Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

2e partie. Le monde catholique et l'engagement dans la Résistance

La notion de « Résistance spirituelle » : une étude de concept à partir des cas français et italien

Jean-Louis Clément

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Fasciolo (D.), Ribelli per amore. Clero e cattolici nella resistenza, Torino, 1980, Elledi Ci. cit (...)

1La notion de « Résistance spirituelle » trouve son origine dans les événements de la Deuxième Guerre mondiale. Le Courrier Français de Témoignage Chrétien est accompagné d'un sous-titre : Lien du Front de Résistance spirituelle. Cette expression de « Résistance spirituelle » est typiquement française : en Italie, point de « Resistenza spirituale » mais des formules comme « la Resistenza dei Cattolici » ou « Cattolici nella Resistenza ». L'ouvrage de Dante Fasciolo laisse entendre une motivation particulière à la résistance chrétienne : « Ribelli per amore. Clero e cattolici nella resistenza »1.

2Cette différence fonde la problématique de notre étude qui étudiera avec plus d'aisance le cas français. Pourquoi la France a-t-elle forgé ce concept de Résistance spirituelle que n'utilise pas sa voisine transalpine ?

3Les Français ont élaboré une historiographie de la Résistance catholique qui diffère essentiellement de son équivalente italienne. Les présupposés qui guident la lecture de l'histoire des catholiques français durant la guerre sont fondés sur une perception différente et de l'ecclésiologie et de la spiritualité que la comparaison avec le cas italien éclaire d'une lumière crue.

  • 2 Fessard (G.), « Journal de la conscience française. Les motifs spirituels de notre résistance », É (...)
  • 3 Pidoux de. la Maduère (S.), l'Église a-t-elle résisté au nazisme ?, Procure Générale du Clergé, 19 (...)
  • 4 Études, décembre 1945, 428 p.

4En publiant son « journal de la conscience française »2, Gaston Fessard posait la première pierre de l'école historiographique de la Résistance spirituelle. Ce jésuite emprunte beaucoup à Blondel pour rendre compte de la succession des événements de 1940 à 1944. L'État, par exemple, est défini comme un ordre de droit qui résout les deux éléments composant le bien commun : l'existence et la sécurité des citoyens d'une part et les valeurs ou l'idéal d'autre part (Fessard, janvier 1945, p. 90). En temps normal, la contradiction entre l'élément matériel et l'élément spirituel se résout harmonieusement dans l'État. En période de crise, les antagonismes nés de la distorsion entre les deux éléments doivent être résolus en faisant le citoyen juge des actes du gouvernement à l'aune du bien commun supérieur lequel protège l'Esprit qui fonde la Nation (idem, p. 92). Ce modèle devient opérationnel en sacrifiant au mythe du peuple « pneumatophore » : il possède le sens instinctif du bien commun {idem, p. 89). L'attitude de l'Église pendant l'Occupation est pesée sur ce trébuchet. Le verdict est sévère : en soutenant, dès juillet 1940, la thèse de la légitimité du gouvernement du maréchal, l'Épiscopat a pris le risque de semer et d'entretenir le doute et l'inquiétude dans la population (idem, p. 88-89). Le jésuite sait, malgré tout, apporter des nuances à ce jugement en reconnaissant que l'Épiscopat de France, dans l'affaire du STO, a su éclairer les consciences en mesurant la loi du 15 février 1943 à l'aune du bien commun Supérieur (idem, février 1945, p. 182). Gaston Fessard n'entend pas condamner l'Église de France. Preuve en est la recension qu'il donna, toujours à la revue Études, de l'opuscule de l'abbé Sylvain Pidoux de la Maduère3 : « Le catholique soucieux de répondre aux attaques de soi-disant patriotes contre l'attitude de l'Église et de son clergé sous l'occupation devrait lire et garder sous la main ce « simple recueil », plus capable d'éclairer tout homme de bonne foi que les discours les plus éloquents »4.

  • 5 Fessard n'a pas fait la recension du livre de Mgr Guerry.
  • 6 Nova et Vetera, mars 1944. Bruckberger (R.-L.), Si Grande Peine, Grasset, 1948.
  • 7 Cherrier (A.) et Hilaire (Y.-M.), « L'épiscopat français a-t-il collaboré ? Les rebondissements d' (...)

