bordes vers la Résistance et d'une manière par trop évidente. Que ce soit le maire de Dax, lors de l'inauguration du monument à la mémoire du vicaire général6, ou Hubert Dupin7 lors de la commémoration du 10e anniversaire de sa mort, ou certains biographes8, tous insistent sur la facilité avec laquelle l'abbé Bordes a rejoint la Résistance. Il semble qu'ils n'aient pas pris le temps de lire ses discours, homélies ou les simples billets du déporté. Il hésite longtemps, tourne autour du premier réseau qui s'ébauche dans les Landes, mais ne peut vaincre son loyalisme envers l'État et son évêque. Car entrer dans la Résistance, cela veut dire mentir à Mgr Mathieu, donc désobéir, et briser dix ans d'une collaboration totale et fructueuse. C'est aussi se défaire des habitudes de conformisme et de soumission à l'autorité qui dominent depuis longtemps la vie de l'Église catholique. C'est, enfin, aller vers un terrain inconnu et adopter une stratégie de rébellion à laquelle sa formation passée ne l'avait pas préparé.

18Son nouvel engagement fut facilité par son passé de soldat. Dès l'été 1941, l'abbé Bordes prit l'habitude de recevoir des militaires démobilisés ou quittant le pays et, semble-t-il, quelques aviateurs anglais. Il ne s'agissait, au début, que d'un simple relais, comparable à bien d'autres dans les Landes, la ligne de démarcation toute proche en faisant une plaque tournante des filières de départ. C'est ainsi qu'il devient presque naturellement une halte pour certains indésirables du régime de Vichy. Son aide « passive » n'est ni un encouragement à la résistance, ni une condamnation explicite des nouvelles orientations de l'État français : c'est une attitude humaine face à la détresse morale et matérielle de ses concitoyens.

  • 9 Le chef du réseau Alliance, M. Méric, attestera l'entrée de l'abbé Bordes dans son réseau avec le (...)

19En juin 1942, à l'annonce de la victoire de Bir-Hakeim, son aide à la Résistance devient plus active. S'il n'a pas encore décidé à être un hors-la- loi, il commence, cependant, à se rendre compte des avantages qu'il pourrait apporter aux actions clandestines, lui qui a formé tant de jeunes et qui se trouve, naturellement au centre d'un vaste réseau d'amitiés et d'estimes réciproques. Après un long combat intérieur, l'abbé Bordes se décide au cours de l'été 1943 et devient informateur du Service des Forces Combattantes Françaises. Le 1er août 1943, sous le pseudonyme d'ailleurs transparent de Saint-Père, il adhère au réseau Alliance, avec le grade de lieutenant9.

De la résistance au sacrifice

20Dès lors, les anciennes questions, les tourments passés s'effacent et l'abbé Bordes met toute sa méticulosité et son dévouement à servir la Résistance. Son patriotisme, héritier de la Grande Guerre, se transforme en une ani- mosité très forte envers l'occupant.

21Il va s'entourer de quelques jeunes qu'il a formés lui-même et que le refus du STO jettent dans la voie de la résistance. Trois adolescents l'aidèrent particulièrement : des jeunes gens qui le suivaient comme un guide spirituel et qui lui faisaient une confiance absolue. Si l'on ne peut pas parler d'un véritable réseau issu de l'Action catholique, les trois résistants en qui il place sa confiance viennent tous de la JOC : ils en ont conservé la générosité et l'idéalisme.

  • 10 Il habitait 6, place Lonné à Dax.
  • 11 Gilbert Gachan, selon Mgr Saint-Germain (vicaire général à ce moment) et Félix Gaye, apparaît dans (...)
  • 12 Village situé à côté de Dax.
  • 13 Il assure, par exemple les émissions clandestines du poste de Bordeaux.

