Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

2e partie. Le monde catholique et l'engagement dans la Résistance

L'épiscopat italien devant l'occupation allemande, 1943-19451

Jean-Dominique Durand

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Defensores Civitatis

  • 1 Le dossier de l'épiscopat italien devant l'occupation allemande ayant été approfondi dans notre th (...)

1Le grand historien italien, ancien résistant, Federico Chabod se remémorant l'énorme manifestation qui le 5 juin 1944, rassembla des milliers de Romains devant la basilique Saint-Pierre, en hommage au Pape, pour exprimer leur reconnaissance au Defensor Urbis, a écrit :

2« Il me revient toujours à l'esprit, lorsque je pense à ces journées si proches de nous, à ce qui arriva au ve siècle, lorsque les hordes germaniques se déversèrent sur l'Empire romain. L'année 410 après Jésus-Christ, pour la première fois après sept siècles, Rome était prise d'assaut et mise à sac par les Wisigoths. La reine du monde était tombée ; et saint Augustin dit : l'envahisseur barbare arrêta sa furie devant les basiliques ; ils n'osèrent pas, ces barbares, pénétrer dans les lieux consacrés au Christ, et la population fut sauvée. Là est l'origine il y a 15 siècles, du pouvoir et de la force politique de l'Église romaine. Se présentant comme les défenseurs de la population abandonnée par l'autorité impériale romaine, les papes jetèrent les bases, au cours du ve siècle, du pouvoir et de l'influence politique de l'Église de Rome.

  • 2 Chabod (Frederico), L'Italia contemporenea (1918-1948), Torino, 1961, p. 125.

3De même, pendant la période de l'occupation allemande, l'Église brilla sur Rome, d'une manière qui n'était pas très différente de ce qui s'était passé au ve siècle »2.

4En 1944, le sénateur Bergamini, fondateur du Giornale d'Italia soulignait :

5« Ce que fait le Saint-Siège en ce moment en aidant les gens sans distinction de classe, de religion et de parti, apporte à l'Église un prestige extraordinaire ».

  • 3 Lettre du 1er mars 1944 in Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la Deuxième Guerre mondial (...)

6Il promettait la disparition de l'anticléricalisme pour cent ans car, pronostiquait-il, « il sera impossible d'oublier ce que le clergé a fait »3.

7En 1947, l'homme politique libéral Francesco Saverio Nitti notait « la conduite admirable » du Vatican :

  • 4 Ce texte est cité par Pietro Scoppola, La Chiesa e il fascismo. Documenti e interpretazioni, Bari, (...)

8« L'Église catholique a attiré l'estime et la sympathie du monde et le Pape a accompli une œuvre admirable et a fait preuve d'un grand esprit chrétien »4.

  • 5 Latreille (André), De Gaulle, la Libération et l'Église catholique, Paris, 1978, p. 19-72 ; Xavier (...)

9Ces trois témoignages, choisis dans l'aire laïque, non soupçonnable de connivence avec le Saint-Siège, montrent combien la position de l'épiscopat en Italie, au lendemain de la guerre, est radicalement différente de celle que l'on connaît en France5.

  • 6 Malgeri (Francesco), La Chiesa italiana e la guerra (1940-1945), Roma, 1980, p. 30.

10En effet, l'épreuve de la guerre, et surtout celle de l'occupation ont permis aux évêques de faire oublier les compromissions passées avec le régime de Mussolini. Si ce dernier a été à un moment, « l'homme providentiel », ce fut en 1929, alors que les accords du Latran réglaient la question romaine. Habilement, le chef du gouvernement avait multiplié des mesures d'apaisement rompant avec les années anticléricales de la période libérale, et accepta un concordat très favorable à l'Église catholique. Par la suite, si des difficultés sont apparues, dont témoignent le conflit sur l'Action Catholique, l'éducation de la jeunesse en 1931, et la vigoureuse encyclique Non abbiamo bisogno, dans l'ensemble, jusqu'en 1938, le régime bénéficia de solides soutiens au sein de l'épiscopat. Les clérico-fascistes étaient d'efficaces relais. Il suffit de penser aux engagements ardents de nombreux évêques au moment de la guerre d'Éthiopie, et pour soutenir les grandes campagnes du régime comme la « bataille du blé ». Mais la rupture était consommée lorsque la guerre arriva. Elle se réalisa entre 1938 et 1940, à la suite de l'alignement de l'Italie sur l'Allemagne hitlérienne, de l'acceptation par l'Italie de l'Anschluss, du voyage de Hitler à Rome, de la mise en place d'une législation raciale, des menaces que faisait peser un régime qui se durcissait sur l'Action Catholique. À la veille du conflit, non seulement les modérés et les tièdes se sont détachés du régime, mais même les évêques les plus philofascistes, qui s'étaient le plus résolument engagés auprès du régime, comme le cardinal Schuster, archevêque du Milan, ou Mgr Nogara archevêque d'Udine (Frioul), avaient achevé de prendre leurs distances. Le divorce fut accentué par l'entrée en guerre de l'Italie malgré les efforts de la diplomatie vaticane pour l'en tenir écartée. Les évêques refusèrent de soutenir l'effort de guerre ; les prédications des clercs étaient empreintes de pacifisme, et si en 1915 l'on avait beaucoup prié pour la victoire, en 1940, l'on pria plutôt pour la paix6.

  • 7 Cité par Possenti (P. ), Storia délia DC dalle origini al centro sinistra, Roma, 1978, p. 8.

11Mussolini s'en plaignait ; le 3 janvier 1942, il relevait qu'« il ne s'est pas encore élevé une voix de sympathie du haut-clergé en faveur de ce peuple qui combat les anglicans d'Angleterre et d'Amérique, les bolcheviques et les sans-Dieu de Russie. En outre on prêche le pacifisme »7.

12La chute de Mussolini le 25 juillet 1943 fut accueillie le plus généralement dans le clergé avec soulagement, parfois avec joie. Mais les événements se précipitèrent pour bousculer tout espoir de paix : la formation du gouvernement par le maréchal Badoglio, l'armistice avec les Alliés, l'invasion allemande, la fuite du roi et du gouvernement. Les malheurs s'abattaient sur un pays littéralement en proie à la panique, laissé à l'abandon par les autorités. La désintégration tant de l'État que de l'Armée fut totale. Cette atmosphère de panique, marquée par la fuite des officiers et des soldats tentant d'échapper à l'occupant, a bien été rendue par Curzio Malaparte, décrivant la foule entassée dans le train de Naples jusque sur le toit des wagons, fuyant vainement l'occupation allemande :

  • 8 Malaparte (Curzio), Kaputt, Paris, Denoël, 1946. Le livre fut publié à Naples dès 1944, quelques m (...)