5Il est donc évident que Gaston Fessard n'entend pas condamner les principes de la plaidoirie de l'Église que Mgr Guerry élabora en 19475. La parenté entre l'opuscule de l'abbé Pidoux de la Maduère et le livre du coadjuteur de Cambrai est évidente. Un même contexte de tensions anticléricales : le pamphlet et les conférences de Jean Cottereau, l'affaire des couvents, un même malaise dans l'Église de France où se répand le préjugé selon lequel l'épiscopat a démérité : les écrits de R.-L. Bruckberger colportent cette idée déjà contenue dans le rapport attribué au cardinal de Lubac et dans un article de mars 1944 de la revue Nova et Vetera6. Mgr Guerry fonde sa plaidoirie sur la notion de « loyalisme sans inféodation ». La loyauté à l'égard du pouvoir légitime, compte tenu de la transmission légale, n'exclut pas la critique des actes législatifs contraires à l'éthique chrétienne. L'argumentation se fonde sur trois points : l'épiscopat a défendu les droits de la personne humaine, il a protégé l'âme de la jeunesse française et l'indépendance spirituelle de l'Église7.

  • 8 Revue du Nord, avril-juinl978, 290 p. Bédarida, F. et R., « L'Église catholique sous Vichy : une m (...)
  • 9 Guichardan (R,),Jean Traversât (Étienne Duché ), scout routier. Un héros de la Résistance, Bonne P (...)
  • 10 Duquesne (J.), Les catholiques français sous l'Occupation, Grasset, 1966, p. 293.
  • 11 Rousso (H.), « La Seconde Guerre mondiale dans la mémoire des droites » in Sirinelli, J.-F., Histo (...)
  • 12 Borne (É.), De Marc Sangnier à Marc Coquelin, Toulouse, Privat, 1953, p. 10-11.
  • 13 Charbonnel (].), Edmond Michelet. Témoignage d'Étienne Borne, Beauchesne, 1987, p. 33.
  • 14 Guichardan (R.), op. cit., p. 32 et 147. P. ex : Mgr de Solages, Pour bâtir une chrétienté ; Chans (...)

6Cette thèse n'a pas été prisée par les catholiques de la Résistance. Les « hommes de cet esprit » font référence au jugement d'André Latreille sur l'ouvrage de Mgr Guerry : « un modèle d'improbité apologétique »8. En effet, ces catholiques engagés dans le combat clandestin justifient leur choix par leur vie spirituelle. Des souvenirs pieux édités dans les années qui suivirent la Libération posent les fondements de cette interprétation. Nous avons retenu deux opuscules. Le premier est de la plume du père assomptionniste R. Guichardan, rédacteur au Pèlerin du xxe siècle. Celui-ci publia la biographie du routier-scout Jean Traversat, mort au maquis en 19449. La thèse de ce religieux présente d'autant plus d'intérêt que certains pouvaient la considérer comme un plaidoyer pro domo. Jacques Duquesne souligne l'attitude ambiguë du religieux dans l'affaire du STO10. Le deuxième fascicule a été publié par Étienne Borne en 1953. Il retrace l'itinéraire politico-religieux d'un jeune homme réfugié à Toulouse durant la guerre : Marc Co- quelin. Le contexte fait de cet ouvrage un travail de circonstance : les débats parlementaires qui entourent le projet de loi d'amnistie du 6 août 1953 ravivent les divisions politiques et passionnelles françaises11. Étienne Borne souligne que cette biographie paraît alors que continue la lutte contre le totalitarisme qui est maintenant marxiste12. Si les deux livres sont les fruits de leur époque il n'en demeure pas moins qu'ils reflètent une tradition du catholicisme français de ce siècle : la tradition du Sillon et de la démocratie chrétienne. En effet, Pierre Traversai, le père de Jean, est un ami d'Edmond Michelet13 ; Marc Coquelin est le filleul de Marc Sangnier et le fils de Maurice Coquelin, rédacteur du journal silloniste, La Démocratie. L'ouvrage de R. Guichardan témoigne largement des sources spirituelles de ce catholicisme engagé dans le siècle. Jean Traversat est dit informé de la nature exacte du nazisme dès avant la guerre. Le héros avait un correspondant allemand membre de la Jeunesse Hitlérienne. Les livres que le maquisard Traversai possédait dans son havresac reflètent les centres d'intérêt d’un démocrate-chrétien : apostolat, questions sociales, formation doctrinale et spirituelle14.

  • 15 ibidem, p. 101.
  • 16 Borne (É), op. cit., p. 23.
  • 17 Charbonnel (J.), op. cit., p. 46.
  • 18 Rémond (R.), « De la résistance spirituelle à la lutte armée », Églises et Chrétiens dans la Deuxi (...)
  • 19 Bolle(P.) et Godel (J.), (sous la direction At), Spiritualité, théologie et résistance. Yves de Mo (...)

