Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

1re partie. Les enjeux de l'Atlantique et de la Manche

Les missions alliées parachutées en Bretagne

Arthur L. Funk

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Dès le Jour J, les hommes, les armes, les explosifs, parachutés en Bretagne, ont tous joué un rôle important dans la libération de la grande presqu'île.

2Il y avait quatre espèces de parachutistes : (1) les OG - Operational Groups — de l'OSS, (2) les membres du SAS — Special Air Service, (3) les équipes Jedburgh et, (4) pour touT coordonner, la mission Aloès. Pendant l'été 1944 on comptait un OG de seulement onze hommes, à peu près 460 éléments SAS, 42 membres des équipes Jedburgh, et 31 membres de la mission Aloès, un chiffre global de presque 500 hommes. Lorsque on tient compte du nombre de maquisards dans la Résistance, estimé de 20 000 à 40 000, on doit admettre que les parachutistes représentaient une toute petite minorité. Mais ils remplissaient des fonctions essentielles. Par exemple :

  1. Les équipes, ayant la confiance du Haut Commandement à Londres, pouvaient demander des parachutages d'armes et ils étaient presque le seul moyen d'obtenir ces armes.
  2. Les parachutistes remplissaient une tâche importante qui était l'instruction des maquisards sur les armes.
  3. Ils pourraient servir, une fois que les Alliés seraient arrivés, de liaison indispensable avec l'EM de Patton et de Middleton. Leur mission comprenait la recherche et la transmission des renseignements sur l'ennemi.

3Durant les mois de juin et de juillet, les parachutistes ont pu identifier, avec la coopération des Résistants, un grand nombre de Drop Zones -DZ où les avions alliés avaient largué les containers spécialement dans les trois départements de l'Ouest. À la fin de juillet, on estimait les stocks d'arme ment à 5 000 armes individuelles dans le Finistère, à 6 000 dans les Côtes- du-Nord (actuellement Côtes-d'Armor), et à 13 000 dans le Morbihan. Bien que la moitié des armes larguées aient probablement été perdues ou prises par les occupants, la Bretagne néanmoins avait reçu de quoi armer plus de 17 000 hommes.

4Qu'est-ce qu'on peut dire en ce qui concerne ces quatre espèces de parachutistes ?

5Premièrement, on peut traiter très rapidement l'action du OG (Operational Group). On avait prévu que le groupe de 30 Américains, appelé Donald, serait parachuté près de Morlaix pour y garder le fameux viaduc. Mais, à cause de mauvaises communications, seulement un stick de onze hommes a été largué le 6 août, groupe qui devait vite découvrir que la protection du grand ouvrage d'art avait été depuis longtemps prise en main par la Résistance. Après une période de seulement onze jours en Bretagne, l'OG est reparti.

6L'histoire du SAS - le 2e régiment des chasseurs parachutistes du commandant Bourgoin - « Le Manchot » - est toute autre chose. Parmi les premiers parachutistes du Jour J, les vagues de commandos de Bourgoin, à peu près 175, sont arrivée en Bretagne en une semaine. Leur mission : attaquer les lignes de communication et ainsi empêcher le mouvement de réserves allemandes vers la Normandie. Du 9 au 17 juin, 68 avions ont parachuté hommes et matériel. Sept cents containers et colis sont tombés du ciel le 13 juin. À cette date c'était le plus important parachutage de la France occupée.

7Le commandant Bourgoin, un personnage de légende, un des chefs les plus courageux et déterminés de la guerre, est trop bien connu en Bretagne pour qu'il soit nécessaire de faire ici un commentaire. On doit faire remarquer qu'au musée de la Résistance à Saint-Marcel, il y a trois mois, au cinquantième anniversaire de la bataille de Saint-Marcel, une nouvelle exposition dédiée aux parachutistes français a été inaugurée.

8Alors que les exploits des commandos de Bourgoin embellissent les pages d'histoire, ce n'est pas la même chose pour les activités des Jedburgh. Ils sont méconnus en France où leur rôle n'entre pas dans les légendes de la Résistance et de la Libération, bien que, probablement, en 1944 la plupart des résistants n'aient pas fait de distinction entre les hommes du SAS et ceux des Jedburgh, qui travaillaient parallèlement. Mais il y avait des différences significatives : par exemple, les Jeds étaient internationaux — l'équipe était composée de trois membres, toujours un Français, les deux autres Anglais, Américain, ou Français, dont un chargé des communications radio.