13« Tous fuyaient la guerre, la faim, les pestilences, les ruines, la terreur, la mort : tous couraient vers la guerre, la faim, les pestilences, les ruines, la mort. Tous fuyaient la guerre, les Allemands, les bombardements, la misère, la peur : tous couraient à Naples vers la guerre, les Allemands, les bombardements, la misère, la peur, vers les refuges pleins d'immondices, d'excréments, de gens affamés, épuisés, abrutis. Tous fuyaient le désespoir, le misérable et merveilleux désespoir de la guerre perdue ; tous couraient au devant d'un espoir de faim finie, de peur finie, de guerre finie. Tous fuyaient l'Italie - allaient au-devant de l'Italie »8.

14Images baroques et entrechoquées, qui rendent bien compte du drame des Italiens.

15L'Italie accumula alors les malheurs conjugués d'une guerre longue, acharnée, les Alliés avançant lentement sur un terrain difficile, arrêtés longuement d'abord sur la ligne Gustav (Pescara-Cassino) dans l'hiver 1943- 1944, puis sur la ligne Gothique entre Florence et Bologne dans l'hiver 1944-1945 et l'ensemble du pays ne fut libéré qu'en mai 1945. À ces malheurs s'ajoutèrent ceux provoqués par une véritable guerre civile à la suite de la reconstitution d'un régime fasciste par Mussolini, dans les territoires occupés par les Allemands ; enfin l'occupation fut féroce.

  • 9 En juin 1984 s'est tenu à Rome un colloque consacré à l'après-guerre dans le Sud, au cours duquel (...)
  • 10 Terni, cité industrielle de l'Ombrie, subit entre août 1943 et le 16 juin 1944, date de sa libérat (...)

16L'unité du pays vint alors de la profonde misère qui s'étendit partout9. La guerre en Italie a été particulièrement atroce : les bombardements aériens ont ravagé un très grand nombre de cités : Rome, Turin, Milan, Gênes bien sûr, mais aussi des villes d'importance secondaire, comme Trévise, Udine, Foggia, Terni et bien d'autres10. Dans les régions occupées, la population a souffert d'une guerre totale ; le ton fut donné dès le 19 septembre 1943 par le massacre de la population de Boves (Piémont) par les SS et une litanie tragique pourrait se réciter avec les noms des villages martyrs. La lecture des documents, en particulier des livres paroissiaux montre à quel point la population s'est trouvée en première ligne et a souffert des représailles féroces des Allemands, mais aussi des bandes italiennes fascistes, quasi autonomes, telles que les bandes de Mario Carità qui sévit dans la région de Padoue, de Pietro Koch, de Muti, la Decima Mas, sous la direction du prince Valerio Borghese.

  • 11 Venuti (Tarcisio), Corrispondenza clandestina col Vaticano. Carteggio Nogara-Montini, 1943-1945 Ud (...)
  • 12 Casella (Luciano), The European War of Liberation. Tuscany and the Gothic Line, Firenze, 1983, p. (...)
  • 13 L'ora presente e i nostri doveri, Archivio Vescovile, Arezzo.
  • 14 Deuxième partie du document précédent : Documentazione.
  • 15 Lettre pastorale au clergé et au peuple de l'Archidiocèse. Dopo la Messa in S. Vittore al Corpo ne (...)

17Les curés du Frioul ont noté ces souffrances : les villages de la Carnia dans le nord de la province d'Udine (Faedis, Masarolis, Nimis, Sedilis, Attimis) incendiés, la région occupée par 20 000 cosaques, troupes russes ralliées aux Allemands qui ont laissé un souvenir affreux : massacres, pillages, viols : « là où ils passent, c'est comme si étaient passées les sauterelles ; là où ils s'arrêtèrent tout est littéralement saccagé » écrit à leur propos Mgr Nogara11 La Toscane (massacres de la zone minière du Valdarno)12, Rome (massacre des fosses Ardéatines), le Piémont, la Lombardie : multiples sont les témoignages sur les horreurs. L'évêque d'Arezzo (Toscane) revint longuement sur les destructions subies dans son diocèse-martyr, dans un document rédigé le 25 septembre 1944, dans lequel il exprimait son dégoût pour les horreurs commises par l'occupant, les cruautés, les dévastations de villages entiers, les destructions et massacres, y compris d'enfants, gratuits13 ; le 1er décembre il publiait dans un long complément de neuf pages la liste précise de ces cruautés14. De la même manière, après la Libération, le cardinal Schuster rappela toutes les souffrances endurées : la déportation des juifs, les tortures à la prison San Vittore de Milan, les menaces contre les prêtres et les violations d'églises15, mais déjà pendant l'occupation il avait eu l'occasion d'exprimer son émotion devant tant de monstruosités :

  • 16 Santa Maria Liberatrice, au clergé et aux fidèles, 6 juillet 1944 in Schuster (Ildefonso), Gli ult (...)

18« La pénurie des vivres avec une faim cruelle qui ruine les organismes, surtout ceux des enfants. La pauvreté, la misère extrême, la désolation dans les maisons du peuple, sans un grabat, sans une table - nous parlons des maisons ravagées par les bombardements - vêtements réduits en lambeaux et en guenilles, sans possibilité de s'en procurer des nouveaux. Familles décimées par les horreurs de la guerre, avec des morts, des prisonniers, des déportés, des disparus. Une lutte fratricide avec des victimes innocentes, une lutte faite de haine, de rancœur inhumaine avec une véritable chasse à l'homme, avec des méthodes si cruelles qu'elles feraient honte aux bêtes sauvages de la forêt »16.

19Confrontée à une telle situation, l'Église assuma avant tout une présence. Alors que les autorités civiles avaient disparu, les autorités ecclésiastiques, dans l'ensemble de la hiérarchie, du pape à Rome au curé en sa paroisse, sont, à quelques exceptions près, restées sur place et ont assumé leurs responsabilités. Nombreux sont les cas où elles ont été les seules à ne pas abandonner leur poste.

20Cette présence forte, qui a fortement marqué les esprits et la mémoire collective en Italie, a revêtu principalement cinq aspects.