22Gilbert Gachan, tout d'abord, fut l'un des premiers que l'abbé Bordes cacha chez lui10, afin de lui éviter les affres du STO. Militant jociste à Saint-Vincent-de-Tyrosse, il s'enfuit en Espagne, échappe à la police de Franco, et revient libérer Paris avec l'armée du général Leclerc. Il ne sait pas encore qu'il va être bientôt immortalisé par un cameraman filmant la libération de la capitale11. Alphan Laborde dit — Fanfan —, jociste du Gond12, est un jeune tuberculeux que l'abbé Bordes a pris en affection et qu'il engage, à sa demande, comme estafette et agent de renseignement du réseau Alliance de Bordeaux. Enfin Soussotte, originaire de Hinx, servira, pendant deux ans comme technicien radio d'une habileté remarquable13. L'abbé Bordes, en effet, avait transformé sa maison en centre émetteur pirate et déjouait les tentatives de détection allemandes.

  • 14 L'original est en la possession du neveu de l'abbé Bordes, l'abbé Massie, né en 1912 et qui est cu (...)

23Le drame survient rapidement, quelques mois seulement après son entrée — officielle — dans la Résistance. Les faits sont sans équivoque possible. L'abbé Bordes a tenu un journal de captivité qui nous est parvenu grâce au Chanoine Hett, curé de Maisongoutte dans le Bas-Rhin14. De plus les témoignages sont si nombreux et si convergents qu'ils ne laissent subsister aucun doute. Cependant, l'historien ne peut qu'être surpris par le déroulement de ces événements, s'il ne tient pas compte du caractère à la fois courageux, résolu et même téméraire de l'abbé Bordes. Il semble, en effet, aller quasiment au devant, d'abord de l'arrestation, puis de la déportation et enfin de la mort.

24La tragédie débute le 7 décembre 1943. La Gestapo, sur dénonciation, arrête à Bordeaux les participants à une émission de radio clandestine, parmi lesquels figurent Fanfan Laborde et Soussotte. Dans les papiers de Laborde, on retrouve un agenda qui renferme la mention « en cas de malheur, prévenez l'abbé Bordes ». Celui-ci, mis au courant dès le lendemain, part pour Paris le 13 décembre 1943 et tente de faire libérer ses deux compagnons. Il s'y rend officieusement, sans en référer à Mgr Mathieu, et dans le train du retour, le 15 décembre, il est victime d'un vol mystérieux de documents secrets qu'il possédait sur lui.

25Le samedi 18 décembre vers 11 heures du soir, trois agents de la Gestapo surgissent à son domicile et l'arrêtent, après une fouille minutieuse de son bureau, sans lui laisser le temps de prévenir ses amis. Il est emmené à Bayonne, puis au fort du Hâ à Bordeaux, en compagnie du révérend père Hondet et du père Grégoire, tous deux de l'abbaye de Belloc. Le 16 janvier 1944, il transite par Compiègne pour être acheminé à Weimar le 29 janvier, accompagné de Fanfan Laborde (qui meurt quelque temps après) et des deux abbés de Belloc. Il séjourne ensuite à Buchenwald tout le mois de février et est transféré à Offenburg le 9 mars, puis à Gaggenau le 27 octobre. Durant cette période, il fait l'horrible apprentissage de l'univers concentrationnaire et subit tortures et travaux forcés. Son journal de captivité reste un témoignage capital et bouleversant de la réalité des camps nazis. Il est fusillé à Gaggenau le 30 novembre à 17 heures, avec tout le réseau Alliance, puis son corps sera jeté dans une fosse commune à Ottenau. Il eut le temps d'écrire son testament :

26« Je me recommande aux prières de tous mes confrères et amis, des membres de nos œuvres d'Action catholique, et je bénis avant de mourir tout spécialement les dirigeants et militants de la JAC et de la JOC ».

Une stratégie individuelle et solitaire, liée à l'Action catholique

  • 15 Pierrard (Pierre), L'Église et Us ouvriers de France, Hachette, 1991, p. 118.

27Le parcours de l'abbé Bordes, du pétainisme vers la Résistance n'est certes pas celui de la majorité des responsables de l'Église. Il remet cependant en cause l'affirmation lapidaire de François Mauriac qui écrivait qu'« entre autres privilèges, la France de 1943 bénéficie de l'épiscopat le plus timoré du monde ».15

Un parcours complexe

  • 16 Témoignage de l'abbé Mauvoisin, ami de l'abbé Bordes, Ils étaient catholiques au temps du nazisme, (...)

