Version classiqueVersion mobile

L’Église dans l’enseignement secondaire

 | 
Samuel Gicquel
, 
Frédéric Le Moigne

Quatrième partie. Recompositions religieuses

L’essor des écoles hors contrat et la dissidence scolaire des catholiques observants au début du xxie siècle

Yann Raison du Cleuziou

Texte intégral

1Pour comprendre les dynamiques et les recompositions qui traversent le catholicisme contemporain, il est préalablement nécessaire de penser sa structuration interne. Loin d’être un corps homogène et hiérarchisé, le catholicisme est un univers clivé. Les catholiques se divisent sur la définition de ce qu’est l’éthos catholique légitime et, au-delà, le rapport au magistère ou à la société séculière. La question scolaire est un théâtre privilégié pour observer le déploiement de ces clivages.

  • 1 Pour une présentation complète de ma typologie : Raison du Cleuziou Yann, Qui sont les cathos aujou (...)

2Dans ce chapitre, mon attention se portera plus particulièrement sur un des univers qui coexistent au sein du catholicisme, celui des observants1. À partir des années 1970, ces catholiques se sont placés dans une posture réservée à l’égard du catholicisme diocésain et des paroisses. Proches de la nébuleuse des Silencieux de Pierre Debray, parfois tentés par les communautés traditionalistes ou charismatiques, ils ont considéré que les innovations pastorales qui ont suivi le concile Vatican II ont contribué à faire perdre à la messe toute sa dimension sacrale et, au-delà, compromis les conditions de la transmission de la foi. Ils se sont autonomisés du catholicisme diocésain et se sont mis dans une position de dissidence interne, tout particulièrement en ne se fiant plus aux paroisses pour la catéchèse des enfants, et en reprenant le contrôle de la transmission de la foi au sein de mouvements de jeunesse ou de communautés qu’ils contrôlent.

3À ce titre, ces catholiques entretiennent volontiers des relations conflictuelles avec les autorités religieuses locales (curé ou évêque) au nom même de leur discipline et du respect qu’ils ont pour la doctrine et les formes rituelles. Leur observance a pour corollaire une compétence religieuse à juger de l’orthodoxie et de l’orthopraxie des uns ou des autres. Ils contestent ceux qui ne partagent pas leur discipline et les considèrent comme des « tièdes ». Ils se sont souvent appuyés sur l’autorité des papes Jean-Paul II et Benoît XVI pour dénoncer les compromissions de l’Église de France avec l’esprit du temps. Minorité au sein de l’Église, les observants se donnent pour mission de reconformer par l’exemple les pratiques diocésaines au magistère romain. Habitués à n’être pas soutenus par les évêques, ils ont acquis une grande autonomie. Ils n’hésitent pas à s’assumer publiquement en tant que catholiques sans avoir aucun mandat et à prendre de multiples initiatives religieuses. Le bastion de leur fidélité religieuse n’est donc ni la paroisse, ni le diocèse, mais leurs familles. Elles sont la matrice de l’appartenance à cet univers religieux qui prend de ce fait la forme d’un « milieu » social.

4Depuis la fin du xxe siècle, dans un contexte marqué par le déclin de toutes les formes de pratique religieuse, les observants prennent une importance croissante dans l’Église à la fois en raison de l’expérience militante qu’ils ont acquise, et de leur capacité de perpétuation. Comparativement aux autres, les familles observantes parviennent mieux à transmettre la foi et leur poids est donc croissant au sein des jeunes générations. L’école est bien sûr l’auxiliaire indispensable à ces familles pour contrôler cette transmission. Or, à partir des années 1990, une défiance croît en leur sein à l’égard de l’enseignement catholique sous-contrat. Ce dernier n’est plus jugé un allié fiable des familles.

5Cette défiance était auparavant nourrie par la contestation du catholicisme diocésain dominant et son orientation de la pastorale vers l’accueil des incroyants plus que vers le soutien aux croyants – du moins c’est cette représentation qui s’observe parmi eux. La critique de la spiritualité de « l’enfouissement » est un lieu commun de leur discours. La déception à l’égard des écoles catholiques est alors une forme d’actualisation de la critique à l’égard de la pastorale post-conciliaire qui serait caractérisée par une forme de renonciation des catholiques à l’affirmation de leur vérité. À partir des années 1990, cette critique se renouvelle en raison des évolutions de l’État et de la société française.

Un doute sur la réalité du « caractère propre » de l’enseignement catholique

6La loi Debré du 31 décembre 1959 permet un financement public de l’enseignement catholique. En contrepartie, ce dernier perd son autonomie à l’égard des programmes scolaires totalement contrôlés par le ministère de l’Éducation nationale, mais il conserve un « caractère propre », c’est-à-dire une autonomie dans la définition du projet éducatif de l’établissement. C’est là que la proposition spécifiquement catholique demeure. Le contenu et la portée de ce « caractère propre » restent relativement flous, ce qui provoquera la réserve d’une partie de l’opinion catholique, qui craint que l’Église finisse par perdre sa capacité de jouissance du principe de liberté d’éducation. Près de cinquante ans plus tard, ce doute renaît en raison de la sécularisation croissante de la société ainsi que du cadre législatif.

Une sécularisation de l’identité sociale de l’enseignement catholique

  • 2 Gorce Bernard, « Éducation », La Croix, 21 septembre 2005.

7Au début du xxie siècle, l’enseignement catholique bénéficie d’un succès paradoxalement inquiétant. Les écoles catholiques sous-contrat refusent chaque année un nombre croissant de candidats. Cette explosion des demandes est la conséquence d’une banalisation de l’enseignement privé dans le paysage scolaire français : une famille sur deux y scolarise un de ses enfants à un moment donné2. Ce succès est aussi la conséquence de stratégies d’évitement des établissements publics en raison de leur niveau supposé ou de la mixité sociale plus importante qui y existerait.

  • 3 Léger Alain, « On le met dans le privé ? Les raisons du choix des familles », L’enseignement privé (...)
  • 4 Langouët Gabriel et Léger Alain, Le choix des familles : école publique ou école privée, Paris, Édi (...)