9Pour les Jedburgh, ni la mission, ni la hiérarchie militaire n'était semblable à celle du SAS, c'est-à-dire, combattre l'ennemi, les Jedburgh avaient l'ordre de rencontrer les chefs de la Résistance où les contacts avaient été préparés par le SOE, d'établir des terrains de parachutage (les DZ), et de jouer le rôle d'officiers de liaison. Selon le colonel Éon, nommé le 4 juillet commandant des FFI des cinq départements bretons, « la condition primordiale du succès était le secret absolu ». En conséquence, les Jedburgh conseillaient à leurs contacts de ne pas déclencher le soulèvement avant que le message, ait été lancé par la BBC.

10En juin 1994, l'organisation des vétérans Jedburgh dont le président est le baron Albert de Schonen, a inauguré à Perros-Guirec une plaque, qui porte, inscrit, le fameux message. La plaque a été mise à Ploumanac'h, à l'ombre du rocher qu'on appelle « Le chapeau de Napoléon ». L'inauguration de la plaque était une commémoration faite au cours d'une réunion des Jedburgh. Grâce à l'organisation des Jeds, qui a préparé une liste des Jedburgh français, les historiens, qui jadis ne pouvaient identifier les membres français des équipes que par leurs pseudonymes, maintenant apprennent leurs vrais noms. On constate, par exemple, que le capitaine Lozachmeur de l'équipe Francis était Guy Le Borgne, plus tard général et chef de l'État-Major ; ou, que le capitaine Érard de l'équipe George était Philippe Ragueneau, plus tard président-directeur général de l'ORTF.

11Non seulement une différence de mission séparait les Jedburgh du SAS, mais aussi la chaîne de commandement. Il va de soi que les deux services étaient sous le haut commandement allié, mais le SAS, en tant que membre des Airborne Forces, dépendait de l'Air Force. Par contre, les Jedburgh, bien qu'ils soient aussi des parachutistes, étaient subordonnés aux Special Force Headquarters (SFHQ), y compris des officiers du SOE, de l'OSS, et du BCRA. Il y avait une sorte de liaison entre le SAS et le SFHQ, mais fortuit et intermittent. La situation est devenue plus compliquée après qu'Eisen- hower a eu reconnu le général Kœnig comme commandant des FFI et que les sections du SFHQ responsables pour l'action en France ont été transférées à l'EMFFI. En juillet, quand les stratèges organisaient les opérations prévues pour la Bretagne, c'était Kœnig qui contrôlait, au moins en théorie, les Jedburgh.

12Sous l'égide de Kœnig on a établi un « centre des opérations pour la Bretagne » (en anglais : Brittany War Room), pour coordonner toutes les opérations parachutistes. Aux séances journalières il y avait des représentants du 21e Groupe d'Armées de Montgomery, du SAS, du SOE, de l'OSS, du BCRA. De ces délibérations devait sortir le concept de la mission Aloès, dont le chef, nommé le 4 juillet par Kœnig, était le colonel Éon, avec Passy (André Dewavrin) comme adjoint. Tous étaient d'accord que dès l'arrivée de la mission, toutes les unités françaises stationnées en Bretagne, y compris les commandos de Bourgoin, seraient sous les ordres du colonel Éon.

13Mais il y avait certains malentendus. Le but des parachutistes était d'armer les patriotes afin qu'ils puissent combattre l'ennemi, mais parmi les militaires de carrière se trouvait un manque de confiance dans les possibilités de la Résistance où les unités n'étaient pas conformes aux tableaux d'effectifs d'une armée régulière.