28« C'était un saint ». C'est de cette manière que certains des survivants expliquent l'itinéraire de l'abbé Bordes16. L'explication est un peu courte, mais recèle un fond de vérité. Le destin du vicaire général est dû autant à son caractère qu'aux circonstances extérieures.

  • 17 Témoignage de René Lafourcade, président de la JAC avant la Seconde Guerre mondiale (Adoumié, 1993 (...)

29Son engagement dans l'Action Catholique est le point de départ de ce parcours hors du commun. Il le met en contact direct avec les jeunes du diocèse, il relativise les principes généraux de l'Église en montrant, souvent, leur inadéquation dans la vie de tous les jours de ces adolescents. De plus, cet engagement donne un sens profond à sa mission pastorale : homme de terrain autant que de réflexion, il peut ainsi utiliser au mieux ses remarquables dons d'organisateur et le charisme certain qu'il exerce sur son entourage. L'Action catholique lui permet, en quelque sorte, de canaliser et de domestiquer son énergie débordante. Quelques années plus tard, un jaciste de l'époque devenu un important responsable syndical agricole résumera d'une façon lapidaire le sentiment qui prédominait : « on savait où l'on allait »17. Il y a donc dans la forme de l'engagement spirituel nécessité par l'Action catholique, une prédisposition à ne pas se laisser abuser par la figure du maréchal Pétain. La remise en cause des habitudes était si importante et le sentiment de participer à une véritable renaissance de l'Église si fort que toutes les tentatives de « retour en arrière » furent ressenties comme un véritable désaveu de l'engagement personnel des militants.

  • 18 Témoignage de Renée Bédarida (cf note n°16).

30La soudaine absence de perspectives à partir de 1940 explique aussi en partie les choix du vicaire général Habitué à combattre, à s'engager, à obéir scrupuleusement aux ordres de la hiérarchie, l'abbé Bordes comprend mal les flottements de l'Église de Pie XII. D'autres résistants ont exprimé le même sentiment : « nous étions désemparés devant les silences de la hiérarchie face au nazisme »18. Soudainement les responsables les plus engagés dans le renouveau de l'Église, se retrouvent seuls, sans directives, sans réel guide spirituel et n'ont d'autres alternatives que la « révolution nationale » prônée par le régime de Vichy. Après quelques mois de pétainisme, certains hommes d'Église commencent à douter de la figure emblématique du Maréchal et surtout ne peuvent comprendre qu'aucune condamnation du nazisme n'ait encore été prononcée. Car le patriotisme de l'abbé Bordes souffre de la victoire allemande.

31L'expérience d'ancien combattant est un autre élément déterminant. L'abbé Bordes supporte mal la défaite française, et l'entrée de l'armée ennemie à Dax est pour lui un réel sujet de tourments. Les souffrances accumulées dans les tranchées se réveillent en 1941 et il essaye d'éviter tout contact avec l'occupant. Or, son rôle officiel lui fait presque obligation d'être en relation permanente avec les responsables allemands.

32Enfin son sens très aigu des responsabilités est peut-être l'élément déterminant de son engagement. L'ancien directeur des Œuvres a conscience de son charisme auprès des jeunes, du rôle de conseiller spirituel qu'il joue et il estime qu'il est en partie à l'origine du passage vers la Résistance des jacistes et des jocistes qu'il a formés. Il veut continuer à être leur guide, même dans l'adversité. Il y a, ici, le déclic, qui lui fait franchir le Rubicon. Il se sent responsable, au sens le plus élevé du terme, de ceux qu'il appelle ses jeunes. C'est une responsabilité concrète, quotidienne, qui s'appuie sur des visages, sur des souvenirs, sur des attaches familiales. Ce n'est pas une responsabilité théorique, coupée du monde, d'un pasteur hypothétique, comme pourrait être celle de l'évêque. On comprend mieux alors pourquoi la hiérarchie catholique s'orienta si peu vers la Résistance. Il fallait un faisceau d'événements remarquablement convergents pour pouvoir envisager de s'éloigner du troupeau. Le malaise avec lequel « l'affaire Bordes » fut vécue dans les Landes en est une illustration coruscante.

