Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

1re partie. Les enjeux de l'Atlantique et de la Manche

La stratégie du Bomber Command et ses applications en Bretagne (1940-1944)

Roger Huguen

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1L'occupation de la Bretagne à peine achevée, la Kriegsmartne s'empressa de tirer profit de l'atout majeur que constituait pour elle ports et bases navales de cette province dans la Bataille de l'Atlantique, ce qui, en contrepartie, allait provoquer les interventions intensives de l'aviation de bombardement alliée.

  • 1 Bertin (François), Rennes sous l'occupation. Rennes, édit. Ouest-France, p. 14
  • 2 Roba (J.-L.), « Quelques notes sur la Luftwaffe en Bretagne », dans Legrand (Alain) et Le Berre (A (...)
  • 3 Middlebrook (Martin), Everitt (Chris), The Bomber Command war diaries, Penguin Books.
  • 4 Leroux (Roger), Le Morbihan en guerre (1939-1945), édit. Floch (Joseph), p 37 et Estienne (René), (...)

2Auteur du premier bombardement meurtrier qu'eut à subir la Bretagne, celui des trains de la plaine de Baud à Rennes, qui causa la mort de plus de 2 000 personnes (militaires français et britanniques, civils réfugiés de Lisieux) le 17 juin 19401, la Luftwaffe s'installa sur les aérodromes de notre région en vue de l'opération Seelöwe2, c'est-à-dire le débarquement prévu en Angleterre. De la fin 1940 au début 1941, les bombardiers allemands, basés en Bretagne, participèrent au pilonnage des îles Britanniques. Mais la Royal Air Force ne resta pas inactive et ses attaques, dans un premier temps, convergèrent en toute logique, vers les aérodromes et bases aériennes d'où s'envolaient les avions allemands. C'est ainsi que du 17 juillet au 14 août 1940 par exemple, Morlaix-Ploujean, Dinard-Pleurtuit d'où s'élançaient les Heinkel 111, Brest-Guipavas, base des redoutables Focke Wulf 200 Condors, furent bombardés3. Mais la première cité bretonne à subir des bombardements systématiques fut Lorient cela, dès le 22 août 1940, date des premières attaques aériennes de la RAF sur Berlin. Le Bomber Command fit effectuer 25 raids sur Kéroman de septembre 40 à juillet 41, le plus sérieux étant celui du 27 septembre qui dura deux heures et causa de gros dégâts et de nombreuses victimes4. Qu'est-ce qui motivait ces attaques aériennes sur Lorient ?

  • 5 Amiral Dönitz, Dix ans et un jour, Plon, 1959.
  • 6 Leroux (Roger), op. cit., p. 38.
  • 7 Amiral Dönitz, op. cit.

3Ce port breton était devenu, pour Londres, l'un des principaux objectifs à bombarder en France occupée car, dès le 23 juin, l'amiral Dönitz avait décidé d'en faire un repaire pour les U-Boot s'élançant dans l'Atlantique à l'attaque des convois ravitaillant les Iles Britanniques5. Dès le 7 juillet 1940, à 11 heures, le sous-marin U.30 faisait son entrée à Lorient. Pour la Kriegsmarine, cette base présentait de multiples avantages : raccourcissement sensible du trajet jusqu'aux routes maritimes empruntées par la flotte marchande alliée et utilisation d'un arsenal plus performant que les chantiers allemands de la mer du Nord et de la Baltique. En hâte, d'importants travaux furent entrepris à Kéroman afin de recouvrir les formes de radoub de voûtes en ogive à l'épreuve des plus grosses bombes utilisées alors. La firme MAN, des ingénieurs venus d'Helgoland conçurent seize abris et un système inédit pour placer les U-Boot à l'abri dans des alvéoles6. Ce premier programme de construction sera achevé en moins d'une année. Mais cette intense activité ne pouvait rester inaperçue ni des agents de renseignement, parmi lesquels figurait Jacques Stosskopf, ingénieur en chef de lère classe du génie maritime, ni des observations aériennes et les bombardements, essentiellement nocturnes se multiplièrent du 27 septembre à la fin décembre 1940 (38 raids du début octobre à fin décembre). Les dégâts devinrent considérables en ville ; l'arsenal fut touché les 8, 9, 12, 13 et 17 novembre sans que cela ait d'incidences notables sur les activités de la base. D'ailleurs le Bomber Command ne semblait pas disposer, à l'époque, des moyens nécessaires pour contrarier le déroulement des travaux et la RAF paraissait bombarder sans plan cohérent. Cependant, en mars et au début avril 1941, les attaques aériennes atteignirent une violence particulière et touchèrent Kéroman sans toutefois y causer de gros dommages. Les défenses antiaériennes, il est vrai, étaient devenues redoutables depuis février et posaient de sérieux problèmes aux assaillants. De la mi-avril au début mai, on n'enregistra aucune attaque : les travaux en cours à Kéroman ne semblaient pas intéresser outre mesure l'aviation britannique ! Dans la nuit du 6 au 7 mai, les bombardiers lâchèrent une pluie de bombes incendiaires, qui causèrent la mort d'une centaine de Français et d'étrangers, travailleurs de l'Organisation Todt. S'agissait-il d'un changement de tactique visant cette fois les hommes ? Les Anglais attendaient-ils que la base soit achevée pour la détruire ? Dönitz, dans ses Mémoires, déclare que les Anglais commirent une lourde faute « en n'attaquant pas ces abris bétonnés pendant leur construction, alors qu'ils se trouvaient derrière des caissons étanches, c'est-à-dire particulièrement vulnérables »7. Puis ce fut le calme total durant deux mois (mai-juin 41). Les attaques ne devaient reprendre que début juillet et, le 5, Lorient subit son premier bombardement massif aux effets terrifiants. Puis, retour au calme et les Allemands purent lancer un deuxième programme de construction concernant le Bloc III permettant d'accueillir 13 sous-marins sous une double dalle de 3,5 m de béton avec « pièges » à bombes. En effet, les Coastal et Bomber Commands donnaient désormais priorité à Brest comme cible n° 1.