14À mon avis, l'historien Marcel Baudot (pour qui j'ai une très haute estime) exagère en disant que le général Bradley « a réclamé le désarmement des FFI et FTP bretons de gré ou de force dès leur contact avec les premières colonnes américaines ». En fait, le compte rendu de la séance affirme simplement que Bradley a voulu que « les civils rendent les armes dès leur contact... ». Kœnig a donc expliqué que « les Résistants n'étaient pas des civils, mais soldats... » À cette intervention le représentant de Bradley a répondu en disant que la requête du général était « pour la protection des résistants eux-mêmes, parce que les troupes américaines tireraient probablement sur toute personne sans uniforme qui porterait les armes » (il faut rappeler qu'en Normandie il y avait des civils collaborateurs qui ont tiré sur les GI). Certainement il ne s'agit pas d'une méfiance vis-à-vis des FFI ou FTPF, parce qu'en Bretagne les forces américaines travaillaient continuellement avec les Résistants. En tout cas, le problème a été réglé par le général Kœnig avant l'expédition de la mission Aloès, et le haut commandement allié n'a posé aucune objection au lancement, par la BBC, du fameux appel pour le soulèvement général.

15Mais le sujet principal n'est pas le commandement des FFI, mais plutôt les missions des Jedburgh. Ici, très brièvement, se trouve seulement mention de la disposition des onze équipes les plus importantes : deux équipes, George et Frédérick, sont arrivées avec les premiers contingents de Bourgoin, mais George est partie après la bataille de Saint-Marcel pour la Loire-Inférieure [Atlantique] et a été remplacé par Gérald. Durant la période du 9 au 18 juillet, les Gôtes-du-Nord [d'Armor] ont reçu deux équipes, Hilary à l'ouest, et Félix à l'intersecteur est. Quatre équipes ont été expédiées dans le Finistère : Horace, Giles, Gilbert, et Francis. Deux équipes, Gavin et Guy, prévues pour l'Ille-et-Vilaine, étant parachutées par erreur à 100 kilomètres à l'est de leur objectif, n'ont pu fonctionner en Ille-et-Vilaine qu'au début d'août.

16Jusqu'à la fin juillet les Jedburgh, ainsi que les unités de Bourgoin, ont mené à bien leurs missions : l'assemblage d'armes, l'entraînement des maquisards, l'amélioration des communications radio. Donc, au début d'août, les troupes alliées percent à Avranches le front allemand et s'approchent de Saint-Malo et Rennes. Bradley est devenu commandant du 12e groupe de l'armée américaine, la IIP armée de Patton est mise sur pied, et cet officier flamboyant est chargé de prendre Brest. Patton avait insisté, avec l'accord de Kœnig, pour que les FFI bretons tombent sous ses ordres, une situation qui a demandé immédiatement l'intermédiaire d'un bureau d'opération de l'EMFFI - la mission Aloès.

17Le 4 août, étant donné la rapidité de l'évolution de la situation, Kœnig a demandé au colonel Éon que, le soir même, le personnel d'Aloès se fasse parachuter en bloc, parachutables ou non (c'est-à-dire, même sans entraînement). Éon a accepté.

18Quand la mission est arrivée, entre Pontivy et Guingamp, des éléments avancés du VIIIe corps du général Middleton, avaient déjà atteint le centre de la presqu'île. La 6e division blindée de Grow a dépassé le PC (poste de commande) d'Aloès, et la Task Force « A » du général Earnest est arrivée à Saint- Brieuc en même temps que Éon, Passy, et les membres de leur mission.

19Théoriquement, au moment où les forces régulières sont arrivées, la mission des Jedburgh était terminée. Étant donné que leur mission était de préparer la Résistance pour le combat, une fois celle-ci accomplie, il ne restait plus de tâches. Il est vrai que les Jedburgh, avec des officiers qui parlaient l'anglais, pouvaient intervenir comme officiers de liaison et de renseignements, et en certains cas, c'est exactement ce qui se passait.