Les ombres de « l'affaire Bordes »

  • 19 Cf note n°16.
  • 20 La fin d'un rayonnement... (Adoumié, 1993).

33Cinquante ans après c'est toujours le même silence. Certes tous, au sein même de l'Église, s'accordent à reconnaître en l'abbé Bordes une figure exceptionnelle. Mais peu parlent des autres côtés de l'affaire et pour commencer, du silence des autorités épiscopales. Quand on demande, encore aujourd'hui, à l'abbé Luquet, qui a été un des derniers à voir l'abbé Bordes avant son arrestation, pourquoi Mgr Mathieu n'avait jamais évoqué directement la disparition de son vicaire général, nous nous heurtons à un silence19. Ce silence commence dès le 18 décembre 1943. Son arrestation passe quasiment inaperçue. La presse ne l'évoque pas, et l'Action Catholique landaise, mensuel dont il était rédacteur en chef, continue à maintenir son nom comme — directeur de la publication — pendant de longs mois, alors qu'il est en déportation en Allemagne. C'est le premier élément surprenant de l'affaire : il semble très curieux que la disparition d'un vicaire général, personnage officiel, très impliqué dans la vie du diocèse et aussi estimé que l'était l'abbé Bordes ne suscite aucun remous. En fait la peur d'être compromis voisine avec un fort sentiment de malaise. Les témoignages d'adolescents de l'époque20 corroborent tous l'idée que l'on ne parlait de « l'affaire » qu'à mots couverts. L'abbé Bordes avait disparu : les fidèles, hormis les proches, n'en surent pas plus sur le moment.

34L'Église des Landes elle-même hésita entre le silence le plus total et l'hagiographie postmortem la plus malhabile. Jamais Mgr Mathieu n'interviendra directement pour savoir où se trouve son vicaire général et pour essayer de le sauver. Les nouvelles qui arrivent à l'évêché sont fortuites et très rares : un message confié à un médecin de Buchenwald qui parvient à Dax en avril 1944, une simple mention de sa détention à Offenburg, puis plus rien. De novembre 1944 (date de son assassinat) à mai 1945, l'évêché ne semble pas au courant de sa disparition. Mieux, en avril 1945, un entrefilet paru dans la presse locale laissait présager son retour imminent. Quand la nouvelle de sa mort éclate, en mai 1945, c'est la consternation. Mgr Mathieu rédige un texte pathétique et l'abbé Dicharry, nouveau vicaire général, est chargé de faire une oraison funèbre poignante. Ce sont cependant les quelques jacistes présents qui rendent spontanément l'hommage le plus émouvant à leur aumônier en se réunissant tous à son domicile, le soir de l'enterrement.

  • 21 Il était alors évêque du Puy, puis deviendra archevêque de Rouen et sera fait cardinal.
  • 22 L'abbé Bergey fut lui, au contraire, arrêté à la Libération, puis relâché. Il avait été appelé au (...)

35Les témoignages de sympathie, certes, affluèrent de toutes parts, aussi bien politiques (les députés Alice Delaunay, Defos Du Rau) qu'ecclésiastiques (Mgr Gerlier, Mgr Cazaux, Mgr Martin21 et l'abbé Bergey22 entre autres). Certaines de ces lettres sont tout à fait émouvantes, comme celle du chanoine Boulard, qui pourtant n'a rencontré l'abbé Bordes que quelques jours :

  • 23 Ibid.

36« Je ressens la mort tragique de M. le chanoine Bordes comme un deuil personnel. Dès mon premier contact avec lui, dans les Landes, j'avais été pris par son accueil si plein de coeur. Je me souviens encore de lui avoir dit, alors qu'il me reconduisait à la gare : Quand je quitte un diocèse, je remporte toujours un sympathique souvenir de mes confrères, aumôniers diocésains ; mais cette fois, j'ai l'impression de laisser un ami. »23

  • 24 La lettre de la présidence du Gouvernement Provisoire, Direction générale des Études et Recherches (...)

