Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

1re partie. Les enjeux de l'Atlantique et de la Manche

Les projets et opérations militaires alliés sur la Bretagne lors de la Deuxième Guerre mondiale

Michel Guillou

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Si la Bretagne ne fut pas au cœur de grandes batailles en ligne, il n'en reste pas moins que son rôle dans le conflit 39/45 fut loin d'être modeste. Sa position à l'extrémité de l'Europe et la distance relativement courte avec les côtes anglaises l'amena à être très rapidement un sujet d'intérêt pour les stratèges alliés. La découverte en 1992 d'une opération militaire combinée à petite échelle, contre le sémaphore de Plouézec près de Paimpol dans les Côtes- du-Nord, a permis de mettre à jour les intentions militaires alliées en matière de raid sur la Bretagne dans la première moitié du conflit. Nous allons, en développant quelques exemples sur ce département, suivre l'évolution de cette stratégie britannique au travers de la Manche. La Bretagne se présenta également, tout au long du conflit, comme une plaque tournante pour l'évasion, la récupération et la dépose d'agents par voie maritime.

2Avec la stagnation des armées alliées dans la tête de pont normande à l'été 1944, les stratèges pensèrent de nouveau à la Bretagne en planifiant plusieurs grandes opérations destinées à faciliter la prise des ports bretons, élément logistique essentiel pour le ravitaillement des troupes américaines et déterminant dans le processus de reconquête de l'Europe.

Genèse d'une structure nouvelle

3Pour assurer ces opérations combinées offensives, les raids, il était nécessaire de forger des moyens nouveaux : un élément de réflexion et de planification, la direction des Opérations Combinées, une force pour les petits raids, la Small Scale Raiding Force, un personnel spécialement entraîné, les commandos. La mise en place de tels moyens ne fut possible que par l'impulsion donnée par des hommes comme Winston Churchill ou Lord Mountbatten. En effet, les militaires à l'esprit conventionnel voyaient d'un très mauvais œil ces opérations à la philosophie un peu particulière.

La direction des Opérations Combinées

4Une opération combinée est une opération dans laquelle deux (ou plus) services prennent pied, par un assaut par mer ou parachutage, sur le territoire ennemi.

  • 1 Messenger (C.), The commandos 1940-1946, Londres, éditions William Kimber, 1985.

5Déjà en 1937, le général Ronald Adam et l'amiral Cunningham créèrent un petit service nommé ISTDC (Inter Service Training and Developement Center) composé d'un représentant de chaque arme1. Mais faute de moyens celui-ci tournait au ralenti, rédigeant surtout de nombreuses notes sur l'art de la guerre amphibie. Son activité déclina peu après l'entrée en guerre. La naissance d'autres services et l'urgence de la situation nécessitaient d'envisager deux sortes d'opérations, les régulières et les irrégulières, le tout devant apparaître sous une seule appellation : « opérations offensives » directement placées sous le commandement des chefs d'états- majors avec pour zone d'opérations : Norvège, Hollande, Belgique, France.

  • 2 Churchill (W.), Mémoires sur la Deuxième Guerre mondiale, tome II : l'heure tragique mai-décembre (...)

6Le 12 juin 1940, le général Bourne, du corps des Royals Marines, fut temporairement chargé du commandement de ces opérations offensives avec pour directive : « l'objet des raids sera d'harasser l'ennemi, de lui faire disperser ses forces et de créer des dommages matériels sur la côte depuis la Norvège jusqu'à la frontière espagnole ». Churchill2, pour renforcer le rôle de ce service, souhaita nommer un militaire de haut rang à sa tête, ainsi, le 17 juillet 1940, l'amiral de la flotte Sir Roger Keyes, qui s'était brillamment illustré dans une action de style commando à Zeebrugge durant la Première Guerre mondiale, prit le poste de directeur des Opérations Combinées avec pour adjoint le général Bourne.

  • 3 Churchill (W.), op. cit.