Le rappel du décalogue

21Le 18 mars 1945, Pie XII stigmatisait les profiteurs de la guerre :

  • 17 Discours prononcé place Saint-Pierre, in Acta Apostolicae Sedis, 27 avril 1945, p. 111-115.

22« Regardez leurs mains, s'écria-t-il, elles sont tachées de sang, du sang des veuves et des orphelins, du sang des enfants et des adolescents arrêtés ou retardés dans leur croissance par la dénutrition et par la faim, du sang de milliers et de milliers de malheureux de toutes les classes du peuple dont ils se sont faits, avec leur ignoble marché, les bourreaux »17.

23Il y eut tout au long de l'occupation un discours récurrent, aux accents prophétiques, destiné à rappeler les bases mêmes de la vie en société, à savoir le Décalogue : ne pas tuer, ne pas voler. Les évêques appelaient à la charité, dénonçaient les lettres anonymes, mais en réservant l'essentiel de leurs colères au marché noir. L'archevêque de Pérouse clouait au pilori ces individus auxquels

  • 18 Paterni richiami sul « mercato nero », aux curés et prêtres de l'Archidiocèse, in Bollettino Eccle (...)

24« la guerre est utile pour réaliser des bénéfices infinis, hyperboliques, sur ces marchandises qui ne sont pas un plus, un luxe, mais qui sont indispensables à la vie »18.

25et celui d'Amalfi tonnait contre les « exploiteurs avides » :

  • 19 Homélie de l'archevêque d'Amalfi, Noël 1943, in Rivista Ecclesiastica Amalfitana, janvier - févrie (...)

26« les larmes et le sang des familles pauvres et des enfants affamés crient vengeance, et sur les affameurs attirent les rigueurs de la justice vengeresse de Dieu »19.

27Les évêques étaient ici dans leur rôle classique de défenseurs des victimes. Ils restaient dans ce rôle en organisant

Le soutien matériel des populations

  • 20 Rapport de Wladimir d'Ormesson du 14 décembre 1950. Archives du ministère des Affaires Étrangères, (...)

28Ce qu'il est important de relever ici, c'est que l'autorité ecclésiastique restant souvent la seule institution en état de fonctionnement, celle-ci a assumé un rôle de direction de l'organisation des secours, du ravitaillement, de l'accueil des réfugiés, dont le centre était parfois l'évêché. Dans cette action essentielle pour la simple survie des populations, des évêques ont été conduits à avoir une action, d'ordre technique certes, mais relevant du politique, une action de maire voire de préfet. Le Vatican eut un rôle moteur dans ces initiatives, notamment à travers la distribution de vivres (les « cuisines du Pape »), et la création de la Pontificia Commissione Assistenza, dont l'existence devait perdurer après la guerre, que l'ambassadeur de France près le Saint-Siège qualifia de « ministère de la charité personnelle du pape »20.

  • 21 Riccardi (Andrea), « Ambienti cattolici romani e politica italiana negli anni del dopoguerra », in (...)

29L'Église restait, remarque Andrea Riccardi pour Rome, l'unique institution fonctionnant, capable de gérer les exigences collectives21. Elle s'engagea donc dans le ravitaillement, dans l'assistance, confirmant son rôle de suppléance de l'autorité civile, et créant de cette manière un rapport direct entre les évêques, les prêtres, les religieux, et la population.

30Le soutien aux réfugiés, aux sinistrés, aux soldats était un aspect essentiel de la présence de l'Église, et sans doute l'un des plus « porteurs » pour l'avenir. L'Église se voulut être aussi un bouclier contre les exactions des occupants.

La protection des populations

31Représente un engagement systématique des évêques sur le terrain. Tous les diocèses ayant subi l'occupation en offrent des exemples. Ses conséquences politiques sont considérables. Ainsi Mgr Nogara pouvait-il écrire au Substitut Montini :

  • 22 Lettre du 22 octobre 1944, in T. Venuti, Corrispondenza, op. cit., p. 70-73.

32« Je parle fort et clair. Le peuple a confiance en l'évêque, il l'écoute et a recours à lui. On dit que l'Autorité ecclésiastique est la seule qui s'occupe de lui »22.

33Les interventions des évêques constituent un ensemble cohérent, au sein duquel on peut en distinguer sur le terrain trois formes.

  • 23 Le Littoral Adriatique, du Frioul à Fiume, constituait une entité administrative placée sous l'aut (...)
  • 24 Communiqué des évêques du Littoral Adriatique, in Rivista Diocesana Udinese, mars-avril 1944.

34L'aide morale et matérielle apportée aux prisonniers, déportés, condamnés, avec un sens aigu du geste et du symbole : interventions directes, présence physique, mépris des ordres des autorités. Avec aussi un sens remarquable des déclarations et protestations prophétiques. Un exemple est fourni par le communiqué des évêques du Littoral Adriatique23 en mai 1944. Il protestait contre les systèmes qui sèment la terreur, contre « le mépris et les atteintes à la dignité et aux droits inhérents à la personne humaine »24.

35À Trieste, Mgr Santin protesta avec vigueur contre la déportation des Juifs le 3 novembre 1943, dans son homélie à la Basilique Saint-Just, pour la fête du patron de la ville, il fit allusion au nazisme en évoquant le martyre du saint : « mais les tyrans sont tous passés. Et l'oubli et l'exécution ont recouvert leur mémoire ».

  • 25 Zovatto (Pietro), Il vescovo Antonio Santin e il razzismo nazifascista a Trieste (1938-1945), Quar (...)

36En mars 1944, les SS enlevèrent les Juifs malades dans les hôpitaux de Trieste : « la ville en a la nausée », écrit-il au préfet, et le 3 novembre 1944, il voulut encore rappeler que la mort de saint Just « est la condamnation la plus haute et la plus absolue de toute tyrannie »25.

37La protection des populations contre les représailles, avec parfois quelques succès, pour sauver des otages, avec aussi trop d'échecs, mais toujours la plus grande fermeté dans les condamnations des représailles. Le 30 septembre 1944, l'archevêque d'Udine s'adressait à l'administrateur nazi de la zone, après avoir visité des villages martyrisés :

  • 26 Rapport Nel tempo della prova, Aichivio della Curia Arcivescovile di Udine, Nogara, Cartella Guerr (...)