37Il y eut, par la suite, des cérémonies de commémoration qui se déroulèrent sur plusieurs années et la plus grande place de Dax, porte aujourd'hui son nom. Mais l'Église n'a pas exploité ni même tenu à commémorer de façon trop visible cet épisode douloureux. La remise de la Croix de Guerre 1939-1945 ainsi que la Médaille de la Résistance (à titre posthume)24 à l'abbé Bordes, ne suscitèrent pas de manifestations particulières.

38S'il est cependant impossible de connaître avec certitude les raisons de l'épaisseur du silence qui recouvre l'affaire Bordes, on peut tout de même émettre quelques hypothèses fondées.

39Mgr Mathieu n’a visiblement jamais été tenu au courant de l'engagement de l'abbé Bordes dans la Résistance. Or les deux hommes furent réellement très proches et en parfaite communion intellectuelle pendant près d'une décennie. La divergence de leur cheminement intellectuel à partir de 1941 n'en est que plus frappante. Nous avons ici une preuve supplémentaire qu'il s'agissait bien d'une trajectoire solitaire de l'individu Bordes et non celle du vicaire général du diocèse d'Aire et Dax.

40L'abbé Bordes n'a pas voulu compromettre l'Église en tant qu'institution. Jamais il ne révélera spontanément sa qualité de vicaire général, d'aumônier diocésain (connu très au-delà des limites landaises) d'Action catholique, lors de son arrestation ou de sa déportation. Il ne cherchera jamais à joindre des responsables du haut clergé. Nous avons ici une preuve, terrible, a contrario, que l'abbé Bordes savait qu'il était en porte-à-faux par rapport à l'institution, et que celle-ci aurait eu du mal à comprendre son geste.

41Il a donc volontairement laissé l'Église, qui était le cœur de sa vie, à l'écart de son engagement dans la Résistance.

  • 25 Témoignage de l'abbé Hett, curé de Maisongoutte (Bas-Rhin) transmis à Mgr Mathieu (Archives du dio (...)

42En même temps il a pris conscience des erreurs des engagements officiels de l'Épiscopat. Peut-être, au moment où il a accepté d'accompagner jusqu'au bout les jocistes engagés dans la résistance, a-t-il décidé de se sacrifier pour l'Église ? Cette volonté habite depuis toujours la personnalité de l'abbé Bordes. Son journal de captivité montre jour après jour qu'il s'était fortifié dans l'idée qu'il devait « aller jusqu'au bout ». Ainsi, il refuse sa libération après son emprisonnement au fort du Hâ de Bordeaux, et décide d'accompagner en détention les autres membres de son réseau de résistance25. Le 26 novembre 1944, quelques heures avant son exécution, l'abbé Bordes écrivait :

43« Je remercie mon évêque de la confiance qu'il m'a témoignée. Je regrette de n'avoir pas, toujours, comme je l'aurais dû, réviser ses désirs. Je n'ai pas su toujours profiter de ma situation pour faire du bien aux âmes qui m'ont été confiées... J'offre ma vie pour elles, en réparation. »

44Le destin de l'abbé Bordes résonne étrangement, dans l'Histoire troublée de l'Église durant la Seconde Guerre mondiale, un peu à la manière d'un sacrifice expiatoire. Il éclaire mieux les chemins qui purent conduire un responsable de premier plan d'une Église alors pétainiste, à rentrer dans la Résistance. En fait le cas Bordes est tout à fait atypique : jamais un membre de la hiérarchie de l'Église catholique n'aurait dû suivre un tel chemin, tant la situation de l'époque le poussait en sens contraire. Il a fallu une convergence exceptionnelle d'antécédents militaires, de détermination personnelle, d'engagement auprès des jeunes, et de lucidité. On comprend mieux alors pourquoi une telle destinée a été à la fois exceptionnelle et si rare.

45C'est un homme seul, coupé de cette hiérarchie dont il avait fait partie, qui tombe sous les balles allemandes, un soir de novembre 1944. Un homme qui, inconsciemment peut-être, rachetait les fautes d'une Église à laquelle il avait tout sacrifié, jusqu'à sa vie.

Bibliographie

Bibliographie

Manuscrits et archives privées

— Archives privées de l'abbé Massie (curéde Créon), neveu de l'abbé Bordes (qui possède le journal de captivité du vicaire général).