8Comme le montre en 2001 une enquête d’Alain Léger, parmi les motivations des parents lors du choix de l’établissement privé, la compétence des enseignants prime pour 66,3 % des enquêtés, la discipline pour 46,8 %, la proximité géographique pour 41,7 %, enfin le milieu social pour 22,4 %. La motivation religieuse est marginale, elle n’est considérée comme très importante que dans 5 % des familles3. Une forme de pragmatisme consumériste succède aux choix militants4. La demande d’enseignement privé augmente donc à mesure que ses justifications se sécularisent.

  • 5 Verneuil Yves, « Les accords Lang-Cloupet (1992-1993) : une histoire écrite à l’avance ? », Histoir (...)

9L’enseignement catholique ne peut y répondre que partiellement en raison des accords Lang-Cloupet de 1992-1993, qui contingentent la répartition des enseignants entre le public (80 %) et le privé (20 %)5. Cette contrainte impose à l’enseignement catholique de renoncer à des nouveaux publics et fait de l’augmentation du nombre d’élèves par classe la principale variable d’ajustement.

  • 6 Sobocinski Aurélie, « L’enseignement catholique tourmenté par son succès », lemonde.fr, 10 septembr (...)
  • 7 Laloux Ludovic, « Catéchèse. Pour comprendre l’histoire récente », L’Homme Nouveau, no 1350, 7 août (...)
  • 8 Bandelier Alain, « Pourquoi l’école catholique ? », Famille Chrétienne, no 1357, 17 janvier 2004, p (...)

10Par ailleurs, l’évolution du profil social et religieux des élèves de l’enseignement catholique contribue à affaiblir le caractère religieux qui les singularisait. Il en va de même du corps enseignant. Les catholiques pratiquants y sont désormais presque systématiquement minoritaires et certains établissements négligent leur offre religieuse faute de demande6. Le niveau de culture religieuse s’effondre7. Certaines familles catholiques sont déçues par un enseignement privé, qui ne se distingue plus que marginalement du public8.

  • 9 Malartre Paul, « De l’école citadelle à l’école carrefour », Revue Projet, vol. 276, no 4, 2003, p. (...)

11Des Assises de l’enseignement catholique sont engagées à partir de septembre 2000 pour réfléchir aux enjeux qu’impose ce contexte. À leur issue, Paul Malartre, secrétaire général de l’Enseignement catholique, dénonce la nostalgie d’une « école citadelle » et se prononce pour une « école carrefour » où les élèves feraient l’apprentissage du pluralisme et des mixités9.

Une perte de confiance dans la capacité de transmission des établissements catholiques

  • 10 Voir le dossier : « L’école catholique et la transmission de la foi », Famille Chrétienne, no 1246, (...)
  • 11 Raison du Cleuziou Yann, Une contre-révolution catholique…, op. cit., p. 69 sq.

12Au sein du catholicisme observant, la crainte d’une « rupture de la transmission religieuse » à l’école est très présente10. Les premières lois bioéthiques de 1995 puis l’adoption du PACS en 1999 sont vécues en son sein comme le franchissement d’une étape supplémentaire du processus de sécularisation de la société. Ces catholiques ont l’impression que l’État évide sa législation des dernières normes morales d’origine chrétienne qui y demeuraient à l’état de rémanences. Au début des années 2000, l’opposition de Jacques Chirac et Lionel Jospin à la mention de l’« héritage judéo-chrétien » de l’Europe dans le préambule de la Charte des droits fondamentaux semble confirmer ce détachement11. De fait, ces catholiques ont l’impression que le concordat implicite qui existait entre la République et l’Église depuis la loi Debré de 1959 a pris fin. De ce fait même, le contrat d’association avec l’État change de sens : il devient suspect de devenir un outil de contrôle et de subversion du catholicisme. Cette crainte, mais aussi le contexte de « crise de l’école publique » qui touche le secteur privé en raison d’un afflux d’élèves sans motivations religieuses, vont nourrir une critique du contrat d’association avec l’État et se traduire par la structuration d’un courant en faveur d’une reconstruction de l’enseignement catholique à partir d’écoles hors contrat.

  • 12 Balland Ludivine, « La crise de l’école comme problème public. Luttes de sens autour des transforma (...)
  • 13 Lensel Denis, « L’éducation civique à l’heure du PACS », Famille Chrétienne, no 1182, 7 septembre 2 (...)

13Dans un contexte de diffusion d’un discours sur la « crise de l’école »12, les actions de lobbying pour infléchir la politique scolaire se développent à droite. L’association SOS Éducation est créée en 2001 et cible la méthode globale qui serait responsable de la chute du niveau de lecture. Au sein du catholicisme, les observants se sentent doublement menacés : par l’insuffisance de la formation religieuse ; par l’orientation des programmes et les choix pédagogiques de l’Éducation nationale qui se répercutent sur les écoles sous-contrat. Les combats bioéthiques et contre le PACS ont fait prendre conscience aux catholiques observants qu’ils ne pouvaient pas confier l’éducation morale de leurs enfants à l’État sans risque qu’ils ne soient pervertis. À la rentrée de septembre 2000, le PACS entre dans le programme d’éducation civique de seconde, ce qui confirme leurs craintes13. Anne Coffinier, normalienne, jeune énarque et militante associative catholique, se fait l’interprète de ce sentiment dans un débat organisé par La Nef :

  • 14 « Quand l’école marche sur la tête. Débat entre Anne Coffinier, Frédéric Gautier, Fabrice Madouas, (...)

« La ligue de l’enseignement ne renierait en rien, je crois, la formule de son fondateur, Jean Macé, qui déclarait en 1866 : “nous avons à faire, non de la pédagogie, mais de la propagande républicaine”. Aujourd’hui encore, l’école se préoccupe beaucoup de “libérer” les enfants des influences familiales, de les “sociabiliser”. L’école est tellement préoccupée de transformisme social qu’il ne lui reste plus beaucoup de temps à consacrer à l’instruction des enfants14. »

14Pour préserver le climat moral nécessaire à leurs enfants, certains catholiques se rapprochent des écoles catholiques hors contrat. Elles sont souvent liées à des communautés traditionalistes, par exemple la Fraternité sacerdotale Saint Pierre.