7L'auteur souligne que l'idéal du jeune scout-routier « n'était pas un idéal politique au sens partisan du mot »15 Ce thème est repris par Étienne Borne qui précise le sens du mot démocratie dans l'Esprit du Sillon, matrice de la Résistance catholique. « Aujourd'hui, il est clair que ce que le Sillon entendait par démocratie ce n'était pas telle ou telle institution évidemment relative et caduque, mais le spiritualisme appliqué à la politique ou, comme on dit maintenant, un humanisme de la vie publique »16. Le témoignage d'Edmond Michelet étaie plus sûrement cette interprétation ; il disait en 1970 : « Ma position était en quelque sorte plus religieuse que politique... » parce que « le nazisme touchait à des choses essentielles »17. Cette perspective a nourri les études universitaires avec une autorité d'autant plus grande que des auteurs sont à la fois universitaires et anciens résistants. Il en est ainsi pour Renée et François Bédarida, pour René Rémond dont l'étude « De la résistance spirituelle à la lutte armée »18 contient tous les aspects déjà évoqués. Jean Godel résumait ces positions fondées sur une théologie incarnée dans le siècle19.

  • 20 Beschet (P.), Mission en Thuringe. Préface de Joseph Cardijn, Éditions Ouvrières, coll. « Chrétien (...)
  • 21 Molette (C.), En haine de l'Évangile, Fayard, 1993, p. 23.
  • 22 Jégo (J.-B.), CJ.M., Un exemple Marcel Callo 1921-1945 jociste mort au bagne de Mauthausen (sic), (...)
  • 23 Ibidem, p. 74-54
  • 24 Jégo (J.-B.), eudiste, Un exemple Marcel Callo 1921-1945, Rennes, Riou-Rieuzé, 1948, p. 46-47.
  • 25 Rémond (R.), op. cit., p. 413-414.
  • 26 Gouyon (P.), cardinal, archevêque de Rennes, Marcel Callo, témoin d'une génération, éditions SOS, (...)
  • 27 Ibidem, p. 82.
  • 28 Guéry (L.), L'abbé René Giraudet, curé de France - ouvrier à Berlin 1907-1945, Fontenay-le-Comte, (...)

8Une autre conception de la résistance spirituelle naissait dans les premiers jours de la Libération. Sur la quatrième page de couverture du livre de Paul Beschet Mission en Thuringe20 était imprimée la prière d'insérer d'un ouvrage à paraître Action Catholique et STO. Le texte revendique, pour les requis du STO, une forme de Résistance spirituelle : « Quelle fut l'attitude des jeunes chrétiens dans la guerre et dans la lutte contre la propagande nazie ? Certains constituèrent ou rejoignirent des maquis. D'autres furent requis et déportés du travail. Acceptaient-ils donc cette collaboration forcée ? Non, et leur résistance ne fut certainement pas la moins efficace. Ces pages contiennent la relation — par les militants eux-mêmes - de cette vie religieuse intense, des persécutions qui s'en suivirent ainsi que du martyre de nombre d'eux ». À l'origine de cet ouvrage, une enquête de l'abbé Georges Guérin qui publia l'ouvrage sous le pseudonyme de G. Grandmesnil21. Cette annonce laisse entrevoir une notion de résistance spirituelle dans laquelle l'engagement dans le siècle devient secondaire par rapport à l'annonce de l'Évangile, en tous temps et en tous lieux. Les biographies de Marcel Callo sont caractéristiques de cette orientation du catholicisme français. Le père eudiste Jean-Baptiste Jégo rédigea les premières hagiographies du martyr de Thuringe. Le jeune homme n'est pas présenté, dans la première édition22, comme ouvert aux aspects politiques de la réquisition. À la réception de sa feuille de route, « il aurait pu, comme tant d'autres, « prendre le maquis » après avoir aidé des jeunes gens de son âge à le faire »23. Son analyse porte sur les conséquences familiales de son départ au lendemain de la mort de sa sœur et sur sa mission de chef jociste qui doit montrer l'exemple de l'apostolat chrétien. L'édition de 1948 fait mention d'une action de résistance politique de Marcel Callo : l'aide au passage clandestin de la ligne de démarcation24. Le cardinal Paul Gouyon ne reprend pas cette anecdote dans sa biographie du jociste. Toutefois cet ouvrage est important car il répond indirectement à l'idée que l'Action catholique a dû s'imposer à un épiscopat réticent25. Dans la préface, le Cardinal affirme : « C'est vraiment l'Église qui l'a préparé (Marcel Callo), accueilli, soutenu par des mouvements et des institutions nées dans son sein, signes du travail incessant de l'Esprit, dont les démarches n'ont pas fini de réserver des surprises »26. En outre, il insiste sur la notion de témoignage chrétien hors de tout engagement social ou politique. Le prélat évoque le différend qui opposa Marcel Callo et la fédération jociste de Rennes à ce propos. Callo fit le choix de l'orientation religieuse : « Marcel semble n'avoir jamais donné son adhésion à une organisation syndicale. Il estimait sans doute que l'action de la JOC devait être soigneusement distinguée de ce genre de militance, afin de préserver le mouvement de toute apparence de compromis et de le rendre plus libre pour une action directement évangélique »27. En conséquence, la question du STO n'est pas posée sous sa forme politique : l'aide économique apportée à l'ennemi de son propre pays ; mais sous sa forme apostolique : l'aide spirituelle. Quand l'aspect politique de droit international est posé par les gens de cette école, il est toujours second et jamais analysé : la vie chrétienne est d'une autre nature. Le biographe de l'abbé René Giraudet présente la question du travail obligatoire sous son angle religieux : peut-on enlever le soutien spirituel du prêtre à des jeunes que les nazis veulent embrigader28.