7Le 27 octobre 1941, un changement important intervint à la tête de cette direction. Keyes laissa son poste au capitaine Lord Louis Mountbatten car il ne pouvait convaincre suffisamment le cabinet de guerre et les chefs d'états- majors dans les décisions et l'application de ses méthodes. Winston Churchill avait appelé ce cousin du roi pour insuffler un nouveau dynamisme, sa jeunesse (42 ans) et son courage devant s'imposer selon lui3.

8Le 18 mars 1942, afin de donner plus de poids à la stratégie amphibie, qui était appelée à prendre une importance de plus en plus grande dans le déroulement de la guerre, Mountbatten fut élevé au grade de vice-amiral chef des Opérations Combinées. Il reçut également des grades honoraires dans les autres armes pour pouvoir traiter d'égal à égal avec ses partenaires de la Royal Air Force et de l'armée de terre. Mountbatten laissa sa place en octobre 1943 au général Robert Laycock pour prendre le commandement du théâtre d'opérations de l'Asie du Sud-Est, une page de l'histoire des opérations combinées était tournée.

9Dès la mi-43, les responsables de la direction des Opérations Combinées commencèrent à penser au futur grand débarquement et non plus seulement aux raids. La structure COSSAC (plus tard le SHAEF), mise en place à cet effet, lui demanda de préparer des missions secrètes de reconnaissance, exécutées par les nageurs des unités COPP's sur les plages normandes. Lors de ces missions, des raids de diversion pour camoufler à l'ennemi les intentions alliées furent prévus. Il s'agissait des raids « Hardtack » ou « cover raids », la plupart effectués par les commandos français sur les côtes du nord de la France.

Une force pour les petits raids

10À la fin décembre 1940, un accord informel fut conclu entre le SOE, chargé de la guerre subversive, et la direction des Opérations Combinées. Il prévoyait que le SOE organiserait les petits raids (jusqu'à 30 hommes) contre les territoires occupés tandis que les Opérations Combinées organiseraient les autres raids. Dans la pratique, cet accord resta lettre morte puisque les Opérations Combinées organisèrent toutes les opérations amphibies sur les côtes tenues par l'ennemi. Toutefois, le SOE créa au sein de sa section M une petite force amphibie.

11La concurrence entre les deux services fut importante en 1941 mais la nécessité d'optimiser l'action contre l'ennemi obligea le 9 janvier 1942 à la mise en commun des moyens tant humains que matériels. Ce nouvel organisme, la SSRF, la Small Scale Raiding Force, — ayant pour nom de code « 62 commando » — était sous la tutelle du SOE auquel elle appartenait, mais son fonctionnement opérationnel restait sous l'égide de la direction des Opérations Combinées. Au début, l'effectif était d'environ une trentaine d'hommes. Le premier raid opérationnel de cette force fut mené dans la nuit du 14 au 15 août 1942 près du cap Barfleur. Quelques éléments de la SSRF participèrent avec les agents du SOE au raid de Dieppe pour saisir des documents importants et essayer de récupérer un nouveau masque à gaz mis au point par les Allemands que les Anglais pensaient révolutionnaire.

12L'échec du raid « Aquatint », en septembre 1942, avec la perte de 11 hommes sur la plage de Saint-Laurent-sur-Mer qui deviendra tristement célèbre en juin 1944 sous le nom d'Omaha la sanglante, porta une coupe sombre dans les effectifs de la force. Dans un rapport du 13 septembre 1942, le commandement de l'unité souhaitait recevoir prochainement un détachement du N°12 commando, déjà habitué à ces opérations spéciales, pour la poursuite des opérations. À la mi-octobre 1942, Mountbatten, après accord du SOE, augmenta les effectifs et adopta une nouvelle organisation. Le support naval du groupe fut augmenté avec l'apport de vedettes rapides et quelques éléments de la force navale utilisée à Dieppe.

13Cette force effectua son dernier raid en avril 1943. En quinze mois d'existence, elle fut au cœur d'une quarantaine de projets, dont une dizaine effectivement réalisés et autant d'annulés près de l'objectif. L'unité fut dissoute peu avant l'été, ses membres rejoignirent les nageurs de combat des COPP's et le N° 12 Commando. La « stratégie anarchique » des petits raids s'arrêtait pour laisser la place à une planification plus contrôlée en liaison avec le futur débarquement à l'Ouest.