L’émergence de nouveaux acteurs de la création d’écoles hors contrat

15La possibilité de créer des écoles hors contrat va séduire au-delà de ces cercles à partir du début des années 2000. Bien que marginale, cette tendance est intéressante parce qu’elle montre comment la défiance à l’égard du système d’association avec l’État qui était auparavant cantonnée aux familles traditionalistes se diffuse. C’est un indice de la transformation du rapport des catholiques les plus militants à la société.

L’Association éducation solidarité (AES)

16Le père Yannik Bonnet en est un acteur. Ce polytechnicien était marié et père d’une famille de sept enfants. Après une carrière chez Rhône-Poulenc, des engagements politiques locaux auprès de Raymond Barre, il dirige l’École supérieure de chimie de Lyon pendant douze ans. Devenu veuf, il décide de devenir prêtre et est ordonné en 1999. Il publie les Neuf fondamentaux de l’éducation en 2002 puis crée avec Claude Marchadier l’Association éducation solidarité (AES) en 2003. Son ambition est de restaurer l’école catholique en promouvant une sortie de l’association avec l’État.

  • 15 Bonnet Yannick, « Préface », dans Philippe Maxence (dir.), Guide des écoles catholiques pas comme l(...)

« Pour les familles soucieuses d’éducation et elles sont de plus en plus nombreuses dans les générations […], le souci majeur est devenu l’école. Cela fait bien longtemps qu’elles ont dû faire le constat que la plupart des écoles catholiques ne le sont plus que de nom. Aux assises de l’enseignement catholique de la région Centre, en décembre 94, j’avais clairement exprimé que mes enfants et, a fortiori, mes petits enfants n’avaient pas reçu dans leurs écoles catholiques respectives le quart du sixième de ce qui m’avait été offert entre 1941 et 1950. Je parlais en “grand témoin” devant trois évêques, dont l’absence de réaction m’avait consterné. Peut-on dire que les choses aient vraiment changé15 ? »

17Constatant la faillite de l’Éducation nationale, l’AES aide les familles à créer ou à trouver une école alternative à l’enseignement public ou à l’enseignement privé sous-contrat. Elle milite pour une libéralisation de l’éducation par le moyen d’un chèque scolaire que l’État accorderait aux familles afin qu’elles puissent choisir l’école qui convient le mieux à leurs enfants. En attendant, l’association reçoit des dons et délivre des bourses pour aider les familles à scolariser leurs enfants dans les établissements de leur choix.

L’association Créer son école

  • 16 Coffinier Anne, « “Créer son école” : une association pour promouvoir le pluralisme scolaire », Lib (...)

18En 2004, Anne Coffinier, Sabine Lorber et Marie-Laure Jacquemond lancent l’association apolitique et aconfessionnelle Créer son école, dans le but de fournir un appui à tous ceux qui veulent fonder des écoles hors contrat, que ce soit sur un plan juridique, pédagogique ou financier. Pour l’association, c’est en effet la seule solution possible à la crise : l’enseignement catholique, en raison des pesanteurs de l’association avec l’État, n’est plus une alternative fiable à l’enseignement public16.

19La principale fondatrice, Anne Coffinier, qui est désormais diplomate, affirme avoir renoncé à l’enseignement à l’issue de l’École normale supérieure en raison du conformisme qui domine dans l’enseignement public et catholique. Bien que Créer son école n’affiche pas de positionnement religieux, Anne Coffinier en fait la promotion dans toute la presse catholique conservatrice et assume un objectif à la fois missionnaire et réformateur :

  • 17 Coffinier Anne, « Multiplier les écoles indépendantes : la solution de l’avenir », dans Philippe Ma (...)

« Créer des écoles indépendantes n’est pas une action de ghetto ; c’est une action ancrée dans l’esprit de la nouvelle évangélisation. De plus, la saine concurrence des écoles indépendantes constituera un jour l’aiguillon qui contraindra l’enseignement public à se réformer17. »

  • 18 Maxence Philippe (dir.), Guides des écoles catholiques pas comme les autres, op. cit..

20L’Homme Nouveau publie en 2005 un guide « des écoles catholiques pas comme les autres », c’est-à-dire vraiment catholiques18. Une cinquantaine est présentée ainsi que des établissements d’enseignement supérieur. En annexe, les principales associations d’aide aux écoles libres sont promues ainsi que toutes les ressources pédagogiques disponibles sur Internet.

  • 19 Coffinier Anne, « Plaidoyer pour les écoles indépendantes », L’Homme Nouveau, no 1352, 18 septembre (...)
  • 20 Palmer Susan J., The New Heretics of France. Minority Religions, la République, and the Governement (...)
  • 21 Rapport d’enquête parlementaire no 3507, 12 décembre 2006. Voir également Ollion Étienne, Raison d’ (...)
  • 22 Vanneste Christian, « Sur le rapport secte », 19 décembre 2006, [http://vanneste.over-blog.org/arti (...)

21Parallèlement se déploie une controverse qui va nourrir la crainte des catholiques de perdre également leur liberté d’expression dans les écoles hors contrat. En mars 2005, la MIVILUDES (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) publie son rapport annuel sur les dangers sectaires repérés. Son président, Jean-Louis Langlais, écrit sa préoccupation à l’égard des écoles indépendantes dont la pédagogie hors contrôle peut constituer une emprise sectaire. Anne Coffinier s’inquiète du soupçon jeté sur des écoles indépendantes19. En novembre 2006, c’est cette fois le député UMP Georges Fenech, président de la commission parlementaire sur les sectes, qui dénonce l’emprise psychologique que subiraient de nombreux enfants retirés du système scolaire par leurs parents. Si les faits qui justifient cette intervention sont liés à la communauté Tabitha’s Place dans le Béarn20, les catholiques craignent de subir des dégâts collatéraux d’un surcroit d’encadrement de l’enseignement à domicile. Le rapport de la commission parlementaire sur les sectes du 12 décembre 2006 conclut au danger que représente une éducation qui impose aux enfants les convictions de leurs parents sans possibilité de distanciation critique21. Le député UMP Christian Vanneste, membre de la commission, s’oppose à cette conclusion parce que le flou sur les critères de définition des sectes peut aboutir à discriminer des groupes religieux22.