38« Je reviens maintenant des villages incendiés que j'ai vus de mes yeux. Ce sont des choses qui remplissent d'horreur. Je ne l'aurais jamais cru. Et vous venez nous dire être des défenseurs de la civilisation chrétienne ? Ce sont des barbaries ! Barbaries ! Et vous êtes des barbares ! »26.

39Quelques jours plus tard il écrivait au Commissaire Suprême du Littoral Adriatique, Rainer, en se posant en défenseur de son diocèse face aux nouveaux barbares :

  • 27 ibidem.

40« celui qui s'adresse à vous est l'archevêque de l'antique, illustre et vaste Archi- diocèse de Udine, et il le fait en tant que représentant de Dieu et Pasteur de près de 600 000 fidèles »27.

41Ces figures de pasteurs dressés contre la vindicte ennemie, dont on peut multiplier les exemples, confirment l'image que la population pouvait retenir de l'Église : protectrice, recours ultime, médiatrice.

  • 28 Actes et Documents du Saint-Siège, op. cit., X, p. 68-69.

42La protection des personnes poursuivies fut un aspect fondamental de l'action de l'Église et très lourd de conséquences, car, si dans les cas précédents, ses représentants se heurtaient, parfois violemment, aux autorités de la République sociale ou à l'occupant, ils n'en restaient pas moins dans la légalité. Mais en permettant à des jeunes gens d'éviter l'enrôlement dans l'armée républicaine, en donnant refuge à des Juifs menacés, en aidant des résistants à éviter l'arrestation, l'Église, qu'elle le veuille ou non, était impliquée politiquement. Même si les évêques tenaient à proclamer leur neutralité, du fait qu'ils aidaient les victimes, ils paraissaient avoir choisi un camp. Le point de départ de cette attitude était le principe de charité chrétienne, qui n'arriva guère à convaincre nazis et fascistes. Pourtant, disait le secrétaire d'État du Vatican Mgr Maglione à l'ambassadeur allemand Weiz- säcker, il n'est pas possible de reprocher à un prêtre ou à un fidèle d'aider un persécuté28. À la suite de la publication de la Notification des évêques des trois Vénéties en mai 1944, le préfet de Venise protesta auprès du patriarche ; celui-ci répondit :

  • 29 Tramontin (Silvio), « La notiicazione dell'episcopato triveneto dell'aprile 1944 », in Humanitas, (...)

43« quand le prêtre fait la charité, il ne demande ni la carte ni la race, il voit dans le pauvre Notre Seigneur Jésus-Christ, et l'aide. S'il ne le faisait pas il manquerait à son devoir »29.

  • 30 Tramontin (Silvio), « I cattolici e la Resistenza », in Storia del Movimento Cattolico in Italia, (...)

44La protection des personnes poursuivies est un fait particulièrement important. Des évêques ont veillé eux-mêmes à organiser l'accueil, et l'on ne compte pas les structures destinées à accueillir, protéger, faire évader, comme à Milan, l'OSCAR (Organizzazione Soccorsi Cattolica agli Antifascisti Ricercatî) ou le « Comité hébraïque » à Florence qui accueillait ses protégés au séminaire et tenait ses réunions à l'archevêché30.

  • 31 Cronaca della Badia, Bollettino Ecclesiastico per la Diocesi della Santissima Trinità di cava, mai (...)
  • 32 À Milan, l'université du Sacré-Cœur, dirigée par le père Gemelli, accueillit une centaine de priso (...)
  • 33 De Felice (Renzo), Storia degli Ebrei italiani sotto il fascismo, Torino, 1961, p. 610-614.

45Il n'est pas possible d'établir une liste des lieux de refuge tant ils sont nombreux : les monastères et les couvents bien sûr, y compris les plus célèbres comme celui de Monte Oliveto en Toscane, ou l'abbaye de la Trinità di cava (entre Salerne et Naples) qui accueillit près de 6 000 réfugiés31 avec tous les problèmes de ravitaillement et d'hygiène que cela comportait et les risques encourus : l'évêque de Cava dei Tirreni et l'abbé Ildefonso Rea furent arrêtés le 17 septembre 1943 et emmenés par les Allemands (ils rentrèrent le 3 octobre, après la libération de la région), mais aussi les évêchés, les séminaires, les églises, les hôpitaux catholiques, les instituts d'enseignement32 ; à Rome, tous les édifices extraterritoriaux : les basiliques patriarcales (en particulier l'ensemble du Latran), les Palais des Congrégations, le Séminaire Lombard près de Sainte-Marie Majeure, le Russicum, le Pontificio Instituto Orientale et d'innombrables couvents comme l'institut Notre- Dame de Sion, au Janicule, qui accueillit plus de 180 Juifs. Le nombre de personnes accueillies ne peut être évalué avec précision : il est certainement très important. Renzo De Felice estime que plus de 4 000 Juifs furent accueillis dans plus de 150 institutions religieuses à Rome33. Tous ces refuges ont donc permis de sauver des milliers de personnes. Celles-ci peuvent se partager en trois catégories :

  • Les Juifs pour lesquels l'effort a été très important34. Si le Saint-Siège n'a pu empêcher à Rome la rafle du 16 octobre 1943, l'appareil ecclésiastique a pu en sauver un très grand nombre35.
  • Les soldats évadés ou ayant échappé au filet allemand en septembre 1943, et les jeunes gens refusant de se plier à la levée décrétée par la République Sociale.
  • Les responsables de la Résistance qui ont pu échapper aux recherches ou dont les résinions se faisaient sous la protection des crucifix. Si l'exemple du Séminaire Romain du Latran accueillant presque tout le Comité de Libération Nationale est connu36, nombreux ont été les évêchés comme celui d'Arezzo ou de Trivento, les cures paroissiales qui accueillirent les Comités de Libération Nationale Locaux ; l'université du Sacré-Cœur accueillit en février 1945 le commandant général du Corps des Volontaires de la liberté, c'est à dire de l'ensemble des forces de la Résistance, commandée par le général Cadorna, caché dans le laboratoire de psychologie dirigé par le Père Gemelli, d'où la Libération fut préparée37.

Le refus de la République de Salò

  • 38 Fappani (Antonio), Molinari (Franco), Chiesa e Repubblica di Salò, Torino, 1981, p. 58.

46Le régime de Mussolini reconstitué sous l'autorité allemande, jugé illégitime par le Vatican, ne fut reconnu que comme pouvoir de fait38. L'ensemble de la documentation disponible, notamment les lettres pastorales des évêques, confirment au niveau local cette distance par rapport à la République sociale, pour au moins trois raisons principales.