  • 8 Hughes (Terry) et Costello (John), La Bataille de l'Atlantique, Albin Michel.
  • 9 Idem.

4Dès janvier 1941, 53 appareils (Hampden, Wellington et Whitley) y avaient attaqué des unités navales de la Kriegsmarine malgré une Flak déjà redoutable. Dans cette phase initiale de la guerre, l'amiral Raeder avait décidé d'engager des unités de surface contre les convois. En novembre 1940, le cuirassé de poche Admiral Scheer appareilla, suivi, en décembre, du croiseur lourd Admirai Hipper, pour une campagne fructueuse dans l'Atlantique prolongée le long des côtes d'Afrique orientale8. Le Hipper, après avoir coulé 7 navires du convoi SLS 65 venant de la Sierra Leone sans escorte, vint s'amarrer à Brest le 13 février 1941. La RAF continuait de bombarder le port et menaçait ainsi le croiseur lourd que l'amiral Raeder décida de rappeler à Kiel où il arriva le 23 mars 1941. Le chef de la Kriegsmarine était fort satisfait des succès remportés par ses unités de surface et du trouble jeté dans la stratégie de l'Amirauté. Si bien qu'en février 1941, il décida de renouveler l'opération avec, cette fois, la participation des cuirassés rapides Scharnhorst et Gneisenau, placés sous le commandement de l'amiral Lutjens9. Le 22 mars, les deux navires vinrent accoster au quai de Laninon à l'issue d'un périple au cours duquel ils avaient coulé 115 000 tonnes de navires et perturbé sérieusement l'organisation des convois. Ayant sévi non loin de Terre Neuve, ils provoquèrent une certaine appréhension côté américain ce qui eut le don de faciliter le vote du Congrès, puis la signature par Roo- sevelt de l'importante loi « Prêt-Bail ».

5Réfugiés dans le port de l'Iroise, les navires furent l'objet d'attaques aériennes incessantes afin d'empêcher à tout prix leur réutilisation en Atlantique. Or, il s'agissait de cibles difficiles à atteindre, fortement défendues par une Flak d'une puissance exceptionnnelle, bien camouflées par des filets, dissimulées par des émissions de fumigènes et protégées par des pare-torpilles sans compter les Me 109 du II/JG2 transférés à Brest en protection diurne et du I/JG2 déjà basé à Guipavas.

  • 10 Middlebrook (Martin), op. cit.

6S'inspirant des déclarations du Premier Ministre, une directive du ministère de l'Air, en date du 9 mars 41, accordait priorité absolue aux objectifs impliqués dans la Bataille de l'Atlantique : sous-marins basés à Lorient et Saint-Nazaire, FW 200 de Mérignac et de Norvège, chantiers de construction, usines produisant des composants de submersibles et, enfin, un additif concernait le Scharnhorst et le Gneisenau à Brest10. Mais comme c'est souvent le cas, les faits avaient précédé les directives. Parmi les nombreux raids effectués sur la ville par les Coastal et Bomber Commands, on peut signaler ceux du 30-31 mars 1941 effectués par 109 avions, du 3-4 avril par 90 avions et de la nuit suivante (54 avions) au cours duquel une bombe de 100 kg tomba dans la cale sèche où se trouvait le Gneisenau. Pour désamorcer l'engin, les Allemands durent retirer le cuirassé de la cale. Aussi, le 6 avril, put-il être touché par une torpille lancée par un Beaufort. Dans la nuit du 10 au 11 avril, le Gneisenau lut à nouveau atteint et mis hors de combat pour près d'un an. Quant au Scharnhorst, bien que sorti indemme de ces attaques, sa remise en état fut retardée à cause des dégâts infligés aux installations portuaires (6 bombardements du 12 avril au 8 mai 1941 réalisés par un total de 370 appareils).