  • 23 Batifoulier Francis (dir.), La protection de l’enfance, Paris, Dunod, 2008, p. 7.
  • 24 Fontaine Rémi, « Écoles familiales : les leçons d’un échec », Présent, no 6280, 21 février 2007, p. (...)

22En janvier 2007, Georges Fenech et Philippe Vuilque proposent deux amendements pour soumettre la possibilité de l’enseignement à domicile à l’autorisation de l’inspection académique. Ils seront âprement discutés durant la procédure législative qui aboutira au vote de la loi du 5 mars 2007 sur la protection de l’enfance23. Elle prohibe les écoles familiales ne disposant pas d’une autorisation académique. Dans le quotidien national-catholique Présent, le journaliste Rémi Fontaine interprète cette restriction comme une illustration supplémentaire de l’échec de la stratégie des catholiques. Faute de « corporatisme » ou de « communautarisme » des écoles familiales catholiques, aucune stratégie de lobbying auprès de l’État n’a pu être déployée24.

  • 25 Coffinier Anne, « Une Fondation pour l’école », La Nef, no 178, janvier 2007, p. 8-9.

23En 2008, pour résister aux limitations de la liberté éducative, Anne Coffinier prolonge l’action de Créer son école par la Fondation pour l’école25. Sur le modèle du Children’s Scholarship fund qui lève des fonds pour les écoles libres aux États-Unis, la Fondation pour l’école veut contribuer à rationaliser le financement des écoles hors contrat. Au même moment, Marie de Préville crée un Institut libre de formation des maîtres à destination des classes élémentaires afin de doter les écoles hors contrat d’enseignants formés. Cette institutionnalisation du hors contrat va s’appuyer sur une critique de plus en plus ouverte du sous-contrat.

Une critique ouverte du contrat d’association avec l’État

24L’élection de Benoît XVI en 2005 est favorable à la transformation du rapport de force au sein de l’Église de France. Le jeune clergé, souvent issu des familles catholiques observantes, monte en puissance et affirme de manière de plus en plus explicite son ambition de restaurer le catholicisme en privilégiant l’« herméneutique de la continuité » dans l’interprétation du concile Vatican II. Par rapport aux années 1970-1980, la position de minorité réformatrice est désormais occupée par les catholiques conservateurs. Illustration de ce basculement, la figure de l’évêque contestataire change de camp. Mgr Rey, l’évêque de Fréjus et Toulon, ou Mgr Cattenoz, l’archevêque d’Avignon, occupent la place médiatique qui était auparavant celle de Mgr Gaillot. Contrairement à ce dernier, ils cherchent à réaffirmer un catholicisme en rupture avec les valeurs sociales dominantes. La controverse sur le genre va légitimer leur entreprise et, au-delà, confirmer l’interprétation d’une décadence de la société que diffusent les catholiques observants. Ce contexte favorise la remise en cause de l’opportunité du cadre institué par la loi Debré.

L’attaque de Mgr Cattenoz

  • 26 Maurot Élodie, « Mgr Cattenoz veut recentrer l’école catholique », La Croix, 28 septembre 2006.

25En juin 2006, Mgr Jean-Pierre Cattenoz communique aux responsables de l’enseignement catholiques de son diocèse un texte programmatique sur les orientations qu’ils devraient prendre à l’avenir. Présenté sous la forme d’un projet de Charte triennale de l’enseignement catholique, le texte soulève une controverse en raison de sa charge polémique. Si l’évêque estime nécessaire d’intervenir, c’est en effet pour mettre fin à une dérive qui entraîne l’enseignement catholique vers une forme d’apostasie. Dressant un état des lieux alarmant, il dénonce la tiédeur d’un enseignement qui a évacué le Christ pour lui substituer un « humanitarisme bon teint » hérité de la philosophie des Lumières et non des Évangiles. Cette « dénaturation » est la conséquence d’une attitude concordiste qui accentue la continuité entre la culture contemporaine et la foi catholique. Il stigmatise un « abus des valeurs de solidarité et d’ouverture à tous » qui, loin d’aiguiser la conscience critique, aboutit au contraire à prolonger les « conditionnements » à l’œuvre dans la société. Cette « pédagogie » aboutit à une neutralisation de la singularité catholique ce qui fatalement conduirait les élèves à s’en détourner26.

26Le premier des conditionnements à rompre, c’est pour Mgr Cattenoz la relégation de la foi à la marge de l’activité d’enseignement. « Dispersée » dans les « recoins » de l’emploi du temps, la catéchèse se trouve neutralisée car elle apparaît comme un enseignement parmi d’autres, voire moins important. Il invite à une « catéchèse intégrale », fondée sur « les Pères de l’Église et le Catéchisme de l’Église catholique ». Le Christ doit être au centre et non un élément de décor de l’enseignement catholique. Il recommande que les élèves soient donc sélectionnés en fonction de leur acceptation des cours d’évangélisation. Il rappelle également que les enseignants doivent soutenir le projet pédagogique des établissements. Même s’ils n’ont pas la foi, ils ne doivent pas s’y opposer, que ce soit explicitement ou non. Mgr Cattenoz affirme que les établissements de son diocèse qui refuseraient de se conformer à ces orientations perdront leur agrément.

  • 27 « Enseignement catholique “Réformer par le haut”. Entretien avec Mgr Cattenoz », Famille Chrétienne(...)

27Rendue publique en septembre, cette charte de l’enseignement ouvre une controverse durable entre les partisans d’une large ouverture des écoles catholiques et ceux qui souhaitent opérer un recentrage sur leur vocation fondamentale. Les catholiques observants l’accueillent comme une libération de la chape de plomb qui pèse dans l’enseignement catholique. Famille Chrétienne publie un long entretien avec l’archevêque. Ce dernier y porte une parole clivante qui reçoit l’approbation. Il dénonce le caractère pervers de l’association avec l’État27.