47Il y avait d'abord les drames de la guerre civile. En créant cet État Fantoche, Mussolini portait la responsabilité d'accroître les malheurs des Italiens, d'ajouter aux horreurs de la guerre, celles d'une guerre civile. On lui reprochait aussi d'être précisément au service des nazis, et enfin de mener une virulente campagne anticléricale.

48Cela ne signifiait pas un soutien aux mouvements de Résistance, avec lesquels les relations furent délicates, empreintes de méfiance. Si des évêques ont laissé plus ou moins explicitement des prêtres s'engager, dans l'ensemble les évêques ont vu dans la Résistance les risques de représailles encourus par la population civile. Ils ont multiplié les déclarations, vivement critiquées par les résistants, condamnant les attentats, voire les bombardements alliés. Ces critiques se fondaient aussi sur un très fort anticommunisme, sur la crainte de voir le communisme se développer à travers les mouvements de Résistance.

  • 39 Secchia (Pietro), « Clero e Resistenza », in Enciclopedia dell'Antifascismo e della Resistenza, Mi (...)
  • 40 Actes et documents du Saint-Siège, XI, p. 585 et 627.
  • 41 Tramontin (Silvio), « I cattolici e la Resistenza », op. cit., p. 403-405.

49D'où un discours officiel « équilibriste » particulièrement dans les lettres pastorales collectives de 1944, condamnant la violence quelles qu'en furent l'origine et la cause, qui lui a été souvent reprochée par une historiographie d'inspiration marxiste, opposant, dans une perspective de lutte des classes, un bas clergé proche du peuple, donc de la Résistance, et un haut clergé attentiste39. Leur action fut principalement la protection, l'aide matérielle, l'assistance d'une manière générale, y compris l'assistance spirituelle devant laquelle l'attitude des évêques fut diverse : certains nommèrent des aumôniers auprès des formations partisanes, d'autres ne souhaitant pas, par prudence, afin de ne pas donner prétexte à une répression accrue contre un clergé souvent dans la ligne de mire des autorités allemandes et fascistes, déléguer officiellement des prêtres, recommandèrent pourtant l'assistance spirituelle, et approuvèrent la présence d'ecclésiastiques. Les instructions du Vatican étaient d'apporter cette assistance aux partisans40, et elle fut assurée, officiellement ou non, même dans les groupes d'obédience communiste41.

50Dresser une typologie des attitudes des évêques est une entreprise vaine tant les situations sont diverses et semblables tout à la fois. Leur activité a été dominée par la volonté d'être les « Defensores Civitatis ». Un seul sem- ble-t-il, Mgr Terzi à Apuania en Toscane, a failli à cette mission. Ce choix a impliqué des attitudes communes à tous :

  • Le soutien inlassable aux victimes : aide matérielle, morale, spirituelle, et défense des populations contre les oppresseurs.
  • La condamnation de toutes les formes de violence, qu'elles soient commises par les nazis et les fascistes (représailles, tortures, exécutions, déportations), par la Résistance (attentats contre des personnalités fascistes ou les troupes d'occupation), par les Alliés (bombardements aériens sur les villes), tous ces types de violence étant placés sur le même plan.
  • Le maintien de contacts avec toutes les parties, pour être le recours reconnu de tous, pour intervenir avec le maximum d'efficacité pour sauver le plus de vies possible. Ils ont tous voulu, même ceux qui avaient le plus de sympathie pour la Résistance, rester au-dessus de la mêlée. Ils préconisaient donc la prudence, la sagesse et rappelaient les principes de la loi morale qui constituèrent les arguments principaux des lettres pastorales pour le carême 1944. Si celles-ci étaient objectivement dirigées contre les occupants et leurs collaborateurs italiens, la prudence verbale donnait souvent l'impression de vouloir maintenir une balance égale, ce que les résistants leur reprochaient.

51Les évêques se sont considérés comme les gardiens et les interprètes de l'Évangile et de la loi naturelle. Cette conception se résume parfaitement dans l'expression « Defensor Civitatis ». Cette observation d'ensemble ne gomme pas le poids des données locales : situations particulières (certains diocèses ont été ravagés plus que d'autres par la guerre), tempérament et âge des évêques qui rendent la situation encore plus complexe : certains, accusés de tiédeur à l'égard de la Résistance, ont développé pourtant une grande action d'assistance pour sauver les Juifs et cacher les réfractaires comme l'archevêque de Modène ; d'autres, tout en maintenant une grande prudence officielle ont aidé les résistants avec efficacité comme les évêques de Pontremoli ou de Vittorio Veneto ; d'autres enfin ont eu un engagement plus ouvert : c'est le cas de l'évêque d'Anagni. Mais ces distinctions sont artificielles : tous ces prélats agissaient selon une ligne commune : celle que leur imposait la défense des populations dont ils se sentaient responsables.

52La fermeté et la prudence à la fois de la plupart des évêques permirent de préserver leur action de médiation, qui prit un tour particulièrement important et significatif de l'influence acquise par l'Église au moment crucial et délicat de la retraite des troupes allemandes, de la Libération et de l'installation des nouveaux pouvoirs.

La médiation de l'Église pour la reddition allemande

53Dans les derniers jours de l'occupation, l'Église joua un rôle déterminant pour éviter les excès possibles dans la phase finale de la Libération, qu'il s'agisse d'ultimes destructions allemandes ou d'excès de la part des partisans. Le cas le plus connu est celui de Milan où le cardinal Schuster se trouva au centre des négociations en avril 1945. Mais bien d'autres exemples méritent d'être signalés, tant au niveau de villages qu'à celui de diocè-

  • 42 Aga Rossi (Elena), SMITH (Bradley F.), La resa tedesca in Italia, Milano, 1980. Mis à part le cas (...)

54ses : l'ensemble constitue un véritable faisceau et révèle à quel point l'Église, unique interlocuteur de l'ensemble des belligérants, a atteint une autorité morale et un prestige jamais égalés42.

  • 43 Secchia (Pietro), Il Partito communista italiano e la guerra di Liberazione, 1943-1945, Ricordi, d (...)