20Vu que la mission primordiale avait été accomplie, on peut dire que, en dépit de certains problèmes, Aloès avait réussi. Bien que le début de campagne témoigne des malentendus entre Kœnig et le Comac, le représentant de ce dernier, le colonel Drumont, pouvait signaler, le 9 août : « Colonel Éon, chargé avec Passy coordination action Bretagne. Sommes d'accord et il est décidé clairement commandement reste à FFI ». Aussi : « Jedburgh ont pour mission armer patriotes. Excellents rapports avec eux ». À partir du 10 août, quelques équipes Jedburgh croyaient qu'il ne restait plus rien à faire en Bretagne. À la fin du mois huit équipes (George, Frédérick, Félix, Gavin, Guy, Gérald, Daniel, Douglas) sont parties. Les six équipes qui restaient (Hilary, Giles, Horace, Gilbert, Ronald, Francis), ont servi en tant qu'officiers de liaison pendant le siège de Brest, la plupart rattachées à l'EM du colonel Éon qui, après le 21 août, s'est occupé des opérations françaises, en coopération avec les Américains, dans la presqu'île de Crozon.

  • 1 Sources :

21En conclusion, pour citer l'opinion d'un Jed américain, il est impossible de donner une idée exacte de ce que les Jedburgh ont fait au juste. Il serait ridicule d'utiliser les statistiques sur les dommages infligés pour donner un reflet de leurs exploits. C'est au mérite des hommes de la Résistance seuls qu'il convient évidemment de lier ces statistiques. En Bretagne il y avait moins de 50 Jedburgh. Il est évident qu'un si petit nombre d'hommes ne pouvait jouer aucun rôle décisif. Mais les maquisards qui ont connu les Jeds et qui ont reçu, grâce à eux, les parachutages si vitalement nécessaires, reconnaissent que combattre les ennemis à l'intérieur de leur pays aurait été bien plus difficile s'ils n'avaient pas été aidés par l'opération Jedburgh. Sans les Jeds, le travail eût été peut-être réalisé, mais certainement moins vite, moins facilement, et sans doute avec des pertes plus sévères.1

Bibliographie

Bibliographie

Aloès Mission Report. OSS-London,

NARA (National Archives and Records Administration, Washington, DC), Microfilm M 1643, Roll 7, Vol. 3 ; Roll 9, Vol. 5, 1944.

Blumenson (Martin), Libération, Ouest- France - Mémorial de Caen, 1994.

Brown (Arthur O.), « Les Jedburghs : un coup de maître ou une occasion manquée », Guerres mondiales et conflits contemporains, n°174, avril 1994.

Calmette (A.), « Les équipes Jedburgh dans la bataille de France », Revue d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale, n°6l, 1966, p. 43-44.

Calvi (Fabrizio), OSS : La guerre secrète en France, 1942-1945, Paris, Hachette, 1990.

Covert Warfare. Edited by John Mendel- sohn, Vols. 3, 4, OSS Jedburgh Teams (Reports), New York, Garland, 1989.

Foot (M.R.D.), SOE in France, London, HMSO, 1966.

Gallimand (Lucien), and others (1945), The French Forces ofthe Interior : their organization and theirs participation in the liberation of France, (typed), Washington, DC, Office of Military

History, 1944. Jedburgh Reports,

NARA, Record Group 226, Entry 103, Boxes 1-5, 1944.

Leroux (Roger), Le maquis de Saint-Mar- cel, Rennes, éditions Ouest-France, 1981.

OG Reports. (1944) OSS-London, NARA, Microfilm M 1643, Roll 9, Vol. 5.

Robert (Chef de Bataillon), « Les parachutistes SAS dans les Côtes-du-Nord (juin, 1944) », Revue historique des Armées, 1970.

Rondel (Éric), Été 1944 : La IIIe Armée US de Patton en Bretagne, Fréhel, Éditions Club 35, 1994.

Rosner (Elliott), The Jedburghs : Combat Operations conducted in the Finistere Region, typed MA thesis, US Army Command and General Staff College, Fort Leavenworth, 1990.

Strawson (John), A History of the SAS Regiment, London, Sackler & Warburg, 1984.

The Secret War Report of the OSS, Edited by Anthony Cave Brown, New York, Berkeley, 1976.

Notes

1 Sources :

Archives Nationales. 72 AJ84. Rapports des missions Jedburgh. Pour la Bretagne, le professeur Funk a établi une liste des membres des équipes avec leurs noms de guerre et leurs vrais noms.
Cf. aussi Brown (Arthur V.),Jedburghs ? a short history, étude inédite, Impérial War Museum, Londres

Auteur

Professeur d'histoire contemporaine Floride, États-Unis

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540