  • 11 Idem et Thomas (G.-M.) - Le Grand (Alain), 1939-1945 Finistère, édit. de la Cité, 1987.

7Le croiseur de bataille Prinz Eugen vint les rejoindre dans les eaux brestoises le 2 juin 1941. Lors du combat fatal que le Bismarck avait livré le 27 mai, le navire allemand était parvenu à s'échapper pour venir se réfugier à Brest. C'était la fin du rêve de Raeder de constituer une force de puissants navires de surface en vue d'interrompre les convois transatlantiques. Cependant les trois grandes unités navales ancrées à Laninon, allaient constituer autant de cibles de choix pour le Bomber Command. Dans la nuit du 1er au 2 juillet, 52 Wellington déclenchèrent une attaque audacieuse au cours de laquelle l'un des appareils, piloté par un Tchèque et appartenant au 311 Squadron, toucha le navire et, désemparé, vint s'écraser le long du Prinz Eugen lui causant d'importants dégâts et une soixantaine de morts parmi l'équipage11.

8Malgré tous ces efforts, la RAF n'était pas parvenue à ses fins. La preuve : le 21 juillet, le Scharnhorst quittait Brest pour La Pallice dans le but d'effectuer des exercices. Mal lui en prit puisque, au cours de son escapade, il fut attaqué par 15 Halifax et 5 coups au but furent enregistrés. Il put quand même rentrer seul à Brest malgré les milliers de tonnes d'eau embarquées et dut rester au port quatre mois pour réparation.

  • 12 Voir l'étude de Roba (J.-L.) déjà citée.
  • 13 Garrett (Richard), Scharnhorst and Gneisenau, The Elusive Sisters, David et Charles et Hippocrene (...)
  • 14 Pichavant (René), Clandestins de l'Iroise (1940-1942), édit. Morgane, p. 256 et suiv. et amiral Ph (...)
  • 15 La Bataille de l'Atlantique, op. cit., p. 240.
  • 16 Middlebrook (Martin), op. cit.

9En ce qui concerne ses deux compagnons, ils subirent, le 24 juillet, une attaque de jour menée selon un dispositif nouveau impliquant la participation inédite de trois B.17, « Forteresses Volantes » destinées à attirer prématurément la chasse allemande du I/JG2 de Guipavas. Ce fut l'un des bombardements les plus violents qu'eurent à subir les Brestois et le raid dura de 14 heures à 16 h 30, avec, pour résultats, de nombreux morts (78) et de gros dégâts en ville (50 immeubles détruits). La Luftwaffe ne fut pas totalement dupe face à cette nouvelle stratégie adoptée par la RAF et ses chasseurs abattirent 12 bombardiers (pertes les plus élevées enregistrées au- dessus de Brest) contre 6 Messerschmitt Bf 109 détruits et 5 pilotes chevronnés tués. Conséquence de ce taux jugé trop élevé de pertes : le Bomber Command ne donna pas suite à cette expérience d'attaque diurne12 sans pour cela interrompre les raids nocturnes au cours desquels, à partir du 7-8 décembre, les bombardiers utilisèrent le système radio-électrique de guidage sur l'objectif dit Oboe cela, par l'intermédiaire des Pathfinders (avions éclaireurs). Les cibles étaient toujours difficiles à repérer à cause des écrans de fumée artificielle déployés par la défense antiaérienne et, le 11 février 1942, la Kriegsmarine déclencha l'opération Cerberus, c'est-à-dire l'appareillage des trois navires pour leur retour de conserve en Allemagne13. En dépit des avertissements réitérés, tant du lieutenant de Vaisseau Philippon, alias Hilarion, du Réseau CND de Rémy que d'Alaterre du Réseau Johnny14, la surprise fut totale et les Allemands profitèrent au maximum des conditions météorologiques qui permirent aux trois bateaux de gagner leurs ports d'attache, le Gneisenau et le Scharnhorst étant cependant endommagés par des mines. Considérée comme un affront par les Anglais, la réussite de cette opération constitua une victoire tactique, mais aussi une défaite stratégique car ces trois vaisseaux abandonnaient la zone atlantique où ils avaient longtemps constitué un énorme danger pour la Royal Navy15. C'est avec soulagement que les Brestois constatèrent le départ de ces monstres d'acier qui avaient été la cause de tant de tourments : morts civils et destructions d'édifices. La RAF avait lancé 3 413 tonnes de bombes durant les mois précédents et perdu quelque 127 appareils16.