« Dans mon diocèse, je me suis ainsi aperçu que la plupart des projets éducatifs mettent au centre l’enfant, avec un certain nombre de valeurs chrétiennes ou post-chrétiennes. Dans aucun de ces projets je n’ai vu mis au centre la découverte de la personne de Jésus-Christ. Or, ma foi, c’est Jésus-Christ ! Il faut absolument en finir avec la politique du plus petit dénominateur commun, avec la politique de l’enfant-roi, et avec ces valeurs chrétiennes et post-chrétiennes. En fait, pour un certain nombre d’établissements, être chrétien se limite à faire de l’humanitaire. […] Je crois que la loi Debré, de 1959, qui avait pour but d’intégrer progressivement les écoles catholiques dans l’Enseignement public, est finalement arrivée à ses fins. Je me souviens de ce que m’avait dit un jour, il y a quelques années, Mgr Cloupet, qui est mort maintenant. Il avait été directeur national de l’Enseignement catholique et avait négocié les fameux accords Lang-Cloupet. Le rencontrant lors d’un pèlerinage à Rome, je lui ai demandé ce qu’il faudrait faire dans l’Enseignement catholique. Il m’avait répondu cette phrase terrible : “Aujourd’hui, il faudrait fermer de 60 à 70 % des établissements, qui ne sont plus que des établissements libres”. »

28Ce message trouve ses relais dans la presse catholique conservatrice qui salue le courage de l’évêque.

  • 28 Boutet Thierry, « École catholique (II) : le cri de Mgr Cattenoz sera-t-il entendu ? », Libertépoli (...)

« Mgr Cattenoz lance un cri, à temps et peut-être à contretemps, mais qu’importe. Un cri devant une école catholique qui n’en a plus que le nom, un cri devant tant d’enfants laissés sans éducation chrétienne véritable, un cri devant tant de parents trompés dans leurs attentes, un cri devant tant d’enseignants et même de directeurs d’établissement entravés ou impuissants, un cri devant une Église de France qui s’est laissée piéger au fil des années par une dérive politique qui a abouti aux accords Lang-Cloupet. Des accords qui ont retiré toute marge de manœuvre à l’Église de France pour mettre en œuvre le caractère propre de l’Église catholique28. »

29La Conférence des évêques de France ne commente pas l’acte de l’archevêque d’Avignon. En effet, une réflexion sur « la mission de l’Enseignement catholique dans l’Église et dans la société » est déjà en cours sous la direction de l’évêque de Versailles, Mgr Éric Aumonier. La question doit être débattue lors de l’Assemblée des évêques à Lourdes en novembre. Toute intervention risquerait de compromettre ce travail en l’orientant. C’est d’ailleurs un des enjeux de l’intervention de Mgr Cattenoz. Le cardinal Jean-Pierre Ricard, qui préside la Conférence des évêques de France, cherche à rassurer les directeurs d’établissement catholique. Il ne souhaite pas revenir sur le contrat d’association.

  • 29 « Dossier. Assemblée plénière à Lourdes. Le délicat dossier de l’enseignement catholique », La Croi (...)

« On peut toujours se plaindre de la loi Debré du 31 décembre 1959 et de ses contraintes. Si elle n’existait pas, l’enseignement catholique en France poserait moins de questions, tant sa surface serait réduite et sa réalité devenue confidentielle29. »

  • 30 Maurot Élodie, « Le “caractère propre” en débat », La Croix, 8 juin 2007.
  • 31 Cattenoz Jean-Pierre, Une charte pour l’enseignement catholique dans le diocèse d’Avignon, Paris/Le (...)
  • 32 « Interview de Mgr Claude Dagens, évêque d’Angoulême : “Reconstruire ce qui est devenu le terrain v (...)
  • 33 Sobocinski Aurélie, « L’enseignement catholique tourmenté par son succès », Le Monde, 10 septembre (...)

30Mgr Aumonier, en charge de la réflexion des évêques sur la question, se contentera de critiquer indirectement la position de Mgr Cattenoz comme une forme de refus du réel30. En janvier 2007, la charte de Mgr Cattenoz est publiée et devient plus aisément diffusable31. Le mois suivant, Mgr Claude Dagens prend l’initiative de déplacer le débat par la publication d’un ouvrage collectif. Il affirme par ailleurs que le simple fait d’éduquer les jeunes devrait pouvoir être valorisé comme une authentique participation à la mission de l’Église. L’humanisation et la proposition semblent donc ici privilégiées comme modalités d’évangélisation par rapport à la catéchèse et au culte32. Mgr Cattenoz surenchérira en affirmant dans le Monde de l’éducation que les écoles hors contrat sont peut-être l’avenir de l’école catholique33.

  • 34 Hoffner Anne-Bénédicte, « L’épiscopat résiste aux attaques », La Croix, 29 août 2007.
  • 35 Sauto Martine de, « Paul Malartre, un homme de terrain et de consensus », La Croix, 16 juin 1999.
  • 36 Sobocinski Aurélie, « Eric de Labarre. La tradition sans aucun repli », Le Monde, 30 août 2007.
  • 37 Labarre Éric de, « L’enseignement catholique doit redécouvrir ses espaces de liberté », La Croix, 2 (...)

31Ces critiques agacent d’autant plus que la Conférence des évêques de France cherche un successeur à Paul Malartre, secrétaire général de l’enseignement catholique depuis 199934. Cet homme de consensus est un ancien professeur de philosophie venu du diocèse de Saint-Étienne et dont la socialisation militante s’est faite dans la Jeunesse indépendante chrétienne (JIC)35. Mgr Cattenoz a directement mis en cause l’insuffisance de son bilan. Pour lui succéder, Éric Mirieu de Labarre est nommé en août 200736. Son profil tranche avec son prédécesseur. Maître de conférences en droit public à l’université Bordeaux 4, il préside l’Union des associations de parents d’élèves de l’enseignement libre (UNAPEL) de 1988 à 2002. Père d’une famille nombreuse, un de ses fils est séminariste dans une communauté traditionaliste : la Fraternité sacerdotale Saint Pierre. Lors d’un de ses premiers entretiens, tout en restant prudent, il affirme nécessaire de trouver un équilibre entre « ouverture » et affirmation du « caractère propre37 ». L’un des enjeux de son mandat est d’élaborer un nouveau statut de l’enseignement catholique. Le dernier date de 1992.

  • 38 Rey Dominique, Urgence éducative – L’école Catholique en débat, Paris, Salvator, 2010.
  • 39 Ibid., p. 217.