Les commandos

  • 4 Churchill (W.), op. cit.

14Parallèlement à la création des Opérations Combinées se mettaient en place les unités spéciales qui, selon Churchill : « allaient porter la terreur sur le continent ». Elles allaient constituer le bras armé de cette direction4.

15Lors des opérations de Norvège en avril 40, l'armée britannique mit sur pied, dans la précipitation, onze compagnies indépendantes pour des missions offensives. La situation évolua si rapidement que la moitié seulement de ces compagnies rejoignit la Norvège, l'autre moitié restant pour la protection du territoire.

16En pleine débâcle à Dunkerque, Churchill, dans une note aux chefs d'états-majors demandait d'organiser des raids sur les côtes de France. Quelques projets sur Ouessant en Bretagne furent prévus. Deux jours plus tard, il leur écrivit de nouveau pour entreprendre avec des troupes spéciales des offensives et développer un règne de terreur. La tactique des bandes de Boers, origine « spirituelle » des commandos, était formalisée. Les responsables analysèrent la note de Churchill et décidèrent de lever une force de volontaires de plusieurs milliers d'hommes, les commandos. Dès le 9 juin, la formation de 12 unités commandos de 500 hommes fut planifiée. Le War Office lançait immédiatement un appel dans les différents commandements pour recruter 40 officiers et 1 000 hommes à destination d'une force spéciale ; ils devaient loger chez l'habitant dans une ville côtière, si possible, pour faciliter l'entraînement amphibie.

17En janvier 1941, une force commando de 1 600 hommes, dite force Z, fut détachée pour le Moyen-Orient. Ce départ diminua considérablement les effectifs de certaines unités. Il fut donc décidé de remanier l'organisation en 12 nouveaux commandos complets qui gardèrent pour le reste du conflit cette structure. À partir d'octobre 42, la Royal Navy forma également neuf unités commando, numérotées de 41 à 49 Royals Marines Commandos.

Les opérations combinées planifiées

18Les premiers grands projets pour l'utilisation des unités commandos de juillet 40 à octobre 41 furent, à la demande de Churchill, planifiés sur le théâtre méditerranéen. Bon nombre de ces projets furent ajournés, entamant ainsi le moral très offensif de ces troupes. Heureusement quelques opérations très spectaculaires sur la Norvège avec des effectifs dépassant les cinq cents hommes, en 1941, permirent de remédier à la dégradation de cet état d'esprit. Un manque de moyens ne permit pas de réaliser les projets de petits raids sur les côtes de France.

  • 5 Mordal (J-), Les Canadiens à Dieppe, Les Presses de la Cité, 1962, p.74.

19L'année 42 fut pour les unités le temps des grands raids, contre Saint- Nazaire et contre Dieppe au prix de nombreuses victimes. Ils mirent au point un nombre considérable d'opérations, parfois invraisemblables tel le projet « Imperator » consistant à organiser, en juillet 1942, un raid sur Paris pour détruire le quartier général allemand et faire une exhibition sur les Champs Élysées. Une véritable utopie à cette époque mais qui montre l'état d'esprit qui régnait. Jacques Mordal5 résume assez bien l'état d'esprit à cette epoque : « À l'état-major des Opérations Combinées, on ne faisait pas de la grande stratégie.... Ce que l'on demandait au COHQ, c'était d'avoir des idées et de chercher à les rendre exécutables. Après quoi il appartiendrait au commandement suprême d'en choisir une dans le lot et de la déclencher au moment qui lui paraissait le plus favorable ».

20Toutefois, la plupart d'entre elles furent annulées pour différentes causes : principalement le mauvais temps et l'interférence avec les opérations des services secrets alliés. D'autres seront purement et simplement abandonnées par manque de moyens ou considérées trop irréalistes par les chefs d'état-major. Les petits raids s'intensifièrent à partir de la mi-42 pour atteindre leur maximum à la fin 43. Les hommes du N°12 commando effectuèrent la plupart de ces petites opérations.