10Les Britanniques allaient pouvoir concentrer leurs efforts contre les U- Boot basés en France cela, au moment précis où les premiers soldats américains arrivaient en convois en Irlande du Nord et où Dönitz lançait l'opération Paukenschlag : offensive dirigée contre les navires américains le long des côtes de Floride et du golfe du Mexique, menace directe pour l'approvisionnement des Britanniques en carburant.

11Les reconnaissances aériennes et les informations transmises par les réseaux de la Résistance avaient révélé la poursuite de la construction d'énormes abris confiée à l'organisation Todt. Après Lorient, ces travaux concernaient Saint-Nazaire où s'édifiait un abri pouvant contenir 26 U-Boot.

  • 17 La Bataille de l'Atlantique, op. cit.

12À la grande surprise du nouveau chef du Coastal Command, le maréchal de l'air Sir Philip Joubert de la Ferté, la requête du Comité de Bataille de l'Atlantique qui tombait sous le sens, fut farouchement repoussé par le Bomber Command, convaincu que les usines et les chantiers de construction du Reich constituaient des objectifs beaucoup plus intéressants à bombarder. Ce en quoi il se trompait lourdement. En mai 1943, après 18 000 sorties, 33 000 tonnes de bombes lancées, 882 bombardiers sacrifiés avec leurs équipages, on n'était pas parvenu à empêcher un seul U-Boot d'entrer en service17. Et quand les bombardements lourds purent enfin commencer sur les bases sous-marines et être doublés grâce à l'intervention de la 8e US Air Force, au début de 1942, les U-Boot se retrouvaient intacts à l'abri dans leurs alvéoles terminées.

  • 18 La guerre aérienne en Europe, Time-Life, p. 88-89.
  • 19 « Les RKT de la chasse allemande » par Obermaier (Ernst), « Historique du JG2 (1943) » par Milch ( (...)
  • 20 Roy (Bernard), Les grandes heures de Nantes et Saint-Nazaire.

13À Saint-Nazaire, les attaques aériennes commencèrent dès février 41 mais c'est au début de 1942 que se multiplièrent les bombardements massifs. À partir du 9 novembre, les B 17 et B 24 Liberator de l'US Air Force, appliquaient la tactique expérimentée sur Lorient le 21 octobre : bombardement effectué de jour à haute altitude pour éviter la Flak, utilisation du viseur Norden, sophistiqué pour l'époque, formations défensives mises au point par le Colonel Le May pour repousser la chasse ennemie18. Pour la première fois, ils se heurtèrent aux 75 batteries de Flak dont 50 canons de 88 mm d'une précision redoutable, de Saint-Nazaire qu'ils baptisèrent « Flak-City ». Des bombes tombèrent dans le périmètre portuaire et sur une tranchée abri faisant 150 victimes parmi les professeurs et les élèves de l'École d'apprentissage. Le 23 novembre 1942, pour la 5e mission de cette ingrate campagne lancée contre les abris des U-Boot, les bombardiers américains eurent à faire aux Focke-Wulf 190 du III/JG2 de Vannes, commandés par l'Obt. Egon Mayer. Ce dernier avait expérimenté des attaques frontales contre les B 17 et, ce jour-là, il abattit personnellement 3 quadrimoteurs sur les 4 perdus par cette formation de 36 appareils, soit 12 % de pertes !19 1942 s'achevait pour les Nazairiens qui avaient dû subir 19 bombardements ayant causé 389 morts et 475 blessés et des dommages tels que, début 43, il fut décidé d'évacuer la ville en direction de localités du Maine- et-Loire20.

  • 21 La Bataille de l'Atlantique, op. cit., p. 240.

14Le 4 novembre 1942 eut lieu la première réunion du Comité de guerre sous-marine. Alors que le Coastal Command réclamait une dotation en avions à long rayon d'action, du type B 24, afin de combler le « trou aveugle » situé au centre de l'Atlantique Nord où les sous-marins causaient de lourdes pertes aux convois, le maréchal de l'air Harris, chef du Bomber Command depuis le 22 février 42, développa sa thèse favorite consistant à soutenir que les attaques opérées contre les usines Diesel Man d’Augsbourg, les ateliers Deutz à Cologne et les chantiers navals de Hambourg et de la Weser, suffiraient à provoquer un ralentissement dans le programme de construction des U-Boot pouvant aller jusqu'à six mois21. Or, les faits ne devaient pas confirmer, loin s'en faut, ces vues optimistes teintées d'un brin de suffisance. De plus, Harris était un adepte des attaques de grande envergure, du genre « tapis de bombes », plutôt que des raids dits de précision. Lübeck en fit la douloureuse expérience dans la nuit du 28 au 29 mars, puis Cologne (nuit du 30 au 31 mai) qui brûla durant une semaine et Brême (26-27 juin), en attendant Hambourg et, pour finir, Dresde, de sinistre mémoire.