32En 2010, Mgr Dominique Rey publie un manifeste qui rejoint les prises de position de Mgr Cattenoz38. Il insiste également sur la nécessité d’une pastorale qui ne soit pas marginalisée dans les seules heures d’aumônerie mais englobe tout le projet éducatif. Il écrit que l’analphabétisme religieux et la disparition d’une culture chrétienne rendent urgents « l’annonce directe de la foi39 ».

La controverse sur l’enseignement du genre

  • 40 Béraud Céline, « Les catholiques contre le genre. L’épisode des manuels de SVT », dans Florence Roc (...)
  • 41 Christine Boutin est citée dans Rochefort Florence et al., « Enseigner le genre : contre une censur (...)

33À partir du mois de mai 2011, une nouvelle controverse va renforcer les positions de Mgr Cattenoz ou d’Anne Coffinier40. Claude Berruer, le secrétaire général adjoint de l’enseignement catholique, écrit aux directeurs diocésains afin d’attirer leur attention sur le caractère problématique de certains manuels de sciences de la vie et de la Terre (SVT). Conformément aux nouveaux programmes, il est introduit un enseignement portant sur le genre en classes de 1re L et ES. Cette introduction du genre au lycée est interprétée comme une entreprise de manipulation de l’orientation sexuelle des jeunes, toutes les sexualités apparaissant comme des orientations égales. Les Associations familiales catholiques (AFC) et le Parti chrétien démocrate de Christine Boutin dénoncent à leur tour une manipulation et une remise en cause de la « liberté de conscience » à l’école41.

  • 42 Maigre François-Xavier et Besmond de Senneville Loup, « “Théorie du genre” au lycée, la crainte de (...)
  • 43 Anatrella Tony (dir.), Gender, la controverse, Paris, Pierre Téqui, 2011.
  • 44 Montfort Élisabeth, Le Genre démasqué, Valence, Peuple libre, 2011.

34Des enseignants du public se mobilisent et adressent une pétition au ministre Luc Chatel afin de lui demander une révision du programme de SVT. Intitulée « l’école déboussolée », elle reçoit plus de 40 000 signatures. L’archevêque de Rennes, Mgr Pierre d’Ornellas, constitue un groupe d’experts afin de rédiger des fiches pour que les enseignants puissent désamorcer les aspects subversifs de l’enseignement du genre42. Le prêtre et psychanalyste Tony Anatrella publie une version condensée du Lexique pontifical des termes ambigus et controversés pour armer l’opinion catholique contre cette « subversion43 ». Élisabeth Montfort, ancienne députée européenne du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, multiplie les interventions et conférences pour alerter les catholiques44. Deux arguments structurent cette contre-offensive : le caractère non scientifique et donc idéologique de ce qui est désormais qualifié de « théorie du genre », et le lobbying homosexuel pour manipuler les esprits des jeunes.

  • 45 « Des députés UMP contestent la notion d’“identité sexuelle” expliquée par certains manuels scolair (...)
  • 46 Madouas Fabrice, « Luc Chatel désavoué », Valeurs Actuelles, no 3912, 17 novembre 2011.
  • 47 Puppinck Gregor, « Une religion nouvelle : l’école du petit père Peillon », libertepolitique.com, 2 (...)

35Cette mobilisation trouve des appuis au sein des partis politiques. À l’UMP, 80 députés signent une lettre adressée à Luc Chatel et lui demandent de corriger les programmes45. Parmi les signataires se trouvent Christian Vanneste, Hervé Mariton, Bernard Debré, Éric Raoult, Jacques Myard, Bruno Retailleau. En octobre le débat est relancé par l’annonce de l’introduction d’un débat sur l’homoparentalité en terminale L46. Après l’élection de François Hollande, ce climat de défiance ne fera que s’amplifier. L’apologie par le ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon, de l’école républicaine comme instrument d’émancipation « de tous les déterminismes » paraît « totalitaire » aux catholiques47.

  • 48 Boisson Marie, « Hors-contrat : le choix de la liberté », Le Spectacle du Monde, no 581, 1er septem (...)

36La polémique contre la « théorie du genre » se répète à la rentrée de 2013 suite à l’expérimentation d’un programme de lutte contre les stéréotypes de genre dans les classes primaires et maternelles : les ABCD de l’égalité. Najat Vallaud-Belkacem, qui succède à Vincent Peillon, devient la nouvelle cible des mobilisations catholiques. Pour bien des catholiques observants, ces controverses montrent que l’enseignement catholique sous-contrat ne peut échapper à ces nouveaux programmes, ce qui confirme l’attractivité du hors contrat48. Le genre semble confirmer les catholiques conservateurs dans leur défiance à l’égard d’un contrat d’association qui peut devenir un outil de subversion de l’enseignement catholique.

  • 49 Levet Bérénice, La Théorie du genre ou Le Monde rêvé des anges : l’identité sexuée comme malédictio (...)
  • 50 Casali Dimitri, L’Altermanuel d’Histoire de France. Ce que nos enfants n’apprennent plus au collège(...)

37Au-delà de la seule défense de l’ordre naturel, l’opposition au genre mobilise aussi, en dehors des rangs catholiques, ceux qui dénoncent l’effondrement de la transmission à l’école en raison de l’idéologie de la déconstruction qui oriente les programmes. La philosophe Bérénice Levet attaque ainsi le genre comme une entreprise puritaine d’invisibilisation de la différence des sexes. Elle l’interprète également comme un outil de disqualification de la civilisation courtoise française qui a su canaliser l’expression du désir dans des formes culturelles49. L’essayiste Dimitri Casali attaque quant à lui la disparition du roman national au profit d’une histoire dont l’objet serait de culpabiliser les Européens50.

38En 2013, l’élaboration du nouveau statut de l’enseignement catholique arrive à son terme. Le texte d’une cinquantaine de pages est composé de 385 articles51. Il a valeur de constitution et précise les finalités, les hiérarchies, les rôles d’autorité. L’article 22 dispose que le projet de chaque établissement doit « engager la communauté éducative à proposer à tous la Bonne Nouvelle de l’Évangile, transmise par la Tradition et le magistère de l’Église ». L’article 32 ajoute que la « communauté éducative » doit « veiller à ce que la foi catholique soit proposée à tous et à ce que les chrétiens de la communauté éducative, enfants, jeunes ou adultes, puissent partager leur foi, la célébrer et l’annoncer ». Ces articles permettent des interprétations larges et le statu quo semble donc maintenu. En revanche, le texte donne un poids bien plus important qu’avant à l’évêque. Le nouveau statut est donc loin d’être un manifeste visant une réaffirmation « identitaire » des établissements. Il rationalise l’organisation de ce vaste secteur éducatif paraétatique. Les inflexions de ligne au sein des établissements dépendent donc surtout du profil des chefs d’établissements et des enseignants.