  • 29 Molette (C.), op. cit., p. 38.

9Ce thème de l'embrigadement nazi sert de socle à la thèse de Charles Molette qui milite en faveur de la béatification des jeunes déportés du travail français de Thuringe, morts au camp de concentration pour apostolat chrétien. Considérant que la « Shoâ » est la volonté de « s'en prendre systématiquement à l'empreinte du spirituel qui marque le peuple juif », rien d'étonnant à ce que les nazis aient eu la même haine pour les chrétiens : la note de Kaltenbrunner du 3 décembre 1943 l'atteste. Fort de ces principes, Charles Molette peut donc établir une typologie qui met à l'honneur la résistance chrétienne soigneusement distinguée des chrétiens engagés dans la Résistance patriotique. Pour ces derniers, de l'avis de cet auteur, l'aspect politique a prévalu sur la motivation religieuse. Charles Molette conclut ainsi : « Mais, en définitive, on peut tout de même se demander si ces deux aspects sont réellement étrangers l'un à l'autre, ou bien s'ils ne seraient pas complémentaires, les martyrs de la « résistance chrétienne » révélant « aux chrétiens engagés dans la Résistance patriotique » une dimension inaliénable de leur combat »29.

  • 30 Durand (J.-D.), op. cit., p. 165-168.
  • 31 Grossi (A.), « Gli orientamenti della storiografia contemporanea italiana sui rapporti tra Stato e (...)

10L'historiographie française de la Résistance spirituelle apparaît bien complexe comparée à son homologue italienne. Bien que l'Eglise catholique italienne ait joui, à la Libération, d'une gloire à nulle autre pareille en Europe à la même époque30, il ne s'en est pas moins constitué une historiographie polémique. Le professeur Antonio Grossi soulignait la force d'imprégnation de l'idéologie dans l'analyse des liens entre l'Église et l'État durant la période fasciste31.

  • 32 Montclos de (X.), Les chrétiens face au nazisme et au stalinisme. L'épreuve totalitaire, Plon, 198 (...)
  • 33 Durand (J.-P.), op. cit., p. 130.
  • 34 Durand (J.-D.), « L'Italie » in Mayeur, (J.-M.), Pietri, (C.), Vauchez, (A.), Venard, (M.), Histoi (...)

11La signature des accords du Latran prouverait, de l'avis de l'historiographie marxiste, la compromission de l'Église avec le fascisme. La collusion aurait perduré pendant la période « nazifasciste ». L'épiscopat se serait davantage compromis, à la différence du bas-clergé, plus proche du peuple. Cette grille d'analyse justifie pleinement l'historicisme marxiste de la lutte des classes au sein de l'Église qui est une superstructure mue par les forces économiques32. Jean-Dominique Durand montre fort bien le vice méthodologique de cette perception du passé qui se fonde sur l'étude de cas particuliers, dans l'ignorance totale de la ligne générale de l'Église italienne33. À l'opposé de cette interprétation marxiste fut construite la thèse inverse du catholicisme générateur de l'antifascisme, école qui insiste surtout sur la rupture entre l'Eglise et l'État fasciste en 1938. Elle était préparée par l'a- fascisme de la période antérieure34. Ces deux aspects de l'historiographie italienne sont déterminés par la lutte politique entre le Parti communiste et la Démocratie chrétienne en Italie aux lendemains de la chute du fascisme et durant la guerre froide. Mais il est remarquable de noter qu'en aucune façon ces deux écoles historiographiques ne mettent en cause les éléments de doctrine du catholicisme : spiritualité ou ecclésiologie — du moins de façon explicite.

  • 35 L'incise est de notre initiative.
  • 36 Chaillet (P.), « Introduction : Jean-Adam Mœhler historien et théologien de l'Église » in Mœhler ( (...)
  • 37 Catéchisme de l'Église catholique, Mame-Pion, 1992, n° 2705, 548 p.
  • 38 Sales (M.), « Gaston Fessard (1897-1978) un philosophe chrétien engagé dans l'histoire de son temp (...)