Les opérations combinées en Bretagne

Un premier raid

21Les incursions meurtrières des bombardiers allemands sur le territoire britannique agaçaient le haut commandement allié, aussi le ministère de l'Air et la RAF chargèrent le SOE de neutraliser une escadrille, assurant le balisage des cibles et stationnée sur l'aérodrome de Meucon près de Vannes, en Bretagne sud.

22L'objectif de l'opération Savannah, premier raid aéroporté sur le territoire français, était d'attaquer le car transportant les spécialistes lors de leur transfert journalier de Vannes à Meucon. Une équipe de cinq parachutistes français sauta près de l'aérodrome dans la nuit du 14 au 15 mars 1941. Lors de leur reconnaissance les hommes apprirent que ces officiers ne faisaient plus le trajet mais habitaient pour la plupart sur l'aérodrome. L'effectif réduit du groupe de sabotage ne permettait pas de mener à bien une mission sur le terrain d'aviation, en conséquence l'opération fut annulée et finalement une partie de l'équipe revint en Angleterre après sa récupération par un sous-marin près de Saint-Gilles-Croix-de-Vie dans la nuit du 4 au 5 avril 1941.

Le problème des bases sous-marines et des ports

23Les meutes de sous-marins et les grands navires allemands sévissaient dans l'Atlantique nord rendant l'approvisionnement de l'Angleterre, en hommes et en matériel, précaire. La réalisation d'un débarquement de grande ampleur sous-entendait la maîtrise totale de la circulation des navires alliés dans l'Atlantique. La direction des Opérations Combinées se pencha donc sur le problème.

24Entre la mi-4l et la mi-43, les Alliés planifièrent trois opérations de grande envergure contre les ports et bases de Bretagne. L'opération « Chariot » contre les écluses de Saint-Nazaire, détaillée ci-dessous. Le projet « Coffepot », en avril 1943, contre les écluses du port de Saint-Malo, projet similaire à « Chariot » destiné à rendre inutilisable ce port qui assurait le ravitaillement des îles anglo-normandes et l'escale des navires de guerre allemands chargés des patrouilles côtières entre Brest et Saint-Malo. Faute de pouvoir assurer un effet de surprise et une réussite totale, le projet fut suspendu. Le projet « Coughtdrop », quant à lui, se proposait d'attaquer la base sous-marine de Lorient en mars 43 pour détruire des U-Boot et endommager sérieusement leurs abris bétonnés. Les chances de succès étant minimes du fait de l'énorme dispositif de défense mis en place par l'ennemi, le projet fut ajourné.

Le grand raid

25L'opération « Chariot », contre l'immense cale sèche de Saint-Nazaire, le dock Normandie, capable d'accueillir pour réparation des navires de la taille du cuirassé allemand « Tirpitz » (250 m de long, 36 m de large avec un tirant d'eau de 9 m) se proposait d'interdire l'accès de cette cale aux grosses unités navales allemandes, les condamnant à rester ainsi près des côtes norvégiennes.

26La force de 611 hommes de la Royal Navy et des commandos, transportée sur un destroyer et dix-huit navires de petite taille, avait pour mission d'amener le vieux destroyer « Campbeltown » chargé de quatre tonnes d'explosif de forte puissance contre l'imposant caisson (52 m de long, 17 m de haut avec une épaisseur de 11 m) assurant la fermeture de la forme de radoub, solution ingénieuse et hardie de placement de l'explosif contre la cible en remplacement des hommes.

27L'objectif principal fut atteint le 28 mars 1942 à 01h34 lorsque le « Campbeltown » éperonna le caisson. Les différents groupes de démolition se répartirent vers les objectifs assignés dans l'environnement du port : centrale électrique, réservoirs d'essence souterrains, station de pompage. Les différents groupes connurent des fortunes diverses au prix de nombreuses pertes. La grande surprise arriva quand, huit heures après l'impact du bateau-suicide, les charges retardées explosèrent avec fracas, causant un chaos total dans la forme écluse et sur les docks avec la perte d'Allemands occupés à fouiller le « Campbeltown ». Ces derniers n'avaient pas imaginé que le destroyer pouvait être piégé et trouvaient même ridicule de vouloir s'en prendre à ce caisson avec un modeste destroyer. Le bilan de l'opération était très lourd : 169 tués et 215 prisonniers du côté anglais, 42 tués et 127 blessés pour les Allemands, plus le nombre des tués par l'explosion du destroyer, chiffre estimé entre 100 et 380 morts.