15Le 19 janvier 1943 se tint, au plus haut niveau, la Conférence de Casablanca. Le danger que présentaient les sous-marins fut, une nouvelle fois, mis en évidence car l'automne 42 avait été catastrophique pour les Alliés à cause des pertes sévères infligées aux convois (en moyenne 500 000 tonnes par mois). À ce moment précis de la guerre, la Bataille de l'Atlantique apparaissait comme la clé fondamentale de toutes les opérations futures. Il fallait à tout prix agir efficacement contre la flotte de 400 sous-marins dont la moitié était engagée en permanence dans l'Atlantique Nord.

  • 22 Middlebrook (Martin), op. cit.

16Le 14 janvier 1943, fut publiée une nouvelle directive dont l'un des aspects, assez surprenant, consistait à faire appliquer la tactique de l'Area Bomb, du tapis de bombes, aux bases sous-marines de la côte Atlantique. Plus précisément, on donnait l'ordre au Bomber Command de dévaster les zones où étaient basés les sous-marins, leur service d'entretien, leur approvisionnement en énergie, en eau, en moyens de communication dont dépendait leur mise en service. L'ordre de priorité incluait les bases suivantes : Lorient, Saint-Nazaire, Brest et La Pallice ; l'opération initiale allait concerner Lorient. L'historien britannique Martin Middlebrook peut s'étonner de ce choix qui allait aboutir à l'écrasement délibéré des villes françaises aux dépens d'attaques précises ponctuelles sur les bases d'U-Boot qui selon lui, se seraient avérées beaucoup plus efficaces notamment durant la période vulnérable de construction au cours de laquelle elles n'eurent à supporter aucune attaque sérieuse22. C'est ainsi que fut scellé le sort de Lorient et de Saint-Nazaire vouées à l'anéantissement puisque les décisions, prises à Casablanca, privilégiaient la lutte anti-sous-marine, alors que les trois mois à venir seraient les plus tranquilles de la guerre pour les villes allemandes.

17Presqu'au même moment, soit le 30 janvier 1943, l'amiral Dönitz était nommé à la tête de toute la marine allemande, Hitler ayant enfin compris toute l'importance des U-Boot pour la suite du conflit.

18Les décisions de Casablanca furent mises en application sur le champ et on décida, entre Anglais et Américains, de se « partager le travail » ; les Américains bombarderaient le jour, les Anglais la nuit.

19Début en fanfare dans la nuit de 14 au 15 janvier 43, de 0 h 55 à 2 h 28, au milieu du feu d'artifice provoqué par les fusées éclairantes, Lorient reçut 10 000 bombes incendiaires lancées en alternance avec les bombes explosives de 122 appareils. Résultats : immense incendie que les pompiers de Auray, de Quimper, Vannes et Pontivy, appelés en renfort, ne parvinrent pas à maîtriser. 120 immeubles furent détruits et 12 habitants tués. Il s'agissait de la première des huit area attacks lancées contre le port breton. Les suivantes eurent lieu le 15 janvier, dans la soirée au cours de laquelle 20 000 bombes incendiaires provoquèrent un gigantesque incendie qui dura 48 heures (900 maisons détruites dont de nombreux édifices publics et 14 victimes). La vie était devenue impossible dans la cité morbihannaise, mais les autorités allemandes s'opposaient, non sans arrière-pensée, à l'évacuation totale préconisée par l'administration civile. L'occupant escomptait une réticence des Alliés à bombarder une ville encore occupée par des civils. Ces calculs furent déjoués : le 23 janvier Lorient subit un double bombardement, un en début d'après-midi et un autre en soirée. D'autres attaques suivirent, notamment le 29 janvier, la nuit du 4 au 5 février et elles devinrent de plus en plus violentes et massives ; les trois quarts de la ville étaient en ruines et l'arrêté d'évacuation fut signé par le préfet le 3 février 43, ne faisant qu'officialiser une réalité. Dans la nuit du 7 au 8 février, après un bon balisage des avions éclaireurs, 323 avions, en deux vagues, effectuèrent une attaque dévastatrice. Mais le pire restait à venir avec la nuit du 13 au 14 février et le plus fort bombardement réalisé sur Lorient de toute la guerre. 466 bombardiers lourds lancèrent, pour la première fois, 1 000 tonnes de bombes sur une seule cible causant une fois de plus des dégâts considérables dans une ville terriblement meurtrie. Le soir du 16 février, une dernière grande attaque fut lancée par 377 avions, essentiellement à l'aide de bombes incendiaires.