12En France, l'usage du concept de « Résistance spirituelle » touche à ces deux notions. La notion de vie spirituelle diffère selon l'école choisie. Les tenants de la Résistance de Témoignage Chrétien ont fait le choix implicite de la théologie de J.-A. Mœhler de l'école de Tübingen et d'une façon plus large d'une spiritualité incarnée dans l'histoire. Pierre Chaillet, dans la longue introduction qu'il donne au livre de J.-A. Mœhler L'Unité dans l'Église, décrit ainsi l'historicisme théologique du romantisme de l'école de Tübingen. « L'idée de l'Église [contenue en totalité dans la Révélation définitive de Jésus-Christ35], c'est son être le plus intime, avec toutes ses exigences de vie intérieure et d'expression extérieure. L'histoire de l'Église est la réalisation de cette Idée, sa représentation objective temporelle et spatiale ; l'Idée reste l'explication et la justification de l'Histoire, le Saint-Esprit est le dernier fondement surnaturel du rapport entre l'Idée et l'Histoire »36. Cette théologie issue du romantisme catholique allemand du xixe siècle nourrit une spiritualité qui contemple le grand livre de « l'histoire, la page de « l'Aujourd'hui de Dieu »37. Cette spiritualité fondée sur le déroulement historique est caractéristique de la pensée chrétienne influencée par la pensée de Blondel. Michel Sales analyse ainsi le premier ouvrage de philosophie politique de Gaston Fessard, Pax Nostra, examen de conscience international, publié en 1936. « Centré sur la notion chrétienne de personne et, par analogie, de personnalité morale, cet ouvrage développe la dialectique de la justice et de la charité qu'a introduite dans l'histoire mondiale la venue du Christ en Israël et qui se poursuit hic et nunc dans les relations de l'Église et des chrétiens avec les mouvements idéologiques divers qui sollicitent les hommes »38.

  • 39 Vermeil (E.), Jean-Adam Mœhler et l'école catholique du Tubingue 1815-1840. Étude sur la théologie (...)

13Cette spiritualité a pour corollaire une ecclésiologie qui tend à minimiser la hiérarchie par rapport au peuple de Dieu. Pierre Chaillet était conscient de cette faiblesse inhérente à la complexité de la pensée de Mœhler. Celle-ci avait conduit A. Fonck, qui se fondait sur la thèse d'Edmond Vermeil, à considérer que le théologien de Tiibingen confondait Écriture, Tradition et Église : en conséquence, l'Église devenait le produit de la Foi et non un établissement fondé pour le maintien et la propagation de la Foi39.

  • 40 Congar (Y.), « Mœhler » Catholicisme hier-aujourd'hui-demain, tome 9, lère partie, Letouzey et Ané (...)
  • 41 Winling (R.), La théologie contemporaine 1945-1980, Le Centurion, 1983, p. 76.

14S'il est maintenant reconnu que la théologie de Mœhler ne fut pas à l'origine du modernisme, il n'en est pas moins vrai que toute l'ecclésiologie de Mœhler ne fut pas intégrée dans le magistère de l'Église40. Certes, elle a participé à faire éclore la notion de Corps Mystique, reconnue officiellement en 1943 par l'encyclique de Pie XII Mystici Corporis Christi. Mais ce même texte « mettait en garde contre des interprétations erronées, visant à privilégier de façon exclusive l'aspect mystique et les liens entre le Christ et les chrétiens au détriment de l'aspect communautaire et institutionnel »41. Donc, les notions d'Église enseignante et d'Église enseignée demeuraient intangibles.

  • 42 Clement (J.-L.), Monseigneur Saliège, archevêque de Toulouse, Paris, Beauchesne, 1994, p. 212.
  • 43 Bédarida (R.), « La hiérarchie catholique » in Azema (J.-P.) et Bédarida (F.), Vichy et les França (...)

15Or, l'historiographie marquée par une spiritualité fondée sur l'histoire avait tendance à minorer la distinction. Ainsi, dans l'étude que nous avons consacrée à Mgr Saliège, nous avons tenté de montrer que la thèse de Renée Bédarida exaltait trop le rôle de conseil des militants de Témoignage Chrétien dans la genèse de la lettre de protestation du prélat42. Dans quelle mesure cette interprétation ne se fonde-t-elle pas sur cette ecclésiologie de Mœhler qui minore le rôle du clergé enseignant au profit du sacerdoce commun des fidèles ? En effet, Renée Bédarida, dans ses écrits, a tendance à minimiser l'attitude épiscopale dès lors qu'elle n'adhère pas totalement aux choix des catholiques de la Résistance43.

  • 44 Bédarida (F. et R.), op. cit., p. 58.
  • 45 Winling (R.), op. cit., p. 88-89.
  • 46 Entretiens de F. Bédarida avec L. Greilsamer et H. Tincq, supplément du journal Le Monde, 17 mars (...)