55L'objectif premier était de protéger la population, d'éviter des destructions, alors que les communistes et les socialistes attribuaient une grande importance aux insurrections dans les villes, comme preuve d'une capacité d'auto-libération et comme moyen d'affirmer les forces marxistes43, mais pour l'Église il y avait un risque de plus de verser le sang et de multiplier les destructions. Il s'y ajoutait une préoccupation plus politique : la peur qu'une insurrection organisée par les partisans ne conduisît à l'installation d'un pouvoir révolutionnaire.

56De nombreux exemples peuvent être donnés de négociations menées par l'évêque ou son représentant : à Alexandrie, Alba, Novare, Venise, Trieste, Pise où Mgr Vettori assuma le gouvernement de la ville du 18 juin au 2 septembre 1944, Brescia, Padoue, Alatri. À Anagni, Mgr Adinolfi prit la direction d'un gouvernement provisoire auquel il déclara :

  • 44 Blondi (Antonio), Un operaio della messa, Mons. Attilio Adinolfi vescovo di Anagni signore di Acut (...)

57« quand tout disparaît, quand tout s'écroule, il ne reste que la Croix (...), les foules se tournent vers le pape, l'évêque, le prêtre comme vers des protecteurs (...). Et en cette heure d'immense et indescriptible débandade sont montés vers moi les soupirs, les gémissements, les lamentations de tant de gens, de tous. Regardez autour de vous, m'ont-ils dit, c'est un fait : il n'y a plus personne, les autorités, on ne les trouve pas »44.

  • 45 Voir la relation du cardinal Boetto in Rivista Diocesana, avril-septembre 1945, le témoignage de M (...)

58À Gênes le cardinal Boetto et Mgr Siri déployèrent leurs efforts auprès du général Meinhold, commandant de la place et du consul d'Allemagne, Alfred Schmid45. Le Comité de Libération Nationale (CLN) était tenu au courant des négociations par l'intermédiaire du représentant de la Démocratie chrétienne, Paolo Emilio Taviani. Le 23 avril Mgr Siri essaya de convaincre le consul que la seule solution était de remettre la ville au CLN, et en même temps, il négociait avec le lieutenant-colonel Engel, commandant SS de Gênes afin d'éviter que les Allemands n'emmènent avec eux des prisonniers en otage. Le matin du 24, alors que l'insurrection populaire était déclenchée par le CLN, le cardinal vint à savoir confidentiellement que le général était prêt à traiter : il lui fit une lettre appelant à ses sentiments d'humanité pour éviter un bombardement, qui lui fut remise par deux représentants du CLN. L'issue dramatique de l'insurrection de Varsovie en août 1944 était dans les esprits. Le 25, Meinhold se rendit à l'Archevêché où il rencontra les représentants du CLN et signa l'acte de capitulation inconditionnelle qui entra en application le 26 à 9 heures. L'action de l'archevêque fut déterminante même si elle fut facilitée par le fait que ni le consul ni le général n'étaient nazis (encore que certains officiers allemands comme le commandant du port étaient fanatiques). L'important, ce qui montre l'influence de l'Église, est que la négociation entre le général allemand et les résistants se soit faite sous son égide, et « dans la maison du Cardinal » selon l'expression de Paolo Emilio Taviani.

  • 46 Schuster (Idefonso), Gli ultimi tempi di un regime, Milano, 1946 ; Beltrame-quatlrocchi (Paolino), (...)
  • 47 Rumi (Giorgio), MajO (Angelo), il Card. Schuster e il suo tempo, Milano, 1979, p. 41.

59Les négociations de Milan sont les plus frappantes en raison de l'importance des protagonistes : le cardinal Schuster, Mussolini, le maréchal Graziani, le consul d'Allemagne Wolff, le général Cadorna, commandant des Volontaires de la Liberté46. L'archevêque, nouvel Ambroise, se fit le symbole d'une Église à l'autorité raffermie et reconnue de tous. La reddition fut signée, dit-il, « à l'ombre de la Madonnina du Duomo, en terrain neutre et en ma présence »47.

Préparer la reconstruction

60Reçu par Pie XII le 30 juin 1944, le général de Gaulle nota que le pape prévoyait

  • 48 De Gaulle (Ch.), Mémoires de guerre, II, L'unité, 1942-1944, Paris, 1956, p. 234.

61« une longue confusion en Italie, sans en éprouver, toutefois, une inquiétude excessive. Peut-être pense-t-il, qu'après l'effondrement du fascisme et la chute de la monarchie, l'Église moralement très puissante dans ce pays, y demeurera la seule force d'ordre et d'unité, perspective qu'il semble envisager assez volontiers. Tandis qu'il me le laisse entendre, je songe à ce que, tout à l' heure, des témoins m'ont rapporté. À peine finie la bataille d'hier, une foule énorme, d'un seul mouvement, s'est portée sur la place Saint-Pierre pour acclamer le Pape, tout comme s'il était le souvenir délivré de Rome et le recours de l'Italie »48.

62Ce qui était vrai du pape et de Rome l'était aussi de bien d'autres cités et diocèses. Le ministre de l'Intérieur en remettant la médaille d'argent à valeur civile, après la Libération, à l'archevêque de Manfredonia (Pouilles), Mgr Andrea Cesarano pour son comportement pendant l'occupation, remercia à travers lui l'épiscopat qui, « en cette heure tragique de la Patrie a toujours été à la hauteur de sa mission apostolique, et qui seul, est resté sur le terrain pour défendre et sauvegarder les populations civiles ».

63À Crémone une plaque apposée au Palais communal à la mémoire de Mgr Cazzani le présente comme « Archevêque citoyen patriote » et la remise de la médaille de bronze de la Valeur militaire à Mgr Facchini, évêque d'Alatri, fut accompagnée de la mention :

64« Apôtre de Vérité, de Liberté, d'Italianité, en neuf mois d'occupation, il appuya et favorisa le développement de la lutte clandestine ».

65L'on peut ainsi multiplier les exemples de remises de décorations, attributions de la Citoyenneté d'honneur à des évêques, de délibérations de conseils municipaux, comme celui de Cassino qui en 1953 fit apposer une plaque rappelant la grande figure de l'abbé Gregorio Diamare,

« réconfort et défenseur de ses enfants,
dans la tourmente de la guerre,
symbole de la souffrance et de l'héroïsme
de tout un peuple ».