20Aussi, à cette date, en huit area raids, le Bomber Command avait dirigé 1 853 avions sur Lorient dont 1 675 avaient effectivement lancé 4 000 tonnes de bombes sur la ville. Leurs pertes s'élevaient à 24 appareils soit 1,3 pour cent des forces engagées ce qui est relativement faible par rapport à celles subies lors des raids sur l'Allemagne.

  • 23 Leroux (Roger), op. cit.

21Alors que désertée par sa population, Lorient était totalement en ruines, les ouvrages bétonnés restaient en parfait état de fonctionnement. Selon l'historien lorientais Roger Leroux23, toutes les installations non protégées avaient disparu. Des pontons (« Psyché », « Lamartinière ») avaient coulé et les Allemands durent tout concentrer à Kéroman. Si les bombardements n'avaient eu guère d'influence sur les réparations des U-Boot, le manque d'ouvriers avait sensiblement ralenti les travaux poursuivis sur la base.

22Cependant le calvaire de Lorient n'était pas achevé car, après les huit raids dévastateurs du Bomber Command suivirent ceux menés par la 8e Armée de l'Air américaine, opérant de jour avec une montée en puissance spectaculaire.

23En attendant, ce fut au tour de Saint-Nazaire de supporter l'effet des vagues des bombardiers quadrimoteurs. C'était, en effet, la seconde cible déterminée par la directive du ministère de l'Air en janvier 43.

  • 24 Roy (Bernard), op. cit.

24Pour les Nazairiens, l'épreuve commença au cours d'une radieuse soirée dominicale le 28 février 43, avec un redoutable mélange de bombes incendiaires de tous les modèles et de bombes explosives à effet soufflant lancées par une flotte de 437 appareils. La cité et les villages voisins s'enflammèrent soudainement, 600 foyers d'incendie éclatant simultanément détruisant 60 % des immeubles et faisant 30 morts à Saint-Nazaire même, total relativement faible car la ville avait été pratiquement évacuée24. Nouvelle attaque le 22 mars par 327 avions qui bénéficièrent d'un marquage précis des Pathfinders (avions éclaireurs) et lancèrent l'essentiel de leurs bombes sur la zone portuaire de la Loire. Idem le 28 mars avec utilisation, cette fois, du système Oboe (radio-localisation) pour repérer l'objectif et emploi de bombes à retardement. Après un dernier raid mixte Saint-Nazaire-Lorient le 2 avril, le Bomber Command « passa le relais » aux Américains.

25L'US 8th Air Force avait expérimenté une attaque diurne menée à relativement basse altitude (5 300 m) sur Lorient le 21 octobre 1942. Les résultats constatés (5 coups au but sur les abris pour 30 bombes d'une tonne lancées et des ateliers anéantis) encouragèrent Ira Eaker, commandant la 8e Armée, à persévérer dans cette tactique qui avait cependant l'inconvénient d'exposer les B 17, sans escorte, aux attaques de chasseurs FW 190 du Jagdeschwader 2. Ces derniers surgissaient par l'arrière de la formation des quadrimoteurs et abattaient les appareils mal intégrés au dispositif défensif (3 B 17 abattus ce jour-là).

26Le 6 mars 1943, à 14 h 35, commença la série de bombardements diurnes d'anéantissement sur Lorient avec emploi de bombes de gros calibres dont l'une parviendra à percer la voûte de béton de l'abri n° 11. Idem le 16 avril au cours duquel le croiseur De Grasse, en construction, fut atteint. Le 16 mai : attaque massive avec lancer de 300 bombes lourdes par 150 avions et, le 29 mai : dernier bombardement. Ces ultimes raids furent précédés d'un jet de tracts invitant les derniers civils irréductibles à quitter la ville...ou ce qu'il en reste !

  • 25 Amiral Dönitz, op. cit.

27Lorient et Saint-Nazaire étaient désormais considérées comme totalement détruites et vidées de leurs habitants. Mais, stratégiquement, les résultats de ces attaques massives s'avéraient décevants et l'amiral Dönitz pouvait remarquer, avec quelque ironie : « ...les villes de Saint-Nazaire et Lorient ont été littéralement effacées de la carte à cause des bases sous- marines qu'elles abritent. Pas un chien n'y survit. Il n'y reste plus rien...que les abris des sous-marins »25. Désormais l'effort des forces aériennes de bombardement alliées pouvaient se porter essentiellement sur le Reich.