39Le hors contrat reste la meilleure solution éducative et catholique pour les observants les plus zélés, et pour quelques évêques. En 2014, Mgr Cattenoz reconnaît officiellement l’Institution Saint-Louis au Barroux, un internat au pied de l’abbaye bénédictine Sainte-Madeleine, s’inspirant de la règle de saint Benoît et proposant la messe en rite extraordinaire aux élèves. Un acte qui manifeste par l’exemple la voie de renouvellement possible de l’enseignement catholique. Pour l’archevêque d’Avignon, l’avenir du catholicisme dépend de ces foyers contre-culturels. Le modèle des écoles hors contrat est pourtant fragile. Si la création d’écoles primaires est relativement simple, leur extension dans le secondaire est souvent une épreuve délicate à franchir. Les réseaux militants mesurent alors parfois les limites de leur capacité financière et leur manque de compétence professionnelle. L’Institut Saint-Louis au Barroux a ainsi dû fermer ses portes à l’été 2019 faute d’être parvenu à trouver les ressources nécessaires à sa perpétuation.

40Reste que, de fait, en raison des accords Lang-Cloupet, mais aussi du renouvellement générationnel au sein des établissements scolaires catholiques, favorable aux catholiques observants qui s’y engagent pour contrer le déclin de la transmission de la foi, une certaine hybridation entre le sous-contrat et le hors contrat s’opère parfois localement. Que ce soit par une affirmation confessionnelle plus décomplexée ou même l’ouverture de classes hors contrat pour compléter l’offre de formation du sous-contrat et accueillir de nouveaux publics. À ce titre, l’ambition d’une Anne Coffinier de réformer de l’extérieur en développant des ressources alternatives a eu une certaine efficacité. La question scolaire est à ce titre un bon observatoire des dynamiques de la recomposition interne du catholicisme contemporain. Contrairement aux années 1970, le rôle de minorité agissante réformatrice semble désormais assumé par les courants conservateurs.

Notes

1 Pour une présentation complète de ma typologie : Raison du Cleuziou Yann, Qui sont les cathos aujourd’hui. Sociologie d’un monde divisé, Paris, DDB, 2014 ; « La structuration interne du catholicisme français : une description sociologique en deux enquêtes successives », Bulletin de littérature ecclésiastique, no 473, janvier-mars 2018, p. 9-37. Pour une présentation plus globale du contexte dans lequel prend place la montée en puissance des catholiques observants, voir mon livre : Une contre-révolution catholique. Aux origines de La Manif pour tous, Paris, Seuil, 2019.

2 Gorce Bernard, « Éducation », La Croix, 21 septembre 2005.

3 Léger Alain, « On le met dans le privé ? Les raisons du choix des familles », L’enseignement privé en Europe (II), coll. « Les Documents de la MRSH de Caen », no 13, Caen, MRSH, avril 2001, p. 141-162.

4 Langouët Gabriel et Léger Alain, Le choix des familles : école publique ou école privée, Paris, Éditions Fabert, 1997 ; Poucet Bruno, Une histoire de l’enseignement privé, Paris, Éditions Fabert, 2009.

5 Verneuil Yves, « Les accords Lang-Cloupet (1992-1993) : une histoire écrite à l’avance ? », Histoire de l’éducation, 131, 2011, p. 51-87.

6 Sobocinski Aurélie, « L’enseignement catholique tourmenté par son succès », lemonde.fr, 10 septembre 2007.

7 Laloux Ludovic, « Catéchèse. Pour comprendre l’histoire récente », L’Homme Nouveau, no 1350, 7 août 2005, p. 9.

8 Bandelier Alain, « Pourquoi l’école catholique ? », Famille Chrétienne, no 1357, 17 janvier 2004, p. 29.

9 Malartre Paul, « De l’école citadelle à l’école carrefour », Revue Projet, vol. 276, no 4, 2003, p. 48-53.

10 Voir le dossier : « L’école catholique et la transmission de la foi », Famille Chrétienne, no 1246, 1er décembre 2001.

11 Raison du Cleuziou Yann, Une contre-révolution catholique…, op. cit., p. 69 sq.

12 Balland Ludivine, « La crise de l’école comme problème public. Luttes de sens autour des transformations scolaires et mise en scène des écarts culturels », Idées économiques et sociales, vol. 190, no 4, 2017, p. 37-45 ; Jacomino Baptiste, « La controverse française sur l’école : essai de cartographie », Le Philosophoire, vol. 33, no 1, 2010, p. 57-70. En documentation sur la construction de la crise : Lurçat Liliane, La destruction de l’enseignement élémentaire et ses penseurs, Paris, F.-X. de Guibert, 1998 ; Lurçat Liliane, Vers une école totalitaire ? L’enfance massifiée à l’école et dans la société, Paris, F.-X. de Guibert, 1998 ; Le Bris Marc, Et vos enfants ne sauront pas lire… ni compter. La faillite obstinée de l’école française, Paris, Stock, 2004 ; Polony Natacha, Nos enfants gâchés. Petit traité sur la fracture générationnelle, Paris, J.-C. Lattès, 2005 ; Brighelli Jean-Paul, La fabrique du crétin. La mort programmée de l’école, Paris, J.-C. Gawsewitch, 2005 ; Champion Christine, La désinformation par l’éducation nationale, Paris, Le Rocher, 2005.

13 Lensel Denis, « L’éducation civique à l’heure du PACS », Famille Chrétienne, no 1182, 7 septembre 2000, p. 14.

14 « Quand l’école marche sur la tête. Débat entre Anne Coffinier, Frédéric Gautier, Fabrice Madouas, Benoît Maisonneuve », La Nef, no 166, décembre 2005, p. 25.

15 Bonnet Yannick, « Préface », dans Philippe Maxence (dir.), Guide des écoles catholiques pas comme les autres, Paris, L’Homme Nouveau, 2005, p. 4-5.