66Rarissimes furent les évêques contestés comme celui d'Apuania en Toscane qui dut abandonner sa charge. L'Église pouvait proclamer la nécessité de préparer l'avenir, donner des directives visant à organiser la présence des catholiques au moment de la reconstruction de la Nation. Elle avait la volonté de poursuivre une présence affirmée avec éclat dans les années noires. De celle-ci découlait selon elle son droit de fixer les directives au peuple catholique pour aborder dans les meilleures conditions possibles la reconstruction d'un État qui devrait s'inspirer du christianisme.

Notes

1 Le dossier de l'épiscopat italien devant l'occupation allemande ayant été approfondi dans notre thèse L'Église catholique dans la crise de l'Italie (1943-1948) Rome, école française de Rome, 1991, 863 p., nous nous contentons ici de caractériser les positions et de souligner les documents principaux.

2 Chabod (Frederico), L'Italia contemporenea (1918-1948), Torino, 1961, p. 125.

3 Lettre du 1er mars 1944 in Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la Deuxième Guerre mondiale, éd. par P. Blet, R.O. Graham, A. Martini, B. Schneider, Città del Vaticano, 1965-1981, vol. X, p. 163-164.

4 Ce texte est cité par Pietro Scoppola, La Chiesa e il fascismo. Documenti e interpretazioni, Bari, Laterza, 1971, rééd. 1976, p. 346-347.

5 Latreille (André), De Gaulle, la Libération et l'Église catholique, Paris, 1978, p. 19-72 ; Xavier de Montclos (dir.), Églises et chrétiens dans la II Guerre mondiale. La France, Lyon, 1982 ; Renée Bédarida, « La hiérarchie catholique », in J.-P. Azema, F. Bédarida (dir.), Vichy et les Français, 1992, p. 444- 462 ; Étienne Fouilloux, « Le clergé », in ibidem, p. 463-477.

6 Malgeri (Francesco), La Chiesa italiana e la guerra (1940-1945), Roma, 1980, p. 30.

7 Cité par Possenti (P. ), Storia délia DC dalle origini al centro sinistra, Roma, 1978, p. 8.

8 Malaparte (Curzio), Kaputt, Paris, Denoël, 1946. Le livre fut publié à Naples dès 1944, quelques mois après la libération de la ville. Voir aussi l'évocation hallucinante de Naples dans La peau, éd française, Paris, 1949. Aga Rossi (Elena), Una nazione alla sbando. L'armistizio italiano del settembre 1943, Bologna, 1993.

9 En juin 1984 s'est tenu à Rome un colloque consacré à l'après-guerre dans le Sud, au cours duquel les nombreuses communications ont étudié les conditions de vie, la situation économique, les mentalités : Gallerano (Nicola), (dir.), L'altro dopoguerre Roma e il Sud, 1943-1945, Milano, 1985.

10 Terni, cité industrielle de l'Ombrie, subit entre août 1943 et le 16 juin 1944, date de sa libération, 110 raids aériens qui la détruisirent en quasi-totalité (Portelli (Alessandro), « Assoluta niente. L'esperienza degli sfollati a Terni », in L'altro dopoguerra, op. cit., p. 135-144).

11 Venuti (Tarcisio), Corrispondenza clandestina col Vaticano. Carteggio Nogara-Montini, 1943-1945 Udine, 1980, p. 70-73. Sur les ravages des Russes arrivés le 25 août 1944 : Antonio Faleschini, Osoppo c altri paesi nel tormento delta guerra, 1944-1945. Interventi delle autorità e dell'Arcivescovo di Udine Mons. Giuseppe Nogara. Documentazioni, Udine, 1968, 27 p.

12 Casella (Luciano), The European War of Liberation. Tuscany and the Gothic Line, Firenze, 1983, p. 181-221. Klinhamer (Lutz), L'occupazione tedesca in Italia, 1943-1945, Torino, 1993.

13 L'ora presente e i nostri doveri, Archivio Vescovile, Arezzo.

14 Deuxième partie du document précédent : Documentazione.

15 Lettre pastorale au clergé et au peuple de l'Archidiocèse. Dopo la Messa in S. Vittore al Corpo nella festa della Madonna del Buon Consiglio, 26 avril 1945, in Rivista Diocesana Milanese, juin 1945.

16 Santa Maria Liberatrice, au clergé et aux fidèles, 6 juillet 1944 in Schuster (Ildefonso), Gli ultimi tempi di un regime, Milano, 1946, p. 12-14.

17 Discours prononcé place Saint-Pierre, in Acta Apostolicae Sedis, 27 avril 1945, p. 111-115.

18 Paterni richiami sul « mercato nero », aux curés et prêtres de l'Archidiocèse, in Bollettino Ecclesiastico di Perugia, janvier 1944.

19 Homélie de l'archevêque d'Amalfi, Noël 1943, in Rivista Ecclesiastica Amalfitana, janvier - février 1944. L'évêque de Cesena (Romagne) s'exprimait sur le même ton : « ce marché noir qui augmente toujours les prix, est l'un de ces péchés sociaux qui crient vengeance devant Dieu » (Il S. Rosario, lettre pastorale pour le Carême de 1944).

20 Rapport de Wladimir d'Ormesson du 14 décembre 1950. Archives du ministère des Affaires Étrangères, Europe 1944-1960, S. Siège, n. 40. Giovagnoli (Agostino), « La Pontificia Commissione Assistenza e gli aiuti americani (1945-1948), in Storia contemporenea, 1978, p. 1081-1111.

21 Riccardi (Andrea), « Ambienti cattolici romani e politica italiana negli anni del dopoguerra », in Democrazie Cristiana e Costituente, Roma, 1980, p. 263-320. Sur l'action caritative, Papeleux (Léon), L'action caritative du Saint-Siège en faveur des prisonniers de guerre (1943-1945) Brussel-Rome, 1991 ; Mazzolari (Primo), La carità del papa. Pio XII e la ricostruzione dell'Italia (1943-1953), Torino, 1991. Parmi les études régionales, La parabola delia carità. Salerno, 1937-1987, Salerno, 1988.

22 Lettre du 22 octobre 1944, in T. Venuti, Corrispondenza, op. cit., p. 70-73.

23 Le Littoral Adriatique, du Frioul à Fiume, constituait une entité administrative placée sous l'autorité d'un Commissaire Suprême, qui édictait lois et ordonnances, nommait les chefs de Province et les maires. Les lois italiennes ne s'y appliquaient pas.

24 Communiqué des évêques du Littoral Adriatique, in Rivista Diocesana Udinese, mars-avril 1944.

25 Zovatto (Pietro), Il vescovo Antonio Santin e il razzismo nazifascista a Trieste (1938-1945), Quarto d'Altino, 1977, p. 51.