— Archives privées de la Ligue féminine etde l'ACGF (conservées par Mme Fournier) qui couvre de l'après-guerre à 1965. Ensemble très important ; plus de 2 000 références, qui ont dû être classées et répertoriées pour pouvoir être systématiquement exploitées.

— Archives privées de l'abbé Luquet (textes concernant la JAC entre 1940 et 1970). Film de diapositives réalisé sur l'abbé Bordes, (1952).

— Archives privées de l'abbé Dutreuilh (textes concernant la JAC, la JACF, la JOC et le MFR de 1950 à 1965).

— Documents et précisions écrites four nies par le père Marcel Lasserre. (JAC, MFR)

— Archives de l'évêché d'Aire et Dax : correspondance de Mgr Mathieu, lettres éparses concernant l'abbé Bordes, les différents mouvements, ainsi que certains responsables d'Action catholique. Liste complète des Ordos et quelques traces d'enquêtes statistiques.

— Archives privées Laby, concernant la

— Ligue, Les cœurs vaillants, ainsi que certains bulletins paroissiaux.

— AD des Landes : dépôt des enquêtes statistiques par Mgr Guichement.

Périodiques

La Semaine religieuse d'Aire et Dax, série complète couvrant toute la période.

L Action catholique landaise, série complète de sa création (1936), à sa disparition (1965).

Bulletin des vocations, série complète.

Sud-Ouest, la petite Gironde, série complète à partir de 1945.

Récits et témoignages

Témoignages recueillis à l'occasion de ma thèse sur l'Action catholique dans les

Landes ou de la préparation de l'émission de télévision « Ils étaient catholiques au temps du nazisme » :

— L'abbé Mauvoisin

— L'abbé Luquet

— L'abbé Massie

— M. Charles Blanc, ancien président de la J.A.C.

— Mgr Guichement, ancien vicairegénéral,

— M. Sarrabère, évêque d'Aire et

— Dax etc.

Références bibliographiques

Adoumiê (Vincent), LAction catholique dans le diocèse d'Aire et Dax du début des années trente au milieu des années soixante, Thèse d'Histoire contemporaine de l'université de Bordeaux III.

Adoumié (Vincent), Il y a cinquante ans disparaissait l'abbé Bordes, Courrier Français, novembre 1993.

Adoumié (Vincent), l'abbé Bordes ou le sacrifice, à propos de la diffusion de l'émission « Ils étaient catholiques au temps du nazisme », Courrier Français, mai 1994.

Adoumié (Vincent), Synopsis de l'émission « Ils étaient catholiques au temps du nazisme », France 2, 4 et 11 mai 1994.

Bocquenet (B.), La presse landaise en 1938, (TER université de Bordeaux III 1981).

Bouyer (Jean-René), (réalisateur de télévision) : Ils étaient catholiques au temps du nazisme, émission en 2 parties diffusée sur France 2 les 4 et 11 mai

Cazaunau et Lesbats, Buglose, Nogaro, 1970.

Chabas (D.), Villes et villages des Landes, Mont-de-Marsan 1973.

Cholvy (Gérard), (ouvrage collectif), Jeunesses chrétiennes au xxe siècle, Les éditions Ouvrières, 1991.

CMR des Landes, Graine d'espoir, l'itinéraire d'Hubert Dupin, In folio publié à Dax en octobre 1987.

Darricau et Peyrous, Les visites pastorales des évêques d'Aire et des évêques de Dax, Bulletin de la société de Borda, Dax 1977.

Delaruelle (E.), La vie religieuse dans le Sud-Ouest, Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 1941.

Gaye (Félix), J'ai vécu 300 ans, Éditions Points et Contrepoints, 1963.

Gayon-Molinie Chanoine, Mgr Bézac, évêque d'Aire et Dax (1961 -1978), édition 1980.

Gayon-Molinie Chanoine, Cent ans de vie ecclésiale, diocèse d'Aire et Dax, (1880- 1987), opuscule, 1988.

Langlois (Cl.), Le régime de Vichy et le clergé d'après les semaines religieuses des diocèses de la zone libre, Revue française de science politique, XXII, 4 août 1972.