16Il est à noter que cette école pratique une incompréhension certaine à l'égard des choix de l'Église officielle pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle constate « une carence d'ordre intellectuel et doctrinal : le refus de la politique et la méconnaissance du politique » par « faute d'une théologie des réalités terrestres »44. Cette voie de recherche de la théologie a connu son développement avant et pendant la Seconde Guerre mondiale dans le cadre de l'expansion de l'Action Catholique et de la restauration de l'Ordre social selon le programme de Pie XI. Or, le centre d'intérêt de cette recherche était le travail et son rôle dans le plan divin de Rédemption et non le politique en tant que tel45. De même, cette école méconnaît la richesse de la spiritualité la plus répandue durant la Seconde Guerre mondiale. Elle parle d'une « spiritualité généreuse et vague » qui « conduit à des glissements »46.

  • 47 Pourrat (P.), La spiritualité chrétienne, tome 4 : Les temps modernes, Librairie Lecoffre, J. Gaba (...)
  • 48 Clément (J.-L.), op. cit., chap. 1 et 2.
  • 49 De Lubac (H.), Mémoire sur l'occasion de mes écrits, Namur, Culture et Vérité, 1989, p. 25-26.
  • 50 Launay (M.), La CFTC origines et développement 1919-1940, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986 (...)
  • 51 Clément (J--L.), op. cit., p. 130.

17Or, c'est cette spiritualité qui sous-tend l'interprétation qui distingue la « résistance chrétienne » de la « résistance patriotique des chrétiens ». Cette école spirituelle prône la doctrine de l'incorporation au Christ et de l'habitation des personnes divines dans les âmes. Les textes scripturaires de référence sont les épîtres de saint Paul et les écrits de saint Jean47. Cette école invite à ordonner les priorités : la vie intérieure puis l'Action catholique. Cette primauté de la vie spirituelle était avancée par l'épiscopat de cette époque et était partagée par le bas clergé : c'est du moins ce que l'on peut déduire de l'étude du diocèse de Toulouse48. La publication de Catholicisme en 1938, qui entend « montrer le caractère à la fois social, historique et intérieur du christianisme », ne change pas ce schéma interprétatif. Henri de Lubac regrette seulement que certains n'aient retenu que les deux premières parties de l'ouvrage et aient mis sous le boisseau la troisième partie, plus spirituelle, qui donne l'équilibre à l'ouvrage49. De nos jours, on serait tenté d'écrire que la troisième partie est surestimée par rapport aux deux premières. Le rejet implicite de l'action sociale transparaît dans la biographie de Marcel Callo, écrite par le cardinal Gouyon. Il s'agit là d'une interprétation du passé, liée à la crainte de la temporalisation du message chrétien. Or, Michel Launay a montré la faveur de l'épiscopat à l'égard de la centrale syndicale chrétienne qui ne néglige en rien la formation spirituelle de ses membres50. Mgr Saliège a toléré des liens quasiment structurels entre la JOC et la CFTC51.

  • 52 Durand (J.-D.), op. cit., p. 349-400.
  • 53 Ibidem, p. 136-139.

18Face à l'effloraison des écoles historiographiques françaises, comment rendre compte du manichéisme de l'historiographie italienne et de son faible écho théologique ? Le premier aspect est d'ordre politique et nous en avons déjà rendu compte. Le deuxième aspect est inhérent à la tradition de l'Église italienne et à son insertion dans le régime totalitaire de Mussolini. En effet, l'organisation de l'Église d'Italie dépend étroitement du Saint- Siège, la notion de conférence épiscopale est inexistante à la période qui nous intéresse. De même, l'Action catholique italienne était dirigée depuis le Vatican. En conséquence, ce fut la théologie élaborée au Saint-Siège qui fut le soubassement de l'Action catholique italienne. Cette dépendance de l'Église italienne par rapport au Saint-Siège a évité aux évêques italiens bien des erreurs dans leur relation avec le fascisme. Certes, jusqu'en 1938, le cardinal Schuster, archevêque de Milan, a montré beaucoup de sympathie à l'égard du régime mussolinien ; certes, un courant clérico-fasciste d'une certaine importance a fleuri de 1931 à 1939 ; mais il est aisé de relever soit les condamnations épiscopales du néo-paganisme fasciste, soit le développement de l'a-fascisme de l'Action catholique italienne qui est potentiellement oppositionnel. Par deux fois — en 1931 et en 1938 — le Parti National Fasciste a voulu réduire à néant le fer de lance de l'apostolat catholique. Au point de vue doctrinal, l'analyse et la dénonciation du néo-paganisme fasciste étaient aisées à réaliser d'autant plus que, à partir de 1938, la collusion entre les deux totalitarismes européens était patente52. Au point de vue pratique, le fait que le principe de la légitimité du pouvoir a résidé jusqu'en 1946 dans la personne du roi Victor-Emmanuel III, a évité les scrupules de conscience qu'a connus la catholicité française. Cela a rendu inutile le recours à une dialectique de l'autorité et du bien commun ou à l'ecclésiologie de Mœhler. Le thomisme le plus classique était apte à rendre compte des questions touchant à la notion de légitimité après la création de la République sociale italienne53.