16 Coffinier Anne, « “Créer son école” : une association pour promouvoir le pluralisme scolaire », Libertepolitique.fr, 1er avril 2005.

17 Coffinier Anne, « Multiplier les écoles indépendantes : la solution de l’avenir », dans Philippe Maxence (dir.), Guide des écoles catholiques pas comme les autres, op. cit., p. 162.

18 Maxence Philippe (dir.), Guides des écoles catholiques pas comme les autres, op. cit..

19 Coffinier Anne, « Plaidoyer pour les écoles indépendantes », L’Homme Nouveau, no 1352, 18 septembre 2005, p. 20. Voir aussi Smits Jeanne, « Génération décervelée. Pas d’école à la maison ? », Présent, no 6185, 6 octobre 2006, p. 2.

20 Palmer Susan J., The New Heretics of France. Minority Religions, la République, and the Governement sponsored War on sects, New York, Oxford University Press, 2011, p. 113-114.

21 Rapport d’enquête parlementaire no 3507, 12 décembre 2006. Voir également Ollion Étienne, Raison d’État. Histoire de la lutte contre les sectes en France, Paris, La Découverte, 2017, p. 197-198.

22 Vanneste Christian, « Sur le rapport secte », 19 décembre 2006, [http://vanneste.over-blog.org/article-4946440.html]. Voir aussi Smits Jeanne, « Sectes et école à la maison », Présent, no 6239, 22 décembre 2006, p. 2.

23 Batifoulier Francis (dir.), La protection de l’enfance, Paris, Dunod, 2008, p. 7.

24 Fontaine Rémi, « Écoles familiales : les leçons d’un échec », Présent, no 6280, 21 février 2007, p. 1.

25 Coffinier Anne, « Une Fondation pour l’école », La Nef, no 178, janvier 2007, p. 8-9.

26 Maurot Élodie, « Mgr Cattenoz veut recentrer l’école catholique », La Croix, 28 septembre 2006.

27 « Enseignement catholique “Réformer par le haut”. Entretien avec Mgr Cattenoz », Famille Chrétienne, no 1498, 30 septembre 2006. Voir aussi « L’école catholique doit-elle revoir sa copie ? Entretien avec Mgr Cattenoz », France Catholique, no 3046, 10 novembre 2006, p. 6-11 ; Sureau Denis, « L’école catholique terre de mission », L’Homme Nouveau, no 1380, 14 octobre 2006, p. 1-2 ; Fontaine Rémi, « Le mythe de l’enseignement catholique », Présent, no 6222, 29 novembre 2006.

28 Boutet Thierry, « École catholique (II) : le cri de Mgr Cattenoz sera-t-il entendu ? », Libertépolitique.fr, 20 octobre 2006.

29 « Dossier. Assemblée plénière à Lourdes. Le délicat dossier de l’enseignement catholique », La Croix, 6 novembre 2006.

30 Maurot Élodie, « Le “caractère propre” en débat », La Croix, 8 juin 2007.

31 Cattenoz Jean-Pierre, Une charte pour l’enseignement catholique dans le diocèse d’Avignon, Paris/Les Plans-sur-Bex, Parole et Silence, 2007.

32 « Interview de Mgr Claude Dagens, évêque d’Angoulême : “Reconstruire ce qui est devenu le terrain vague de l’éducation” », La Croix, 29 mars 2007. Dagens Claude (dir.), Pour l’éducation et pour l’école. Des catholiques s’engagent, Paris, Odile Jacob, 2007.

33 Sobocinski Aurélie, « L’enseignement catholique tourmenté par son succès », Le Monde, 10 septembre 2007.

34 Hoffner Anne-Bénédicte, « L’épiscopat résiste aux attaques », La Croix, 29 août 2007.

35 Sauto Martine de, « Paul Malartre, un homme de terrain et de consensus », La Croix, 16 juin 1999.

36 Sobocinski Aurélie, « Eric de Labarre. La tradition sans aucun repli », Le Monde, 30 août 2007.

37 Labarre Éric de, « L’enseignement catholique doit redécouvrir ses espaces de liberté », La Croix, 28 août 2007.

38 Rey Dominique, Urgence éducative – L’école Catholique en débat, Paris, Salvator, 2010.

39 Ibid., p. 217.

40 Béraud Céline, « Les catholiques contre le genre. L’épisode des manuels de SVT », dans Florence Rochefort et al., Normes religieuses et genre, Paris, Armand Colin, coll. « Recherches », 2013, p. 109-122.

41 Christine Boutin est citée dans Rochefort Florence et al., « Enseigner le genre : contre une censure archaïque », Le Monde, 15 juin 2011.

42 Maigre François-Xavier et Besmond de Senneville Loup, « “Théorie du genre” au lycée, la crainte de dérives », La Croix, 19 juillet 2011.

43 Anatrella Tony (dir.), Gender, la controverse, Paris, Pierre Téqui, 2011.

44 Montfort Élisabeth, Le Genre démasqué, Valence, Peuple libre, 2011.

45 « Des députés UMP contestent la notion d’“identité sexuelle” expliquée par certains manuels scolaires », Le Monde, 4 septembre 2011.

46 Madouas Fabrice, « Luc Chatel désavoué », Valeurs Actuelles, no 3912, 17 novembre 2011.

47 Puppinck Gregor, « Une religion nouvelle : l’école du petit père Peillon », libertepolitique.com, 24 mai 2013.

48 Boisson Marie, « Hors-contrat : le choix de la liberté », Le Spectacle du Monde, no 581, 1er septembre 2011.

49 Levet Bérénice, La Théorie du genre ou Le Monde rêvé des anges : l’identité sexuée comme malédiction, Paris, Grasset, 2014.

50 Casali Dimitri, L’Altermanuel d’Histoire de France. Ce que nos enfants n’apprennent plus au collège, Paris, Perrin, 2011.

51 Statut de l’enseignement catholique en France, 1er juin 2013, [https://enseignement-catholique.fr/wp-content/uploads/2016/07/statut-enseignement-catholique-juin-2013.pdf], consulté le 5 novembre 2020.

© Presses universitaires de Rennes, 2022

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search