  • 6 Masson (D.), Le raid sur Saint-Nazaire, éditions Marabout, 1970.

28Nul doute que la réussite de ce raid stratégique, malgré les pertes, extrêmement audacieux dans sa conception, eut des conséquences importantes sur la conduite des opérations navales dans l'Atlantique et dans la planification des grands raids pour 1942. Il symbolisa, à cette époque, l'esprit d'audace de la direction des Opérations Combinées, ainsi que la philosophie de l'utilisation des troupes d'élites comme les commandos6.

Les opérations combinées sur les Côtes-du-Nord

29Forte des succès des grandes opérations sur la Norvège de la fin 41 et de l'opération « Chariot » à Saint-Nazaire, la direction des Opérations Combinées continua la planification de très nombreuses opérations sur les côtes de Norvège et de France, en particulier en Bretagne.

30Le nord du département des Côtes-du-Nord était, dès le début du conflit, sous la surveillance des 25 agents du groupe de renseignement dit « la bande à Sidonie » qui fut rattaché plus tard au réseau britannique Georges France 31. Les informations, recueillies sur l'ennemi et le relief côtier, étaient transmises, via Rennes, aux services de renseignement alliés à Londres. Le volume et la qualité de ces informations amena la direction des Opérations Combinées à planifier, à partir de juin 1942, une quinzaine d'opérations sur une bande côtière s'étendant approximativement de Saint-Brieuc à l'Ile de Batz. Du fait de la pénurie en matériel de débarquement, la plupart de ces projets proposaient des raids à petite échelle exécutés par une douzaine d'hommes.

Un raid symbolique

31À chaque tentative depuis juin 42, les interférences avec les opérations des services secrets entraînaient l'annulation des petits raids. La programmation de Fahrenheit autour du 11 novembre 1942 permettait de célébrer symboliquement l'anniversaire de l'armistice et de répondre positivement aux aspirations de Winston Churchill, fervent défenseur de ces symboles. L'opération Fahrenheit pouvait commencer.

32Dans la nuit du 11 au 12 la vedette rapide MTB 344 de la Royal Navy transporta un groupe de 11 hommes de la Small Scale Raiding Force et du « N°12 commando » à la Pointe de Plouézec dans les Côtes-du-Nord. Ils avaient pour mission de détruire la station-sémaphore et de faire des prisonniers afin de créer le trouble chez les forces occupantes. La force débarqua le 12 à 00h37 et effectua une reconnaissance avant d'attaquer le sémaphore. Le plan d'attaque initial fut modifié du fait de la présence continuelle de deux sentinelles derrière la ceinture de barbelés sur le chemin d'accès à la station ainsi que par la présence de mines dans les environs immédiats.

33Lors de la préparation de l'attaque, les sentinelles entendirent un des commandos dégoupiller une grenade, dès lors l'attaque par surprise ne pouvait avoir lieu et l'affrontement commença, il était 03hl0. Les commandos investirent le périmètre de la station-sémaphore, tuant l'une des sentinelles et blessant trois autres soldats allemands.

34Le feu s'intensifiant, la force de raid décida de décrocher, estimant avoir atteint une partie des objectifs, il ne fut pas possible de ramener des prisonniers comme prévu. Elle n'eut à déplorer aucune perte, ce qui expliqua la non divulgation de cette opération, les Allemands se gardant bien de dévoiler leurs faiblesses dans la défense des côtes.

35Le 12 novembre au matin, Lord Mountbatten envoya un télégramme à Winston Churchill pour lui rendre compte de cette opération. L'exécution de ce raid à une date symbolique est à l'origine de la communication de cette information au premier ministre anglais, habituellement non informé de ces petites opérations. N'avait-il pas demandé un mois auparavant, l'intensification de ces opérations !