  • 26 La Bataille de l'Atlantique, op. cit., p. 310.

28Cependant, il restait deux objectifs sur la liste du ministère de l'Air : Brest et La Pallice. Ils furent épargnés quand la campagne contre les abris de sous-marins fut abandonnée et que l'on se rendit enfin compte qu'elle causait peu de mal aux Allemands. Une autre offensive, lancée cette fois contre les chantiers de construction des U-Boot et les ports allemands ne donna pas non plus les résultats escomptés (880 bombardiers perdus pour, fin 1943, un déficit d'environ 20 U-Boot par rapport aux prévisions). Ce n'est que le bombardement ininterrompu des voies de communication fluviales du Reich utilisées pour le transport des grands tronçons de l'U-Boot préfabriqués à l'intérieur du pays qui permit d'obtenir un retard significatif dans la construction des types XXI et XXIII (Walter), ceux de la nouvelle génération, attendus fin 44, et qui auraient pu poser de redoutables problèmes aux convois alliés26.

29En dehors de ces bombardements liés directement à la Bataille de l'Atlantique, la Bretagne eut à subir d'autres raids importants. Rappelons pour mémoire :

  • celui de Morlaix, le 29 janvier 1943, effectué par 12 Boston de la RAF avec, pour objectif, la voie ferrée Paris-Brest et, en particulier, le seul viaduc enjambant une ville. On ne sait par quelle aberration l'ordre fut donné de détruire un tel ouvrage d'art et, si le tablier fut bien en partie détruit, des bombes tombèrent sur une école maternelle faisant 36 victimes parmi les enfants et tuant leur maîtresse. C'était payer cher une interruption de 48 heures !
  • ceux de Rennes, les 18 et 26 février 1943, visant un dépôt de la Kriegsmarine, réalisés par des B 17 de l'US Air Force avec une précision et une efficacité qui impressionnèrent les Rennais. Mais, le 8 mars, la gare de triage était visée car elle était censée approvisionner les bases sous-marines. Le brigadier général Hansell voulut assister, à bord d'un B 17, à ce qui devait constituer une attaque modèle avec largage de bombes synchronisé par le chef de groupe agissant selon les instructions du bombardier leader27 Les installations et voies ferrées furent bien atteintes mais, situées au cœur de la cité, il était fatal que des projectiles atteignissent aussi des habitations notamment rue Saint-Hélier, faisant de nombreuses victimes (173)28. Une nouvelle attaque du même type fut effectuée le 29 mai (220 morts) ;
  • ceux de Nantes les 16 et 23 septembre 1943 particulièrement meurtriers. Dans la mémoire des Nantais, ce mois de septembre 43 revêtit un caractère particulièrement sinistre. Le premier bombardement massif eut lieu en pleine après-midi. Les bombardiers américains visaient les installations industrielles situées dans la zone portuaire. Les bombes furent larguées prématurément écrasant le centre ville, bilan : plus de 400 immeubles détruits et 1 100 civils tués ! Ne tirant apparemment aucune leçon de cet échec, les appareils revinrent le 23 et, en deux vagues, une le matin, l'autre le soir, renouvelèrent l'erreur initiale et parachevèrent la destruction du centre commercial29 ;
  • celui de Bruz, difficilement explicable. Dans le cadre de la campagne de préparation du jour J, la base aérienne de Rennes-Saint-Jacques et le dépôt de munitions des Ormeaux furent l'objet d'une attaque aérienne (nuit du 7 au 8 mai 44). Malheureusement, les 55 Lancaster du Group 1 (unité d'élite) furent incapables de localiser correctement leur objectif et lâchèrent 250 tonnes de bombes sur le petit bourg de Bruz, faisant 183 victimes. Le 27 mai, le Group 8 récidiva et atteignit cette fois l'objectif30.

30Après le débarquement, Rennes, nœud ferroviaire d'importance stratégique, subit à nouveau plusieurs attaques meurtrières : 9 juin (plus de 100 morts), 12 juin (180 victimes), 18 juin (très destructeurs mais peu de victimes cette fois car les habitants s'étaient réfugiés dans les abris, enfin 17 juillet (hôpital psychiatrique de St-Méen touché : 100 morts).

  • 31 Idem.

31Enfin, pendant les combats de la Libération, le Bomber Command intervint sur l'île de Cézembre au large de Saint-Malo le 31 août 44 (165 Halifax des 6 et 5 Groups) et, ultime raid sur la base sous-marine de Brest abritant le 9e Unterseebooteflotille le 5 août 44, au cours duquel les Lancaster du Squadron 617 (celui des « Briseurs de barrages ») enregistrèrent 6 coups au but par des Tallboys de 10 tonnes, parvenant enfin à percer l'impressionnante voûte bétonnée des abris31. Mais ce succès, remporté peu de temps avant la reddition de Brest, ne revêtait plus qu'une importance symbolique encore que cela donna l'occasion à des spécialistes du Bomber Command de constater, de visu, les effets spectaculaires des projectiles que la RAF allait utiliser contre les bases allemandes et norvégiennes.