  • 54 Langlois (C.), « Histoire religieuse » in Burguière, A. (sous la direction de) Dictionnaire des sc (...)
  • 55 Témoignage du professeur Jean Dauvilliers, juillet 1982. Ce canoniste, élève de G. Le Bras, fut co (...)
  • 56 De Gaulle (C.), Discours et Messages, Berger-Levraut, 1946, p. 38.
  • 57 Molette (C.), op. cit., p. 50-51, p. 132.

19La comparaison entre les écoles historiographiques françaises et italiennes sur le thème de la Résistance spirituelle démontre que les écoles françaises ne savent pas se départir de leurs préjugés ecclésiaux54. Beaucoup d'auteurs mettent leur compétence scientifique et universitaire au service d'un projet religieux que Jean Dauvilliers, de l'université de Toulouse, répertoriait à la rubrique « para-Concile »55. Une telle ardeur à dégager une « résistance spirituelle », qui ne se confonde pas totalement avec l'Église institutionnelle, est aussi tributaire de la lecture stéréotypée que les Français ont du régime de Vichy. Dès le 27 octobre 1940, le général de Gaulle dénonçait la servitude de l'État Français56. Les propos du chef de la France libre sont devenus dogmes. L'école historique de la Résistance spirituelle adhère totalement à cette notion. Celle qui isole une résistance chrétienne différente et supérieure à la résistance patriotique des chrétiens, implicitement porte un regard plus nuancé sur le gouvernement du maréchal Pétain. Elle tient compte des difficultés liées à l'information, à l'opacité des mesures prises57.

Notes

1 Fasciolo (D.), Ribelli per amore. Clero e cattolici nella resistenza, Torino, 1980, Elledi Ci. cité in Durand (J.-D.), L'Église catholique dans la crise de l'Italie (1943-1948), école française de Rome 1991, (coll. de l'école française de Rome), 148 p., 804 p.

2 Fessard (G.), « Journal de la conscience française. Les motifs spirituels de notre résistance », Études. Revue catholique d'intérêt général, janvier 1945 et février 1945, p. 78-98 et p. 179-190.

3 Pidoux de. la Maduère (S.), l'Église a-t-elle résisté au nazisme ?, Procure Générale du Clergé, 1945, 63 p.

4 Études, décembre 1945, 428 p.

5 Fessard n'a pas fait la recension du livre de Mgr Guerry.

6 Nova et Vetera, mars 1944. Bruckberger (R.-L.), Si Grande Peine, Grasset, 1948.

7 Cherrier (A.) et Hilaire (Y.-M.), « L'épiscopat français a-t-il collaboré ? Les rebondissements d'une polémique et la genèse du livre de Mgr Guerry », Revue du Nord, avril-juinl978, p. 398.

8 Revue du Nord, avril-juinl978, 290 p. Bédarida, F. et R., « L'Église catholique sous Vichy : une mémoire trouble », Esprit, mai 1992, p. 64.

9 Guichardan (R,),Jean Traversât (Étienne Duché ), scout routier. Un héros de la Résistance, Bonne Presse, 1945, 187 p.

10 Duquesne (J.), Les catholiques français sous l'Occupation, Grasset, 1966, p. 293.

11 Rousso (H.), « La Seconde Guerre mondiale dans la mémoire des droites » in Sirinelli, J.-F., Histoire des droites en France (sous la direction de), tome 2, Gallimard, 1992, p. 568.

12 Borne (É.), De Marc Sangnier à Marc Coquelin, Toulouse, Privat, 1953, p. 10-11.

13 Charbonnel (].), Edmond Michelet. Témoignage d'Étienne Borne, Beauchesne, 1987, p. 33.

14 Guichardan (R.), op. cit., p. 32 et 147. P. ex : Mgr de Solages, Pour bâtir une chrétienté ; Chanson, (P.), L'Église et la question internationale ; Rutten, La doctrine sociale de l'Église, et des ouvrages du père Plus, les encycliques de Pie XI sur le mariage et Pie XII sur l'Église.

15 ibidem, p. 101.

16 Borne (É), op. cit., p. 23.

17 Charbonnel (J.), op. cit., p. 46.

18 Rémond (R.), « De la résistance spirituelle à la lutte armée », Églises et Chrétiens dans la Deuxième Guerre mondiale, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1982, p. 409 et sq.

19 Bolle(P.) et Godel (J.), (sous la direction At), Spiritualité, théologie et résistance. Yves de Montcheuil, théologien au maquis du Vercors, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1987, p. 91.

20 Beschet (P.), Mission en Thuringe. Préface de Joseph Cardijn, Éditions Ouvrières, coll. « Chrétiens dans la guerre », 1946, 240 p.

21 Molette (C.), En haine de l'Évangile, Fayard, 1993, p. 23.

22 Jégo (J.-B.), CJ.M., Un exemple Marcel Callo 1921-1945 jociste mort au bagne de Mauthausen (sic), Rennes, H. Riou-Rieuzé, 1946, 246 p.