36Lors de la préparation de cette opération, les commandos travaillèrent sur des photos aériennes prises par la Royal Air Force et sur des informations fournies par un résistant, Claude Robinet, membre du réseau dit « La bande à Sidonie ». À l'été 1941 cet homme, accompagné de son ami Mazerand, avait déjà volé, dans le sémaphore, une carte des défenses allemandes du secteur Paimpol-Plouézec qui fut transmise à Londres peu de temps après.

37Se sentant menacé, il quitta clandestinement Paimpol le 15 janvier 1942 pour l'Angleterre avec quatre autres camarades à bord de la vedette « Korrigane ». Lors de son arrivée en Angleterre, il fut interrogé par l'Intelligence Service, il rédigea un rapport sur les défenses allemandes du secteur et dessina les croquis des bâtiments du sémaphore qui servirent pour la mise au point du plan d'attaque des commandos.

38Cet événement est un merveilleux exemple de coopération de la résistance avec le service action allié ; le travail et le sacrifice des membres de la « bande à Sidonie » n'avaient pas été vain. La chaîne : renseignement-action- évasion a pu être analysée dans le détail au travers de cette opération. Elle eut la particularité d'être la seule effectuée sur la portion côtière entre Cherbourg et Saint-Nazaire. À noter également que certaines de ces actions de harcèlement furent exécutées par des commandos français, un autre symbole.

Une opération de grande envergure sur les Côtes-du-Nord

39La direction des Opérations Combinées conçut au printemps 1943, pour la Bretagne une opération de grande envergure, en concurrence cependant avec une autre projetée sur Goeree en Hollande, le haut commandement se réservant ainsi la faculté de choisir au dernier moment celle qui apporterait le meilleur rendement stratégique ou tactique. Ces grandes opérations jalonnaient le planning des opérations combinées tous les deux ou trois mois, elles faisaient l'objet de plusieurs réunions préparatoires et d'âpres débats au sein des instances chargées de décider.

40Le projet Pontiff, initialement baptisé Contour, se proposait de créer une diversion dans la région de Saint-Brieuc ainsi que de tester un nouveau type de bateau de débarquement de 53 m assurant le transport de 190 hommes, le Landing Crafi Infantry grand modèle (LCI), l'objectif final de l'opération étant la destruction d'un pont ferroviaire sur la ligne Paris-Brest au sud d'Yffiniac (près de La Fresnaie), qui alimentait la grande base sous- marine de Brest, et la neutralisation de deux batteries côtières situées de part et d'autre de la baie de Saint-Brieuc. Il s'agissait de la batterie de la Pointe des Guettes à Hillion et de la batterie située entre Plérin et le Roselier, chacune armée de quatre canons de moyen calibre. Le débarquement était planifié sur huit plages proches des batteries.

41La force prévue atteignait l'effectif de 800 hommes, 200 commandos pour chaque batterie et 400 pour l'attaque du pont et la protection des équipes de démolition. La date possible pour l'opération se situait soit entre le 1er et le 15 mars, soit entre le 1er et le 15 avril 1943, la durée de l'opération à terre ne devant pas excéder 4 heures. Un important soutien aérien fut programmé pour protéger l'opération à terre et l'important convoi maritime composé de quatre destroyers, deux LCI, deux transports (LSI) pour les dix-huit chalands de débarquement, huit canonnières (MGB), quatre vedettes rapides et quatre bâtiments de défense anti-aérienne.

42Le projet fut examiné le 10 janvier 1943 par les chefs des opérations combinées, le point le plus négatif et le plus pénalisant était la position très encaissée de l'objectif au fond de la baie de Saint-Brieuc, l'effet de surprise ne pouvait pas être garanti, les puissants radars du Cap Fréhel risquaient de détecter la présence de l'important convoi maritime. D'autre part le repli devenait critique par la présence de la batterie sur voie ferrée de Paimpol, la batterie « Mirus » des îles anglo-normandes, chacune équipée de canons de gros calibre (203 mm), et la forte présence de la marine allemande à Saint- Malo. La somme des points négatifs l'emporta, le choix se porta finalement sur l'opération concurrente Concept car susceptible d'apporter un meilleur impact tactique. À l'analyse ce projet apparaissait bien ambitieux par l'importance de la force pour un si petit objectif, sinon de faire une brillante démonstration de force au début 43 sur la côte française.