32Ainsi la Bretagne constitue, très tôt, une cible privilégiée pour le Bomber Command, ses ports et ses bases navales utilisées par la Kriegsmarine revêtaient une importance primordiale pour la Bataille de l'Atlantique. Si les attaques aériennes menées sur Brest aboutirent, au prix d'un nombre important d'appareils, de victimes civiles et de destructions urbaines, à la destruction de grosses unités de surface, celles visant les bases sous-marines de Lorient et de Saint-Nazaire n'eurent stratégiquement que peu d'impact, car mal adaptées à la nature des objectifs. Finalement, quand les plus hautes autorités ordonnèrent la destruction des bases d'U-Boot dans le cadre de l'offensive anti sous-marine intensifiée dans l'Atlantique, Arthur Harris fit expérimenter sur les ports bretons, à défaut de pouvoir atteindre avec précision les objectifs militaires, la technique du « tapis de bombes » avec emploi massif d'engins incendiaires. Cela devait aboutir à l'anéantissement quasi total des cités armoricaines concernées. Devant les résultats obtenus, significatifs à ses yeux, il allait étendre dans les derniers mois de la guerre, ce type de bombardement particulièrement destructeur, aux principales villes allemandes jusqu'à celui de Dresde en février 1945.

Notes

1 Bertin (François), Rennes sous l'occupation. Rennes, édit. Ouest-France, p. 14

2 Roba (J.-L.), « Quelques notes sur la Luftwaffe en Bretagne », dans Legrand (Alain) et Le Berre (Alain), La Bretagne à l'épreuve, édit. Doualan, page 343 et suivantes.

3 Middlebrook (Martin), Everitt (Chris), The Bomber Command war diaries, Penguin Books.

4 Leroux (Roger), Le Morbihan en guerre (1939-1945), édit. Floch (Joseph), p 37 et Estienne (René), « Reconstruire Lorient », Ar Men, n° 53, p. 12 et suivantes.

5 Amiral Dönitz, Dix ans et un jour, Plon, 1959.

6 Leroux (Roger), op. cit., p. 38.

7 Amiral Dönitz, op. cit.

8 Hughes (Terry) et Costello (John), La Bataille de l'Atlantique, Albin Michel.

9 Idem.

10 Middlebrook (Martin), op. cit.

11 Idem et Thomas (G.-M.) - Le Grand (Alain), 1939-1945 Finistère, édit. de la Cité, 1987.

12 Voir l'étude de Roba (J.-L.) déjà citée.

13 Garrett (Richard), Scharnhorst and Gneisenau, The Elusive Sisters, David et Charles et Hippocrene Books.

14 Pichavant (René), Clandestins de l'Iroise (1940-1942), édit. Morgane, p. 256 et suiv. et amiral Philippon, Le Blocus du Scharnhorst et du Gneisenau, édit. France-Empire.

15 La Bataille de l'Atlantique, op. cit., p. 240.

16 Middlebrook (Martin), op. cit.

17 La Bataille de l'Atlantique, op. cit.

18 La guerre aérienne en Europe, Time-Life, p. 88-89.

19 « Les RKT de la chasse allemande » par Obermaier (Ernst), « Historique du JG2 (1943) » par Milch (Erich), extraits communiqués par Roba. (J.-L.), Freeman (Roger A.), The Mighty Eighth (A History of the US 8th Air Force), p. 20.

20 Roy (Bernard), Les grandes heures de Nantes et Saint-Nazaire.

21 La Bataille de l'Atlantique, op. cit., p. 240.

22 Middlebrook (Martin), op. cit.

23 Leroux (Roger), op. cit.

24 Roy (Bernard), op. cit.

25 Amiral Dönitz, op. cit.

26 La Bataille de l'Atlantique, op. cit., p. 310.

27 Freeman (Roger A.), op. cit., p. 27.

28 Bertin (François), op. cit.

29 Caillaud (Paul), Les Nantais sous les bombardements (1941-1944), Aux Portes du large édit., 1947 et Douart (Georges), Les Civils sous l'occupation - Nantes dans la guerre, édit. Hérault, 1993.

30 Middlebrook (Martin), op. cit.

31 Idem.

Auteur

Ancien professeur au lycée E. Renan de Saint-Brieuc, correspondant IHTP des Côtes-d'Armor

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540