Mathieu Mgr, Vingt-cinq ans d'épiscopat, Imprimerie commerciale des Pyrénées, Pau, 1956.

Montclos (De) (X.), Luirard (M.), Delpech (F.), Bolle (P.), Églises et chrétiens dans la IIe Guerre mondiale, PUL, Lyon 1981, (Actes du colloque de Lyon 1978 avec une importante bibliographie à jour en 1981).

Remond (René), De la résistance spirituelle à la résistance armée, Actes du colloque de Lyon, Églises et Chrétiens durant la Seconde Guerre mondiale, 1978.

Notes

1 Gaye (Félix), L’abbé Bordes, Imprimerie monastique Saint-Julien-l'Ars, 1966.

2 L'abbé Boyreau comparait tout l'est de Paris à une sorte de « Chine », où le christianisme serait inconnu.

3 Les retraites fermées, qui durent parfois une semaine, attirent alors plusieurs centaines de jeunes Landais, à chaque session.

4 « Mot de l'aumônier », ACL, février 1941.

5 Du moins ceux qui restent ; certains sont en captivité, mais beaucoup reviennent dès 1941.

6 Le 18 mai 1947 à Gamarde (Sud-Ouest).

7 Hubert Dupin est considéré comme un des héritiers spirituels de l'abbé Bordes. Il devient président diocésain de la JAC à la fin de la guerre.

8 Félix Gaye s'est contenté de compiler un dossier de presse.

9 Le chef du réseau Alliance, M. Méric, attestera l'entrée de l'abbé Bordes dans son réseau avec le grade de CM2 (lieutenant), par un écrit officiel, le 9 mars 1954.

10 Il habitait 6, place Lonné à Dax.

11 Gilbert Gachan, selon Mgr Saint-Germain (vicaire général à ce moment) et Félix Gaye, apparaît dans le film d'actualités sur la Libération de Paris, dans le deuxième char de l'armée du général Leclerc. Il meurt le 20 novembre 1944, dans une action de commando.

12 Village situé à côté de Dax.

13 Il assure, par exemple les émissions clandestines du poste de Bordeaux.

14 L'original est en la possession du neveu de l'abbé Bordes, l'abbé Massie, né en 1912 et qui est curé de Créon (dans les Landes), depuis 1945.

15 Pierrard (Pierre), L'Église et Us ouvriers de France, Hachette, 1991, p. 118.

16 Témoignage de l'abbé Mauvoisin, ami de l'abbé Bordes, Ils étaient catholiques au temps du nazisme, émission en deux parties diffusée sur France 2 les 4 et 11 mai 1994 (réalisation René-Jean Bouyer ; conseiller historique V. Adoumié).

17 Témoignage de René Lafourcade, président de la JAC avant la Seconde Guerre mondiale (Adoumié, 1993).

18 Témoignage de Renée Bédarida (cf note n°16).

19 Cf note n°16.

20 La fin d'un rayonnement... (Adoumié, 1993).

21 Il était alors évêque du Puy, puis deviendra archevêque de Rouen et sera fait cardinal.

22 L'abbé Bergey fut lui, au contraire, arrêté à la Libération, puis relâché. Il avait été appelé au début des années vingt par Mgr de Cormon, afin de ressusciter les Unions Paroissiales. De là datait son amitié avec l'abbé Bordes.

23 Ibid.

24 La lettre de la présidence du Gouvernement Provisoire, Direction générale des Études et Recherches, et signée du commandant Chabor, adressée à Mgr Mathieu, affirmait : « Monseigneur, J'ai l'honneur de vous faire connaître que la Croix de Guerre 1939-1945 vient d'être décernée par le Général De Gaulle à M. le Chanoine Bordes, avec citation à l'ordre de l'Armée. Cette distinction s'ajoute à celle de la Médaille de la Résistance » (J.O. du 20 octobre 1945).

25 Témoignage de l'abbé Hett, curé de Maisongoutte (Bas-Rhin) transmis à Mgr Mathieu (Archives du diocèse d'Aire et Dax).

Auteur

Docteur en Histoire (1993)

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540