Missions secrètes et raids sont incompatibles

43Les missions secrètes et les raids avaient des objectifs totalement opposés. Si les raids se voulaient efficaces et spectaculaires à des fins de propagande, les services secrets britanniques, quant à eux, recherchaient la discrétion la plus totale sur leurs activités, considérant bien souvent leur zone de travail comme chasse gardée. La réussite du raid Fahrenheit à Plouézec ne pouvait laisser insensible ces services. Afin d'éviter le renouvellement de cette situation, ils contactèrent début décembre 1942 la direction des Opérations Combinées pour lui demander d'annuler tous les petits raids dans une zone située à l'ouest de la péninsule de Cherbourg ; quinze petits raids étaient prévus pour ce mois dans cette zone. Mountbatten tenta, dans une note du 22 décembre aux chefs des armées, de défendre sa cause, mais en vain.

44Les chefs d'états-majors britanniques avalisèrent la demande des services secrets. Le 4 janvier 1943, la direction des Opérations Combinées se plia à cette demande et seuls les grands raids stratégiques comme Pontiff, Coffepot, Coughtdrop furent étudiés. Dans la pratique, une seule opération amphibie fut menée jusqu'à la libération de la Bretagne, le raid Pound, en septembre 1943, contre les moyens de détection de l'île d'Ouessant qui n'était pas dans la sphère d'influence des services secrets.

Stagnation des armées alliées en Normandie, reprise des plans sur la Bretagne

  • 7 Otway (T.B.H.), Airborne Forces, Londres, Imperial War Museum, 1990.

45En 1944, dans l'hypothèse où les Alliés ne pourraient sortir de la presqu'île du Cotentin, les états-majors mirent au point des plans d'actions aéroportées ou commandos, destinées à prendre les ports bretons de Saint- Malo, Brest et Quiberon d'une importance stratégique primordiale. À la fin juin, 900 000 soldats alliés occupaient la tête de pont normande, mais leur progression était bien en deçà des prévisions du plan Overlord. La situation empirait au mois de juillet avec 1 500 000 soldats qui marquaient le pas. Les projets sur la Bretagne ressortaient des cartons7.

46L'importante opération Beneficiary prévue du 22 juin au 3 juillet prévoyait la prise du port de Saint-Malo en deux temps pour la mise en place d'une tête de pont suffisamment large destinée à lancer la libération de la péninsule bretonne. Dans la première phase, la lère division parachutiste devait sauter à l'est de la rivière Rance, prendre Saint-Malo, détruire les obstacles et défenses sur les plages voisines. Il était même prévu de faire atterrir directement sur les plages les planeurs de la lère brigade aérotransportée. Le 504e régiment de paras US et la brigade parachutiste polonaise devaient sauter à l'ouest de la rivière, prendre Dinan et son aérodrome, détruire les obstacles et défenses sur les plages limitrophes. Vingt-cinq groupes de parachutistes du SAS sauteraient dans la région de Dol-Pontorson- Plancoët-Dinan avec pour mission la diversion et le harcèlement des troupes ennemies. La deuxième phase prévoyait, dans la zone libérée par les parachutistes, l'arrivée de deux divisions d'infanterie US. La Marine réclama la certitude de pouvoir entrer dans le port sans être sous le feu de l'ennemi pour éviter la perte de précieux navires, les parachutistes ne pouvant le garantir, le projet fut annulé.