23 Ibidem, p. 74-54

24 Jégo (J.-B.), eudiste, Un exemple Marcel Callo 1921-1945, Rennes, Riou-Rieuzé, 1948, p. 46-47.

25 Rémond (R.), op. cit., p. 413-414.

26 Gouyon (P.), cardinal, archevêque de Rennes, Marcel Callo, témoin d'une génération, éditions SOS, 1981, p. 6.

27 Ibidem, p. 82.

28 Guéry (L.), L'abbé René Giraudet, curé de France - ouvrier à Berlin 1907-1945, Fontenay-le-Comte, Imprimerie Lussaud, 1979 (1ère éd. 1947), p. 64-68.

29 Molette (C.), op. cit., p. 38.

30 Durand (J.-D.), op. cit., p. 165-168.

31 Grossi (A.), « Gli orientamenti della storiografia contemporanea italiana sui rapporti tra Stato e Chiesa durante il fascismo » Miscellanea historiac ecclesiasticae VI : Congrès de Varsovie « Les Églises chrétiennes dans l'Europe dominée par le Troisième Reich », p. 179

32 Montclos de (X.), Les chrétiens face au nazisme et au stalinisme. L'épreuve totalitaire, Plon, 1983, p. 250.

33 Durand (J.-P.), op. cit., p. 130.

34 Durand (J.-D.), « L'Italie » in Mayeur, (J.-M.), Pietri, (C.), Vauchez, (A.), Venard, (M.), Histoire du christianisme, 12, 1990, p. 385 et sq.

35 L'incise est de notre initiative.

36 Chaillet (P.), « Introduction : Jean-Adam Mœhler historien et théologien de l'Église » in Mœhler (J.-A.), L'Unité dans l'Église ou le principe du catholicisme d'après l'esprit des Pères des trois premiers siècles de l'Église, Cerf, 1938, XXVI.

37 Catéchisme de l'Église catholique, Mame-Pion, 1992, n° 2705, 548 p.

38 Sales (M.), « Gaston Fessard (1897-1978) un philosophe chrétien engagé dans l'histoire de son temps » in Fessard (G.), Hegel, le christianisme et l'Histoire, P.U.F., 1990, p. 19.

39 Vermeil (E.), Jean-Adam Mœhler et l'école catholique du Tubingue 1815-1840. Étude sur la théologie romantique en Wurtemberg et les origines germaniques du modernisme, A. Colin, 1913, p. 517, et : Dictionnaire de théologie catholique, X, 2e partie, Paris, Letouzey et Ané, 1929, col. 2061.

40 Congar (Y.), « Mœhler » Catholicisme hier-aujourd'hui-demain, tome 9, lère partie, Letouzey et Ané, 1982, col. 460-462.

41 Winling (R.), La théologie contemporaine 1945-1980, Le Centurion, 1983, p. 76.

42 Clement (J.-L.), Monseigneur Saliège, archevêque de Toulouse, Paris, Beauchesne, 1994, p. 212.

43 Bédarida (R.), « La hiérarchie catholique » in Azema (J.-P.) et Bédarida (F.), Vichy et les Français, Fayard, 1992, p. 446 et sq. Bédarida (F. et R.) « L'Église catholique sous Vichy : une mémoire trouble » Esprit, mai 1992, p. 52-66.

44 Bédarida (F. et R.), op. cit., p. 58.

45 Winling (R.), op. cit., p. 88-89.

46 Entretiens de F. Bédarida avec L. Greilsamer et H. Tincq, supplément du journal Le Monde, 17 mars 1994.

47 Pourrat (P.), La spiritualité chrétienne, tome 4 : Les temps modernes, Librairie Lecoffre, J. Gabalda et fils éd., 1928, 649 p.

48 Clément (J.-L.), op. cit., chap. 1 et 2.

49 De Lubac (H.), Mémoire sur l'occasion de mes écrits, Namur, Culture et Vérité, 1989, p. 25-26.

50 Launay (M.), La CFTC origines et développement 1919-1940, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986, p. 76 et sq., p. 183 et sq.

51 Clément (J--L.), op. cit., p. 130.

52 Durand (J.-D.), op. cit., p. 349-400.

53 Ibidem, p. 136-139.

54 Langlois (C.), « Histoire religieuse » in Burguière, A. (sous la direction de) Dictionnaire des sciences historiques, P.U.F., 1986, 574 p.

55 Témoignage du professeur Jean Dauvilliers, juillet 1982. Ce canoniste, élève de G. Le Bras, fut conseiller technique du Concile Vatican II.

56 De Gaulle (C.), Discours et Messages, Berger-Levraut, 1946, p. 38.

57 Molette (C.), op. cit., p. 50-51, p. 132.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540