26 Rapport Nel tempo della prova, Aichivio della Curia Arcivescovile di Udine, Nogara, Cartella Guerra 1945, fasc. 1945/Cronaca fino all'aprile.

27 ibidem.

28 Actes et Documents du Saint-Siège, op. cit., X, p. 68-69.

29 Tramontin (Silvio), « La notiicazione dell'episcopato triveneto dell'aprile 1944 », in Humanitas, 1975, p. 889-908 et « La Chiesa veneziana dal 1938 al 1948 », in G. Paudini, M. Reberschak (dir.), La Resistenza nel Veneziano, Venezia, 1985, p. 451-501.

30 Tramontin (Silvio), « I cattolici e la Resistenza », in Storia del Movimento Cattolico in Italia, IV, I cattolici dal fascismo alla Resistenza, Roma, 1981, p. 379-507 ; Majo (Angelo), Gli anni difficili dell'episcopato del Card. I. Schuster, Milano, 1978, p. 25, et G. Bianchi, E. Ragionieri, L. Valiani, Azionisti cattolici e communisti nella Resistenza, Milano, 1971, p. 212. Bocchini Camaiani (Bruno), Ricostruzione concordataria e processi di secolarizzazione, l'azione pastorale di Elia Dalla Costa, Bologna, 1983, p. 170 et Casini (Tito), Elia Dalla Costa, vita e magistero, Firenze, 1972, p. 306-307.

31 Cronaca della Badia, Bollettino Ecclesiastico per la Diocesi della Santissima Trinità di cava, mai- décembre 1943, p. 44-56 ; sur l'action de l'abbé Rea, Luci di un anima : Ildefonso Rea, Montecassino, 1973, p. 101-115.

32 À Milan, l'université du Sacré-Cœur, dirigée par le père Gemelli, accueillit une centaine de prisonniers alliés et une centaine de Juifs et persécutés politiques (Università del Sacro Cuore, archivio Gemelli, cartella 175, fasc. 331/2267).

33 De Felice (Renzo), Storia degli Ebrei italiani sotto il fascismo, Torino, 1961, p. 610-614.

34 Lapide (Pinchas E.), Roma e gli Ebrei. L'azion del Vaticano a favore delle vittime del Nazismo, Milano, 1967, p. 184-196.

35 À Rome, 1 259 Juifs furent arrêtés le 16 octobre et déportés sur une population de 96000 personnes (Carlo Gasbarri, Quando il Vaticano confinava con il Terzo Reich Padova, 1984, p. 133 et 160. Sur la rafle, Owen Chadwick, « Weizsäcker, the Vatican and the Jews of Rome », in Journal of Ecclesiastical History, 1977, p. 179-199.

36 Riccardi (Andréa), « La chiesa a Roma durante la Resistenza. L'ospitalità negli ambienti ecclesiastici », in Quaderni della Resistenza laziale, 1977, 2, p. 87-150.

37 Università del Sacro Cuore, Archivio Gemelli, cartella 175, fasc. 313/2267. Le général Cadorna écrivit après la Libération au père Gemelli : « contraints de fuir à tout moment devant les pressantes recherches de la police, Votre Excellence, avec un sentiment de patriotisme et d'amour pour la sainteté de notre Cause, nous ouvrit tout de suite la porte, mettant le bâtiment universitaire à notre disposition (...). En vous disant sa vive gratitude, ce commandement n'oubliera jamais, Excellence, que l'Université catholique fut le premier et le seul institut public qui, dans un élan de solidarité fraternelle envers les Volontaires de la Libération, vint à son aide » (lettre du père Gemelli au cardinal Schuster, 14 mai 1945, Arch. Gemelli, cart.162, fasc. 289/2104).

38 Fappani (Antonio), Molinari (Franco), Chiesa e Repubblica di Salò, Torino, 1981, p. 58.

39 Secchia (Pietro), « Clero e Resistenza », in Enciclopedia dell'Antifascismo e della Resistenza, Milano, 1968-1976, p. 13-52. Battaglia (Roberto), Storia della Resistenza italiana, Torino, 1979, p. 310-312 et Quazza (Guido), Resistenza e Storia d'Italia. Problemi e ipotesi di ricerca, Milano, 1976, p. 141-143. Voir la critique de cette historiographie par Silvio Tramontin, « Il clero italiano e la resistenza », in La Rivista del Clero Italiano, 1981, p. 996-1000.

40 Actes et documents du Saint-Siège, XI, p. 585 et 627.

41 Tramontin (Silvio), « I cattolici e la Resistenza », op. cit., p. 403-405.

42 Aga Rossi (Elena), SMITH (Bradley F.), La resa tedesca in Italia, Milano, 1980. Mis à part le cas de Milan, les auteurs ignorent cette position de l'Église comme médiatrice dans les redditions allemandes.

43 Secchia (Pietro), Il Partito communista italiano e la guerra di Liberazione, 1943-1945, Ricordi, documenti inediti e testimonianze, Milano.

44 Blondi (Antonio), Un operaio della messa, Mons. Attilio Adinolfi vescovo di Anagni signore di Acuto, Pompei, 1953, p. 264.

45 Voir la relation du cardinal Boetto in Rivista Diocesana, avril-septembre 1945, le témoignage de Mgr Giuseppe Siri, « Memorie sulle vicende genovesi, 1944-1945 », in Rivista Diocesana Gennovese, 1975, n. 3, p. 174-190 et celui de Taviani (Paolo Emilio), Breve storia dell'insurrezione di Genova, Firenze, sd, 77 p. (1ère édition en 1945 dans la revue II Ponte), rééd. 1973, IV-80 p.

46 Schuster (Idefonso), Gli ultimi tempi di un regime, Milano, 1946 ; Beltrame-quatlrocchi (Paolino), Al di sopra dei gagliardetti. L'Arcivescovo Schuster un ascetta benedettino nella Milano dell'« era fascista », Casale Monferrato, 1985.

47 Rumi (Giorgio), MajO (Angelo), il Card. Schuster e il suo tempo, Milano, 1979, p. 41.

48 De Gaulle (Ch.), Mémoires de guerre, II, L'unité, 1942-1944, Paris, 1956, p. 234.

Auteur

Professeur d'histoire contemporaine
Université de Lyon 3

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540