47Avec le projet Hands-Up prévu entre le 15 juillet et le 15 août, les Alliés voulaient remettre au goût du jour le projet Chastity, la mise en place d'un grand port en eau profonde dans la presqu'île de Quiberon ; le port de Cherbourg ayant subi de nombreuses démolitions avant sa prise. Un assaut aéroporté de la brigade parachutiste polonaise avec la première division britannique devait s'assurer la prise de l'aérodrome de Vannes pour accueillir la 52e division aérotransportée, ainsi que la sécurisation des plages de débarquement de la 1ère brigade de commandos dans les abords immédiats de la presqu'île. Le déclenchement de l'opération était subordonné à l'attaque de la 3e armée US du général Patton en direction de Brest depuis une ligne Saint-Malo-Rennes afin que les fantassins US puissent rejoindre les parachutistes dans un délai de quatre jours. L'avance fut si rapide que Patton décida de détacher seulement le 8e corps d'armée du général Middleton pour la prise de la Bretagne à la place de la 3e armée initialement prévue. Le projet devenait caduc.

48Le projet Swordhilt prévu du 20 juillet au 4 août, d'ampleur plus modeste que les deux autres, devait isoler le port de Brest en coupant la voie ferrée à la hauteur de Morlaix. Les nombreuses attaques aériennes n'avaient pu venir à bout de l'ouvrage. La première division aéroportée britannique, larguée dans la région de Lannion, serait chargée de démolir le viaduc enjambant la vallée de Morlaix. La tournure imminente d'événements favorables, avec la préparation de l'attaque dans la région d'Avranches, sonna le glas de ce projet.

Conclusion

49L'étude approfondie d'une opération militaire locale comme le raid Fahrenheit, de surcroît restée secrète pendant cinquante ans, a permis de pousser les recherches dans des domaines connexes, qui mirent à jour des éléments nouveaux sur les intentions alliées en Bretagne dans la stratégie des opérations combinées. L'analyse de ces opérations ou projets militaires non menés à terme peut paraître inutile, bien au contraire elle nous apporte un éclairage nouveau, un angle de vision différent sur les événements qui se sont réellement déroulés. La vision du haut commandement, parfois irréaliste comme en 1942, est mieux perçue.

50Ces nombreuses « piqûres » sur les côtes françaises pouvaient sembler dérisoires quant aux effectifs engagés et aux dégâts matériels occasionnés mais elles avaient un rôle psychologique primordial car elles apportaient une lueur d'espoir. Ces actions agaçaient le haut commandement allemand et engendraient une psychose de peur durable, en créant un interminable climat d'insécurité chez les sentinelles allemandes chargées de la défense côtière. Cette tension les obligeait à une vigilance permanente en provoquant une lassitude, par les mises en alerte répétées, qui serait fatale au moment crucial et à l'endroit où elles s'y attendaient le moins. Les raids permettaient aussi de connaître les points faibles de l'adversaire pour lui porter un coup mortel ou l'obliger à modifier sa stratégie dans le sens voulu par les Alliés. Les raids sur la Norvège en sont un brillant exemple, obligeant l'occupant à maintenir une force de 300 000 hommes. Les actions de la Résistance sur les arrières des troupes d'occupation ajoutaient à la confusion dans leurs rangs en créant ainsi avec les commandos une « tenaille invisible » sectionnant les espoirs de l'ennemi de se maintenir durablement sur un territoire hostile.

51Au travers de ces projets, la place de la Bretagne sur l'échiquier stratégique et tactique est mieux mise en valeur, sa situation géographique particulière la rendait incontournable dans l'attribution de grandes opérations maritimes ou de plans de diversion.

52Sources : Public Record Office, Série DEFE2.

Notes

1 Messenger (C.), The commandos 1940-1946, Londres, éditions William Kimber, 1985.

2 Churchill (W.), Mémoires sur la Deuxième Guerre mondiale, tome II : l'heure tragique mai-décembre 1940, éditions Plon, 1949.

3 Churchill (W.), op. cit.

4 Churchill (W.), op. cit.

5 Mordal (J-), Les Canadiens à Dieppe, Les Presses de la Cité, 1962, p.74.

6 Masson (D.), Le raid sur Saint-Nazaire, éditions Marabout, 1970.

7 Otway (T.B.H.), Airborne Forces, Londres, Imperial War Museum, 1990.

Auteur

CNET de Lannion

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540